Navigation – Plan du site
Le catholicisme en Amérique latine. Symptômes de crise et perspectives de reconquête

La réception de l’élection de Benoît XVI en Amérique latine

La recepción de la elección de Benedicto XVI en América Latina
Collectif d’étudiants de l’IHEAL
p. 63-79

Résumés

Cet article analyse, au travers d’une étude de la presse, la réception en Amérique latine de la mort de Jean Paul II et de l’élection de son successeur en avril 2005. La transition entre les deux pontificats constitue l’occasion d’un bilan sur l’état du catholicisme latino-américain, menacé dans son monopole historique par l’expansion des églises pentecôtistes. Elle génère également de nombreux espoirs – celui de voir élu le premier pape latino-américain de l’Histoire, notamment – que l’élection de Benoît XVI tend à décevoir rapidement. En effet, les positions très conservatrices du nouveau pape contrastent fortement avec de nombreuses réalités accompagnant la modernisation des sociétés latino-américaines.

Haut de page

Notes de la rédaction

1 Cet article a été rédigé, dans le cadre d’un séminaire de Master 2 Recherche assuré par Olivier Compagnon à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) et intitulé « Les mutations du religieux en Amérique latine dans le second XXe siècle », par Amélie Baubeau, Émilie Charpentier, Juliette Dumont, Émilie Flambeaux, Pierre Gerstlé, Jo-Ann Johnson, Julie Liard, Guillemette Martin, Alice Mylônas et Adriana Ortega.

Texte intégral

  • 2 Pour un bilan du pontificat de Jean Paul II en Amérique latine, voir François Houtart, « Los pontif (...)

1Conscient dès son élection, en octobre 1978, que « le continent le plus catholique du monde » était confronté à une série de défis mettant en jeu l’avenir même de l’Église, Jean Paul II a attaché une importance toute particulière à l’Amérique latine durant l’ensemble de son pontificat. En témoigne notamment le fait qu’il y consacra son premier voyage hors d’Italie en se rendant en République dominicaine, au Mexique et aux Bahamas dès janvier 1979, puis qu’il visita par la suite tous les pays de la région à l’exception du Surinam et de quelques États caribéens. Au total, le premier pape polonais de l’Histoire se rendit en Amérique latine à 19 reprises, alors qu’un seul de ses prédécesseurs – Paul VI en 1968 – avait jusque-là voyagé au sud du Rio Grande. Néanmoins, le bilan latino-américain de ce pontificat long de plus d’un quart de siècle apparaît mitigé : si Jean Paul II fut l’instigateur d’une sévère répression de la théologie de la libération et rétablit l’autorité de Rome en matière doctrinale, il n’est pas parvenu à enrayer l’érosion du monopole confessionnel que détenait l’Église catholique depuis le XVIe siècle ni la fuite des fidèles vers les mouvements pentecôtistes qui connaissent une croissance exponentielle depuis la fin des années 19502.

2Aussi sa disparition, le 2 avril 2005, ainsi que la perspective de l’élection d’un nouveau souverain pontife, ont-elles généré des attentes particulièrement fortes en Amérique latine, certains spéculant même sur la possibilité de l’avènement d’un pape latino-américain. La presse latino-américaine – les quotidiens notamment – a accordé une grande place à l’actualité vaticane, la mort de Jean Paul II apparaissant comme un moment privilégié pour dresser un bilan du pontificat, mais aussi plus généralement un état des lieux du catholicisme en Amérique latine. Dans ce contexte, l’élection de Benoît XVI le 19 avril a donné lieu à des réactions contrastées et mis en lumière les incertitudes pesant sur l’avenir du catholicisme en Amérique latine à l’orée du XXIe siècle.

Le bilan contrasté du pontificat de Jean Paul II

  • 3 « Vaticano on line », Página 12 (Buenos Aires), 4 avril 2005.
  • 4 Sur ce point, voir notamment Philippe Létrilliart, Cuba, l’Église et la Révolution, Paris, L’Harmat (...)

3Partout en Amérique latine comme ailleurs dans le monde, la nouvelle du décès de Karol Wojtyla a d’abord été accompagnée par des expressions de regret et de douleur parmi lesquelles il est parfois difficile de cerner la frontière entre paroles de circonstances et véritables appréciations de fond sur le pontificat. Ainsi lit-on dans la presse argentine : « es un papa que gobernó la Iglesia saliendo de las puertas de Vaticano hacia fuera. […] Siempre pidió que incluyeran en su agenda visitas a los lugares pobres, a los enfermos o los que estaban sufriendo. Quizá quien lo suceda no tenga la misma vocación viajera que Karol Wojtyla, pero nadie podrá en el futuro gobernar la Iglesia Católica instalado tranquilamente en Roma.3 » Dans plusieurs pays comme l’Argentine et Cuba – impossible terre de mission depuis 1959, mais où le pape s’était finalement rendu en 19984 –, un deuil officiel fut même décrété alors même que ce type d’hommage officiel est habituellement réservé aux personnalités nationales. Cela dit, le décès a surtout fourni l’opportunité de revenir sur son bilan en tant que chef de l’Église catholique : quelles images les sociétés latino-américaines semblent-elles retenir du pape ? Quelle place spécifique a occupé Jean Paul II dans l’histoire de l’Église outre-Atlantique dans le dernier quart du XXe siècle ?

  • 5 Maria Clara Bingemer, « Missão cumprida », Jornal do Brasil (Rio de Janeiro), 3 avril 2005.
  • 6 Sur ce point, voir le dossier « La politique étrangère du Vatican », Diplomatie, n° 4, juillet-août (...)
  • 7 Sur ce point, voir par exemple « El mundo perdió a un campeón », La Prensa (San Pedro Sula), 3 avri (...)
  • 8 Voir notamment « La Iglesia y sus desafíos », El Universal (México), 3 avril 2005 ; Leonardo Boff, (...)

4Relativement consensuelle sur ce point, la presse d’Amérique latine retient tout d’abord que Jean Paul II a maintenu un contact régulier et permanent avec la population et non pas seulement avec la hiérarchie, ce qui lui valut une très large popularité mesurable aux foules qui, toujours, se pressèrent lors des différentes célébrations organisées à l’occasion de ses voyages. On note ainsi au Brésil qu’il fut le « porta-voz » des sans-voix et, en particulier, de tous ceux qui étaient touchés par la guerre et les inégalités sociales, économiques ou politiques5. Renouant avec une tradition pontificale ancienne mais tombée en désuétude tout au long du XXe siècle, son rôle de médiateur dans la résolution de plusieurs conflits interétatiques – comme ceux entre l’Argentine et le Chili en 1978-1979 ou entre l’Équateur et le Pérou en 1995 – a également fondé son statut d’homme de paix et de réconciliateur des peuples et des nations6. Fréquemment, la presse note aussi l’attention particulière portée par Jean Paul II au secteur de la jeunesse et, surtout, sa trajectoire individuelle de catholique polonais l’ayant amené à jouer un rôle décisif dans la chute du communisme7. Sur le plan doctrinal, on reconnaît l’importance de son empreinte – dialogue œcuménique, rénovation de la doctrine sociale de l’Église, défense des droits de l’homme – bien que celle-ci prête à la critique : moderne dans ses pratiques du voyage ou des medias, Jean Paul II n’a jamais cessé de dénoncer l’avortement, l’usage des préservatifs ou le divorce au mépris d’une part substantielle des opinions latino-américaines et au risque d’une « mediocratização das inteligencias e de infantilização dos cristaos8. » Initialement présenté comme un héritier de Vatican II et comme le représentant d’une modernisation du catholicisme, il n’en aurait pas moins renforcé la centralisation du pouvoir au sein de l’Église.

