Navigation – Plan du site
Hors dossier

Éléments pour une méta-analyse : le rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur le narcotrafic au Brésil

Elements for a meta-analysis: the report on the Parliamentary Committee inquiry into drugs commerce in Brazil
Elementos para un metaanálisis: el informe de la Comisión Parlamentaria de Investigaciones sobre el tráfico de drogas en Brasil
Elementos para uma meta-análise: o relatório da Comissão Parlamentar de inquérito sobre o narcotráfico no Brasil
Fernanda de Almeida Gallo

Résumés

Cet article entreprend une critique du rapport rendu par la Commission parlementaire d’enquête sur le narcotrafic au Brésil et de ses utilisations possibles en tant que source de données (voir dans ce numéro l’article de Jacqueline Sinhoretto). Au-delà de l’hétérogénéité des procédés d’enquête employés par la Commission, il s’agit de mettre en évidence le caractère co-construit du rapport, témoignant d’un ensemble de relations tissées entre les parlementaire auditeurs et les individus auditionnés. Dans cette perspective, le document ne peut pas être lu comme s’il était l’expression – même approximative – de la réalité du narcotrafic dans le pays. Il exprime un rapport de forces produisant des effets de structuration du débat public autour du narcotrafic et d’incrimination sélective de certaines des personnes impliquées. Une méthode d’analyse des réseaux sociaux a été employée en appui de l’examen auquel le document a été soumis.

Haut de page

Texte intégral

« La corruption avance en parallèle avec le narcotrafic.
Sans cela, il n’y a pas de business de la drogue »
Fernandinho Beira-Mar — narcotrafiquant

  • 1 Recherche développée en partenariat avec Angelina Peralva (Université de Toulouse / France) et Jacq (...)

1Cet article propose une approche particulière de certaines données issues d’une recherche sur le trafic de drogues au Brésil1. La source principale sur laquelle il s’appuie, c’est un rapport produit par une Commission Parlementaire d’Enquête –appelée CPI dans la suite de l’article – sur le narcotrafic, publié en 2000. La Commission avait été formée en 1999 au sein de la Chambre fédérale des députés. Elle était composée de parlementaires de différents États fédérés. Une partie de la recherche a consisté à créer une banque de données permettant de rendre compte du profil social des individus mis en accusation pour trafic de drogues dans le cadre de l’enquête (voir Sinhoretto, dans ce numéro).

  • 2 Selon Ponte et Van Dyne (2000), c’est le mathématicien Claude Shannon (« The Mathematical Theory of (...)

2L’objectif, ici, c’est de procéder à une critique de la source. Tout en acceptant comme vraisemblable le profil social du narcotrafiquant qui se dégage de cette banque de données – un profil, soit dit en passant, fort éloigné du stéréotype du criminel des « favelas » et autres périphéries urbaines – il est tout aussi important d’examiner les limites que présente l’utilisation de ce rapport comme source. Pour ce faire, nous avons effectué une relecture du document en nous servant des procédés de l’analyse des réseaux sociaux (ANS)2. Le choix d’une telle méthode s’explique par les possibilités qu’elle offre d’une compréhension topographique et structurelle des relations sociales à l’œuvre dans un contexte donné. L’objet de l’analyse, ce sont les liens (souvent improbables) qui se tissent entre acteurs sociaux – ces derniers étant définis autant comme des personnes que comme des institutions, envisagées en tant qu’unités, individuelles ou collectives (Wasserman et Faust, 1999, p. 17).

Contexte

3Un mot sur le contexte dans lequel la CPI du narcotrafic s’est formée.
La première Commission sur ce sujet date de 1991 et visait à faire la lumière sur la participation supposée de certains députés et juges dans le trafic de drogues. Un député fédéral a été destitué de son mandat du fait, selon la Commission, de ses liens avec des narcotrafiquants dans son État d’origine. Quelques années plus tard, c’était le tour de l’État du Acre. En 1996, en effet, un ex-député et un ancien gouverneur de cet État ont été accusés d’avoir commandé une série d’homicides en lien avec le trafic de drogues. En 1999, une nouvelle CPI a été formée – celle dont il est question dans ce texte.

4Selon Rodrigues (2002 : 107), on doit à ces Commissions parlementaires la prise de conscience du fait que le Brésil ne pouvait plus être considéré comme un simple « couloir d’exportation » de la cocaïne andine. Il comptait d’importants centres de consommation, de vastes réseaux de distribution et un enchevêtrement complexe d’implications, dans le trafic de cocaïne et d’herbe, d’élus, de juges, et d’activités criminelles secondes comme les vols de camions et cargaisons servant à générer des ressources réinvesties par la suite dans le commerce de la drogue.

  • 3 Voir, dans cet esprit, GRILLO (2008), FELTRAN (2008), HIRATA (2010), RUI (2012).

