Navigation – Plan du site
Le catholicisme en Amérique latine. Symptômes de crise et perspectives de reconquête

Du post-fidélisme au post-castrisme

Quel rôle pour l’Église cubaine dans la perspective de la transition ?
Del post-Fidelismo al post-castrismo. ¿Qué papel para la Iglesia cubana en la perspectiva de la transición?
Philippe Létrilliart
p. 139-161

Résumés

Cet article vise à évaluer le rôle que l’Église catholique – dans toute sa diversité – est susceptible de jouer dans le contexte des transformations politiques que connaît actuellement Cuba et dans l’hypothèse d’une transition post-castriste. L’action de l’Église, dans les premiers temps du post-castrisme, et sa capacité à être la médiatrice de la réconciliation nationale seront essentielles pour son positionnement futur. La ligne essentiellement pastorale du cardinal Ortega devra composer avec une demande plus politique, issue du monde laïc et de certains secteurs du clergé. Dans le même temps, la capacité des organisations laïques à devenir de véritables relais sociaux et politiques sera également déterminante. En outre, en ouvrant le champ religieux, le post-castrisme peut contraindre le catholicisme à renoncer à un oligopole statique pour affronter une concurrence dynamique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

1 Politologue. Correspondant scientifique du Centre d’Études et de Recherches Internationales (CERI). Il a notamment publié Cuba, l’Église et la Révolution. Approche d’une concurrence conflictuelle, Paris, L’Harmattan, 2005.

Texte intégral

  • 2 Philippe Létrilliart, « Cuba. Le “raulisme” entre ordre et changements », in Ramses 2009, Paris, IF (...)
  • 3 Proclamation du Commandant en chef au peuple de Cuba, 31/07/2006.

1« La récupération sera prolongée et pas exempte de risques » : en entendant Fidel Castro prononcer ces mots à la télévision cubaine le samedi 28 octobre 2006, d’aucuns auraient pu croire qu’il préparait ses compatriotes à un changement de régime difficile, mais salutaire pour l’île… Bien entendu, il ne s’agissait pas de cela. Le Comandante faisait référence à sa propre santé et entendait préparer les Cubains à des changements potentiels au sein du pouvoir qu’il avait gagné par les armes, en janvier 1959. L’hospitalisation du Líder Máximo, à partir de l’été 2006, a nécessairement modifié la situation à Cuba. Pour autant, la présence / absence de Fidel Castro a invalidé tous les schémas prévus pour sa succession ou pour la transition vers la démocratie. Cette situation inédite a d’abord conduit à un immobilisme prudent tant de la part des autorités cubaines que de l’opposition, la « délégation temporaire » des pouvoirs à Raúl Castro n’offrant dans un premier temps guère de marge de manœuvre à l’éternel numéro 2 du régime et aux principaux responsables du Parti communiste cubain (PCC). Début 2008, les institutions ont pris en compte la nouvelle réalité du pouvoir, Raúl Castro étant désigné à la présidence. Si le nouveau président a immédiatement procédé à quelques ouvertures permettant l’accès des Cubains à certains biens de consommation et s’il semble devoir favoriser une libéralisation modérée de l’économie, il n’a pas lancé de réformes politiques2. De fait, comme l’indiquait en creux l’annonce de la passation des pouvoirs, le PCC, l’armée et le Conseil d’État demeurent chargés de la bonne marche du pays tandis que l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire (ANPP), censée représenter le peuple souverain, et non mentionnée dans le document, demeure au second plan3. De même, les objectifs fondamentaux restent ceux tracés par le Comandante au cours des années précédentes : santé, éducation et « révolution énergétique », ce terme recouvrant la nécessité de poursuivre le partenariat étroit engagé avec la République bolivarienne du Venezuela.

  • 4 « Nous invitons chacun au calme, au bon sens et à intensifier la prière pour le bien de Cuba afin q (...)
  • 5 Déclaration de la Conférence des évêques cubains, 04/08/2006.

2Dans ce contexte, l’Église catholique cubaine a réagi selon un schéma longuement éprouvé et conforme à la volonté du cardinal Ortega de promouvoir l’enracinement national du catholicisme par l’action pastorale. La maladie de Fidel Castro n’a pas pris la hiérarchie catholique au dépourvu. Alors que l’archevêque de Miami, Mgr John Favarola, avait pris des positions plus politiques, appelant au respect des droits des citoyens4, l’Église cubaine a d’abord insisté sur son rôle classique de secours aux malades. Dans son annonce du 4 août 2006, la conférence des évêques de Cuba (COCC) a demandé « à toutes nos communautés d’offrir leurs prières pour que Dieu accompagne le président Fidel Castro dans sa maladie ». Elle a néanmoins ajouté que ces prières devaient également « illuminer ceux qui ont reçu provisoirement les responsabilités du gouvernement ». Surtout, les évêques ont confié à la Vierge de la Charité de El Cobre, patronne de Cuba, leur souhait « à cette heure de l’histoire de notre patrie d’un profond désir de paix et de coexistence fraternelle entre tous les Cubains, qui ne puisse être perturbé par aucune situation externe ou interne »5. Si cette déclaration a pu paraître conventionnelle, voire réservée, elle correspondait à un positionnement fondamental de l’Église cubaine et à son souhait de jouer un rôle important dans la réconciliation nationale. Il resterait cependant pour cela à expérimenter un changement ou une évolution profonde du régime : or cette perspective, qui ouvre sur des questions multiples, n’est pas obligatoirement proche.

