Navigation – Plan du site
Hors dossier

Narcotrafic, conflit armé et sécurité : une perspective à partir du cas colombien

Drugs commerce, armed conflict and security: a perspective on the Columbian case study
Narcotráfico, conflicto armado y seguridad: una perspectiva a partir del caso colombiano
Narcotráfico, conflito armado e segurança: uma perspectiva a partir do caso colombiano
Ricardo Vargas Meza

Résumés

Opérant dans le cadre d’une guerre interne, le narcotrafic a induit des transformations durables sur le plan économique et celui de la culture politique colombiennes. Son imbrication symbiotique avec d’importants intérêts économiques et politiques a suscité une redéfinition profonde de la structure agraire du pays, devenue hautement inégalitaire, et la formation d’une catégorie de propriétaires rentiers développant des formes extensives d’élevage. D’un autre côté, de larges parties du territoire se sont retrouvées sous la coupe d’organisations de sécurité illégales, portant l’empreinte d’un héritage mafieux. Le commerce des drogues a participé au financement des mouvements anti-insurrectionnels, mais aussi à celui de la guérilla. Dans un tel contexte, tout prétendu succès dans la lutte contre le narcotrafic - tels ceux manifestés par différentes sources officielles - doit être envisagé avec scepticisme.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte a été préparé grâce au soutien de l’United States Institute of Peace, USIP. L’auteur remercie Virginia Bouvier et Francisco Thoumi pour leurs commentaires. Le résultat final est de ma seule responsabilité.

Texte intégral

  • 1 Le terme VPAE est emprunté du texte de Richard, Snyder, et Angélica Durán, « Drug, Violence and Sta (...)

1Chercheurs et acteurs politiques sont d’accord sur le fait que le narcotrafic est l’un des principaux obstacles à une paix durable en Colombie. Son utilisation en tant qu’économie de guerre et l’incidence des changements socio-économiques et culturels engendrés au cours des dernières décennies (concentration de la propriété terrienne, renforcement d’une culture de l’illégalité, usage privé illégal de la force pour assurer un succès électoral à des acteurs politiques régionaux et régler des disputes, entre autres) constituent des obstacles à une solution de fond au conflit. En effectuant un bref retour historique sur l’économie illégale des drogues dans le cadre du conflit armé colombien, nous soutiendrons d’un côté que le narcotrafic s’est violemment heurté à l’Etat ; mais de l’autre, il s’est renforcé dans le cadre d’une stratégie contre-insurrectionnelle, lorsque des leaders de l’économie illégale des drogues se sont bénéficiés des Violences de Protection Soutenues par l’Etat (VPAE)1.

2L’entrecroisement symbiotique du narcotrafic avec de grands intérêts économiques et politiques a contribué à une redéfinition profonde de la structure agraire colombienne, avec la mise en puissance d’un modèle rentier dans le secteur de l’élevage. Il n’en reste pas moins que ce secteur subit aujourd’hui des pressions modernisatrices qui le poussent vers une agriculture intensive et exportatrice, à côté d’une exploitation minière désordonnée et coupée d’un développement socialement équitable. Une autre conséquence - divers territoires se trouvent sous le contrôle de structures privées illégales de sécurité marquées par un héritage mafieux. Un tel contexte, qui s’est consolidé au cours des trois dernières décennies, a produit divers effets en termes de gouvernabilité locale et régionale, en matière de sécurité et d’ordre démocratique dans diverses zones géographiques, et constitue un obstacle structurel à la construction de la paix en Colombie. L’idée d’un prétendu « succès » dans la lutte contre le narcotrafic doit donc être examinée avec précaution, ce à quoi s’ajoute la faiblesse empirique des diagnostics sur l’économie illégale des drogues en Colombie. Par conséquent, si le narcotrafic apparaît déterminant pour la paix, le déni de son existence et le refus de le reconnaître en tant que problème aux prises avec une mutation complexe ne contribuent en rien à régler les difficultés qui continuent à nourrir le conflit.

Économie illégale des drogues et conflit armé

3L’une des caractéristiques centrales de l’économie illégale des drogues en Colombie, c’est son insertion précoce dans le conflit armé intérieur. Dans les années soixante-dix, le pays est devenu le principal exportateur de marijuana vers les Etats-Unis, et cela jusqu’en 1988, lorsqu’il a été remplacé par le Mexique. Dès le boom de la marijuana, les zones de production ont été contrôlées par des bandes armées, puis ces territoires ont été dominés par les guérillas. Vers la fin des années soixante-dix, l’insertion de la Colombie dans le marché de la cocaïne lui réserve une place dans la transformation de la matière première, achetée dans le Chapare bolivien et dans le Huallaga péruvien, en pâte base cocaïne, PBC, laquelle après cristallisation était exportée, surtout vers les Etats-Unis. L’installation de laboratoires dotés d’une grande capacité de production de cocaïne, dans les années quatre-vingt, s’est effectuée au départ dans des zones distantes et difficiles d’accès. Pour cette raison, les premiers arrangements – très instables – entre narcotrafiquants et guérillas ont eu lieu autour de la prestation de services de sécurité et, par conséquent, du paiement d’un impôt de protection.

4L’instabilité des arrangements entre entrepreneurs illégaux et groupes armés est devenue manifeste lorsque l’argent du narcotrafic a commencé à être employé à l’achat de terres. Depuis la période de la marijuana, des conflits se sont développés autour du modèle d’insertion du narcotrafic via la concentration de la propriété. Cette situation s’est entremêlée avec des conflits sous-jacents à une structure agraire polarisée entre grandes propriétés terriennes, qui cherchaient à accaparer les meilleures terres à travers l’expropriation de la petite et de la moyenne propriété. En même temps qu’il a renforcé cette tendance, le narcotrafic a mis en puissance de façon exponentielle des mécanismes traditionnels, employés par les propriétaires terriens, en termes de règlement violent des conflits en lien avec la pression sociale pour l’accès à la terre.

5Au début, les guérillas ont cherché à légitimer les demandes paysannes, mais leur économie de guerre les a poussées à employer largement des procédés tels que les enlèvements contre rançon, le vol et l’extorsion. Compte-tenu de la faiblesse de l’Etat, les populations touchées y ont répondu à leur tour à travers une violence privatisée, s’organisant en groupes d’autodéfense. L’exemple emblématique en a été « l’expérience de Puerto Boyacá », une commune rurale de la région de Magdalena Medio, laquelle, soutenue par les Forces Armées au niveau régional, est allée jusqu’à s’autoproclamer « la capitale antisubversive de la Colombie ». La participation du narcotrafic a été particulièrement significative - en termes d’apport de ressources, de connexions internationales et de par son expérience dans l’usage privé de la force - pour consolider un positionnement qui, vers la fin des années quatre-vingt, s’est étendu à une grande portion du territoire national. Déjà avant l’affaire bien connue de Puerto Boyacá, vers la fin des années soixante-dix début des années quatre-vingt, au cours de la période de pic de l’exportation de la marijuana, le blanchiment de l’argent du narcotrafic s’est fait à travers des investissements dans des propriétés terriennes, le poids des groupes émergents illégaux de Medellín étant alors particulièrement important. L’une des zones où ce phénomène a été le plus visible est celle de la colonisation intérieure des vallées inter-andines du Magdalena Medio, région d’Antioquia (zones d’influence de Puerto Berrio, Yondó, Puerto Wilches et Puerto Nare). Les achats de terres avec l’argent de la « bonanza marimbera » (« l’aubaine de la marijuana ») ont aggravé les processus de concentration de la propriété terrienne, en déstructurant une fois pour toutes des économies paysannes précaires, engendrant depuis lors des déplacements forcés et une plus grande pauvreté.

6Cette zone de colonisation a été marquée par la présence précoce des guérillas de l’ELN, porte- drapeau des guérillas libérales de la moitié du XXe siècle dans la région, sous la direction de Rafael Rangel. Cette zone a été l’objet d’une des premières offensives militaires réussies de l’Etat contre l’ELN, aboutissant à sa défaite en janvier 1973. Toujours est-il que la faible capacité de l’Etat à instaurer une présence permanente et à faire régner la loi a placé le respect de la légalité et la préservation de l’ordre public sous la dépendance du rôle purement répressif joué par les Forces Armées (FFAA). Cet usage de la force, à son tour, a frappé les petits producteurs, contribuant à créer au niveau régional des conditions favorables à un retour de la guérilla (UN-CID, 1988). Ce retour a pris la forme du IVe front des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC). Son action s’est inscrite dans le cadre des contradictions suscitées par la concentration de la propriété terrienne en tant que modèle de consolidation de la colonisation et dans un cadre de grave exclusion sociale des paysans. A ce moment-là (début des années quatre-vingt), dans un contexte de guerre, s’observe une claire intention de déstructuration des économies paysannes existantes dans la région, car l’achat à bas prix des propriétés de producteurs agricoles dépourvus de capital pour les exploiter de façon adéquate s’ajoute au meurtre et souvent à l’émigration forcée suite à l’action des groupes armés qui comptent sur la complicité des grands propriétaires … qui reproduisent ainsi le cycle infernal du petit paysan : colonisation-expropriation-émigration-colonisation, participant à la prolétarisation d’une partie de ces premiers propriétaires. (UN-CID, 1988).