  • 9 Voir François Houtart, « Jean Paul II, un pape conservateur et moderne », Le Monde Diplomatique, ju (...)

5Une fois estompée l’émotion accompagnant la disparition d’un personnage médiatique, le legs de Jean Paul II est bien donc perçu à l’aune des ambiguïtés qui ont marqué le quart de siècle au cours duquel ce personnage « conservateur et moderne » a été à la tête de l’Église catholique9. La répression de la théologie de la libération – du sermon public administré à Ernesto Cardenal sur le tarmac de l’aéroport de Managua en mars 1983 à l’Instruction sur quelques aspects de la théologie de la libération rendue publique en septembre 1984, en passant par le silence pénitentiel imposé au Franciscain brésilien Leonardo Boff – fait en effet l’objet de très nombreux articles, qui insistent sur la contradiction entre la volonté affichée de dénoncer la pauvreté – dans la tradition de la doctrine sociale de l’Église – et la mise au pas de secteurs du catholicisme latino-américain qui, justement, avaient tenté de prendre en charge cette question. De nombreuses figures de la théologie de la libération occupent le devant de la scène médiatique latino-américaine au début du mois d’avril 2005, au premier rang desquelles Leonardo Boff qui n’épargne pas le pape défunt de ses critiques. Ainsi dans O Globo deux jours après l’annonce du décès, où l’argument romain selon lequel la théologie de la libération était dangereuse parce qu’elle frayait de trop près avec le marxisme est balayé :

  • 10 Leonardo Boff, « A maior dificuldade é a arrogancia institucional », op. cit.

a teologia da libertação nunca teve a Marx nem por pai nem por padrinho. Ela nasceu ouvindo o grito dos oprimidos e com a inspiração da fé crista, da maioria do povo latino-americano, organizou a resistência e libertação contra as condições perversas a que estava e continua estando o povo.10

  • 11 Raúl Trejo Delarbre, « El ultimo viaje de Juan Pablo II », La Cronica de Hoy (México), 3 avril 2005 (...)

6Fondamentalement, l’enjeu de la répression résidait plutôt dans la perpétuation de l’autorité romaine et dans la peur d’un schisme remettant en question l’unité de l’Église. D’après le théologien brésilien, ce sont finalement ses origines polonaises qui ont empêché Jean Paul II de comprendre que l’ennemi en Amérique latine n’était pas le communisme, mais « les élites sans sensibilité sociale ». Aussi « la preocupación del Papa por las causas sociales11 » est-elle considérable-ment relativisée dans les bilans dressés à la suite de sa disparition. Au-delà de ses appels au respect de la dignité humaine, Jean Paul II n’aurait guère contribuer à remettre en cause le statu quo politique et social latino-américain, ainsi qu’en témoignerait son soutien tacite aux régimes de sécurité nationale.

7En effet, ce dernier élément apparaît également comme l’une des ombres pesant sur le bilan du pontificat comme le montre par exemple un éditorial du journaliste uruguayen Rubén Sánchez :

  • 12 Rubén W. Sánchez, « Luces y sombras de Juan Pablo II », La República (Montevideo), n°1798, 9 avril (...)

¿quién no se acuerda de sus fotos hablando amenamente con Augusto Pinochet y bendiciéndolo en abril de 1987 y posteriormente saliendo con el dictador al balcón del palacio de la Moneda donde murió trágicamente Salvador Allende ? También los archivos guardan la felicitación personal del papa a Pinochet con motivo de su boda de oro. En 1999 abogó por la liberación de Pinochet cuando fue detenido en Londres. Mientras que sus relaciones con el jefe de la junta militar de Argentina, general Jorge Videla, eran cordiales, jamás quiso recibir a las Madres de la Plaza de Mayo que anhelaban pedirle ayuda para saber sobre sus hijos y nietos […]. Alfredo Stroessner de Paraguay y Alberto Fujimori también fueron recibidos y bendecidos por el pontifice. El ex presidente Carlos Menem reveló el apoyo que dio su santidad a su decisión de indultar a los ex dictadores Videla, Massera y a muchos de sus seguidores.12

  • 13 « La Iglesia y sus desafíos », op. cit. Sur la question de l’Opus Dei, voir l’article d’Aurélie La (...)
  • 14 Lors de ce voyage, Jean Paul II a toutefois clairement remis en question la pertinence de l’embargo (...)

8Dans le même ordre d’idées, la presse latino-américaine note fréquemment que des groupes « ultraconservateurs » comme l’Opus Dei ou les Légionnaires du Christ ont considérablement renforcé leurs positions à Rome et au sein des hiérarchies épiscopales nationales13. Quant au voyage cubain de 1998, loin d’équilibrer la balance et de témoigner d’une volonté d’ouverture, il n’aurait au fond visé qu’à redonner souffle à l’Église catholique dans la perspective du post-castrisme14.

Les défis du nouveau pontificat

9Si elle a amené l’ensemble de la presse à dresser un bilan de son pontificat, la mort de Jean Paul II va également entraîner une réflexion sur l’élection du prochain pape dans la perspective des nombreux défis auxquels les Églises d’Amérique latine sont confrontées. Durant la période de transition qui sépare le décès du pape de la tenue du conclave, une grande partie des articles traitant de la succession au trône de Pierre dresse une liste des problématiques qui seront au centre du prochain pontificat.

  • 15 Otto Granados Roldán, « ¿ Qué Iglesia para el siglo XXI ? », La Crónica de Hoy (México), 13 avril 2 (...)
  • 16 Panorama social de América latina 2004, Santiago du Chili, CEPAL, 2004.

10Au premier rang de ces diverses questions figure évidemment celle de la pauvreté et de « la moderación de los efectos perversos o negativos de lo que algunos han dado en llamar, con cierta exageración, el capitalismo »15, dans un contexte politique et économique sensiblement différent de celui dans lequel Jean Paul II avait accédé au pontificat puisque le « virage à gauche » de l’Amérique latine, depuis la fin des années 1990, a contribué à la remise en question du dogme néolibéral. Il n’en demeure pas moins que la pauvreté et l’inégale répartition des richesses demeurent des questions centrales dans une région où l’on recense encore 126 millions de pauvres et 96 millions d’indigents16.