3C’est pourquoi cette étude se base sur deux hypothèses moins évidentes qu’il ne paraît de prime abord : celle de la réalisation de la transition au castrisme et celle de la possibilité pour le catholicisme cubain de jouer un rôle dans cette transition et dans le post-castrisme. Cet exercice de prospective, nécessairement risqué, part du constat de la marginalisation du catholicisme par le régime pour tenter d’évaluer la capacité de ce catholicisme à peser sur un processus dynamique. En ce sens, trois directions potentielles, qui ne sont pas exclusives, paraissent devoir être : un appui marqué à des organisations politiques ou « para-politiques » ; une recherche d’influence globale au nom du magistère moral de l’institution ; un rôle diplomatique ou « para-diplomatique » dans les relations cubano-américaines.

Face au post-fidélisme : le catholicisme cubain entre un calendrier incertain et des modèles inopérants

Transition, succession ou statu quo ?

  • 6 Philippe C. Schmitter, « La démocratisation au Portugal en perspective », in Javier Santiso (dir.), (...)
  • 7 A l’exception des fonctions de 1er secrétaire du PCC, situation qui pourrait évoluer fin 2009, à l’ (...)

4La question de la transition se pose-t-elle ? Pour beaucoup, elle est liée à la seule personne du Líder Máximo et a donc été ouverte dès les premiers signes de ses difficultés physiques (malaise de 2001, chute de 2004). Cette vision réductrice ne prend pas en compte la capacité de fonctionnement du régime sous un autre mode, notamment celui d’une direction collégiale. Elle présuppose, en outre, le passage mécanique d’un régime politique à son opposé. On connaît pourtant les limites de la « transitologie ». La fragilité des processus de passage à la démocratie a été notée par Philippe Schmitter qui relève le « caractère aléatoire » de la transition et le rôle des acteurs locaux. Schmitter relativise l’idée d’une linéarité démocratique : « la démocratie n’est pas inévitable et elle est révocable. Elle n’est pas nécessaire, ne répond ni à un besoin fonctionnel du capitalisme ni à un impératif de l’évolution sociale ». Loin de s’imposer d’évidence, c’est « seulement au terme d’une longue accoutumance que ses dirigeants comme ses citoyens n’envisagent plus autre chose que sa perpétuation routinière »6. Cuba, qui n’a connu qu’une douzaine d’années de démocratie représentative classique en cinq siècles, ne sera pas exempte de ce risque. On ne peut néanmoins ignorer deux conséquences importantes de l’absence de Fidel Castro. La première, c’est que le tandem Fidel/Raúl ne va plus fonctionner : or la présence du général Raúl Castro, garant de l’idéologie et de l’organisation, à la tête d’un grand ministère de l’armée depuis 1959 n’a, bien entendu, pas été étrangère à la durée du régime. Seul aux commandes de l’appareil d’État, Raúl Castro aura-t-il les moyens de contrôler d’aussi près les vrais tenants du pouvoir (Minfar et Minint) ? La seconde, c’est que le leadership particulier exercé par Fidel Castro ne sera pas poursuivi par son frère. Le Comandante a basé son autorité sur une légitimité politique acquise dans la lutte contre la dictature bastitienne mais il est également parvenu à s’imposer comme le successeur de José Martí, père de l’indépendance cubaine, et comme le plus constant rempart face à l’intention (supposée) d’hégémonie américaine sur l’île. Cette image, encore largement répandue, n’est pas liée à la seule occupation des postes-clé du régime : 1er secrétaire du PCC, commandant en chef des Forces armées, président de la République et du Conseil d’État, postes aujourd’hui occupés par Raúl Castro7. Elle vient d’abord de l’exceptionnalité du personnage. Pour s’en tenir à ses facettes positives : génie tactique, vision géostratégique, pédagogie politique et charisme.

5La dimension charismatique de Fidel Castro est particulièrement importante. D’une part, elle induit des comportements de nature religieuse (révélation transcendante de l’avenir, enthousiasme et adhésion aveugle des partisans…) qui ne sont pas sans conséquences pour les relations avec les institutions religieuses. Cette dimension charismatique du leader politique, ajoutée à la nécessité historique prônée par le marxisme en cours à Cuba, aura été l’un des traits fondamentaux de l’opposition de l’Église et de l’État sous le castrisme. Elle aura été l’un des principaux enjeux de la concurrence conflictuelle de ces deux entités, également persuadées de leur vocation globale. D’autre part, elle s’inscrit dans une longue tradition politique cubaine : celle d’un universalisme moral porté par des héros désintéressés (José Martí, Raúl Chibas…). Fidel Castro a su placer son action dans cette filiation, tout en se donnant les moyens, dictés par la realpolitik la plus stricte, de demeurer au pouvoir.