7Dans ces conditions, le narcotrafic a impliqué deux logiques successives. Au début, ses activités étaient simplement illégales, dans la mesure où elles concernaient la production et le trafic de la marijuana. Plus tard, grâce à la forte accumulation obtenue, il a cherché à se donner une face légale à travers l’achat des terres, une activité qui en Colombie génère simultanément du prestige social et économique. Dans les deux cas, son développement a été favorisé par la faible présence de l’Etat rendant possible l’installation de cultures illicites et/ou de laboratoires de production (dans le cas de la cocaïne) et/ou la création de routes d’exportation. Les conditions dans lesquelles les processus de colonisation se sont déroulés leur ont permis de disposer de terres déjà ouvertes et de la main d’œuvre des petits producteurs déjà installés. Des économies paysannes fragiles et peu durables (manque d’infrastructure, de marchés compétitifs, d’accès au crédit, etc.) sont devenues, de par leur vulnérabilité, une proie facile du pouvoir monopolistique acheteur de produites agricoles et de terres des producteurs.

8Dans le premier contexte d’illégalité (installation de cultures illicites et/ou infrastructure de services), les relations entre narcotrafiquants et guérillas ont pu prendre la forme d’une cohabitation et d’une coopération car les premiers – compte-tenu de la nature illégale de leurs activités – ont passé des accords de taxation des guérillas pour faire avancer leurs opérations, alors que les relations avec les FFAA n’étaient probablement pas mauvaises, l’objectif de ces dernières étant d’en finir avec la subversion et non pas avec « le délit commun (narcotrafic) qui relevait d’une activité policière » (UN-CID, 1988). Ce type d’arrangements entre illégaux est devenu fonctionnel surtout au long des années soixante-dix. Mais vers les années quatre-vingt, dans un contexte régional marqué par l’achat des terres et l’installation d’activités « licites » qui ont constitué un principe d’insertion dans la « légalité » et l’élargissement des relations sociales dans le milieu de l’élevage et des propriétés terriennes, les équilibres suscités dans le contexte des illégalités partagées ont subi des modifications profondes.

  • 2 Voir Christi, Pax La industria del secuestro en Colombia. Un negocio que nos concierne ? (Utrecht : (...)

9C’est à noter que les propriétaires de terre issus de l’illégalité et en cours d’insertion légale ont rejeté et affronté l’extorsion et les enlèvements pratiqués par les guérillas, en imposant leur propre violence et en se constituant en nouveau pouvoir social au sein du conflit régional. Selon des chiffres de País Libre, entre 1980 et 1984 une première vague d’enlèvements a eu lieu, atteignant un pic de 600 cas en 19842. La deuxième vague a débuté en 1987 atteignant son apogée en 1991, lorsqu’elle a dépassé le chiffre de 1500 enlèvements. La période la plus critique a démarré en 1997 avec près de 1200 enlèvements et a dépassé les 3500 en 2000. Moyennant une violence brutale exercée à l’encontre des bases sociales supposées des guérillas, les structures armées alors créées ont cherché à libérer de larges zones et à consolider un contrôle territorial en faisant un usage privé de la force, devenant à la fois le ciment d’alliances sociales, politiques et militaires au niveau régional avec des propriétaires de terre, des éleveurs et les Forces Armées.

10La guerre sale qui a fait suite à cette redéfinition des centres du pouvoir local dans le cadre du conflit a pris pour cible les luttes sociales, leurs organisations et des expressions politiques qui se voulaient des alternatives aux opérations anti-insurrectionnelles. Par exemple, dans la région de l’orient antioqueño, spécifiquement à Puerto Berrío :

Suite au meurtre du dirigeant syndical des pêcheurs du Magdalena Medio, Jaime Nevado, en 1982, une nouvelle modalité de violence a été déclenchée atteignant en 1983 ses plus hauts niveaux. En une seule fin de semaine 27 personnes ont été victimes de mort violente, accusées d’être des soutiens des guérillas. La terreur a atteint un tel niveau que même des gens non engagés dans aucun des deux côtés avaient peur de sortir la nuit… (UN-CID, 1988).

11Un modèle de rétorsion violente connu comme Mort aux Auteurs d’Enlèvements (MAS) est apparu sur la scène publique en 1981, lors d’une réponse du clan Ochoa - des narcotrafiquants bien connus de Medellin - à l’enlèvement de Marta Nieves Ochoa, membre de la famille Ochoa, par la guérilla du M-19. Ce mécanisme est devenu une raison sociale - initiative privée définie par un usage efficace de la force, porteuse d’un message de dissuasion contre l’enlèvement et l’extorsion. En milieu rural, surtout, il a fini par se légitimer également en tant que :

  • mécanisme rapide de violence privée contre-insurrectionnelle ;

  • outil systématique d’assassinat de paysans en vue de les expulser de leurs terres 

  • outil d’élimination de personnalités politiques dérangeantes 

  • outil d’assassinat de journalistes qui s’interrogeaient sur les liens entre le narcotrafic et les Forces Armées.

12Il a fallu attendre 1983 avant que cette situation soit connue. Les premiers informateurs, qui ont déserté les groupes régionaux créés dans les zones de conflit en raison des attentes suscitées par l’accumulation violente des terres, se sont manifestés alors. Les premiers procès en justice ont donné voix à certains récits :

 … au début on tuait des guérilleros mais ensuite des paysans ont été assassinés, alors qu’on savait pertinemment qu’ils ne collaboraient pas avec la guérilla. Nous savions que tout ce qu’ils voulaient (les financeurs illégaux des groupes armés), c’était leurs terres. Mais de toute façon on les achevait parce que c’était l’ordre qu’on nous donnait (Duzán, Maria Jimena, 2010).

13Dans les années qui ont suivi, ces dynamiques locales ont participé à la formation d’un processus politique national fondé sur la justification légale de l’autodéfense et de l’usage privé de la force « contre la subversion », s’appuyant sur l’institution étatique, les partis politiques traditionnels, les organisations de défense de la propriété privée et les traditions religieuses. Tout cela s’est basé sur une interprétation de différents dispositifs légaux, la légitime défense étant contemplée dans le code pénal alors en vigueur, le décret 100 de 1980, le 2810 de 1984 (statut des compagnies de surveillance privées), dans des articles de la Constitution Nationale, mais surtout dans la loi 48 de 1968, qui soutenait l’existence de la défense civile (Medina Gallego, 1990). En effet, la légitimation politique de ce paradigme à côté de l’insertion du narcotrafic dans l’aire d’influence de la zone où se sont développées les premières expériences d’autodéfense, surtout Puerto Boyacá, a entraîné une évolution vers le modèle narco-paramilitaire.

14Cependant, l’aspect le plus important de la période de référence a été la tension entre une dynamique nationale marquée par la violence du narcotrafic et le processus régional d’extension et légitimation d’un modèle contre-insurrectionnel privatisé, pour l’essentiel financé par des capitaux d’origine illégale. L’inscription du phénomène au niveau national s’est traduite principalement dans le fait que :

  1. La violence a frappé des personnes qui s’opposaient à l’ingérence politique nationale du narcotrafic, notamment son incorporation directe dans des fractions des partis traditionnels, comme cela a été le cas pour le parti libéral - une situation alors dénoncée par le Ministre de la Justice Rodrigo Lara Bonilla à propos de Pablo Escobar.

  2. La violence a frappé des représentants de différentes branches du pouvoir étatique, en raison de l’application du traité d’extradition avec les Etats Unis, suite à l’assassinat du Ministre Lara Bonilla en 1984.

  3. La violence a frappé des médias de masse qui se sont opposés à la présence – également sur l’arène publique nationale - du narcotrafic, comme dans le cas représentatif du journaliste Guillermo Cano.