11Un peu plus d’un an après la légalisation du divorce au Chili qui avait donné lieu à une violente campagne de l’Église contre ce projet de loi, les problèmes liés à la sexualité et à la famille occupent également une place de premier plan dans le futur agenda pontifical :

  • 17 Gilberto Rincón Gallardo, « Un nuevo papa », Reforma, (México), 16 avril 2005.

es precisamente en este terreno de la moral y el derecho a la vida, así como en el relativo al de la sexualidad y los derechos de las mujeres y los homosexuales, que la Iglesia Católica va a seguir encontrando sus mayores desafíos.17

  • 18 Beatriz Lecumberri, « La Iglesia comenza a dibujar el retrato del nuevo sucesor de Pedro », La Repú (...)

12L’un des enjeux essentiels réside notamment dans le comblement de l’abîme séparant la doctrine de l’Église en la matière et les aspirations à la modernisation des sociétés latino-américaines et des couches les plus jeunes de la population. Dans le contexte d’une fragmentation croissante du champ religieux, où le catholicisme doit notamment affronter la concurrence des églises pentecôtistes, la conservation et la reconquête des fidèles apparaissent comme des défis majeurs et semblent s’être substituées à la lutte contre le communisme depuis la fin de la Guerre froide et du socialisme réel. Ainsi lit-on dans le journal uruguayen La República que, dorénavant, la priorité de l’Église ne sera plus de « enfrentarse a la izquierda, sino mantener y expandir sus bastiones en América Latina, frente a las iglesias sectarias, en Africa y Asia, frente al avance del Islam, y en Europa, ante una ola de apatía religiosa.18 » Si la question du déclin international du catholicisme est donc bien posée par l’ensemble de la presse latino-américaine, la mise en perspective locale de ce phénomène est toutefois peu traitée : seuls quelques rares publications, souvent proches de la gauche et héritières d’une tradition anticléricale, mettent l’accent sur la ferveur prosélyte des nouveaux mouvements religieux, fréquemment qualifiés de « sectes », et sur les possibles réponses que pourra apporter le prochain pape.

  • 19 « Mulheres ocupam espaço na Sé », Jornal do Brasil (Rio de Janeiro), 15 avril 2005.

13Finalement, c’est la question des réformes internes que l’Église pourrait adopter qui revient de la manière la plus récurrente : quelle place accorder aux femmes dans la hiérarchie ? Comment redéfinir les relations entre le centre romain et les hiérarchies nationales périphériques ? De quelle manière enrayer la chute des vocations et le déclin des pratiques – même si celui-ci est infiniment moins prégnant qu’en Europe ? « Em um mundo dominado por homens, algumas mulheres católicas estão trilhando o caminho para a participação feminina na Igreja », lit-on ainsi dans le Jornal do Brasil19, tandis que la question du célibat des prêtres – et les multiples entorses connues à la règle – est également abondamment traitée. L’ensemble de ces interrogations débouche naturellement sur toute une série de spéculations concernant le futur élu, plusieurs profils-types – conserva-teurs contre progressistes – étant mis en concurrence à l’aune des grands défis identifiés pour l’Église de demain.

  • 20 La presse hondurienne se montre particulièrement enthousiaste face à cette possibilité : voir par e (...)
  • 21 Voir par exemple « ¿Italiano o latinoamericano, ultraconservador o moderno? La Iglesia comienza a d (...)

14C’est à partir du 18 avril 2005 que les 115 cardinaux se réunissent en conclave à Rome Vatican afin d’élire le successeur de Jean Paul II. Les rumeurs sur la succession sont toutefois allées bon train dès le lendemain de la mort du pape et la plupart des quotidiens latino-américains n’ont pas tardé à proposer le nom des principaux « papabiles ». La question de l’âge du candidat apparaît centrale et l’hypothèse d’un pape relativement jeune, comme l’était Jean Paul II lors de son élection, retient particulièrement l’attention dans la mesure où celui-ci pourrait être le cardinal hondurien Oscar Andrés Rodríguez Maradiaga. Âgé de 65 ans, polyglotte et considéré comme progressiste sans pour autant devoir composer avec un passé trop sulfureux de chrétien de la libération, cet archevêque de Tegucigalpa et ancien président du Consejo Episcopal Latinoamericano (CELAM) présenterait l’avantage d’offrir au « continent le plus catholique du monde » son premier souverain pontife après des siècles d’européocentrisme – voire d’italianocentrisme20. D’autres noms retiennent l’attention de la presse dans la même perspective : ceux de l’Argentin Jorge Mario Bergoglio, du Brésilien Claudio Hummes et du Colombien Darío Castrillón Hoyos. Il n’en demeure pas moins que la plupart des journaux latino-américains n’entretiennent guère d’illusions et soulignent que les favoris sont incontestablement italiens, allemands et autrichiens. La ligne de partage n’est toutefois pas seulement géographique et fait également l’objet d’interprétations d’ordre idéologique : un pape européen serait par nature conservateur alors qu’une candidature latino-américaine, ou du moins issue d’un pays du Sud, serait un gage de rénovation et de modernisation21.

  • 22 Cité par La Jornada (México), 18 avril 2005. Sur l’ensemble de ces discussions, voir notamment Migu (...)
  • 23 Voir par exemple « Defiende Ratzinger ortodoxia », Reforma (México), 19 avril 2005.

15De fait, ces considérations amènent un certain nombre de journalistes à proposer une analyse détaillée du système électoral romain et à en dénoncer les travers. D’une part, tous les cardinaux membres du conclave en avril 2005 ont été nommés par Jean Paul II, à l’exception de quatre d’entre eux, et appartiennent à la branche la plus conservatrice de l’Église. D’autre part, seuls 21 des 115 votants sont originaires d’Amérique latine alors que la région compte en son sein presque la moitié des catholiques de la planète. D’une manière plus générale, les conservateurs européens représentent largement plus de la moitié des voix et ne laissent aucune chance à l’hypothèse d’un pape extra-européen. Ce que le cardinal brésilien Aloíso Lorscheider, archevêque d’Aparecida et ancien président du CELAM, résume sans ambages en notant que « el próximo papa seguramente será elegido entre los europeos, porque ellos tienen una indisimulable sensación de superioridad y son mayoría en el cónclave.22 » De fait, de nombreux journaux présentent l’élection du cardinal Joseph Ratzinger, fidèle de Jean Paul II et rugueux préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, comme la plus probable : l’homme est unanimement présenté – notamment en Argentine et au Mexique – comme le parfait représentant de l’aile la plus conservatrice de l’Église, principal pourfendeur de la théologie de la libération et très éloigné des réalités latino-américaines23.

