Navigation – Plan du site
Hors dossier

Les chemins de la drogue

Paths of drugs
Los caminos de las drogas
Os caminhos das drogas
Angelina Peralva et Vera da Silva Telles

Notes de l’auteur

Ces cinq textes ont été initialement présentés à un colloque intitulé « Entre le licite et l’illicite : migration, travail, marchés », qui a eu lieu au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle en septembre 2011. Nous remercions le CCIC de Cerisy, et en particulier Mme Edith Heurgon, pour avoir autorisé leur publication dans ce numéro d’ORDA. Un autre ensemble d’articles - présentés dans le cadre du même colloque et consacrés aux circulations et aux économies migratoires, d’un côté ; de l’autre, aux circulations marchandes, notamment celles de la contrebande et de la contrefaçon, et aux marchés locaux mondialisés qui les commercialisent - figurent dans un livre, Illégalismes dans la mondialisation à paraître en 2014 aux Presses Universitaires du Mirail et aux Éditions de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro.

Texte intégral

1Les cinq articles qui suivent ont un statut à part dans ce numéro thématique d’ORDA consacré au thème Villes et violence dans les Amériques. Leur objet, c’est le trafic de drogues et en particulier celui de la cocaïne, un trafic pourtant réputé extrêmement violent. Mais ici, ce n’est pas de la violence dont il est question ; plutôt des modes de circulation de ces produits psychotropes à différentes échelles – locale, nationale et mondiale. Si cette circulation peut être accompagnée par des situations d’une grande violence, cela ne se produit pas tout le temps.

2Tels qu’ils se constituent dans la mondialisation, les marchés de la drogue gardent des caractéristiques très proches d’autres dynamiques économiques où la circulation marchande implique des formes de passage de frontières (étatiques et institutionnelles-légales) transitant entre le licite et l’illicite. L’expansion de l’offre est en partie modulée, dans ce cas, par des changements de société qui configurent la demande. Alain Ehrenberg nous explique ainsi, dans de très nombreux travaux successivement publiés depuis les années 1990, que nos sociétés − parce qu’elles sont compétitives, individualistes et anxiogènes − font des psychotropes des supports de l’individuation. La demande se précise très tôt et elle concerne tous les âges de la vie et tous les milieux sociaux : banalisation des usages du cannabis, devenus ostentatoires chez les jeunes et pratiqués dans l’espace public, suscitant en Europe une amplification de l’offre marocaine ; banalisation également dans des espaces festifs des usages de la cocaïne, originaire de la Colombie, alors qu’il s’agissait, jusqu’à il n’y a pas longtemps, d’une drogue consommée exclusivement par des riches ; banalisation enfin de la consommation des drogues synthétiques, produites dans les laboratoires du Nord, et qui traversent des frontières dans le sens Nord-Sud.

3Bien que les marchés de la drogue impliquent la formation de routes et réseaux transnationaux de passage comparables à ceux de la contrebande et de la contrefaçon, le débat public sur ces questions, observe Michel Kokoreff, s’est entièrement focalisé sur les marchés locaux − autrement dit sur les banlieues et autres périphéries du monde où ce commerce apparaît comme une réalité socialement saisissable. Alors que nous savons (ou croyons savoir) ce qui se passe au niveau de ces plates-formes locales de distribution de produits psychotropes, grâce aux rapports de police et aux multiplies ethnographies de quartiers – principale méthode dont dispose la recherche pour approcher les phénomènes de trafic – nous ne savons rien ou ne savons que trop peu sur la façon par laquelle la drogue circule dans le monde. Les saisies de douane nous fournissent, grâce à des projections normalisées, une idée de la courbe de croissance des volumes de produits exportés et de la direction des flux ; mais rien sur les modes de structuration des réseaux. Par ailleurs, l’insistance du regard porté sur les marchés locaux accroît les effets de méconnaissance dont le débat est entaché. L’association pauvreté-trafic légitime un durcissement de la répression dans les quartiers populaires et détourne le débat public d’une interrogation concernant la formation des marchés de la drogue, conçus comme une chaîne longue qui implique des conditions situées de production et de commercialisation avant d’arriver jusqu’au consommateur final. Comment de tels marchés, combattus avec un déploiement de forces impressionnant, peuvent-ils survivre et se développer ?

