Navigation – Plan du site
De la vulnérabilité au manque d'eau...
B. Régulation sociale et conflits au cœur de la construction de la vulnérabilité

« Capabilités » et représentations sociales dans les conflits liés à la ressource en eau en périphérie urbaine au Mexique (Atlixco, Puebla, Mexique)

Capability” and Social Representations in Water-Related Conflicts around Mexican Cities (The Case of Atlixco, Puebla)
“Capabilidades” y representaciones sociales en los conflictos relacionados con el recurso hídrico en periferia urbana (Atlixco, Puebla, México)
“Capacidades "e representações sociais nos conflitos relacionados aos recursos hídricos na periferia urbana no México (Atlixco, Puebla, México)
Marie Zoé Wurtz et Valentina Campos Cabral

Résumés

Au Mexique 80 % des ressources en eau servent à l’irrigation des parcelles agricoles. Or, depuis la fin du XIXème siècle, l'essor des sociétés urbano-industrielles a démultiplié les dégradations qualitatives et quantitatives de la ressource. Les communautés situées en périphérie urbaine en particulier affrontent ainsi une vulnérabilité hydrique notable. L'article analyse la géopolitique mexicaine et les stratégies d'acteurs locaux qui déterminent cette vulnérabilité à l'échelle de la communauté dans la région d'Atlixco (Puebla). Il présente la conjoncture nationale de gestion de l'eau, et étudie les luttes menées à Atlixco, dans les communautés rurales la Magdalena Axocopan, et San Juan Tejaluca, à partir de recherches bibliographiques, complétées par un retour sur des travaux de terrains menés respectivement en 2009 et 2012. La vulnérabilité rurale passe par les représentations politiques et sociales des activités agricoles. L'historique de la construction des acteurs sociaux détermine la négociation des vulnérabilités liées à l'eau. Celle-ci ne permet pas de supprimer les vulnérabilités ; mais elle peut remettre en question les moyens de gouvernance, et les autorités établies.

Haut de page

Texte intégral

1La pratique de l’agriculture dépend directement de l’accès à l’eau. Or aujourd’hui, pour répondre aux demandes croissantes des populations – notamment en milieu urbain – bon nombre de sociétés ont multiplié les prélèvements, ainsi que les pollutions de la ressource hydrique. Dès lors, la gestion de l’eau s’inscrit dans des processus de négociations territoriales entre acteurs qui se révèlent parfois problématiques (Kauffer 2012). Au sein du territoire mexicain, même là où l’eau est présente en quantité, la ressource est désormais insuffisante qualitativement « et », « ou » quantitativement pour satisfaire les demandes sociétales (Campos 2013). Par conséquent, l’accès à l’eau y est remis en question, et les différents usages de l’eau y sont mis en concurrence. Cela met en évidence un certain nombre de vulnérabilités sociales.

2Les communautés situées en pé wriphérie urbaine sont tout particulièrement concernées par ces vulnérabilités puisque l’aménagement du territoire se transforme tout spécialement dans ces espaces. Consécutivement à la proximité de la ville, les dynamiques socio-spatiales, et les activités se modifient ; et ce faisant, les stratégies d’acteurs et les systèmes de représentation associés se modifient eux aussi.

3Cet article étudiera donc l’impact des représentations sociales et des capabilités collectives sur la vulnérabilité des populations rurales en lien avec la ressource hydrique, dans un contexte périurbain d’agriculture irriguée. Pour ce faire, nous comparerons l’expérience de deux communautés situées dans la périphérie urbaine de la municipalité d’Atlixco.

I/ Problème de recherche et méthodologie

1/ Etudier les vulnérabilités à travers celle des capabilités et des représentations sociales

4L’étude des vulnérabilités en géographie trouve son origine dans la notion de « société globale du risque » (Beck 2001). Cette théorie a ouvert un vaste champ d’analyse des sociétés humaines et de leurs politiques, en redéfinissant leur part de responsabilité dans la création des risques qui les menacent. Les hommes ne sont plus responsables de leur sort par la seule dégradation de leur territoire, ils sont aussi les acteurs de la gestion du risque : ils le déterminent et le choisissent. Cette façon de concevoir le risque explique le succès actuel du concept de vulnérabilité, et implique en outre que la fragilité d’une société existe en elle-même ; la survenue d’un aléa ne fait que révéler cette vulnérabilité (Blaikie 1994). Désormais, dans le cadre de l’analyse du risque en géographie, la recherche s’intéresse donc aux systèmes d’acteurs et aux stratégies de gestion territoriale qui configurent la vulnérabilité des sociétés étudiées. Notre réflexion sur les vulnérabilités liées à l’eau se situe dans ce courant, et utilisera le concept de « capabilités » promu par le prix Nobel d’économie 1998, Amartya Sen (Flipo 2005). L’originalité de cette notion consiste dans le fait que pour analyser les stratégies d’action d’une entité sociale donnée, elle considère non seulement les capacités d’action propres à cette entité, mais aussi des facteurs qui ne dépendent pas d’elle et conditionnent pourtant son champ d’action. Plus précisément, elles « découlent de la conversion des potentialités des personnes (dotations en capitaux monétaire, physique, humain et social), via les opportunités (issues du marché, de l’action publique, de la société civile) qu’elles parviennent à saisir au cours de leur existence. Potentialités et opportunités déterminent donc l’ampleur des possibilités d’être et d’agir accessibles aux personnes, notamment leurs actions ex-ante face aux risques, et leurs réactions ex-post aux chocs subis, c’est-à-dire, finalement, l’ampleur de leur vulnérabilité » (Lallau 2008). Outre l’imbrication des échelles, cette définition souligne avec pertinence une forme de chronologie de la vulnérabilité. De plus, en considérant des actions « ex-post » Lallau suggère que la catastrophe exerce des rétroactions sur ce que l’on peut appeler les représentations sociales de la société considérée.

5Nous définissions ici les représentations sociales comme des systèmes de pensée portant sur l’ensemble des faits physiques, sociaux et psychologiques qui s’expriment dans une société donnée et/ou affectent d’une façon ou d’une autre les individus qui la composent. Elles sont construites par la société, d’une part, et par chacun des individus qui la composent, d’autre part, (Lheureux 2011). Plusieurs auteurs ont ainsi démontré que des réseaux conceptuels se développent et prospèrent au sein de chaque unité sociale (de la plus petite qui serait constitué par l’individu, à la plus grande identifiée comme étant la communauté internationale). Ces réseaux spécifiques ne sont pas déconnectés les uns des autres : au contraire, ils se rencontrent au quotidien dans les processus de communication. Le discours individuel reflète dès lors les cosmovisions assumées par les diverses unités sociales au sein desquels il évolue, en même temps qu’il les fait interagir et évoluer. Dans cette étude, les représentations exprimées individuellement nourrissent donc notre analyse des représentations collectives, et vice versa. En outre, l’ensemble de ces représentations et des discours qui les communiquent nous renseigneront sur les stratégies de lutte contre la vulnérabilité. Moscovici notamment démontra qu’en cristallisant ou, au contraire, en bouleversant les points communs et les divergences d’intérêts – qu’ils soient économiques ou sociaux-culturels – les représentations sont intimement liées aux stratégies d’acteurs et aux politiques publiques. Le langage lui même témoigne des multiples sens que le sujet accorde à l’eau, en l’évoquant comme « élément naturel, bien de consommation, ressource vitale, marchandise, don du ciel… » (Leroy 2011). Chacun de ces termes reflète un certain système de pensée, et définit les possibilités d’actions perçues par les acteurs tant pour les autres que pour eux-mêmes : ils en découlent, en même temps, qu’ils les déterminent. De cette façon, la culture du risque interagit avec les stratégies de gestion et les pratiques d’acteurs (Sébastien 2006). Son étude permet donc d’appréhender la gestion territoriale dans sa complexité, et ce faisant, elle offre une entrée analytique intéressante dans l’étude de la vulnérabilité. Voilà pourquoi nous nous proposons ici de définir les représentations associées aux milieux et aux systèmes d’acteurs pour étudier les vulnérabilités relatives à l’eau.