15Au niveau national, pour contrecarrer à cette vague de violences du narcotrafic, des décisions fortement médiatisées en matière de politiques publiques ont alors cours, parallèlement à des processus régionaux impliquant des représentants d’instances étatiques nationales, surtout des organismes de sécurité de l’Etat, et des élites régionales, dans une guerre privatisée contre-insurrectionnelle qui se bénéficiait du financement du narcotrafic.

16En témoigne le fait que la zone rurale de Magdalena Medio a offert et a effectivement assuré des conditions de retrait aux leaders du narcotrafic, qui avait débuté sa guerre partielle contre des instances nationales de l’État. Nous utilisons le concept de « guerre partielle » pour indiquer que l’État central a servi de cible aux attaques sélectifs de la violence terroriste narcotrafiquante, laquelle à son tour se différenciait de la guerre menée « avec le soutien et la protection de structures étatiques » y compris des représentants de l’Etat central.

17Vers 1983, a été rendu public un rapport de celui qui était alors le Procureur Général de la Nation, Carlos Jiménez Gómez, à propos des groupes dénommés « de Justice Privée » (MAS) et leurs relations avec le narcotrafic et les Forces Armées. Dans le rapport du Procureur on faisait état du fait que, parmi 163 personnes mises en accusation, 60 étaient des membres actifs des Forces Armées (Duzá, María Jimena, 2010 : 60).

18Vers 1987, le modèle s’est consolidé avec l’arrivée de conseillers paramilitaires internationaux (Yair Klein et un groupe de onze mercenaires originaires de la Grande Bretagne), financés par le narcotrafic, utilisant pour cela différentes parcelles dans la région du Magdalena Medio. L’accord pour le développement de ces exercices d’entraînement mobilisant les conseillers (90 hommes) a été donné par des personnalités qui représentaient alors la symbiose entre la contrebande d’émeraudes et le narcotrafic, à savoir Henry de Jésus Pérez, Pablo Escobar, José Gonzalo Rodriguez Gacha et Victor Carranza.

19L’aspect que nous avons signalé comme déterminant en cette période, le paradoxe d’un narcotrafic menant, d’un côté, la guerre contre des représentants de l’Etat central et de l’autre ses liens symbiotiques au niveau régional avec ce même Etat et certaines instances des FFAA, a contribué à son tour à produire des fractures internes au sein du groupe de Medellin qui dirigeait la guerre contre l’extradition, et entre ce dernier et ses alliés régionaux. A la mort de Pablo Escobar, une alliance a redéfini les tensions à l’œuvre au sein du narcotrafic et on a mis fin à l’ambivalence des réactions face à lui (deux tendances distinctes face au même phénomène du narcotrafic), entraînant la consolidation d’une Violence de Protection Appuyée par l’Etat, VPAE.

20A partir de 1989, une nouvelle phase s’est initiée, avec l’expansion du modèle narco-paramilitaire vers de larges zones du pays, en particulier la Côte atlantique et Orinoquia, et ensuite vers le sud de la Colombie. En 1989 se sont formées les Autodéfenses Paysannes de Córdoba et Urabá, ACCU, et au début des années 90 - par exemple le 26 février 1990 a lieu le massacre de Cimitarra - un processus emblématique qui allait se généraliser à l’ensemble, presque, du pays. Avec la création des Autodéfenses Unies de Colombie en 1997, un effort a été déployé pour coordonner un processus multidimensionnel d’expropriation violente de terres et de contrôle de territoires. Le résultat, c’est que la Colombie génère un des chiffres les plus élevés au monde de déplacements forcés et de redéfinition violente de la structure de la propriété agraire.

  • 3 Voir « A esta ley sólo deben temer los despojadores », El Colombiano, 27 mai 2011.
  • 4 Frère de l’ex-président Alvaro Uribe (2002-2010).

21Selon le Ministère de l’Agriculture, 400.000 familles ont été dépouillées de près de deux millions d’hectares de terres et, dans le contexte du conflit armé, quatre autres millions d’hectares ont été abandonnés ces 25 dernières années.3 L’articulation des élites régionales avec le narcotrafic, pour financer la stratégie contre-insurrectionnelle et obtenir définitivement l’expropriation violente des terres, s’est observée par exemple dans le cas de la commune de Yarumal dans le département d’Antioquia. Selon un officiel repenti de la Police nationale de Colombie en dialogue avec Santiago Uribe Vélezs4, ce dernier a dit au lieutenant :

 … Lieutenant, nous avons juste commencé (la guerre sale pour éradiquer la guérilla dans la région), de telle sorte que lorsque vous aurez besoin de monde, je peux vous en trouver. Maintenant par exemple, je vais amener quelques amis à moi qui cultivent des pommes de terre… » Commentaire de celui devenu depuis commandant : « … et ce n’était pas de vains mots, quelques jours plus tard ils sont vraiment arrivés. C’étaient des gens qui s’appelaient Botero, des durs de (la commune de) La Ceja, des cultivateurs et commerçants de pommes de terre, mais ils maniaient aussi le narcotrafic. Dans ce mélange du légal et de l’illégal, il faut même noter qu’ils possédaient des pistes d’atterrissage dans (la commune de) Campamento à travers laquelle ils sortaient la drogue. L’existence de la piste était connue, mais la police n’intervenait pas. Les cultures de la coca et les laboratoires où elle était élaborée étaient immenses et l’information, c’était qu’il en sortait de la coca pour l’exportation. L’objectif de Santiago était vraiment de combattre la guérilla, détruire le pouvoir du narcotrafic, et vous voyez que déjà en 1993, 1994 jusqu’en 2002, les autodéfenses se sont emparées de tout ce secteur. (Behar, Olga, 2011).

Principales conséquences des questions précédentes

22Suite à ce que nous venons de décrire, il est évident qu’une approche univoque du narcotrafic ne peut être qu’erratique. En tant qu’économie illégale, le narcotrafic se développe dans des directions multiples et les bénéfices qu’il recueille s’inscrivent dans des perspectives politiques et de sécurité très diverses. Un même acteur – par exemple l’Etat – face au même phénomène des drogues a pris position en matière de sécurité de façon variable et contradictoire. Dans le même sens, deux scénarii peuvent être évoqués : le premier, au niveau national, avec la pratique d’actions violentes terroristes, sous la direction de Pablo Escobar, pour neutraliser la politique d’extradition ; et de l’autre, au niveau local, la légitimation d’un processus fonctionnel, contre-insurrectionnel, lequel requérait d’énormes ressources apportées par le narcotrafic. Cette impasse s’est réglée avec la mort violente de Pablo Escobar, une situation à laquelle ont contribué des représentants du narcotrafic qui, tout au long des années 80 et début des années 90 avaient consolidé le modèle narco-paramilitaire, parmi lesquels Fidel Castaño, Diego Murillo Bejarano (alias « Don Berna », à l’occasion, chef d’escorte de l’ex-associé de Pablo Escobar, Rafael Galeano, par la suite poursuivi par lui) et des membres du Bloc de Recherche en lien avec le narcotrafic (le colonel de police Danilo González et le colonel Hugo Aguilar).

23La mort de Pablo Escobar le 2 décembre 1993 et la crise qui a atteint le groupe de Cali en 1994/1995 ont cependant reconfiguré toute la carte régionale andine de la coca. Les cultivateurs de la coca et les producteurs de PBC du Haut Huallaga et du Chapare bolivien ont été alors touchés par une chute abrupte de la demande de matière première émanant des structures centralisées du narcotrafic des centres de Medellin et Cali, destinées à être élaborées en Colombie.

Graphique n 1: Moyenne mensuelle des prix sur le site de production de la feuille de coca sèche en Bolivie et au Pérou (US dollar/kilo) 1990-2006

Image 200000090000866400004368BA43B845.wmf

24La chute des prix de la feuille de coca pour produire de la PBC en 1993 et plus tard en 1995, surtout dans le Huallaga péruvien, malgré une légère récupération en 1994 et 1995, sans doute générée par l’accroissement de la demande du groupe de Cali après la chute de Pablo Escobar, est impressionnante : on est passé d’un pic de US 4,5 dollars par kilo à près de US 0,50 par kilo entraînant une crise profonde dans ces zones cocaleras. La chute de la direction du groupe de Cali, avec Gilberto Rodriguez, Henry Loaiza, Victor Patiño en juin 1995, puis José Santacruz et Phanor Arizabaleta en juillet 1995, expliquent ce comportement. Avec eux se termine également le cycle des structures centralisées (des ainsi dénommés cartels de Medellin et Cali).

