Navigation – Plan du site
Violence dans les villes américaines

Confrontations entre jeunes et police en Angleterre et en France

Youth/Police Confrontations in England and France
Enfrentamientos entre jóvenes y policías en Inglaterra y Francia
Enfrentamento entre jovens e policiais na Inglaterra e na França
Sophie Body-Gendrot

Résumés

L’histoire de la violence urbaine en Angleterre et en France est de longue durée. L’analyse des trente dernières années révèle des convergences en termes de mobilisation, de participants, de contagion et de réponses apportées à la violence. L’économie mondialisée est en cause. La paupérisation des sites de violence dans les anciens quartiers fordistes, l’absence de mobilité de nombreux jeunes, le chômage structurel élevé dans ces lieux, la désaffiliation politique, l’absence de canaux de transmission des revendications, les tensions avec une police coupée des habitants, les rumeurs, les cultures de rue antagonistes, des politiques inadéquates envers ces quartiers : ces facteurs, expliquent en partie l’irruption de la violence. Mais des divergences sont manifestes autant d’un quartier à l’autre, d’une décennie à l’autre et d’un pays à l’autre que dans la forme prise par les désordres (par exemple, le pillage en Angleterre en 2011 et les confrontations des jeunes avec les symboles de l’Etat en France) que dans les réponses locales et nationales (rapports d’enquêtes en Angleterre préludant aux réformes) données dans les deux pays.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Deux pays européens, le Royaume Uni et la France sont le théâtre de violences urbaines récurrentes depuis une trentaine d’années. S’il existe des convergences dans les explications structurelles avancées, ce sont plutôt les divergences qui retiennent l’attention, tant pour la nature et l’évolution de ces désordres d’un pays à l’autre et au sein d’un même pays que pour les explications autres que structurelles. En fonction des conjonctures et des forces extérieures, sont examinés de manière comparative et par décennie les différents types d’acteurs mobilisés, les sites de désordre, l’expression de logiques contextuelles dans les interactions de jeunes et de forces de l’ordre ; puis suivent les hypothèses explicatives. La thèse structurelle des manques relatifs marquant ses limites, d’autres propositions sont formulées.

  • 1 Body-Gendrot, Sophie, Kostelecky, T. et Stone, C. "Stratégies de rénovations urbaine : Les trois ap (...)
  • 2 Body-Gendrot, Sophie. Globalization, Fear and Insecurity. The Challenges for Cities North and South(...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Body-Gendrot, Sophie. “Confronting Fear”. In Burdett, R. et Sudjic, D. (eds). The Endless City. Lon (...)

2La comparaison s’appuie sur des enquêtes dans des quartiers sensibles à Paris, sur des entretiens avec la police londonienne, et sur des travaux au sein de réseaux comparatifs en sciences sociales. A Paris, les enquêtes de terrain ont porté sur deux quartiers de politique de la ville, dans le XVIIIè entre la Porte de Clignancourt et la Porte Montmartre et dans le XIIIè arrondissement entre la Porte d’Ivry et la Porte de Vitry en 2009-20101. Les entretiens relatifs aux quartiers sensibles londoniens se sont déroulés avec des spécialistes du New Scotland Yard et du Home Office pendant plusieurs années2. L’enquête de terrain à Londres a porté sur le quartier Elephant and Castle en 20103. D’importantes sources d’ informations m’ont été fournies en tant que membre du programme Urban Age de la London School of Economics depuis 2006 et d’invitée du European Police College (CEPOL) ainsi que dans d’autres réseaux4.

Conceptualisation des désordres urbains

3Les chercheurs ont appris à développer une prudente ignorance sur l’occurrence des désordres. On ignore pourquoi un quartier, somme toute plus épargné que d’autres, s’embrase ni quelle conjoncture a suscité ce désordre. On ne peut prédire que les quartiers nord de Marseille connaîtront des désordres comme d’autres quartiers à problèmes dans d’autres villes. Mais on en sait un peu plus qu’autrefois sur ces phénomènes, grâce à de nombreux travaux théoriques américains et anglais. Le notable rapport de la Kerner Commission publié en 1968 écarte les explications généralement avancées par la classe politique : des agitateurs et des déviants, extérieurs aux quartiers viendraient y semer le trouble. Il montre au contraire que les jeunes impliqués dans les incidents ont un profil identique à celui des habitants des quartiers concernés, observation qui s’applique aux cas anglais et français présentés ici. Ce rapport indique que l’agitation se produit sur des sites où s’accumulent les revendications envers la police, l’habitat, l’école et le chômage. D’autres observateurs relevant l’absence de canaux de transmission de ces revendications, en raison de la ségrégation séparant ces quartiers des autres, des sentiments hostiles d’un grand nombre d’habitants et ils insistent sur le rôle important joué par les rumeurs, ici corroboré. Le criminologue anglais D.Waddington (2007, p. 41) note toutefois que les sociétés ne se divisent pas clairement entre citoyens respectueux des lois et marginaux, et que l’intervention de la police n’engendre pas à tous coups des désordres, bien que selon les circonstances, cette hypothèse puisse être retenue.

4Le spécialiste des désordres anglais, John Benyon (1987) explique par l’image du baril de poudre et de l’étincelle que la perception d’un abus policier ou d’un déni de justice puisse déclencher un embrasement dans un contexte où s’accumulent des handicaps sociaux. D’autres théories accordent de l’importance aux contre-cultures favorisant la violence interpersonnelle lorsqu’aucune institution n’intervient pour défendre les intérêts de citoyens, jeunes, pauvres, issues des ’minorités’ (au sens anglais de minorities). Des stratégies quasi-militaires au sein de contre-cultures policières sont également mises en cause. Enfin, le rôle joué par les médias utilisant le contexte d’insécurité sociale pour l’associer aux risques et menaces urbaines, créant de ce fait des "paniques" dans l’opinion ne saurait être écarté dans la recherche des causes latentes d’embrasement (Castel, 2003 ; Cohen 1972, p. 28 ; Hall et al. 1978, p. 16).

5Certaines hypothèses trop générales doivent être écartées lorsqu’elles ne prennent pas en compte l’histoire et la géographie des sites de désordre. De tels phénomènes ne sont pas dé-territorialisés. Il importe de comprendre le ressentiment local du à une expérience de domination de pouvoir susceptible de se transformer en résistances (Keith, 1993, p. 59), position partagée ici. Seules les logiques de contexte permettent de saisir le sens de tels événements.

