Navigation – Plan du site
Violence dans les villes américaines

Violence latente versus violence explosive dans les Amériques : l’hypothèse urbaine

Latent violence, explosive violence in the Americas: an urban hypothesis
Violencia latente, violencia explosiva en las Américas: la hipótesis urbana
Violência latente, violencia explosiva nas Américas: a hipótese urbana
Eve Bantman et Frédéric Leriche

Texte intégral

  • 1 Bernabé J. (2010), « La créolité comme alternative à la mondialisation anglo-saxonne », conférence (...)
  • 2 Journée d’études intitulée « Violence latence versus violence explosive dans les villes des Amériqu (...)

1Les cinq articles que nous présentons envisagent la question de la violence dans les Amériques sous l’angle d’une distinction formelle entre violence « latente » et violence « explosive ». Au-delà de l’exercice de style, ce distinguo s’inspire de la très belle formulation que Jean Bernabé (2010) énonce au sujet des processus de la créolisation dans les Amériques lorsqu’il différencie une créolisation « rapide », « chaude », « éruptive » d’un côté, et une créolisation « lente », « froide », « sédimentaire » de l’autre1. Cette métaphore, séduisante et signifiante, nous l’avons reprise, en l’adaptant, pour réfléchir aux formes et manifestations de la violence dans les villes des Amériques lors d’une journée d’études organisée à l’Université de Toulouse le Mirail (UTM) en février 2011, sous l’égide de l’IPEALT (Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur l’Amérique latine à Toulouse, devenu depuis Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse, IPEAT), du LISST-CIEU (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires - Centre interdisciplinaire d’études urbaines) et du Département de géographie de l’UTM2. Cette journée d’études est le point de départ du présent dossier scientifique.

2Par l’idée de violence « latente » ou « sédimentaire », nous désignons une violence omniprésente, sourde, cachée, larvée, une violence qui conserve une certaine « intimité », celle de l’interaction sociale quotidienne, celle confinée parfois à la sphère privée – violente, sexiste et taboue, parfois létale – du foyer familial, une violence qui ne se déclare pas à l’attention de tous, mais dont chacun sait qu’elle est au cœur de la vie sociale. Par l’idée de violence « explosive » ou « éruptive », nous désignons une violence plus rare, ponctuelle, plus radicale aussi, bien souvent létale, une violence également plus « spectaculaire », une violence ancrée dans la sphère publique et susceptible d’attirer l’attention de tous, par l’intermédiaire en particulier des médias ; ce sont par exemple les homicides massifs (de l’ordre de 19 000 en Amérique centrale, qui compte 42 millions d’habitants, contre quelque 400 en Espagne – 47 millions d’habitants – par exemple), les règlements de compte entre trafiquants de drogues, les émeutes.

3Ces articles ne se fixent pas pour objectif de faire le point sur les facteurs de la violence dans les Amériques ; misère culturelle, sociale, économique, défaillance des Etats, faiblesse – en particulier – des institutions policières et judiciaires, voire politiques répressives et anti-démocratiques (dans nombre de pays latino-américains des années 1960 aux années 1980), médiocrité du niveau d’éducation, déstructuration du lien social, dynamique et structuration du marché du travail, diffusion de l’économie de la drogue et de ses effets délétères, concurrence pour des ressources rares étant parmi les facteurs les plus fréquemment avancés. Il ne s’agit pas non plus de réfléchir aux causes de l’aggravation ou au contraire de l’amélioration de la situation dans le domaine de la violence ; élévation du niveau éducatif, amélioration – lente – du marché foncier et immobilier, et plus généralement des conditions de vie (accès à l’eau, à l’électricité, aux transports urbains, aux soins médicaux), politiques de sécurisation des quartiers d’habitat, efficacité de l’appareil judiciaire et policier, faiblesse/solidité des institutions collectives étant là aussi les arguments bien souvent mis en avant (voir, sur ces questions, l’excellente synthèse de Cartier-Bresson, 2003). Le problème majeur que ces articles cherchent à circonscrire est celui du basculement éventuel d’un état (latent) à un autre (explosif) de la violence comme forme dominante d’expression des pulsions de mort. Partant du postulat que la violence – latente – est consubstantielle à toute forme de vie sociale, qu’elle est donc finalement inévitable, l’objet de ce dossier est donc de réfléchir aux processus débouchant sur une violence explosive. En d’autres termes, est-il possible d’identifier un facteur déclenchant ce basculement du « latent » à l’« explosif » ? Est-il possible d’identifier un moment particulier, un « instant décisif », ou une condition particulière qui marqueraient une bifurcation dans les formes d’expression de la violence sociale ? Comme nous venons de l’évoquer, les causes de la violence sont multiples ; en conséquence, cet objectif semble bien au-delà des possibilités d’un simple dossier ne recueillant que quelques contributions. Néanmoins, l’hypothèse qu’il existerait une corrélation très particulière entre ville et violence mérite quelque attention.

