Navigation – Plan du site
Hors dossier

Trafics de drogues, entre globalisation et localisation

Drug trafficking: from globalization to localization
Tráfico de drogas, entre globalización y localización
Tráfico de drogas, entre globalização e localização
Michel Kokoreff

Résumés

Tenant compte de matériaux empiriques accumulés au long de diverses recherches, cet article explore la tension inhérente à toute analyse du trafic de drogues : alors que le phénomène se trouve au cœur des processus de globalisation, il fait régulièrement l’objet de deux approches complémentaires. Soit il est question des processus abstraits de circulation des produits incriminés (via une géopolitique des drogues) ; soit il est question de pratiques localisées, le plus souvent dans des quartiers populaires, où le trafic apparaît associé à des conditions difficiles de vie de la population et à des taux particulièrement élevés de chômage, objet d’une socio-anthropologie de la pauvreté.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), rapport annuel, 2011.

1Le trafic de drogues est au cœur de la globalisation. Les pays producteurs du Sud acheminent par tonnes, ici, de la cocaïne, là, du cannabis, ou encore de l’héroïne, aux pays consommateurs du Nord, où la demande est forte et diffuse dans toutes les classes sociales. Parallèlement, de nouveaux marchés s’ouvrent et se développent en Amérique latine, dans les pays de l’Est, en Chine et en Afrique. Pour donner un aperçu du marché de l’héroïne, l’Afghanistan reste le premier producteur d’opium, avec 6 000 tonnes produites en 2011, soit 90 % des besoins mondiaux1. Dans un contexte de crise financière mondiale, l’économie de la drogue prospère partout. Elle se dissémine selon des formes nouvelles qui déstabilisent les États. Vagues de violences sans précédents, corruption de la classe dominante, des fonctionnaires, dysfonctionnements des institutions : ces faits font régulièrement la « une » de la presse. La situation au Mexique est particulièrement dramatique à cet égard. Sans être producteur de cocaïne, ce pays est devenu le pivot du trafic, suite au transfert de la partie logistique la plus à risques des cartels colombiens, eux-mêmes ébranlés par quinze années de lutte antidrogue pilotée par les États-Unis. On estime entre 200 tonnes et 800 tonnes le volume de cocaïne qui rentre sur le marché américain. Près de 30 milliards de dollars seraient blanchis par les cartels mexicains, soit 9 % du PIB. La guerre contre et entre les narcotrafiquants a fait plus de 60000 morts en six ans. Mais les traces de ce processus sont aussi visibles ailleurs, au Brésil, en Argentine et au Vénézuela, au Nigeria, en Russie, au Pakistan et en Afghanistan – sans parler de l’Italie et de ses mafias. Les trafics de drogues ne peuvent donc se comprendre qu’à l’échelle la plus globale. La déterritorialisation est de règle : les flux de marchandises et d’argent dessinent de nouvelles frontières, alors que la masse d’informations et d’images formate une sorte d’opinion publique globalisée.

2Le paradoxe est que notre regard est largement dominé par la localisation. En témoigne la focalisation de l’attention publique sur les zones de pauvreté urbaine : ghettos ou hyper-ghettos, inner cities, favelas, villas miseria, « banlieues » et autres « quartiers sensibles ». Désignés comme des lieux privilégiés de revente de drogues et de violence, ils s’inscrivent dans un imaginaire social qui n’est plus celui des bas-fonds ou des taudis mais des zones de guerre (no-go area). Chacun d’entre eux est pourtant renvoyé à sa différence irréductible. La production des sciences sociales illustre à sa manière ce grand écart : tantôt, c’est l’échelle « hors sol » des réseaux transnationaux qui est privilégiée ; tantôt, c’est l’échelle micro-locale des territoires socialement disqualifiés ; d’un côté, les économistes et les géopoliticiens ; de l’autre, les sociologues et les anthropologues (Kokoreff, Péraldi, Weinberger, 2007).

3Si on considère cette nouvelle géopolitique des drogues non plus « par le haut » (le marché, les Etats, les institutions) mais « par le bas » (conditions de vie des populations, organisation sociale des quartiers populaires, circulation des migrants), la « désoccupation sociale » constitue un fait majeur. On entend par là, l’absence de travail légal, l’extension du secteur de l’informel qui y supplée plus ou moins, le chômage massif, la déscolarisation et la relégation professionnelle des plus jeunes, et plus généralement les conduites de retrait. Les mutations du système économique et financier capitaliste ont plongé des millions, non seulement de migrants ruraux pauvres mais de migrants urbains traditionnels, dans la misère par la violence de l’« ajustement ». Il en résulte une massification de l’informel et une implication croissante dans les marchés urbains illicites. Dans les quartiers populaires centraux ou périphériques, les petits trafics de drogues s’inscrivent au sein d’une économie de survie, ou encore du « dernier recours », dans une logique de compensation. L’inaction des pouvoirs publics, la stigmatisation des différentes catégories de population habitant ces zones urbaines (en particulier les migrants ou ascendants de la deuxième ou troisième génération de l’immigration), les multiples obstacles auxquelles elles se heurtent dans l’accès aux ressources, renforcent ce processus de désoccupation sociale.

  • 2 Il y a près de trente ans déjà, divers auteurs américains avait montré tout l’intérêt de considérer (...)

4C’est pourquoi le crime en général et les trafics illicites en particulier constituent un travail à part entière2. Ces derniers impliquent une division du travail et des rôles, des phénomènes de spécialisation, de professionnalisation, de satisfaction, des compétences et des savoirs toujours situés, comme dans n’importe quelle autre sphère. Contrairement aux idées reçues, comme dans toute économie, les positions lucratives sont par définition limitées, les positions basses les plus fréquentes, occupées par « l’armée de réserve » du prolétariat néo-urbain. Dans ce sens, le trafic de drogues constitue le reflet de la société capitaliste ultra-libérale (Jamoulle, 2004), l’économie criminelle ressemble à bien des égards à l’économie vertueuse (Péraldi, 2007).

5Ces trafics ne s’inscrivent plus aujourd’hui dans les mouvements d’émancipation ni ne constituent une justification régionale au service d’une « cause » (révolutionnaire, guerre de libération, révolte contre l’Etat). Les stratégies de guerre à la drogue et la radicalisation violente des narcotrafiquants ont contribué à leur dépolitisation. Pourtant, ils se prêtent à des usages politiques, font figures de « marchandises politiques » (Misse, 2008). Il faut entendre par là tout un ensemble de pratiques de corruption, de blanchiment, d’intimidation, de séquestration qui dessinent une collusion des intérêts entre Etats, élus, entrepreneurs et voyous, mais aussi des formes de pouvoir parallèle ou de contrôle informel. Les débats sur l’échec de la « guerre à la drogue », les initiatives de déjudiciarisation des usages et la légalisation contrôlée du cannabis, les salles de consommation à moindre risque participent sur d’autres scènes à une repolitisation de ces phénomènes. Il s’agit de « sortir des impasses de la prohibition », d’« expérimenter des alternatives » (Coppel, Douvre, 2012).

  • 3 Quant à l’arrière-plan « théorique » de ce travail, il doit autant à la sociologie qu’à l’anthropol (...)

6On se propose d’analyser les tensions entre le global et le local, la porosité des frontières entre le travail illicite et le travail licite, la constitution de zones grises dans les interstices de l’économie vertueuse et de l’économie criminelle et des réseaux de pouvoir.3 Elle s’appuie sur la relecture de matériaux empiriques recueillis depuis une vingtaine d’années dans le cadre de travaux de recherches sur l’usage et le trafic de drogues en France. Plus qu’un propos basé sur une recherche spécifique et des résultats précis, il s’agit plutôt de pistes en vue de recherches à venir.

