Navigation – Plan du site
Les émeutes de mai 2006 à São Paulo. Regards comparés

Gestion de la violence ou gestion (disputée) de l’ordre ? Interrogations à partir d’une étude sur le marché de la drogue à São Paulo

Violence Management or (Disputed) Management of Order? Questioning from a Study of the Sao Paulo Drug Market
¿Gestión de la violencia o gestión (disputada) del orden? Preguntas a partir de un estudio sobre el mercado de las drogas en São Paulo
Gestão da violência ou gestão (em disputa) da ordem? Interrogações a partir de um estudo sobre o mercado local da droga em São Paulo
Vera da Silva Telles

Résumés

Dans un contexte défini par une forte chute des homicides dans la ville de São Paulo, cet article examine l’impact de la présence du PCC dans les quartiers populaires à partir du rôle joué par cette organisation dans la médiation des conflits formés autour de la vente de drogues illicites. Un poste d’observation plus que privilégié pour comprendre un peu les formes que prend dans ces lieux la gestion de la violence. Ces formes sont imbriquées dans les points d’intersection entre le mode opératoire des forces de l’ordre, la logique de marché caractéristique des affaires illicites et les circonstances qui entourent la sociabilité locale. Notre hypothèse est que cette gestion de la violence mobilise des médiations, des codes et des protocoles dont on ne peut pas dire qu’ils se situent en marge de la loi et de l’État, dès lors qu’ils sont activés à partir de champs de tension liés au mode opératoire des forces de police et qu’ils se situent au cœur des micro-régulations des marchés illicites locaux.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

debate, PMC, violencia, mercados de drogas

Palavras chaves :

debate, PCC, violência, mercados da droga
Haut de page

Texte intégral

1Les morts violentes (les homicides, selon les termes juridico-policiers) font partie de l’histoire de São Paulo (et d’autres villes brésiliennes). Les comparaisons internationales suggèrent que les taux de morts violentes dans la Région métropolitaine de São Paulo ont, dans les années 1990, atteint jusqu’à l’équivalent de pays ou régions du monde en situation de conflagration ou de guerre civile.

  • 1 Source : PRO-AIMS/SMS – IBGE et Fondation Seade : indicateurs produits à partir de données (types d (...)

2Dans la première moitié des années 2000, cette situation s’est drastiquement modifiée : après deux décennies de courbe ascendante, les indicateurs de morts violentes ont baissé, et cela à une échelle surprenante. Selon des données issues du domaine de la santé publique (qui font référence en la matière), le taux de mortalité par agression est passé de 43,2 cas pour 100 mille habitants en 1999 à 22 cas en 2005. Une fois décomposées sur les différentes régions de la ville, notamment les périphéries urbaines, ces données peuvent même être surprenantes. Dans le district de Cidade Tiradentes, le taux de « morts par agression externe a baissé de 106,6 pour 100 000 habitants en 2000 à 20,8 en 2005. Jardim Ângela : de 91,7 à 33,9, en cette même période. Jardim São Luiz : de 84,7 à 33,6. Sapopemba : de 73,0 à 18,1. » Cette tendance se confirme dans tous les districts périphériques de la ville, dans des proportions tout aussi impressionnantes1 .

3Si les données sont évidentes, on ne saurait en dire autant des facteurs qui expliqueraient la chute des taux d’homicides. Lorsque les données officielles ont été divulguées en 2006, cette discussion a occupé les pages principales des quotidiens, le sujet donnant matière à des rencontres, des forums de discussions et des séminaires auxquels prenaient part des experts du domaine de la sûreté, des gestionnaires publics, des universitaires et des centres de recherches. Nombreuses hypothèses explicatives ont été soulevées, chacune signalant des dimensions effectives des évolutions récentes de l’économie (bonne performance des marchés de travail), de la société (changements dans le profil sociodémographique de la population), des institutions (mécanismes de participation populaire, action des ONGs et diverses organisations sociales), ainsi que des politiques de sûreté (modernisation des organismes policiers, réforme administrative, augmentation des ressources). « L’hypothèse PCC » a également circulé dans ce débat, par référence au contrôle exercé par l’organisation criminelle Primeiro Comando da Capital (PCC) sur le marché de détail de la drogue à São Paulo. Cette hypothèse s’appuierait, selon Renato Lima (voir son article dans ce numéro), sur « une perception diffuse, dans ces zones, de ce que l’hégémonie d’une faction criminelle (le PCC) aurait contribué à la régression des taux d’homicides, dans la mesure où cette faction prenait part à la médiation des conflits et au maintien de l’ordre, « pacifiant » ainsi des territoires autrefois dominés par plusieurs gangs liés au trafic de la drogue ». C’est assez curieux de remarquer que Renato Lima associe cette hypothèse aux ethnographes de l’urbain, attentifs aux formes de sociabilité de la population dans les zones périphériques, mais aussi à des « segments policiers » qui, pourrions-nous ajouter, sont par ailleurs attentifs à ce qui se passe dans ces régions, pour des raisons tout autres que celles des chercheurs de l’urbain. À en croire ces récits de policiers, déclare Lima, cela « découlerait du fait que le PCC a pris en charge le commerce en gros des drogues illicites à São Paulo et imposé aux groupes locaux l’achat de portions fixes de stupéfiants, ce qui aurait freiné les disputes de territoires. ».

4Ce n’est pas le but de ce texte que de discuter de la pertinence de chacune de ces hypothèses. On laissera cela à d’autres, plus compétents en cette matière toujours controversée, relative aux crimes et aux faits policiers. Nous voudrions cependant exploiter cette « hypothèse PCC » à laquelle nous nous rallions.

  • 2 Cette recherche a été réalisée en collaboration avec Daniel Hirata. Les hypothèses évoquées sont co (...)

5Il faut dire tout d’abord, ne serait-ce que par prudence méthodologique, que tout ne saurait s’expliquer par « l’hypothèse PCC », et que d’autres facteurs sont en jeu dans les courbes déclinantes des morts violentes. Mais la présence du PCC dans les périphéries urbaines paulistes, ainsi que ses procédés de « pacification » des territoires n’en sont pas moins des faits incontournables. Ayant pour base une recherche de terrain à fort contenu ethnographique effectuée depuis le début des années 2000 dans certains quartiers des périphéries urbaines paulistes, nous avons pu accompagner et enregistrer ces évolutions, vues par le prisme du réseau de relations qui se constitue autour des points de vente des drogues illicites. Un poste d’observation plus que privilégié pour comprendre un peu les formes par lesquelles s’effectue dans ces endroits la gestion de la violence. On pourrait même dire qu’autour des points de vente de la drogue, les mécanismes de gestion de la violence s’explicitent aux points d’intersection entre les modes d’opération des forces de l’ordre, la logique de marché propre aux négoces illicites et les circonstances de la sociabilité locale. L’hypothèse avec laquelle nous travaillons est que cette gestion de la violence mobilise des médiations, des codes et des protocoles dont on ne peut pas dire qu’ils ont cours en marge de la loi et de l’État, dans la mesure justement où ils sont activés sur des champs de tension engendrés par le mode opératoire des forces de l’ordre et qu’ils s’inscrivent au cœur même des micro-régulations des marchés illicites locaux2. 2

6C’est ce qu’on a l’intention de montrer et de discuter plus loin, à partir d’une scène ethnographique se déroulant autour d’un point de vente de drogues installé dans un quartier périphérique de la ville de São Paulo.

La ville comme plan de référence

7Avant de poursuivre, quelques éclaircissements se font nécessaires pour situer les questions qu’on a l’intention de discuter dans ce texte.