  • 5 On prétend souvent que le transfert de la production de la feuille de coca se serait effectué sous (...)

25A la crise de la structure régionale de l’économie de la coca s’est ajouté l’épuisement du modèle centralisé du narcotrafic de Medellin et de Cali, le résultat étant une dynamisation sans précédents de la culture de la coca en Colombie, désormais avec une demande émanant d’organisations multiples depuis différents centres urbains. La réduction des coûts de production et de transfert de la PBC en vue de son élaboration a contribué à la démocratisation du négoce illégal en Colombie.5 Mais tout n’était pas entièrement favorable aux élites émergentes illégales, dont le nombre a commencé à s’accroître de façon exponentielle, leurs structures organisationnelles ayant muté vers un format de type réseau, très différent des modèles verticaux caractéristiques des ainsi dénommés cartels. En effet, lorsque la culture des feuilles de coca s’est massivement installée dans les zones de colonisation de l’Amazonie (initialement dans les départements de Guaviare et Caquetá) les guérillas de la FARC ont été les premières bénéficiées par le transfert des cultures depuis le Pérou et la Bolivie, ce qui leur a permis d’accroître les sources de financement de leurs structures militaires et leurs actions en force. Un nouveau scénario s’est ainsi dessiné avec l’élargissement considérable de la géographie de la guerre, rétablissant un équilibre militaire que la stratégie privatisée contre-insurrectionnelle avait cherché à rompre. Cette situation a suscité des préoccupations sérieuses à Bogota et à Washington lorsqu’on s’est rendu compte qu’un nouveau phénomène non prévu venait à jour. Parallèlement à la crise de légitimité qui touchait le gouvernement Samper (1994-1998) en raison du financement de sa campagne avec l’argent du narcotrafic, la force des guérillas allait être mise en puissance, comme cela s’est effectivement vérifié tout au long des années 1996 et 1997.

26Les grandes mobilisations paysannes de 1996 et l’accroissement exponentiel du recrutement et du pouvoir armé des FARC exigeaient des réponses stratégiques. C’est dans ces circonstances qu’a vu le jour le Plan Colombie, conçu comme un antidote pour récupérer la stabilité de l’État colombien face à la vague insurrectionnelle. De fait, vers 1999, alors que montait le débat concernant ce Plan, des voix du Département de la Défense et des Think Tanks ont attiré l’attention sur l’erreur consistant à tout miser sur la question des drogues. Certains observateurs de la politique extérieure des États-Unis pour l’hémisphère prétendent que l’orientation antidrogues du Plan Colombie n’était qu’apparente et qu’il y avait là davantage un moyen de contourner des obstacles politiques plutôt que la conviction des bénéfices de la politique anti-narcotiques :

 Les arguments concernant la nécessité d’aider les Colombiens à améliorer et à renforcer leurs conditions de sécurité auraient suscité peu d’adhésions politiques dans le contexte qui a suivi la guerre froide. Formuler le défi en termes de défense de la démocratie colombienne – la plus ancienne d’Amérique du Sud – aurait eu encore moins d’impact auprès de l’électorat états-unien. La dure réalité politique – que les autorités de l’administration Clinton implicitement comprenaient – exigeait que le Plan Colombie soit présenté et vendu comme un paquet de mesures antidrogue. L’alternative, il semblerait, c’était de rester les bras croisés et assister à la détérioration progressive de la Colombie… (Shifter, Michael, 2011).

27Reste que les effets politiques et en matière de sécurité générés par les événements du 11 septembre 2001 et les ajustements subis par le Plan Colombie en 2002 à l’initiative du Congrès des États-Unis ont suscité une approche plus centrée sur le défi représenté par les guérillas. Cette situation a été favorisée par la crise du scénario de paix essayé par l’administration Pastrana et le triomphe de la ligne guerrière face au conflit proposée par Alvaro Uribe Vélez, alors candidat à la présidence de la République. Dès lors, opposer un bilan antidrogues à une stratégie qui de fait s’est centrée en priorité sur la guerre contre-insurrectionnelle, c’est un exercice sans avenir en termes de realpolitik. En ce sens, le résultat du Plan Colombie en matière de lutte antidrogues est pauvre, mais non pas en matière de sécurité contre les groupes soulevés et en armes.

28Finalement, au plan interne colombien, une guerre contre-insurrectionnelle menée à travers un modèle privatisé, avec des actions perpétrées à l’encontre de la population civile, inadmissibles du point de vue du droit international humanitaire, a mis en puissance le rôle stratégique du narcotrafic en rapport avec le conflit armé, favorisant l’extension territoriale d’une Violence de Protection Appuyée par l’Etat (VPAE) aux effets divers. Entre autres :

  • un élargissement s’est observé dans les aires de retraite régionale bénéficiant les leaders du narcotrafic ;

  • une relation fonctionnelle s’est tissée avec des secteurs et instances des FFAA et de la Police ;

  • une reconfiguration violente des territoires basée sur la concentration de la terre a été facilitée ;

  • la protection locale du narcotrafic a été assurée et les routes d’exportation des drogues illégales se sont multipliées de façon exponentielle.

29Malgré tout ce qui a été dit, dix ans après le Plan Colombie et la démobilisation paramilitaire dans le cadre du processus de Justice et paix, le bilan officiel des instances de décision de Washington et du gouvernement colombien prétend que son résultat est hautement favorable. Regardons de plus près leurs arguments.

La réalité actuelle du narcotrafic en Colombie

30Selon la Drug Enforcement Administration, DEA, 90 % de la cocaïne saisie aux Etats-Unis est d’origine colombienne. Le rapport de 2011 du Département d’Etat signale la forte diminution du nombre d’hectares de coca qui passe de 119.000 en 2008 à 116.000 en 2009. A cela s’ajouterait une diminution du potentiel productif de la cocaïne de 280 tonnes en 2008 à seules 270 tonnes en 2009. Les chiffres de l’United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) témoignent d’une tendance similaire, malgré des différences aussi bien au niveau du nombre d’hectares de coca plantés (68.000 Ha en 2009 pour l’entité multilatérale) et au niveau du potentiel productif de la cocaïne (410 tonnes en 2009). Il faut noter le volume des saisies de cocaïne, de 225.9 tonnes en 2010, et le fait que 146.000 hectares de coca ont été éradiqués.

31Le même rapport signale les pressions à l’encontre des FARC et de l’ELN « qui exercent un contrôle considérable sur des aires avec de grandes concentrations de coca et des cultures de pavot » (USA – DoS, 2011). Le rapport conclut que la Colombie continue à avancer de façon importante dans la lutte contre la production, l’exportation et la consommation de drogues illicites. Ce qui – selon le Département d’Etat – permet d’éviter que de grandes quantités de cocaïne arrivent aux frontières des Etats-Unis. Il reconnaît aussi que la Colombie est devenue un partenaire dans l’exportation de la sécurité et de la stabilité vers l’hémisphère occidental. Il précise également la nécessité de consolider ces avancées pour rendre ce processus irréversible à travers le soutien de Washington au Plan National de Consolidation, lequel apporte de la sécurité, construit des infrastructures et génère des opportunités économiques supplémentaires dans des régions qui ont historiquement vécu sous le contrôle de groupes terroristes et d’éléments criminels, et enfin en appelle au président Santos pour que le Plan de Consolidation soit articulé à des plans de réforme agraire et de création d’une prospérité économique (USA-DoS, 2011).

32Pour l’Etat colombien, la guérilla et le narcotrafic constituent une même entreprise criminelle. Des analystes de la coopération bilatérale du gouvernement des Etats-Unis pour la Colombie réaffirment l’inexistence de frontières entre le narcotrafic et le conflit armé. « Depuis une perspective tactique, les efforts antidrogues sont similaires aux efforts contre-insurrectionnels. Les décisions et l’entraînement doivent tenir compte de ce contexte. » (Jayamaha, Brady, Fitzgerald, Fritz, 2010). De son côté, le diagnostic de la police nationale colombienne met l’accent sur les points suivants :

    • 6 « Microtráfico al que se dedican ahora narcos genera violencia en ciudades : general Oscar Naranjo” (...)

    La Colombie a réussi à neutraliser les instances de direction du narcotrafic à travers l’arrestation et l’extradition de près d’un millier de personnes responsables du négoce illégal.6

  1. Une telle situation est complétée avec les résultats opérationnels du respect de la loi en matière de lutte antidrogues (qui correspondent aux chiffres consignés dans les rapports du Département d’Etat et de l’UNODC) et qui comprend l’accroissement de la capacité de saisie de plus de 200 tonnes de cocaïne en moyenne ces dernières années.