« Habemus Papam »

16Le 19 avril 2005, la fumée blanche montant au dessus de l’église Saint Pierre de Rome annonce l’élection d’un nouveau pape au terme d’un des conclaves les plus rapides de l’histoire. À 78 ans, le doyen des cardinaux, Mgr Joseph Ratzinger, devient le premier pape allemand depuis le Moyen-Âge et prend le nom de Benoît XVI. Les fidèles présents sur la place Saint Pierre sont partagés entre joie et déception, et cette élection déclenche une série des réactions contrastées dans les medias du monde entier. En Amérique latine, la presse oscille entre un enthousiasme modéré, de sévères critiques et une indéniable perplexité.

  • 24  Héctor Abad Faciolince, « A la diestra de la diestra », Semana ( Bogotá), 24 avril 2005.
  • 25 Aurelio Alonso Tejada, « Bush en Washington y Raztinger en Roma », La Jiribilla (La Havane), 20 avr (...)
  • 26 Luis Alberto Fuentes, «Vaticinan un papado ‘muy duro’ », La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.
  • 27 Aurelio Alonso Tejada, « Bush en Washington y Raztinger en Roma », op. cit.
  • 28 « Ricardo Maduro: ‘Todo el pueblo hondureño debe estar alegre’« , La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril (...)
  • 29 « Un aplauso en el cerro del Verdún y oraciones en Montevideo », El País (Montevideo), 20 avril 200 (...)
  • 30 Isabel Braga Rodrigo Rangel, « CNBB pede abertura e descentralização da Igreja », O Globo (Rio de J (...)
  • 31 La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.

17En premier lieu, l’ensemble des medias latino-américains se font l’écho de la frustration causée par l’élection d’un nouveau pape européen et l’hebdomadaire colombien Semana apparaît bien isolé lorsqu’il soutient la thèse européocentriste selon laquelle seul un Européen peut être élu Pape : « estos temas son de Occidente, no puede ser un papa del Tercer Mundo. Estas características las posee Ratzinger.24 » Dans l’ensemble, les journaux relèvent l’immobilisme de la Curie et son incapacité à prendre en considération les Églises périphériques, notamment l’Amérique latine qui « reúne hoy a cerca de la mitad de los católicos del mundo, y un buen número de cardenales con méritos reconocidos para asumir el pontificado.25 » Réservoir de fidèles où la religiosité populaire demeure particulièrement vivace, le sud de l’Amérique semble pourtant ne pas pouvoir prétendre aux responsabilités du pouvoir : « el Vaticano sólo mira hacia donde nosotros cuando necesitan vocaciones, exclusivamente, no es un tema que les interese.26 » A moins qu’il ne s’agisse de voir resurgir, avec l’élection d’un pape issu du sud, le spectre de la théologie de la libération et de la fragmentation idéologique du catholicisme27. Certes, les autorités politiques et ecclésiastiques tentent de relativiser cette frustration et saluent, avec une politesse toute diplomatique, l’élection du nouveau souverain pontife : le président hondurien souligne la fierté qui doit être celle de ses compatriotes d’avoir vu l’un des leurs cité dans la liste des possibles papes28 ; en Uruguay, on rappelle que Benoît XVI s’inscrit dans la continuité de Jean Paul II avec qui il partageait l’idée selon laquelle l’Amérique latine était « el continente de la esperanza29 » ; de Brasilia, Lula adresse un message officiel au nouvel élu et le félicite pour ce « momento de renovada esperança30 » ; et au Mexique, l’évêque auxiliaire de Guadalajara, José Trinidad González Rodríguez, qui a eu l’occasion de collaborer avec le cardinal Ratzinger en 1996, affirme que le nouveau pape est un homme « más bueno de lo que se imaginan.31 » En outre, l’accent est fréquemment mis sur le fait que Ratzinger est un intellectuel de très haut niveau dont les contributions théologiques, depuis les années 1960, sont considérées comme décisives par les spécialistes de la question. Cela n’empêche que peu de transformations réelles sont à prédire au sein de l’Église en dépit de l’urgence que semblent imposer, en Amérique latine, la concurrence religieuse et, ailleurs, les dynamiques de sécularisation.

  • 32 Voir Gennaro Carotenuto, « Vaticano El Pastor alemán », Brecha (Montevideo), 22 avril 2005.
  • 33 « El papa de la certidumbre moral », La Nación (Buenos Aires), 20 avril 2005.
  • 34 « Sensibilidad y firmeza, las dos caras de Ratzinger », La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.
  • 35 Voir Guillermo L. Escobar Herrán, « Benedicto XVI: defensor de la verdad », El Colombiano (Medellín (...)

18Dans une certaine mesure, cette élection porte en effet la marque de Jean Paul II qui a composé le collège de cardinaux de telle sorte que son œuvre soit poursuivie. En ce sens, Benoît XVI ne serait qu’un épigone et l’année 2005 un simple aléa dans l’histoire romaine32. Comme le note le quotidien argentin La Nación dans l’un de ses éditoriaux, « los cardenales de la Iglesia Católica han manifestado con absoluta claridad su decisión de asegurar la continuidad sin fisuras de la línea doctrinaria y pastoral de Juan Pablo II33 ». Cette analyse se retrouve dans l’ensemble de la presse latino-américaine, qui reprend longuement les mots du nouveau pape décidé à suivre la ligne doctrinale de son prédécesseur en promouvant une Église qui lutte contre la dictature du relativisme et qui place « al hombre, a la persona humana, como el centro de la vida y de la misión de la Iglesia.34 » Finalement, Benoît XVI aurait tout du pape de transition, à la manière d’un Jean XXIII succédant à Pie XII en octobre 1958 dans un même climat de scepticisme ; mais encore ne faudrait-il pas oublier que ce fut lui qui convoqua, à la surprise générale, le second Concile du Vatican et qui lança le grand aggiornamento de l’Église au tournant des années 1950 et 196035.

19Si Ratzinger s’inscrit incontestablement dans la continuité de son prédécesseur, il n’en est pourtant pas une exacte réplique comme en témoigne le choix du nom apostolique de Benoît XVI. De nombreux journaux se penchent sur ce qui apparaît bien comme une curiosité et proposent de longues analyses historiques consacrées à Benoît XV, susceptibles de fournir des indications sur le nouveau pontificat qui s’ouvre. Pour les uns, celui qui occupait le trône de Pierre durant la Première Guerre mondiale et qui tenta vainement d’intercéder entre les belligérants incarne le pacifisme, l’ouverture des frontières et le renforcement des liens entre les peuples :

  • 36 Gustavo Vélez, « Las medidas del nuevo Papa », El Colombiano (Medellín), 20 avril 2005. Voir aussi (...)

papa Benedicto XV que ha sido una de las figuras más incomprendidas de la Iglesia, pero que es el gran elaborador del pensamiento vinculado a la Paz, a la convivencia, a la búsqueda de una construcción de instituciones capaces de darle garantías a la concordia.36

  • 37 Gennaro Carotenuto, op. cit.
  • 38 « Humilde y conservador, que desertó del ejército alemán », La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.
  • 39 « Ratzinger ha defendido con mano de hierro la doctrina de la Iglesia católica », La Jornada (Méxic (...)

