Navigation – Plan du site
Eau et Vulnérabilités dans les Amériques

Les páramos : Biodiversité et zones humides

Alexandra Angéliaume-Descamps

Notes de l’auteur

Voir aussi du même auteur : « Conflits et gestion de la ressource en eau d’irrigation dans le Parc national de la Sierra Nevada (Venezuela) ». EDYTEM. 2010, n° 10, 25-38.

http://www.ghzh.fr/index.php/publications/category/3-actes-des-journees-d-etudes-sommaires

http://geocarrefour.revues.org/9278

Texte intégral

  • 1 Il se découpe en étages andino (2 000 - 3 000 m.), altiandino (3 000 – 4 000 m.) et periglacial (4  (...)

1Uniquement présent dans les Andes septentrionales (Equateur, Colombie, Venezuela), il correspond à l’équivalent de l’étage alpin de nos montagnes tempérées et se situe entre les neiges permanentes (vers 4 800 m. d’altitude) et la forêt andine selva siempre verde (vers 3 200 – 3 500 m. selon les versants).1 Cet étage relativement frais constitue une frontière clé puisque au-delà les conditions de gel empêchent l’activité agricole (isotherme 0°C vers 4 600 m.). Il présente une végétation adaptée à ces conditions environnementales particulières, avec une richesse floristique spécifiques que l’on ne rencontre dans aucun des déserts froids extra-tropicaux. Entre entre 3 400 à 4 500 m., cette végétation est dominée par de hautes graminées en touffes (Stipa sp., Calamagrostis sp.) et des rosettes géantes (Espeltia sp.), puis au dessus de 4 500 m., la roche à nu apparaît parsemée de quelques graminées éparses Mais la diversité la plus remarquable est associée aux zones humides qui s’étendent dans le páramo : on rencontre des espèces végétales endémiques et menacées telles que Uncinia meridensis, Carex collumanthus, Thriniochloa andina, Poa mucuchachensis, P. boxiana, Festuca fragilia, F. elviae y F. coromotensis, y Coespeleia moritziana. Ces écosystèmes présentent aussi une importance particulière pour les oiseaux migrateurs en contribuant au corridor de conservation nordandin (photos 1 et 3).

  • 2 La majorité des lagunas sont d’origine glaciaire et s’observent vers 4 000 m, zone à laquelle les g (...)

2Les zones humides sont liées tant aux caractéristiques climatiques que morphologiques du páramo. Les étages andin et alti-andin constituent en effet un lieu de captation des eaux et de formation de multiples sources qui alimentent un abondant et important réseau hydrographique, soit en transitant par diverses autres zones humides d’une grande diversité : des lagunas2, des tourbières (turbera de musgo), des marais (pantanos) et des pelouses humides (céspedes) (voir « Les páramos andins », photos 10 à 12). Ces diverses zones humides constituent des compartiments fondamentaux de réserve et de source d’eau. Les sols profonds, la matière organique abondante et le microrelief qui les caractérisent en font de véritables éponges ou réservoirs temporels qui absorbent l’eau, en ralentissent la circulation, puis la relarguent lentement pendant la saison sèche. Les sols peuvent retenir jusqu’à 3 fois leur poids sec en eau, en relation avec leur forte teneur en matière organique, teneur favorisée par une faible activité de la microfaune minéralisatrice liée aux faibles températures. Un autre élément est essentiel à cette fonction hydrologique, aussi lié au climat : l’évaporation et l’évapotranspiration sont faibles et donc le bilan hydrique est largement excédentaire. De ce fait, cet écosystème, important réservoir, est considéré comme une éponge permettant le stockage d’eau et la régulation des flux hydriques en aval, Ainsi, elles présentent un attrait pour les populations locales : ressource en eau pour l’irrigation des cultures en aval ou/et zones de pâturage avec une végétation abondante et appétante pour le bétail. Zones d’altitude, elles ne répondent que très rarement à des droits de propriété privée mais font plus généralement partie de zones d’usages communautaires.

Photo 1 : Fralejon, Mérida, Venezuela

Photo 1 : Fralejon, Mérida, Venezuela

Auteur : Luis Daniel Llambi

Luis Daniel Llambi

Photo 2 : Végétation du páramos alti andino, Pico Bolivar, 2007, Mérida, Venezuela

Photo 2 : Végétation du páramos alti andino, Pico Bolivar, 2007, Mérida, Venezuela

Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps

Alexandra Angéliaume-Descamps

Photo 3 : Laguna Negra et Laguna Mucubaji 28 février 2015, Mérida, Venezuela

Photo 3 : Laguna Negra et Laguna Mucubaji 28 février 2015, Mérida, Venezuela

Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps

Alexandra Angéliaume-Descamps

Photo 4 : 7 espèces de fralejons endémiques et de nombreuses autres espèces emblématiques

Photo 4 : 7 espèces de fralejons endémiques et de nombreuses autres espèces emblématiques

Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps

Alexandra Angéliaume-Descamps

Haut de page

Notes

1 Il se découpe en étages andino (2 000 - 3 000 m.), altiandino (3 000 – 4 000 m.) et periglacial (4 000 – 4 800 m.). Plus au sud il laisse place à la puna qui se développe dans un environnement plus sec, de 600 mm contre 600 à 1 200 mm. Les apports en eau y sont donc importants, en fonction des versants et de leur exposition aux masses d’air vectrices de précipitations, le páramo présente de fait une forte hétérogénéité.

2 La majorité des lagunas sont d’origine glaciaire et s’observent vers 4 000 m, zone à laquelle les glaciers furent très actifs durant le Pleistocène. Nombre de ces lagunas se rencontrent à la base des cirques glaciaires et peuvent présenter des sources (appelées localement « œil «  de la laguna) qui les alimentent.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Fralejon, Mérida, Venezuela
Légende Auteur : Luis Daniel Llambi
Crédits Luis Daniel Llambi
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2013/img-1.png
Fichier image/png, 171k
Titre Photo 2 : Végétation du páramos alti andino, Pico Bolivar, 2007, Mérida, Venezuela
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2013/img-2.png
Fichier image/png, 236k
Légende Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps
Crédits Alexandra Angéliaume-Descamps
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2013/img-3.png
Fichier image/png, 113k
Titre Photo 3 : Laguna Negra et Laguna Mucubaji 28 février 2015, Mérida, Venezuela
Légende Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps
Crédits Alexandra Angéliaume-Descamps
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2013/img-4.png
Fichier image/png, 125k
Titre Photo 4 : 7 espèces de fralejons endémiques et de nombreuses autres espèces emblématiques
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2013/img-5.png
Fichier image/png, 214k
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2013/img-6.png
Fichier image/png, 325k
Légende Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps
Crédits Alexandra Angéliaume-Descamps
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2013/img-7.png
Fichier image/png, 299k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Angéliaume-Descamps, « Les páramos : Biodiversité et zones humides », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Coin des curiosités, Eau et Vulnérabilités dans les Amériques, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://orda.revues.org/2013

Haut de page

Auteur

Alexandra Angéliaume-Descamps

GEODE 5602 UT2J France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org