  2. Par conséquent, le narcotrafic se trouve obligé de développer des marchés intérieurs (micro trafic) pour qu’il soit possible d’écouler la drogue accumulée.

  3. Ce micro trafic est responsable d’un accroissement des taux de violence dans certaines villes comme Medellin et Bogota.

    • 7 « Bacrim, fenómeno narcotraficante de tercera generación : se han desarticulado mas de 26 estructur (...)

    Dans le contexte rural se sont formées les Bandes Criminelles (BACRIM) dans l’objectif de capter les opportunités en matière de narcotrafic laissées par les cartels désarticulés au cours des dernières décennies par la Force Publique et les espaces de criminalité ouverts par les Autodéfenses démobilisées. Ces bandes constituent une troisième génération de narcotrafiquants, organisés dans des structures plus petites mais dispersées, répondant au modèle des « réseaux criminels » qui leur a permis, depuis 2003, de rester opérationnelles dans des zones stratégiques, en particulier dans le Pacifique sud colombien7.

Une autre approche du bilan actuel et des propositions alternatives sur les drogues en Colombie

33En 2009, le potentiel productif total de la cocaïne en Colombie a été de 410 tonnes selon l’UNODC. En Colombie et dans les pays de la région andine où transite la cocaïne colombienne, à savoir l’Equateur, le Venezuela et le Panama, ont été saisies, au cours de cette même année, 316 tonnes.

Tableau n°1

Saisies de cocaïne situation régionale 2002-2009 - Pays

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

Venezuela

18

32

31

58

39

32

34

27.6(*)

Equateur

11

7

5

43

34

25

30

53.4 (**)

Panamá

3

9

7

16

36

60

51

32

Colombie

121

146

188

215

181

195

206

203

Total

153

194

231

332

290

312

321

316

  • 8 Voir Terry Zobeck, « Cocaine Seizures Outstripping Production ? Not Exactly”, ONDCP (2011) [en lign (...)

34Bien que sous-estimés par le Bureau des drogues des États-Unis (l’ONDCP selon son sigle en anglais)8, les chiffres concernant les saisies sont utiles, ne serait-ce qu’en termes purement analytiques, pour mettre en perspective les données sur le potentiel productif. Aussi, en comparant le volume saisi et le potentiel productif, nous retrouvons en 2009 un solde positif de 94 tonnes lesquelles ont quitté la Colombie vers les marchés de l’Europe et des États-Unis. L’UNODC indique, suite aux saisies effectuées, que seules 158 tonnes se dirigent vers l’Europe et 280 tonnes vers les Etats-Unis. Une enquête menée par le Cocaine Signature Program aux États-Unis en 2009, à travers l’analyse chimique de 3000 échantillons de cocaïne saisie, ont indiqué que 95,5 % étaient originaires de Colombie (UNODC, avril 2011).

35Alors qu’il n’existe en Europe aucun programme similaire détaillé d’expérimentation sur des échantillons, comme c’est le cas aux Etats-Unis, et que les analyses des saisies témoignent d’origines diverses, si on tient toutefois compte des pays voisins par lesquels transite la cocaïne originaire de Colombie - le Venezuela, l’Equateur et le Panama - on peut conclure que la cocaïne colombienne participe à 69 % de la demande européenne (UNODC, avril 2011). Les données de UNODC concernant la quantité totale de cocaïne qui transite vers les Etats-Unis et l’Europe permettent d’estimer la participation de la Colombie à :

Tableau n°2: Participation de la cocaïne colombienne

Vers les EEUU et l’Europe en 2009 (ton.)

Lieu de destination

Cocaïne originaire

de la Colombie (ton.)

EUU

267.4

Europe

109.02

TOTAL

376.42

36Si le solde constaté, une fois qu’on tient compte des saisies de la cocaïne colombienne dans la région andine - à l’exclusion du Pérou et de la Bolivie - était de 94 tonnes, comment – en utilisant les mêmes chiffres de l’UNODC – peut-on expliquer une consommation effective de la cocaïne colombienne dans deux des plus importants marchés du monde où sa participation en tant que pays fournisseur peut être estimé au bas mot à 376,42 tonnes ?

37Les chiffres fournis par le Département d’Etat concernant le potentiel productif de la cocaïne en Colombie le placent à un niveau très inférieur à celui indiqué par l’UNODC, avec une estimation pour 2009 de seules 270 tonnes. Si, comme il a été signalé, les saisies en Colombie et dans les pays où transite la cocaïne colombienne sont de 316 tonnes, comment expliquer que les saisies soient supérieures à la quantité produite ? Par ailleurs, le Département d’Etat a calculé pour la Colombie une moyenne de rendement de 4,12 kilos de cocaïne par hectare de feuille de coca semée en 2001. Pour 2009, cette estimation a été de 2,32 kilos, c’est-à-dire, presque la moitié de ce qui avait été estimé en 2001. Cela sans que soit proposée une explication claire, permettant de tenir compte de la tendance actuelle, dans les zones de production, qui consiste à modifier les variétés de feuille de coca utilisées, en cherchant des économies d’échelle avec l’amélioration des espèces utilisées ; avec de nouvelles manipulations agronomiques ; en cultivant davantage de bois par hectare et d’une façon générale en développant des pratiques qui tendent à optimiser le rendement de la production de pâte base cocaïne (PBC) par hectare cultivé.

38Aux arguments officiels sur la diminution de la narco-activité en Colombie en raison d’une réduction vertigineuse des cultures illicites (de 163.000 hectares en 2000 à seuls 68.000 en 2009), notamment en raison du succès de l’éradication (UNODC : 2011), s’ajoute le fait que les trafiquants colombiens auraient été remplacés par les mexicains qui contrôlent désormais le marché des Etats-Unis. Une circonstance dont dérive un nouveau contexte : selon la police nationale, comme il a été indiqué, les narcotrafiquants pour compenser leurs pertes « sont en train de générer un micro-trafic de drogues dans les centres urbains de Colombie », mais aussi, selon l’UNODC, ils ont décidé de chercher de nouveaux marchés, et, par conséquent, sont très impliqués dans le commerce illégal européen.

39Concernant le micro-trafic en Colombie, la tendance qui prévaut est celle de surestimer son poids spécifique et magnifier une corrélation – pas suffisamment démontrée – concernant l’accroissement des taux de violence avec la mise en puissance des marchés intérieurs. En nous basant sur des données récentes de l’UNODOC (2011) sur les prévalences de l’usage de la cocaïne en Amérique du Sud, regardons la place occupée par la Colombie dans le contexte latino-américain :

Graphique n°2

Image 2000000900007E1F00005365DBE74C09.wmf

40Tel qu’on peut l’observer, la Colombie a un comportement bien différent de celui de l’Argentine, du Chili et de l’Uruguay, qui enregistrent des taux de prévalence très supérieurs (2,5 % de plus pour les cas de l’Argentine et du Chili), se situant du côté de la Bolivie (moins de 1 %). Le fait est significatif compte-tenu de la forte généralisation par différentes sources officielles d’une situation presque épidémique dans l’usage de la cocaïne en raison du pouvoir de contrôle des organismes de sécurité qui se reflètent dans les taux d’interdiction de la cocaïne colombienne qui s’oriente vers les marchés internationaux.

41Les situations d’accroissement de l’usage des drogues ne peuvent être expliquées par des faits extraordinaires et quand ceux-là existent leur tendance ultérieure est de s’adapter, en produisant une réduction relative des situations épidémiques. C’est ainsi que les choses se sont passées aux États-Unis lors du pic du crack et de l’héroïne (Reuter, 2006). Comme l’indique un groupe de chercheurs : la plupart des pays ont expérimenté un accroissement continu de l’usage global des drogues contrôlées au cours des quarante dernières années, ponctué par des élévations drastiques à certaines occasions et une orientation vers certaines drogues ou modalités d’usage en particulier. Ces tendances générales semblent s’appliquer de la même manière à des pays qui ont suivi des politiques de tolérance ou d’intolérance au cours de cette période (Roberts M., M. Trace et A. Klein : 2005).

