Navigation – Plan du site
Eau et Vulnérabilités dans les Amériques

Un lieu marginal peu valorisé avant l’arrivée des espagnols

Alexandra Angéliaume-Descamps

Notes de l’auteur

Voir aussi DE ROBERT, Pascale, Apprivoiser la Montagne, Paris: Editions IRD, 2001.

Texte intégral

  • 1 Lacs d’origine glaciaire.

1Comme le décrit P. De Robert (2001), le páramo andin vénézuélien est associé depuis l’époque coloniale à des terres désolées et incompatibles avec l’établissement d’humains, « un lieu marginal, domaine des êtres surnaturels qui habitent des lacs et des rochers ». Les páramos sont souvent, et historiquement, associées à des croyances incitant à l’éloignement et au respect : dans la culture andine vénézuélienne et dans toutes les Andes, les lacs1 sont très souvent la demeure d’être surnaturels, croyances très vives il y a encore peu de temps. L’eau et, en particulier, l’eau de l’« amont » occupe une place particulière, voire centrale, dans la mythologie andine vénézuélienne. Si certaines cascades abritent des êtres bienfaisants ou inoffensifs, ange, femme, enfant, dont la présence est de bon augure, d’autres lieux, en raison de leur humidité, nébulosités, brumes et brouillards, sont considérés comme malsains : il s’agit des lacs du páramo et de leurs cortèges de zones humides. Le páramo est un espace exclusivement masculin où on ne se rend pas seul, un lieu qui fait l’objet d’un voyage initiatique pour tout petit garçon pour découvrir les plantes, retrouver les traces du troupeau et, surtout, reconnaître les manifestations des cheses et respecter la montagne. Cet espace est le lieu des cheses, les maîtres du páramo : les hommes n’y sont plus maîtres. Les cheses sont particulièrement attachés aux lacs puisqu’il s’agit de leurs demeures. Ils manipulent les éléments du climat, lorsqu’ils se mettent en colère, pouvant créer une tempête, le marcheur peut disparaître ou ils peuvent offrir une éclaircie permettant de retrouver le taureau égaré depuis longtemps. Dangereux et puissants, n’ayant pas d’enfants, les cheses s’entourent d’enfants volés aux humains et d’animaux du bétail qu’ils entraînent au fond des lacs, les gens n’en reviennent pas, ils demeurent prisonniers. « Pour tenter d'amadouer cet espace insoumis au caractère ténébreux, les paysans adoptent des comportements particuliers à chacun de leur passage dans le páramo. Mais il faut d'abord éviter de troubler la quiétude de la montagne avec ses cris ou le bruit d'un éboulement, il convient de manifester de la crainte et surtout du « respect » en gardant en particulier ses distances avec les lacs où l'on ne pêche pas, en faisant régulièrement des offrandes d'alcool fort (miche) et de pâte de tabac (chimô) très prisées des cheses. ». Faute de quoi, confondant le monde des humains à celui des cheses, les prisonniers perdent la mémoire, la notion du temps et de la réalité. Pascale de robert décrit le páramo comme un espace de confusion et de mélange qui n’obéit pas à l’ordre que l’on reconnaît dans le territoire des hommes, c’est le domaine des génies mystérieux qui sont à la fois surnaturels et intégrés à la nature. Le páramo est un espace magique que personne ne peut prétendre contrôler. Il fallait alors se munir d’offrandes pour pouvoir espérer échapper à ces êtres redoutés. Les agriculteurs ne s’y déplaçaient que très rarement pour récupérer le bétail lors de la saison sèche. Il s’agissait d’un espace risqué, peu valorisé par la population rurale.

Laguna et zones humides (brumes)  La Victoria, 28 février 2015, Mérida, Venezuela

Laguna et zones humides (brumes)  La Victoria, 28 février 2015, Mérida, Venezuela

Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps

Alexandra Angéliaume-Descamps

Haut de page

Notes

1 Lacs d’origine glaciaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Laguna et zones humides (brumes)  La Victoria, 28 février 2015, Mérida, Venezuela
Légende Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps
Crédits Alexandra Angéliaume-Descamps
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2028/img-1.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Angéliaume-Descamps, « Un lieu marginal peu valorisé avant l’arrivée des espagnols », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Coin des curiosités, Eau et Vulnérabilités dans les Amériques, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://orda.revues.org/2028

Haut de page

Auteur

Alexandra Angéliaume-Descamps

GEODE 5602 UT2J France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org