2/ Problématique et pertinence de la région d’étude

6Nous nous intéresserons à l’influence des facteurs géopolitiques et des stratégies collectives sur la vulnérabilité des communautés rurales. Pour cela nous étudierons les problématiques d’accès à l’eau dans un contexte d’agriculture irriguée périurbaine, en accordant une attention toute particulière aux ancrages historiques de la dégradation hydrique dans la mémoire collective, et aux stratégies mises en place par les acteurs sociaux.

7Dans cette démarche nous considérerons les axes de recherche suivants :

  • Au même titre que les représentations socioculturelles de la ressource elle-même, l’image que la société se fait du monde rural détermine sa vulnérabilité.

  • La question des échelles est essentielle dans l’étude des vulnérabilités associées aux dégradations hydriques.

8Les territoires des hauts plateaux de l’État fédéral de Puebla (Mexique) ont connu des croissances urbaines accélérées en raison de la délocalisation des industries de la capitale du pays, notamment. Or ces dynamiques démographiques et spatiales sont lourdes de conséquences pour les communautés rurales : elles les exposent à des dégradations quantitatives et qualitatives. Par conséquent, ce terrain est tout particulièrement représentatif des problématiques hydriques associées aux transformations que connaît le territoire mexicain. Afin de mettre en perspective nos hypothèses avec la réalité, nous nous intéresserons donc à deux études de cas concernant la municipalité d’Atlixco (Puebla, Mexique). Ces deux communautés présentent en effet un intérêt tout particulier pour notre analyse, car non seulement elles sont concernées par la croissance de la ville d'Atlixco, mais qu'en outre, leur développement est aussi conditionné par les deux autres pôles urbains de Puebla, et du District Fédéral de Mexico.

3/ Méthodologie

9Une première étape analytique consiste dans l’interprétation de la législation mexicaine, et dans l’analyse de la gestion de l’eau à l’échelle régionale. La seconde étape implique un changement d’échelle puisque nous étudierons en détail l'histoire de deux communautés de la municipalité d’Atlixco. Pour cela, nous présenterons les problèmes d’approvisionnement locaux, en mettant en évidence les potentialités et opportunités qui ont déterminé la gestion de cette ressource. Nous prêterons pour cela une attention particulière aux représentations sociales les plus significatives pour cette étude. Enfin dans un dernier temps, nous comparerons les résultats obtenus séparément pour les communautés étudiées ; et ce, afin d’étudier l’impact des stratégies d'actions communautaires sur les vulnérabilités liées à l’eau détectées à l’échelle régionale.

10Outre la révision d’une large bibliographie scientifique spécialisée, ainsi que l’analyse de la législation mexicaine, nous élaborerons donc notre réflexion à partir de deux études de cas.

Carte 1 - Présentation de la municipalité d'Atlixco et des terrains étudiés

Carte 1 - Présentation de la municipalité d'Atlixco et des terrains étudiés

Source : Auteurs, d’après INEGI (2000)

11L’une des deux études de cas a été réalisée à San Juan Tejaluca (Atlixco, Puebla) au printemps 2012. À cette occasion, des relevés ont été effectués au GPS afin de situer les infrastructures d'irrigation des parcelles agricoles. De plus, 19 entretiens semi-directifs ont été menés dans cette communauté comptant 53 familles ; et 2 entretiens complémentaires ont été effectués respectivement avec le directeur du système opérateur responsable des services hydriques à Atlixco – SOAPAMA, et avec un ingénieur employé dans la station d’épuration d’Atlixco. L'autre étude concerne la Junta Auxiliar de la Magdalena Axocopan (Atlixco, Puebla) en 2009. Pour cette seconde communauté, les travaux de terrain ont inclus : le repérage d'infrastructures hydrauliques alimentant les systèmes d'irrigation agricoles, la réalisation de 15 entretiens semi-directifs, et l'observation participante des réunions relatives aux différentes unités collectives d'irrigations relatives aux sources d'Axocopan.

II/ Géopolitique mexicaine et historique de la gestion de l’eau

1/ La gestion de l’eau au Mexique : des haciendas aux associations d’irrigants

12Legs du Mexique colonial, les haciendas ont longtemps permis aux propriétaires fonciers d’exploiter des travailleurs agricoles. La terre appartenait alors à quelques familles particulièrement riches, et l’accès à l’eau n’était pas alors administré comme aujourd’hui : outre les configurations hydrologiques, les rapports de pouvoir en était à cette époque les seuls déterminants. Mais la révolution mexicaine a restructuré les haciendas en ejidos, à travers une réforme agraire de grande ampleur. Les habitants de la vallée qui travaillaient dans les champs des haciendas obtinrent dès lors la concession des terres agricoles et de l'eau d'irrigation qui leur était associée. Ce changement de structure socio-économique a eu plusieurs conséquences, puisqu’il a morcelé les terres cultivées et les unités de gestion associées. De fait, l'administration des terres irriguées a été attribuée à des assemblées d'ejidatarios (Ocampo 1994). L’une des principales missions confiées à ces assemblées consistait dans la gestion de l’eau. Bon nombre d’haciendas, avaient établis des réseaux hydriques d’irrigation : les ressources superficielles étaient ainsi acheminées jusqu’aux parcelles agricoles par des canaux creusés dans la terre. Or, pour fonctionner correctement, ces systèmes d’irrigation demandaient – et demandent encore – à être entretenus. Avec la réforme agraire, plusieurs structures entraient alors en jeux pour organiser collectivement l’entretien de ces infrastructures. Outre les exploitations agricoles en elles-mêmes, les assemblées d'ejidatarios assumaient la gestion des canaux approvisionnant les parcelles de l'ensemble des terres concédées (Escobedo 2000). Mais il se trouve que les terres agricoles d'un même ejido n’étaient pas systématiquement toutes adjacentes, et ne dépendaient donc pas toutes des mêmes infrastructures d'irrigations. Ainsi, les ejidos ont pu être dans la pratique sous-divisés en fractions, qui incluaient les parcelles situées sur une même unité spatiale, et dépendaient donc d'un même réseau de canaux. De manière analogue, les assemblées d'ejidatarios étaient sous-divisées en sous-groupes de producteurs, rattachés aux différentes fractions. Au contraire, il existait aussi des échelles supra-ejidales, appelées des Sociétés d’irrigation, puisque les approvisionnements mettaient directement en relation plusieurs ejidos. On constate donc que ces structurations sociales reposaient sur les lois physiques du cycle de l'eau : elles présentaient donc une réelle validité écologique en plus de la légitimité sociale que leur a conférée le fait d’avoir été la résultante de la révolution. En outre, l’unité de base constituée par les ejidos a constitué pendant plus d’un demi-siècle le principal organe de la gestion hydrique en milieu rural.