42Au scénario insuffisamment argumenté d’une « explosion » des marchés de la cocaïne dans les principales villes colombiennes, s’ajoute un lien à des violences qui s’expliqueraient, de façon mono causale, par ce même fait. Pour les experts :

L’idée que les marchés de drogues illicites et la violence vont de paire est devenue une partie de notre savoir de sens commun (Zimring and Hawkins, 1997 : 138 et aussi Jensen, 2000). La raison de cette croyance est facile à comprendre : tout d’abord, une grande partie de la violence est concentrée autour des marchés de la drogue. Mais comme beaucoup de choses qui relèvent du sens commun, cette croyance est au mieux une simplification et au pire ne fait aucun sens. La violence n’est pas une caractéristique invariante ou inévitable des marchés de la drogue ; beaucoup de ces marchés expérimentent peu de violence ou des violences peu graves et même la plupart des marchés de drogues sont pacifiques la plupart du temps (Jacobs, 1999 : 80-81 ; MacCoun & Reuter, 2001 : 121 ; Zimring & Hawkins, 1997 : 138-55). (Scott, Wright : 2008).

43Ayant en vue ces diagnostics officiels, reprenons la question : que veut dire exactement l’affirmation selon laquelle les narcotrafiquants colombiens « ont été remplacés par les groupes mexicains » ? C’est une question à laquelle, le plus souvent, aucune réponse solide n’est apportée. La difficulté dérive d’une erreur méthodologique récurrente, l’idée qu’il y a là un « jeu à somme nulle », c’est-à-dire que ce que « gagnent » les organisations du Mexique, par exemple, serait forcément perdu du côté de la Colombie ou vice-versa. Ce type d’approche met en évidence l’incompréhension du caractère transnational de l’économie illégale des drogues à l’heure actuelle. Aussi, la géopolitique des drogues continue à être abordée dans les mêmes termes que dans les années soixante et soixante-dix. En ce sens, on finit par ignorer la flexibilité croissante du type d’arrangements entre organisations illégales qui opèrent en réseau. Une flexibilité qui n’est remise en cause que lorsque surviennent des situations extrêmes exceptionnelles de perte de confiance dans les arrangements. Ce que l’on prétend avec de telles affirmations, c’est que les Colombiens pratiquement « ne participeraient plus au marché des États-Unis ».

44Depuis la moitié des années 1990, il y a des évidences d’une exportation de cocaïne vers les côtes mexicaines, aussi bien de l’exportation directe qu’à travers des routes qui traversent le Venezuela et toute l’Amérique centrale (López, Andrés, 2008). Un bilan de la DEA de 1996 signalait que les Mexicains étaient en train de se spécialiser dans le passage de la frontière dans la zone sud-occidentale. Cette situation était stimulée par le paiement en espèces (cocaïne) effectué par les Colombiens pour faciliter le mouvement transfrontalier. Aussitôt les Mexicains ont commencé à acheter de la cocaïne aux Colombiens au Mexique, la valeur du kilo pour ce type de transaction pouvant atteindre US 12.500 dollars (UNODC : 2009). Autrement dit, il ne faut pas confondre la distribution de la drogue à l’intérieur des Etats-Unis, la modification des termes des transactions en gros avec des groupes qui disposent d’une plus grande capacité d’introduction des drogues à travers la frontière Mexique-Etats-Unis, la variation des arrangements entre les organisations autour du placement des drogues sur des points intermédiaires et l’idée que les Colombiens auraient été écartés du marché des drogues aux Etats-Unis.

Drogues, conflit interne et sécurité

45La Colombie continue à être – avec l’Afghanistan – un cas typique d’articulation du narcotrafic à des dynamiques d’un conflit armé interne. Pendant les deux périodes du gouvernement Uribe Vélez (2002-2006 et 2006-2010) les décisions prises dans la lutte antidrogues ont été fondamentalement marquées par l’idée d’éviter l’usage de ressources illégales comme économie de guerre. De cette façon, on a cherché à empêcher la mise en puissance et l’accroissement numérique des groupes armés, surtout les FARC. Une offensive militaire suivie a été déclenchée à leur encontre, contexte dans lequel a eu lieu la mort du chef insurrectionnel Raul Reyes le 1 mars 2008, à la frontière entre l’Equateur et la Colombie.

46Le président Santos (2010-2014) a parié sur une continuité des actions menées contre les guérillas, contexte dans lequel est mort le chef du Bloc Oriental Victor Julio Suarez Rojas le 22 septembre 2010 et du haut commandant Alfonso Cano le 4 novembre 2011. A la différence d’Uribe, Santos a reconnu l’existence du conflit armé et simultanément les offensives militaires. Il pointe la négociation de paix comme étant la seule sortie valable pour ce groupe, lequel, de son côté, donne des signes d’assimiler les coups reçus, en procédant à une décentralisation de sa structure et en gardant une capacité militaire importante. Les actions de la guérilla se développent surtout dans les zones où s’accroît également l’économie illégale des drogues : la large zone aux abords du Pacifique et la région forestière à la frontière avec le Venezuela, le Catatumbo.

  • 9 Voir US Department of the Army, Stability Operations (Washington D.C: Department of the Army, 2008)

47La stratégie de guerre gouvernementale se développe à travers une nouvelle approche contre-insurrectionnelle, avec un modèle étudié et ajusté en profondeur par le Département d’État et de la Défense (DoD) des Etats-Unis depuis 2004, en prenant pour base l’expérience colombienne et celle des conflits en Asie centrale. Ce modèle est désigné Consolidation de Territoires. Il combine deux concepts clés. D’abord, celui de reconstruction (reconstruction), qui implique un processus de reconstruction (rebuilding) de l’infrastructure politique, socioéconomique et physique d’un territoire ou d’un pays qui a été dégradée, malmenée ou détruite (dans le cadre de l’offensive de guerre) cherchant à lancer les bases d’un développement à long terme.9 Ensuite, celui de stabilisation, un processus grâce auquel les tensions sous-jacentes, qui peuvent faire ressurgir la violence et les logiques de rupture de la loi et de l’ordre, peuvent être traitées et réduites, tandis que les efforts développés créent les conditions préalables d’un développement réussi à long terme. Ensemble, reconstruction et stabilisation comprennent une large gamme d’activités définies par le DoD en tant qu’opérations de stabilisation.

48Un des grands problèmes posés par cette stratégie, c’est que en raison du haut degré d’implication – dans la stratégie contre-insurrectionnelle privatisée – du narcotrafic et d’élites d’origine clairement illégale dans des secteurs traditionnels qui soutiennent les vieux ordres régionaux, la stabilisation peut se convertir en un grand paradoxe : la haute concentration de la terre, qui court parallèle à un modèle de développement rural inadéquat et qui bloque la modernisation économique du pays, survit dans la plupart des zones où la stabilisation est implémentée, enlevant toute netteté aux problèmes structurels, une situation occultée derrière l’argument d’éviter que ces territoires soient contrôlés par les guérillas. D’un autre côté, les guérillas ne croient pas à la durabilité du modèle en cours et parient sur un scénario de crise profonde, un contexte dans lequel un espace politique s’ouvrirait aux demandes sociales des communautés spoliées de leurs territoires. En ce sens, la reproduction de la pauvreté et de l’exclusion, comme corolaire des traités de libre commerce pour la campagne colombienne, rétro-nourrira des facteurs clés pour la survie des économies de guerre, basées dans une grande mesure sur la production des feuilles de coca.

  • 10 República de Colombia, Ministerio de Defensa Nacional, « Politica Integral de Seguridad y Defensa p (...)

49D’où les défis qu’affronte l’élite modernisatrice attachée aux règles du jeu – actuellement à la tête du gouvernement – (par hypothèse distincte des grands pouvoirs mafieux en herbe) dans sa quête de solutions à des problèmes sociaux et économiques de fond, comme la privation de la terre et la nécessité d’apporter réparation aux victimes, une situation qui ne dépend pas tant du résultat d’une négociation avec les guérillas, mais qui dériverait plutôt d’une initiative politique qui peut faire changer encore plus le rapport de forces, déjà politiquement difficile pour les groupes insurrectionnels. En termes de politiques publiques de sécurité, le gouvernement du président Santos a diffusé une version de son programme le 24 mai 2011. Parmi les six stratégies qui configurent le programme en question, deux concernent les drogues et le crime organisé10. Regardons les éléments qui y figurent. 

