Navigation – Plan du site
De la vulnérabilité au manque d'eau...
A. Compréhension historique de la vulnérabilité

Accès à l’eau potable, problèmes de gouvernance et vulnérabilités : le cas de la municipalité de Las Heras (agglomération de Mendoza, Argentine)

Access to Drinking Water, Local Governing Problems, and Vulnerabilities: the Case of the Las Heras Municipality (Mendoza Urban Area, Argentina)
Acceso al agua potable, problemas de gobernanza y vulnerabilidades: el caso de la municipalidad de Las Heras (aglomeración de Mendoza, Argentina)
Acesso à Água Potável, Problemas de Governança e Vulnerabilidades: o caso do município de Las Heras (aglomeração de Mendoza, Argentina)
Emilie Lavie, Jean-Eudes Hévin et Yann Le Drezen

Résumés

L’agglomération de Mendoza (1 million d’habitants), au cœur de la plus grande oasis du monde, est située sur la diagonale aride sud-américaine. Dans cet espace aride, l’eau est une denrée rare ; il n’y a qu’une ressource en eau superficielle, le río Mendoza, qui constitue les 2/3 de l’alimentation en eau de la ville-oasis. Or, dans les Andes, principal pourvoyeur d’eau de l’oasis, les changements climatiques sont déjà visibles et la disponibilité en eau superficielle, très variable d’une année sur l’autre, commence à baisser. S’en suit une certaine concurrence pour l’accès à l’eau entre secteurs : pour l’eau potable, les quartiers localisés en aval du réseau restent fragiles. Ces secteurs souffrent de baisses de pression ou ont recours à des camions-citernes et/ou à des forages. Les quartiers pauvres sont les plus touchés par les problèmes d’accès à l’eau, comme dans la municipalité de Las Heras. Cherchant au départ à vérifier l’hypothèse d’une discrimination socio-économique dans la distribution de l’eau potable, cette étude a au contraire mis en valeur un problème technique d’une part, et a confirmé l’existence d’un véritable problème de gouvernance de l’eau domestique d’autre part (déjà mis en exergue par la bibliographie en ce qui concerne l’eau agricole et industrielle).

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier le Centro Regional Andino de Mendoza de l’Instituto Nacional del Agua, en particulier l’Ing. Santa Esmeralda Salatino, pour son aide technique, ainsi que Miguel Funès de la Municipalité de Las Heras, pour nous avoir accompagnés au quartier Algarrobal.

Introduction

  • 1  Même si le terme général utilisé par les gestionnaires est « Alimentation en Eau Potable » (AEP), (...)
  • 2  Le Water Scarcity Index et le Water Poverty Index, utilisés par la FAO, placent l’Argentine dans l (...)

1L’Argentine est généralement considérée comme un pays chanceux en ce qui concerne l’eau : des ressources pluviales et hydrologiques, et une connexion de toutes les agglomérations à un réseau d’Alimentation en Eau Potable (AEP)1. Elle fait donc partie des pays riches en eau2 et remplit parfaitement les Objectifs Millénaires pour le Développement avec plus de 90 % de sa population ayant accès à l’eau de boisson (aquastat [en ligne]). Pour autant, il convient bien évidemment de prendre un peu de recul sur ces chiffres ; en effet, avoir accès à l’eau de boisson selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) signifie disposer d’au moins 25 litres par jour et par personne, à moins de 20 min de marche de chez soi ; et bien que dans l’agglomération de Mendoza la très grande majorité de la population dispose d’un accès à l’eau du robinet, le réseau est loin d’être optimal.

  • 3  Par oasis, nous entendons un espace irrigué fondé ex-nihilo dans un espace où l’agriculture pluvia (...)
  • 4  Par secteur urbain nous entendons l’irrigation des arbres qui ombragent la ville. En effet, les ru (...)
  • 5  Le Gran Mendoza est le nom local pour désigner l’agglomération.

2Située au cœur de la diagonale aride sud-américaine sur le piémont oriental des Andes, l’agglomération millionnaire de Mendoza et l’oasis3 qui l’entoure connaissent une diminution des volumes d’eau disponible en montagne en raison des changements climatiques. On assiste en effet à une hausse des températures, ayant fait remonter la limite pluie-neige, affectant ainsi la couverture neigeuse et les glaciers (Cossart et al. 2010). La disponibilité en eau superficielle pour Mendoza, très variable d’une année à l’autre, commence donc à diminuer. Or, si les zones agricoles utilisent pour partie les aquifères sous-jacents, le río Mendoza, cours d’eau andin, reste la seule ressource en eau qui permette de subvenir aux besoins de l’agglomération, et elle est clairement surexploitée, puisque toutes les eaux écoulées sont dérivées, laissant la rivière à sec en aval des barrages (Lavie 2009). Outre une concurrence entre secteurs agricole, industriel, domestique et urbain4 – où l’industrie, notamment pétrolière, est la première pourvoyeuse de devises et donc la première servie (David 2009 ; Lavie et Beltrando 2013) – les conflits d’usages et d’intérêts se font sentir à l’échelle de chaque grand type d’usage. Par exemple, l’impossibilité de satisfaire l’ensemble des besoins du Gran Mendoza5 laisse apparaître une concurrence entre municipalités en ce qui concerne ce service public. Certaines zones n’ont alors plus aucun accès collectif à l’eau potable. La municipalité de Las Heras, de par sa situation géographique en aval de l’agglomération, connaît des difficultés de desserte en eau domestique dont des baisses de pression. Pour pallier ce problème, la commune a recours à un système de puits et d’approvisionnement en camions citernes afin de satisfaire la demande en eau des habitants en marge du système collectif. Ces complications techniques génèrent donc des discriminations socio-spatiales visibles entre les quartiers de la municipalité. Or, si la baisse de la disponibilité en eau avait déjà été mise en évidence, et ce à l’échelle de toute l’agglomération (DGI 1997 ; Llop 2002 ; Morábito 2003 ; Salomon et Prat 2004 ; Hernández et Martinis 2006 ; Lavie 2009, Cossart et al. 2010, entre autres), les travaux sur les dysfonctionnements du système de distribution sont rares (David 2009). Malgré tout, c’est bien la fragilité infrastructurelle du système d’AEP qui, a priori, va influencer la vulnérabilité des consommateurs.

3Il n’est pas question ici de discuter de la définition du terme vulnérabilité, qui connaît une « profusion de définitions » (Pigeon 2005), et qui a été largement traitée depuis une quinzaine d’années (Vinet 2002 ; Veyret et Meschinet de Richemond 2003 ; Reghezza 2004 ; November, 2002 ; Salit 2013). Pour autant, il semble relativement accepté qu’elle renvoie à deux approches : la mesure de l’endommagement potentiel des enjeux (ici la salubrité de la population) et les facteurs qui peuvent jouer sur l’endommagement ou influencer la capacité de réponse à une situation de crise (Thouret et D’Ercole 1996 et Ledoux 2006 cités dans Salit 2013), capacité de réponse qui influence la résilience d’un système ou d’une population. En ce qui concerne le réseau AEP de Mendoza, il est à la fois élément vulnérable et facteur de vulnérabilité, étant donné son rôle dans la salubrité de la sphère domestique. En tant qu’élément vulnérable, le système est soumis à des facteurs externes, comme la baisse de la disponibilité en eau brute, et internes, comme une mauvaise gestion du système : de fait, ce n’est pas la vulnérabilité extérieure qui nous intéresse ici, mais la vulnérabilité intrinsèque (Cark et Deininger 2000 ; Eglan 2007 ; Hardy 2009) du système de distribution de l’eau de boisson.