8La première concerne l’angle mort des débats autour de la chute des homicides durant la première moitié des années 2000. Faits et hypothèses sont discutés sans que soient bien comprises pour autant les circonstances qui ont présidé à la courbe ascendante des homicides dans les décennies précédentes. Les crimes violents dans la Région métropolitaine de São Paulo ont connu une croissance continue à partir des années 1980, ayant atteint leur summum en 1999 (cf. Lima, 2009). En cette période, l’homicide était le crime qui présentait les taux de croissance moyenne les plus élevés, avec une plus forte incidence dans les quartiers les plus pauvres de la ville (cf. Caldeira, 2000). En dépit des réserves des analystes quant à l’emploi (et critique) des sources (surtout lorsqu’il s’agit de registres policiers), les rapports entre homicides et trafic de drogues sont loin d’être évidents : s’ils existent, ils sont mêlés et entrelacés à des situations caractérisées dans les registres policiers comme « motifs futiles », « conflits interpersonnels », ou bien transgressions mineures propres à une criminalité urbaine ordinaire et diffuse (cf. Manso, 2005). Il y a sans doute, aujourd’hui comme avant, dans les courbes d’homicides une combinaison inextricable de facteurs et de circonstances tout aussi différenciés. Et, par là-même, il importe de récupérer un peu de l’histoire urbaine récente, visant ce qui semble avoir eu cours dans les périphéries urbaines paulistes au long de ces décennies. C’est une question posée par la recherche, des pistes que nous tâchons de suivre dans notre travail de terrain, en vue de cerner les connections possibles entre les conditions de vie et de travail dans ces régions de la ville, les redéfinitions des marchés informels et illégaux au cours de ces décennies et leurs modes d’inscription territoriale dans les quartiers populaires. (cf. Telles, 2010).

9Dans les limites de ces pages, il suffit de dire que des indices existent d’une correspondance, surtout à partir du milieu des années 1990, entre les pics de la courbe des homicides et la présence d’une criminalité ordinaire, diffuse, appuyée sur des gangs locaux, éphémères et flottants, qui s’articulaient (et se désarticulaient) selon des circonstances et événements hasardeux. Dans ces années-là, la drogue, notamment la cocaïne, a pénétré massivement la ville de São Paulo. Mais il s’agissait à ce moment-là encore d’un marché éclaté, inégalement structuré selon les régions de la ville, toujours redevable des activités circonstancielles des gangs locaux. Autour d’eux avaient cours des conflits et des disputes de territoires, mélange inextricable d’histoires de vengeance, inimitiés, mésententes, déloyautés, pas toujours issues des démêlés liés aux négoces du crime et souvent imbriquées dans les trames de la sociabilité locale. Nous avons là une piste nous permettant de situer ce retournement qui semble avoir été suscité par la structuration du marché de la drogue au tournant des années 2000. Tel que nous le verrons par la suite dans ce texte, les procédés de « pacification » mis en pratique par le PCC sont régis, dans une large mesure, par un effort dans le sens de désamorcer la logique de vengeance qui dominait ces disputes locales et déclenchait assez souvent des cycles ravageurs de morts violentes dans ces régions. Cette clé ouvre la voie à une compréhension des procédés, des codes et des protocoles grâce auxquels les hommes du PCC tâchent de régler et d’arbitrer non seulement des querelles et disputes internes aux « négoces du crime », mais aussi des conflits interpersonnels ou bien des litiges diffus propres à la vie urbaine locale.

10Par ailleurs, et c’est encore un angle mort des débats actuels, reste à élucider la place des forces de l’ordre dans ce cadre de solutions violentes aux litiges et disputes locales. L’histoire urbaine de São Paulo (ainsi que d’autres villes paulistes) est également marquée par la violence policière. Dans les années 1980 et 1990, nombreux épisodes de carnages et exécutions sommaires ont eu cours, le plus via des groupes d’extermination formés dans le milieu policier, avec la participation de policiers en activité ou à la retraite, d’agents de la sécurité privée, ainsi que de commerçants locaux (cf. Cruz-Neto et Minayo, 1994). Des groupes d’extermination, faisant écho aux « escadrons de la mort » constitués dans les années de la dictature militaire au Brésil (1964 à 1985), étaient particulièrement actifs (et redoutés) au long de ces décennies. Le fait est que carnages et exécutions sommaires forment le tableau des morts violentes de la ville de São Paulo (cf. Pinheiro, 1999). On pourrait en dire autant des « morts en situation de confrontation » – un terme souvent utilisé pour désigner des situations plutôt nébuleuses, presque jamais élucidées, et ne faisant l’objet d’aucune enquête sérieuse quant aux circonstances, aux acteurs et aux responsabilités.

  • 3 Il y a là des pistes à suivre, encore peu exploitées dans la littérature brésilienne, ayant trait a (...)

11La violence policière, ses matrices historiques et les circonstances sociopolitiques de sa réitération dans la société brésilienne, tout cela a déjà été largement documenté, étudié et analysé. Restent à dévoiler les liens entre l’action policière et ce que la littérature désigne du terme de « marché criminel ». C’est aussi sur ce registre que l’histoire urbaine peut nous offrir de précieux indices. Dans notre effort pour récupérer les histoires et mémoires de ces décennies dans la région où nous effectuons nos recherches, des indices suggèrent presque toujours l’existence, autour des carnages, des exécutions ou des « morts en situation de confrontation », et ce de façon réitérée, d’accords et désaccords avec des agents de police autour des négoces du crime : payement de la protection, partage de « gains », pratiques d’extorsion ou exécutions sur commande visant à éliminer des ennemis ou des indésirables. Il s’agit là de micro-histoires qui aident, par ailleurs, à situer le point d’inflexion que représente la présence du PCC et la structuration du marché de la drogue à São Paulo. Au fur et à mesure que la structuration des marchés des drogues illicites progresse, les marchés de protection se redéfinissent à leur tour et se réajustent. Ce qui revient à dire que, s’il est bien vrai que le PCC met en pratique des procédés de « pacification » des territoires urbains en désamorçant la logique de la vengeance qui prévalait dans les disputes locales, cette gestion de la violence ne saurait être comprise sans son interface avec les forces de l’ordre et les nouvelles formes d’inscription territoriale des marchés de protection autour des points de vente de drogues illicites3. Voilà qui est essentiel pour comprendre les modes de régulation de ces marchés, ainsi que les manières dont ils se répartissent dans les espaces urbains (cf. Misse, 2006 ; Hirata, 2010). Nous en reparlerons plus loin.

12Ce n’est pas notre objectif de proposer une sociologie du crime ou de la violence. Dans ce texte, ce qui nous intéresse surtout, c’est de discuter la façon dont l’économie de la drogue et ses formes de régulation s’ancrent et s’inscrivent dans des dynamiques urbaines.

13Ce qui nous mène à un deuxième ordre de questions, concernant le moment où a lieu cette structuration du marché de détail de la drogue dans la ville de São Paulo. Il faut dire d’emblée que cela se passe dans un cadre urbain très modifié par rapport aux décennies passées. D’une part, les évidences d’une « modernisation urbaine » en cours depuis les années 1990 : universalisation des réseaux d’assainissement et électriques qui arrivent jusqu’aux régions les plus écartées, malgré les vides et discontinuités dans la production de ces espaces. On peut en dire de même des services d’enseignement et de santé. D’une façon générale, et au moins de ce point de vue-là, il y a une amélioration relative, mais remarquable, des indicateurs sociaux. Puis : multiplication, dans les quartiers populaires, des programmes sociaux à finalités diverses et, à côté ou autour, la prolifération d’associations dites communautaires en partenariat (ou pas) avec les pouvoirs publics, des fondations privées ou des agences multilatérales, outre la quasi omniprésence d’ONGs liées à des circuits et réseaux de différente nature et d’extensions variables. Autrement dit : un faisceau de médiations dessinant un monde social qui se trouve à des années-lumière des images de désolation des périphéries urbaines d’il y a trente ans. Et encore : la consolidation de la ville en tant que centre économique et financier de première importance, avec ses espaces, ses services de pointe et ses équipements connectés aux circuits mondialisés de l’économie, se déployant dans la multiplication de grands équipements de consommation qui s’étendent en un grand arc atteignant les zones les plus éloignées des quartiers populaires. Concrètement : un cadre urbain bien éloigné de ces images courantes qui associent la drogue au vide institutionnel, à l’extrême pauvreté, à l’anomie et à la désorganisation sociale.