5Aussi, les années 1990 ont mis en évidence un panorama reconfiguré de la géopolitique des drogues en Amérique du Sud. Le Brésil y apparaît comme producteur et comme consommateur, ce marché étant structuré autour d’un ensemble diversifié de pratiques, dans une sorte de grand réseau criminel interdépendant. En ce sens, le rapport de la CPI du narcotrafic abordé dans ce travail peut être considéré comme un registre historique et contextuel qui se situe à mi-chemin entre les ethnographies et micro-études sur le trafic de drogues au Brésil3 et les macroanalyses développées par des agences internationales telles que l’United Nations Office in Drugs and Crime (UNODC) (Peralva, Sinhoretto et Gallo, 2012).

6Une brève révision bibliographique permet de situer la manière par laquelle le travail des CPIs a été abordé dans la littérature spécialisée. Oliveira (2010) a entrepris une analyse comparative des CPIs créées à l’initiative des Chambres de députes de la 51e législature, période qui s’étend du 01/02/1999 au 31/01/2003, et de la 52e législature, entre le 01/02/2003 et le 31/01/2007. La CPI du narcotrafic dont nous nous occupons y figure aussi, par conséquent. Il s’est intéressé aux résultats des investigations menées par ces Commissions. La plupart des études partent d’une perspective institutionnelle (Freitas, 2000), s’interrogeant sur les prérogatives politiques et juridiques dévolues aux Commissions (Barroso, 2008 ; Campinho, 2000) ; ou encore elles s’intéressent aux fondements juridiques du pouvoir d’investigation des CPI (Frota, 2005 ; Pereira, 2010). D’autres travaux, enfin, (Rodrigues, 2002 et s/d), se penchent sur des thématiques associées à celles dont traite la CPI – par exemple, la montée du trafic de drogues en Amérique latine ou la chaîne sécuritaire en Amazonie. En même temps, alors qu’ils utilisent les CPIs comme source des données, ces textes n’entreprennent pas une lecture critique des conditions de production des rapports analysés.

Éléments pour une méta-analyse

  • 4 Chaque cas concerne un État fédéré investigué par la CPI ou un phénomène particulier – connexion in (...)

7Dans son rapport de 1200 pages, divisé en plus de 20 « cas »4, la CPI du narcotrafic présente des comptes rendus hétérogènes des situations investiguées, certains lourds d’informations détaillées, d’autres de simples résumés. Ces cas, nous l’avons dit, témoignent d’une structuration du commerce des drogues à travers des marchés criminels diversifiés et interconnectés. Ils seront abordés dans ce texte comme faisant partie de l’ensemble plus vaste du trafic de drogues, quelle que soit l’activité concernée : transport illégal de stupéfiants, adaptation d’avions pour ce transport, pratiques de corruption etc.

8Les investigations se sont concentrées sur l’identification des personnes, des routes de transport et des flux concernés par le business de la drogue. Les narcotrafiquants impliqués dans le commerce du détail jouent dans le rapport un rôle secondaire comparativement aux agents du marché du gros. Plus d’attention a été en effet accordée aux activités liées à l’arrivée de la cocaïne dans le pays, à son transport jusqu’aux grands centres urbains et aux connexions avec les chaînes de distribution locale ou d’exportation de la drogue vers d’autres continents (notamment l’Europe et les États-Unis). Sont aussi mis en évidence les liens entre le marché de la drogue et le trafic d’armes, les vols des cargaisons du transport routier, la corruption des juges ou des policiers et l’implication d’officiers de l’Armée de l’air dans le transport international de la cocaïne.

9Autrement dit, la CPI du narcotrafic a porté ses efforts sur l’obtention d’informations concernant des dimensions peu souvent abordées du trafic de drogues – celles qui nécessitent d’importantes bases logistiques, la mobilisation de divers professionnels et des activités à gros budget. Elle a procédé à de très nombreuses auditions de témoins et s’est aussi basée sur des résultats d’enquêtes de police, sur des rapports produits par des CPIs régionales, voire sur des investigations en cours menées par le Ministère Public et des organismes de défense des droits de l’homme.

10Malgré l’importance des moyens mobilisés et des résultats obtenus, le caractère construit du document final doit être souligné. Car le rapport de la CPI, à la date de sa publication, ne peut pas être perçu comme la simple expression, même approximative, de la « réalité » du narcotrafic au Brésil ; il en est plutôt une représentation, co-construite par les parlementaires et leurs sources, avec, nous le verrons, le concours des médias – une représentation qui témoigne des rapports de force qui se jouent dans le débat public autour de l’économie de la drogue dans le pays.

11Quatre éléments suggestifs de ce caractère construit du document seront explorés dans le cadre de cet article. 