4Ces textes tentent, de façon encore exploratoire, d’apporter une réponse à cette question. En partant de données d’enquête accumulées à partir de l’analyse de situations locales et d’acteurs institutionnels, Michel Kokoreff nous fait remonter certaines filières du cannabis entre la France et le Maroc, tout en se posant la question de la place de la police dans la configuration de ces marchés. A partir d’une plongée dans la situation colombienne, marquée par une guerre civile dans la durée, Ricardo Vargas Meza évoque l’enracinement social profond de l’économie de la drogue, ici référée aux marchés de la marijuana et de la cocaïne. Associé à l’achat de grandes propriétés agraires et à l’élevage, le narcotrafic fait naître une couche nouvelle de propriétaires terriens transitant avec aisance entre activités licites et illicites. Dans un contexte marqué par la présence de la guérilla, le narcotrafic est l’une des forces présentes sur le champ politique, où il opère un jeu d’alliances instables qui inclut propriétaires terriens, les forces armées et d’autres secteurs de l’État colombien. L’hypothèse de Ricardo Vargas Meza est que, derrière la lutte contre le narcotrafic, se trouve en réalité celle contre la guérilla, directement soutenue par les États-Unis, mais qui pour diverses raisons ne peut pas dire son nom. Quant au narcotrafic, il se porte très bien. La fin des cartels de Cali et Medellin a juste induit son redéploiement vers des espaces ruraux où il était déjà présent de longue date. Après la chute de la production de feuilles de coca en Bolivie et au Pérou, et la crise qui a suivi la mort de Pablo Escobar dans les années 1990, la Colombie est devenue quasiment auto-suffisante dans la production de feuilles de coca et a fortiori de la matière première, la PBC, que nécessite la fabrication de la cocaïne. Au bout de 40 ans de guerre contre le narcotrafic, la Colombie reste le premier fournisseur de la cocaïne importée par les États-Unis et par l’Europe.

5La place du Brésil dans le trafic international de la cocaïne et les logiques générales qui sous-tendent la dynamique du narcotrafic dans le pays – son enracinement social, le profil des narcotrafiquants, les routes à travers lesquelles la drogue transite − sont évoqués dans deux textes complémentaires. Le premier − «État, marchés et crime : une étude sur la Commission parlementaire d’enquête sur le narcotrafic au Brésil» − s’appuie sur un rapport de plus de 1000 pages issu d’une enquête parlementaire sur le trafic de drogues menée sur l’ensemble du territoire national et publié en 2000. Ce rapport a été utilisé comme source d’élaboration d’une banque de données où sont enregistrés 1812 individus accusés par la Commission parlementaire d’être impliqués dans le trafic de drogues dans le pays. Sur la base de ces informations, et en faisant l’hypothèse qu’elles permettaient de brosser un portrait approximatif du profil social des personnes liées au narcotrafic, l’article pose trois questions : qui sont ces individus ? Quelle fonction exercent-ils dans la chaîne économique de la drogue? Y a-t-il un lien nécessaire entre drogue et violence? Le profil social qui se dégage de l’analyse du rapport parlementaire étonne par sa variété. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont concernées mais dans cet univers les élites le sont davantage que les catégories modestes. Cependant, les plus nombreux sont ceux qui exercent des fonctions au sein de l’appareil d’État.

6Intitulé « Éléments pour une méta-analyse : le rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur le narcotrafic au Brésil », un second article sur le même sujet entreprend une critique du rapport dont il a été précédemment question, analyse ses limites en tant que source de données et dévoile des mécanismes où, d’évidence, entre informations non publiées, partiellement publiées ou intégralement publiées semble à l’œuvre un jeu d’influences, de négociations et de rapports de force qui modèlent l’édition du document final. Une enquête complémentaire menée par Fernanda de Almeida Gallo sur la base de dossiers de presse montre, en effet, que des noms de personnages clés du narcotrafic, auditionnés par la Commission, ne figurent pas dans le rapport final. Par ailleurs, un certain nombre de parlementaires membres de la Commission y compris son président sont au même moment accusés de collusion avec les réseaux du trafic de drogues. L’enquête parlementaire apparaît ainsi pour ce qu’elle est : non pas un outil neutre de dévoilement des mécanismes propres à un type de crime, mais comme un des éléments d’un débat public complexe où pratiques légales et illégales s’imbriquent de façon indissociable.

7A partir d’une ethnographie d’un point de vente de drogues situé dans une périphérie urbaine de São Paulo, le texte de Daniel Hirata montre enfin, de façon très concrète, comment sur le plan local ce marché est régulé, voire directement configuré par la présence de la police. « Les agencements qui ont permis l’élargissement et la structuration de la vente au détail de drogues et d’armes, dit-il, ont impliqué depuis le début des accords plus ou moins stables avec les policiers en poste dans les commissariats de quartier. Les bandes qui y intervenaient négociaient en permanence avec les forces de police. Le prix payé pour obtenir une autorisation − illégale − de commercialisation des drogues est déterminé par le degré de rentabilité du point de vente. Comprendre le mode opératoire du commerce détailliste de la drogue suppose alors d’inscrire dans une même cartographie certains lieux à l’intérieur d’un quartier et les commissariats de police qui leur correspondent. Les commissariats de police, en ce cas d’espèce, se trouvent au cœur du contrôle et de la régulation de la vente des drogues parce qu’ils exercent, même de manière extra-légale, les pouvoirs souverains de l’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angelina Peralva et Vera da Silva Telles, « Les chemins de la drogue », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://orda.revues.org/1157 ; DOI : 10.4000/orda.1157

Haut de page

Auteurs

Angelina Peralva

Articles du même auteur

Vera da Silva Telles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org