14Il faut toutefois signaler que ces années-là étaient celles où les marchés informels, présents et expansifs dans nos villes depuis toujours, se sont élargis et redéfinis sous l’impact d’une évolution accélérée des circuits transnationaux de circulation de marchandises, dépassant les frontières, les réglementations, les restrictions nationales, et dont le phénomène massif de la contrebande et de la piraterie devient la marque visible dans les centres urbains des pays du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest de la planète. Dans le noyau dynamique de l’économie urbaine, ces marchés s’étendent également sur les régions périphériques de la ville, dessinant de nombreux pôles de gravitation du commerce informel, impliquant une trame de relations tissées au point de croisement des circonstances qui organisent « l’économie populaire », à l’aune du contrôle mafieux des points de vente et circulation de biens licites ou illicites de provenance variée.

  • 4 Dans le contexte français, cette perspective analytique (et descriptive) est travaillée par Michel (...)

15C’est dans ce cadre que le marché de détail des drogues illicites se structure de façon plus large et articulée que par le passé, multipliant les points de vente sur toute l’étendue des périphéries urbaines. Ce qui revient à dire que l’expansion de l’économie de la drogue et ses capillarités dans les trames sociales accompagne l’accélération des flux de circulation de richesses dans le contexte d’une économie urbaine aussi dynamique que différenciée. C’est sur ce plan que le marché de détail de la drogue s’imbrique dans les trames urbaines et c’est là que les flux d’argent, de marchandises, de biens et de produits légaux et illégaux se superposent et s’entrelacent dans les pratiques sociales et dans les circuits de la sociabilité populaire4. C’est également sur ce plan qu’il faudra situer les procédures de gestion de la violence qui se développent autour du marché de détail de la drogue. Bien loin de ce que certains appellent les « zones criminogènes » ou, dans une autre version (courante dans les débats actuels), les « zones de non droit » dominées par un soi-disant « État parallèle », cette gestion de la violence nous offre une voie de compréhension des lieux de tension qui s’installent au cœur d’une ville comme São Paulo, dans l’exacte mesure où les marchés informels et les marchés de biens illicites s’étendent et s’imbriquent dans les trames de la vie urbaine. Voilà le point qu’il nous importe d’aborder.

Gestion de la violence, gestion de l’ordre dans un quartier populaire pauliste

16Le tableau concerne une bonne partie des quartiers populaires de la ville. Un paysage urbain constitué de logements auto-construits à côté des immeubles d’habitation collective (versions brésiliennes des cités HLMs françaises), le tout ponctué de zones d’occupation irrégulières, à la rigueur illégales, qui accueillent des familles nouvellement arrivées. Les réseaux urbains d’eau et d’assainissement, ainsi que d’électricité, sont bien présents, mais autour d’eux se ramifient également les branchements clandestins, qui couvrent notamment les zones d’occupation, mais desservent aussi les familles sans ressources qui ne peuvent payer pour ce service.

  • 5 La presse a déjà fait connaître la part des machines à sous dans les opérations de blanchiment d’ar (...)

17Par ailleurs, des ramifications locales de l’économie urbaine moyennant des réseaux superposés et embrouillés de gens et de produits circulant entre artifices de survie, travail informel, petites entreprises locales (commerce et services). Ainsi que des affaires « douteuses ». L’inventaire en serait long, mais on peut en décliner un certain nombre : les très traditionnels garages/ateliers de réparation automobile, qui existent de longue date mais qui se sont multipliés dans tous les quartiers populaires au cours des dernières années, dans un mélange de travail informel et transactions de pièces automobiles de provenance incertaine, associés (ou pas) aux nombreuses casses où on procède au démontage de voitures volées, le tout alimentant un étonnant marché populaire de pièces, motos et automobiles de « seconde main » ; les ultramodernes marchés de CDs pirates, produits contrefaits (tennis, vêtements de marques connues) et appareils électroniques de contrebande, qui arrivent dans ces endroits grâce à un réseau nébuleux d’intermédiaires et de fournisseurs, et finissent par constituer une appréciable source de revenus pour ceux qui gèrent ces points de vente (cf. Telles, 2012) ; la très moderne également, et très rentable, affaire des machines à sous, qui est illégale et opère dans un jeu de clair-obscur entre des intermédiaires inconnus, l’achat de la protection policière et les généreux revenus pour ceux qui abritent cette version moderne des jeux de hasard, courante aujourd’hui dans tout bistrot des quartiers périphériques5.

18C’est là que transitent les gens, dans les replis de ces circuits embrouillés. C’est là aussi que les produits circulent et que les familles peuvent arborer leurs portables et leurs modernes chaînes stéréo négociés via les réseaux de famille et de voisinage.

  • 6 La description minutieuse de ces situations se trouve dans Telles et Hirata, 2009.

19Mais c’est également là que circulent les « excédents » des affaires locales de la drogue : l’aménagement de terrains de foot dans des espaces inoccupés, parrainé par le chef du point de vente local, par exemple, ou la mise en place d’une aide sociale aux familles les plus démunies, les commerçants locaux participant à l’organisation de paniers alimentaires avec des produits et provisions de première nécessité, ou encore des fêtes à des dates commémoratives et la distribution de cadeaux à Noël et lors des fêtes de fin d’année. Tout cela est constitutif du cadre social local et s’inscrit dans le répertoire des habitants6.

20C’est ainsi, par exemple, qu’une certaine Dona Justina vitupère contre la « biqueira », le point de vente installé à proximité de chez elle, mais se trouve en même temps très satisfaite des gains obtenus avec l’étalage de confiseries qu’elle a tenu à la Saint-Jean, sponsorisée par les « garçons » (appellation attribuée à ceux qui s’occupent du « business » local), s’insurge contre l’arrivée de la police (« ils ne veulent pas nous laisser travailler ») et espère bien que « l’accord » négocié par le « patron » réussira (« il fait la chose correcte »). Et puis, il y a ces familles heureuses de voir leurs enfants, de la fin de la journée jusque tard dans la nuit, passer des heures d’affilée dans une lan-house installée dans le voisinage (« comme ça ils ne traînent pas dans les rues à faire des bêtises »), lan-house qui, tout le monde le sait, est une entreprise du « patron » de la « biqueira ». D’ailleurs, un peu à contretemps, tout y est plus que légal – ordinateurs, logiciels, équipements, rien n’est contrefait, encore moins de provenance incertaine, tout s’achète à crédit à Casas Bahia (grande chaîne de magasins destinée aux populations à bas revenus), grâce à un membre de la famille ayant un « casier nickel ». Car ils savent parfaitement qu’ils ne manqueront pas de subir les contrôles de la fiscalisation municipale et ne souhaitent pas se faire prendre pour ces « délits de droits ». Ils font donc appel aux circuits modernes de financement de l’achat des grands équipements de consommation, ce qui fait aussi partie des évolutions récentes de l’économie urbaine.