6Le modèle de l’étincelle (flashpoint) élaboré par Waddington et ses collègues, définit six niveaux d’analyse interdépendants. C’est un modèle suffisamment ’souple pour prendre en compte une diversité de types de désordres, tout en rendant compte du caractère unique de chaque situation’ (2007, p. 51). Le niveau structurel réfère aux inégalités des chances et à l’impuissance politique éprouvée par les habitants des zones sensibles. Le niveau politique/idéologique examine les réponses institutionnelles de la classe politique, de la police, de la justice et des médias aux demandes émanant des quartiers. Le niveau culturel analyse les conditions et expériences partagées dans les sous-cultures et la propension à négocier avec ou à confronter les "autres", en période de conflit. Le niveau contextuel s’intéresse à la circulation des rumeurs, à l’histoire des lieux, à la couverture médiatique locale. Le niveau situationnel prend en compte le profil du territoire, les "propriétaires" de l’espace public, les guerres de territoire, le type de surveillance exercée par les forces de l’ordre. Enfin, pour le niveau interactionnel c’est leur nature opposant police et certains habitants qui importe ici. ’Dans les situations très tendues, un incident particulier incident (cailloutage, arrestation ou insulte) constitue l’étincelle. Chacun des protagonistes interprète symboliquement l’incident. Se greffent alors des éléments qui vont intensifier les antagonismes…’ et selon les lieux, ils vont dégénérer ou pas en affrontements (ibid).

7Ce cadre théorique est testé dans la troisième partie, la seconde partie étant consacrée aux études de cas. Mais avant de procéder aux comparaisons, il convient de donner aux termes employés ici le sens construit dont ils sont dotés dans un pays et dans l’autre. Ainsi, au Royaume Uni, le terme race différencie les individus par la couleur de la peau – les membres des minorités ethniques constituent 8 % de la population totale – et par les origines (Afro-Caribbean ou black traduits ici par antillais ; Asians par Pakistanais et Bangladeshi, le recensement les distinguant des Chinese – Chinois). La notion de community revêt un sens fort au Royaume Uni et réfère tout autant à la cohérence d’un voisinage et/ou à un sens d’appartenance ethnique/culturelle qu’à des politiques de gestion urbaine. Il est question en Angleterre d’un "modèle" différentialiste, construit en fonction de la démarcation des groupes ethniques et raciaux par contraste avec le modèle universaliste français. Le terme désordre et non émeute est ici préféré, comme le suggère Tilly (2003,18) pour qui émeute exprime un jugement politique plutôt qu’ une distinction analytique. Le terme police ne renvoie pas à des institutions identiques, la police est fortement locale au Royaume Uni, elle rend des comptes aux citoyens tandis qu’elle est nationale en France depuis 1941 et qu’elle rend des comptes aux sommets d’une structure pyramidale étatique. Enfin, la violence urbaine évoquée est une violence en miettes, de basse intensité mais persistante et destructive. En utilisant les termes de désordre, violence urbaine, troubles, événements, on convoque une rupture dans l’ordre normatif, même si ordre et désordre sont intimement liés.

Les désordres urbains des trente dernières années

8Au XIXe siècle, la violence était pour les masses non représentées politiquement un recours accepté, leur permettant de communiquer leurs revendications aux élites, forme de "négociation collective sur le mode violent" selon E. Hobsbawn (1959). Les perceptions ont évolué par la suite et au début du XX è siècle, les désordres du monde ouvrier ont été perçus par les élites au pouvoir comme une menace à l’ordre politique, social et économique. Leur double mouvement de réaction a consisté d’une part, à criminaliser les protestataires et d’autre part, à exalter dans les discours les vertus de la tranquillité publique. Les grands conflits ouvriers se sont apaisés dans les années 1950, des techniques de négociation se sont substituées à la confrontation violente. Trois décennies de relative prospérité, consécutives à la seconde Guerre mondiale dans les deux pays ont donné lieu à une relative accalmie.

  • 5 On se reportera, pour une analyse plus complète du cas anglais, à S. Body-Gendrot ’Les mutations de (...)

9Les désordres dans des quartiers urbains impliquant des jeunes gens et la police, sont liés, au Royaume Uni, à l’arrivée des citoyens britanniques issus du Commonwealth, dès la fin des années 1940 répondant à l’appel d’entreprises en quête aiguë de main d’œuvre5. La loi de 1948 leur a d’emblée conféré le droit de s’installer sans restriction avec la jouissance des mêmes droits sociaux et politiques que les Britanniques nés dans la métropole. "Le contraste est frappant avec la France, où les immigrés venant des colonies et des anciennes colonies ne jouissaient pas des mêmes droits sociaux et politiques que leurs semblables outre-Manche" observe D. Joly (2007, 40). Ces immigrants se sont installés dans des communautés de voisinage manifestant un déclin des mécanismes de contrôle social qui avaient jusqu’alors fonctionné dans des lieux relativement homogènes. Mais jusqu’aux premiers chocs pétroliers, l’économie pourvoyeuse d’emplois a permis aux uns et aux autres de se côtoyer sans heurts majeurs.

10Les épisodes qui, les premiers, ont retenu l’attention sont ceux de Nottingham et de Notting Hill, à Londres, en 1958, aussitôt qualifiés d’émeutes raciales par le gouvernement. Des centaines de jeunes blancs armés de pierres et de bouteilles confrontent dans ces quartiers de jeunes Antillais. La classe politique, en particulier le Labour Party au pouvoir, en conclut qu’il faut agir et restreindre l’immigration. Or ces violences émanent en partie de la transformation du monde ouvrier, de l’exclusion dont les ouvriers se sentent frappés dans une société d’abondance tournée vers la consommation et vers la réussite sociale. L’irruption de hooligans dans les stades de football à cette époque relève d’un malaise de type générationnel, voire d’une surcompensation par rapport à leur marginalité, leur pauvreté, leur mépris des normes établies. Dans l’incapacité de trouver un accès au marché du travail, ces jeunes gens tirent satisfaction d’une masculinisation exacerbée, les menant à des conduites ordaliques, à des confrontations et à des défis incessants lancés à la police. En conséquence, toute intervention policière faite à la demande des habitants constitue une étincelle susceptible d’embraser des quartiers parcourus de tensions.

11La transition d’une économie industrielle à une économie de services s’accompagne d’ un recul aux effets "délétères" de la protection sociale et de difficultés d’acculturation de nouvelles populations jeunes et de culture musulmane. Les gouvernements successifs ont par conséquent été confrontés à la réaction négative des populations autochtones devant la concurrence présentée par les immigrants dans les champs du travail, du logement, de l’école et des services d’une part et d’autre part, à la frustration de ceux auxquels le "plafond de verre" déniait une participation sur un pied d’égalité (Joly, op.cit., 45).