  • 8 L’industrie sucrière, une partie de l’agriculture, le secteur touristique, plus récemment les téléc (...)

6Faible orateur, Raúl Castro ne peut pas, en ce qui le concerne, compter sur les ressorts du nationalisme charismatique. Il doit, en outre, faire face à une demande renouvelée d’évolution du régime. Des pressions endogènes – dissidence – et exogènes – États-Unis, communauté internationale – s’uniront sans doute à l’avenir pour exiger la démocratisation et l’ouverture économique du pays. Cependant, le nouveau président dispose de plusieurs facteurs favorables à la préservation du statu quo. Il peut compter sur un État omniprésent et sur un appareil de propagande et de contrôle social très au point. Il peut s’appuyer sur les intérêts privés de la nomenklatura et la volonté de la plupart des cadres de l’armée de préserver leurs avantages, voire de les augmenter en poursuivant leur reconversion dans l’économie (ce mouvement a été largement entamé depuis le milieu des années 19908). De plus, l’aide apportée par le Venezuela est loin d’être négligeable et devrait continuer à permettre à la grande île des Caraïbes de maintenir son modèle social en dépit de l’épuisement de son économie. Durant le « raulisme », peu de changements sont donc à prévoir en ce qui concerne la situation du catholicisme cubain.

Une Église faible mais dont le castrisme a paradoxalement sauvegardé les positions

7L’Église catholique occupe aujourd’hui dans l’espace public cubain un lieu restreint mais bien réel, grâce en particulier à la parole des évêques et aux publications des diocèses, parfois animées par des organisations laïques. En cela, elle se différencie nettement des autres acteurs non officiels du politique, auxquels elle refuse d’ailleurs d’être assimilée. La tolérance dont bénéficie la parole catholique n’a aucun équivalent dans les partis de la dissidence ou dans les autres formes d’expression de la « société civile » : syndicats indépendants, presse indépendante, bibliothèques indépendantes. Cette exception se fonde sur la volonté du pouvoir de ne pas radicaliser les groupes religieux, qui disposent de capacités d’actions limitées et d’une (très) relative liberté de parole alors que les mouvements dissidents sont soumis à une répression constante.

  • 9 L’Église cubaine, comme de nombreuses Églises du continent américain, a manqué de prêtres dès le te (...)
  • 10 Le clergé cubain revendique 60 à 70 % de catholiques dans l’île. De son côté, le Centre de recherch (...)

8Mais les choses ne sont pas allées de soi pour les catholiques : les premières années de la Révolution ont vu l’Église et l’État s’affronter tant sur le terrain idéologique que dans leur tentative de contrôle des relais sociaux. Cette confrontation s’est soldée par le départ des prêtres étrangers, la confiscation d’une grande partie des biens, l’isolement social des fidèles et l’enfermement du clergé dans une posture de silence. L’Église s’est trouvée dépourvue de moyens d’action sociale et d’accès aux médias, autant de difficultés qui ont conduit à la marginalisation d’une institution déjà structurellement faible9. La pratique religieuse a donc baissé mais elle n’a pas été remise en cause formellement et le clergé a pu continuer à s’organiser comme il l’entendait10. Au milieu des années 1980, le monde catholique cubain a connu son aggiornamento lors de la rencontre nationale ecclésiale (ENEC), en décidant de rentrer dans le siècle et de travailler au besoin avec les autorités politiques. Influencé par des évolutions mondiales (Vatican II puis la conférence de Puebla, d’une part, enlisement du socialisme réel, d’autre part) mais modeste dans son approche de terrain, ce retour a permis à l’Église d’acquérir peu à peu une dimension nouvelle dans la vie de la cité, plus importante par son existence même que par son rôle véritable. Alors que la Révolution avait, dès 1959, gelé la progression des différentes religions de l’île, le catholicisme a paradoxalement pu utiliser sa position – statique – de « première » religion du pays pour apparaître comme une alternative au régime ou, en tous cas, comme une proposition de nature différente dans son approche globale. En ce sens, il a pu, avec des moyens très réduits, proposer une voie religieuse et morale – mais aussi sociale et nécessairement politique – susceptible de concurrencer le pouvoir. Il s’agit là d’un rôle classique pour les institutions religieuses dans les régimes autoritaires, mais la situation n’est pas figée.

  • 11 Pour rester dans ces raisonnements en miroir, il est intéressant de noter que certains intellectuel (...)

9Avant de passer au post-castrisme, Cuba devrait connaître une période de post-fidélisme. Ensuite, les questionnements sur l’évolution de l’île seront légitimités par la disparition des figures historiques de la Révolution : en dépit des affirmations maintes fois réitérées par Fidel Castro selon lesquelles le pays a réalisé sa transition « du capitalisme au socialisme »11, c’est bien le chemin inverse qui sera évoqué, celui d’une transition du régime vers la démocratie pluraliste et l’économie de marché. À cet égard, quels enseignements peut-on tirer des expériences étrangères ?