20Pour d’autres, cette image pacifiste est infondée et ne doit pas donner d’illusion sur le nouvel élu37. Le risque est fort, au vu de la geste déployée à l’égard de la théologie de la libération dans les années 1980, d’un durcissement de la doctrine. De nombreux journaux publient en effet des extraits de discours ou d’homélies prononcés par le passé par le cardinal Ratzinger, convaincu que l’Église est « una barca que hace agua38 » et qu’une reprise en main – pouvant notamment passer par « un acercamiento con los movimientos católicos más radicales39 » – est urgente et nécessaire.

  • 40 « Cotugno celebró la elección de Ratzinger en el Papado », El País (Montevideo), 20 avril 2005.
  • 41 Voir « El episcopado argentino dijo que Ratzinger marca una continuidad dentro de la Iglesia » et « (...)
  • 42 « Habla la monja argentina que trabajó tres años con Ratzinger », Clarín (Buenos Aires), 21 avril 2 (...)

21Face aux multiples dénonciations du conservatisme extrême de Benoît XVI, certaines figures du clergé latino-américain tentent de relativiser une image qui ne correspondrait pas à la réalité. Mgr Cotugno, président de la Conférence épiscopale uruguayenne, note ainsi que, « cuando hablamos de conservadurismo y de progresismo, todo depende de qué lado se miran las cosas.40 » La hiérarchie ecclésiastique argentine se montre la plus fervente dans cette entreprise de réhabilitation : Mgr Eduardo Mirás, président de la Conférence épiscopale, et le prêtre Jorge Oesterheld, son porte-parole, partagent le point de vue du père Guillermo Marcó lorsqu’il affirme que « tenemos que darle tiempo […]. Curiosamente, quizás [Ratzinger] tenga esa imagen de conservador y en realidad no es así.41 » Quant à la sœur argentine Araceli Zukowski, qui a travaillé pendant trois ans avec Ratzinger sur les textes du catéchisme, elle souligne que le cardinal « no es tan cerrado, pero tampoco tan cerrado » et dénonce l’exagération de la presse sur l’idée que Benoît XVI soit opposé à l’idée d’une participation active des femmes au sein de la hiérarchie : « la prensa a veces exagera y cuando dicen que no quiere a la mujeres en la Iglesia, contesto que yo no lo percibí trabajando con él.42 » Enfin, pour le cardinal Mejía,

  • 43 « Ratzinger es un verdadero líder, discreto, respectuoso de las opiniones de todos », Clarín (Bueno (...)

un hombre inteligente como él no es ‘duro’; es preciso, exacto y claro. No le gustan las meras aproximaciones [...], sobre todo en el campo doctrinal, pero a la vez respeta las opiniones ajenas y trata de extraer lo bueno que hay en ellas. Se atiene como corresponde a la norma de fe, que es inmutable si bien se la puede presentar de diversas maneras. [...] Es un verdadero líder, discreto, respectuoso de las opiniones de todos, bien informado y con una estupenda capacidad de síntesis.43

  • 44 « El Perseguidor», Página 12 (Buenos Aires), 20 avril 2005.
  • 45 « En la viña del Señor », Semana (Bogotá), 24 avril 2005. Voir aussi « Não será fácil conviver com (...)
  • 46 « La elección genera tantos elogios como críticas », Clarín (Buenos Aires), 20 avril 2005.
  • 47 « Combate Ratzinger a Samuel Ruiz », Reforma (México), 20 avril 2005.
  • 48 Fernando Paniagua, « Aclara Ruiz su salida », Reforma (México), 22 avril 2005
  • 49 Martín Granovsky, « El Perseguidor », Página 12 (Buenos Aires), 20 avril 2005; « En la viña del Señ (...)

22Ces plaidoyers n’empêchent cependant pas certains catholiques identifiés comme progressistes d’instruire le procès du nouveau pape. Benoît XVI est ainsi qualifié de « duro probado44 » et considéré comme le « restaurador de dogmas medievales45 ». Déjà très en vue après le décès de Jean Paul II, quelques grandes figures de la théologie de la libération ne ménagent pas leur peine dans les jours qui suivent l’élection de Ratzinger. Leonardo Boff écrit ainsi qu’il accepte cette décision comme chrétien, mais qu’il ne souhaite pas cacher sa déception, que la ligne de Benoît XVI se contente de radicaliser celle de son prédécesseur et produit même beaucoup de peur – notamment parmi les femmes catholiques46. Au Mexique, on insiste sur les multiples réserves émises par Ratzinger à propos de la théologie indienne incarnée par Samuel Ruiz García, ancien évêque de San Cristóbal de las Casas dans le Chiapas47, même si ce dernier affirme publiquement que « las versiones que colocan al nuevo pontífice como operador directo de su salida son producto de la deformación en la información.48 » Página 12 en Argentine et Semana en Colombie résument l’ensemble de ces critiques par quelques formules lapidaires : l’élection de Benoît XVI n’est rien d’autre qu’une « apuesta al fundamentalismo, una forma fanática de ver las cosas, [...] la asunción de un espíritu de secta: aunque menos, más puros » ; comment a-t-il été possible de porter au pouvoir romain, au début du XXIe siècle, un homme qui ne cache pas sa « nostalgia por el ritual antiguo en el que el sacerdote durante la misa daba la espalda a los fieles » et qui regrette la perte de « fascinación por la sagralidad de la ceremonia.49 » Dans ce contexte critique général, plusieurs journaux reprennent alors quelques manchettes à sensation souvent venues de la presse européenne : O Globo de Rio de Janeiro évoque ainsi le « Panzer Kardinal » dans son édition du 20 avril 2005, tandis que d’autres dénoncent le « rottweiler de Dieu » en reprenant une manchette du Daily Telegraph.

  • 50 « Cuando la mayoría aprueba al Papa con la ilusión de que piense distinto », Página 12 (Buenos Aire (...)
  • 51 « Fiéis cariocas mostram decepção », Jornal do Brasil (Rio de Janeiro), 20 avril 2005.

23Ces réactions de défiance ne sont pas le monopole de quelques clercs ou intellectuels. Bien au contraire, elles sont également sensibles au sein des opinions latino-américaines au travers de quelques sondages réalisés dans les derniers jours d’avril 2005. Certes, une enquête commandée par Página 12 montre que six Argentins sur dix approuveraient l’élection de Benoît XVI, même si seulement 10 % d’entre eux connaissent réellement ses idées50. Cependant, au Brésil par exemple, de nombreux titres de presse insistent sur la déception des fidèles : « maioria dos fiéis cariocas não recebeu calorasamente a escolha de um novo papa com perfil mais conservador », lit-on ainsi dans le Jornal do Brasil au lendemain de l’élection51. Tandis qu’un certain nombre de pays de la région envisagent la mise en œuvre de politiques publiques rénovées en matière de contraception et d’avortement, en réponse à des réalités sociales souvent dramatiques, la réaffirmation d’une ligne doctrinale dure au Vatican laisse en effet présager de nombreuses difficultés à plus ou moins longue échéance.