13Mais en 1992, dans un processus de rationnalisation de la gestion de l’eau à l’échelle nationale, la Ley de Aguas Nacionales a intégré sous une terminologie générique d’ « associations d’usagers agricoles » toutes les organisations présentées ci-dessus. Ce faisant, elle a destitué les ejidos de la position centrale qu’ils avaient acquise à travers la réforme agraire, pour en faire un organe de gestion parmi d’autres (Rodríguez 2000). Cette loi n’a pas seulement transformé la gestion de l’eau en milieu rural ; elle a aussi restructuré l’administration de la ressource. A travers elle, la Secretaria del Medio Ambiente y de los Recursos Naturales (SEMARNAT) a ainsi délégué la gestion de l’eau à la Comisión Nacional del Agua (CNA) et à ses délégations estatales. Cet acteur institutionnel est donc responsable de la répartition de la ressource entre les acteurs locaux que sont les associations agricoles d’une part, les systèmes opérateurs municipaux – tels que le SOAPAMA de la municipalité d’Atlixco– d’autre part, et les entrepreneurs industriels. Il doit aussi dans une certaine mesure arbitrer les litiges potentiels entre ces usagers, même si dans comme nous allons le voir, d’autres acteurs interviennent dans ces litiges : les divers tribunaux nationaux et fédéraux bien évidemment, mais aussi et de manière peut-être plus surprenante la Comisión de Derechos Humanos, ou la Secretaría de la Salud

14Cet historique succinct de la gestion de l’eau au Mexique traduit un changement dans la représentation administrative du monde rural. Or, ce changement est lourd de conséquences pour les producteurs agricoles dans le contexte de libéralisation que connaît le Mexique depuis la fin des années 1990.

2/ Géopolitique de l’eau à l’échelle nationale

15Depuis la fin des années 1980, les politiques du gouvernement central ont été bouleversées au Mexique par la libéralisation de l’économie. Cette conjoncture s’établit au détriment des petites exploitations agricoles mexicaines (Kauffer 2006). Considérées essentiellement du point de vue de la rentabilité, elles sont perçues comme secondaires par rapport aux entreprises urbaines et industrielles de grande ampleur. Ainsi, les aides destinées aux producteurs sont moins nombreuses aujourd’hui qu’elles ne l’étaient au XXème siècle – lorsque l’état encourageait la petite agriculture. De plus, en entrant dans l’ALENA, le pays a livré le secteur primaire traditionnel à une concurrence de grande ampleur. Enfin, la corruption administrative participe à la précarisation des petits exploitants agricoles, comme en témoigne cette déclaration de l’un d’entre eux : « luego los apoyos si existen, pero la burocracia se lo lleva todo. Por eso dicen que no hay apoyo, y ni siquiera lo van a pedir » (Wurtz 2012). Si cette corruption ne date pas, au Mexique, de l’arrivée des libéraux au pouvoir, il faut noter qu'elle est particulièrement défavorable à une agriculture traditionnelle qui présente des arguments économiques peu convaincants, en comparaison avec les autres secteurs d’activités. Les changements de politiques défavorisent donc les petites exploitations irriguées, et sont par conséquent à l’origine d’une vulnérabilité notable des producteurs en termes économiques.

16En ce qui concerne plus particulièrement les ressources en eau, notons que la Ley de Aguas Nacionales de 1992 a inversé la hiérarchie traditionnelle existant entre les approvisionnements industriels et agricoles, en reléguant l’agriculture au dernier plan. Or tous les documents régissant l’usage des eaux superficielles stipulent que les débits énoncés sont susceptibles de varier avec la fluctuation des réserves, d’un point de vue légal ; les agriculteurs sont donc particulièrement vulnérables face aux dégradations hydriques.

17Même en ce qui concerne les services d’eau potable, les communautés rurales n’entrent pas toujours dans le cadre des infrastructures associées à l’urbanisation, et dépendent donc parfois uniquement des réseaux d’alimentation établis par la population (Wurtz 2012). Pour partie, la négligence des institutions responsables explique cette situation, mais il arrive aussi que les communautés rurales refusent de céder la gestion hydrique aux Systèmes Opérateurs prévus à cet effet, en considérant que cela nuirait à leur indépendance et à leur autonomie. Que l'une ou l'autre alternative prévale aux échelles locales, cela témoigne des déséquilibres inhérents à la gouvernance de l'eau au Mexique, de la marginalisation des communautés rurales et des tensions qui en découlent entre monde rural et monde urbain.

18Dans ce contexte, les opportunités de négociations qui sont à la disposition des exploitants agricoles sont donc réduites en comparaison avec celles qui existent pour les acteurs des autres secteurs d'activités. Ainsi, l'image non compétitive que la société libérale se fait du monde rural détermine sa vulnérabilité. Abandonnant l'échelle nationale, nous allons nous concentrer à présent sur les processus régionaux en lien avec les vulnérabilités liées à l'eau dans les communautés périurbaines.

3/ Négociations spatiales des vulnérabilités hydriques à l’échelle de la municipalité d’Atlixco

19Atlixco est située dans une vallée historiquement riche en eau, où l’agriculture irriguée s’est développée dès l’époque pré hispanique : aujourd’hui encore, les sociétés rurales se structurent donc autour de cette activité (Paredes 1991). Les agriculteurs s’approvisionnent avec les écoulements superficiels et les réserves souterraines. Ces deux types de ressources proviennent essentiellement de la fonte des neiges du volcan Popocatepetl, qui domine le nord-ouest de la vallée. Mais l’expansion actuelle du centre urbain d'Atlixco, et le développement de la capitale fédérale et du District Fédéral, qui s’étendent sur les vallées voisines, ont provoqué des dégradations de la ressource : la recharge des aquifères de la municipalité est aujourd'hui moitié moins rapide que les prélèvements qui y sont effectués ; des sources situées en périphérie d’Atlixco se sont taries ; et des zones humides ont été urbanisées. Ces deux pôles urbains occupent en effet des territoires de plus en plus vastes (Campos 2013), et attirent les industries textiles et automobiles, ainsi que les complexes commerciaux de nouvelles technologies. Les conséquences sont doubles. D’une part, pour répondre aux demandes des nouvelles masses de population, le nombre de puits construits par les Systèmes Opérateurs ne cesse d’augmenter, provoquant ainsi une pression croissante sur la ressource. D’autre part, ces activités induisent des usages hydriques polluants. Dans les deux cas, ces implications en termes de ressources en eaux se révèlent particulièrement néfastes pour les systèmes d'irrigation traditionnels qui sont les colonnes névralgiques de l'économie des communautés rurales, nous aurons l'occasion de revenir sur ce point.