21Le Quartier X se situe au cœur du District Jardim São Luiz, dans la périphérie sud de la ville, autrefois un de ses quartiers les plus violents. Dans les années 1990, avec deux autres quartiers attenants qui se trouvaient au top des statistiques des morts violentes, il intégrait ce qui était alors appelé le « triangle de la mort ». En 2001, au tout début de notre recherche de terrain, hommes et femmes (plutôt les hommes que les femmes), en parlant de leurs trajectoires, faisaient une véritable comptabilité des morts. Les hommes jeunes, surtout : « Mes amis ? Ils sont tous morts », amis d’enfance, voisins, camarades d’école. Soit : morts à la suite de disputes entre gangs de quartier ou de désaccords dans les affaires du crime. Ou bien exécutés par la police. Quatre ou cinq ans plus tard, la réponse était autre : « Des morts ? C’est fini, ça » ... « on ne peut plus tuer aujourd’hui ». Cette expression “on ne peut plus tuer” circulait dans tout le quartier, et ailleurs, comme nous allions bientôt l’apprendre. Dans ce quartier qui avait été, au cours des années précédentes, écartelé par de véritables guerres entre gangs rivaux qui ont fait de nombreux morts, les habitants affirmaient maintenant que c’était la paix, qu’il n’y avait plus de morts, qu’il n’y avait plus, comme autrefois, la crainte d’être atteint par une balle perdue, pas plus que l’insécurité, pour les femmes surtout, de transiter la nuit dans les rues mal éclairées. Au début des années 2000, dès que le sujet venait sur le tapis, et contrairement à ce qui allait se passer quelques années plus tard, on ne parlait du PCC qu’à mi-voix ou par des allusions vagues, comme dans une sorte de secret de polichinelle, et c’était bien de ça qu’il s’agissait lorsqu’on parlait de « pacification » de la région.

22Le patron de la « biqueira », le point de vente de drogues, nous expliquait : ça ne pouvait plus se passer comme avant, quand la mort était le dénouement des inimitiés, dissensions et disputes entre groupes rivaux. Actuellement, nous disait-il : la mort, ce n’est que pour les questions vraiment sérieuses. Et encore, il fallait d’abord passer par le « débat » - sorte de tribunal où les parties sont conviées à dire leur mot et à présenter leurs raisons, toujours en présence des patrons de la « biqueira », et avec la médiation des hommes du PCC qui mènent les travaux et orientent la délibération finale. Le débat peut se prolonger pendant plusieurs jours, à des dates et à des heures préfixées et, selon les cas et l’étendue du problème, des amis et des proches des parties sont également appelés à dire leur mot, tout comme les patrons des « biqueiras » voisines et, immanquablement, d’autres personnages du PCC qui, en prison ou à l’extérieur, restent en contact grâce aux téléphones portables. Le résultat pourra se traduire par un accord entre les parties, par une forme de punition, une « correction » (une raclée qui peut être, quoique pas toujours, spécialement atroce), par le bannissement du quartier, l’interdiction de vendre de la drogue dans la région. Ou bien la condamnation à mort.

23« Débat » : un terme qui s’est, en très peu de temps, quelques années à peine, incorporé au répertoire populaire. C’était au début un mécanisme de résolution de mésententes internes aux « affaires du crime » et aux organisations criminelles. Il apparaît tout d’abord dans le monde carcéral (cf. Bionde, 2010 ; Marques, 2010), marquant une pause dans la longue histoire des violences (et des morts violentes) qui caractérise les prisons paulistes (et brésiliennes). Puis le « débat » avec ses protocoles déborde vers les quartiers périphériques, accompagnant l’installation et la multiplication des points de vente de drogue dans ces régions. Très rapidement, on commence à y faire appel pour la régulation des micro-conflits quotidiens : allant des querelles entre voisins jusqu’aux disputes dues au partage des lotissements sur les terres occupées, en passant par les problèmes avec les adolescents impudents, les petits délits locaux, les brouilles des ménages et les multiples situations propres à la vie dans ces quartiers. Il n’est pas rare que les habitants eux-mêmes s’adressent au patron de la « biqueira » locale pour lui demander d’arbitrer litiges et mésententes quotidiennes, ce qu’il peut accepter ou pas de faire selon les circonstances et les enjeux. Dans ces questions mineures, il suffit parfois de la présence du patron – qui intervient pour un « échange d’idées », modulation plus informelle du « débat » - pour réguler et arbitrer les conflits locaux. Le résultat, un simple un conseil ou avertissement pour que le problème ne se répète pas, parfois une « correction » et, dans les cas les plus graves, le bannissement du quartier (cf. Hirata, 2010).

24Lorsqu’il commente des situations comme celles-ci ayant lieu dans la région de Sapopemba (zone Est de la ville), où il réalise son travail de terrain, Gabriel Feltran (2009) remarque que, pour les habitants, les mécanismes mis en œuvre par les « hommes du crime » ne représentent guère une négation de l’importance de la loi et des droits dans la résolution de problèmes d’un autre ordre qui affectent également leur vie. Ce même habitant qui fait appel aux « hommes du crime » pour l’arbitrage de mésententes locales peut tout aussi bien prendre part à une association de quartier, à des activités proposées par des organismes de la municipalité, et mobiliser autant que possible les programmes sociaux des gouvernements locaux.

25Prenons à titre d’exemple l’histoire de Dona Lucila, 25 ans, mère d’une petite fille de quatre ans, qui a affaire à un mari très violent. Une histoire de violence domestique. Dona Lucila souhaitait une séparation, mais le mari refusait de partir, menaçait en outre de la chasser et de s’approprier les maigres biens de la maison, d’ailleurs très pauvre et très précaire, où logeait le couple. Dona Lucila s’adresse donc au chef du point de vente de drogues local, qui réfléchit et qui décide qu’il vaut mieux ne pas soumettre le mari violent au « débat » : la décision risquerait d’être très dure si le cas était porté en jugement, et les « garçons » ne voulaient pas en arriver là. Tout le monde connaissait ce jeune homme, un habitant de longue date du quartier ; ils jouaient au foot ensemble le week-end, se retrouvaient le soir aux « troquets », et puis c’était un client. Il a donc été décidé de procéder juste à un « échange d’idées » avec ce jeune homme, de lui donner des conseils et de l’orienter dans son comportement domestique. Le problème demeurait, toutefois, puisqu’il refusait de quitter la maison. Tout en ayant soin de prévenir les « garçons » de ce qu’elle allait faire, Dona Lucila s’est alors rendue à un Commissariat de la femme [Delegacia das Mulheres] afin de mettre en œuvre les mécanismes juridiques dont son cas relevait. Un procès a été ouvert, l’officier de justice est venu vérifier la situation sur place et le conflit a été arbitré : Dona Lucila s’est vu confirmer son droit de demeurer dans sa maison (précisons : droit de fait, puisqu’il s’agissait d’une occupation irrégulière, sans statut légal), et le mari a été obligé de loger ailleurs et de se tenir à distance de sa désormais ex-femme. Solution qu’il a rechigné à accepter, mais qui, dans la pratique, a été garantie par les « garçons », qui se sont chargés d’assurer le respect des limites autorisées de proximité. Quant à Dona Lucila, sa nouvelle condition lui a permis d’accéder aux programmes sociaux de la commune visant les familles monoparentales, et de bénéficier d’une « bourse famille » [bolsa família], un programme social du gouvernement fédéral.

  • 7 L’histoire sociale est une source précieuse pour la discussion de ces questions. Une excellente rec (...)