12Avant que n’éclatent les incidents fortement médiatisés de Bristol et de Brixton, des signes avant-coureurs de tensions sociales dans des villes multiculturelles (par exemple, à Leeds en 1972, 1974, 1975) s’étaient manifestés. Les désordres de Brixton qui se sont produits en 1981 ont été longuement analysés et ont donné lieu à un important rapport auquel on peut se référer (Scarman, 1985 ; Body-Gendrot, 1993).

A. Les désordres urbains des années 1980

Bristol et Sheffield

13On a choisi d’illustrer les troubles des années 1980 par ceux de Bristol et de Sheffield parce qu’ils sont moins connus que ceux de Brixton. Pour en comprendre la teneur, on se référera à l’analyse de Waddington et Critcher (1989). Dans ces deux villes, les protagonistes des désordres sont de jeunes Antillais de seconde génération. Le 2 avril 1980, dans le quartier de Saint Paul à Bristol, une descente policière lors d’une fête dans un café suscite un attroupement hostile. Malgré les renforts, les policiers confrontent deux heures durant quelques deux cents jeunes Antillais. Ils sont finalement mis en fuite, vingt trois policiers sont blessés. Pour les chercheurs Benyon et Solomos (1987), cet incident représente une "aberration", laquelle va pourtant se répéter l’année suivante dans le quartier de Brixton à la suite d’une opération de police de grande ampleur. Deux cents arrestations s’ensuivront, des maisons seront mises à sac par la police, il y aura des blessés (Body-Gendrot, 1993).

14Au cours du mois de juillet 1981, le quartier de Southall à Londres est le théâtre d’affrontements entre skinheads et jeunes Indiens ; puis à Toxteth à Liverpool et à Moss Side à Manchester se produisent des troubles.

15En août 1981, les désordres de Sheffield sont moindres et mieux contenus dans l’espace public, mais leur intérêt vient en partie de ce qu’ils impliquent plusieurs centaines de personnes (17 jeunes sont arrêtés, 12 condamnés pour obstruction ou assaut contre la police) et en ce que la police locale, par son savoir-faire, a réussi à en éviter la propagation. Des jeunes Antillais avaient coutume d’occuper un espace dans les escaliers d’un centre commercial appelé The Haymarket. Sheffield, à la différence de Brixton, n’a pas une importante population antillaise. Les revendications de celle-ci ne sont pas politisées. Or, au cours de l’été 1981, les incidents de Brixton survenus quelques mois plus tôt mettent la police locale sur le qui-vive et les arrangements habituels entre police et jeunes sont suspendus. De nouveaux policiers, peu familiers, avec les pratiques routinières au Haymarket, y sont dépêchés à la suite d’une plainte. L’étincelle de la confrontation vient de l’injonction, autoritaire, lancée par le chef de cette nouvelle patrouille, intimant aux jeunes Antillais de quitter les lieux. Le ton péremptoire de ce chef rompt le mode de relations coutumier entre police et jeunes. Devant la résistance de ceux-ci, ordre est alors donné d’enchaîner à une rambarde deux jeunes identifiés comme meneurs. Exaspérés, leurs amis s’en prennent à une policière. Les policiers ripostent en arrêtant alors un jeune travailleur social qui s’était interposé et ils menacent de lâcher leurs chiens.

16La confrontation porte sur l’interprétation donnée à un territoire spécifique. Les uns sont habitués à fumer du cannabis et à boire en écoutant de la musique dans un lieu public qui leur est familier, conduite jusqu’alors tolérée, alors que les nouveaux policiers la réprouvent. Au-delà des dimensions raciales du conflit, s’exprime une revendication générationnelle : les jeunes Antillais s’estiment agressés dans un espace qu’ils ont constitué en sanctuaire. Par contraste, la conception que la police a de l’ordre est fondée sur l’idée que l’espace public doit permettre à des gens très divers d’aller et venir et de vaquer à leurs occupations, en toute tranquillité. Aucun des camps en présence ne veut perdre la face. Toutefois le contexte et la nature de l’incident au sein du Haymarket en limitent la contagion.

17Par la suite, dans des contextes plus tendus, en 1985 à Brixton, puis à Handsworth à Birmingham (122 blessés dont une majorité de policiers), Broadwater Farm à Londres (un policier poignardé, 233 policiers blessés), Tottenham et Toxteth à Liverpool, des heurts opposent jeunes issus des minorités et police.

Les Minguettes à Lyon

18Pendant cette décennie, en France, des troubles se produisent dans de grands ensembles de logements sociaux de l’est lyonnais au cours de l’été 1981. Leur visibilité tient à l’autonomie progressive donnée à la question des mineurs et de la délinquance associée à celle de l’immigration. Des jeunes gens se livrent à des rodéos avec des voitures brûlées sous les caméras de télévision. Des heurts se produisent avec la police. Pour les autorités, il ne s’agit pas comme au Royaume Uni d’une question raciale mais d’une question sociale due à la déficience de l’intégration des familles immigrées dans la société française. Mais pour les jeunes, les confrontations sont un moyen de régler leurs comptes avec une police qui, disent-ils, les harcèle. De nombreux jeunes ont été tués par la police ou par des propriétaires irascibles à cette époque. Des marches de jeunes à travers le pays dénoncent au début des années 1980 les inégalités de traitement dont ils souffrent et une police raciste. L’opinion prend conscience du mal-être dans les grands ensembles. Il apparaît par ailleurs aux pouvoirs publics qu’il est plus difficile d’« intégrer » des familles immigrantes non européennes dans la société française.

B. Les désordres des années 1991-2005

19Au Royaume Uni, cinq incidents médiatisés se produisent en 1991. Par contraste avec ceux de la décennie précédente, les protagonistes sont constitués de jeunes blancs vivant dans des grands ensembles ouvriers et se livrant à une petite délinquance. La couverture médiatique des rodéos auxquels certains d’entre eux se livrent est, en revanche, comme aux Minguettes en 1981 en France, spectaculaire. A Oxford, dans le quartier de Meadow Well, le vol de voitures, puis leur mise à feu fait partie du quotidien des cités, jusqu’à ce qu’en septembre 1991, à la suite d’une intervention policière plus musclée qu’à l’ordinaire, se tuent deux jeunes, s’enfuyant à vive allure dans une voiture volée. La police est aussitôt accusée par la rumeur d’avoir causé leur mort et pendant quatre jours, le quartier est soumis au vandalisme, à des incendies et à des pillages.