  • 52 « El pasado nazi de Benedicto XVI, un capítulo que no tiene secretos », Clarín (Buenos Aires), 27 a (...)
  • 53 Sur ce point, voir notamment Annie Lacroix-Riz, Le Vatican, l’Europe et le Reich de la Première Gue (...)
  • 54 Marcos Roitman Rosenmann, « Un Papa nazi », La Jornada (México), 25 avril 2005.

24Par ailleurs, l’Amérique latine n’a pas échappé aux polémiques internationales consécutives à l’élection du nouveau pape et liées à son appartenance aux Jeunesses hitlériennes. Relativement mesurée, une part largement majoritaire de la presse rappelle le contexte particulier d’une adolescence passée dans l’Allemagne nazie et le caractère presque obligatoire de l’appartenance aux organisations de jeunesse du régime : « los historiadores y los grupos judíos coinciden en que el registro de tiempos de guerra del Papa, que era muy común entre los jóvenes de su generación, hoy tiene poca importancia, si es que la tiene.52 » Quelques voix s’élèvent toutefois contre ce qui apparaît comme un scandale d’autant plus inacceptable que l’attitude de Rome à l’égard des camps de concentration, durant la Seconde Guerre mondiale, continue de prêter à polémique53. Ainsi le sociologue chilien Marcos Roitman Rosenmann s’étonne-t-il dans un article publié au Mexique que les fidèles catholiques, les dirigeants politiques et les partisans de la démocratie dans leur ensemble ne fassent pas davantage entendre leur voix et « reclamen contra semejante ignominia al elegir un nazi confeso como su pastor. Al menos deberían exigirle abominación pública del nazismo. […] El argumento que exime es caricaturesco: todos los alemanes eran nazis […] Ni todos fueron ni todos eran.54 »

25Enfin, l’examen de la presse latino-américaine au lendemain de l’élection de Benoît XVI révèle l’absence presque totale de réflexions sur les possibles réponses à apporter à l’érosion du monopole catholique. La focalisation des débats sur le conservatisme doctrinal du nouveau pape ne laisse pas réellement la place à ce qui apparaît pourtant comme le principal défi des années à venir : à savoir la contention de l’expansion continue que connaissent les mouvements pentecôtistes depuis un demi-siècle.

En guise de conclusion

26Après deux années de pontificat, Benoît XVI s’est rendu au Brésil du 9 au 14 mai 2007. À l’occasion de ce voyage, les comparaisons n’ont pas manqué avec son prédécesseur, grand voyageur et observateur attentif du catholicisme latino-américain :

  • 55 « Bento XVI escolheu vir ao país », Jornal do Brasil (Rio de Janeiro), 29 avril 2007.

Ao contrário do antecessor, Bento XVI quase não sai do Vaticano. Nos dois anos do seu pontificado viajou para o exterior apenas cinco vezes : duas à sua Alemanha, uma à Polônia, uma à Espanha e a última à Turquia.55

  • 56 « Papa falara no Brasil sore violência e direito à vida, diz secretario de estado do Vaticano», O G (...)

27À Aparecida, sanctuaire situé dans l’État de São Paulo où est célébrée la sainte patronne du Brésil (Nossa Senhora Aparecida), le pape a inauguré la cinquième Conférence des évêques latino-américains et procédé à la cérémonie de canonisation du premier saint brésilien, Frei Galvão. Selon les mots du cardinal Tarciso Bertone, secrétaire d’État du Vatican, ce voyage devaient permettre de « relançar a evangelização, a solidariedade e a justiça no continente.56 »

  • 57 150 000 personnes y ont assisté, alors que les organisateurs en attendaient le triple.
  • 58 Voir l’écho de ces polémiques dans la presse brésilienne au moment du voyage : « Gays criticam homo (...)
  • 59 Des sondages réalisés en 2008 ont montré que 60 à 65% de la population demeurait hostile à la dépén (...)
  • 60 Sur l’ensemble de ces points, voir notamment « Papa chega e defende respeito a vida desde a concepç (...)
  • 61 « Força da América Latina é a fé, não ideologias, diz o Papa », O Globo (Rio de Janeiro), 13 mai 20 (...)
  • 62 « Accueil mesuré et scepticisme de la presse de Sao Paulo », Le Monde (Paris), 13 mai 2007.

28Pourtant, le bilan de cette visite de cinq jours est finalement apparu très mitigé. À l’inverse de Jean Paul II qui n’avait jamais cessé d’attirer des foules considérables lors de ses différents déplacements, l’affluence populaire a été bien moindre que prévue lors de la messe célébrée sur l’esplanade de la basilique d’Aparecida57. Toutefois, c’est surtout sur le plan doctrinal que le voyage de Benoît XVI a inspiré les plus grandes réserves. Son arrivée au Brésil avait été précédée d’une polémique internationale à la suite des propos qu’il avait tenus sur l’homosexualité d’une part, de sa promesse d’excommunier un certain nombre de dirigeants politiques mexicains luttant pour le droit à l’avortement d’autre part58. Surtout, la visite pontificale coïncide avec la volonté de Lula de mettre la question du droit à l’avortement à l’ordre du jour, dans un pays où l’on recense 1 à 3 millions d’interruptions volontaires de grossesse – dont la plupart clandestines – chaque année et où 30% des jeunes filles de 15 à 17 ans quittent le cursus scolaire à cause d’une grossesse précoce. Sur ce point débattu au sein de l’opinion brésilienne59, Benoît XVI a toutefois fait preuve de la plus haute intransigeance et s’est attiré les foudres d’une bonne partie de la presse : d’une part, en refusant d’évoquer la question lors de son entretien particulier avec Lula, d’autre part, en réitérant ses appels à la chasteté à destination de la jeunesse brésilienne60. Certaines autres questions brûlantes, comme celle du célibat des prêtres, ont fait l’objet du même traitement strictement doctrinal en dépit de réalités sociologiques bien connues61. Autant de prises de position qui autorisent O Estado de Sao Paulo, pourtant conservateur, à présenter Benoît XVI comme un « théologien intransigeant »62 et l’ensemble de la presse brésilienne – à de très rares exceptions près – à souligner les déceptions nées de ce voyage.

  • 63 « Força da América Latina é a fé, não ideologias, diz o Papa », op. cit. Ces prises de position pon (...)