26Il s’agit d’une histoire et d’une situation récurrentes. On pourrait même dire triviale. Cette transitivité entre l’univers de la loi et le « monde du crime » fait partie des régulations de la vie quotidienne. Les individus (et leurs familles) transitent dans les frontières du légal et de l’illégal, ils savent manier les codes et les ressources des deux camps, mobilisant les critères, constamment situés et référés à des contextes précis, à partir desquels sont négociés les paramètres d’acceptabilité morale de pratiques, comportements et choix de vie. Un élément qui accompagne l’histoire urbaine (cf. Zaluar, 1985), et qui ne date ni d’aujourd’hui ni d’hier, n’étant pas non plus une particularité brésilienne – puisqu’il fait partie de l’histoire urbaine des grandes villes7.

27Certaines questions toutefois méritent réflexion. Les rapports ambivalents que les habitants entretiennent avec les « hommes du crime » sont régis par des critères et des codes, voire par une économie morale, selon les termes de Thompson (2002), qui ne découlent pas de la caractérisation juridique et sociale du crime et du criminel. Qui n’en découlent pas, mais qui n’en sont pas moins affectés pour autant. Dans leur répertoire d’action et leurs codes de conduite, les habitants, mais aussi les « hommes du crime », mettent en application des critères qui leur permettent de distinguer et évaluer « le bon côté (le côté acceptable) de la mauvaise chose (la chose condamnable) » : cette formule, qui circule largement dans les milieux populaires, peut nous donner une clé pour comprendre ce qui est en jeu dans ce coudoiement. Le « bon côté » renvoie à une sorte de pacte implicite qui régule un jeu délicat de distances et de proximités pratiqué dans les réseaux de la sociabilité locale. Mais le « mauvais côté » ne renvoie pas forcément à un jugement moral. On reconnaît que ce sont là des hommes « qui ont le crime sur le dos », selon une autre expression populaire. C’est-à-dire : il se peut qu’ils soient arrêtés, ou il se peut qu’ils soient tués. Et leurs activités peuvent susciter la toujours redoutée irruption de la police dans le quartier. Il s’agit, enfin, de la reconnaissance pratique – et très pragmatique – du fait que les « hommes du crime » et les « affaires du crime » représentent un réseau de rapports ponctué de lourds jeux de pouvoir qui se cristallisent, dans une large mesure, autour des points de vente de la drogue : la présence des forces de l’ordre fait partie des routines du négoce et tous les habitants, informés des « accords » avec les policiers, sont également témoins de et affectés par les épisodes de violence, eux aussi récurrents, qui accompagnent les incursions policières dans ces lieux.

28Autrement dit : du point de vue des pratiques et des sociabilités locales, le « crime » n’est guère une catégorie d’évaluation morale, mais il n’est pas non plus une construction juridique-policière sans effets de pouvoir sur le contexte local. Et cela n’est pas sans importance pour une meilleure qualification de ce qui peut être l’enjeu de ces micro-régulations de la vie quotidienne. C’est sans doute à travers ces micro-régulations que s’étaye la gestion de la violence pratiquée par les responsables du business local. Mais ces pratiques ne peuvent pour autant être diluées dans une mention générique à la culture populaire ou autres cultures urbaines et leurs codes moraux.

29C’est l’hypothèse sur laquelle nous travaillons : il s’agit là de mécanismes de gestion de l’ordre local qui n’opèrent pas en marge de la loi ou de l’État ; ils sont activés dans les champs de force constitués aux points d’intersection – et de friction – entre les forces de l’ordre (et leurs modes d’opération) et les micro-régulations de la vie quotidienne, modelées sur les formes de vie. Et ceci n’est pas non plus une invention des hommes du PCC : c’est un fait qui accompagne l’histoire urbaine. C’est ce que nous avons pu saisir de ces rapports ambivalents que les habitants locaux entretenaient, dans les années 1980, avec ces « justiciers » redoutés qui, au nom de la défense de la famille et du « travail honnête », terrorisaient la petite criminalité de la région avec la complicité des forces policières. Puis aussi : les hommes qui prenaient la région sous leur « protection » pendant les années 1990, personnages ambigus qui, « comme tout le monde », transitaient entre le travail et la famille tout en étant par ailleurs engagés dans les « affaires du crime » et qui, à l’instar des « justiciers », conduisaient eux-aussi les accords avec la police dans le sens d’assurer la protection de leurs activités illicites et de leur « vie normale » dans les quartiers. Tel ce qui se passe actuellement avec les petits dealers locaux, ces personnages arbitraient eux-aussi les litiges, opéraient des médiations, négociaient et géraient les conditions de l’ordre local : arbitrage de querelles issues du partage des terrains dans les zones d’occupation illégale, mise ne place de branchements clandestins sur le réseau électrique, médiation auprès des organismes publics responsables des affaires locales (questions d’impayés des factures des services urbains ou indication des lieux où devraient s’effectuer les améliorations urbaines). Ces personnages construisaient (et construisent toujours) leur pouvoir et leur prestige local justement sur leur l’habilité à transiter entre le légal et l’illégal, mettant en œuvre des dispositifs et des moyens appartenant à l’un ou l’autre des deux camps pour gérer et régler des questions locales. Ce sont là, cependant, des micro-régulations qui se développent au seuil de la vie et de la mort : plus concrètement, les circonstances entravées par les risques de mort violente qui hantaient ces endroits, risques déclenchés par les jeux de pouvoir qui existaient (et continuent à exister ) entre la violence policière et la logique de la dette et de la vengeance, en cas de désaccord dans les affaires du crime. Tout comme les actuels dealers des quartiers, ces hommes arbitraient également des « histoires de sang », qui débordaient souvent au-delà du menu jeu des réciprocités locales, quand ils n’étaient pas eux-mêmes les opérateurs de solutions violentes dans leur zone d’action.

30Si ’il existe un élément nouveau dans l’événement PCC, il n’en communique pas moins avec une expérience qui fait partie de l’histoire urbaine de São Paulo, et peut-être d’autres villes.

La « biqueira » et les micro-régulations du marché de détail de la drogue

31La différence et la nouveauté par rapport aux décennies précédentes sont certainement liées aux modes de structuration du marché de détail de la drogue. On pourrait dire que la « pacification » de territoires autrefois disputés s’est effectuée pour des raisons instrumentales propres à ce marché plus que rentable. Le marché, cependant, y compris celui des biens illicites, n’est pas une entité abstraite. Son fonctionnement présuppose, en même temps qu’il engendre, une trame complexe de relations, interactions et échanges sociaux, des réseaux sociaux, mais aussi des réseaux et des rapports de pouvoir. Sous ce prisme, les choses deviennent moins manifestes, et pas du tout évidentes.

32Autour d’un point de vente de drogue, un équilibre très instable s’établit entre trois vecteurs des micro-régulations de ce marché : les jeux de pouvoir impliqués dans les rapports avec les forces de l’ordre ; les circonstances de la sociabilité locale et les interactions avec les habitants du quartier ; les points de friction engendrés par la trame des pratiques et des activités qui se structurent dans les ramifications locales du commerce informel. C’est bien sur ce plan que l’on peut comprendre les dimensions sociales de ce marché de biens illicites. E c’est sur ce plan que l’on trouve la clé pour comprendre le point d’incidence du PCC et de ses capillarités sur les trames sociales de la ville.

33Il faut avant tout préciser : quand nous parlons de trois vecteurs des micro-régulations du marché de détail de la drogue, nous ne voulons pas dire pour autant qu’ils sont équivalents en importance et en conséquences. Les rapports avec les forces de l’ordre sont à la rigueur structurants. C’est à travers et autour de ces rapports que se forment les marchés de protection, sans lesquels l’économie de la drogue ne saurait fonctionner et se répandre dans les espaces urbains. S’il existe un rapport entre le marché de la drogue et la violence, on doit en trouver les connections dans ces « liaisons dangereuses » dont parle Michel Misse (2006), tissées autour de la transaction de « marchandises politiques », soit : la corruption, les accords autour du partage des gains et l’achat de la protection.