20En ce qui concerne en particulier les dégradations qualitatives de la ressource, l’utilisation agricole d’eaux usées, chargées de composés chimiques et de composés organiques – contenus dans les urines et les matières fécales – présente des risques environnementaux et sanitaires (Cirelli 2012). Si bien que la Secretaría de la Salud a interdit l'utilisation de cette ressource pour l'irrigation des plantes maraîchères, et qu'un Programa Agua Limpia a été mis en place au niveau national pour traiter les eaux usées. Or cette pratique s'est répandue dès la fin de la révolution mexicaine, et une grande partie de l'économie des communautés rurales agricoles reposait donc sur l'exploitation de cette ressource. La nouvelle conjoncture remet donc en question les conditions d'existence de ces communautés. En effet, si une station d’épuration a été construite à Atlixco pour diminuer ces menaces publiques, cela n’a pas solutionné les problèmes d’approvisionnements agricoles. La ressource traitée, étant rejetée dans la partie la plus basse de la vallée, elle ne bénéficie que de façon mineure aux exploitants agricoles de la municipalité. De plus, d'une part, certains collecteurs de l’usine d’épuration sont endommagés et versent la ressource contaminée dans les canaux, et, d'autre part, les rejets d'eaux usées artisanaux – composés d'eaux usées et de déchets solides ne sont pas tous pris en charge par ce réseau d’assainissement : ils continuent donc de se déverser dans les canaux d'irrigation. En somme, consécutivement à la croissance démographique de la ville, au mépris de la population pour son milieu, et aux failles de la gestion publique de l'eau, les eaux d'irrigation utilisées par les agriculteurs de plusieurs communautés rurales situées en aval de la ville d'Atlixco sont aujourd'hui polluées de façon déraisonnable. En raisonnant en termes de vulnérabilité, on peut donc dire que, pour réduire la précarité urbaine, le SOAPAMA précarise les populations non-urbaines. En d'autres termes, en répondant à la demande en eau potable il rejette la vulnérabilité hors des villes. De plus, par sa politique de traitement des eaux résiduelles, il transforme la vulnérabilité : la vulnérabilité environnementale associée aux pollutions de l'eau est remplacée par une autre forme de vulnérabilité liée au manque d’eau. Celui-ci touche tout d'abord les producteurs agricoles et les populations rurales, mais elle menace aussi les populations urbaines – la baisse des aquifères va devenir problématique – à long terme. Ainsi, considérer la vulnérabilité à l'échelle régionale revient actuellement à nier son dépassement : sa négociation actuelle au Mexique ne fait que déplacer ou transformer les formes de vulnérabilités.

21Nous venons de voir que les populations rurales de la municipalité d'Atlixco sont confrontées à une diminution de l’eau traditionnellement disponible pour elles, par suite du changement d’usage des sols, encouragé par la libéralisation du pays. En réponse à cela, à Axocopan comme à Tejaluca, des actions de récupération matérielle des approvisionnements en eau ont été menées (Ramírez 2006 ; Wurtz 2012). Cela atteste du sentiment commun qu’ont eu les agriculteurs d’être dans une impasse économique et juridique. Pourtant dans un contexte similaire d’urbanisation et de dégradation de la ressource, les capabilités de ces deux communautés ont déterminé des vulnérabilités sociales notablement différentes, c'est ce que nous allons analyser à présent.

III/ Capabilités de lutte contre la vulnérabilité à Axocopan

22La communauté de la Magdalena Axocopan, se situe à 5 km de la ville d'Atlixco (Figure 1). A l'arrivée des Espagnols, l'actuel Axocopan fut nommé en 1598 Santa María Atlimololla. Cette appellation faisait, a priori, référence à un peuplement pré hispanique localisé non loin des sources d'eau, c'est-à-dire là où se situe de nos jours le balneario. Au cours de la période coloniale, et jusqu'à la fin du XIXème siècle, certaines parties du territoire qu'occupe actuellement la communauté étaient régies par le système des haciendas. Suite à la révolution mexicaine, un décret présidentiel (1925-1929) a concédé 1 288ha à la population de l'ejido d'Axocopan, et 576 ha au Fundo Legal. Les premières ont une vocation purement agricole alors que les secondes comprennent les terrains urbanisés de la communauté. Consécutivement à d'autres ajustements, en 2008, le Registro Agrario Nacional reconnaissait un total de 1 879 ha à l'ensemble des 167 membres de l'ejido.

23Comme partout dans la municipalité d’Atlixco, depuis les années 1980 les producteurs d'Axocopan ont développé des productions de plantes maraîchères (piment, courgette, radis, etc.), de fleurs (tulipes, roses, chrysanthèmes, amarantes caudées...) de céréales, et de fourrages (luzerne). Cette variété notable dans les productions est directement liée aux sources d'Axocopan qui assurent l'alimentation en eau des systèmes d'irrigation des parcelles agricoles.

1/ Conflits liés à l’eau entre la communauté rurale d’Axocopan et la ville d’Atlixco

24Depuis la moitié des années 1990, la multiplication des prélèvements effectués sur les sources d’Axocopan a suscité une mobilisation sociale pour défendre la ressource hydrique (Campos 2009). Traditionnellement elle était entièrement consacrée à l’approvisionnement de la communauté rurale d’Axocopan ; cela incluait en plus des puits domestiques, des approvisionnements agricoles et industriels. Mais en conséquence de la croissance du centre urbain d’Atlixco et de son développement industriel, deux autres acteurs utilisent aujourd’hui cette eau : le SOAPAMA et l’usine textile el Volcán (Figure 1).

Figure 1 - Usagers et canaux des sources d'Axocopan

Figure 1 - Usagers et canaux des sources d'Axocopan

Source : Campos, 2009

25Ainsi l’eau disponible pour l’irrigation a diminué, engendrant ainsi une vulnérabilité économique pour la communauté d’Axocopan. Dans ce contexte, plusieurs points ont attiré l’attention des producteurs :

  • suite à la diminution de 34,5 % des débits disponibles, une nouvelle distribution a été établie. Mais à cette occasion, seuls les usagers agricoles se sont vus lésés par cette nouvelle distribution, les usagers urbains et industriels conservèrent l'intégralité de leurs approvisionnements ;

  • dans les nouveaux règlements de distribution de l'eau, différents villages ont été regroupés par l'administration au sein d'une seule association d'usagers, alors qu’ils étaient auparavant considérés comme des usagers distincts ;

  • le SOAPAMA a prélevé 77 lps de plus que ce qui était stipulé dans les règlements de distributions ;

  • et une concession d'eau a été attribuée à l'entreprise El Volcán alors même qu'il avait été prouvé qu'elle n'utilisait plus la ressource.