12Le premier renvoie à un point de méthode : l’organisation de l’exposé, telle qu’elle a été adoptée dans le rapport, aligne des « cas » généralement référés aux différents États de la fédération ; or, ce choix occulte la transversalité des réseaux qui opèrent le trafic de drogues dans le pays. On peut arguer qu’un tel effet n’est probablement pas voulu et qu’il dérive d’un choix d’enquête qui a tenu compte des frontières politiques des différents États fédérés. Et, effectivement, la mise en évidence du caractère national de l’économie de la drogue et de l’interconnexion des réseaux qu’elle mobilise a nécessité une méthode spécifique, l’ANS.

13Le deuxième élément porte sur le caractère sélectif des informations qui figurent dans le rapport. Certains témoignages parmi les plus importants pour la compréhension du contexte de l’enquête ont été supprimés ; et alors que la presse de l’époque avait souvent souligné l’importance de certaines de ces auditions, l’enquête les a complètement délaissées prenant même par la suite un cours inattendu.

14Le troisième élément concerne le caractère d’évidence fantaisiste de certains comptes rendus, qui brouillent des pistes de façon grossière, mettant en avant des histoires brutales d’élimination de témoins et préservation d’intérêts puissants.

15Le quatrième élément, enfin, porte sur l’implication supposée de quatre députés membres de la CPI dans les réseaux de la drogue. Dénoncés par la presse au moment même du déroulement de l’enquête – et quel que soit le degré de véracité des accusations portées contre eux – ils figurent de manière exemplaire l’opacité irréductible à l’œuvre dans les activités liées au narcotrafic et les jeux de pouvoir qui le construisent comme objet du débat public.

Des réseaux transversaux

16Il apparaît évident à la lecture du rapport de la CPI que la formation des réseaux criminels est largement déterminée par leur relation à un territoire offrant au narcotrafic différentes ressources – interconnaissances, ressources géo-spatiales, logistiques ou politiques, par exemple. La concentration de ces ressources dans un État fédéré, qui plus est doté d’une relative autonomie politique, semble correspondre à une tendance logique. Cette tendance a sans doute été accentuée par les conditions de l’enquête, menée par différentes équipes dans différents États de la fédération – ce qui a fini par mettre en évidence une série de connexions locales et aussi des connexions formées à partir du poids spécifique de certains individus liés au trafic de drogues, au détriment d’autres plus lointaines. Elle a néanmoins produit des distorsions qui ne peuvent être ignorées. Un bon exemple, c’est le « cas » de la Force aérienne brésilienne (FAB). Dans le chapitre qui lui est consacré, les liens des sujets impliqués avec d’autres « cas » abordés dans le rapport sont rarement évoqués. Or, et c’est bien connu, le « cas » FAB dialogue en partie avec ceux de Rio de Janeiro, Mato Grosso do Sul et Paraná.

17Malgré ce biais, et par-delà l’ancrage territorial indiscutable des réseaux identifiés, la figure 1 permet de percevoir des interconnexions entre réseaux territoriaux suggestives de la dimension nationale effective de l’économie de la drogue.

  • 5 Représentation graphique d’un réseau construite à partir des données disponibles dans le rapport de (...)

18Figure 1 : Groupements et interrelations entre les États/CPI du narcotrafic5

Légende : Image 10000201000000140000001BBDBE856C.pngAcre ; Image 10000201000000250000001FE7CFE053.png Alagoas ; Image 10000201000000270000002B3D5BD57D.pngAmapá ; Image 10000201000000360000002DA7B5EEFB.png Bahia ; Image 10000201000000260000002894E482A2.pngCeará ; Image 100002010000002B0000002FF53D5C7B.pngEspírito Santo ; Image 100002010000002900000029B93F67CF.pngFAB ; Image 1000020100000022000000257F2BA1D2.png Goiás ; Image 1000020100000027000000248002FFE5.png Maranhão ; Image 100002010000002500000025D22081AB.pngMato Grosso ; Image 10000201000000320000003126B72E05.png Mato Grosso do Sul ; Image 1000020100000025000000254F4011DE.png Minas Gerais ; Image 10000201000000140000001508E61825.png Pará ; Image 10000201000000140000001058886477.png Paraná ; Image 10000201000000180000001171220572.png Piauí ; Image 1000020100000014000000133F421BAE.png Rio de Janeiro ; Image 1000020100000012000000143BA41211.png São Paulo

19Une des logiques à l’œuvre dans ces interconnexions trouve sans doute un fondement territorial : le couloir d’exportation de la drogue traverse plusieurs États fédérés, ce qui implique des liens entre réseaux territorialisés. Mais reste par ailleurs à explorer l’hypothèse d’une division de travail entre États et individus, correspondant à des fonctions spécialisées. Un exemple allant dans le sens de cette hypothèse, c’est l’identification des meurtres commis dans l’État du Maranhão par des membres de « l’Écurie Le Cocq », une importante organisation criminelle de l’État de Espírito Santo, avec des caractéristiques d’impunité qui apparaissent comme un facteur déterminant dans l’escalade de la criminalité.