50Une première stratégie – spécifiquement référée à la thématique des drogues – a pour objectif central de « réduire à un minimum historique la production nationale de narcotiques ». Pour cela, deux mécanismes utilisés depuis presque quatre décennies sont réitérés : éradiquer les cultures illicites et renforcer la capacité d’interdiction. Face aux cultures illicites on continuera à combiner aspersions aériennes et éradication manuelle forcée, à cette différence près que cette fois-ci ces actions vont être développées par la police nationale et non pas par des structures privées, comme cela s’est fait avec l’éradication manuelle lors de la gestion précédente. Ce sera fait en mobilisant des « escadrons mobiles » dans les zones de conflit armé (zones rouges, selon la typologie de la politique de sécurité, où les Forces Armées dirigent l’action étatique). La référence au développement alternatif (DA) sur ce point est extrêmement générale, traitée comme un élément en plus, où se combinent « affectation de terres et financement de projets de DA ». L’autre stratégie, complémentaire, c’est la désarticulation des ainsi dénommées BACRIM, une situation décrite à partir du diagnostic effectué par la Police Nationale à propos de ces structures, consigné dans le document en question.

51D’un autre côté, on se réfère au scénario transnational des menaces du crime organisé configurant l’une des six stratégies sectorielles, formulée dans les termes suivants : « Avancer vers un système de capacités dissuasives crédible, intégré et inter-opérationnel ». Les éléments à la base de cette stratégie, conformément à la version rendue publique, manquent de développement conceptuel et opérationnel concret. C’est formulé de façon tout aussi générale le dessein d’implémentation d’un système de défense flexible et durable. S’y ajoute, comme un élément supplémentaire, l’intensification de la coopération de la Colombie (en matière de sécurité) autant au niveau régional qu’international, à travers le déploiement d’efforts dans la lutte contre le crime organisé transnational, cherchant à faire en sorte que ces actions soient articulées et complémentaires. En ce sens, il y a l’incorporation d’une approche en termes de sécurité citoyenne et l’introduction du concept de crime organisé, en tant que menace à la sécurité depuis un regard transnational et avec une réponse qui incorpore également la transversalité spatiale, en transcendant aussi la division interne-externe ou national-international. A ce titre, il est question d’une diplomatie de la sécurité au niveau de l’hémisphère. Voyons quels diagnostics fondent ces décisions.

La dimension transnationale des drogues. Le caractère transatlantique de l’économie de la cocaïne

52La politique antidrogues des Etats-Unis met en relief, sur le plan extérieur, les drogues comme menace, en raison de sa dimension transnationale, ce à quoi l’UNODC ajoute son diagnostic de la cocaïne comme marché transatlantique, qui menace la stabilité de différents pays d’Afrique, dont les juridictions ont été détournées par des structures criminelles qui transportent de la cocaïne vers différentes points d’Europe remettant en cause la gouvernabilité et la stabilité de pays comme la Guinée Bissau, le Cap Vert, la Mauritanie, la Sierra Leone, la Gambie, le Sénégal, le Ghana et le Nigeria, le Venezuela étant placé au cœur d’un grand nombre de connexions criminelles, surtout aériennes et maritimes. La place du Brésil dans ces connexions est aussi évoquée (l’Amérique du Sud selon UNODC est responsable de 55 % des vols qui transportent la cocaïne vers l’Afrique) ainsi que celle des Antilles dans la mer des Caraïbes (responsables de 24 % des vols). A cela s’ajoute selon l’UNODC le fait que « la plupart du trafic vers l’Europe semble entre les mains des groupes du crime organisé de Colombie, qui ont forgé des alliances avec divers groupes criminels qui opèrent en Europe » (UNODC : 2011).

53Les tentatives de justifier et légitimer des mesures de sécurité en termes de décisions étatiques nationales ont de moins en moins de chances de réussir car le concept de crime transnational remet en cause la possibilité d’une maîtrise du problème à travers des mesures qui relèveraient des seuls États-nations. Cela représente d’un côté un risque pour les institutions démocratiques et de l’autre, un argument favorable à la notion classique de l’état souverain dont les bases s’effritent, surtout en matière de sécurité. À travers la reconnaissance de l’existence d’« espaces transversaux » et des limitations des pouvoirs étatiques-nationaux à y répondre, comme c’est aujourd’hui le cas de l’économie illégale des drogues, il semble raisonnable de penser que de multiples chemins conduiront à un remplacement d’une géopolitique des drogues par une géopolitique de la sécurité. Les composantes ne sont pas nouvelles, ce qui est essentiel c’est l’espace transversal qui se dessine entre la souveraineté d’état et la coopération internationale globale (Osorio Machado, 2010).

54Dans cette perspective et à la demande des États-Unis, la Colombie revendique une place de choix en matière de sécurité à l’échelle régionale et mondiale, principalement dans le domaine des drogues, et à ce titre sa légitimité à exporter son « expérience réussie » de contention des drogues, malgré l’absence, comme nous l’avons vu tout au long de ce texte, de preuves empiriques ou statistiques du triomphe proclamé.

Conclusions générales sur drogues, conflit armé et sécurité

55Le narcotrafic en Colombie revêt des dimensions variables, surtout du point de vue de son insertion légale. Dans le cadre d’un conflit armé, cette insertion a été facilitée en raison de sa forte contribution, avec des ressources et des armes, à un processus de privatisation de la stratégie contre-insurrectionnelle. A travers celle-ci et en symbiose avec la légalité, ont émergé des élites qui exercent un contrôle territorial, intervenant sur des activités telles que le financement des campagnes politiques, le contrôle forcé et l’intimidation des électeurs, l’appropriation illégale de ressources publiques locales et régionales, la concentration de la terre et différents investissements de blanchiment dans des macro-projets et des activités entrepreneuriales, principalement dans le domaine de l’agro-exportation. La politique de sécurité du président Santos ne comprend aucune stratégie vouée à identifier et affronter le pouvoir maffieux régional. Le problème continue à être abordé comme relevant de « bandes criminelles », qui ne sont qu’une partie limitée et la plus visible du problème. La politique de sécurité ne comprend pas non plus de mesures efficaces de protection aux communautés bénéficiées par des politiques de réparation et restitution des terres.

56La permanence du pouvoir du narcotrafic en Colombie est devenue évidente suite au contrôle qu’il a continué à exercer sur la gestion des biens saisis, à travers la Direction Nationale des Stupéfiants, entité responsable de l’exécution des politiques publiques en matière de drogues. Même si sa liquidation définitive est une bonne chose, l’encadrement institutionnel de la lutte contre les drogues fait face à un grand vide et à une grande incertitude. L’absence de réflexion sur les politiques antidrogues développées jusqu’ici et l’inexistence à ce sujet d’une masse critique, ainsi que l’absence de participation de la société civile à une telle réflexion risquent de permettre la création une nouvelle fois de structures institutionnelles étrangères à la complexité du problème et par conséquent susceptibles d’être instrumentalisées par le narcotrafic lui-même.

57Le processus large et complexe d’insertion légale du narcotrafic comprend des logiques culturelles, économiques et politiques de constitution d’un pouvoir maffieux impliquant des élites traditionnelles, lequel continue à instrumentaliser l’usage privé de la force en tant que mécanisme susceptible de contenir des demandes sociales qui portent sur la terre. Entre 2002 et mars 2012, ont été assassinés, dans différentes régions de Colombie, 54 leaders sociaux qui réclamaient la restitution des terres expropriées, des demandes stimulées par l’approbation de la Loi 1448 de 2011 sur l’attention, l’assistance et la réparation intégrale aux victimes et la restitution des terres. Entre-temps, dans le cadre de la stratégie de sécurité promulguée par le gouvernement de Juan Manuel Santos, a été laissée de côté l’idée d’un développement de politiques capables de garantir le retour des communautés aux terres abandonnées ou des mesures d’impact face à la pression exercée par les élites émergentes contraires à la restitution.

58Le narcotrafic continue à être une économie de guerre, et bien que les politiques gouvernementales et de coopération avec le gouvernement des États-Unis aient réussi à le toucher, par l’intensité des aspersions aériennes et par l’éradication manuelle forcée, leur durabilité de leurs effets n’est pas pleinement garantie. Le développement alternatif pour les zones de production, surtout dans les zones de colonisation, continue à être sous-estimé alors que sont privilégiées des aires prometteuses pour de grands investissements de capital, y compris transnational, dans des contextes où s’applique la stratégie de consolidation des territoires. La durabilité de la stratégie contre l’usage des drogues comme économie de guerre se voit aussi affectée par la diversification des sources de financement que développent aujourd’hui les groupes insurrectionnels et qui correspondent au contrôle d’importantes parties de l’extensive extraction minière illégale, de l’extraction du bois et du pétrole et au chantage de la violence de protection. Par ailleurs, les guérillas ont réussi à accumuler de l’argent effectif à l’époque du pic du narcotrafic dans leurs zones d’influence.