26Un sentiment d’injustice s’est alors développé à Axocopan en réponse à ce qui était considéré comme des abus. En outre, l’ensemble de cette gestion hydrique mettant en danger la reproduction matérielle et sociale de la communauté d’agriculteurs, elle a élaboré des stratégies de récupération de la ressource qui lui était traditionnellement destinée.

2/ Capabilités de réponses à la vulnérabilité hydrique de la Magdalena Axocopan

27La mobilisation locale a été menée de front par le président des associations ejidales et les représentants de l'unité d'irrigation du Fundo Legal. Cette précision est de grande importance d’une part car il s’agit des autorités traditionnelles de la communauté, et d’autre part car les usagers non agricoles et agricoles se sont unis dans ce mouvement. Cela dénote une cohésion sociale forte, et constitue donc une potentialité tout à fait notable en termes de ressources humaines et de réseaux locaux. Les premières opportunités de mobilisation que saisît la communauté consistèrent dans des plaintes aux pouvoirs publics municipaux et des demandes de considération des intérêts locaux dans les règlementations en cours de transformations. Mais face à la négation de ces démarches, la mobilisation locale activa d’autres champs de capabilités en incluant d’une part une communication médiatique notable et d’autre part la recherche d'alliances sociales. En réponse à ces sollicitations, la Unión Campesina Democrática, la Confederación Nacional Campesina et le Partido de la Revolución Democrática, ainsi que deux regidores de la municipalité d’Atlixco elle-même soutinrent officiellement la communauté. Forte de la multiplication de ses potentialités d’actions, la mobilisation fût porteuse des revendications suivantes :

  • des travaux publics nécessaires pour rendre l’eau à la population d’Axocopan ;

  • l'intervention d'autorités fédérales impartiales dans le règlement du conflit ;

  • un règlement de distribution de l'eau intégrant les demandes datant de la réforme agricole ;

  • une gestion de l'eau permettant la participation des usagers dans les décisions concernant les droits d'accès à l'eau.

28On constate que ces revendications dépassent la résolution ponctuelle des conflits en cours : elles remettent en cause la gestion de l’eau en elle-même. Dès lors d’autres acteurs institutionnels participèrent aux débats : notamment la CNA, le Tribunal Superior Agrario et la Suprema Corte de Justicia de la Nación. Malgré cette démultiplication des potentialités locales de négociation, en 10 ans de démarches aucune n’aboutît. En 2004, les organismes mobilisés, toujours soucieux d’augmenter leurs potentialités d’action fondèrent donc le Frente Por la Defensa por el Agua. Mais cette même année, las de se battre contre un manque évident d’opportunités juridico-administratives, les habitants récupèrent physiquement les approvisionnements du SOAPAMA et de l'entreprise El Volcán.

29Ce passage à l’acte marqua un tournant indirect dans la mobilisation. Suite à des accords formels transcrit au sein de l’A.L.M. Minuta du 30 avril 2004, les acteurs du mouvement rendirent en effet l'eau à la ville (Campos 2009). Mais le SOAPAMA porta l'affaire devant les tribunaux, violant ainsi lesdits accords qui stipulaient qu'aucune action juridique ne serait menée contre les leaders si l'eau était rendue aux utilisateurs urbains. Plusieurs appréhensions s’ensuivirent. Pour résoudre ce problème, une nouvelle opportunité s’offrit aux habitants d’Axocopan, puisque l’État de Puebla proposait de libérer les prisonniers en échange de l'acceptation d'un nouveau règlement de distribution de l'eau en provenance des sources d'Axocopan, comme le précise le journal local La Jornada de Oriente daté du 13 mai 2004. La communauté d’Axocopan dénonça ainsi au gouvernement ce chantage déontologique. De nouveau, le mouvement reçu l'aide de la UCEZ-V, de la UGOCEM et du PRD, et les leaders furent libérés. Néanmoins, le secrétaire du gouvernement de l’État de Puebla saisît cette occasion pour déclarer en juin 2005 que le conflit était fini, niant ainsi le fait qu’aucun compromis n’avait été trouvé concernant le problème hydrique originel.

30Cet échec des négociations met en avant, d’une part, la multiplicité des potentialités de la communauté d’Axocopan, et, d’autre part, la vanité des opportunités d’action juridique qui leur sont accordées. L’histoire de la communauté d’agriculteurs de Tejaluca diffère en plusieurs aspects de celle que nous venons de voir ; par conséquent son analyse complète de manière intéressante cette première étude de cas.

IV/ Seconde étude de cas : San Juan Tejaluca

31La communauté de San Juan Tejaluca existe depuis le XVIème siècle : c'était alors une hacienda (Genaro 2011). Puis, le 19 juin 1951, 122 ha furent concédés à l’ejido de San Juan Tejaluca. Aujourd’hui elle appartient à la périphérie urbaine d’Atlixco, mais présente toujours des activités agricoles en quantités notables. Les patrons de cultures y ressemblent à ceux d’Axocopan et des autres communautés rurales de la municipalité ; pourtant les cultures d’autoconsommation y regagnent peu à peu du terrain en conséquence de la dégradation des ressources hydriques.

1/ Historique de la gestion de l’eau à San Juan Tejaluca

32Le territoire agricole de cette communauté rurale est historiquement divisé en trois fractions : San Cristóbal, Huitzapula, San José. À l’origine, c’est-à-dire du temps de l’hacienda, deux cours d’eau seulement suffisaient à alimenter l’ensemble des parcelles agricoles. Mais consécutivement à l’urbanisation d’Atlixco et au changement de cultures, la ressource disponible pour cette communauté a diminué. Dans cette situation, les producteurs de San Cristóbal saisirent une opportunité qui s’offrait alors à eux pour poursuivre leurs productions. En effet, après plusieurs négociations avec leurs voisins, ils obtinrent en 1962 la concession d'une autre ressource (Figure 2), en provenance des Manantiales los Ahuehuetes. Néanmoins, depuis que le Diario Oficial del Municipio de Atlixco a officialisé la distribution de cette ressource, des constructions effectuées à proximité de ces sources – et parfois même dessus – ont peu à peu réduit l’eau disponible pour les pratiques agricoles. En suscitant pour les irriguant une vulnérabilité associée à la ressource hydrique, ces transformations territoriales ont perturbé la reproduction socio-économique de la communauté.