20En juin 1995, dans le quartier Manningham de Bradford, dans le nord industriel de l’Angleterre, deux policiers interviennent pour mettre un terme au bruit que font des jeunes Pakistanais et Bangladeshi, en jouant au football dans la rue. Selon la rumeur, les policiers seraient entrés dans une maison, auraient bousculé une femme et procédé à l’arrestation de trois jeunes. Cette intervention se produit dans le contexte d’un quartier fortement hostile à la police, accusée de passivité face à la prostitution, à l’alcoolisme et aux trafics récurrents (Webster, 2005, 103). Les jeunes se mobilisent contre la police.

21Les désordres d’Oldham, Burnley et Bradford au cours du printemps et de l’été 2001 cumulent les antagonismes mobilisant les deux groupes précédemment cités : des jeunes blancs désaffiliés, proches de l’extrême droite, d’une part et d’autre part des jeunes Pakistanais et Bangladeshi, également marginalisés et en proie au ressentiment. Des incidents isolés mais continus mettent aux prises les uns et les autres. C’est dans ce contexte que des rumeurs laissent entendre qu’une grande marche fasciste se prépare et que les quartiers immigrants sont menacés. L’extrême droite vient de remporter des succès notables dans les villes industrielles du nord de l’Angleterre, frappées par la crise dans le secteur textile. Face aux rumeurs d’agression, des groupes d’auto-défense se constituent.

22La nouvelle génération pakistanaise et bangladeshi n’a plus les attitudes de déférence de la précédente génération et elle en veut à ses dirigeants de vivre de compromissions. Elle reproche à la police sa passivité. Elle s’organise, en conséquence, pour confronter les racistes. Par effet de miroir, chaque groupe exacerbe ses stéréotypes, son intolérance, son hostilité (Waddington, 2001, 455).

23Dans ce climat idéologique, la couverture médiatique des désordres dans les localités avoisinantes cristallise des émotions extrêmes et encourage les spéculations dans chacun des groupes. Les pires scénarios sont imaginés, se transformant parfois en prédiction créatrice.

Les désordres de Burnley

24On dispose de rapports officiels (les rapports Cantle et Clarke) pour comprendre la nature des affrontements qui se sont produits à Burnley, ville de 91 000 habitants dans le nord industriel de l’Angleterre au cours de trois nuits de juin 2001(King, Waddington, 2004). Des incidents avaient auparavant eu lieu à Bradford en avril, à Oldham dans la banlieue de Manchester en mai et à Leeds au début du mois de juin. Les quartiers immigrants à Burnley regroupent environ 5 000 personnes dans trois grands ensembles de logements à 60 % pakistanais. Aux élections de 2001, le Front national a remporté 11 % des suffrages. Le scénario habituel – tensions, montée en puissance, affrontement et décélération – des désordres était prévisible. De nombreux trafics de drogue s’accompagnaient de règlements de compte violents entre individus fortement alcoolisés, appartenant à des cultures différentes. A Burnley, les chauffeurs de taxi pakistanais se plaignaient régulièrement de harcèlement raciste et d’actes d’intimidation de la part des blancs.

25Les tensions sont montées d’un cran lorsque deux jeunes Pakistanais ont été poignardés à la sortie d’un night club par deux de leurs compatriotes, puis lorsque des confrontations entre blancs et pakistanais trafiquants de drogue se sont traduits en vandalisme et voitures incendiées. La montée en puissance est venue d’une attaque sur un chauffeur de taxi pakistanais. Très rapidement, la rumeur a laissé entendre que le chauffeur était mort après avoir été blessé à coups de marteau et que ses attaquants blancs avaient été remis en liberté. La police a entrepris de rétablir la vérité mais sa communication a été inefficace en raison de l’échauffement des esprits. Des échauffourées entre jeunes Pakistanais, Bangladeshi et blancs, incluant nombre de hooligans, se produisent alors, fortement stimulées par l’alcool. Armés de machettes, de couteaux et de battes de baseball, les uns affrontent les autres qui, ivres, hurlent des insultes et des chants racistes. La police locale parvient à séparer les deux camps et à les cantonner dans leurs territoires respectifs. Après trois nuits de grande tension, le calme revient progressivement. Selon les rapports officiels, le racisme a joué un rôle indubitable mais partiel dans les désordres. L’alcool et les querelles liées à la drogue ont fortement accru les antagonismes des blancs et la volonté de vengeance des immigrants. La police a été incompétente.

De Vaulx-en-Velin aux événements de 2005

26Dans le cas français, « des centaines d’incidents, locaux, très restreints » se produisent au cours de ces années-là, « chaque lieu dévoilant une série de causes et de formes de violence spécifiques » (Jobard et al, 2009, 233). Or l’usage de termes identiques par les médias, les hommes politiques et les commentateurs masquent ces spécificités contextuelles. Quelles différences réelles distinguent ce qui se ressemble en matière de causes, de processus et de nombreuses variations observées selon les moments, les lieux et la configuration sociale ?

27Pas moins de quinze heurts fortement médiatisés opposent chaque année jeunes des cités et policiers dans des zones sensibles : Mantes-la-Jolie 1991, Sartrouville 1992, Melun 1993, Dammarie-les-Lys 1997, Toulouse 1998, Lille 2001, Clichy-sous-Bois (Jobard, 2009, 29). Le premier incident, à Vaulx-en-Velin, dans l’est lyonnais, ne recevra pas moins de 250 couvertures médiatiques lesquelles, dans une spirale d’amplification, diffuseront l’idée qu’une violence aveugle et sauvage menace la paix locale et la société en général.

28Après qu’une poursuite de jeunes en moto par des policiers se solde d’un mort, suscitant plusieurs nuits de désordres et de vandalisme, se pose à nouveau l’hypothèse d’un échec de l’intégration des familles immigrées en provenance d’Afrique du nord. Comme en Angleterre, les dysfonctions des quartiers d’habitation sociale sont comparées avec celle des ghettos américains et avec les zones de non-droit, etc. Le communautarisme est dénoncé de manière véhémente par l’ensemble de la classe politique.

29Ce qui distingue ces désordres français vient de ce que les jeunes en colère prennent pour cibles les agents de l’Etat – policiers, conducteurs de bus, enseignants – ou ses symboles, écoles, gymnases, dépôts de bus, dans de très nombreux cas (Lagrange, 2006). Mais, après 1997, comme en Norvège, aux Pays Bas, en Italie, en Espagne, des querelles à propos de filles ou de territoires opposent des bandes de jeunes.