L’exemplarité limitée des transitions étrangères

10Les transitions intervenues depuis les années 1970 dans diverses parties du monde ne sont que partiellement illustratives pour le cas cubain. Retenons deux cas paradigmatiques.

11L’exemple espagnol de 1975-1978 peut être rapproché de la Cuba castriste : présence au sommet de l’État durant plusieurs décennies d’un chef autoritaire ; importance du rôle de l’armée ; parti unique ; contrôle des médias ; doctrine explicative de l’autoritarisme ; exil d’une partie essentielle des opposants. Issus du régime, les dirigeants de l’immédiat post-franquisme ont su lancer des réformes politiques conduisant à une redéfinition des institutions. L’établissement de la monarchie constitutionnelle a permis de donner une forme satisfaisante au pacte recherché par les différentes composantes de la nation, quitte à ne pas revenir trop rapidement sur les ruptures du passé… Cette référence de transition pactée est instructive en ce qu’elle a misé sur la démocratie pour restaurer l’unité nationale et transcender – au moins temporairement – les querelles des différents groupes politiques. Mais l’Espagne n’a pas eu à gérer parallèlement un passage du socialisme à l’économie de marché. Au contraire, sa réinsertion dans cette économie, tout au long des années 1950 et 1960, a facilité le retour à la démocratie et l’entrée dans l’Europe laquelle, à son tour, a aidé à la pérennisation de la démocratie. Ce processus s’est accompagné d’une relative marginalisation de l’Église catholique, tant du fait de l’association de son image au franquisme que de l’influence de la désécularisation européenne.

  • 12 Jean-Claude Famulicki, « La société et l’Église catholique en Pologne », Matériaux pour l’histoire (...)

12En Europe de l’Est, où s’appliquait le modèle politique dont le castrisme s’est inspiré, les transitions au communisme ont été extrêmement diverses. Si des pays comme l’ancienne Tchécoslovaquie ont choisi d’épurer leur fonction publique, d’autres, comme la Pologne ou la Hongrie, ont dialogué avec les élites communistes et préféré utiliser les services des anciens cadres du parti. En Bulgarie et en Roumanie, les changements politiques ont été impulsés par les dirigeants communistes eux-mêmes. La Russie, tout en appliquant une certaine ouverture démocratique, a largement réutilisé l’ancien appareil de sécurité et semble remettre en place, selon des modalités nouvelles, une politique de puissance. Dans ce contexte, en partie assimilable au cas cubain, le rôle de l’Église a parfois été contre-productif. Souvent évoqué, notamment au moment de la visite pontificale à Cuba, l’exemple polonais montre les limites de l’engagement catholique dans un épisode post-communiste. Comme l’indique J.-C. Famulicki, « convaincu de se trouver à la tête d’une institution dotée d’une autorité incontestable, l’épiscopat polonais n’était pas préparé aux exigences et aux mécanismes de la vie démocratique »12. Ses interventions directes dans le jeu politique ont finalement conduit à l’élimination de tous les partis catholiques du parlement polonais. Ces dérives sont moins à craindre à Cuba où l’Église n’est pas synonyme de nation. Mais le risque de voir la volonté catholique de réconciliation nationale se transformer en unanimisme politique, au nom d’une légitimité supérieure ou différente, n’est pas à écarter totalement.

13Les recettes appliquées ailleurs ne sont donc pas si faciles à mettre en œuvre. L’approche de la transition cubaine doit, à l’évidence, tenir compte des caractéristiques du pays. A supposer que le modèle libéral occidental soit le bon, des transformations complexes devraient intervenir : le passage d’un régime autoritaire fondé sur le leadership charismatique d’un homme à un régime de démocratie pluraliste ; le passage d’une économie entièrement administrée et dotée de deux comptabilités distinctes (peso et peso convertible) à une économie de marché ouverte à l’initiative privée et à la concurrence ; le passage d’un système de prestations sociales entièrement prises en charge par l’État à un système de sécurité sociale et de pensions financé d’une manière ou d’une autre par les assurés. Aucun des pays mentionnés n’a eu à gérer de front ces transformations tout en ayant, en outre, à tenir compte des réactions du « grand voisin du Nord ». Enfin – et peut-être surtout dans une perspective catholique – le post-castrisme devra gérer la question du comportement individuel et inter-personnel.

  • 13 Guy Hermet, « Le charme trompeur des théories : un état des travaux », in Christophe Jaffrelot (dir (...)