34C’est ce qu’on peut comprendre moyennant l’observation ethnographique d’une « biqueira ». Le paiement régulier de la protection sociale fait partie des routines du business local et mobilise des pratiques triviales avec leurs procédures, leurs protocoles, leur tempo et leurs espaces. Des pratiques triviales, mais non pas banales. Elles impliquent de fragiles équilibres, qui dégénèrent souvent en extorsions accompagnées de chantages, menaces, tabassages. Lorsque, pour des raisons diverses, les marchés de protection se déstabilisent, ces pratiques acquièrent des formes extrêmement violentes. L’épicentre en sera la « biqueira », mais la zone d’arbitrage s’étend et affecte tout le pourtour. La scène est bien connue : sous prétexte d’une « chasse aux bandits », les battues policières, les invasions de domicile, les tabassages, les expropriations de biens se succèdent, ainsi que les dénommées « morts en [situation de] confrontation », c’est-à-dire les exécutions sommaires, les exterminations. Cela fait partie des routines, non seulement des points de vente de drogue : cela est constitutif de la vie d’un quartier de périphérie, cela fait partie des décors locaux, cela alimente les histoires qui circulent dans le répertoire populaire, cela est incrusté, enfin, dans l’ordre des choses, dans les formes de vie. Ce qui ne veut pas dire que ce soit banal, ou banalisé. Car il s’agit bien d’un rapport particulier à la loi qui finit par brouiller et renverser le sens de l’ordre et son envers. Et cela est crucial pour que l’on comprenne les mécanismes de gestion de l’ordre local mis en pratique par les « hommes du crime ».

35Mais il faut alors s’arrêter sur la logique présidant à l’action des forces de l’ordre, sur les contextes dans lesquels elles opèrent, notamment sur les formes dont les « marchandises politiques » font l’objet de transactions : les forces de l’ordre se servent de leurs prérogatives légales, de l’autorité qui leur est assignée par l’État, pour mettre en œuvre des dispositifs extralégaux qui oscillent entre accords négociés, pratiques d’extorsion et emploi de la violence physique. Et c’est dans cette logique qu’une zone grise s’étend rendant incertaines les différences entre la loi et la transgression de la loi, entre le dans et le hors la loi (cf. Das et Poole, 2004). La loi est pour ainsi dire désactivée. Ce qui revient à dire que la différence même entre la loi et le crime se trouve brouillée et, à la limite, annulée. Voilà ce qui est posé dans ces situations récurrentes dans les périphéries urbaines. Voilà ce qui est posé et exposé dans cette formule qui accompagne les registres policiers – « résistance suivie de mort » : formule n’ayant guère d’existence légale, mais étant acceptée dans la procédure judiciaire, et qui opère comme une espèce de permis de tuer cautionné par les propres instances d’État, intervertissant tout et suspendant toutes différences, si bien que les exécutions deviennent autre chose, puisque le crime est attribué à la victime lors de supposées « guerres de gangs », « échanges de coups de feu » et « résistance à l’arrestation » (cf. Teixeira, 2006).

36Nous voilà au cœur de ce que Agamben (2002) définit comme l’état d’exception : la loi est appliquée dans les modes de sa désactivation et c’est ce qui définit proprement le pouvoir souverain. Cependant, nous ne traitons pas ici d’une abstraction théorico-philosophique (une ontologie de l’État, comme le propose le philosophe), mais de pratiques et de situations engendrées par les modes d’opération des forces de l’ordre. Et qui peuvent donc être vus, surpris et décrits par le travail ethnographique, sous le prisme de leurs conditions d’opération pratique, selon les modes d’opération des forces de l’ordre, leurs mouvements, leurs tempos, leurs procédures, leurs rituels et la scénographie qui se créé autour de leurs modes d’intervention. Selon la formule de Das et Poole : production des « marges » - marges de l’État, disent les auteures, qui ne correspondent pas à des définitions territoriales puisqu’elles se déplacent, se font et se refont à mesure que se modifient les cibles, les intérêts, le centre des attentions des représentants de l’ordre, dans des conditions concrètes de temps et d’espaces, produisant les figures de « l’homo sacer » dans des situations entrelacées aux circonstances de vie et de travail de ceux qui habitent ces lieux. Mais les « marges » ne sont pas des espaces vides. Les individus transitent également entre le dedans et le dehors de l’État, manigancent des artifices aux frontières incertaines entre le légal et l’illégal, négocient des règles, des limites, des protocoles, établissent des contre-conduites en fonction des conditions concrètes de vie, selon leurs impératifs de survie, leurs besoins de sécurité, leur sens d’ordre et de justice. Sur ces points où la présence de l’État affecte les vies et les formes de vie, un terrain de pratiques se circonscrit, sur lequel les sujets font (et élaborent) l’expérience de la loi, de l’autorité, de l’ordre et de son envers, en interaction avec d’autres modes de régulation ancrés dans les conditions pratiques de la vie sociale (Das et Poole, 2006).

37C’est là que l’on trouve une clé pour comprendre les champs de force dans lesquels s’inscrit cette espèce de gestion de l’ordre pratiquée autour des négociations locales de la drogue. Puis : on a peut-être ici une clé pour comprendre les sens impliqués dans le « bon côté de la mauvaise chose », un sens de l’ordre qui s’oppose non seulement aux cycles de violences et de morts des années précédentes, mais aussi à cette espèce de désordre instaurée par les modes d’action des forces de l’ordre, accompagné de l’insécurité et de l’imprévisibilité qui affecte tous et chacun. C’est sur cette clé, enfin, que nous pouvons comprendre comment les protocoles de « pacification » mis en œuvre par les hommes du PCC, avec leurs débats et leurs pratiques « d’échanges d’idées », en sont venus à circuler et à constituer un répertoire populaire.

38Nous touchons ici au second vecteur des micro-régulations des affaires locales de la drogue. Le fait est que le fonctionnement d’une « biqueira » se confond dans plus d’un sens avec la gestion et l’arbitrage des problèmes, mésententes, conflits quotidiens. Soit : tout ce qui pourrait attirer l’attention de la police ou susciter l’hostilité et la mauvaise volonté des habitants, une situation dangereuse et délicate puisque c’est toujours ainsi que surviennent les redoutables dénonciations anonymes qui déclenchent l’intervention de la police.

39Dans la formulation précise de Daniel Hirata (2010), le point de vente de drogues, la « biqueira » dans l’appellation locale, fonctionne comme une sorte de caisse de résonance pour tout ce qui se passe dans le quartier, et c’est pourquoi elle finit par devenir un lieu stratégique pour la gestion de l’ordre local. Les informations ou les rumeurs y circulent, les hommes du trafic observent, bavardent, discutent, réfléchissent et décident comment intervenir et arbitrer les conflits triviaux et les situations difficiles. La « biqueira » engendre par ailleurs toutes sortes de rapports dans le quartier, qui à leur tour se structurent sur la base d’équilibres instables et toujours passibles de dégénérer en conflits, animosités, mésententes, disputes. Il n’est pas rare, nous l’avons dit, que les habitants eux-mêmes demandent l’intervention des « patrons » pour apporter une solution à ces situations. C’est le cas des mères qui protestent contre les usagers de drogues qui consomment devant les enfants qui passent dans la rue, parfois en rentrant de l’école. Ou celui d’une directrice d’école menacée par un gamin lié au trafic, collégien par ailleurs. Il peut s’agir également de menus problèmes potentiellement explosifs : abus, agressions, petits vandalismes, désordres de rue, dettes impayées envers les commerçants du quartier. Des affaires quotidiennes qui doivent être réglées, entre les solutions accordées avec les habitants concernés et les punitions aux plus insolents : amendes sur le salaire, expulsion de la « biqueira » ou, dans les cas les plus graves, bannissement du quartier. Les habitants, quant à eux, connaissent ces hommes et leurs façons d’agir ; les protocoles de ces médiations mobilisent des critères qui font partie d’un répertoire partagé et les habitants reconnaissent la valeur de la parole donnée dans les solutions proposées. Et celles-ci sont certainement plus claires et prévisibles que l’action de la police (cf. Hirata, 2010).