20Le symbole de « l’Écurie Le Cocq » est un crâne appuyé sur des tibias croisés. Leur couverture légale est un organisme de bienfaisance. Elle mobilise des milices et recueille des « contributions d’entreprises ». En font partie des centaines de policiers (civils, militaires et fédéraux, actifs et retraités), des greffiers, des commissaires, des avocats (qui occupent habituellement le poste de président de l’organisation), des procureurs, des juges, des élus, des hommes d’affaires, des commerçants et des gérants de loteries clandestines. L’écurie est au service du crime organisé dans l’État de Espírito Santo, où elle assure des prestations de services dans le domaine de l’intermédiation et de l’exécution de meurtres sur commande ; des services de détournement des enquêtes policières concernant ces meurtres ce qui assure leur impunité sur le plan juridique.

21Les usagers de l’Ecurie sont principalement des hommes d’affaires et des élus impliqués dans le « crime organisé ». La violence est mobilisée pour contrôler les administrations municipales de l’Etat. La CPI a conclu que les liens entre l’organisation, les meurtres et le trafic de drogues étaient évidents, vu que plusieurs parmi les individus accusés du crime d’extermination, membres de l’écurie, ont été arrêtés avec de grandes quantités de cocaïne, à l’exemple de deux anciens soldats de la Police Militaire, condamnés pour narcotrafic. Un autre exemple est celui du concessionnaire automobile connu du surnom de "Toninho Mamão", dont l’avocat était le président de l’Ecurie. Il est clair que les auteurs des crimes appartenaient à l’écurie, et que ceux qui les défendaient y appartenaient également, obtenant dans de nombreux cas que ces crimes restent impunis.

22L’Ecurie a placé le « crime organisé » dans l’État de Espírito Santo au niveau d’un système de domination politique dans lequel le régime d’illégalité, partagé avec les autorités constituées, était au point de convergence de trois logiques : pillage du budget municipal, impunité des coupables les plus importants et homicides.

Sélectivité des informations présentées

  • 6 Voir l’article de Jacqueline Sinhoretto dans ce numéro.

23La banque de données construite à partir du rapport de la CPI du narcotrafic6 enregistre un taux de 14,5 % d’individus nominalement cités comme étant impliqués dans l’économie de la drogue pour lesquels n’est disponible aucune information relative à leur profil social. Si on recoupe cette absence d’informations avec celles qui concernent la « disparition » du rapport de certains personnages-clés auditionnés à l’époque, on est obligé de s’interroger sur les conditions d’« édition » du document, sur les pressions subies par les parlementaires entre logiques de protection aux témoins et omissions monnayées – impossible de le savoir exactement.

24En tout état de cause, nous avons essayé de retrouver dans la presse de l’époque des informations susceptibles de compléter celles disponibles dans le rapport. C’est là exactement que nous nous sommes rendu compte de l’absence dans le document de quelques individus, des témoins (pourtant, assez importants) selon la presse locale. Toutefois, il ne s’agit pas des mêmes personnes à propos desquelles « aucune information » ne figure dans notre base de données.

Des récits soigneusement construits

25Une lecture attentive du document permet de relever des incohérences du point de vue du statut des personnages, de leurs origines et de leur rôle dans les investigations. Il en est ainsi de la mort de Stenio, commissaire de police à Sao Luiz (État du Maranhão), assassiné lors d’une enquête menée à propos de certains vols de camions. L’enquête visait deux députés de l’État (Chico Caíca et José Gerardo), deux chefs d’entreprise, l’un de São Paulo (William Sozza) et l’autre du Maranhão (Joaquim Laurixto), un chef de police (innocenté, depuis) et quelques tueurs à gage mobilisés pour des missions occasionnelles. L’enquête a effectivement commencé lorsqu’un gros camion a été retrouvé caché dans une maison utilisée pour entreposer des cargaisons volées. Jorge Meres, le chauffeur du camion en question aurait été attaqué sur la route São Paulo — São Luis par des voleurs qui lui auraient enlevé son véhicule. En fait, il travaillerait secrètement pour un tireur de la région appelé « Bel », dont les réseaux comprenaient même des députés de la région. Orienté par Bel, Meres aurait fait disparaître le camion et, après, il aurait porté plainte pour vol. 

26Cependant, un ex-garde du corps de l’un des députés, au courant des faits et s’étant brouillé avec Meres, a indiqué pour se venger au commissaire de police le lieu où se trouvait le camion. Bel et ses complices ont été incarcérés quelques jours plus tard à Belém, dans l’État du Pará. Cette affaire a été à l’origine de la mort de Stenio. Un entrepreneur de la région a été soupçonné d’en être responsable. Il s’agissait d’un personnage influent, filleul d’un sénateur du Maranhão qu’il fréquentait régulièrement. Selon la presse locale, des pressions auraient été exercées par le Tribunal de Justice pour que les noms de certains magistrats haut placés ne figurent pas dans le rapport de la CPI.