14C’est pourquoi la transition démocratique doit être appréhendée comme un processus global : non seulement politique mais aussi économique et social et, plus encore, culturel et humain. Ainsi que le souligne justement Guy Hermet, « la transitologie a fait trop peu de cas des soubassements culturels ou para-culturels de la démocratisation, notamment en ce qui touche à l’état de la société ou de la société civile »13. Il convient de s’intéresser aux espaces qui pourraient s’ouvrir à des acteurs marginaux ou périphériques au pouvoir politique. Il pourrait s’agir d’associations et d’ONG. Il pourrait plus vraisemblablement s’agir des acteurs religieux et, en premier lieu, de l’Église catholique. Concernant cette dernière et son rôle possible dans un processus de transition ou de pré-transition, quelles sont les perspectives qui se dégagent ?

Passer d’une fonction tribunicienne « privilégiée » à la recherche de relais politiques proches du catholicisme ?

Une fonction « privilégiée », par défaut

  • 14 Guy Hermet, « Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme (...)
  • 15 El amor todo lo espera, message de la Conférence des évêques de Cuba, 08/09/1993.
  • 16 La presencia social de la Iglesia. Instruccion teologico-pastoral, COCC, 08/09/2003.

15En régime autoritaire, la fonction tribunicienne des organisations religieuses, soit un rôle « critique plus que légitimateur » fondé sur la défense des groupes marginalisés, met en exergue la volonté de ces organisations de témoigner du présent pour établir les faits et préparer l’avenir14. Alors que les groupements de laïcs peuvent apparaître comme une concurrence en gestation pour le pouvoir, cette fonction revient plus volontiers à la haute hiérarchie ecclésiastique, moins suspecte de ce type d’intentions. De fait, ce rôle a été joué à de nombreuses reprises par l’Église cubaine : la lettre des évêques de 1993 qui dénonçait la situation « d’extrême gravité » d’une économie incapable de subvenir aux besoins de la population, la dégradation des liens familiaux, le « caractère exclusif et omniprésent de l’idéologie officielle », le « nombre élevé de prisonniers » et préconisait déjà « la réconciliation entre tous les enfants d’un même peuple » en est l’un des meilleurs exemples15. Plus généralement, tous les événements importants de la vie politique et sociale cubaine ont, à un moment ou à un autre, fait l’objet d’une prise de position de la part de la hiérarchie catholique qui s’est ainsi transformée en parti politique de substitution pour offrir une autre lecture de la réalité. On peut penser aux nombreuses pastorales de Mgr Pérez Serrantes, archevêque de Santiago, mettant en garde les Cubains au début de la Révolution (« Pour Dieu et pour Cuba », « Ni traîtres ni parias », « Rome ou Moscou » par exemple). On doit également retenir l’intervention catholique dans le débat public lors de l’affaire Ochoa en 1989, lors de la crise des balseros en 1994, ou, plus récemment, l’appel à la tolérance et à l’ouverture « face au retour au langage et aux méthodes propres aux premières années de la Révolution »16. Tout en étant restreinte dans son activité et souvent dénoncée comme « contre-révolutionnaire », l’Église cubaine a bénéficié d’un espace unique dans le contexte castriste. La visite du pape, en janvier 1998, a augmenté sa visibilité et lui a donné accès aux médias officiels. Par rapport aux autres secteurs de la « société civile » cubaine, le monde catholique a donc été en mesure de mieux diffuser ses idées, quand bien même elles contrevenaient aux directives du régime.

  • 17 Olivier Compagnon, « L’Église catholique et la démocratie chrétienne face à la dictature chilienne. (...)

16Mais que devient cette posture critique dans un contexte dynamique ? Au moment de la transition, la multiplication des partis et des instances de proposition de normes politiques ou morales réduira nécessairement le rôle de l’Église. Comment le clergé cubain pourra-t-il passer d’une position où il représente la seule institution indépendante du pouvoir à celle d’un lobby parmi d’autres ? Pour conserver une influence, l’association de l’Église et des éléments de la société civile favorables à ses options est une voie privilégiée. C’est un mode opératoire courant en Europe comme l’a montré la coalition de la conférence épiscopale et des associations éducatives et familialistes en Espagne, à l’occasion du projet de loi sur l’éducation de 2005. Cependant, dans la perspective du post-castrisme, la difficulté pour l’Église est bien d’entrer dans un champ politique organisé ou de l’influencer. Contrairement à d’autres Églises du continent, elle ne dispose pas et n’a pas disposé historiquement de l’instrument privilégié que constituent les partis démocrates chrétiens. Au Chili, l’avènement de la dictature a conduit l’Église catholique à occuper une place centrale dans la mesure où, comme l’indique Olivier Compagnon, elle demeurait « l’une des seules organisations constituées du pays »17. Cela la rapproche de son homologue cubaine. Mais, dès les premiers mouvements d’opposition, la hiérarchie catholique chilienne a pu compter sur le relais, plus proprement politique, de la démocratie chrétienne, qu’elle avait pour sa part contribué à protéger.

17Ce ne sera pas le cas pour le catholicisme cubain. Pourra-t-il parvenir à se faire entendre alors que des dizaines de partis d’opposition interviendront dans le débat public dès la légalisation de leurs activités ? L’évolution possible des organisations laïques et du Mouvement chrétien Libération pourrait lui fournir les relais nécessaires à son action.