C. Les désordres de 2005 et de 2011

Les événements parisiens de 2005

30Les événements de l’automne 2005 qui agitent le pays donnent une impression de ‘déjà vu’, comme si les cycles de désordres devaient ponctuellement refaire surface, puisque les causes qui les suscitent ne sont pas résolues. Ces événements se soldent par 10 000 voitures brûlées, 11 500 policiers et gendarmes mobilisés, plus de 200 millions d’euros de dommages.

31C’est l’inhabituelle contagion géographique (300 quartiers touchés dans deux cents villes) et la durée – trois semaines de troubles – qui rendent inhabituels ces événements en raison d’une accumulation d’effets non anticipés et d’erreurs de jugement. Pour autant, aucun lieu n’enregistre plus de quatre nuits de violence urbaine (Cincelli 2006, 3).

32La réaction du Ministre de l’Intérieur, N. Sarkozy, à l’annonce de la mort des deux jeunes électrocutés, a, par exemple, été mise en cause : au lieu de paroles de compassion, le blâme jeté sur les victimes de l’électrocution, avant le début de l’enquête de justice, est reçue comme une provocation par les amis de ces jeunes dans un contexte déjà hostile envers cette autorité (la veille, le Ministre a évoqué la racaille, la veille des incidents de Clichy). Puis, une grenade jetée à l’entrée d’une mosquée alors que la tension retombait contribue à la relancer. C’est ensuite un match de football à hauts risques à Saint Denis qui incite le Ministère de l’Intérieur à y dépêcher 2 800 policiers aguerris, laissant de ce fait des troubles mal gérés se propager au-delà de Clichy-sous-Bois. En raison du long week-end de la Toussaint, les maires des communes concernées sont privés des ressources dont ils disposent pour gérer la violence « ordinaire ». La facilité qu’ont les médias installés à Paris à se rendre sur les scènes de violence et la popularité du sujet aux heures de grande écoute, les incitent chaque soir à dresser des sortes de Hit Parade à partir du nombre de voitures et de bâtiments brûlés et endommagés, qui ne laisse pas indifférents les jeunes des cités portés à l’émulation. Enfin, la période de précampagne et l’idée que N. Sarkozy puisse commettre la même erreur que J. Chirac rendu responsable de la mort d’un jeune, M. Oussekine, à la suite d’une répression policière trop brutale peuvent aussi expliquer l’acharnement des médias à couvrir ces événements en continu (Jobard, Fillieule, 1998).

Les événements londoniens de 2011

33Après une marche paisible suivant la mort de métisse Mark Duggan sous les balles de la police à Tottenham, quartier précaire, au nord de Londres le 4 août, des scènes de désordre se produisent deux soirs plus tard et gagnent rapidement d’autres sites tels Shepherd’s Bush, Enfield, Islington, Brixton et Croydon. Tottenham est un quartier multi-ethnique. Mais il est surtout connu pour son grand ensemble – Broadwater farm. Lors des troubles raciaux qui se sont produits en 1985, un officier de police a été tué. En 2011, des motivations très différentes poussent des individus et des groupes hétérogènes à se regrouper et à occuper l’espace public, le plaisir, l’envie d’un ’happening’, l’hostilité envers la police, et l’occasion de piller les magasins environnants.

  • 6 Ces informations m’ont été données par B. Stanko, chercheuse pour le Home Office. Pour plus de déta (...)
  • 7 Un tiers des Anglais interrogés dans les enquêtes Euro-Justis sur la confiance en la police en 2011 (...)

34 Ce qui est nouveau et différencie ces événements de leurs équivalents français vient d’abord de l’usage des Blackberry et autres réseaux sociaux utilisés par les jeunes pour se rassembler très rapidement dans des rues non surveillées. La police se montre impuissante à capter ces réseaux. Le premier soir, les jeunes mobilisés recourent à leur répertoire habituel : des voitures de police sont brûlées, des immeubles vandalisés, des boutiques pillées. On relève 283 infractions6. Le second soir, une voiture fonce sur deux officiers de police et les vols qui font la "une" des médias se poursuivent massivement dans les boutiques. Des incidents se produisent à Hackney, dans divers quartiers de Londres et à Birmingham. Le meurtre d’un jeune âgé de 26 ans se produit à Croydon, au sud de Londres. Le troisième jour, les désordres gagnent d’autres villes et d’autres quartiers de Londres. Les appels à la police sont quatre fois plus nombreux qu’à l’accoutumée. La police londonienne protège des sites sensibles tels Oxford Street, le centre commercial de Westfield, mais pas tous et de nombreuses infractions (2 266) sont relevées à Clapham Junction, Croydon, Ealing, Hackney par exemple. Le quatrième soir, environ 700 individus sont arrêtés à Londres, 55 % d’entre eux dans leur quartier et une centaine au centre de Manchester. Leeds et Liverpool subissent également des désordres. On estime les dommages entre £ 250 et 300 millions. Des fonds exceptionnels sont débloqués pour les victimes dont l’habitat et les commerces ont été saccagés. Les médias et les hommes politiques mettent en cause les gangs de jeunes. Mais selon les juges, seuls 16 % des jeunes arrêtés en font partie. Cependant les gangs sont les mieux organisés, les plus rapides et ils escomptent tirer plus efficacement avantage des pillages en vue de la revente des biens volés. Trois personnes d’origine pakistanaise à Birmingham sont tuées en essayant de protéger leurs biens. Si l’on inclut la mort d’un retraité de 68 ans, ce sont cinq personnes qui trouvent la mort pendant ces désordres, autre différence par rapport à 2005 en France. Concernant la police, comme en France en 2005, son implication a été lente (de nombreux policiers étaient en vacances) et particulièrement dysfonctionnelle le premier soir (elle a été accusée de manquer d’empathie envers la famille de la victime et de ses amis à Tottenham ; elle était, selon les divers rapports, effrayée par les manifestations hostiles dont elle était l’objet dans ce quartier multiculturel7) et des erreurs stratégiques en termes de maintien de l’ordre ont été commises. A partir du quatrième jour, 16 000 officiers de police patrouillaient les rues de Londres, 3 000 individus étaient arrêtés et 1 300 d’entre eux envoyés devant les juges en comparution immédiate qui décidaient de la peine à donner aux infractions en temps réel. Les deux tiers étaient condamnés à une peine allant de dix à seize semaines d’emprisonnement ou transférés vers d’autres tribunaux (Par comparaison, la moyenne des peines données en 2005 avoisinait deux mois de prison). L’opinion publique, majoritaire, a soutenu de tels jugements, certaines localités manifestant une tolérance zéro (soit la suppression des allocations familiales et l’expulsion des familles délinquantes des logements sociaux), les partis politiques d’opposition (l’ancien premier ministre Tony Blair inclus) et la Ligue des droits de l’homme pour leur part ont critiqué la dureté des peines données à des fins symboliques et politiques.