Territoires psychotropiques

7Si la drogue est partout, c’est donc qu’elle n’est nulle part. Ainsi, peut-elle apparaître comme une menace planétaire qui suscite les peurs collectives. En même temps, elle comporte une forte dimension sociale et territoriale. Elle participe en cela d’une topologie de la peur. On retrouve cette mise en tension dans les grandes métropoles urbaines. Citons les travaux nord-américains à Philadelphie (Anderson, 1999), Chicago (Venkatesh, 2006 et 2010 ; Wacquant, 2006), New York (Bourgois, 2001), San Francisco (Bourgois, Schonberg, 2009), mais aussi au Brésil, à Rio de Janeiro et Sao Paulo (Misse et Domingues Vargas, 2008 ; Telles et Hirata, 2007), ou encore au Nicaragua (Rodgers, 2006). En Europe du Sud, on dispose de nombreuses enquêtes à Porto (Di Agra, 2000), Perpignan (Tarrius, 1999), Marseille (Péraldi, Samson, 2011), Gênes (Del Lago, 2006), ou encore Naples (Saviano, 2007).

8Luis Fernandez a proposé d’appeler « territoires psychotropiques » ces lieux placés sous le regard des institutions et de la population où il existe une forte probabilité de retrouver les acteurs des drogues (guetteurs, rabatteurs, usagers, revendeurs etc.) et où les actions sont fortement codifiées ou autorégulées, ne serait-ce que pour échapper à la répression (Fernandez, 1999). L’auteur note que ces territoires existent davantage dans le discours que dans l’expérience sociale. Ils sont l’enjeu et le prétexte de toute une mise en scène médiatique, « l’espace symbolique d’actualisation des images culturelles négatives des drogues ». Ces territoires psychotropiques ont en commun de caractériser des lieux de dégradation physique, sociale et symbolique, d’être connues et reconnues de tous, qu’il s’agisse des acteurs institutionnels (policiers, magistrats, travailleurs sociaux), des riverains, ou encore des usagers. Ainsi, la géographie des trafics de drogues dans les cités HLM françaises est de notoriété publique. Cette notoriété conduit les trafiquants cherchent à sanctuariser leur territoire, à imposer une certaine forme de paix sociale ; ce qui rend d’autant plus difficile le travail des policiers et des magistrats.

Géo-notoriété et action judiciaire

On a des deals de cité important. La grande difficulté est que le deal de cité est notoire. Vous interrogez n’importe quelle personne qui vit dans la cage d’escalier où ça se passe, ils diront : ”Il y a un trafic, toute la journée, tous les jours”. Et la grosse difficulté, c’est que malgré sa notoriété, il est extrêmement difficile à monter en procédure. C’est très lourd. (...) On n’a jamais de témoignages, puis les trafiquants de stupéfiants sont extrêmement soucieux de la paix publique. En général, dans une cité où ils trafiquent des stupéfiants, ils sont extrêmement courtois, ils montent les poussettes des gens, ils portent les cabas, ils font régner une petite loi de paix. C’est-à-dire, en général, on ne pique pas la bagnole ou l’autoradio devant un immeuble où il se passe des trafics. Pas question que les flics déboulent pour voir ce qui s’y passe. Tout ça fait que les habitants connaissent ces gens là, il n’ y a jamais de témoignages, on ne compte pas là dessus. La grosse difficulté est la : on ne peut pas se fier à la rumeur ou aux renseignements anonymes. Il faut des saisies, du concret ; il faut un flagrant délit. Il y a un moment ou un autre où dans notre jargon, il faut que les policiers tapent et saisissent.

(Entretien réalisé en 1999 avec le procureur de la République de Nanterre)

  • 4 Inutile de préciser que l’ethnographe est aussi soumis aux mêmes contraintes pour peu qu’il apparai (...)
  • 5 Sur le « pluralisme normatif », voir l’enquête sur les bandes de Mohammed (2011).

9Du point de vue des usagers, cette géographie notoire des lieux de deal est une ressource : elle oriente leur quête d’un « plan », dans un « quartier chaud », à proximité d’une gare, d’un jardin public, d’un squat, dans la rue. Accéder à ces territoires psychotropiques suppose d’adapter leurs comportements et attitudes aux codes et aux règles qui les organisent et sont attendus de ces clients d’un genre nouveau dans un climat de méfiance et d’hostilité latentes. Arriver à ses fins suppose de ne pas s’embrouiller avec les dealers, ne pas trop essayer de marchander (les prix, les quantités), de ne pas passer pour quelqu’un de « bizarre », éventuellement pour un policier en civil4. Bien sûr, cette situation « idéale » est constamment démentie par les faits : les ambiances sont souvent tendues et stressantes, les interactions rudes (bien que faussement tendues et feintes dans la plupart de cas), les violences réelles (arnaque, insultes, bagarres, coups de feu). Mais ces situations font elles-mêmes parties des codes de la rue, elles « cadrent » les interactions. Tout en s’écartant de la loi et des normes sociales dominantes, la « rue » fabrique ces propres normes, informelles mais prégnantes. Celles-ci régissent les relations interindividuelles entre hommes et femmes, jeunes et vieux, blancs et non blancs, salariés stables, travailleurs pauvres et chômeurs de longue durée comme celles avec les travailleurs sociaux, les enseignants, et bien sûr la police5. Ces normes renvoient à une organisation sociale des échanges et des réputations, à une manière d’être et de parler, à une hexis corporelle qui structurent les conduites.

10Les travaux de la « première génération » de l’Ecole de Chicago ont beaucoup insisté sur les formes de désorganisation sociale de la ville. C’est plus tard que des enquêtes de type ethnographique ont soulignées les formes d’organisation sociale de ces territoires appréhendés comme des « sociétés du coin de la rue » (White, 1955 ; Liebow 1967). C’est dans cette filiation que s’inscrivent les enquêtes de terrain sur les gangs qu’a menées Sudhir Venkatesh à Chicago (2006 et 2011). Il montre bien la spécificité de cette organisation sociale : les gangs enfreignent la loi tout en la faisant. « Les Blacks Kings maintenaient l’ordre dans les immeubles de manière plus agressive que ne le faisait la police de Chicago. En contrôlant les halls et les parkings, les Black Kings empêchaient les locataires de se déplacer librement. A peu près une fois par mois en fin de semaine, ils organisaient un tournoi de basket. Le fait que JT (le chef de gang) parraine une fête de quartier impliquait que les aires de jeux et leurs environs devaient être astiqués de fond en comble, mais cela impliquait aussi que les autres locataires devaient annuler leur partie de softball ou leur pique-nique sous les ordres formels de JT. » (Venkastesh, 2011 : 74). Ce dernier, responsable d’une branche locale du trafic de cocaïne et d’héroïne, expliquera au sociologue : « L’économie de la drogue permet de redistribuer à la communauté l’argent que dépensent les camés » (Venkatesh, 2011 : 132).