40Cette gestion des rapports quotidiens effleure les circuits locaux des marchés informels, lesquels se confondent à leur tour avec les circonstances de la vie quotidienne d’un quartier populaire. C’est là le troisième vecteur des micro-régulations des affaires de la drogue, qui a trait au faisceau varié de pratiques et activités qui transitent entre les entreprises informelles et les affaires illégales, liées ou non (et pas obligatoirement) à des groupes criminels. Il peut s’agir des points de vente inoffensifs de CDs pirates et de produits issus de la contrebande, ou bien de transactions locales autour d’objets volés, les affaires nébuleuses des machines à sous, ou encore les tout aussi nébuleux accords visant à assurer la protection des transports clandestins partant de la région (cf. Hirata, 2010).

41Il est certain que les différences sont considérables entre la vente de CDs pirates, par exemple, et les affaires illicites (drogue et autres), soit de par la nature de la transgression légale en question, soit de par les réseaux et les circuits où transitent les produits, soit encore de par les négociations entreprises pour l’établissement de ces affaires. Cependant, l’équilibre instable des relations avec la police est bien le trait commun à toutes ces activités. Car les « marchandises politiques » circulent elles aussi dans ces réseaux superposés d’activités diverses. Comme l’affirme Michel Misse, c’est là le prix politique de ces activités qui opèrent en marge de la loi et des règles formelles. Selon la formulation précise de cet auteur, « ce sont des formes de conversion de l’illégalité en marchandise négociable » (Misse, 2009), leur prix variant selon le degré d’incrimination attribué à chacune d’entre elles, outre l’échelle des intérêts (et le volume des possibles « gains » à usurper) concernés. Le prix varie, mais varient également les procédés par lesquels s’accomplissent les transactions de « marchandises politiques », oscillant entre la tolérance complice (ce qu’on appelle « fermer les yeux »), les accords négociés et les pratiques d’extorsion. Cela revient à dire également que dans ce microcosme discernable dans un quartier de banlieue résonnent les tensions et les conflits qui traversent l’économie urbaine de la ville. Et les formes de gestion de la violence pratiquées autour des points de vente de la drogue se multiplient et entrent en résonance avec les formes de régulation de ces marchés urbains. C’est par ce prisme que l’on peut comprendre comment les « hommes de la drogue » (et le PCC) entrent en scène pour gérer les conflits et tensions qui accompagnent ces marchés, y compris leurs ramifications locales dans un quartier de banlieue.

Pacification de territoires et champs de tension

42Les « débats » ne traitent pas n’importe quel conflit ou mésentente, ils s’en tiennent plutôt à ceux qui risquent d’aboutir à un dénouement violent, ou bien qui se trouvent au bord d’un dénouement mortel. Autrement dit : ce sont des pratiques régies par l’impératif d’arrêter quelque chose sur le point de jaillir et se déployer dans des cycles de violence ravageurs. Il faut donc que cette « pacification » soit située par rapport au long cycle des morts violentes des décennies précédentes. Cela fait partie de l’expérience urbaine, cela jalonne l’histoire d’un quartier, cela structure le récit des habitants. Il est donc essentiel d’en tenir compte : entre la logique instrumentale du marché et les micro-régulations de la vie quotidienne, c’est l’expérience de la mort violente qui offre la clé permettant de comprendre la transitivité entre les procédés mis en œuvre par le PCC et une expérience urbaine qui, comme on le signalait quelques pages plus haut, lui est antérieure, puis se constelle dans les circonstances pratiques de la vie quotidienne et se réactualise dans le temps présent.

43Pacification de territoires ? Le terme est trompeur. La logique de la vengeance, qui déclenche les cycles de morts successives, a été réfrénée. Mais la violence policière persiste, et constitue le contexte de ces territoires « pacifiés ». Le marché de la protection, bien que poursuivant ses routines, est instable, oscillant. Dans le Quartier X, les confrontations armées avec les forces de police ne sont pas rares, lorsque celles-ci décident d’envahir le territoire, non pas pour arrêter les dealers ou désamorcer le négoce local, mais en fonction des logiques de réorganisation interne des équipes qui se partagent (et se disputent) cette précieuse source de revenus et de pouvoir. Au niveau de la ville, la violence extralégale persiste, les « résistances suivies de mort » ont augmenté durant la deuxième moitié de la décennie (cf. Human Rights Watch, 2009). Après les « attaques du PCC » en mai 2006, les groupes d’extermination, qui n’ont jamais cessé d’exister, semblent ces dernières années être redevenus particulièrement actifs et virulents (cf. Human Rights Watch, 2009). Une cartographie des exécutions policières (si tant est qu’une telle chose est possible) pourrait peut-être expliquer tant soit peu la logique présidant aux choix des lieux et des victimes – accords rompus, dans certains cas, représailles ou vengeance dans d’autres, ou alors, qui sait, la répartition inégale de la présence du PCC dans ces espaces.

44Par ailleurs – et en même temps – des manifestations d’habitants contre la violence policière ont fait leur apparition ces dernières années dans plusieurs régions de la ville. Les situations peuvent être très diverses, mais le détonateur est toujours le même : l’arrestation arbitraire ou l’assassinat d’un supposé « suspect » d’implication dans les affaires de la drogue ; la violence extralégale (expropriation de biens, abus de pouvoir, arrestations) justifiée au nom du « combat à la piraterie » dans les centres du commerce populaire, ou « au nom de la loi » dans les cas de déplacement de familles vivant dans des zones d’occupation irrégulière de terres. Ou encore, au nom de la « guerre contre le crime », les violentes représailles lors d’une mésentente entre la police et le PCC, qui déclenchent des cycles de pratiques d’extermination pouvant se prolonger sur plusieurs semaines ou plusieurs mois et qui affectent directement les populations, des morts aléatoires de quiconque se trouve, par hasard, sur les lieux visés. La nouveauté, dans ces cas-là, n’est pas la violence en soi, mais les indices de ce qu’un palier de tolérance semble avoir été dépassé. Et puis un mode de protestation qui n’est (ou n’était) pas usuel dans le répertoire populaire pauliste, et qui évoque un peu les « émeutes » françaises avec ses barricades, ses incendies de cars ou voitures, ses affrontements. Il est encore tôt pour dire ce que cela signifie. Il s’agit toutefois de faits et de circonstances qui se font écho les uns aux autres et témoignent de la formation de champs de tension installés dans ces lieux incertains, entre la loi et la transgression de la loi.

45C’est dans ce contexte nullement pacifié qu’il faut situer la place des « débats » comme mécanisme de gestion de la violence - de l’ordre - dans les lieux d’installation du PCC.