Les hypothèses explicatives

  • 8 Pour une analyse approfondie de ces différentes hypothèses, cf. Body-Gendrot, Sophie. Globalization (...)
  • 9 Cet aspect est traité dans Body-Gendrot 2013, op.cit.

35Chacun des contextes évoqués exige une analyse en profondeur, structurelle ; politique/idéologique ; culturelle ; communicationnelle, situationnelle et interactionnelle. On se limitera ici à une analyse interactionnelle et structurelle8. L’importance centrale de la police, de son rôle, de son organisation et de ses interactions dans les troubles analysés ici n’est pas évoquée, faute de place9.

A. L’hypothèse interactionnelle

36Au départ, une étincelle (a flashpoint), un incident déclencheur mettant en cause des jeunes et la police met le feu à une poudrière (Waddington, Crichter, 1989). Selon le rapport Scarman, cette hypothèse s’applique à la plupart des cas : "l’incident qui a déclenché les désordres…était routinier, comme il s’en produit d’habitude dans les rues de Brixton. Pourquoi, dans ce cas précis, y a-t-il eu embrasement incendiaire et bataille rangée avec la police ? L’étincelle mettant le feu à la poudrière a été causée par une arrestation aux abords de l’agence d’interim. Incontestablement, des causes plus profondes existaient mais la cause immédiate des incidents, c’est la combustion de la poudre provoquée par cette seule étincelle" (1985, 37).

37La formation d’une foule au moindre incident dans des quartiers parcourus de tensions la nourrit, puis le bouche à oreille, la circulation rapide des rumeurs, la contagion des comportements aux émotions collectives fluctuantes, et enfin la couverture médiatique sont autant d’éléments qui structurent la dynamique des désordres.

38Dans chaque cas, des incidents sporadiques commencent par se produire, suivis de conflits plus fréquents. Interviennent ensuite des affrontements sérieux entre jeunes, par exemple entre jeunes blancs ou entre blancs, immigrants et police en Angleterre, entre bandes de jeunes en France. Puis intervient la police et tous se rassemblent contre elle. Le passage d’une phase à l’autre peut être rapide. Puis s’ensuit une retombée de l’agitation. Dans certains lieux, une agitation latente persiste pendant plusieurs jours et la police doit la contenir pour éviter une reprise des désordres, dans d’autres, elle cesse brutalement. La "normalité" est fonction du contexte des quartiers.

B. L’hypothèse structurelle

39En ce qui concerne les années 1980, selon Power et Turnstall (1997), le contexte social anglais est explicatif des désordres et la dimension structurelle est privilégiée. Les incidents se sont produits dans des quartiers, dotés de grands ensembles, isolés, peuplés de ménages au chômage et d’un grand nombre de familles monoparentales dotées de nombreux enfants. Cette population, à faible capital social et éducatif, se sentait séparée territorialement, exclue socialement, non représentée politiquement et abandonnée par la classe politique.

40Au Royaume Uni, les années 1980 et l’essor d’un capitalisme peu contraint par le Thatchérisme accentuent le caractère segmenté de la société britannique, divisée entre ceux qui sont stimulés par les défis de la nouvelle économie et qui défendent le multiculturalisme (pas nécessairement les mêmes) et ceux qui se sentent menacés par ces deux types de défis et qui reportent sur des sujets visibles et proches d’eux leur insécurité sociale et leur peur du déclassement.

41A la fin du XXè siècle, ces dimensions sont encore plus accentuées que lors de la décennie précédente : dans les villes industrielles du nord, pauvreté, exclusion sociale, habitat dégradé et surpeuplé, peur de l’avenir caractérisent les conditions de vie des Pakistanais et Bangladeshi. Le grand ensemble Daneshouse à Burnley où vivent les deux tiers d’entre eux fait partie des 10 % des quartiers les plus pauvres du Royaume Uni. 85 % des moins de 16 ans sont issus de familles assistées. Près de 60 % des jeunes Pakistanais et Bangladeshi de 16 à 24 ans sortent de l’école sans diplôme (King et Waddington, 2004).

42En France, à la fin de l’été 2005, le département de la Seine Saint Denis compte 13,9 % chômeurs (contre 9,8 % dans l’ensemble du pays). Le nombre de familles assistées est passé de 38 000 à 48 000 entre 2002 et 2005. Clichy-sous-Bois est la commune la plus pauvre du département, avec un taux de chômage de 23.5 % en 2004 (contre 16 % en 1993). Près d’un tiers des habitants ont moins de 25 ans. Les familles dépendant des allocations forment 67.4 % de la population et 46.6 % d’entre elles se situent sous le seuil de la pauvreté. Un tiers des habitants ne sont pas français et 60 % d’entre eux sont sans emploi (Kokoreff, 2006, 166).

43Le rapport Scarman synthétise parfaitement cette hypothèse structurelle :

Certains territoires cumulent trop de handicaps, trop de difficultés. Des territoires confrontés à la violence et aux trafics. Des territoires où le chômage est massif et l’urbanisme inhumain. Des territoires où les enfants sont déscolarisés, où trop de jeunes peinent à trouver un emploi, même lorsqu’ils ont réussi leurs études. Aux racines de ces événements que nous venons de vivre, il y a évidemment cette situation (cité par Joly, op.cit., 269).

44La théorie des manques relatifs insiste sur de telles inégalités et sur l’accumulation des handicaps pour expliquer la violence urbaine. Elle accuse les pouvoirs publics, subvenant mal aux besoins des cités, d’en être responsables.