27Bel et ses complices ont été assassinés à leur tour lorsqu’ils rentraient d’une audience au tribunal de Santa Luzia (État du Maranhão). La CPI du narcotrafic a découvert que le juge de Santa Luzia les avait convoqués à la demande d’un commissaire de police pour témoigner dans un autre procès pour homicide où ils n’étaient pas impliqués. La voiture qui les transportait a été encerclée par d’autres tueurs à gage, vraisemblablement dans le but d’éliminer des témoins gênants.

28Ces évènements, relatés par la presse mais absents du rapport de la CPI, ont suscité une grave crise au sein du Secrétariat à la sécurité de l’État. La gouverneure a exigé la démission du Secrétaire, lequel serait impliqué dans ces crimes. Elle a par ailleurs autorisé le nouveau Secrétaire à mettre prison deux députés, Caíca et Gerardo, ainsi que les « tueurs » responsables de l’assassinat de l’agent de police Stenio. Gerardo a été accusé diriger une organisation de narcotrafiquants en lien avec deux autres députés (Hildebrando Pascoal, de l’État du Acre, et Augusto Farias de l’État de Alagoas) et avec l’entrepreneur pauliste William Sozza. Les quatre auraient décidé d’assassiner Stenio lors d’une réunion dans un hôtel de Campinas (État de São Paulo), mais la police n’a jamais su dans quel hôtel exactement et à quelle date la réunion aurait eu lieu.

29Au moment des faits, Sozza était un modeste négociant de pièces de voiture qui s’approvisionnait en marchandises (probablement issues des vols de camions) en dessous du prix du marché. C’est lui qui aurait engagé Meres, le chauffeur qui conduisait le camion retrouvé au Maranhão par la police. De fait, Meres avait travaillé pour Sozza, mais l’avait quitté en 1997, juste après une affaire de tentative de viol à Itarumã (État du Goiás), suite à laquelle ils étaient devenus ennemis. À la CPI, Sozza a simplement déclaré qu’il ignorait totalement l’existence de Stenio ou de Gerardo, le député du Maranhão ; et qu’il ne s’était jamais rendu dans l’État, qu’il n’y connaissait personne, ce dont attestait le relevé de ses communications téléphoniques qui n’enregistrait aucun appel vers le Maranhão, ni vers les autres individus soupçonnés d’implication dans ces crimes dans les États du Acre ou de Alagoas.

30A l’origine de l’information sur la réunion de Campinas, à laquelle Sozza aurait participé, se trouvait Meres, le chauffeur de camion, qui a quant à lui échappé à toute condamnation pour avoir coopéré avec la CPI et la Justice. Presque tous les autres personnages mis en accusation se trouvent en liberté, ayant bénéficié d’une réduction de peine (lorsqu’il y a eu condamnation) ou de la lenteur des investigations menées en raison d’un manque d’intérêt de la part du ministère public, alors que personne ne croit vraiment à leur innocence. Sozza, l’entrepreneur pauliste, est l’un des seuls qui reste en prison en régime fermé. L’un des députés du Maranhão, également condamné, bénéficie d’un régime semi-ouvert.

Des membres de la CPI accusés d’implication dans les affaires investiguées

31Pendant les activités de la CPI, des documents ont circulé à l’intérieur et à l’extérieur du Parlement dénonçant l’implication supposée de certains membres dans les réseaux du narcotrafic. Cinq parlementaires sur les dix-neuf mobilisés par la Commission, y compris le président de la CPI, ont été accusés d’être des proches de certains hauts dirigeants de l’économie de la drogue, ou d’avoir des relations commerciales avec des chefs d’entreprise et des politiques impliqués dans le blanchiment d’argent. Leurs noms sont indiqués dans le tableau suivant :

Table 1 : Implication de parlementaires dans les enquêtes de la CPI.

Nom du Parlamentaire

Parti politique

État

Fonction dans la CPI

ou dans les cas investigués

Tipe d’implication supposée

Moroni Torgan

DEM

Ceará

Rapporteur

Magno Malta

PTB

ES

Président de la CPI

Suspecté d’avoir des liens avec Gratz, l’un des principaux mis en accusation du cas Espírito Santo — corruption, blanchiment d’argent

Wanderley Martins

PSB

RJ

Connexion africaine, FAB, Rio de Janeiro

Suspecté d’avoir des liaisons avec Beira-Mar – trafic de drogues

Laura Carneiro

PFL

RJ

Amapá, Ceara, Goiás, DF, FAB, Paraguay, Rio de Janeiro, Suriname

Suspecté d’avoir des liaisons avec Beira-Mar – trafic de drogues, haute autorité du trafic de drogues à Rio de Janeiro