46Même dans l’hypothèse où cette situation cesserait d’exister, si éventuellement le PCC perdait le contrôle sur le marché de la drogue, il faut reconnaître qu’elle a déjà produit des effets, des faits et des événements constitués au sein de et constitutifs de la dynamique urbaine de São Paulo. Et si cela est à souligner, c’est parce que ça nous permet de mettre en perspective (et en résonance) ces mécanismes de gestion de la violence avec les champs de tension qui ponctuent la vie urbaine, brièvement indiqués plus haut. Dans les contextes situés où ils s’effectuent, on pourrait affirmer que les indices existent d’une dispute qui se déplace, qui fait et refait la démarcation entre la loi et l’extralégal, entre la justice et l’ordre, entre les pactes accordés et la violence, entre l’ordre et son envers. Voilà ce qui semble s’inscrire en filigrane dans les conflits et les frictions avec les forces de l’ordre, qui se multiplient dans toute la ville dans l’exacte mesure où les marchés informels et illégaux s’y ramifient. Plutôt que des conclusions, ce sont là des interrogations et des pistes de recherche. C’est là, peut-être, l’expérimentation empirique et théorique que l’on est conduit (et invité) à faire lorsqu’on accompagne les jeux de pouvoir qui ont lieu dans ces territoires produits en tant que « marge », mais qui se nichent au cœur de la vie urbaine d’une ville comme São Paulo.

Haut de page

Bibliographie

ADORNO, Sérgio. "Uma história social do crime e da punição". In A. d. GOMES. Leituras críticas de Boris Fausto (pp. 81-108). Belo Horizonte : Editora UFMG/Editora Fundação Perseu Abramo, 2008.

AGAMBEN, Giorgio. O poder soberano e a vida nua. Belo Horizonte : Editora UFMG, 2002.

BIONDI, Karina. Junto e misturado : uma etnografia do PCC. Sao Paulo : Editora Terceiro Nome, 2010.

CALDEIRA, Teresa. Cidade dos muros : crime, segregação e cidadania em Sao Paulo. Sao Paulo : Editora 34/Edusp, 2000.

CRUZ-NETO, Otávio, et MINAYO, Maria Cecília. "Extermínio : violentação e banalização da vida". Cadernos de Saude Publica 10.1 (1994).

DAS, Veena, et POOLE, Deborah. Anthropology in the margins of the State. Santa Fe : School of American Research Press, 2004.

FELTRAN, Gabriel. Manter a ordem nas periferias de São Paulo : coexistência de dispositivos normativos na “era PCC”. In AZAÏS, C., KESSLER, G., TELLES, V.S. (ed.). Ilegalismos, cidade e politica. Belo Horizonte : Novo Traço Editora, 2012, 253-278

HIRATA, Daniel. (2010). Sobreviver na adversidade : entre o mercado e a vida. Tese de doutorado, FFLCH-USP.

KOKOREFF, Michel. "Faire du business dans les quartiers. Éléments sur les transformations socio-historiques de l’économie des stupéfiants en milieux populaires". Déviance et société 24.4 (2000).

KOKOREFF, Michel. "Trafic de drogues et criminalité organisée : une relation complexe". Criminologie 37.2. (2004).

KOKOREFF, Michel, PERALDI, Michel, et WEINBERGER, Monique. Économies criminelles et mondes urbains. Paris : PUF, 2007.

LIMA, Renato S. "Criminalidade violenta e homicídios em São Paulo : fatores explicativos e movimentos recentes". Paper apresentado no seminário "Crime, violência e cidade". São Paulo, PPGS e NEV, Universidade de São Paulo, 2009.

MANSO, Bruno Paes. "Homicídios : por que se mata nas periferias de Sao Paulo ?" Braudel Papers 26 (2000).

MARQUES, Adalton. "Proceder" : "o certo pelo certo" no mundo prisional. São Paulo : monografia (Graduação em Sociologia e Politica). Escola de Sociologia e Politica de São Paulo, 2006.

MISSE, Michel. Crime e violência no Brasil contemporâneo. Estudos de sociologia do crime e da violência urbana. Rio de Janeiro : Lumen Juris, 2006.

MISSE, Michel. "Trocas ilícitas e mercadorias políticas". Anuário Antropológico 2 (2009) : 89-107.

SALLA, Fernando. "Prisão e crime organizado no Brasil". Texto apresentado no Seminário “Crime, violência e cidade”. PPGS-USP, NEV, 2009.

TEIXEIRA, Alessandra. Prisões da exceção : política penal e penitenciária no Brasil contemporâneo. Curitiba : Juruá, 2009.

TELLES, Vera S. A cidade nas fronteiras do legal e ilegal. Belo Horizonte : Argvmentvm/Fino Traço, 2010.

TELLES, Vera S. "Illegalisms and the city of São Paulo". In MATHEWS, G., RIBEIRO, G.L., et VEGA, C.A. Globalization from below: the world’s other economy. London/New York: Routledge, 2012, 86-100.

TELLES, Vera S., et HIRATA, Daniel. "Pratiques urbaines aux frontières incertaines entre illégal, informel, illicite". In CABANES, R., et GEORGES, I. São Paulo : la ville d’en bas. Paris : Harmattan, 2009, 135-150.

TELLES, Vera, et HIRATA, Daniel. "Ilegalismos e jogos de poder em Sao Paulo". Tempo Social, Revista de sociologia da USP 22.2 (2010) : 39-59.

THOMPSON, Edward. Costumes em comum : estudos sobre a cultura popular tradicional. São Paulo : Companhia das Letras, 2002.

WATCH, Human Rights. Força Letal : volência policial e segurança pública no Rio de Janeiro e em São Paulo, rapport, dezembro, 2009.

Haut de page

Notes

1 Source : PRO-AIMS/SMS – IBGE et Fondation Seade : indicateurs produits à partir de données (types de décès, causes de mortalité) recueillies pour le Programa de Aprimoramento das Informações de Mortalidade [Programme de perfectionnement des informations de mortalité] (PRO-AIMS) de la Secretaria Municipal de Saúde [Secrétariat municipal à la santé] (SMS).

2 Cette recherche a été réalisée en collaboration avec Daniel Hirata. Les hypothèses évoquées sont communes.

3 Il y a là des pistes à suivre, encore peu exploitées dans la littérature brésilienne, ayant trait aux rapports entre l’histoire urbaine, le crime (ses types, ses formes d’articulation, ses modes opératoires) et ses redéfinitions suite aux évolutions de l’économie urbaine, ainsi que des formes de contrôle, des dispositifs d’incrimination et de punition. En ce sens, l’ensemble des textes réunis dans l’ouvrage organisé par Kokoreff, Péraldi et Weinberger (2004) offre de précieuses indications. Au Brésil, Michel Misse (2006) est la référence obligatoire dans cette discussion.

4 Dans le contexte français, cette perspective analytique (et descriptive) est travaillée par Michel Kokoreff dans ses recherches sur l’économie de la drogue dans les banlieues françaises. Cf. Kokoreff, 2000, 2004.

5 La presse a déjà fait connaître la part des machines à sous dans les opérations de blanchiment d’argent organisées par des réseaux transnationaux d’affaires illicites, notamment l’économie de la drogue dont, on peut le supposer, les modestes propriétaires de troquets des quartiers populaires ne se doutent guère et ne sauraient même pas imaginer. Cf. le magazine Carta Capital, 24/03/2007, “Conexão Parque Lage”, reportage de Walter Fanganiello Maierovich.

6 La description minutieuse de ces situations se trouve dans Telles et Hirata, 2009.

7 L’histoire sociale est une source précieuse pour la discussion de ces questions. Une excellente recension de ces discussions et de leur importance pour la compréhension des rapports entre la ville et le crime se trouve dans Adorno, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vera da Silva Telles, « Gestion de la violence ou gestion (disputée) de l’ordre ? Interrogations à partir d’une étude sur le marché de la drogue à São Paulo », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://orda.revues.org/1120 ; DOI : 10.4000/orda.1120

Haut de page

Auteur

Vera da Silva Telles

Universidade de São Paulo, Brésil, tellesvs@uol.com.br

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org