  • 1

11La critique que l’on peut faire à l’écologie urbaine des trafics de drogue est double. D’une part, elle a tendance à faire écran à d’autres lieux moins visibles ou invisibles socialement6, d’autres modes d’accessibilité aux produits, d’autres modes de circulation et de blanchiment de l’argent de la drogue qui passent par des réseaux diffus et sont faiblement territorialisés. Ce sont des lieux dont le discours social parle peu et sur lesquels on sait peu de chose. Or ils constituent des sources d’approvisionnement concernant une population autrement plus vaste que les habitants des « zones sensibles » ou « à risques » puisqu’ils participent à l’approvisionnement des couches moyennes et supérieures. Bien sûr, ces clients peuvent s’approvisionner dans les zones d’habitat populaire périphérique. Mais ils ne contrôlent pas ce qui se passe, ne possèdent pas les codes de la rue, ce qui peut les placer parfois en situation difficile. D’autres lieux sont donc investis. Ce sont les abords des établissements scolaires ou universitaires, les lieux festifs, les lieux domestiques, tel le deal d’appartement. Cette différence de visibilité sociale a son pendant au plan pénal : elle se traduit par un traitement spécifique de la part de la police et donc de la justice. D’abord parce que la revente de commerce de stupéfiants dans les lieux privés n’apparaît pas comme une mise en cause de l’ordre public. Ensuite parce que ces lieux ne facilitent guère les contrôles d’identité et les investigations judiciaires. Enfin parce que les jeunes de « bonne famille » bénéficient d’une certaine bienveillance contrastant avec la stigmatisation des « jeunes des cités » qui constituent une clientèle policière privilégiée. La question des drogues participe donc d’une reproduction des inégalités sociales (Duprez, Kokoreff, 2000).

  • 7 Plusieurs colloques et publications ont porté sur cette série, The Wire as Social science fiction ? (...)

12D’autre part, l’écologie urbaine a été peu soucieuse de mettre en perspective le local en – exceptée peut-être la grande enquête de Thomas et Znaniecki sur les paysans polonais - s’enfermant dans des espaces soigneusement délimités (Abelès, 2004, 95). Or les quartiers pauvres ne sont qu’un maillon de la chaîne du trafic de drogues dans les villes. Celui-ci traverse différents mondes sociaux au sein de ces dernières. Comme le dit un inspecteur dans la série-culte The Wire7 : « Lorsque l’on chasse la drogue, on tombe sur des toxicos et des dealers. Mais lorsqu’on suit la piste de l’argent, on ne sait jamais où cela va mener... » Sous-entendu amplement illustré par la série : l’argent circule de la poche des usagers à celle des dealers et surtout des boss ; il est blanchi dans des opérations immobilières ou des prêts faits à des élus prêts à tout, placé à l’étranger par des trafiquants. La figure archétypique du Grec dans la deuxième saison (qui se déroule entièrement dans les docks et parmi les dockers de Baltimore) est intéressante à cet égard : elle constitue l’intermédiaire entre le deal du coin de la rue et le capitalisme criminel. Le trafic de drogues constitue en cela un modèle original de circulation de la richesse et du pouvoir.

Mobilités

  • 8 Voir l’article de Ruggiero et South (1996) et la notion de « mobilité latérale » qu’il développe.

13Le territoire, ce n’est pas seulement le quartier, la cité, le hall d’immeuble, c’est du mouvement dans un périmètre donné (rotation des lieux de deal, déplacement des équipes et de leurs membres) ; ce sont encore des réseaux de cités et de villes. Bref, c’est de l’interconnaissance en mouvement8. Certes, les petits dealers « tiennent les murs » et ne bougent pas. Mais ils galèrent, gagnent peu et sont exposés aux contrôles policiers. Certains sont plus malins. Comme nous avons pu l’observer dans certaines villes françaises, ils développent leur « bizness » en centre ville, « se bougent », au propre et au figuré, touchent une clientèle plus large et fortunée, s’embrouillent moins avec elle qu’avec leurs potes. De plus, ils sont pris en charge par le réseau basé sur des liens familiaux, une socialisation commune ou une même origine culturelle, passent des alliances avec des patrons de café ou des commerçants engagés dans l’import-export. Si on remonte la hiérarchie informelle évoquée plus haut, un « bonhomme » est quelqu’un dont le territoire est par définition étendu. L’un d’eux rencontré dans un café de la banlieue parisienne m’expliquera ainsi : « Mon territoire, il va jusqu’à Pigalle. Je sais où aller et qui je peux contacter à tout moment, sans problème, en sécurité. »

14Ce que l’on a appelé « trafic de fourmis » dans les années 1980-1990 est révélateur de cette mobilité : cette notion désigne des usagers qui allaient s’approvisionner en Thaïlande ou en Hollande pour revendre une partie et consommer l’autre. Ce sont aussi les usagers-revendeurs habitants des villes frontalières allant en Belgique ou en Hollande pour acheter à plus bas prix des produits et passer les frontières avec de petites quantités. Par la suite, on a assisté, un peu partout en France (à Lille, Roubaix, Tourcoing, Paris et sa banlieue, Lyon, Marseille, Toulouse), à une structuration et à une professionnalisation des réseaux de trafics à forte assise territoriale reposant sur des liens familiaux, des réseaux ethniques et des liens constitués en prison. L’intensification du traitement pénal des trafiquants a moins provoqué l’éradication des « supermarchés de la drogue » que la recomposition des équipes (plus souples et étanches) et des méthodes (« go-fast », mules humaines passant de petites quantités par avion). Aujourd’hui, il est devenu facile d’aller en Espagne ou en Hollande pour acheter et rapporter des centaines de kilos de cannabis, des dizaines de kilos de cocaïne, des dizaines de milliers de pilules d’ecstasy. Schengen est passé par là. A côté des énormes cargaisons qui arrivent par containers dans les ports, le modèle du trafic de fourmis s’est atomisé. Les allers et retours des familles maghrébines ou de leurs enfants au bled peuvent être l’occasion de pratiques d’import-export (descendre des biens courants, remonter du haschich). De véritables filières se sont constituées avec des « passeurs » ordinaires, parfois à la retraite, souvent sans aucun lien avec les mondes de la drogue. 

15A une autre échelle, les dossiers judiciaires portant sur des affaires d’envergure et des entretiens menés avec leurs principaux protagonistes permettent de saisir la configuration spécifique dans laquelle s’inscrivent les réseaux transnationaux. Prenons l’exemple de l’affaire A., instruite en 1995 au tribunal de Nanterre, dont nous avons pu accéder au dossier complet (Duprez, Kokoreff, Weinberger, 2001). Cette affaire démarre sur un renseignement avisant les policiers qu’un réseau de vente de cannabis prospère à partir d’un café dans une commune de la banlieue Nord de Paris. Plusieurs individus, connus pour des faits de vol à main armée, demeurant dans une cité réputée pour ses activités en matière de trafics, habitués des voitures de luxe, seraient impliqués. L’enquête permet rapidement d’identifier les organisateurs du réseau en France. Il s’agit de trois marocains : Farid est domicilié à Toulouse ; son frère et son beau-père sont en contact direct avec les producteurs marocains. La marchandise est acheminée depuis Tanger par l’Espagne jusqu’en France par une équipe de passeurs ayant des prénoms aux consonances bien françaises (Philippe, Yann, Francis). Le dossier fait mention de quantités allant de 400 kg à 1,4 tonne qui auraient été écoulées par Farid dans la région parisienne, à Lyon, Marseille et Nice, mais aussi aux Pays-Bas et en Allemagne par l’intermédiaire d’un couple mixte marocain-allemand. Après deux ans d’enquête basée sur des filatures, des enquêtes téléphoniques et l’exécution de commissions rogatoires, les policiers mettent à jour un important réseau d’importation. En France, la revente du cannabis est assurée par le patron du café à deux principaux clients par dizaines de kilos, qui disposent eux-mêmes de cinq clients réguliers. La branche financière est représentée par un commerçant établi dans la banlieue Nord-Ouest de Paris et dirigée depuis Casablanca. Telle est la configuration du réseau.