Figure 2 - Usagers et canaux des sources Ahuehuetes

Figure 2 - Usagers et canaux des sources Ahuehuetes

Source : Wurtz, 2012

33Les producteurs ont donc opté pour une mobilisation juridique contre l’invasion urbaine des sources, en s’appuyant sur la Ley Federal de Aguas (1972), et la Ley de Aguas Nacionales qui l’a remplacée en 1992, qui stipulent que les ressources hydriques doivent être préservées. La Sociedad de Riego de la Barranca El Carmen y de los manantiales los Ahuehuetes notamment, a joué un rôle clé dans cette affaire. Pendant 5 ans, cet acteur a porté le dossier devant les tribunaux. Il a notamment sollicité la CNDH et la Procaduría Federal de Puebla, et a même mené les autorités locales devant la Procaduría General de la República. Néanmoins, ces démarches juridiques ont été vaines (Wurtz 2012). Plus qu’un manque de potentialité de la part des associations de producteurs irriguant, cet échec illustre le manque d’opportunités juridiques laissées aux citoyens mexicains. En effet, le jugement final appuie sa décision sur le seul motif d’un dépassement des délais. Et en outre, l'ancienne zone fédérale ayant été en grande partie envahie par des bâtiments, le non-lieu déclaré par ce document atteste de l'inefficacité de la politique publique de protection quantitative des ressources hydriques à Atlixco. Nous allons voir à présent que cette carence dans la protection hydrique s’étend aussi à l’aspect qualitatif de l’eau.

2/ « Capabilités » des producteurs de San Cristóbal de Tejaluca face aux dégradations qualitatives de l’eau

34En réponse à la diminution quantitative de la ressource, les producteurs de San Cristóbal ont saisi une nouvelle opportunité de négociation avec le SOAPAMA. Un arrangement local fut alors trouvé pour répondre aux agriculteurs, en reversant dans les canaux d’irrigation les eaux résiduelles d’une entreprise textile coréenne, la Mex Mode. Cependant, contrairement à la législation en vigueur cette ressource comportait des eaux usées et des colorants textiles, et était de plus tiède et salée. Elle impliquait donc un risque sanitaire puisqu’elle servait à irriguer des cultures maraîchères, et réduisait en outre la rentabilité des productions agricoles.

35En somme la stratégie de lutte contre la diminution de la ressource a seulement servi à transformer la vulnérabilité des producteurs, les précarisant non seulement des points de vue sanitaires et économiques mais aussi juridiques comme nous allons le voir (Wurtz 2012). Une nouvelle phase de la mobilisation s’est alors ouverte. En ce qui concerne le traitement des eaux usées rejetées par l’industrie, les producteurs ont notamment fait appel à la Sociedad de Riego de la Barranca El Carmen y de los manantiales los Ahuehuetes. Celle-ci a alors fait constaté le 2 décembre 2005 par le journal La Jornada del Oriente que l’entreprise violait la législation en vigueur. De plus, elle a sollicité l’intervention du SOAPAMA. En recourant à cette association, les producteurs de San Cristóbal ont étendu leur champ de potentialités, et sont finalement parvenus à écarter les vulnérabilités associées à la contamination domestique de la ressource. Mais il n’en est pas de même en ce qui concerne les pollutions d’ordre industrielles.

36Ni la Sociedad de Riego de la Barranca El Carmen y de los manantiales los Ahuehuetes, ni le SOAPAMA n’ont pris position relativement aux eaux industrielles rejetées par la Mex Mode. En outre, l'unité sociopolitique de la communauté de producteurs de San Juan Tejaluca avait notamment été remise en cause par la déprise agricole et par la séparation des systèmes d'irrigation de l’ancien ejido (Wurtz 2012). En conséquence, l’association de producteurs de San Juan Tejaluca n’intervient que rarement dans les problématiques n’impliquant pas les trois fractions, et les producteurs de San Cristóbal ont ainsi perdu une partie de leur potentialité d’action. Enfin, malgré l’évidence de la salinisation des sols, de la coloration de l’eau et de sa température, aucune étude officielle n’a démontré la contamination de cette eau. L’absence de donnée a donc fait passer le traitement de ces eaux industrielles au second plan des préoccupations du SOAPAMA. Notons que les producteurs auraient pu solliciter officiellement une analyse, mais une inquiétude les retenait. Cela s’explique par un autre litige lié à leur eau d’irrigation. Le SOAPAMA avait par le passé réduit la ressource disponible pour les producteurs de San Cristóbal, en acheminant les eaux usées de la ville jusqu’à une station d’épuration située à l’aval de la communauté. L’assemblée ejidal avait cette fois-ci accepté de prendre part aux négociations avec le SOAPAMA : elle proposait de lui céder un terrain, afin qu’il y construisît une usine d'épuration municipale en amont de leurs champs. Mais malgré l'accord passé le 20 juillet 2001 entre le président municipal, le directeur du SOAPAMA et l'ejido de Tejaluca notamment, le SOAPAMA n’avait pas donné de suite à ce projet. Par conséquent, les producteurs avaient rompu les collecteurs d’eaux usées pour récupérer cette ressource. Néanmoins, en utilisant cette ressource contaminée pour irriguer des plantes maraîchères, ils ont fait le sacrifice de certaines de leurs potentialités. En particulier, leur marge d’action juridique s’est réduite ; et ils ont aussi créé des tensions au sein de la Société d’irrigation et l’association de producteur de San Juan Tejaluca, sur lesquelles ils avaient pu compter pour défendre leurs intérêts dans d’autres circonstances.

37Pour conclure insistons sur le fait que la mémoire collective de San Juan Tejaluca avait été marquée par l’assèchement quasi total de l’un des plus anciens approvisionnements de la communauté – celui qui alimentait les parcelles de San José. Pour les agriculteurs de cette fraction qui utilisaient exclusivement cette source d’irrigation, cela a signifié la fin des activités agricoles. Dès lors, les bouleversements hydriques suscités par l’urbanisation apparurent comme une fatalité, et pour beaucoup d’agriculteurs, l’activisme politique fut relégué au rang d’utopie.

V/ Analyse comparée des deux études de cas

38Signalons tout d’abord que ces deux études de cas réaffirment à l’échelle locale la primauté de l’urbanisation sur les intérêts du monde rural au Mexique. En outre, il apparaît à travers chacune d’elle que les communautés rurales sont dotées de potentialités juridique et sociale de lutte contre la vulnérabilité hydrique que leur inflige l’essor urbano-industriel. Néanmoins, nous avons vu á Axocopan comme á Tejaluca que les opportunités d’expressions de ces potentialités sont limitées : elles sont existantes dans le cadre légal, mais dans les faits elles restent souvent vaines. Au vu de ces études de cas, il apparaît de plus que l’échelle de la communauté offre, de fait, des perspectives intéressantes pour analyser la vulnérabilité sociale, puisque les processus de capabilisation des deux communautés diffèrent en plusieurs point. Comme l’indique la carte 1, la communauté d’Axocopan est notablement plus grande que celle de Tejaluca ; il faut donc aborder la comparaison avec précaution. Pourtant notons á ce stade qu’une autre fraction de Tejaluca est parvenue á dépasser un problème de dégradation hydrique (Wurtz 2012). Cela atteste donc du fait que la taille de la mobilisation n’est pas centrale dans la lutte contre la vulnérabilité. L'interprétation des divergences existant entre les histoires des deux communautés rurales étudiées et de leurs stratégies relatives aux activités agricoles semble á ce titre conserver une validité réelle.