4Partant d’observations de terrain réalisées en 2007 dans le cadre d’un travail sur la qualité de l’eau du robinet (Lavie 2009) qui avaient permis de proposer l’hypothèse que les inégalités spatiales en matière d’accès quantitatif dépendaient du niveau socio-économique des quartiers, nous avons voulu la tester à l’échelle d’une des municipalités en marge de l’agglomération, celle de Las Heras. Le choix de ce territoire nous permettra d’ailleurs de peut-être valider une seconde hypothèse sur la vulnérabilité technique de cette commune située en aval des autres. Enfin, une troisième théorie suppose que la gouvernance problématique du service public d’eau de boisson et d’assainissement à l’échelle de l’agglomération (Salomon et Prat 2004 ; David 2009) impacte négativement le système de distribution dans la commune de Las Heras.

5Une description des vulnérabilités du réseau à l’échelle de l’agglomération de Mendoza, de la commune de Las Heras et de quatre quartiers-tests, nous permettra par la suite d’analyser à la fois la vulnérabilité des populations et leurs capacités de résilience, et ensuite de nous interroger sur l’efficacité de la gestion de ce service public.

I/ L’eau potable dans l’agglomération de Mendoza : quelle répartition ?

  • 6  En 2007 et 2010, deux lois ont transposé la gestion des forêts et des glaciers à l’échelon nationa (...)

6En Argentine, la gestion des ressources naturelles6 est à la charge des provinces (ici celle de Mendoza) ; c’est ainsi le DGI (Departamento General de Irrigación / Département Général d’Irrigation) de la province qui distribue l’eau entre tous les secteurs –irrigation agricole et urbaine, eau domestique et industrielle. Pour autant, une fois les stations de potabilisation alimentées en eau brute, la dépollution et la distribution de l’eau potable sont laissées à la charge de plusieurs organismes publics ou privés, eux-mêmes supervisés par la province ou les municipalités ; et en fonction des choix locaux de gestion, la couverture du réseau de canalisations, autant que les prix, sont assez disparates.

1/ Un empilement d’organismes gestionnaires

7A l’échelle du pays, le basculement dans le XXème siècle est celui de la mise en place du modèle OSN (Obras sanitarias de la Nación / Œuvres sanitaires de la nation), soit la prise en charge par ce monopole public de la distribution de l’eau potable, puis de la collecte des effluents (Akhmouch 2004). En effet, les crises de choléras se sont multipliées dans le pays (i.e : 1880 à Buenos Aires, 1886-87 à Mendoza), obligeant les gestionnaires à séparer l’AEP des autres réseaux, notamment de l’assainissement. C’est l’OSN qui en 1912 prend en charge la distribution de l’eau dans les grandes villes argentines, suppléant à Mendoza le DGI, organe autarcique de distribution de l’eau dans toute la province (Ponte et Cervini 1998).

8Un second basculement a lieu dans les années 1990, avec les politiques de privatisation et de décentralisation des gouvernements successifs de Carlos Menem (1989-1999). C’est dans ce contexte qu’en 1993, la province de Mendoza établit la Loi 6044 qui donne le cadre législatif de la gestion de la distribution et de la collecte de l’eau domestique : OSN garde sa prérogative de distributeur de l’eau domestique et collecteur des effluents, dans les ‘zones urbaines’ de la province ; les municipalités assurent le relais dans les zones sans concession, via des camions citernes ou des puits, et peuvent laisser la gestion effective à des OGC (Operadores de Gestión Comunitaria / Opérateurs de gestion communautaire), généralement des associations de quartiers (Uniones Vecinales) ; enfin, l’EPAS (Ente Provincial del Agua y de Saneamiento / Agence provinciale pour l’eau et l’assainissement) est désormais en charge du contrôle de la qualité de l’eau.

9La privatisation d’OSN se traduit dans la province par la création d’OSM (Obras sanitarias de Mendoza / Œuvres sanitaires de Mendoza), d’abord sous le statut de Société d’Etat, puis de Société Anonyme (Abihaggle et Day 2004 ; Akhmouch 2004).

10Ainsi en 2008, dans un contexte de nationalisation des anciens monopoles privatisés dans toute l’Argentine, le Gouvernement provincial de Mendoza rachète les parts des actionnaires pour renationaliser OSM ; le service public devenu Aguas Mendocinas reste sous concession de la province. Concrètement, à l’exception des prix que le gouvernement provincial peut bloquer, la renationalisation n’a rien changé pour les utilisateurs.

11Les municipalités sont reléguées pour combler les manques des zones hors-concession provinciale. C’est le cas dans certains des quartiers étudiés, mais aussi dans l’ensemble du territoire communal de Luján et Maipú, qui assurent seules le service public d’AEP (Figure 1).

12Pour résumer, l’attribution des fonctions semble assez simple : le DGI distribue l’eau brute, qui est traitée dans des stations de potabilisation par Aguas Mendocinas (sauf à Luján et Maipú), les municipalités prennent le relais en collaborant avec des OGC, le tout sous le contrôle de l’EPAS (Figure 2).

2/ Un réseau amont-aval

13Située sur le cône de déjection du río Mendoza à sa sortie des Andes, l’agglomération a organisé son réseau d’amont vers l’aval, soit du Sud-Ouest vers le Nord-Est (Figure 1). Ainsi, pour schématiser, l’eau est dérivée depuis la rivière vers des sites de traitement pour la rendre potable, puis distribuée dans les quartiers. Les eaux usées sont toutes collectées, puis traitées dans deux stations d’épuration par lagunage au Nord et à l’Est. Or, si le réseau est unique en ce qui concerne l’assainissement, ce n’est pas le cas pour l’eau potable, qui suit en réalité plusieurs chemins distincts.

  • 7  Ce chiffre est un peu ancien, mais nous n’avons pas trouvé d’information plus actualisée. Seule un (...)

14Le barrage dérivateur de Compuertas permet d’approvisionner les stations de traitement de la municipalité de Luján et deux stations d’Aguas Mendocinas. Le barrage dérivateur de Cipolletti fournit de l’eau brute à la fois aux zones agricoles, industrielles et urbaines, mais aussi celle destinée à être traitée pour la consommation domestique : celle-ci emprunte les deux canaux principaux pour alimenter six autres stations. 90 % des volumes de l’AEP sont originaires du río Mendoza et ses dérivations ; une trentaine de forages assurent le complément (DGI 19977), dont beaucoup sont situés à Las Heras comme nous le verrons par la suite.

  • 8  En effet, ces canaux circulent à ciel ouvert, et les accidents ne sont pas si rares puisqu’un enfa (...)

15Ce réseau, un peu complexe a priori, a l’avantage de pouvoir être géré en fonction des besoins des zones, et chacune des stations peut prendre le relais lorsqu’un canal adducteur est pollué8.