45Sans aucun doute, cette théorie est en partie fondée. Pour autant elle ne saurait expliquer entièrement les désordres qui se sont produits au cours de ces décennies. Tout d’abord les niveaux de détresse sociale qui frappent toutes sortes de lieux ne déclenchent pas mécaniquement des cycles de désordres. Il n’y a pas de déterminisme. Ensuite, les violences urbaines ne découlent pas de la réduction des subventions aux associations de quartier. Celle-ci s’est produite en 2002 en France et non en 2005. En Angleterre, les coupes budgétaires en 2011 avaient affecté les effectifs de police et les suppressions d’aide à l’éducation pour les familles dans le besoin avaient été mal ressenties. Mais inversement, les subventions distribuées dans les zones franches ou de rénovation urbaine en France pour prévenir les risques de violence plus que pour pallier le dénuement n’ont pas empêché les désordres. On ne peut donc tirer de ces hypothèses des corrélations probantes. Enfin, la théorie des manques relatifs invoque les relations de domination entre pouvoirs en place et base révoltée. Mais en Angleterre, on l’a vu, les conflits ont été fréquemment latéraux entre groupes de « race » différente, au sein de territoires de proximité. 2011 constitue une exception en mêlant des jeunes gens de diverses origines dans les actions protestataires. Ces considérations suggèrent qu’entre en jeu une série complexe de facteurs incluant mais non limités à la théorie des manques.

46Dans un travail comparatif relatif aux émeutes de Los Angeles et aux violences urbaines de 2005 en France, nous suggérions que de multiples forces sont à l’œuvre et qu’au cours des événements, elles s’amalgament pour produire un effet particulier (Body-Gendrot, Savitch, 2011). Elles peuvent être indépendantes les unes des autres au départ puis s’interpénétrer au cours des phases de désordre. Par exemple, le taux de chômage est indépendant de l’état des relations entre jeunes et police dans une localité donnée ou du style de partenariat mis en œuvre pour prévenir la violence ou du nombre de jeunes abandonnant leurs études prématurément ou de l’importance des trafics de drogue. Mais ces éléments forment le combustible qui sous l’action de la mèche va enflammer l’ensemble. La question épineuse du : « Pourquoi les hommes ne se révoltent-ils pas plus souvent ? » et « Pourquoi ici et pas là ? » demeure non résolue. Il faut souligner à nouveau que les violences urbaines sont rares. Lorsque la violence collective se produit, elle est catalysée au travers d’un labyrinthe d’événements relativement discrets, très contingents qui, à moment donné, s’empilent les uns sur les autres. C’est dans cette conjonction de hasard, de contexte et de causes que l’on peut chercher des explications (Tilly, 2003).

47En fonction de ce potentiel, l’apparition de la violence est facilitée ou retardée. L’exclusion sociale ou une mauvaise intégration culturelle en constituent des éléments. Mais des lieux sensibles peuvent être inversement porteurs de capital social et de familles unies par des réseaux comme à Marseille ou ignorantes les unes des autres comme à Burnley. Que le nombre de jeunes soit majoritaire dans une localité a une incidence, de même que l’importance de la ségrégation vécue par des familles migrantes nouvellement arrivées et privées du « tracé tremblé de la transmission », comme ce fut le cas en 2005 aux Mureaux et à Mantes-la-Jolie dans la région parisienne (Lagrange, 2006).

48Il est possible de repérer des incidences d’un contexte à l’autre, mais les différences demeurent notables entre les deux pays. Ainsi, on ne saurait minimiser le rôle de l’Etat en France qui contribue par des mesures de redistribution à la paix sociale et celui des politiques de luttes antidiscriminatoires au Royaume Uni dans l’éventail des mesures de prévention de la violence. On ne reviendra pas ici sur les lacunes et les insuffisances de la politique de la ville française traitées par ailleurs : elle a le mérite d’exister (Body-Gendrot, Wihtol de Wenden, 2007).

Conclusion

49La comparaison des désordres au Royaume Uni et en France présente des convergences. Des jeunes gens, vivant pour la plupart dans des quartiers en crise, privés de mobilité et se sentant marginalisés et non respectés, se mobilisent sur des territoires urbains ségrégués, porteurs de nombreux indices d’exclusion. La violence leur donne temporairement une forme de visibilité, leur procure un défoulement, leur offre un mode d’expression par défaut. Elle érige une forme d’altérité symbolique dans des lieux où les relations avec la police sont marquées par la défiance. Parmi les divergences entre les deux pays, on observe que les éruptions de violence peuvent amener des réformes préparées au Royaume-Uni par des rapports de commissions d’enquête aux effets non négligeables (Scarman 1985, MacPherson 1999, Cantle 2001, Clarke 2001 et pour les nombreux rapports consécutifs aux événements de 2011, Body-Gendrot, 2013). Ainsi, en matière de discrimination institutionnelle, les policiers londoniens inscrivent sur leurs procès-verbaux leur identité et l’identité ethnique ou raciale des personnes soumises à leurs contrôles puis les soumettent à l’ordinateur central du Metropolitan Police Service.

50En France, autre divergence, les violences urbaines dans les quartiers sensibles ne se traduisent pas en général par des affrontements entre jeunes d’extrême droite et jeunes issus de l’immigration, comme on le voit aussi dans les landers de l’ancienne Allemagne de l’est et en Scandinavie. Les violences urbaines ne sont pas analysées sous l’angle de la race et de l’ethnicité mais de la paupérisation et des inégalités. Est mis aussi en cause le harcèlement de la police nationale, envoyée là pour faire le « sale boulot » de maintien de l’ordre après que d’autres institutions ont révélé leurs carences. L’approche quasi-militariste d’une police qui ne rend pas de comptes à la population se distingue de celle de son homologue anglaise, axée sur la coproduction de la sécurité avec les habitants. Le surinvestissement des décideurs politiques français en matière de sécurisation des lieux à risques est notable. Les attitudes d’intimidation adoptées, en retour, par certains jeunes pour obtenir ce qu’ils veulent des municipalités découlent d’une absence de dialogue. Ce qu’on leur accorde repose plus sur le marchandage et sur les épreuves de force que sur la routine de politiques multiculturelles (Jobard, 2009). Depuis la décennie 1990, les désordres à jets continus ne mènent nulle part en France et tant les dirigeants de gauche que ceux de droite le savent. Les politiques de maintien de l’ordre ne sont pas dans la capacité de promouvoir mobilité, emplois stables et gratifiants aux populations des quartiers sensibles. Les désordres rituels observés, en raison de leur faible intensité et de leur nature émiettée, ne menacent ni la société ni les villes où ils se produisent. Ils relèvent de questions qui ne sont pas sur l’agenda politique et qui appartiennent à la non-décision. Descendre dans la rue, brûler des poubelles ou des voitures, crier sa haine au visage de la police est un signal qui entre en résonance dans l’imaginaire collectif des jeunes gens. L’espace public et les inégalités cimentent à un moment donné sur des sites spécifiques des groupes très différents les uns des autres. L’espace dynamise la protestation. Mais la dispersion des situations ne permet pas une convergence des résistances locales en un mouvement social.

