Navegação – Mapa do site
Le catholicisme en Amérique latine. Symptômes de crise et perspectives de reconquête

Présentation

Presentación
Olivier Compagnon
p. 5-7

Texto integral

1Conçu dans une perspective résolument pluridisciplinaire, ce dossier de L’Ordinaire latino-américain fait dialoguer historiens, sociologues, anthropologues et politologues afin de proposer un état des lieux du catholicisme latino-américain à la fin de la première décennie du XXIe siècle.

  • 1 David Stoll, Is Latin America Turning Protestant? The Politics of Evangelical growth, Berkeley-Los (...)
  • 2 André Siegfried, Amérique latine, Paris, Armand Colin, 1934, p. 162 et 164.

2S’ils ne prétendent aucunement à l’exhaustivité et mériteraient d’être complétés par de multiples autres approches – nationales et locales, disciplinaires, thématiques –, les textes réunis ici rendent compte des incertitudes pesant sur le champ religieux latino-américain et des nombreuses recompositions à l’œuvre. Certes, l’Amérique latine n’est pas encore devenue protestante ainsi que le suggérait l’anthropologue nord-américain David Stoll il y a presque vingt ans1, mais on ne peut assurément plus accorder de crédit à la prédiction d’André Siegfried qui, au milieu des années 1930, considérait le « protestantisme [...] manifestement sans avenir dans un pareil environnement » et « le fait du catholicisme comme permanent, statutaire même […].2 » Elle pourrait toutefois le devenir rapidement si les taux de croissance pentecôtistes enregistrés lors du dernier quart de siècle se maintiennent durant le suivant. Nul doute, dès lors, que les sociétés latino-américaines s’en trouveraient profondément bouleversées, tant en termes identitaires qu’au niveau politique. C’est donc aussi à la poursuite de l’observation de ces mutations, fondamentales pour l’avenir de l’Amérique latine, qu’invite également ce dossier.

3Après une présentation de la crise à laquelle se trouve actuellement confronté le catholicisme latino-américain, trois articles abordent les différentes formes de celle-ci. Sur le cas mexicain en particulier, Renée de La Torre montre que l’Église catholique a récupéré, depuis le début des années 1990, un certain nombre des prérogatives institutionnelles dont les politiques étatiques de laïcisation l’avait privée tout au long des XIXe et XXe siècles, mais que cette dynamique de reconstruction d’un lien privilégié avec l’État n’empêche pas que continue à se creuser le fossé entre les attentes des fidèles – sur un plan doctrinal notamment – et le discours proposé par la hiérarchie sur un certain nombre de questions cruciales comme le droit à l’avortement ou la morale sexuelle. De son côté, Malik Tahar Chaouch étudie les recompositions de la théologie de la libération au début du XXIe siècle et montre l’importance de cet héritage au sein de mobilisations sociales contemporaines, mais insiste également sur les limites de ces recompositions et la distance qui ne cesse de se creuser entre les héritiers des mobilisations des années 1960-1970 et la réalité des revendications contemporaines. Enfin, un texte collectif consacré à la réception de l’élection de Benoît XVI en Amérique latine permet de prendre la mesure du décalage entre les espérances nourries à l’occasion de la transition pontificale et la déception engendrée par l’arrivée du nouveau pontife sur le trône de Pierre.

  • 3 Sur ce point, voir l’article classique de Pierre Bourdieu, « Genèse et structure du champ religieux (...)
  • 4 Mais cette dynamique n’est pas à l’œuvre partout, comme en témoigne l’actualité péruvienne de juill (...)

4Trois autres textes sont ensuite consacrés aux logiques de reconquête qui animent les Églises latino-américaines au début du XXIe siècle – ou, du moins, une partie de ces Églises. Dans une perspective d’ensemble mettant en lumière la nécessité de penser les mutations contemporaines à l’aune de la notion de champ3, Jean-Pierre Bastian montre ainsi que les institutions catholiques tendent à mettre en œuvre une double stratégie de restauration des positions perdues : d’une part, en récupérant à leur profit un certain nombre de traits caractéristiques des pentecôtismes, notamment au travers de la promotion des mouvements de renouveau charismatique ; d’autre part, en tentant de renouer des liens forts – manifestement nostalgiques du monopole institutionnel d’antan – avec les États4. De leur côté, Aurélie La Torré et Raúl Matta restituent les enquêtes de terrain qu’ils ont menées sur deux fers de lance possibles – ou, du moins, se pensant comme tels – de la reconquête catholique au Pérou : l’Opus Dei et le mouvement Tradition, Famille et Propriété, dont les nombreux traits communs – élitisme exacerbé, dénonciation radicale de la modernité, perpétuation de la liturgie pré-conciliaire, etc. – renseignent utilement sur la place qu’occupe aujourd’hui, au sein du catholicisme latino-américain, un traditionalisme sans doute en phase avec les attentes vaticanes, mais dont les modes de croire et de penser la place de la religion dans la société s’éloignent chaque jour un peu plus des attentes et des pratiques des fidèles.

5Enfin, dans un article aux confins de l’histoire, de la science politique et de la prospective, Philippe Létrilliart décrit le rôle de l’Église catholique dans le jeu politique cubain contemporain et, surtout, tente d’évaluer les fonctions possibles de l’institution ecclésiale dans l’hypothèse d’une transition post-castriste, dont on peut imaginer qu’elle pourrait restaurer l’Église en acteur politique de premier plan, mais qui risque dans le même temps d’ouvrir un peu plus Cuba à la pluralisation religieuse à l’œuvre partout ailleurs.

Topo da página

Notas

1 David Stoll, Is Latin America Turning Protestant? The Politics of Evangelical growth, Berkeley-Los Angeles-Oxford, University of California Press, 1990. Un autre ouvrage, devenu classique, a été publié la même année : David Martin, Tongues of Fire. The Explosion of Protestantism in Latin America, Oxford, Blackwell, 1990.

2 André Siegfried, Amérique latine, Paris, Armand Colin, 1934, p. 162 et 164.

3 Sur ce point, voir l’article classique de Pierre Bourdieu, « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie, XII, 1971, p. 295-334 ; ainsi que l’analyse de sa genèse et de ses implications en sociologie des religions par Erwan Dianteill, « Pierre Bourdieu et la religion. Synthèse critique d’une synthèse critique », Archives de Sciences Sociales des Religions, n° 118, avril-juin 2002, p. 5-19.

4 Mais cette dynamique n’est pas à l’œuvre partout, comme en témoigne l’actualité péruvienne de juillet 2009 avec l’approbation, par la Commission constitutionnelle du Congrès, de la Ley de igualdad y libertad religiosa qui remet en question le statut privilégié détenu par l’Église catholique.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Olivier Compagnon, « Présentation », L'Ordinaire des Amériques, 210 | 2008, 5-7.

Referência eletrónica

Olivier Compagnon, « Présentation », L'Ordinaire des Amériques [Online], 210 | 2008, posto online no dia 01 Novembro 2015, consultado o 23 Novembro 2017. URL : http://orda.revues.org/2611

Topo da página

Autor

Olivier Compagnon

Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (IHEAL)
Institut Universitaire de France

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org