Le recours à des vecteurs d’influence proches du catholicisme…

  • 18 Guy Hermet, « Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme (...)

18Les organisations laïques exercent dans les régimes à pluralisme limité des fonctions recouvrant la socialisation politique, la sélection des leaders et l’élaboration de programmes ou d’objectifs, fonctions que Guy Hermet définit comme « para-partisanes »18. Sans avoir les moyens dont les partis politiques disposent dans les pays démocratiques et sans partager leurs objectifs de conquête du pouvoir, ces organisations opèrent néanmoins selon des modes proches, dans la mesure où elles tendent à peser sur le politique au nom d’une vision autonome du bien commun.

  • 19 Voir le site du CFCR, www.vitral.org. Même source pour les citations suivantes.

19On retrouve en partie ces traits dans les activités des organisations laïques cubaines. Les cours et séminaires que prodigue le centre Fray Bartolomé de las Casas, de la communauté dominicaine Saint-Jean-de-Latran, à La Havane, s’apparentent à une socialisation politique alternative, quand bien même on la nomme « formation humano-spirituelle ». Les conférences du centre portant sur la mondialisation, l’attente des jeunes générations, « la société civile ou le peuple comme sujet de son histoire », la constitution de 1940... visent bien à la formation d’une conscience citoyenne. Il en va de même du Centre de formation civique et religieuse de Pinar del Río (CFCR). Service du diocèse, ce centre, le plus actif, s’est donné pour mission première de « contribuer à la formation de l’homme comme personne et membre actif et responsable de la société ». Il cherche à apporter aux participants de ses multiples activités « l’éducation nécessaire en matière civique, éthique, philosophique, économique et politique dans le sens le plus large et dans la recherche du bien commun »19. Là encore, le projet de socialisation politique des fidèles est à l’œuvre. En témoignent les groupes et cycles d’étude : droits de l’Homme ; éducation pour la liberté ; doctrine sociale de l’Église notamment. Les évêques cubains soutiennent ouvertement cette initiative – et ses fonctions para-partisanes – en affirmant que le Centre doit « préparer les fidèles laïcs (…) à la rénovation des structures sociales, économiques et politiques à Cuba », afin de « jouer leur rôle (…) dans les espaces de la culture, de la politique, de l’économie (…) comme dirigeants et animateurs » et de « créer des espaces de dialogue et de participation démocratique ». D’autres instances contribuent à la préparation des catholiques pour intervenir, à terme, dans la vie de la cité. Chaque année se tiennent des semaines sociales dont les conclusions prennent souvent une tournure engagée. Le programme d’action de la VIIIe semaine (Cienfuegos, 10-13 octobre 2001) était caractéristique de cet engagement en faveur d’une évolution politique démocratique. Il prônait en particulier la réconciliation et le dialogue des Cubains au-dedans et en dehors de l’île ; la dénonciation des atteintes aux droits de l’Homme ; l’utilisation de « tous les espaces possibles » pour appréhender l’exercice de la démocratie réelle, notamment dans les conseils municipaux.

20Ces exemples montrent que, aussi limitée que soit leur audience, les organisations laïques sont actives dans le champ politique. Elles ne vont certes pas se transformer toutes en partis politiques au moment de la transition mais elles peuvent devenir des acteurs capables de faire évoluer l’opinion publique et le gouvernement dans un système ouvert. Les mouvements laïcs, comme ils ont commencé à le faire sans autorisation légale mais avec la tolérance du régime, pourraient se diversifier et multiplier leurs efforts dans des domaines divers : presse ; associations ; institutions académiques afin d’investir l’espace public et d’y défendre des positions catholiques. La liberté de l’éducation constituera à n’en pas douter un thème majeur après des dizaines d’années d’un enseignement de bon niveau mais idéologiquement dirigé. De même, sur le plan de la conduite individuelle, la réhabilitation du mariage et la dénonciation de l’avortement pourraient former, pour de futurs lobbies, une ligne de défense des positions vaticanes. Le retour des biens ecclésiastiques confisqués au moment du « triomphe de la Révolution » ou leur dédommagement pourrait également être l’une des revendications à venir. Mais une autre voie, plus politique, est envisageable.

…ou à un instrument politique ?

21La mise en place à Cuba d’un parti démocrate-chrétien ou d’une formation engagée dans la compétition politique à partir des options catholiques sans se rattacher à la démocratie chrétienne stricto sensu est l’une des options possibles pour l’avenir. Pour occuper ce créneau, l’organisation la mieux placée actuellement est le Mouvement chrétien Libération (MCL) d’Oswaldo Payá.