16En 1999, j’ai obtenu l’autorisation de rencontrer le principal inculpé dans cette affaire, par ailleurs poursuivi dans le cadre d’autres instructions et condamné à douze ans de prison. Lors de notre première rencontre, Farid est sur la défensive. Il raconte qu’il est arrivé du Maroc en France en 1973, avec un contrat de travail en poche comme menuisier. Il a travaillé dans une usine de meuble dans l’Aveyron pendant une quinzaine d’années, avant que l’usine ne ferme, et de se retrouver au chômage. Il est marié et a trois enfants. « J’ai été obligé de trouver quelque chose, de me débrouiller ». Il devient « marchand ambulant », fait les marchés et rencontre des gens qui lui proposent de faire de l’import/export de jeans entre le Maroc et la France. Il pensait récupérer des jeans, le camion contenait 600 kg de cannabis. « Moi, j’ai dis au gars que j’étais chargé de voir à Paris, j’ai dit : « Il y a quelque chose de louche, il y a un problème, c’est du shit, alors moi, il faut que je touche une commission pour ça, j’ai risqué et tout ». Il a parlé avec son ami au Maroc et il m’a donné 50 000 Frs. » Il se défend d’être un trafiquant. Lorsque je lui demande s’il est de Kétama : « Oui je suis d’origine de Kétama. Mais ce n’est pas parce que je suis de Kétama que je vends du shit ». Les propos suivants nuancent l’argument en banalisant la production et en en attribuant l’expansion aux européens…

« Chez nous, les gens vendent, y’a pas de problème »

« Mon frère, il faisait ça. Chez nous, c’est pas une honte. D’être producteur de ça, ce n’est pas une honte. Mais c’est là, c’est dur au Maroc, à cause de l’Europe… mais c’est une hypocrisie, l’Etat produit… Vous sortez de Kétama et il vous met en prison. Sinon, c’est toléré à Kétama. Il n’y a personne. A 130 km de Fez, il y a 50 000 hectares. Il y a 25 ans, il y avait à peine 5 hectares. Avant c’était pour nous, pour le Maroc. Mais avec les hippies c’est remonté. C’est vous qui êtes allé le chercher. Quand je dis vous, c’est l’Europe. Qui êtes allé là-bas voir comment il faut faire. Mais avant c’était national. Maintenant, chez nous, c’est dur. Il y a des gens qui prennent dix ans. Trafiquants. C’est dur depuis 1995, 1996. Mais c’est de l’hypocrisie. Je ne peux pas parler de ça, c’est un peu politique. Sinon, les gens vendent, il n’y a pas de problème. »

(Entretien réalisé en 1999 avec un trafiquant condamné pour sa participation à un réseau international)

17Lors de notre deuxième rencontre, après avoir évoqué son milieu familial (son père imam, leur émigration au nord du pays, ses 7 frères et sœurs), je l’interroge sur son réseau. « Mon rôle, c’est intermédiaire. Je prends ma commission. Je n’importe pas la marchandise du Maroc, c’est pas mon rôle. Moi, je fais l’intermédiaire. » Manière de limiter son rôle, de ne pas perdre la face, mais aussi de dire comment fonctionne le réseau. Son récit évoque dans le détail ses « contacts », comment il les a connu, où il les retrouve, à Paris, Barcelone ou Amsterdam, leur accord sur les prix, le rôle de chacun (fournisseurs, transporteurs, vendeurs, acheteurs, livreurs). « Je suis là pour qu’il n’y ait pas de contacts. Après, il va prendre contact avec l’autre, c’est fini, je le vois plus. (…) Le problème, c’est que l’autre il parle allemand, espagnol, et arabe, et l’autre il ne parle que français. C’est pour ça que je suis là, moi. Obligé parce que l’autre, il parle pas français et l’autre ne parle pas allemand. Donc je suis obligé d’intervenir. Et comme il y a de la marchandise, il faut bien parler ! » Il y a une division du travail : « t’es obligé de travailler avec une équipe. Tu ne peux pas faire de a à z, tout seul ». Plus le trafic est important, plus les frais sont importants : « Il y a beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de monde ». Les tensions et embrouilles sont inévitables lorsque la marchandise n’est pas payée. Lorsque l’intermédiaire n’a rien touché des transporteurs, il appelle en Hollande. La fluidité des contacts et la mobilité sont remarquables. « Je bouge entre Toulouse et Paris. Il faut que je trouve un moyen pour l’argent, je n’avais pas l’argent. J’étais obligé de bouger à droite à gauche, pour le travail. J’étais recherché ici en France pour l’affaire. J’étais obligé de bouger à droite à gauche. Pour les enfants. Ma femme ne travaille pas car elle est malade. C’est pour cela que j’ai touché à ça. Si j’avais eu un travail stable… » Lorsque la police est sur lui, il demande à sa logeuse de mettre ses affaires à la cave, que viendra chercher la femme d’un des transporteurs d’Allemagne pour lui déposer à Toulouse sur le chemin de l’Espagne.

18Lors de notre troisième rencontre, début 2000, la conversation est plus ouverte encore, et Farid explique son parcours simplement : « Moi, quand je n’ai pas eu d’argent, je suis allé chercher l’argent ». Il y a la branche « réglo » et la branche qui trafique. Lui a pris la seconde. Son expérience en prison le montre : « 70 % des gens qui rentrent ici, c’est à cause de l’argent. Parce qu’ils se retrouvent au chômage, pas d’argent, ils font n’importe quoi. »

Le trafic comme travail

19Dans les quartiers populaires d’ici et d’ailleurs, le travail salarié est une ressource qui fait largement défaut. La position sociale occupée, les destins sociaux qu’elle détermine et du contexte urbain et résidentiel dans lequel ils s’inscrivent conjuguent leurs effets avec les discriminations ethniques et raciales. Ainsi la pauvreté, le chômage, la déstructuration des familles, la déscolarisation précoce et les parcours scolaires chaotiques des enfants sont autant de facteurs favorisant l’entrée dans la consommation de drogues lors de l’adolescence et l’implication dans les petits trafics drogues. À ces facteurs externes s’ajoutent des facteurs internes : la nature et les formes du marché local, la proximité des points de deal, l’inscription dans des réseaux de sociabilité qui constituent le support d’une participation aux trafics, les mécanismes sociaux d’emprise des dealers (contraintes physiques et morales, dettes, etc.). Par ailleurs, on sait que les conditions d’implication dans le « bizness » sont très liées aux dimensions symboliques de ces conduites illicites. Les trafics illicites sont une double alternative à l’exclusion et au déshonneur (Bourgois, 2003). Ainsi, à l’appât du gain, de l’argent facile, permettant sinon de survivre ou de s’enrichir, du moins d’avoir une activité mieux rémunérée que dans le secteur de l’informel et le registre « petits boulots », s’ajoutent l’autonomie relative, le maintien du sens de l’honneur et du respect que l’on y gagne. La logique de reconnaissance est fondamentale : dealer, c’est d’abord être quelqu’un.

20Ce processus n’est pas linéaire. Dealer, c’est aussi affronter les pressions familiales, scolaires, policières, participer à violence des rapports sociaux de trafic, passer par des phases de dégoût (“vendre de la mort“, c’est-à-dire de l’héroïne ou du crack). Tous ces aspects peuvent favoriser une prise de distance avec ce petit monde social et le retour à des positions plus légitimes socialement, au moins pour un moment, à travers la recherche d’un emploi légal. La nature des emplois accessibles et les conditions de travail, la précarité et l’incertitude sociales dissuadent les individus souhaitant ne plus revendre de la drogue de garder longtemps un « vrai travail ». De plus, effets de territoire obligent, ils subissent en permanence les pressions de leurs pairs et de l’environnement les incitant à reprendre leur place D’où une certaine porosité entre travail légal et travail illicite, voire leur superposition à certains moments de l’existence qui caractérise les carrières des franges les plus marginalisées des couches populaires des cités banlieues en France. Pour d’autres catégories sociales que les précaires ou les pauvres, comme les lycéen-ne-s, les étudiant-e-s ou des salarié-e-s peuvent trouver dans la revente une manière d’arrondir leurs fins de mois. Cette superposition peut aussi être neutralisée (« je deale pas, je dépanne, c’est pas pour l’argent »), comme s’il s’agissait de conforter une position dans un réseau de sociabilité.