Eber Silva

PDT

RJ

Maranhão

Padre Roque

PTB

PR

Paraná

Nilton Baiano

PP

ES

Bahia, Goiás, DF, Pará, Prevenção

Suspecté d’avoir des liaisons avec Gratz – corruption politique, blanchiment d’argent

Robson Tuma

PFL

SP

São Paulo

Suspecté d’avoir des liaisons avec PC Farias – blanchiment d’argent

Pompeo de Mattos

PDT

RS

Amapá, SP, Paraná

Sebastião Madeira

PSDB

MA

Goiás, DF, Maranhão, Prevenção

Cabo Júlio

PMDB

MG

Espirito Santo, Minas Gerais, Piauí

Fernando Ferro

PT

PE

Espirito Santo, Pernambuco

Reginaldo Germano

PP

BA

FAB, Maranhão, Mato Grosso, Pernambuco

José Antônio Almeida

PSB

MA

Maranhão

Lino Rossi

PSDB

MT

Espirito Santo, Maranhão, Mato Grosso, Mato Grosso do Sul, Pernambuco

Waldemir Moka

PMDB

MS

Mato Grosso do Sul, Paraguai, Piauí, Prevenção

Celso Russomanno

PP

SP

Pará, São Paulo, Suriname

Elcione Barbalho

PMDB

PA

Pará, Prevenção, Suriname

Paulo Baltazar

PSB

RJ

Prevenção e Rio

SOURCE : L’auteur.

32Pendant le déroulement des travaux de la CPI, des soupçons ont pesé sur l’un des rapporteurs (Wanderley Martins) accusé d’entretenir des relations avec Fernandinho Beira-Mar, une haute autorité du narcotrafic à Rio de Janeiro. Une photo envoyée à la CPI montrait Martins, lors de la campagne électorale de 1998, à côté de Beira-Mar dans un bidonville à Niteroi (État de Rio de Janeiro).

  • 7 http://www.istoe.com.br/reportagens/43125_AS+FITAS+DE+BEIRA+MAR

33Selon la presse de l’époque, Beira-Mar aurait contacté par téléphone la CPI et la Police fédérale. L’entretien aurait duré près d’une heure et demie. Laura Carneiro, rapporteure de la Commission, a déclaré aux journalistes que le contenu de cette conversation était sans importance et l’accusation concernant les liens qu’elle entretiendrait avec Fernandinho Beira Mar y figure de manière indirecte : « J’ai été menacée par ce bandit et pour moi peu importe ce qu’il dit. Son but est tout simplement de dénigrer tout ce qui fait obstacle à son monstrueux business ».7

34Après la clôture de la CPI, le contenu de cet appel a quand-même été rendu public : selon Beira-Mar, des agents de la police civile de Rio de Janeiro auraient perçu plus de US 500 $ mil pour ne pas arrêter ses sœurs. Et le policier impliqué serait un proche du député Martins. Ce dernier aurait déjà été mis en accusation dans une autre enquête pour corruption alors qu’il travaillait lui-même à la police fédérale en 1994. On prétend qu’un versement aurait effectué sur son compte bancaire d’un montant de CR$ 10 millions (près de U$ 2,5 mil) d’un commerçant libanais, par la suite condamné pour blanchiment d’argent et trafic d’armes. Martins a été enfin accusé d’avoir des liens avec un autre narcotrafiquant, W., incarcéré à Rio de Janeiro. La CPI a auditionné ledit narcotrafiquant, mais ses déclarations ne figurent pas dans le rapport final.

35Au-delà de l’implication supposée du député Martins dans l’économie de la drogue, dans le blanchiment d’argent et le trafic d’informations, la presse a diffusé des accusations à l’encontre trois autres parlementaires – dont le président de la Commission, Magno Malta, soupçonné de collusion avec l’ex-président d’Assemblée Législative de l’État de Espírito Santo (Gratz), incarcéré à Vitória, capitale de l’État, accusé par la CPI de « banditisme », blanchiment d’argent et trafic d’influence, et dont Malta serait un associé.

36Le député Robson Tuma a été accusé lui aussi d’avoir touché pendant sa campagne électorale des sommes versées par un entrepreneur responsable d’une usine chimique située dans la ville de Campinas/SP, dont les bénéfices venaient surtout des substances utilisées dans le raffinement de la cocaïne. Tuma était par ailleurs soupçonné de fraude fiscale et importation de marchandises non déclarées. À l’époque de la CPI du narcotrafic, Tuma était également membre d’une autre CPI, celle des médicaments, ce qui l’a vraisemblablement conduit à se rendre à Campinas dans le cadre d’une visant le patron d’une industrie chimique ayant des liens avérés avec l’ex-président destitué Fernando Collor de Mello.

  • 8 En 1967, Stanley Milgram a fait l’expérience suivante: il a demandé à certaines personnes dans le N (...)