39D'après le tableau 1, les potentialités et les opportunités d'actions ex-ante l'activation problématique de dégradation hydrique étaient relativement similaires. Pourtant, les résultantes ex-post (marquées en gras dans le tableau) ont largement différées. Or, il est intéressant de noter que les représentations sociales, elles, se sont révélées nettement opposées ; et ce alors même que dans les deux communautés, le conflit pour l'accès à l'eau – entre les communautés rurales d'un côté et la ville et les industries de l'autre – apparaît comme une constante. À partir de ces constats, la comparaison des histoires sociales, de l'une et l'autre des communautés, est donc d'autant plus intéressante.

Tableau 1 - Synthèse des études de cas

Axocopan

Tejaluca

Représentations

Sociales

« La injusticia a la que somos sometidos por la autoridad federal »
=> Union identitaire de la ruralité

« Pues allá, aunque sean aguas negras... pero, pues tienen riego. Acá nosotros aunque queramos tener esa posibilidad ya no la tenemos. »
=> Isolement des exploitants agricoles

Potentialités

Frente por la Defensa por el Agua (Assemblées ejidales, Autorités du village)
=> Mobilisation des acteurs sociaux :
UCD, PRD, CNC

Sociétés d'irrigation
Autorités ejidales
Fraction de San Cristóbal
=> Alliance ponctuelle avec le SOAPAMA

Opportunités

Défense juridique de l'accès à l'eau :
CNDH, Procaduría Agraria, CNA, le Tribunal Superior Agrario et la Suprema Corte de Justicia de la Nación
Communication médiatique
Actions matérielles ponctuelles
=> Revendications économiques et citoyennes

Défense juridique de l'accès à l'eau :
CNDH, Procaduría General de la Republica, Procaduría Federal de Puebla
Communication médiatique
Action matérielle pérenne
=> Négociations relatives à des approvisionnements non traditionnels

Source : Auteures, travaux de terrains 2009 et 2012

40Dans le cas de la Magdalena Axocopan, la réitération des problèmes de dégradations hydriques a contribué à unir habitants et producteurs, et a structuré la mobilisation autour des autorités déjà établies. L'eau demeurait une ressource fondamentale dans la reproduction à la fois économique et sociale de la communauté. Elle constituait l’un des éléments essentiels permettant de concevoir et de créer un territoire commun. La défense de l'eau était donc intimement liée à la défense d'un projet de vie qui reposait sur l'exercice d'activités du secteur primaire et sur la perpétuation du métier d'agriculteur. Cela explique la réponse collective organisée à l’échelle communautaire pour écarter les menaces urbaines et industrielles pesant sur leur territoire. À San Juan Tejaluca en revanche, la répétition des luttes menées pour la préservation des ressources hydriques n'a pas eu cette portée, bien au contraire, il semble qu'elle ait participé à la division des producteurs. Il faut savoir à ce sujet que la spéculation foncière combinée à la réforme de l'article 27 de la constitution mexicaine qui interdisait le changement d'usage des sols concédés aux ejidos, ont suscité plusieurs reconversions professionnelles à Tejaluca. Ainsi, l'économie de la communauté paraissait en instance de changement : la dynamique périurbaine y prenait le pas sur la dynamique rurale. Le même type de harcèlement urbano-industriel sur la ressource hydrique qui a démultiplié les potentialités des agriculteurs d'Axocopan a donc délité les capabilités des producteurs de Tejaluca. Et il est notable que l’évolution progressive des mentalités permette de l’expliquer au moins en partie : puisqu’elles ont ôté une partie de leur autorité aux assemblées ejidales et qu’elles ont par consèquent diminué leur champ d'action.

41En somme, à Axocopan l'un des principaux fondements de l'identité communautaire est resté celui de l'auto-déterminatinon des habitants comme des agriculteurs irriguant (Campos Cabral 2009), alors qu'à Tejaluca les habitants se sont scindés en deux groupes : ceux qui continuaient de s'auto-définir de la sorte, et ceux qui rattachaient l'agriculture à un passé commun, mais déjà quasiment obsolète (Wurtz 2012). Ainsi, la vision de ses territoires dans leur ensemble changeait radicalement d'une communauté à l'autre. Dans un contexte présentant du moins les mêmes systèmes administratifs et juridiques, cette analyse comparée laisse entendre que les représentations collectives et les « capabilités » des communautés rurales interagissent de manière significative pour définir les stratégies de lutte contre les vulnérabilités liées à l'eau. En outre, elle permet de reconsidérer les questions de représentations sociales à l'échelle des communautés rurales : au même titre que les représentations socioculturelles de la ressource elle-même, l’image que les sociétés rurales ont d'elles-mêmes détermine leur vulnérabilité.

VI/ Conclusions : discussions sur les systèmes d'acteurs et les représentations sociales déterminant les vulnérabilités associées à la ressource en eau

42Les analyses menées dans cet article permettent de réaffirmer que les problématiques de vulnérabilités liées à l'eau s'inscrivent dans les questions de gouvernance territoriale. Elles dépendent donc des représentations sociales et des stratégies d'acteurs, et à ce titre, les interrelations entre échelles de gestion jouent un rôle essentiel dans leur détermination. Il apparaît aussi que l’image que les pouvoirs en place se font du monde rural, mais aussi celle que les sociétés rurales se font d'elles-mêmes, déterminent leur vulnérabilité. Elles définissent des champs d'action potentiellement exploitables par les acteurs concernés. De plus l’échelle de la communauté s’avère intéressante pour analyser la vulnérabilité sociale : à ce niveau de gestion des ressources en eau, les représentations collectives interagissent fortement avec les « capabilités » des communautés rurales pour définir différentes stratégies de lutte contre la vulnérabilité. Enfin, il est pertinent de considérer la vulnérabilité à travers différentes échelles. À l'heure actuelle, il est d'ailleurs notable qu'à l'échelle régionale les vulnérabilités ne semblent pas être surmontées : elles sont seulement déplacées ou transformées, et c'est dans la négociation qu'elles se définissent. Or plusieurs facteurs déterminent ces négociations ; nous insisterons donc pour conclure sur trois éléments d'analyse.

43La perception des dégradations hydriques par les communautés et les agriculteurs irriguant est conditionnée par le fait que ces acteurs se présentent comme les propriétaires de l'eau. L'eau alimentant depuis des temps immémoriaux des territoires appartenant aux exploitants, ceux-ci tiennent donc pour acquis ces droits de fait. De plus, les actions répétées de défense de leur accès à l'eau participent à légitimer ce sentiment de propriété.

44L'unité sociale des communautés est une donnée essentielle dans les négociations liées à l'eau. C'est l'une des principales différences entre les deux études de cas présentées dans cet article. Ainsi, les habitants de la Magdalena Axocopan ont instauré cette ressource naturelle comme un su pport de leur auto-identification communautaire. Au contraire, à Tejaluca, la répétition des situations de vulnérabilité liée à l'eau a exacerbé les réponses individuelles.