Haut de page

Bibliographie

BENYON John et SOLOMOS John (ed.). The roots of urban unrest. Oxford : Pergamon Press, 1987.

BODY-GENDROT, Sophie. Ville et violence. Paris : Presses Universitaires de France, 1993.

BODY-GENDROT, Sophie. Globalization, Fear and Insecurity. The Challenges for Cities North and South. Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2012.

BODY-GENDROT, Sophie. “Urban violence in France and England : Comparing Paris (2005) and London (2011)”. Policing and Society 23.1 (2013): 6-25.

BODY-GENDROT, Sophie. Villes : la fin de la violence ? Paris : Presses de Sciences Po, 2001.

BODY-GENDROT, Sophie, SAVITCH, Hank V. “Urban Violence in the United States and France : Comparing Los Angeles (1992) and Paris (2005)”. In MOSSBERGER, K., CLARKE, S., JONES, P. (ed.). Oxford Handbook of Urban Politics. Oxford : Oxford University Press, 2010, 501-519.

BODY-GENDROT, Sophie et WIHTOLD de WENDEN, Catherine. Sortir des banlieues. Pour en finir avec la tyrannie des territoires. Paris : Autrement, 2007.

CANTLE, Ted. Community Cohesion. Londres : Home Office, Her Majesty’s Stationery Office (HMSO), 2001.

CASTEL, Robert. L’insécurité sociale. Paris : La vie des idées, 2003.

CICCHELLI, Vincenzo, GALLAND, Olivier, de MAILLARD, Jacques et MISSET, Séverine. “Enquête sur les violences urbaines. Comprendre les émeutes de novembre 2005. L’exemple d’Aulnay sous bois”. Paris : Centre d’analyse stratégique, 2006.

CLARKE, Anthony, Sir. Report of the Burnley Task Force. Burnley : Burnley Borough Council, 2001.

FILLIEULE, Olivier et JOBARD, Fabien. “The maintenance of order in France. Toward a model of protest policing”. In DELLA PORTA, D. et REITER, H. (ed). The Policing of Mass Demonstrations in Contemporary Democracies. Minneapolis : University of Minnesota Press, 1998.

HOBSBAWM, Eric. Primitive Rebels. Manchester : Manchester University Press, 1959.

JOBARD, Fabien. “An overview of the French riots : 1981-2004”. In WADDINGTON, D., KING, M., JOBARD, F. (ed.) Rioting in the UK and France : a comparative analysis. Portland, Oregon : Willan Publishing, 2009, 27-38.

JOBARD, Fabien, KING, Mike et WADDINGTON, David. “Conclusions”. In WADDINGTON et al. op.cit. 229-243.

JOLY, Danièle. L’émeute. Ce que la France peut apprendre du Royaume Uni. Paris: Denoël, 2007.

KING, Mike et WADDINGTON, David. “Coping with Disorder ?” Policing and Society 14.2 (2004): 118-137.

KOKOREFF, Michel. “Le sens des émeutes de l’automne 2005”. Regards sur l’actualité 319 (2006) : 15-26.

LAGRANGE, Hugues. “La structure et l’accident”. In LAGRANGE, H. et OBERTI, Marco (ed). Emeutes urbaines et protestation. Une singularité française. Paris : Presses de Sciences Po, 2006.

McPHERSON, William, Sir. The Stephen Lawrence Inquiry. Londres : HMSO, 1999.

POWER, Anne et TUNSTALL, Rebecca. Dangerous Disorder : Riots and Violent Disturbances in Thirteen Areas of Britain, 1991-92. York : York Joseph Rowtree Foundation, 1997.

SCARMAN, Leslie George, Sir. The Brixton Disorders 10-12 April 1981. Londres : HMSO, 1985.

TILLY, Charles. The Politics of Collective Violence. Cambridge : Cambridge UP, 2003.

WADDINGTON, David. “Trouble at Mill towns”. The Psychologist 14.9 (2001) : 254-255.

WADDINGTON, David et CRITCHER, Chas. Flashpoints : Studies in Public Disorder. Londres : Routledge, 1989.

WADDINGTON, Peter A.J. The strong arm of the law : armed and public order policing. Oxford : Clarendon Press, 1991.

WEBSTER, Colin. Understanding race and crime. Londres : McGraw Hill, 2007.

Haut de page

Notes

1 Body-Gendrot, Sophie, Kostelecky, T. et Stone, C. "Stratégies de rénovations urbaine : Les trois approches des villes européennes". Urbanisme 380 (Sept-Oct 2011) : 65-67.

2 Body-Gendrot, Sophie. Globalization, Fear and Insecurity. The Challenges for Cities North and South. Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2012, ch. 3.

3 Ibid.

4 Body-Gendrot, Sophie. “Confronting Fear”. In Burdett, R. et Sudjic, D. (eds). The Endless City. London : Phaidon, 2008, 352-363 et "Uneven Landscapes". In Burdett, R. et Sudjic, D. Living in the Endless City. Londres : Phaedon, 2011, 360-367.

5 On se reportera, pour une analyse plus complète du cas anglais, à S. Body-Gendrot ’Les mutations des désordres urbains au Royaume-Uni au cours des trente dernières années’ in Sophie Béroud, Boris Gobille, Abdellali Hajjat et Michelle Zancarini-Fournel (eds.), Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires (1968-2010) (Paris : Éditions des archives contemporaines, 2011) 173-185.

6 Ces informations m’ont été données par B. Stanko, chercheuse pour le Home Office. Pour plus de détails voir Body-Gendrot, Sophie. "Comparing disorders in England and France : 2005 in Paris and 2011 in London". Policing and Society 23 (1) 2013 : 6-25.

7 Un tiers des Anglais interrogés dans les enquêtes Euro-Justis sur la confiance en la police en 2011 disent ne pas se sentir citoyens du Royaume-Uni.

8 Pour une analyse approfondie de ces différentes hypothèses, cf. Body-Gendrot, Sophie. Globalization, Fear and Insecurity : the Challenges for Cities North and South. Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2012, ch. 5.

9 Cet aspect est traité dans Body-Gendrot 2013, op.cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Body-Gendrot, « Confrontations entre jeunes et police en Angleterre et en France  », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://orda.revues.org/1030 ; DOI : 10.4000/orda.1030

Haut de page

Auteur

Sophie Body-Gendrot

Professeur Emérite, Université Paris-Sorbonne, chercheur CNRS/CESDIP/Ministère de la Justice, bodygend@cesdip.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org