37Il faut noter que ces parlementaires, accusés d’être eux-mêmes impliqués dans les crimes qu’ils investiguaient, étaient effectivement concernés par des affaires en cours dans leur État d’origine. Cette proximité recelait bien entendu des risques accrus de corruption. Amorim Neto et Santos (2001) estiment en effet qu’il est plus probable que des relations se nouent au sein d’un même État, lorsque des gens partagent les mêmes activités commerciales/professionnelles. Ames (1995a et 1995b) se réfère à la pratique du « pork-barrel », échange de faveurs entre des acteurs politiques au sein de leurs bases électorales – une pratique qui amplifie les chances de corruption. La théorie du petit monde de Milgram (1967)8 peut aussi aider à comprendre comment ces connexions se forment à partir de lieux ou activités déterminés. En prenant en considération cette théorie, j’ai pris en compte les informations commentées comme des sources pour de nouvelles informations et nous avons dessiné une espèce de chaîne d’individus enquêtés par la CPI qui inclut les rapporteurs, comme montre la figure suivante. Les rapporteurs liés à des réseaux criminels apparaissent en gris :

Figure 2 : Implication des rapporteurs avec la chaîne de la CPI du narcotrafic

Figure 2 : Implication des rapporteurs avec la chaîne de la CPI du narcotrafic

SOURCE : L’auteur

38Les connexions supposées de cinq parlementaires avec des individus impliqués dans des activités objet d’enquête de la CPI concernent des individus actifs dans leurs propres États d’origine. Cela suggère que les parlementaires mobilisés par des CPIs ne devraient pas l’être par rapport à des enquêtes menées dans leur propre État.

Considérations finales

39L’importance des commissions parlementaires d’enquête dérive de leur pouvoir de fiscalisation et d’investigation, notamment en ce qui concerne des crimes qui auraient été commis par des instances administratives et le gouvernement du pays. Les CPIs cherchent à défendre les intérêts de la société. Des CPI peuvent être formées à plusieurs niveaux - fédéral, régional, municipal - tout en gardant l’objectif de faire la lumière sur des accusations portées sur les pouvoirs publics ou des forces économiques privées. Le faire, tout en respectant certaines limites, que sont l’indépendance entre les trois pouvoirs, la forme fédérative de l’État et les droits fondamentaux des personnes (Campinho, 2000). Cela dit, nous pensons que n’importe quelle analyse faite à partir d’un texte de n’importe quelle CPI doit tenir compte du fait qu’il s’agit là d’un texte politique derrière lequel se placent des intérêts de divers types qui interviennent dans sa mise en forme.

40A ce titre, la méta-analyse du rapport de la CPI du narcotrafic comme source des données aide à se rendre compte des distorsions qui structurent la présentation des informations, les procédés d’occultation de certaines données. Il n’en reste pas moins que les possibilités analytiques qu’offre un rapport de ce type sont tout aussi avérées, notamment en raison de la masse d’informations qu’il contient.

Haut de page

Bibliographie

AMES, Barry. "Electoral Rules, Constituency Pressures, and Pork Barrel. Bases for Voting in the Brazilian Congress". The Journal of Politics 57.2 (1995a).

_______. “Electoral Strategy under Open-List Proportional Representation”. American Journal of Political Science 39.2 (1995b).

AMORIM NETO, Octávio et SANTOS, Fabiano. “A Conexão Presidencial. Facções Pró e Anti-governo e Disciplina Partidária no Brasil”. Revista Dados 44.2 (2001).

BARROSO, Luis R. « Comissões Parlamentares de Inquérito e suas competências : política, Direito e devido processo legal”. Revista Eletrônica sobre a Reforma do Estado 12 (2008).

BRAITHWAITE, John. “A Sociology of Modelling and the Politics of Empowerment”. The British Journal of Sociology 45.3 (1994).

CAMPINHO, Bernardo B. “A importância atual de uma CPI”. Jus Navigandi 5.45 (2000) [en ligne] http://jus.uol.com.br/revista/texto/208.

FELTRAN, Gabriel. “Fronteiras de Tensão : um estudo sobre política e violência nas periferias de São Paulo”. Tese de doutorado. IFCH/Unicamp, 2008.

FREEMAN, Linton C. “Some antecedents of social network analysis”. Connections Review 19.1 (1996).

FREITAS, Tiago B. “Limites investigatórios das comissões parlamentares de inquérito”. Jus Navigandi. Teresina, 5.47 (2000) [en ligne] http://jus.uol.com.br/revista/texto/207.

FROTA, Hidemberg. A. “Os poderes de Investigação das CPIs sobre a vida privada e a Jurisprudência do STF”. Revista CEJ 9.31 (2005).

GRILLO, Carolina C. « Fazendo o Doze na Pista : um estudo de caso do mercado ilegal de drogas na classe media ». Dissertação de Mestrado. IFCS/ UFRJ, 2008.