4Le continent américain est considéré, avec raison, comme une région du monde relativement violente. Les médias, tout particulièrement, projettent au sujet des villes des Amériques des images teintées de violence ; comme en atteste la multiplication de films policiers et de séries TV dédiées à la criminalité, ils s’en nourrissent même. Si les médias, justement, représentent volontiers la violence urbaine comme la manifestation d’une culture propre à certaines catégories de la population (les plus pauvres) – représentation des conflits qui « naturalise » la lutte sociale – la violence urbaine répond aussi à une organisation de l’espace qui reflète et entérine les formes d’inégalité qui tendent à séparer les classes privilégiées des classes pauvres et socialement reléguées.

5L’indicateur bien souvent mobilisé pour représenter la violence dans les Amériques (et au-delà), bien qu’insatisfaisant car ne donnant qu’une image partielle des formes de la violence, le taux d’homicides intentionnels (donné pour 100 000 personnes) atteste de variations non négligeables à l’intérieur du continent. Avec un taux d’homicides de l’ordre de 4 (pour 100 000 habitants donc), les Etats-Unis se situent à un niveau que nous qualifierons d’« intermédiaire » (comparativement, Espagne, Allemagne et France par exemple oscillent autour de 1). Nombre d’Etats latino-américains atteignent des niveaux « élevés », supérieurs à 10/100 000, à l’instar de la Bolivie, du Paraguay (environ 12), de l’Équateur (18), ou encore de la Colombie (36). L’Amérique centrale, gangrénée par l’économie de la drogue et les gangs – les fameux maras, fortement implantés au Salvador, au Honduras, au Guatemala – (Raufer, 2013), atteint quant à elle de tristes sommets ; dans un ordre croissant, mentionnons Nicaragua (13), El Salvador (30), Belize (33), Guatemala (46), Honduras (58) (World Bank, 2011).

6Les effets délétères de tels niveaux de criminalité sont colossaux ; le sentiment diffus et généralisé d’insécurité débouche sur une dégradation générale du lien social, fondement même de toute société, mais aussi, plus spécifiquement, et pour les catégories sociales qui en ont les moyens, sur des stratégies spatiales d’évitement des espaces publics et d’enfermement dans des résidences fermées et sécurisées. Ce dernier constat abonde dans le sens qu’il existe une corrélation entre ville et violence. De ce point de vue, les recherches conduites par Camara et Salama (2003) et Salama (2012) apportent des éclairages complémentaires intéressants, à partir de modèles économiques de la question de la violence ; leurs travaux mettent en évidence que parmi les facteurs influençant la variation du taux d’homicides (à la hausse ou à la baisse), cinq jouent un rôle déterminant : l’urbanisation (entendue comme le taux de croissance annuelle du taux de population urbaine), la part du PIB accaparée par les 10 % de la population les plus riches, l’efficacité du système répressif (mesurée par le pourcentage d’affaires d’homicides résolues), l’accélération du rythme de croissance économique, la croissance du taux de scolarisation (dans le secondaire). Parmi ces variables celle qui influence le plus fortement l’accroissement du taux d’homicides est l’urbanisation, loin devant les inégalités de revenus. Comme l’écrit Salama (2012) :

Plus vite croît l’urbanisation, plus fort est le taux d’homicides. Selon notre modèle et pour la période définie [1995-2000], lorsque le taux d’urbanisation augmente d’un point, le taux d’homicides croît de 15,6 %. Lorsque la part de 10 % les plus riches croît d’un point, le taux d’homicides augmente de 3,27 %. Les trois autres variables (l’efficacité du système répressif, le taux de croissance du PIB et celui du taux de scolarisation dans le secondaire) agissent négativement sur le taux d’homicides (p. 186).