  • 9 Voir par exemple la série « Engrenages » diffusée par Canal Plus.
  • 10 Voir par exemple, Rachid Djaïdani, Viscéral, Gallimard, 2001 ; Rachid Santaki, Les racailles s’habi (...)

21Il n’en demeure pas moins que la participation aux trafics illicites peut être considérée comme un travail : il s’agit d’une activité à plein temps, qui suppose une présence sur le terrain, une organisation minimale, des compétences (conditionner le produit, savoir où vendre, quand, à qui, de façon discrète, sans trop s’afficher), des capacités (« savoir tenir son commerce »), une discipline par rapport au produit (ne pas consommer ou « gérer ») et à ses fournisseurs (payer la marchandise, respecter les échéances, ne pas trop s’embrouiller), maintenir la bonne distance avec les clients (les attirer sans se faire avoir). Selon la place occupée dans le réseau, ces compétences et ces capacités sont plus ou moins sollicitées. Tout cela s’apprend. On apprend dans la rue et de la rue, on apprend des autres, des plus vieux, de ses potes, de son boss, on apprend des expériences cumulées avec les clients, les policiers et les voisins. Cet apprentissage est essentiellement oral, il se raconte au quotidien sur le terrain, dans les lieux de vie, dans des sorties en ville. La prison n’est-elle pas aussi une école de la délinquance et du crime, pour reprendre Foucault ? De façon paradoxale, il se nourrit aussi de la production cinématographique et audiovisuelle, de ces multiples films, téléfilms et séries qui mettent en scène avec plus ou moins de talent et de réalisme divers mondes sociaux (« voyous », « flics », avocats, juges, élus, journalistes, etc.)9, sans parler des romans écrits par des auteurs qui ont grandi dans les cités10. Ainsi, la boucle est bouclée.

Le business comme travail ou comment « tenir son commerce »

Bachir : C’est le business, moi j’appelle ça le travail..

Michel : C’est un travail ?

B : Ouais, ben ouais, c’est une manière de camoufler un peu ce qu’on fait quand on parle. J’vais pas dire : « Ouais, j’vais sur le terrain, j’vais aller vendre ».

M : Oui d’accord.

B : Je vais bosser ! Tout simplement. Personne ne comprend comme ça.

M : Mais est-ce que ça suppose aussi un savoir, un savoir faire, des compétences…

B : Bien sûr.

M : ... comme n’importe quel travail ?

B : Bien sûr. Ah ouais bien sûr ! Bien sûr ! Eh il faut être vaillant quand même (...) Eh, j’me suis fait tirer dessus moi ! J’me suis fait agresser moi par un toxico. Ah ! c’est à toi de savoir tenir ton commerce quoi (rires). C’est comme tout autre commerce. Tu sais qu’un jour ou l’autre, bon surtout dans ce domaine là, t’es plus visé quoi. Tu sais qu’un jour ou l’autre y en a un ou deux, ils vont venir, ils vont être en manque ou quoi que ce soit, ils vont venir calibrés, il va leur falloir leur dose, quoi. (...) Les mecs ils sont venus avec des sabres. Ils voulaient me charcler quoi. Tout ça pour, pour me soutirer de la coke. T’sais, la coke, ça te rends fou. T’es parano, t’es malade à fond. Alors le mec, il est prêt à te buter, il en a rien à foutre, il va même pas calculer ce qu’il va faire. Ah, il m’a sorti un sabre de japonais, là comme ça. Ah j’ai dit « O.K. Tu bouges pas, je vais te ramener ce qu’il faut ». Ah, je suis rentré, j’ai été chercher le fusil à pompe... j’leur ai tiré dessus. J’sais même pas s’il est mort, j’lui ai tiré dessus, j’ai même pas cherché à comprendre. Voila, il me braquait. Je me sentais supérieur, malgré que je touchais, tu vois… Pour moi, c’était, c’était une merde ce mec là par rapport à moi

M : T’avais quand même le fusil à la maison ?

B : Pas à la maison, mais à proximité. »

(Entretien réalisé en 1998 en région parisienne avec un usager-revendeur)

22Il existe une mobilité latérale dans le monde de l’illicite qui articule une échelle de revenus à une échelle de prestige. Si on s’appuie sur les enquêtes réalisées dans des cités de la région parisienne et lilloise à la fin des années 1990 réactualisées par des observations récentes à Marseille, Nancy et Toulouse, il apparaît une stratification assez fine à l’échelle locale. Dans certains cas, ces trafics prennent aujourd’hui des formes organisées et fluides autour d’une division du travail quasi industrielle qui rend possible gros débit, multiproduits (par exemple, cannabis, herbe et cocaïne) et qualité de service. Selon un schéma classique, cette stratification comprend des « gérants » (qui organisent le réseau), des « charbonneurs » (qui fournissent la clientèle), des « rabatteurs » et autres « guetteurs », ainsi que des « satellites » (qui rendent divers services). Les 8-13 ans sont utilisés comme guetteurs, souvent les plus nombreux, en échange d’un billet ou d’une protection ; les 14-20 ans commercialisent des lots de cannabis, ils sont payés davantage et avec des barrettes qu’ils revendent ou consomment ; les 20-30 ans et plus sont des intermédiaires entre le semi-gros et le détail de cannabis et de cocaïne. Au-dessus, il y a les “grosses têtes“ (au sens de « têtes de réseaux ») qui s’occupent de l’approvisionnement de réseaux de points de deal et de revendeurs et font figure de modèle de réussite pour les plus jeunes.

  • 11 Christian Ben Lakhdar, Le trafic de cannabis en France (Paris : OFDT, 2007).

23Combien sont-ils ? Difficile à dire et à établir. Selon les quartiers, entre une cinquantaine et quelques centaines. Que gagnent-ils ? Encore plus difficile à mesurer. En France, une estimation des gains des dealers de cannabis a permis de distinguer trois catégories11 : les semi-grossistes, dont le nombre est estimé entre 700 et 1 000 personnes, qui gagneraient jusqu’à 500 000 euros par an ; les fournisseurs, estimés entre 6 000 et 13 000, dont les gains seraient de 75 000 euros annuels ; enfin, les dealers de rue, entre 50 000 et 130 000, gagneraient entre 4 500 et 10 000 euros par an. Dans certains quartiers, les services de guetteurs et de rabatteurs sont rétribués jusqu’à 100 €/jour ou par des produits de consommation, les revendeurs de 200 € à 300 €. On sait peu de choses des gains des « gérants ». Dès lors que, dans certains cas, le chiffre d’affaires quotidien peut osciller entre 4 500 à 30 000 € à certaines périodes, ils peuvent gagner beaucoup d’argent à un moment donné.