16Le système est donc construit en optimisant la pente naturelle du cône de déjection vers le nord-est ; ainsi les plus grandes stations Luján I et Alto Godoy alimentent-elles d’abord les municipalités de Godoy Cruz et Mendoza-Capital, puis Las Heras et Guaymallén (ces dernières faisant souvent la Une de la presse pour leurs coupures d’eau).

Figure 1 : Le réseau d’adduction en eau potable de l’agglomération de Mendoza

Figure 1 : Le réseau d’adduction en eau potable de l’agglomération de Mendoza

3/ Des situations disparates à l’échelle de l’agglomération

17Maipú et Luján gèrent donc leur réseau en régie, un peu comme la Mairie de Paris pour prendre un élément de comparaison. Elles fixent le prix de l’eau, qui est bien inférieur à celui des autres communes, et la traitent dans leurs propres stations. Luján possède deux stations, Maipú en a trois, dont une assez récente (Lulunta, n°3 sur Figure 1) ; mais leur capacité reste relativement faible et elles achètent de gros volumes à la station Luján II d’Aguas Mendocinas. Sur ces deux communes, il est difficile d’accéder à des informations et données publiques.

18De leur côté, les quatre autres communes de la zone urbaine sous responsabilité provinciale sont alimentées par les cinq stations d’Aguas Mendocinas, en particulier Luján I et Alto Godoy (n° 6 et 9), connectées l’une à l’autre et qui distribuent 75 % du total d’eau potable de l’agglomération, et Luján II (n°7) dont la principale vocation est de compléter les besoins de Luján et Maipú.

  • 9  Les taxes locales à Maipú et Luján comprennent l’eau, l’éclairage public, l’assainissement, la pol (...)
  • 10 Un dôme anticlinal doté de pétrole à grande profondeur est partagé par ces deux municipalités.

19De fait, comment deux municipalités qui ont de petites stations et qui doivent acheter de l’eau à Aguas Mendocinas, peuvent-elles assurer un service moins coûteux9, et (de l’avis général) de meilleure qualité (eau en continu et moins polluée) alors que la société Aguas Mendocinas, avec ses économies d’échelles (les municipalités desservies sont plus denses et plus peuplées) et ses grandes stations ne parvient pas à assurer un service optimal ? Un des éléments de réponse se trouve dans leur localisation : sur la partie haute et fertile du cône de déjection, Luján et Maipú accueillent, en plus des zones urbaines, les meilleurs secteurs viticoles de l’oasis, les plus rentables, ainsi que les zones d’extraction du pétrole10. C’est donc le vignoble et le pétrole qui paient de manière indirecte la connexion au réseau et le traitement de l’eau, comme tous les services urbains (électricité, santé, écoles, ordures ménagères…) de ces deux communes.

20Les municipalités de Godoy Cruz et Mendoza-Capital sont quant-à-elles entièrement urbanisées (figure 1), tandis que Guaymallén et Las Heras sont des banlieues de classes moyennes et populaires, dont les zones non-urbanisées sont occupées par la ceinture verte maraîchère (Guaymallén) et des vergers en zones salines (pour les deux communes). Ces quatre municipalités produisent donc moins de richesse que Luján et Maipú ; et si Godoy Cruz et Mendoza-Capital sont denses et dotées de services centraux urbains, ce n’est pas le cas de Las Heras et Guaymallén. Ces dernières, situées en aval des premières, ne reçoivent plus donc que les surplus des communes d’amont, et de surcroît n’ont pas le poids économique et démographique pour pouvoir faire pression sur l’échelon provincial, à l’image de Maipú, Luján ou Mendoza-Capital.

  • 11  Quartiers résidentiels privés.

21De fait, même s’il existe des poches marginales de pauvreté en amont, et des gated communities (appelées barrios cerrados 11) en aval, on observe bien un gradient, entre d’une part Maipú, Luján, Godoy Cruz et Mendoza-Capital qui ne bénéficient pas d’un service optimal mais tout de même correct, et d’autre part Las Heras et Guaymallén, dont la population de classes moyenne à pauvre souffre de coupures et de baisses de pression.

II/ Variété des accès à l’eau potable dans la municipalité de Las Heras : présentation des quartiers étudiés et de la méthodologie

22La municipalité de Las Heras, située au nord de la zone urbaine, connaît donc des problèmes de desserte en eau potable, essentiellement dus à sa position marginale dans l’agglomération.

23Le choix de Las Heras comme terrain d’étude vient logiquement de la situation de vulnérabilité qui est la sienne. Est-elle capable de faire face aux aléas quantitatifs de la distribution de l’eau ? Peut-elle apporter des réponses en cas d’évènement (comme une coupure) ? Est-elle résistante ? Or ce degré de vulnérabilité de la population dépend à la fois de sa capacité technique à trouver des solutions, de ses moyens économiques et son poids politique. Cette capacité d’adaptation et la soutenabilité des alternatives choisies nous ont particulièrement intéressés.

  • 12  Direction des statistiques et des recherches économiques de la province de Mendoza.

24Les résultats présentés ici sont issus d’une série d’enquêtes auprès des gestionnaires publics (Aguas Mendocinas, municipalité, DGI, EPAS) et d’un questionnaire auprès des usagers, réalisés dans le cadre d’un Master 1 de Géographie (Hévin 2013). Ce travail de terrain s’est déroulé en février et mars 2013. Les dernières statistiques du DEIE12 faisant état de seulement 75 % des habitants de Las Heras reliés au service d’Aguas Mendocinas en 2010 (contre environ 90 % dans le reste de l’agglomération), nous avons voulu comprendre les écarts dans le service public de distribution de l’eau domestique, avec deux questions principales : les ¾ de la population ayant accès au réseau sont-ils satisfaits du service ; et comment s’adapte le dernier quart ?

25Notre choix s’est porté sur quatre quartiers, déterminés en fonction de leur type d’adduction, de leur position sur le réseau, de leur fonction et du niveau socio-économique des résidents.

26D’ouest en est, suivant la pente naturelle de Las Heras (figures 1 et 2) :

  • Challao Ouest : Il se situe à l’ouest de la zone urbaine de Las Heras. Il s’agit d’un quartier résidentiel récent (les premières habitations se sont installées en 1996), morcelé en différents îlots selon la catégorie sociale de la population. Actuellement, une cinquantaine de résidences, appartenant majoritairement à des personnes à revenus confortables sont implantées dans ce secteur qui n’est pas relié au réseau d’eau public d’Aguas Mendocinas, et où la municipalité n’assure pas le relais via des puits publics, même si dans les secteurs qu’elle a elle-même planifiés, elle est légalement en charge de la distribution d’eau. Dès lors, les habitants se sont organisés afin de créer des uniones vecinales, soit des comités de voisinages solidaires et autonomes, contrôlés par la commune dans les secteurs planifiés. Toutefois, nous remarquons une certaine iniquité entre les différents sous-quartiers selon les classes sociales : les plus aisés possèdent leurs propres accès aux puits et à des micro-réseaux de canalisation qu’ils ont eux-mêmes fait construire. Souvent à moins haute altitude, ils ont plus facilement accès aux nappes les moins profondes. A l’inverse, les habitants les plus défavorisés sont contraints de s’approvisionner auprès de points d’eau situés au niveau de l’église du Challao. La profondeur des nappes y freine le forage de puits collectifs, et l’AEP est essentiellement assurée par une compagnie privée, Aguas del Challao, qui ravitaille les quartiers par des camions citernes. Ce quartier a été choisi à la fois pour sa diversité d’accès à l’eau, et pour sa mixité socio-économique sans égal à Las Heras.