29Par ailleurs et bien qu’il ne s’y soit jamais référé explicitement, le pape a profité de ce séjour auprès de la hiérarchie catholique considérée comme l’une des plus progressistes d’Amérique latine pour renouveler sa condamnation de la théologie de la libération et, plus généralement, de la tentation que peut représenter l’ordre du politique chez les catholiques. L’Église ne saurait porter une idéologie politique ni un mouvement social, a-t-il rappelé avec force devant les évêques brésiliens : seuls l’apostolat et l’évangélisation constituent le cœur de sa mission63. Sans doute faut-il voir là les conséquences de la grande peur d’un schisme qui, au Vatican, accompagna l’essor de la théologie de la libération tout au long des années 1970. Mais à l’heure où le « virage à gauche » atteste, partout en Amérique latine ou presque, la nécessité de proposer de nouvelles réponses à l’exclusion et à la pauvreté, il n’est pas certain que le repli de l’Église sur le mysticisme prôné par Benoît XVI soit le meilleur gage de résistance face à l’expansion des religions concurrentes.

Haut de page

Notes

2 Pour un bilan du pontificat de Jean Paul II en Amérique latine, voir François Houtart, « Los pontificados de Juan Pablo II y Benedicto XVI frente a América latina », Nueva Sociedad (Caracas), n° 198, juillet-août 2005 ; Olivier Compagnon, « À la recherche du temps perdu… Jean Paul II et l’Amérique latine », in Polymnia Zagefka (dir.), Amérique latine 2006, Paris, La Documentation française, 2006, p. 11-22.

3 « Vaticano on line », Página 12 (Buenos Aires), 4 avril 2005.

4 Sur ce point, voir notamment Philippe Létrilliart, Cuba, l’Église et la Révolution, Paris, L’Harmattan, 2005 (notamment p. 243-282).

5 Maria Clara Bingemer, « Missão cumprida », Jornal do Brasil (Rio de Janeiro), 3 avril 2005.

6 Sur ce point, voir le dossier « La politique étrangère du Vatican », Diplomatie, n° 4, juillet-août 2003 ; Jean-Yves Rouxel, Le Saint-Siège sur la scène internationale, Paris, L’Harmattan, 1998 ; Yves-Henri Nouailhat, « Le Saint-Siège, l’ONU et la défense des droits de l’homme sous le pontificat de Jean Paul II », Relations internationales (Paris – Genève), n°127, 2006-3, p. 95-110.

7 Sur ce point, voir par exemple « El mundo perdió a un campeón », La Prensa (San Pedro Sula), 3 avril 2005. Ce quotidien hondurien reprend des mots de Lech Walesa affirmant que, « sin él, no habría habido un fin del comunismo o, al menos, lo habría habido mucho después y con mucha sangre ». Même son de cloche au Mexique où l’on célèbre celui qui fut « la espalda del Señor en la lucha contra la dictatura comunista » ; voir Alejandro Gertz Manero, « El guerrero de Dios », El Universal (México), 6 avril 2005.

8 Voir notamment « La Iglesia y sus desafíos », El Universal (México), 3 avril 2005 ; Leonardo Boff, « A maior dificuldade é a arrogancia institucional », O Globo (Rio de Janeiro), 4 avril 2005.

9 Voir François Houtart, « Jean Paul II, un pape conservateur et moderne », Le Monde Diplomatique, juin 2002.

10 Leonardo Boff, « A maior dificuldade é a arrogancia institucional », op. cit.

11 Raúl Trejo Delarbre, « El ultimo viaje de Juan Pablo II », La Cronica de Hoy (México), 3 avril 2005. Sociologue mexicain, l’auteur dresse un bilan du pontificat sous l’angle de la réactivation de la doctrine sociale de l’Église, notamment au travers des encycliques Laborem Exercens (1981) et Centesimus Annus (1991). Dans le contexte des politiques d’ajustement structurel, le discours de Jean Paul II sur l’enrichissement excessif comme cause des conflits sociaux, la corruption des pouvoirs publics ou le rôle de l’État dans la protection des couches sociales les plus vulnérables, est présenté comme un point d’ancrage possible de la contestation du néolibéralisme.

12 Rubén W. Sánchez, « Luces y sombras de Juan Pablo II », La República (Montevideo), n°1798, 9 avril 2005.

13 « La Iglesia y sus desafíos », op. cit. Sur la question de l’Opus Dei, voir l’article d’Aurélie La Torré dans ce dossier.

14 Lors de ce voyage, Jean Paul II a toutefois clairement remis en question la pertinence de l’embargo des États-Unis vis-à-vis de Cuba, ce que Fidel Castro n’a pas omis de signaler à l’occasion de son décès. Voir « Mensaje de Fidel Castro por fallecimiento del Papa Juan Pablo II », Trabajadores Digital (La Havane), 3 avril 2005.

15 Otto Granados Roldán, « ¿ Qué Iglesia para el siglo XXI ? », La Crónica de Hoy (México), 13 avril 2005.

16 Panorama social de América latina 2004, Santiago du Chili, CEPAL, 2004.

17 Gilberto Rincón Gallardo, « Un nuevo papa », Reforma, (México), 16 avril 2005.

18 Beatriz Lecumberri, « La Iglesia comenza a dibujar el retrato del nuevo sucesor de Pedro », La República (Montevideo), 5 avril 2005.

19 « Mulheres ocupam espaço na Sé », Jornal do Brasil (Rio de Janeiro), 15 avril 2005.

20 La presse hondurienne se montre particulièrement enthousiaste face à cette possibilité : voir par exemple « Cardenal Rodríguez », El Heraldo (Tegucigalpa), 6 avril 2005: « el solo hecho de que, por primera vez en la historia, un hondureño estará entre los electores de un Papa es ya un gran honor para esta patria saqueada por los corruptos y dejada a su suerte por los mediocres que la han gobernado ». Le discours des journalistes est même relayé par le président hondurien, Ricardo Maduro, qui présente le candidat national comme le « campeón en favor de los pobres ».

21 Voir par exemple « ¿Italiano o latinoamericano, ultraconservador o moderno? La Iglesia comienza a dibujar el retrato del nuevo sucesor de Pedro », La República (Montevideo), 6 avril 2005. Cette lecture est toutefois très contestable dès que l’on s’arrête sur le profil de Mgr Castrillón Hoyos, né en 1929 et représentant de la tendance la plus conservatrice et la plus autoritaire au sein du CELAM.

22 Cité par La Jornada (México), 18 avril 2005. Sur l’ensemble de ces discussions, voir notamment Miguel Middonno, « El viajero de la fe: la sucesión de Juan Pablo II », Clarín (Buenos Aires), 5 avril 2005.

23 Voir par exemple « Defiende Ratzinger ortodoxia », Reforma (México), 19 avril 2005.

24  Héctor Abad Faciolince, « A la diestra de la diestra », Semana ( Bogotá), 24 avril 2005.

25 Aurelio Alonso Tejada, « Bush en Washington y Raztinger en Roma », La Jiribilla (La Havane), 20 avril 2005. Voir aussi Niko Schwarz, « El nuevo Papa Análisis Internacional », La República (Montevideo), 21 avril 2005.