24Ces hiérarchies informelles bien connues des sociologues de la déviance évoluent dans le temps en fonction des carrières dans le monde de l’illicite (Kokoreff, 2010). Elles offrent des positions en équilibre toujours instable : la chute peut être aussi rapide que l’ascension. Le cas de Bachir, cité dans l’encadré, en offre un exemple parmi d’autres en ce sens où son statut tant économique et symbolique que sanitaire s’est fortement dégradé depuis le moment évoqué dans l’entretien. Il est devenu un usager compulsif des produits qu’il vendait (cocaïne, héroïne) et a attrapé le sida. De dealer, il est devenu un de ces « toxs » (toxicos), apparentés aux « gueux ». Au respect qu’il suscitait s’est substitué le mépris pour « ceux qui sont tombés dedans ». Mais d’autres carrières démontrent que la « chute » n’est en rien une fatalité. Les capacités de transfert des compétences acquises dans le monde de l’illicite vers le monde du travail légal, où elles peuvent être facilement mobilisées (rapidité, débrouillardise, sens pratique, relationnel), sont à prendre en compte (Roulleau-Berger, 1999). Elles attestent non seulement la complexité et la fragilité de ces mondes mais les passerelles qui permettent d’envisager des sorties, qu’elles soient définitives ou partielles.

L’éthique des réseaux

  • 12 On en trouve de nombreuses illustrations dans les films sur le « milieu » français réalisés dans le (...)

25Le bizness a ses propres règles. On peut le constater à travers le rapport à la consommation des trafiquants aguerris. Traditionnellement, ceux-ci ne sont pas des usagers mais des commerçants12. En effet, à un certain niveau du trafic, la règle veut qu’on ne consomme pas. L’usage de cocaïne en particulier contredit non seulement l’éthique du travail bien fait, mais une éthique des réseaux basée sur la confiance (Tarrius, 1997). Si on considère les dimensions biographiques, les choses se compliquent un peu. Reprenons l’exemple de Farid, âgé de 45 ans au moment où nous l’avons rencontré. Il commence à fumer le kif dans sa ville natale de Kétama, au Maroc, vers 17 ans, de temps en temps, et de façon discrète, par respect pour ses parents. Au Maroc, la consommation s’inscrit dans un tout autre contexte d’usage. Afin de trouver du travail, il émigre en France à l’âge de 21 ans. Là, il ne fume ni du tabac ni du cannabis, ni ne boit de l’alcool. Quand il rentre chez lui, il peut fumer, mais il n’est pas dépendant. Par contre, il interdit à ses enfants de le faire parce qu’ils sont trop jeunes pour contrôler. Une telle duplicité est à l’œuvre dans les réseaux de trafics où les principaux protagonistes font tout pour protéger leurs enfants de « la » drogue qui les enrichit.

Trafic et non-consommation

On dit souvent que les trafiquants ne sont pas consommateurs.

Il y en a qui sont consommateurs. Mais il y en a qui ne savent pas contrôler. Mais c’est vrai que la plupart des vrais trafiquants, ils ne fument pas.

C’est quoi, un vrai trafiquant ?

Ils ne doivent pas fumer. Ils doivent travailler. Ils doivent avoir la tête fraîche pour travailler. S’il fume, il perd la tête. S’il sniffe, ca y est, il a plus de parole. Moi, si, je vois quelqu’un sniffer de la cocaïne, je n’ai plus confiance. Il peut faire n’importe quoi. Il propose des trucs qui sont n’importe quoi. Il fait n’importe quoi. Il peut aller tuer. Il peut… avec l’argent en plus. Mais moi, c’est fini ces gens là. (...) Normalement quelqu’un qui vend, qui trafique, il ne doit pas faire cela. Il ne doit pas fumer, fumer pour consommer s’il veut. Mais il ne doit pas fumer ou boire beaucoup. Il faut être quelqu’un de sérieux. Il faut rester sur son travail. C’est comme si vous alliez à l’usine, vous travaillez au bureau. C’est pareil, il faut avoir la tête. Parce que les flics sont forts. Donc il faut faire des plans pour s’en sortir. Il faut avoir la tête, si vous n’avez pas de tête, vous n’allez pas travailler avec les pieds

C’est quoi faire des plans ?

Comment il faut aller sortir ? Comment il faut aller vendre ? Et à quelle heure ? À quelle heure les flics vont sortir, vont faire des rondes ? Avec quelle voiture vous allez livrer ? Pour un transporteur, il y a des barrages, comment je fais ? Il faut une voiture devant avec un téléphone, un talkie-walkie. Il faut changer de route.

(Entretien réalisé en 1999 avec un trafiquant condamné pour sa participation à un réseau européen)

26Les compétences et savoir-faire sont donc formulés à partir d’attentes normatives définissant un travail réalisé en fonction de certaines règles. Ne pas prendre de produits (« être clean »), c’est respecter ces règles (« être réglo ») et garantir la confiance.

Usages politiques des marchés de la drogue

27L’activité de trafic ne répond pas seulement à des logiques économiques et sociales. Elle ne se réduit pas à une accommodation face à la misère, ni à un mode de régulation des liens. Elle est aussi d’ordre politique. Comme l’ont observé Vera da Silva Telles et Daniel Hirata (2007) au Brésil, les trafiquants ont un pouvoir local de régulation des conflits de voisinage ou familiaux. Mais ils disposent aussi d’un pouvoir qui va bien au-delà. En 2009, une organisation a piloté depuis la prison les émeutes pénitentiaires survenues simultanément au Brésil, avant de négocier directement avec les pouvoirs en place. Certaines figures de la criminalité accèdent à des responsabilités locales. Historiquement, la diffusion de l’héroïne dans les ghettos noirs américains, qui a contribué à décimer le mouvement des Black Panthers’s, est un cas d’école. Empiriquement, l’observation qui suit peut constituer une vignette suggestive. En effet, pour n’avoir pas été observée de l’intérieur de façon approfondie, elle n’en est pas moins significative.

Un marché de l’héroïne à Athènes

De passage à Athènes, un de mes étudiants, né dans la capitale et parti faire son Master et sa thèse en France, m’a proposé d’aller faire un tour en moto par-delà les lieux touristiques de l’hypercentre. Nous partons de Syntagma direction Omonia, qui trace une première frontière : bordés de grands hôtels, la place donne accès à l’avenue d’Octobre où se trouve l’Ecole Polytechnique, haut-lieu de la contestation étudiante et du mouvement anarchiste, situé juste en bordure du quartier d’Exerhia. Non loin, on trouve le musée d’archéologie d’Athènes, très fréquenté par les touristes. Si mon guide m’amène dans ce coin, c’est pour me montrer un lieu de deal « imposé » par la police. Nous nous arrêtons à une centaine de mètres. Des migrants, d’origine indienne ou skri lankaise, sont assis sur le trottoir à l’ombre. L’un d’eux avance vers nous et nous demander en grec si nous voulons quelque chose. Entre l’Ecole et le musée, une voie piétonne est plutôt animée en ce milieu de matinée du 15 août. A l’entrée, des hommes adultes paraissent diriger les mouvements des uns et des autres. Derrière des hommes et des femmes entre 20 et 40 ans. Ils présentent tous les stigmates des toxicomanes par intraveineuse. Nous faisons le tour pour nous rendre à l’extrêmité de cette voie, qui fait à peine deux cents mètres de long. Un car de police est stationné et quatre policiers sont en faction. Selon mon informateur, c’est la police qui s’est arrangée pour déplacer le marché de l’héroïne à proximité de l’Ecole Polytechnique ; cela, afin de disqualifier publiquement les étudiants anarchistes. Et lorsque ceux-ci décident d’une action contre les dealers, la police est aux premières loges pour les intercepter et les interpeller, toujours à des fins de disqualification publique. La proximité entre ce point de deal et la police est troublante. Un parking convoitée par la ville et des promoteurs immobiliers et défendu par des militants aurait donné lieu à une même utilisation politique de l’héroïne dont le contrôle est doublement rentable, financièrement et stratégiquement. De plus, de nombreux faits prouveraient les pratiques ambigües de la police protégeant les « fachos », comme dans ce quartier tout proche où ils ont obtenu un bon score aux élections municipales. Ils ont ainsi arbitrairement fermé un jardin public où se réunissaient des migrants, sans que les autorités publiques ne réagissent.