22Issu des rangs catholiques, ce dernier a fondé le MCL en 1988 pour revendiquer la « libération personnelle et civique » des Cubains et les « libérer de la culture de la peur ». Ce mouvement, illégal, a peu à peu mis en place des campagnes de désobéissance civile basées sur la simple réclamation de l’application de la loi. A partir de 1996, le MCL a lancé le Projet Varela pour demander un référendum d’initiative populaire visant au respect des libertés individuelles, des droits d’association et de presse, à la libération des prisonniers politiques, au droit de libre entreprise et à la modification du mode de scrutin. Comme le requiert la constitution cubaine, le MCL est parvenu à réunir les 10 000 signatures nécessaires à cette procédure et les a remises à l’ANPP, en mai 2001. Il a réussi à fédérer une grande partie de la dissidence autour de ce projet, qui, il est vrai, reprenait les demandes fondamentales de l’opposition interne. Dans le même temps, le caractère catholique du MCL, inclus dans la référence au père Felix Varela, figure historique de l’indépendantisme cubain et promoteur de l’éducation, demeurait assez secondaire.

  • 20 Entretien avec Dagoberto Valdés, 16/04/2004.

23Reste que, après une longue période d’observation ou d’incertitude, le régime cubain a fini par réagir contre cette initiative. Fin 2002, par une sorte de mimétisme outrancier, il a organisé un référendum pour affirmer le caractère « intouchable » du socialisme à Cuba. Approuvé par 99 % des votants… ce texte invalidait les demandes du MCL, ce que l’ANPP a confirmé quelques semaines plus tard. Remise en cause, l’action d’Oswaldo Payá s’est vue affaiblie par les condamnations d’un grand nombre de promoteurs du Projet Varela après la vague d’arrestations du printemps 2003. Reste également que le MCL n’a jamais réellement reçu de soutien de la part des responsables catholiques de l’île. Défendant d’abord la position institutionnelle unique de l’Église et les – modestes – acquis de la visite pontificale, le cardinal Ortega se méfie de l’engagement des laïcs dans des sphères nécessairement proches de la dissidence. Au nom du travail pastoral et de la neutralité requise par une appréhension globale des problèmes de la nation, mais aussi du fait de querelles anciennes, il n’a pas cautionné les positions du dirigeant du MCL. Si elle correspond à une volonté d’accompagnement graduel des changements politiques et sociaux, cette attitude relève également d’une lecture réaliste, à défaut d’être volontaire, de la situation du catholicisme à Cuba. Faible en moyens matériels et humains, limité dans sa capacité d’accès à l’opinion publique, ce catholicisme doit, selon Jaime Ortega, d’abord renforcer ses positions et affirmer ses valeurs dans la société. Dans cette perspective, un engagement net en faveur des demandes du MCL conduirait au risque d’assimilation de l’Église à la dissidence ou à la diaspora et le travail de fond visant à affirmer la cubanité du catholicisme local serait remis en cause. Ces préventions ne sont cependant pas partagées par toutes les composantes de l’Église. Dagoberto Valdés, ex-directeur du CFCR et de la revue Vitral, n’hésitait pas, quant à lui, à affirmer sa solidarité avec Oswaldo Payá et avec la dissidence en général20.

24Si la transformation du MCL en relais politique du catholicisme dans l’hypothèse d’une transition paraît donc possible, elle ne va pas nécessairement de soi. Le cas échéant, le mouvement ne reflèterait que partiellement les options fondamentales de l’Église, notamment dans le domaine économique. Les difficiles relations du mouvement et de la haute hiérarchie catholique pourraient également obérer la capacité des deux acteurs à élaborer des stratégies communes. L’entrée du MCL dans la compétition politique constituerait sans doute un appoint utile mais risquerait tout aussi bien d’éloigner certains secteurs sociaux des options catholiques. De fait, c’est essentiellement vers un objectif d’influence globale, liée à son magistère moral, que semble tendre le catholicisme cubain.

Faire du magistère moral le vecteur de la réconciliation nationale et replacer l’Église dans la centralité politique ?

25Nous abordons ici la question de la réconciliation qui, d’une certaine façon, a été posée à Cuba depuis près de cinquante ans, depuis la mise en place d’un régime autoritaire fondé sur une idéologie totalisante et sur l’action constante d’un chef charismatique. Qu’on l’assimile aux retrouvailles des Cubains de l’extérieur et de ceux de l’intérieur ou à la refondation des rapports sociaux dans l’île elle-même, cette question devient plus pressante à mesure que le temps passe. La pérennité du régime accentue, en effet, la transformation en profondeur de la société cubaine. On en connaît les réussites en termes de santé publique. On sait aussi que la majorité des Cubains possèdent un niveau d’éducation élevé. Mais on sait moins ce qu’implique dans la durée le monopole du parti communiste cubain sur les moyens d’information, la répétition des consignes politiques, la mobilisation permanente contre des menaces réelles ou supposées… Les conséquences de la gestion par l’État des destinées individuelles et celles de la détermination du bien par une source unique, qui a été le plus souvent le Líder Máximo lui-même, ne se réduisent pas à l’absence de libertés individuelles et collectives au sens où les entendent les démocraties classiques. Elles touchent aussi aux comportements personnels et familiaux. La distinction entre un discours public favorable aux autorités et une attitude privée souvent contraire – ce que les Cubains nomment la « double morale » – est intégrée par chacun dès le plus jeune âge, parfois au prix de douloureuses querelles familiales. Plus encore, ce sont de véritables stratégies que mettent en place au jour le jour les Cubains pour profiter des quelques avantages du système : carnet de rationnement ; accès aux soins… tout en misant sur le marché noir pour améliorer l’ordinaire.

