Navigation – Plan du site
Eau et Vulnérabilités dans les Amériques

Le páramo aujourd’hui : frontière agricole et pressions diverses

Alexandra Angéliaume-Descamps

Notes de l’auteur

Voir http://geocarrefour.revues.org/9278

Texte intégral

1Aujourd’hui, ce droit présente un aspect négatif pour le páramo car si autrefois le pâturage se faisait de façon extensive et saisonnière, aujourd’hui l’évolution des activités agricoles vers du maraîchage intensif modifie les conditions passées et induit une forte menace pour ce milieu du fait d’une concentration des animaux. Avant l’arrivée du maraîchage, les versants de la montagne étaient consacrés à une agriculture de subsistance basée sur des cultures traditionnelles (pommes de terre, apio, haricots noirs…) et diverses activités d’élevages. On pouvait y observer une mosaïque de cultures traditionnelles associées à des cultures relictuelles de l’époque coloniale (essentiellement le blé, mais aussi l’avoine). Les animaux pâturaient des parcelles en jachères ou des parcelles fonds de vallées humides, puis rejoignaient collectivement le páramo, espace de droit collectif, pour un pâturage extensif où se côtoyaient bovins (animaux de trait), ovins (laine) et équidés (chevaux et mules pour le transport). Occasionnellement, on pratiquait sur ces espaces d’altitude un brûlis favorisant la repousse d’un herbage plus dense et plus appétant. Mais ces pratiques valorisant les divers étages de la montagne étaient associées à un fort exode rural et une importante pauvreté. Pour y remédier le gouvernement met en place des programmes de développement locaux (Programa Subsidio conservacionista 1962-1974 et Programa Valles Altos 1974-1988). Ils permettent le financement d’importants systèmes d’irrigation collectif qui vont chercher l’eau dans le páramo et la mise en place d’un nouveau système de production basée sur la production maraîchère irriguée à destination des marchés urbains. Le recours systématique à l’irrigation et aux paquets technologiques permet de produire 2 à 4 récoltes par an. Les animaux sont exclus des parcelles productives et relégués dans le páramo près des points d’eau (drainage des fonds de vallée pour mise en culture, disparition du pâturage saisonnier ou de la jachère pâturée). Les systèmes d’irrigation collectifs s’approvisionnent en eau dans les rios, les quebradas et surtout les zones humides : source ou lagunas et on va la chercher loin dans le páramo.

2Cette ressource en eau pourrait de plus à terme être menacée par le changement climatique qui se fait largement ressentir dans ces espaces d’altitude. Climatologues, géomorphologues ou écologues locaux soulignent la régression impressionnante des glaciers du Pic Bolivar, l’intensification des éboulements et des glissements de terrain sans explication d’origine anthropique, la modification du régime des pluies entraînant un net recul de certaines lagunas ou encore la remontée de la limite du fralejon de 4 600 m. à 4 800 m. Quant aux agriculteurs, ils évoquent des gelées moins fréquentes en altitude, des températures nocturnes plus douces, des pluies plus irrégulières en saison pluvieuse mais aussi des étés plus « forts », des sols secs plus rapidement dans la saison. Ces changements vont évidemment avoir des implications sur l’alimentation des zones humides et vont aussi impacter deux évolutions sur les pratiques agricoles. En premier lieu, on observe une remontée de la frontière agricole, « il gèle moins, on va cultiver plus haut ». De 3 500 - 3 600 m., elle remonte à 3 800 – 4 000 m. selon les versants, mais suivant une progression non linéaire avec une mosaïque de parcelles qui s’installent dans le páramo. Il faut souligner que cette pression sur la frontière agricole est aussi favorisée par l’augmentation permanente de la demande du marché en produits tempérés et, parallèlement, par la recherche de meilleurs revenus de la part des agriculteurs qui gagnent avec ces nouvelles productions une amélioration de leur qualité de vie. En second lieu, on assiste un recours quasi généralisé à l’irrigation pour se détacher de l’irrégularité des précipitations qui peuvent compromettre la récolte : on voit donc se développer des réseaux d’irrigation informel : l’ensemble des sols accessibles et fertiles sont mis en culture, les aménagements hydrauliques se multiplient, les animaux se concentrent davantage près des points d’eau du páramo. L’organisation du territoire est totalement modifiée et l’exploitation des ressources en eaux est amplifiée. Certains évoquent le derecho negativo pour évoquer cette évolution de l’usage du droit páramo : le piétinement du bétail endommage la végétation, compresse les sols et perturbe les fonctions de rétention en eau…

Le maraîchage dans les Andes de Mérida, Mérida, Venezuela

Le maraîchage dans les Andes de Mérida, Mérida, Venezuela

Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps

Alexandra Angéliaume-Descamps

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le maraîchage dans les Andes de Mérida, Mérida, Venezuela
Crédits Auteur : Alexandra Angéliaume-Descamps
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2029/img-1.png
Fichier image/png, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Angéliaume-Descamps, « Le páramo aujourd’hui : frontière agricole et pressions diverses », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Coin des curiosités, Eau et Vulnérabilités dans les Amériques, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://orda.revues.org/2029

Haut de page

Auteur

Alexandra Angéliaume-Descamps

GEODE 5602 UT2J France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org