(Observation réalisée à Athènes, le 15 août 2011)

28Il faudrait trouver des situations comparables dans d’autres capitales européennes. À Paris, dans les années 1980, l’occupation d’immeubles insalubres et de squats par des revendeurs d’héroïne a précédé de peu d’importantes opérations immobilières de la Ville de Paris. Deux sites sont restés célèbres : le quartier de l’ïlot-au-Châlon, derrière la Gare de Lyon, et le squat de la rue Raymond Losserand, dans le XIVè arrondissement. Le premier constituait, selon les archives de l’époque, un véritable « ghetto » où se concentraient ménages pauvres, immigrés sans abris et migrants primo-arrivants, usagers et revendeurs d’héroïne, prostituées, etc. (Marchant, 2012). Le second abritait un marché de revente de cannabis et d’herbe avant se spécialiser dans la revente d’héroïne effectuée par des migrants originaires d’Afrique subsaharienne en particulier. Ces deux points de deal, après quelques années, ont été englouties par les pelleteuses, et les programmes immobiliers ont redessiné le paysage. On peut arguer que ce type d’espace urbain dégradé attire trafics, trafiquants et usagers, parmi d’autres. Leur présence et activité accélèrent l’imminence de la rénovation urbaine, sans être la cause de leur dégradation. Mais on ne peut pas tout à fait exclure, sans tomber dans les « théories du complot », que cette coïncidence n’est pas fortuite et que laisser s’implanter ces trafics répond d’une stratégie politique rendant plus urgentes les opérations de rénovation urbaine.

  • 13 Tel est l’objet d’une recherche actuellement en cours, « L’héroïne en France. Une histoire sociale (...)

29La difficulté est évidemment de trouver les archives qui confirment telle ou telle option pour des raisons tant juridiques et administratives que politiques. L’histoire de la diffusion de l’héroïne en France est essentiellement orale13. Elle s’appuie en particulier sur les témoignages de ceux qui, comme ce prêtre ouvrier, a vécu de près l’arrivée de l’héroïne dans banlieue parisienne à partir du milieu des années 1970. « Je me souviens d’un flic qui m’avait dit : ‘’De toute manière c’est des vermines, il faut nettoyer le quartier’’. Disons que la drogue s’en est chargée. Et comme les flics, ils n’ont pas fait grand-chose pour qu’il n’y ait pas de drogue… » L’héroïne aurait ainsi fait office d’auto-broyeur des populations qui peuplaient les bidonvilles avant d’être logées dans les cités de transit, populations pour une bonne part issues du Maroc et de l’Algérie. De fait, elle a fait des ravages indénombrables (overdoses, suicides, contamination par le VIH, etc.). D’autres rumeurs persistantes concernent les liens entre certains voyous tenant les trafics dans certaines cités et des élus qui leur auraient assuré une protection. Ainsi, un sociologue ayant grandi dans une commune particulièrement touchée par ces trafics évoquera une personne ayant une notoriété locale, bien vu par la municipalité. « Je ne sais pas s’il fait un mi-temps avec les voyous et un mi-temps avec la municipalité. Il est dans une situation très difficile où il est sommé de représenter ces gens-là, en politique. (…) Et ce jeune-là, pourquoi il est pressenti ? Parce qu’il est président de l’amicale des locataires du bâtiment G. Et il a été reçu par le préfet, même par le ministre de l’Intérieur. Donc, ça va quand même assez loin. » Pour ma part, j’ai connu une personne qui a grandi dans cette même cité, connue pour ces activités militantes, mais aussi sa proximité familiale avec des acteurs du trafic. Mis en cause par le fisc pour le caractère non-justifié de ces revenus, il a bénéficié d’appuis politiques qui lui ont permis de décrocher un poste de chargé de mission au Conseil général, alors dirigé par Charles Pasqua, ce qui n’a pas manqué de susciter rumeurs et fantasmes dans les communes proches. Au-delà de ces cas isolés, ces rapprochements semblent avoir été fréquents jusqu’aux années 1990. La prégnance des représentations d’une complicité indique un changement de registre : à l’image des lieux de deal comme facteur de désordre public ou de paix sociale se substitue une configuration où la régulation informelle par les trafics s’articulent à une gestion clientéliste des quartiers et à des rapports de pouvoir.

30On assiste à une mondialisation des problèmes sociaux et des désordres publics concentrés dans les zones de marginalité urbaine. Certains sociologues français parlent à cet égard d’une « Latino-américanisation » de la structure sociale (Dubet, 2000, 23) ou d’une « brésilianisation » des métropoles (Wacquant, 2006, 14), caractérisée par le développement de la pauvreté, de l’incertitude, de l’économie souterraine, de la ségrégation urbaine, de la violence. Certes, ce qui se passe dans les métropoles en Amérique du Nord et en Amérique Latine est sans commune mesure avec les villes européennes (Le Galès, 2011), et en France en particulier, qu’il s’agisse du rôle de l’Etat, des dynamiques urbaines, des formes de pauvreté et de marginalité urbaines, de l’organisation des gangs, ou encore de la corruption. Il ne s’agit donc pas de valider l’idée d’une indifférenciation de l’économie criminelle de par le monde, à l’instar du chaos urbain qui le gouvernerait. Cependant, les convergences sont frappantes et appellent à changer de regard.

31Dans ce contexte, un observateur un peu attentif repère facilement dans de multiples villes sinon « globales » (comme New York ou Londres), du moins « globalisées » (comme Rio de Janeiro, Manchester ou Berlin) ou « partiellement globalisées » (comme Buenos Aires, Paris ou Athènes), les mêmes scènes de drogue (à ciel ouvert, au vu et su de tous), des situations similaires (une concentration des migrants dans des espaces de centralité, des relations souvent troubles avec la police), des populations très proches par la place (ou la non-place) qu’elles occupent (en marge de la ville, stigmatisées et criminalisées). On peut trouver et acheter les mêmes produits dans des territoires psychotropiques, mais aussi assister aux mêmes paniques morales et dispositifs de pouvoir que ces conduites suscitent et légitiment. De sorte que la question n’est pas uniquement : pourquoi est-ce si différent ?, mais : pourquoi est-ce si similaire ? Comment la circulation des produits va de paire avec celle des significations culturelles qui donnent sens à leur revente et consommation ? En quoi leur localisation participe de leur reterritorialisation ? Quel pouvoir et quel capital politique confère l’argent de la drogue ? La faible capacité des théories de la délinquance à s’appliquer à d’autres contextes que ceux dans lesquels elles ont été produites et à s’appuyer sur des enquêtes comparatives ne doit pas constituer un frein afin d’engager de nouvelles recherches.

Haut de page

Bibliographie

ABELES, Marc. Anthropologie de la globalisation. Paris : Payot, 2008.

APPADURAI, Arjun. Géographie de la colère. Paris : Payot, 2007.

APPADURAI, Arjun. Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation. Paris : Payot, 2005.

BERRY-CHIKHAOUI, Isabelle, DEBOULET, Agnès, et ROULLEAU-BERGER, Laurence (ed.). Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants. Paris : La Découverte, 2007.

BOUHNIK, Patricia, et JOUBERT, Michel. « Economie des pratiques toxicomaniaques et lien social ». Dépendances 4.3 (1992).