  • Le Barrio Municipal est situé à l’ouest du centre-ville de Las Heras, juste en aval de Challao Ouest, mais dans une zone planifiée et desservie par Aguas Mendocinas. Ce quartier, construit dans les années 1970 pour loger les fonctionnaires municipaux, est un peu excentré de la zone urbaine de Las Heras et, regroupe des habitants de classes moyenne à aisée qui paient l’eau à prix fixe, jusqu’à 11 € par mois.

  • Le district de Ciudad représente le centre de la zone urbaine de Las Heras. Ce quartier accueille majoritairement des populations de classe moyenne. Il est composé de domiciles, de services publics (écoles, centres de santé, services de la municipalité, etc.) et de commerces. Le service en eau est assuré par le réseau de la compagnie Aguas Mendocinas, au même titre qu’au Barrio Municipal ; mais, installé sur la plaine du Cuyo et non sur le glacis de piémont, la pente y est plus faible et la pression au robinet également (Figure 2).

  • Enfin, l’Algarrobal est un quartier marginal péri-urbain, une zone d’habitats spontanés (villa miseria) enserrée entre l’aéroport et la première ceinture de cultures de l’oasis. Majoritairement peuplé de personnes défavorisées, on y trouve quelques habitants de classes moyennes. Outre ses maisons délabrées et construites à partir de matériels pauvres, son absence de service public est marquée par sa position en marge du réseau collectif d’eau potable. Dès lors, le quartier est entièrement alimenté par des puits appartenant à la municipalité de Las Heras et attribués spécifiquement à des quartiers organisés en OCG. Chaque puits est le point de départ d’un micro-réseau qui raccorde un ensemble de maisons.

Figure 2 : Schéma de la diversité d’accès à l’eau à Las Heras

Figure 2 : Schéma de la diversité d’accès à l’eau à Las Heras

27Le transect ainsi établi nous a permis de procéder à une série d’enquêtes de 55 questionnaires, répartis comme suit : 14 personnes interrogées à Challao Ouest (dont 1/3 est alimenté par un puits et les 2/3 ont recours aux camions de ravitaillement), 18 personnes au Barrio Municipal et 16 à Ciudad, toutes connectées au réseau collectif, et 7 personnes à l’Algarrobal. La dangerosité de ce dernier quartier explique le petit nombre de personnes interrogées ; nous n’avons pas voulu attirer l’attention.

III/ Quelles inégalités socio-spatiales ?

28Les enquêtes menées dans les quatre quartiers étudiés ont donc mis en exergue une discrimination spatiale dans l’accès à l’eau. Nous observons deux quartiers plutôt bien connectés qui connaissent quelques problèmes de coupures, comme dans tout le l’agglomération, le Barrio Municipal et le Ciudad (même si ce dernier souffre de baisses de pression) ; un quartier à l'alimentation mixte, Challao ; et un quartier défavorisé s’approvisionnant par des puits, l’Algarrobal.

29Cette synthèse fait donc apparaître, non pas une discrimination sociale claire –puisque les hauteurs de Challao sont habitées par des populations relativement aisées qui se plaignent pourtant de la mauvaise qualité du réseau) mais un ensemble de facteurs discriminant : les facteurs économiques comptent, comme à l’Algarrobal, mais il faut y ajouter des problèmes techniques.

1/ Des réalités topographiques dans la « zone urbaine »

30La topographie de l’ensemble de la région de Mendoza peut expliquer les écarts observés dans l’accès à l’eau. En effet, la pente du cône de déjection est un élément déterminant. L’eau est prélevée en amont du cône, et le réseau a été pensé en fonction de son inclinaison. La situation sismique du piémont andin interdit toute construction de châteaux d’eau, et seule la pente peut permettre la circulation de l’eau vers les maisons, chacune équipée d’une petite citerne sur le toit, qui dans l’ensemble se remplit la nuit pour donner de la pression aux étages inférieurs en journée (planche-photos 1).

31Or, la ville ne peut s’étendre vers l’Est en raison de la présence de terres agricoles ; elle s’est donc agrandie plus à l’ouest, sur le glacis du piémont. A Las Heras, où la pente devient ouest-est, si certains secteurs comme le Barrio Municipal ont été planifiés et disposent donc du réseau AEP même sur le glacis, les quartiers récents ont été construits encore plus à l’ouest, donc au-dessus des canalisations d’eau potable principales (Figure 2). L’absence de château d’eau rend techniquement impossible l’adduction en eau de ces secteurs, par endroits collinéens, comme c’est le cas du Challao ; sans compter que certains n’ont pas vraiment été planifiés et ne peuvent donc pas légalement demander une connexion.

  • 13  L’échantillon étant trop limité pour permettre de faire des statistiques, nous utiliserons des fou (...)

32La situation en aval du réseau de l’agglomération aurait pu poser des problèmes de pression et de coupures plus fréquents à Las Heras qu’à Mendoza-Capital ou Godoy Cruz par exemple. Or, à la lecture des avis de coupures dans les journaux, et au regard de nos enquêtes, il semblerait que le Barrio Municipal et Ciudad ne connaissent pas plus de coupure que dans les municipalités voisines. Pour autant, la majorité des habitants interrogés nous a rapporté connaître des interruptions régulières ; dans les deux quartiers, 1/3 des habitants interrogés utilise des réserves d’eau personnelles pour pallier les coupures, tandis que les autres ont plutôt recours à l’achat d’eaux en bouteilles13.

33Ce qui ressort concrètement de ces deux secteurs d’étude est la concordance des réponses au sujet de la qualité et de la quantité d’eau. La population est globalement satisfaite de la qualité de l’eau, se plaint relativement peu des particules flottantes, et n’a pas de préférence pour l’eau en bouteilles ; environ 35 % d’entre eux utilisent un filtre au robinet. En revanche, sur le plan quantitatif, la satisfaction est à peine supérieure à la moyenne dans le Barrio Municipal, et inférieure à 40 % à Ciudad. Ici, les habitants paient l’eau en prix fixe, déterminé en fonction du quartier et de la surface de l’habitation, et non à la consommation. Ainsi seul un dixième des personnes interrogées dispose-t-il d’un compteur. Et si elles souhaitent en très grande majorité une amélioration du service, seule la moitié est prête à accepter une augmentation du prix.

34Par ailleurs, si le Barrio Municipal est installé sur le glacis de piémont des Andes et bénéficie d’une pente suffisante pour la pression, le Ciudad, plus en contrebas est situé sur la plaine, et la pente y est assez faible ; ses habitants se sont plaints pour plus de moitié de ces manques de pression, contre seulement un tiers dans le Barrio Municipal.