HIRATA, Daniel. “Sobreviver na Adversidade : entre o mercado e a vida ». Tese de doutorado. FFLCH/USP, 2010.

MILGRAM, Stanley. "The Small World Problem". Psychology Today 1.1. (1967).

MISSE, Michel. "Crime, sujeito e sujeição criminal : aspectos de uma contribuição analítica sobre a categoria “bandido”", Revista Lua Nova 79 (2010).

OLIVEIRA, Wellington. CPI BRASIL : Análise da real efetividade de uma investigação parlamentar. Curitiba : Ed. Honoris Causa, 2010.

PEREIRA, Ricardo Diego Nunes. "Uma CPI para as CPIs. Os limites constitucionais das comissões parlamentares de inquérito e a instrução probatória". Jus Navigandi 15.2410 (2010) [en ligne] http://jus.uol.com.br/revista/texto/14302.

PONTE, Marcos X. et VAN DYNE Donald L. "Sistemas agroindustriais integrados - uma análise por meio da entropia de informação". Novos Cadernos NAEA 3.1 (2000).

RODRIGUES, Thiago M. S., "A infindável guerra americana : Brasil, EUA e o narcotráfico no continente". Revista São Paulo em Perspectiva 16.2 (2002).

_____. “Narcotráfico e repressão estatal no Brasil : um panorama do tráfico de drogas brasileiro” http://www.neip.info.

RUI, Taniele. "Corpos abjetos : etnografia em cenários de uso e comércio de crack". Tese de doutorado. IFCH/Unicamp, 2012.

WASSERMAN, Stanley, et FAUST, Katherine. Social Network Analysis: methods and applications. Cambridge: Cambridge University Press, 1999.

Haut de page

Notes

1 Recherche développée en partenariat avec Angelina Peralva (Université de Toulouse / France) et Jacqueline Sinhoretto (Universidade Federal de São Carlos/Brasil).

2 Selon Ponte et Van Dyne (2000), c’est le mathématicien Claude Shannon (« The Mathematical Theory of Communication », 1948) qui le premier a proposé d’appliquer les fondements d’une théorie mathématique basée sur la statistique pour expliquer des processus de communication, ce qui est le fondement de l’ANS. Dès lors, cette approche intéresse des chercheurs issus de divers champs de connaissance, qui visent à mieux comprendre l’impact des réseaux sur la vie sociale.

3 Voir, dans cet esprit, GRILLO (2008), FELTRAN (2008), HIRATA (2010), RUI (2012).

4 Chaque cas concerne un État fédéré investigué par la CPI ou un phénomène particulier – connexion internationale ou blanchiment d’argent.

5 Représentation graphique d’un réseau construite à partir des données disponibles dans le rapport de la CPI du narcotrafic (tenant compte y compris des distorsions introduites par les rapporteurs eux-mêmes). Les arêtes sont des représentations graphiques des connexions établies par les gens impliqués. Les 18 états et les « cas » enquêtés par la CPI sont présents dans l’image par figures selon le sous-titre. Le groupement se forment à partir des corrélations entre les états (ou les cas).

6 Voir l’article de Jacqueline Sinhoretto dans ce numéro.

7 http://www.istoe.com.br/reportagens/43125_AS+FITAS+DE+BEIRA+MAR

8 En 1967, Stanley Milgram a fait l’expérience suivante: il a demandé à certaines personnes dans le Nebraska /USA et au Kansas/USA d’envoyer une lettre à quelqu’un dans le Massachusetts, en s’appuyant sur un intermédiaire susceptible de connaitre un autre intermédiaire qui, lui, connaitrait la personne-cible. Milgram a alors découvert que, pour arriver à leur destin, les lettres passaient, en moyenne, par six autres personnes avant d’atteindre leur but. Cette théorie a été nommée « six degrés de séparation ». Elle a été la base d’une réflexion portant sur la confiance et la présence de liens faibles et indirectement construits dans les analyses des réseaux sociaux.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Légende : Acre ; Alagoas ; Amapá ; Bahia ; Ceará ; Espírito Santo ; FAB ; Goiás ; Maranhão ; Mato Grosso ; Mato Grosso do Sul ; Minas Gerais ; Pará ; Paraná ; Piauí ; Rio de Janeiro ; São Paulo
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/1191/img-1.png
Fichier image/png, 48k
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/1191/img-2.png
Fichier image/png, 280 octets
Titre Figure 2 : Implication des rapporteurs avec la chaîne de la CPI du narcotrafic
Crédits SOURCE : L’auteur
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/1191/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fernanda de Almeida Gallo, « Éléments pour une méta-analyse : le rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur le narcotrafic au Brésil », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://orda.revues.org/1191 ; DOI : 10.4000/orda.1191

Haut de page

Auteur

Fernanda de Almeida Gallo

Universidade de Campinas (UNICAMP), Brésil, fernanda@gallo.pro.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org