BOURGOIS, Philippe. En quête de respect. Le crack à New York. Paris : Seuil, 2003.

BOURGOIS, Philippe, et SCHONBERG, Jeff. Righeous dopefiend. University of Press California, 2009.

COPPEL, Anne, et DOUBRE, Olivier. Drogues : sortir de l’impasse. Expérimenter des alternatives à la prohibition. Paris : La Découverte, 2012.

DAL LAGO, Alexandro, et QUADRELLI, Emilio. La città e le ombre. Crimini, criminali e citttadini. Milan : Feltrinelli, 2003.

DUPREZ, Dominique, KOKOREFF, Michel. 2000. Les mondes de la drogue, Paris, Odile Jacob.

DUPREZ, Dominique, KOKOREFF, Michel, et WEINBERGER, Monique. Carrières, territoires et filières pénales. Pour une sociologie comparée des trafics de drogues. Paris : OFDT, 2001.

FERNANDEZ, Luis. « Acteurs et territoires « psychotropiques » : ethnographie des drogues dans une périphérie urbaine ». Déviance et société 26.4 (2002) : 427-442.

KOKOREFF, Michel. La drogue est-elle un problème ? Usages, trafics et politiques publiques. Paris : Petite Bibliothèque Payot, 2010.

LE GALES, Patrick. Le retour des villes européennes, Paris : Les Presses de SciencesPo, 2003.

LETKEMANN, Peter. Crime as work. Englewood Clifs, NJ : Prentice Hall, 1973.

LIEBOW, Elliot. Tally’s Corner. Paris : PUR, 2011 (1ère ed. am. 1967).

MARCHANT, Alexandre. « L’îlot Chalon, le « ghetto » parisien de la drogue au début des années 1980 ». Swaps 68 (2012).

MISSE, Michel, et DOMINGUES VARGAS, Juan. « L’évolution de la consommation et du trafic de drogues illicites à Rio de Janeiro ». Déviance et société 32.3. (2008).

PERALDI, Michel. « Economies criminelles et mondes d’affaires à Tanger ». Cultures & Conflits 68 (2007).

PERALDI, Michel (ed.). Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers. Marseille : Maisonneuve et Larose, 2001.

PERALDI, Michel, et SAMSON, Michel. Gouverner Marseille. Paris : La Découverte, 2006.

PREBLE, Edward, et CASEY, John J. « Taking Care of Business. The Heroin User’s Life on the Street ». The International Journal of Addictions 4.1 (1969).

RODGERS, Dennis. « The State as the Gang : Conceptualizing the Governmentality of Violence in Contemporary Nicaragua ». Critique of Anthropology 26.3 (2006) : 315-330.

ROULLEAU-BERGER, Laurence. Le travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine. La Tour d’Aigues : Ed de l’Aube, 1999.

ROULLEAU-BERGER, Laurence. Migrer au féminin. Paris : PUF, 2010.

RUGGIORO, Vincenzo, SOUTH, Nigel. « La ville de la fin de l’ère moderne en tant que bazar : marchés de stupéfiants, entreprise illégale et les barricades ». Déviance et société 20.4 (1996).

SASSEN, Saskia. La globalisation. Une sociologie. Paris : Gallimard, 2009.

SAVIANO, Roberto. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Paris: Gallimard, 2007 (1ère éd. italienne. 2006).

TARRIUS, Alain. Fin de siècle incertaine à Perpignan. Perpignan : Trabucaire, 1997.

TARRIUS, Alain. Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels. Perpignan : Trabucaire, 2010.

TELLES Silva V., et HIRATA, Daniel « Villes et pratiques urbaines : aux frontières incertaines entre l’illégal, l’informel et l’illicite ». In Estudos Avançados 21.61 (2007) : 173-191.

VENKATESH, Sudhir A. Off the Books. The Underground Economy of Urban Poor. Cambridge : Harvard University Press, 2006.

VENKATESH, Sudhir A. Dans la peau d’un chef de gang. Paris : France Loisirs, 2011 (1ère éd. am. 2007).

WACQUANT, Loïc. Parias urbains. Paris : La Découverte, 2006.

WHYTE, William F. Street Corner Society. Paris : La Découverte, 1996 (1ère ed. am. 1955).

Haut de page

Notes

1 Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), rapport annuel, 2011.

2 Il y a près de trente ans déjà, divers auteurs américains avait montré tout l’intérêt de considérer l’usage de drogue comme style de vie (Preble et Casey, 1969) et le crime comme travail, c’est-à-dire en termes de spécialisation, de professionnalisme, d’apprentissage et de satisfaction personnelle (Letkermann, 1973). Voir, en France, Bachmann et Coppel (1989), Joubert et Bouhnik (1992), Duprez, Kokoreff (2000).

3 Quant à l’arrière-plan « théorique » de ce travail, il doit autant à la sociologie qu’à l’anthropologie de la globalisation (Sassen, 2009 ; Abélès, 2008 ; Appadurai, 2005 et 2007), à la sociologie des villes et des migrations internationales (Roulleau-Berger, 2010 ; Berry-Chikaoui et al, 2007) qu’à l’anthropologie du mouvement (Tarrius, 1997 et 2010 ; Péraldi, 2001)

4 Inutile de préciser que l’ethnographe est aussi soumis aux mêmes contraintes pour peu qu’il apparaisse comme un « étranger » de par son âge, sa façon de s’habiller, de parler, sa couleur de peau, ou d’autres propriétés aisément reconnaissables. Faute de catégories ad hoc, il sera considéré selon les sites comme un « flic », un journaliste ou un travailleur social.

5 Sur le « pluralisme normatif », voir l’enquête sur les bandes de Mohammed (2011).

6

7 Plusieurs colloques et publications ont porté sur cette série, The Wire as Social science fiction ? Leeds, 26-27 novembre 2009, et en particulier notre communication, « Street Police : Rules, Codes, and Mix-ups ». Voir aussi Sylvie Laurent, « Les ghettos américains sur écoute. Et si la fiction était plus juste que les sciences sociales ? », Esprit, novembre 2010 ; The Wire. Reconstitution collective (Paris : Capricci/Les prairies ordinaires, 2011) ; The Wire : visages du ghetto, entre fiction et sciences sociales, 26 et 27 octobre 2012, colloque international, Université de Paris-Ouest-La Défense.

8 Voir l’article de Ruggiero et South (1996) et la notion de « mobilité latérale » qu’il développe.

9 Voir par exemple la série « Engrenages » diffusée par Canal Plus.

10 Voir par exemple, Rachid Djaïdani, Viscéral, Gallimard, 2001 ; Rachid Santaki, Les racailles s’habillent comme des anges (Paris : Editions Moisson Rouge, 2011).

11 Christian Ben Lakhdar, Le trafic de cannabis en France (Paris : OFDT, 2007).

12 On en trouve de nombreuses illustrations dans les films sur le « milieu » français réalisés dans les années 1950 en France, avec en particulier Jean Gabin, de « Touche pas au Grisby » à « Alerte à la chnouff ».

13 Tel est l’objet d’une recherche actuellement en cours, « L’héroïne en France. Une histoire sociale et culturelle de la diffusion des usages et des trafics. 1968-2004 », ANR/CRESPPA/CADIS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Kokoreff, « Trafics de drogues, entre globalisation et localisation », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://orda.revues.org/1268 ; DOI : 10.4000/orda.1268

Haut de page

Auteur

Michel Kokoreff

Université Paris 8─Vincennes-Saint Denis, France, GTM-CRESPPA, michel.kokoreff@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org