Planche-photos 1 : Variété des accès à l’eau à Las Heras

Planche-photos 1 : Variété des accès à l’eau à Las Heras

35Toutefois, si nos observations confirment les hypothèses émises au départ sur le ressenti des habitants par rapport à leur propre raccordement, nous avons été interpellés par l’absence de conscience de ces habitants de classe moyenne des disparités spatiales dans l’accès quantitatif à l’eau sur l’ensemble du territoire municipal. Et si dans le Barrio Municipal, proche de Challao-Ouest, à peine plus de la moitié des habitants trouve que l’eau est équitablement distribuée, presque tous les résidents de Ciudad estiment l’AEP égalitaire. Il apparaît d’ailleurs que les 2/3 d’entre eux ignorent qu’il existe des habitants sans connexion à l’eau de consommation au sein de leur commune.

2/ Une discrimination sociale apparente : le cas de l’Algarrobal

36L’Algarrobal n’est pas un quartier non-desservi comme on en trouve encore plus au nord, vers El Borbollón par exemple ; pour autant, la population n’est pas connectée au réseau collectif mais à des micro-réseaux, soit à des réseaux de petite taille, souvent à l’échelle d’un pâté de maisons, et indépendants les uns des autres.

37L’ensemble du district de l’Algarrobal, situé en périphérie-Est de la zone urbaine de Las Heras, regroupe majoritairement les populations de classe défavorisée. L’Algarrobal se résume en un quartier en construction avec un bâti non planifié associé à un manque de services publics ; pour pallier ces failles, il faudrait connecter les quartiers a posteriori de leurs constructions, ce qui engendrerait des coûts supplémentaires, pour une population qui n’a pas vraiment les moyens d’assumer ces frais. D’ailleurs, le plus souvent l’officialisation foncière n’a pas eu lieu, ce qui légalement interdit la construction d’un réseau.

38Pour autant, contrairement à d’autres secteurs non-planifiés, la municipalité de Las Heras assume les conséquences, en forant des puits (planche photos 1) dont elle est propriétaire mais qu’elle laisse à la gestion des OGC (David 2009).

  • 14  Pour des raisons de sécurité, nous n’avons pas pu rester longtemps dans ce quartier (cf. infra).

39Nous avons eu l’opportunité d’interroger quelques personnes (7)14 à l’Algarrobal. Elles disposent toutes d’un accès à l’eau domestique via des puits communautaires connectés en micro-réseaux aux foyers. L’eau est ensuite stockée dans les foyers pour assurer les besoins quotidiens en raison des fréquentes coupures. Le fuel nécessaire au pompage coûte cher et l’eau vient à manquer lorsque le niveau piézométrique baisse. Le problème est que les nappes sont essentiellement utilisées par les secteurs agricoles et industriels et si les sous-sols sont poreux et propices aux recharges rapides, il pleut relativement peu sur cet espace aride. Les aquifères sont donc alimentés par les infiltrations du río Mendoza au sud et par celles des oueds du glacis de Las Heras à l’ouest (INA 2002 ; Hernández et Martinis 2006). Ainsi sur le plan de l’eau souterraine, le quartier de l’Algarrobal est situé entre les autres zones agglomérées en amont, et les zones agricoles irriguées par pompage en aval. La situation n’est pas aussi inquiétante que pour les bourgs ruraux de l’oasis, mais les variations du niveau de la nappe sont fréquentes et entraînent des arrêts de pompages et donc des coupures aux robinets.

40Sur le plan qualitatif, les 7 personnes enquêtées assurent que l’eau en bouteille est bien meilleure, ce qui explique que 3 d’entre elles en achètent pour la consommation ; l’eau du robinet est ainsi limitée aux besoins domestiques. La pollution de l’aquifère à Las Heras est relativement connue par les autorités locales : la station d’épuration des eaux usées est proche, tout comme les secteurs agricoles. De plus, si plus en aval on observe trois niveaux d’aquifères dont les plus profonds sont semi-captifs et protégés des pollutions par des horizons imperméables, sous la zone urbaine de Las Heras la nappe est libre et beaucoup plus vulnérable aux pollutions (Llop 2002 ; Hernández et Martinis 2006 ; Lavie 2009). Au moment de notre enquête (février-mars 2013), une alerte à la contamination par les nitrates était d’ailleurs en cours ; ceci peut d’ailleurs expliquer en partie le mécontentement unanime des personnes interrogées sur la qualité de l’accès à l’eau de consommation à l’Algarrobal ; il se pourrait que ce soit un effet de contexte. Tous souhaiteraient une amélioration mais ne sont pas prêts à payer plus cher, arguant que la responsabilité en incombait à la municipalité de Las Heras (Hévin 2013). Dans ce quartier, tous ont par ailleurs répondu par la négative quand on leur a demandé si l’eau était équitablement distribuée au sein de la commune.

41Or, à chaque coupure, les habitants doivent trouver des solutions temporaires. Les services publics comme les quelques écoles peuvent être ravitaillées par camions citernes (planche-photo 1), mais les habitants utilisent l’eau stockée ou consentent à en acheter.

  • 15  La source en précordillère à une quarantaine de km au nord de l’agglomération n’est vouée qu’à l’e (...)

42L’Algarrobal subit donc une inégalité de traitement, due à la fois au caractère informel des logements, aux difficultés d’accès économiques, et en partie à l’absence de volonté politique. La population mendocine est relativement conservatrice et accepte assez peu de voir ses impôts utilisés pour une population qui travaille peu ou de manière informelle, et où la délinquance et la mixité sont plus fortes qu’ailleurs. En effet, c’est dans les villas miserias des marges de l’agglomération que l’on rencontre le plus d’immigrés boliviens venus travailler comme saisonniers dans l’oasis et restés là, et de minorités natives. Investir pour ces populations est coûteux, sur les plans économique et électoral, d’autant qu’à Las Heras, la population de classe moyenne y est moins riche que dans les autres communes de l’agglomération. Le budget municipal y est faible, bien que certaines industries contribuent à la fiscalité locale, comme les entreprises minières qui extraient les minerais andins ou la multinationale Danone qui puise et embouteille sur le piémont à Las Heras la plus connue des eaux minérales argentines, la Villavicencio15.

3/ Des capacités d'adaptation face au manque : le cas du Challao-Ouest

43Le dernier exemple que nous avons choisi d’illustrer ici est celui du Challao-Ouest, eut égard à sa mixité socio-économique et sa diversité de l’approvisionnement en eau de boisson.

44Implanté à l’ouest de la zone urbaine, sur le glacis du piémont des Andes, il accueille depuis la fin des années 1990 des populations venues s’installer sur ces hauteurs suite à des offres de promoteurs immobiliers. Ces habitants, de toutes classes sociales mais majoritairement aisées, ont acheté des terrains parfois inconstructibles, toujours non-viabilisés. Contrairement aux secteurs planifiés, ils ont été contraints d’opérer eux-mêmes leur accès à l’électricité ou à l’eau par exemple.

45Pour contrer ce problème, les populations des barrios cerrados, ont créé au sein de chaque quartier un puits privatif destiné à alimenter les habitants dudit quartier par l’eau de la nappe, constituant en quelques sortes un micro-réseau, comme à l’Algarrobal, mais sur leurs fonds propres. Et, si la construction a sûrement été onéreuse, le prix de l’eau est fixe, et bien plus bas qu’avec Aguas Mendocinas, autour de 4 € par mois (env. 44 $AR), contre le double ou le triple dans les zones connectées au réseau collectif.