59De son côté, la stratégie de consolidation des territoires (ECT), que cherche à légitimer le pouvoir de l’Etat dans le cadre d’un hypothétique « post-conflit », maintient un profil contre-insurrectionnel et militarisé, qui affecte l’autonomie et la liberté des communautés. Tout ça u nom du privilège accordé à une « sécurité de l’investissement » principalement dans le domaine des industries extractives et de l’économie agraire, sans que s’observent des mesures claires capables de garantir une meilleure et plus équitable distribution sociale de la richesse. Selon les Nations Unies en Colombie, 49,1 % des revenus du pays sont détenus par 10 % de la population la plus riche, face à 0,9 % de ces mêmes revenus que détiennent les très pauvres. En ce sens, l’ECT requiert des repositionnements conceptuels et de participation, qui devraient être issus d’accords passés avec les communautés organisées dans les régions où elles sont présentes.

60Le regard transnational de sécurité, en matière de contrôle de drogues au niveau de l’hémisphère, qui domine la stratégie actuelle – en voie de construction – ayant à la tête les Etats-Unis, devrait faire l’objet d’un bilan rigoureux avec la participation d’organisations et représentants de la société civile organisée. Les effets collatéraux en rapport avec le volumineux marché illégal d’armes, les violations des droits humains, l’accroissement de la corruption, les assassinats sélectifs, l’articulation entre les différentes économies illégales et les drogues, entre autres, requièrent le développement de processus de consultation et réflexion cherchant à incorporer des stratégies de construction et défense d’institutions légitimes comme celle d’un système de justice efficace et démocratique et, en général, d’affirmation de l’Etat de droit et de la paix. Continuer à renforcer les armées en tant que principaux protagonistes en matière de politiques de contrôle des drogues engendre des effets contreproductifs pour la construction et l’efficacité des ordres démocratiques en Amérique latine.

61Différents centres de décision politique de Washington devraient faire une halte sur le chemin et lancer un processus de révision rigoureuse concernant les méthodologies employées pour mesurer l’économie illégale des drogues. Le cas colombien est une illustration flagrante de la série d’inconsistances qui dérivent des statistiques à partir desquelles se font des bilans et se prennent des décisions. En ce sens, il faut faire une place aux méthodes qualitatives de recherche de telle sorte que le problème ne soit pas réduit à des exercices économétriques qui ne tiennent pas compte des contextes socioculturels et politiques dans lesquels se développe le phénomène des drogues aux différents niveaux du circuit illégal. La méconnaissance de ces dimensions du problème est en train de porter atteinte à la qualité et à l’efficacité de ces politiques.

Haut de page

Bibliographie

AGUILAR, Luis et al. “Investigación evaluativa del Plan nacional de Rehabilitación en regiones representativas (primera fase)". Bogotá : Universidad Nacional de Colombia–CID, 1988.

BEHAR, Olga. “Conversaciones con el Mayor Juan Carlos Meneses”. In El clan de los doce apóstoles. Bogotá : Icono Editorial, 2011.

DUZÁN, María Jimena. Mi viaje al infierno. Bogotá : Editorial Norma, 2010.

JAYAMAHA, Dilshika, BRADY, Scott, FITZGERALD, Ben et FRITZ, Jason. “Lessons Learned from US Government Law Enforcement in International Operations”, PKSOI Papers, Strategic Studies Institute, 2010.

LÓPEZ, Andrés. El cartel de los sapos. Bogotá : Planeta, 2008.

MACHADO, Lia O. “Espaços transversos : Tráfico de drogas ilícitas e a geopolítica da asegurança”. Brasília : Grupo Retis, UFRJ/CNPq, 2011.

MEDINA GALLEGO, Carlos. Autodefensas, Paramilitares y Narcotráfico en Colombia. Bogotá : Editorial Documentos Periodísticos, 1990.

PAX, Christi. La industria del secuestro en Colombia. ¿Un negocio que nos concierne ?. Utrecht : Pax Christi Holanda, 2002.

REPÚBLICA DE COLOMBIA, Ministerio de Defensa Nacional. “Política Integral de Seguridad y Defensa para la Prosperidad”. Bogotá : Ministerio de Defensa Nacional, 2011.

REUTER, Peter. “Sobre la coherencia de la política de Estados Unidos hacia Colombia”. In CAMACHO, Álvaro et al. (ed.) Narcotráfico : Europa, Estados Unidos, América Latina. Bogotá : Universidad de los Andes, Faculdad de Ciencias Sociales, CESO, 2006.

ROBERTS, Marcus, TRACE, Mike, et KLEIN, Axel. Imposición legal y reducción de la oferta. Fundación Beckley Programa sobre Política de Drogas, 2005.

SHIFTER, Michael. “Una década del Plan Colombia : por un nuevo enfoque”. Política Exterior 24.136 (2010) : 116-130.

SCOTT, Jacques, et WRIGHT, Richard. “The Relevance of Peace to Studies of Drug Market Violence”. Criminology 46.1 (2008) : 221-254.

SNYDER, Richard, et DURÁN, Angélica. "Drug, Violence and State‐Sponsored Protection Rackets". Colombia Internacional 70 (2009) : 61-91.

UNODC. “The Transatlantic Cocaine Market”. Research Paper. April 2011.

UNODC. World Drug Report 2009. New York : United Nations, 2009, 215-234.

US Department of the Army. Stability Operations. Washington D.C : Department of the Army, 2008.

US Department of State. "Drug and Chemical Control". In 2011 International Narcotics Control Strategy Report 2011. Washington D.C : Bureau for International Narcotics and Law Enforcement Affairs, 2011.

VILLARRAGA SARMIENTO, Álvaro. “El debate sobre los herederos del narco‐paramilitarismo”. Semanario Virtua Caja de Herramientas (2011) [en ligne] http://www.viva.org.co/cajavirtual/sv0245/articulo02.html

ZOBECK, Terry. “Cocaine Seizures Outstripping Production ? Not Exactly”. ONDCP (2011) [en ligne] http://www.whitehouse.gov/blog/2011

Haut de page

Notes

1 Le terme VPAE est emprunté du texte de Richard, Snyder, et Angélica Durán, « Drug, Violence and State-Sponsored Protection Rackets », Colombia Internacional 70 (2009).

2 Voir Christi, Pax La industria del secuestro en Colombia. Un negocio que nos concierne ? (Utrecht : Pax Christi Holanda, 2002).

3 Voir « A esta ley sólo deben temer los despojadores », El Colombiano, 27 mai 2011.

4 Frère de l’ex-président Alvaro Uribe (2002-2010).

5 On prétend souvent que le transfert de la production de la feuille de coca se serait effectué sous l’impact de l’ainsi dénommé « pont aérien », mis en place par Washington à la frontière Pérou-Colombie ; ce à quoi s’ajouterait le succès supposé des programmes de développement alternatif en Bolivie. Cependant, le pont aérien s’est installé aux alentours de 1994, lorsque ce changement s’était déjà produit, ce qui enlève toute vraisemblance à une telle explication ; de même que l’argument du succès du programme bolivien manque d’évidence statistique. Toujours est-il que ces deux affirmations sont devenues l’explication « politiquement correcte » concernant le changement structurel intervenu au niveau de l’économie illégale des drogues dans la région andine.

6 « Microtráfico al que se dedican ahora narcos genera violencia en ciudades : general Oscar Naranjo”, El Tiempo, Agosto 24 de 2009.

7 « Bacrim, fenómeno narcotraficante de tercera generación : se han desarticulado mas de 26 estructuras desde 2006” PNC Periódico de la Policia 5 (2011).

8 Voir Terry Zobeck, « Cocaine Seizures Outstripping Production ? Not Exactly”, ONDCP (2011) [en ligne] http://www.whitehouse.gov/blog/2011.

9 Voir US Department of the Army, Stability Operations (Washington D.C: Department of the Army, 2008).

10 República de Colombia, Ministerio de Defensa Nacional, « Politica Integral de Seguridad y Defensa para la Prosperidad », 2011-2014 Guía de planeamiento estratégico (Bogotá : Ministerio de Defensa Nacional, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ricardo Vargas Meza, « Narcotrafic, conflit armé et sécurité : une perspective à partir du cas colombien », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://orda.revues.org/1201 ; DOI : 10.4000/orda.1201

Haut de page

Auteur

Ricardo Vargas Meza

Acción Andina, Colombia, et Transnational Institute, Pays-Bas, rivarme@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org