7Croissance urbaine et croissance de la violence semblent donc corrélées. La violence est élevée dans les grandes villes, mais le facteur déclenchant véritablement une augmentation de la criminalité et une explosion de la violence est le rythme d’accroissement de l’urbanisation. Ainsi, comme l’explique Salama (2012), si, entre 2000 et 2010, la criminalité baisse dans la plupart des grandes métropoles latino-américaines, elle augmente en revanche fortement dans les villes moyennes et en expansion, tout particulièrement celles touchées par le trafic de drogue. La ville n’est donc pas uniquement et prioritairement à considérer comme une scène où s’exprime la violence sous ses différentes formes, la ville – et plus exactement le rythme d’expansion du fait urbain – est à considérer comme un adjuvant et un démultiplicateur de la violence.

8La réflexion menée ici n’a pas prétention à clôturer ce débat sur la violence dans les Amériques, un débat complexe auquel participent de nombreux chercheurs. L’ambition des contributions présentées est, plus modestement, de souligner à quel point la croissance urbaine – avec son lot de conséquences, parmi lesquelles nous évoquerons la rupture des liens sociaux traditionnels, l’acculturation des nouveaux citadins, l’insertion sur le marché du travail urbain – et la violence – mesurée de manière restrictive à travers le prisme du taux d’homicides – sont liées.

9Cette partie du dossier rassemble des spécialistes issus de multiples disciplines. Ces spécialistes se sont attachés à penser le paradigme « violence latente/violence explosive » dans le cadre de relations de pouvoir qui s’expriment dans l’espace et l’organisation des villes américaines tant aux Etats-Unis qu’en Amérique latine. L’article de Charles Joseph (littérature américaine) nous invite à une exploration littéraire des représentations médiatiques de la violence à Los Angeles, comme reflet d’une organisation de l’espace et mode de justification de formes d’inégalité qui stigmatisent des groupes sociaux défavorisés. Spécialiste du trafic de drogues en Amérique latine, Olga Gonzalez (sociologie) propose une analyse circonstanciée des statistiques sur les homicides en Amérique centrale. Au-delà du strict cadre urbain, Beatriz Natez Cruz (sociologie-anthropologie) interroge quant à elle les catégories permettant de nommer les acteurs du conflit armé en Colombie, afin de montrer l’importance de la parole dans les mécanismes de résistance quotidienne à la violence. L’article de Mauro Amoroso (histoire), Mario Brum (histoire) et Rafael Soares Gonçalves (droit, histoire) met en évidence comment, à l’aube de la mise en avant médiatique du pays à l’occasion de grands événements sportifs planétaires, le gouvernement de l’État de Rio de Janeiro aborde la question de la prévention de la violence. Enfin, l’article de Sophie Body-Gendrot (civilisation américaine et sciences politiques) conclut cette partie du dossier par une réflexion sur les conditions et les modalités du basculement de la violence latente vers la violence explosive au-delà des Amériques.

Haut de page

Bibliographie

CAMARA, Mamadou et SALAMA, Pierre. « Homicides, les pauvres sont-ils dangereux ? ». Revue Tiers-Monde 174 (2003) : 393-416.

CARTIER-BRESSON, Jean. « Comprendre et limiter les violences : une présentation ». Revue Tiers-Monde 174 (2003) : 249-268.

RAUFER, Xavier. « Géopolitique criminelle de l’Amérique centrale ». Diploweb.com (2013) [en ligne]. 23 avril 2014. http://www.diploweb.com/Geopolitique-criminelle-de-l.html

SALAMA, Pierre. Les économies émergentes latino-américaines. Paris : Nathan, 2012.

WORLD BANK. World Development Report 2011 : Conflict, Security, and Development. Washington DC : World Bank, 2011.

Haut de page

Notes

1 Bernabé J. (2010), « La créolité comme alternative à la mondialisation anglo-saxonne », conférence plénière, colloque « Identités américaines : relations et interactions », organisé par le laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes (CAS), UTM, 10-11 juin.

2 Journée d’études intitulée « Violence latence versus violence explosive dans les villes des Amériques », UTM, Toulouse, 25 février 2011, organisée avec l’aide des étudiants de l’IPEALT. Nous remercions très particulièrement Gabriela Carias pour sa participation à l’organisation de cet événement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eve Bantman et Frédéric Leriche, « Violence latente versus violence explosive dans les Amériques : l’hypothèse urbaine  », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://orda.revues.org/1009 ; DOI : 10.4000/orda.1009

Haut de page

Auteurs

Eve Bantman

Articles du même auteur

Frédéric Leriche

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org