46Pour autant, si le système technique en micro-réseau est le même, la situation ne peut pas être comparée à celle de l’Algarrobal : d’abord parce que les moyens financiers des habitants leur permettent de financer l’achat du fuel nécessaire, ensuite sur le plan qualitatif parce que sous le glacis du Challao, l’eau est moins profonde et moins soumise aux pollutions qu’en aval, à l’Algarrobal. De fait, aucun des résidents interrogés dans ces barrios cerrados n’utilise de filtre au robinet et tous nous ont confirmé que les coupures étaient très rares.

  • 16  En juillet 2013, des articles de presse ont abordé la question du monopole d’Aguas del Challao, qu (...)

47Les classes moyennes du glacis ou des collines du Challao n’ont pas les moyens de faire creuser des puits, d’autant que l’eau y est plus profonde et difficile d’accès pour les terrains les plus en hauteur. Elles n’ont d’autre choix que de se faire ravitailler par des camions citernes de la compagnie Aguas del Challao, qui achètent l’eau à des stations Aguas Mendocinas, au prix exorbitant de 15 € (env. 165 $AR) la livraison de 10 000 l, nécessaire toutes les une à deux semaine(s) (planche-photos 1)16.

48Enfin, les plus défavorisés des hauteurs du Challao assurent leurs besoins à l’aide de bidons aux points d’eau comme à l’église du Challao, ou plus loin, de manière plus ou moins légale à d’autres puits.

49Les résidents du Challao-Ouest sont donc en attente d’une régularisation d’une situation qui dure depuis 20 ans. Les pouvoirs publics ont parlé d’installer un château d’eau sur les hauteurs de Challao, connecté à la station de potabilisation de montagne Río Blanco qui alimente déjà Alto Godoy, afin de viabiliser ce secteur. Nous pouvons nous avancer sans trop de risque, en disant que d’une part la sismicité du secteur va limiter de fait la taille dudit château d’eau et d’autre part que la situation économique locale va sûrement freiner les projets, d’autant plus qu’il est évident qu’une partie de la population ne pourra payer les factures.

50L’étude de la vulnérabilité intrinsèque du système a donc révélé des inégalités spatiales dans l’accès à l’eau potable, qui s’expliquent à la fois par des difficultés techniques dues à la pente et à la sismicité, et par des choix politiques défavorisant les populations indigentes. Pour autant, même si les solutions proposées par la municipalité sont insuffisantes et peu durables, on observe différents types d’adaptation par les autorités locales et par les résidents, face à un système géré à l’échelle de l’agglomération. Or la mauvaise gestion du réseau technique s’explique en partie par une absence de véritable gouvernance de l’eau.

IV/ Quelle vulnérabilité ? 

1/ Un problème de gouvernance : l’exemple de la crise de l’été 2012-2013

51DGI, Aguas Mendocinas, EPAS, gouvernement provincial, communes, opérateurs de gestion communautaires divers… cet empilement des acteurs est difficilement lisible pour les usagers, et entraîne une dilution des responsabilités de chacun.

  • 17  Avant la construction du grand barrage de Potrerillos, l’eau était naturellement turbide pendant l (...)
  • 18  Le prélèvement a eu lieu dans le centre de Mendoza et a été analysé au Laboratoire de Géographie P (...)

52A titre d’exemple, l’été 2012-2013 a été particulièrement pluvieux en moyenne montagne, à tel point qu’un mouvement de terrain a entraîné le glissement d’une colline entière dans un affluent de l’immense lac de retenue de Potrerillos, sur le río Mendoza en secteur andin. Ce barrage, construit au début des années 2000, à la fois comme réservoir d’eau pour l’oasis et l’agglomération et pour produire de l’électricité, s’est alors comblé en partie de sédiments ; il a alors été décidé de vider le fond du lac de retenue. Or, un disfonctionnement dans la communication entre l’entreprise gestionnaire du barrage, l’Agence de régulation de l’Electricité, l’EPAS, le Gouvernement provincial, le DGI, les communes de Luján et Maipú et Aguas Mendocinas a entraîné l’entrée d’une eau très chargée en sédiments dans le réseau oasien et les stations de potabilisation, dont les infrastructures de base actuelles ne peuvent assurer une décantation efficace17. L’ensemble des Mendocinos connectés au réseau public a reçu une eau inconsommable au robinet, sans compter les dommages possibles aux appareils ménagers. Nous avons mesuré par exemple une turbidité de 5 fois la norme de potabilité EPAS au robinet d’une maison18. Le temps de nettoyer le réseau et les stations, l’agglomération s’est retrouvée sans eau pendant 24h. D’autres coupures d’eau ont eu lieu dans le cours du mois suivant, mais cette fois après avis dans la presse (planche-photos 1).

53Cette superposition des charges de chacun a surtout entraîné une dilution des responsabilités de tous puisque chaque maillon de la chaîne a imputé la source du problème à un autre.

54De surcroît, même si les coupures d’eau sont courtes –24h de coupure dans une zone aride n’est pas un phénomène extraordinaire– Mendoza est une ville industrielle qui a besoin d’eau en continu. Or, l’absence de château d’eau ne laisse que 3h d’autonomie en cas d’arrêt du traitement : 24h de coupure impliquent donc un arrêt de la production industrielle agro-alimentaire (mise en conserve de fruits et légumes, vinification, brasseries, abattoirs) utilisant de l’eau potable, et une fermeture de tous les établissements scolaires qui n’ont pas l’autorisation d’ouvrir puisque le risque d’incendie est marqué.

55Enfin, ce millefeuille de responsabilités freine toute entreprise de gestion à long terme de la ressource. Le cas de Las Heras est flagrant : les populations riches des barrios cerrados du Challao-Ouest peuvent puiser dans la nappe, délestant les populations de l’Algarrobal et d’autres villas miserias des volumes d’eau nécessaires. La zone urbaine se densifie alors que la disponibilité en eau douce stagne, et connaît des variations interannuelles fortes ; les besoins en eau en amont de Las Heras augmentent donc et entraînent des baisses des volumes alloués à cette commune ; à tel point qu’Aguas Mendocinas a foré 3 puits pour compenser les manques du réseau, entre Ciudad et l’Algarrobal, faisant pression sur le niveau piézométrique de la nappe (Figure 2).

2/ Une responsabilité collective ?

56L’inefficacité du réseau structurel de distribution de l’eau potable est assez frappante dans l’agglomération de Mendoza. Mais nous souhaitons également mettre en exergue le rôle des usagers dans cette vulnérabilité sociale. Même si les variations climatiques sont de plus en plus fréquentes, les Mendocinos, ayant construit leur paysage dans ce désert, connaissent les extrêmes, et savent très bien que la pénurie n’est jamais loin.

57Lorsque nous avons interrogé les Las-Heraninos sur leur consommation quotidienne personnelle, ils l’estimaient à 285 l au Barrio Municipal, 230 l à Ciudad, et autour de 170 l à Challao ou à Algarrobal, et ce par foyer. Abihaggle et Day (2004) estimaient la consommation moyenne à domicile autour de 180 l… par personne ! Et au regard des volumes produits dans les stations, et même si on enlève les consommations hors du lieu de résidence, un Mendocino consomme aujourd’hui environ 200 l par personne et par jour.