26 Luis Alberto Fuentes, «Vaticinan un papado ‘muy duro’ », La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.

27 Aurelio Alonso Tejada, « Bush en Washington y Raztinger en Roma », op. cit.

28 « Ricardo Maduro: ‘Todo el pueblo hondureño debe estar alegre’« , La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.

29 « Un aplauso en el cerro del Verdún y oraciones en Montevideo », El País (Montevideo), 20 avril 2005.

30 Isabel Braga Rodrigo Rangel, « CNBB pede abertura e descentralização da Igreja », O Globo (Rio de Janeiro), 20 avril 2005.

31 La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.

32 Voir Gennaro Carotenuto, « Vaticano El Pastor alemán », Brecha (Montevideo), 22 avril 2005.

33 « El papa de la certidumbre moral », La Nación (Buenos Aires), 20 avril 2005.

34 « Sensibilidad y firmeza, las dos caras de Ratzinger », La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.

35 Voir Guillermo L. Escobar Herrán, « Benedicto XVI: defensor de la verdad », El Colombiano (Medellín), 20 avril 2005. Ainsi que Carlos Medina Plascencia, « El Vaticano en transición », Reforma (México), 22 avril 2005.

36 Gustavo Vélez, « Las medidas del nuevo Papa », El Colombiano (Medellín), 20 avril 2005. Voir aussi Luis Alberto Fuentes, « En la viña del Señor », Semana (Bogotá), 24 avril 2005.

37 Gennaro Carotenuto, op. cit.

38 « Humilde y conservador, que desertó del ejército alemán », La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.

39 « Ratzinger ha defendido con mano de hierro la doctrina de la Iglesia católica », La Jornada (México), 20 avril 2005.

40 « Cotugno celebró la elección de Ratzinger en el Papado », El País (Montevideo), 20 avril 2005.

41 Voir « El episcopado argentino dijo que Ratzinger marca una continuidad dentro de la Iglesia » et « El vocero de Bergoglio dijo que ‘hay que darle tiempo’ al nuevo papa », Clarín (Buenos Aires), 19 avril 2005.

42 « Habla la monja argentina que trabajó tres años con Ratzinger », Clarín (Buenos Aires), 21 avril 2005.

43 « Ratzinger es un verdadero líder, discreto, respectuoso de las opiniones de todos », Clarín (Buenos Aires), 21 avril 2005.

44 « El Perseguidor», Página 12 (Buenos Aires), 20 avril 2005.

45 « En la viña del Señor », Semana (Bogotá), 24 avril 2005. Voir aussi « Não será fácil conviver com o Papa », O Globo (Rio Janeiro), 20 avril 2005 ; La Prensa (Tegucigalpa), 20 avril 2005.

46 « La elección genera tantos elogios como críticas », Clarín (Buenos Aires), 20 avril 2005.

47 « Combate Ratzinger a Samuel Ruiz », Reforma (México), 20 avril 2005.

48 Fernando Paniagua, « Aclara Ruiz su salida », Reforma (México), 22 avril 2005

49 Martín Granovsky, « El Perseguidor », Página 12 (Buenos Aires), 20 avril 2005; « En la viña del Señor », op. cit.

50 « Cuando la mayoría aprueba al Papa con la ilusión de que piense distinto », Página 12 (Buenos Aires), 22 avril 2005. Cette enquête d’opinion a été réalisée sur la base d’un panel de 500 personnes originaires de tout le pays, en respectant les proportions par âge, sexe, niveau socio-économique, ainsi que la taille des municipalités.

51 « Fiéis cariocas mostram decepção », Jornal do Brasil (Rio de Janeiro), 20 avril 2005.

52 « El pasado nazi de Benedicto XVI, un capítulo que no tiene secretos », Clarín (Buenos Aires), 27 avril 2005.

53 Sur ce point, voir notamment Annie Lacroix-Riz, Le Vatican, l’Europe et le Reich de la Première Guerre mondiale à la Guerre froide (1914-1955), Paris, Armand Colin, 1996.

54 Marcos Roitman Rosenmann, « Un Papa nazi », La Jornada (México), 25 avril 2005.

55 « Bento XVI escolheu vir ao país », Jornal do Brasil (Rio de Janeiro), 29 avril 2007.

56 « Papa falara no Brasil sore violência e direito à vida, diz secretario de estado do Vaticano», O Globo (Rio de Janeiro), 7 mai 2007.

57 150 000 personnes y ont assisté, alors que les organisateurs en attendaient le triple.

58 Voir l’écho de ces polémiques dans la presse brésilienne au moment du voyage : « Gays criticam homofobia e protestam contra o Papa », O Globo (Rio de Janeiro), 4 mai 2007 ; « A caminho do Brasil, papa defende excomunhão de políticos pró-aborto », », O Globo (Rio de Janeiro), 9 mai 2007.

59 Des sondages réalisés en 2008 ont montré que 60 à 65% de la population demeurait hostile à la dépénalisation de l’avortement, mais l’affaire de Recife au début de l’année 2009 – à savoir l’excommunication de la mère d’une fillette de neuf ans ayant avorté de jumeaux à la suite d’un viol commis par son beau-père – a fait progressé les opinions favorables à une révision de la loi.

60 Sur l’ensemble de ces points, voir notamment « Papa chega e defende respeito a vida desde a concepção », O Globo (Rio de Janeiro), 9 mai 2007 ; « Papa sugere a jovens volta do namoro e noivado », O Globo (Rio de Janeiro), 10 mai 2007.

61 « Força da América Latina é a fé, não ideologias, diz o Papa », O Globo (Rio de Janeiro), 13 mai 2007. Des enquêtes révèlent qu’au moins 40% des prêtres brésiliens ont transigé avec le vœu de chasteté : voir « Papa encontrara no Brasil uma nova geração do clero », O Globo (Rio de Janeiro), 2 mai 2007.

62 « Accueil mesuré et scepticisme de la presse de Sao Paulo », Le Monde (Paris), 13 mai 2007.

63 « Força da América Latina é a fé, não ideologias, diz o Papa », op. cit. Ces prises de position pontificales ont été l’occasion de nouvelles interventions dans la presse de Leonardo Boff : voir par exemple « Boff critica discurso do papa no pais », Jornal do Brasil (Rio de Janeiro), 14 mai 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Collectif d’étudiants de l’IHEAL, « La réception de l’élection de Benoît XVI en Amérique latine », L'Ordinaire des Amériques, 210 | 2008, 63-79.

Référence électronique

Collectif d’étudiants de l’IHEAL, « La réception de l’élection de Benoît XVI en Amérique latine », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 210 | 2008, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://orda.revues.org/2626 ; DOI : 10.4000/orda.2626

Haut de page

Auteur

Collectif d’étudiants de l’IHEAL

Institut des Hautes Études de l’Amérique latine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org