45Enfin, il est notable que la CNA et les pouvoirs publics municipaux aient été partiales dans les deux études de cas présentées. Ce faisant ils ont marginalisé de manière notable des sociétés rurales, et mis en évidence des vulnérabilités socio-politiques et un vide juridique. C'est le droit mexicain, et les modes de gouvernances établis par l’État qui ont été remis en question par deux fois á Atlixco. Les conflits d’usage ont donc fini par ébranler la légitimité institutionnelle lorsque la population a estimé que la vulnérabilité à laquelle elle est exposée, par d'autres, devient irrationnelle.

Haut de page

Bibliographie

BECK, Ulrich. La société du risque. Sur la voie d'une autre modernité. Paris : Éditions Aubier, 2001.

BLAIKIE, Piers et al. At Risk: Natural hazards, People's vulnerability, and disasters. London: Routledge, 1994.

CAMPOS CABRAL, Valentina. La acción colectiva por la defensa de la Magdalena Axocopan. Puebla: Colegio de Postgraduados, Campus Puebla, 2009.

CAMPOS CABRAL, Valentina, RAMÍREZ JUÁREZ, Javier et Patricia ÁVILA GARCÍA. « El año imagino ». In ANGÉLIAUME-DESCAMPS, Alexandra, CORRALES, Elcy, RAMIREZ, Javier et Jean-Christian TULET. La petite agriculture familiale de montagne tropicale début XXIème siècle, Colombie, Mexique, Venezuela. Toulouse : L’Harmattan, 2013.

CIRELLI, Claudia. « La vulnérabilité sociale d’une ressource abondante : épandage des eaux usées et protection de l’environnement au Mexique ». Géocarrefour. 2006, vol. 81, n°1, 73-82. Disponible à l'adresse <http://geocarrefour.revues.org/1796>.

ESCOBEDO Francisco, MARTÍNEZ SALDANA, Tomás y Jacinta PALERM VIQUEIRA. « Modelo de investigación : organización social de sistemas de riego en México ». In MARTINEZ SALDAÑA Tomás, y Jacinta PALERM VIQUEIRA. Antología sobre el pequeño riego, Vol II ; Organizaciones Autogestivas. México: Colegio de Postgraduados, 2000.

FLIPO, Fabrice. « Pour une écologisation du concept de capabilité d’Amartya Sen ». Natures Sciences Sociétés. 2005, vol. 13, n°1, 68-75.

GENARO LUNA FERNÁNDEZ, Victor. Análisis multitemporal de la dinámica en el cambio de uso del suelo rural-urbano en la región de Atlixco, Puebla. Tesis de Doctorado: Ciencias. Puebla: Colegio de Postgraduados, Campus Puebla, 2011.

KAUFFER, Edith. « Le Mexique et l’eau : de la disponibilité naturelle aux différents types de rareté ». Géocarrefour. 2006, vol. 81, n°1, 61-71. Disponible à l'adresse <http://geocarrefour.revues.org/1784>.

LALLAU, Benoît. « Les agriculteurs africains entre vulnérabilité et résilience. Pour une approche par les capabilités de la gestion des risques ». Revue Française de Socio-Économie. 2008, n°1, 177-198. Disponible à l'adresse <http://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2008-1-page-177.htm>.

LEROY, David. « L'eau en représentation dans les Andes vénézuéliennes ». Master 2 : Géographie. Toulouse : Université de Toulouse le Mirail, 2011.

LHEUREUX, Florent, LO MONACO, Gregory et Christian GUIMELLI. « Entre représentations sociales et intentions de pratiques : l’implication ». Interamerican Journal of Psychology. 2011, vol. 45, n°1, 59-74.

MOSCOVICI, Serge. La psychanalyse, son image et son public. Paris : PUF, 1961.

OCAMPO FLETES, Ignacio. « Importancia social y económica de la producción horticola, en un sistema de pequeña irrigacion con aguas contaminadas, el caso del Canal Santa Lucía, Atlixco, Puebla ». Maestria: Ciencias. Puebla: Colegio de Postgraduados Campus Puebla, 1994.

PAREDES MARTINEZ, Carlos. La región de Atlixco, Huauechula y Tochimilco. La sociedad y la agricultura en el siglo XVI. México: Fondo de Cultura Economica, 1991.

RAMÍREZ JUÁREZ, Javier, CAMPOS CABRAL, Valentina y P. V. CAMPOS CABRAL. « Territorialidad y conflicto por el agua en Axocopan, Atlixco, Puebla ». In SOARES MORAES Denise, VÁZQUEZ GARCÍA, Verónica, SERRANO SÁNCHEZ, Ángel y Aurelia DE LA ROSA REGALADO. Gestión y cultura del agua. Mexico: IMTA y Colegio de Postgraduados, 2006.

RODRÍGUEZ MEZA, J. Guadalupe. « El comité de Vigilancia de los ríos Atoyac y Nexapa : formación de una organización ». In PALERM VIQUEIRA, Jacinta y Tomás Martínez Saldaña. Antología sobre pequeño riego, Vol. II, Organizaciones Autogestivas. Mexico: Colegio de Postgraduados, 2000.

SEMARNAT. Ley de Aguas Nacionales. Mexico City, 1992.

SOAPAMA, El agua en Atlixco, 2013. Disponible à l'adresse <http://www.soapama.gob.mx/aguaenatlixco.html>.

SEBASTIEN, Léa. « Humains et non-humains en pourparlers : l'Acteur en 4 Dimensions ». Thèse : Sciences et génie de l'environnement. Saint-Etienne : École nationale supérieure des Mines et Université Jean Monnet, 2006.

WURTZ, Marie Zoé. « La gestion des ressources hydriques dans les hauts plateaux du Mexique (Atlixco, Puebla): Stratégies des petits producteurs agricoles face au développement périurbain ». Mémoire de Master 2 : Etudes sur les Amériques. Toulouse: Université Toulouse 2-Le Mirail, Institut Pluridisciplinaire d’Etudes sur l’Amérique Latine de Toulouse, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Présentation de la municipalité d'Atlixco et des terrains étudiés
Légende Source : Auteurs, d’après INEGI (2000)
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/1843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 1 - Usagers et canaux des sources d'Axocopan
Légende Source : Campos, 2009
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/1843/img-2.png
Fichier image/png, 87k
Titre Figure 2 - Usagers et canaux des sources Ahuehuetes
Légende Source : Wurtz, 2012
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/1843/img-3.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Zoé Wurtz et Valentina Campos Cabral, « « Capabilités » et représentations sociales dans les conflits liés à la ressource en eau en périphérie urbaine au Mexique (Atlixco, Puebla, Mexique) », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 218 | 2015, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://orda.revues.org/1843 ; DOI : 10.4000/orda.1843

Haut de page

Auteurs

Marie Zoé Wurtz

CIMAV Centro de Investigación en Materiales Avanzados, Chihuahua, Mexique et GEODE UMR 5602 UT2J, Toulouse, France, zoe.wurtz@gmail.com

Valentina Campos Cabral

Universidad Autonoma de México, Puebla, Mexique, valiacc@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org