58La population ne semble donc pas vraiment avoir conscience de sa consommation, ce qui peut se comprendre ; mais plus inquiétant, cette population du désert consomme presque 2 fois plus d’eau potable qu’un Européen moyen, et environ 20 % de plus qu’un Nord-Américain moyen.

59Le tarif fixe de l’eau est considéré à Mendoza comme un tarif social, c’est-à-dire que ce n’est pas parce qu’on est plus nombreux dans une famille que l’on doit payer son eau plus chère. Les compteurs existent ; un dixième des résidents connectés à Aguas Mendocinas dispose d’un compteur, mais au final le tarif à la consommation n’est avantageux que si l’on vit seul.

60Il faut reconnaître l’effort des Autorités mendocines, qui par des campagnes d’information, des restrictions d’usage en journée en été accompagnées d’amendes, tentent de faire prendre conscience des gaspillages. Nos observations continues depuis 2006 nous permettent d’affirmer que les usages de l’eau stagnent, voire baissent, malgré la croissance des activités industrielles et de la démographie. Pour autant, il reste difficile de parler d’utilisation rationnelle, tant les gaspillages dans la sphère domestique sont flagrants.

Conclusion

61L’agglomération de Mendoza ne dispose donc pas d’un système d’alimentation en eau potable optimal, mais avec environ 90 % des habitants reliés au réseau collectif ou aux micro-réseaux, on peut reconnaître un réel effort des autorités, pour assurer un service public correct, dans un milieu aride et dans un contexte politico-économique de pays émergent en crise économique. L’absence de problèmes sanitaires liés à l’eau dans la zone agglomérée en est le témoin. Des coupures existent mais elles sont dues à la fois aux gaspillages et à une vulnérabilité aux variations climatiques et à la turbidité naturelle de l’eau en période de débâcle glaciaire.

62L’analyse des modalités d’accès à l’eau dans les zones marginales nous a pour autant permis de noter, d’une part que les populations savent dans l’ensemble s’adapter à leur situation, en fonction de leurs moyens économiques et font donc preuve d’une certaine résilience ; d’autre part que la vulnérabilité de ces populations est la conséquence d’une conjonction de causes, rendant le système AEP plus complexe qu’un simple réseau infrastructurel.

63En effet, notre enquête auprès des gestionnaires et les résultats de nos questionnaires ont mis en avant une discrimination socio-spatiale due à des contraintes topographiques, des choix politiques, une gouvernance malade, des capacités économiques, et l’absence du respect de la Loi 6044 qui oblige la province à pourvoir tout résident en eau domestique.

64Les populations les plus marginales de Las Heras sont donc les plus vulnérables à long terme puisque les nappes dans lesquelles elles puisent sont de plus en plus fragiles, et parce que le ravitaillement en camions citernes revêt un coût que tous ne peuvent assumer. Pour autant, ces mêmes populations des marges sont plus résilientes que les habitants reliés au réseau collectif, eut égard à leur capacité d’adaptation en cas de crise temporaire. Les coupures du printemps 2013 ont démontré leur aptitude à trouver des alternatives, comme par exemple en venant chercher de l’eau illégalement auprès des puits d’Aguas Mendocinas, les rendant au final moins vulnérables que la population connectée au réseau, prise au dépourvu face à cette pénurie sociale.

Haut de page

Bibliographie

ABIHAGGLE, Carlos y Jorge A. DAY. Agua y sociedad. Un ensayo económico sobre la política hídrica. Mendoza, Argentina: EDIUNC, 2004.

AKHMOUCH, Aziza. La privatisation des services publics argentins au cœur d’enjeux géopolitiques, conflits et rivalités territoriales. Le cas de la concession d’eau potable et d’assainissement dans la province de Mendoza. Mémoire de DEA: Géopolitique. Saint Denis : Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, 2004.

AQUASTAT. Base de données sur l’eau de la FAO [en ligne]. Disponible à l'adresse <http://www.fao.org/nr/water/aquastat/main/index.stm>.

Clark, Robert and Rolf A. Deininger Rolf. « Protecting the Nation’s Critical Infrastructure: The Vulnerability of U.S. Water Supply Systems ». Journal of contingencies and crisis management. 2000, vol. 8, n°2, 73-80.

Cossart, Etienne, Drocourt, Yoann et Brice Anselme. « Les variations glaciaires dans les Andes de Mendoza (Argentine) entre 1975 et 2007 ». M@ppemonde [en ligne]. 2010, vol. 97. Disponible à l'adresse <http://mappemonde.mgm.fr/num25/articles/art10103.html>.

David, Jean-Philippe. La gestion de l’eau dans l’oasis Nord de Mendoza, Cuyo, Argentine. Thèse de Doctorat: Géographie. Pessac : Université Bordeaux 3, 2009.

DGI. Plan hídrico para la Provincia de Mendoza. Mendoza, Argentina: DGI Ed., 1997.

DÉPARTEMENT GÉNÉRAL D'IRRIGATION. « Loi 6044 » [en ligne]. Disponible à l'adresse <http://www.irrigacion.gov.ar>.

EGAN, Matthew. « Anticipating Future Vulnerability: Defining Characteristics of Increasingly Critical Infrastructure-like Systems ». Journal of contingencies and crisis management. 2007, vol.15, n°1, 4-17.

Hardy, Sébastien. « La vulnérabilité de l’approvisionnement en eau dans l’agglomération pacénienne : le cas du sous-système El Alto ». Cybergeo: European Journal of Geography [en ligne]. 2009, document 457. Disponible à l'adresse <http://cybergeo.revues.org/22270>.

HÉVIN, Jean-Eudes. Problèmes de gouvernance et de vulnérabilités en matière d’accès à l’eau potable : le cas de la municipalité de Las Heras (Province de Mendoza, Argentine). Mémoire de Master 1: Géographie. Paris: Université Paris1-Panthéon-Sorbone, 2013.

Hernández, Jorge y Nicolás Martinis. « Particularidades de las cuencas hidrogeológicas explotadas con fines de riego en la provincia de Mendoza ». III Jornadas de actualización en riego et fertiriego. Mendoza, 10-11 Agosto 2006.

INA. El Agua Subterránea con especial referencia a la provincia de Mendoza. Mendoza, Argentina: INA, 2002.

Lavie Emilie. Activités anthropiques et qualité de l’eau dans l’oasis de Mendoza (Argentine) : diagnostic, enjeux et durabilité. Thèse de Doctorat: Géographie. Pessac : Université Bordeaux 3, 2009.

LAVIE, Emilie et Gérard BELTRANDO. « La canopée urbaine de Mendoza (Argentine) à l’épreuve de la gestion de l’eau ». Sécheresse. 2013, vol. 24, n°2, 224-231.

LLOP, Armando. Guía sobre la salinización del agua subterránea en el este mendocino. Mendoza, Argentina: DGI y INA-CELA, 2002.

MAINGUET, Monique. Les pays secs, environnement et développement. Paris: Ellipses, 2003.

MARSHALL, Anaïs et Emilie LAVIE (éds). Actes du Colloque international « Les oasis dans la mondialisation, ruptures et continuités ». Paris, 16-17 décembre 2013, (en cours de publication).

Morabito, José Antonio. Desempeño del riego por superficie en el área de riego del rio Mendoza. Memoria de Master: Ciencias Agrarias. Mendoza: Universidad Nacional de Cuyo, 2003.

NOVEMBER, Valérie. Les territoires du risque. Bern: Editions scientifiques européennes, 2002.

PIGEON, Patrick. « Réflexions sur les notions et les méthodes en géographie des risques dits naturels ». Annales de géographie. 2002, n°627-628.

PONTE, Jorge Ricardo y Sylvia CERVINI. Mendoza, donde las acequias encauzan la historia. Mendoza, Argentina: Ed° DGI, 1998.

REGHEZZA, Magali. Réflexions autour de la vulnérabilité métropolitaine : la métropole parisienne face au risque de crue centennale. Thèse de Doctorat: Géographie. Université Paris X-Nanterre, 2006.

SALIT, Florence. De l’eau, des digues et des hommes. Approche géographique du risque d’inondation sur le Siret inférieur (Roumanie). Thèse : Géographie. Paris : Université Paris-Diderot, 2013.

Salomon, Jean-Noël et Marie-Claire Prat. Le piémont andin argentin : environnement, risques et enjeux, Province de Mendoza. Travaux du L.G.PA. Bordeaux, 2004.

VEYRET, Yvette et Nancy MESCHINET DE RICHEMOND. « Le risque, les risques ». In VEYRET, Yvette. Les Risques. Paris : SEDES, 2003, 17-59.

Haut de page

Notes

1  Même si le terme général utilisé par les gestionnaires est « Alimentation en Eau Potable » (AEP), selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’eau n’est potable que si elle répond à des critères qualitatifs de potabilité, ce qui n’est pas le cas dans tous les quartiers de Mendoza. Il s’agit donc d’eau de boisson, toujours selon les critères du PNUD.

2  Le Water Scarcity Index et le Water Poverty Index, utilisés par la FAO, placent l’Argentine dans les pays riches en eau.

3  Par oasis, nous entendons un espace irrigué fondé ex-nihilo dans un espace où l’agriculture pluviale est absolument impossible étant donnée l’aridité ambiante (Mainguet 2003; Marshall et Lavie 2013).

4  Par secteur urbain nous entendons l’irrigation des arbres qui ombragent la ville. En effet, les rues étant larges dans l’agglomération mendocine (ville à l’américaine en damier et besoin de larges voies d’évacuation dans cette zone sismique), l’ombre n’est pas apportée par le bâti, mais par un linéaire de 4 000 km d’arbres irrigués par un réseau de canaux appelés les acequias.

5  Le Gran Mendoza est le nom local pour désigner l’agglomération.

6  En 2007 et 2010, deux lois ont transposé la gestion des forêts et des glaciers à l’échelon national, entraînant quelques troubles entre le gouvernement national et les gouvernements provinciaux.

7  Ce chiffre est un peu ancien, mais nous n’avons pas trouvé d’information plus actualisée. Seule une petite station à Maipú a été construite depuis 1997, en 2006.

8  En effet, ces canaux circulent à ciel ouvert, et les accidents ne sont pas si rares puisqu’un enfant est tombé dans un canal en 2007 et qu’un cadavre a été découvert dans les bassins d’une station en 2010 ; on imagine alors aisément le nombre d'animaux tombés dans ces canaux.

9  Les taxes locales à Maipú et Luján comprennent l’eau, l’éclairage public, l’assainissement, la police municipale… donc il est difficile d’estimer le prix de l’eau. Mais lors de nos enquêtes en 2007, les habitants connectés à OSM (Aguas Mendocinas aujourd’hui) payaient, ne serait-ce que pour l’eau, 3,5 fois plus que la somme acquittée par les habitants de Maipú et Luján pour toutes les taxes municipales.

10 Un dôme anticlinal doté de pétrole à grande profondeur est partagé par ces deux municipalités.

11  Quartiers résidentiels privés.

12  Direction des statistiques et des recherches économiques de la province de Mendoza.

13  L’échantillon étant trop limité pour permettre de faire des statistiques, nous utiliserons des fourchettes ou des qualificatifs plutôt que des chiffres.

14  Pour des raisons de sécurité, nous n’avons pas pu rester longtemps dans ce quartier (cf. infra).

15  La source en précordillère à une quarantaine de km au nord de l’agglomération n’est vouée qu’à l’embouteillement et est déconnectée du système AEP, même si elle a servi, au XIXème siècle, à alimenter la ville.

16  En juillet 2013, des articles de presse ont abordé la question du monopole d’Aguas del Challao, qui, en plus d’acheter de l’eau à Aguas Mendocinas, utiliserait des puits défectueux. Ces articles évoquent le rôle de la mafia accusée de mentir sur l’origine de l’eau et d'empêcher toute concurrence dans la distribution. Ayant réalisé nos enquêtes avant la sortie de ces articles, nous n’avons pas d’autres informations que celle de la presse et préférons ne pas aborder le sujet ici. Le lecteur curieux pourra commencer sa recherche à cette adresse : http://www.mdzol.com/nota/474113-el-challao-es-rehen-de-la-mafia-del-agua/, http://www.mdzol.com/nota/477292/

17  Avant la construction du grand barrage de Potrerillos, l’eau était naturellement turbide pendant la débâcle glaciaire estivale. Des bassins de décantation étaient utilisés dans l’oasis et à l’entrée des stations AEP pour rendre l’eau plus limpide. Or, depuis 2004 et la mise en eau du barrage, la décantation se fait dans la retenue d’eau et les infrastructures de l’oasis ont été laissées à l’abandon. La communication n’étant pas passée entre les gestionnaires du barrage et les opérateurs de traitement des eaux pour l’AEP, les portes empêchant l’entrée d’eau dans les stations de potabilisation n’ont pas été actionnées.

18  Le prélèvement a eu lieu dans le centre de Mendoza et a été analysé au Laboratoire de Géographie Physique de l’Université Paris-Diderot. Le résultat a été de 28 NTU pour une norme de potabilité fixée à 5 NTU. Les résultats de mesures réalisées en 2007, selon la même méthodologie, sur une trentaine de sites (Lavie 2009), démontraient à ce moment-là une qualité des eaux répondant aux normes EPAS (qui sont les mêmes qu’en France et sont conformes aux recommandations de l’OMS pour ce paramètre).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le réseau d’adduction en eau potable de l’agglomération de Mendoza
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/1981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 2 : Schéma de la diversité d’accès à l’eau à Las Heras
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/1981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Planche-photos 1 : Variété des accès à l’eau à Las Heras
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/1981/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilie Lavie, Jean-Eudes Hévin et Yann Le Drezen, « Accès à l’eau potable, problèmes de gouvernance et vulnérabilités : le cas de la municipalité de Las Heras (agglomération de Mendoza, Argentine) », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 218 | 2015, mis en ligne le 04 juillet 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://orda.revues.org/1981 ; DOI : 10.4000/orda.1981

Haut de page

Auteurs

Emilie Lavie

CUE HESAM, UMR CNRS 8586 PRODIG, emilie.lavie@univ-paris-diderot.fr

Jean-Eudes Hévin

CUE HESAM, UMR CNRS 8586 PRODIG, jehevin@hotmail.com

Yann Le Drezen

CUE HESAM, UMR CNRS 8586 PRODIG, yann.le-drezen@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org