26En tolérant le développement de ces stratégies, le régime se donne des moyens de contrôle très complémentaires de ceux dont il dispose par ailleurs. Placés dans l’illégalité pour subvenir à des besoins essentiels, les Cubains se fragilisent en tant que citoyens. D’une part, ils peuvent à tout moment être menacés au titre de l’une des multiples figures « anti-sociales » du code pénal, d’autre part, et pour préserver leur capacité à jouer sur plusieurs tableaux à la fois, ils renoncent à toute action visant à critiquer ou modifier le pouvoir établi. Comme l’indique Vincent Bloch :

  • 21 Vincent Bloch, « Réflexions sur la dissidence cubaine », Problèmes d’Amérique latine, n° 57-58, été (...)

non seulement tous les Cubains entrent selon l’étiquetage pratiqué par le régime dans la catégorie des délinquants, mais les différences entre les transgressions des uns et des autres s’éloignent (…). L’extrême confusion qui en résulte porte non seulement sur l’identité sociale réelle des individus et la nature des activités qu’ils mènent mais aussi sur le fait que les « délits » une fois découverts sont davantage évalués en référence à leur auteur qu’en référence à leur nature21.

  • 22 Mgr Pedro Meurice Estiu, Bendito el que viene en nombre del Señor, Santiago de Cuba, 24/01/1998.

27Dans ce contexte, l’Église joue un rôle particulier, celui d’instance de propositions alternatives formulées au nom de son magistère moral. La visite pontificale, en janvier 1998, l’a bien montré : c’est sur le terrain moral que le souverain pontife a voulu apporter un discours différent. Si le pape a affirmé la nécessaire ouverture « du monde à Cuba et de Cuba au monde », il a aussi évoqué la crise de la jeunesse, la douleur de l’exil et la liberté dans une optique de responsabilité chrétienne. Plus polémique, l’archevêque de Santiago a estimé, qu’à Cuba, on avait confondu « la patrie avec un parti, la nation avec le processus historique vécu au cours des dernières décennies et la culture avec une idéologie »22. Dans les deux cas, il s’est bien agi de contester l’universalisme castriste en avançant des solutions catholiques. De fait, c’est en occupant l’espace de détermination des valeurs, laissé libre par la disparition du régime, que l’Église pourrait devenir un acteur de la réconciliation nationale et parvenir à se situer dans la centralité qu’elle vise.

La diffusion de valeurs alternatives comme prémice de la réconciliation nationale et… mode de légitimation de l’Église

28Sur quelles bases peut-elle le faire ? Celles d’options catholiques à la fois universelles et rattachées à une tradition locale. Les responsables de l’Église cubaine et le monde laïc ont fréquemment proposé leurs modèles de citoyenneté et d’organisation sociale. Ces propositions ont été reformulées par Jean-Paul II lors de sa visite. On peut les schématiser comme suit : la construction de la personne par l’usage de la liberté dans la responsabilité ; l’affirmation du droit des familles à être réunies ; la défense du modèle conservateur de la cellule familiale ; la liberté de l’éducation ; le choix de la vérité face au mensonge institutionnalisé ; le rejet équidistant du communisme et du néo-libéralisme ; le refus des mesures économiques unilatérales d’embargo. La mise en place de telles recommandations, même à une échelle limitée, n’est pas aisée dans le contexte cubain. Comme le rappelle Velia Cecilia Bobes,

l’imaginaire citoyen de la plupart des Cubains constitue aujourd’hui un répertoire divers et contradictoire dans lequel on trouve aussi bien les obstacles que les bases d’une participation citoyenne véritablement démocratique. Dans le premier cas : intolérance, intransigeance, manque de modération, refus du dialogue et de la négociation, tendance à valoriser l’unanimité (…) perception de l’inutilité du vote, refus de la politique en tant que telle …

  • 23 Velia Cecilia Bobes, « Democracia e imaginario ciudadano », Encuentro de la cultura cubana, n° 32, (...)

29Dans le second cas, toujours selon cet auteur, des éléments favorables à la constitution d’une citoyenneté démocratique existent : niveau culturel élevé ; rejet potentiel de la démagogie et du clientélisme ; fort sentiment égalitaire23.

  • 24 Vincent Bloch, op. cit., p. 221.

30L’Église catholique peut donc apparaître comme une alternative audible au discours castriste, elle n’est pas pour autant dans une position idéale. Elle doit gérer ses faiblesses structurelles. Elle doit aussi défendre son enracinement – assez contestable au demeurant – dans l’histoire nationale face à la volonté du pouvoir d’investir totalement le champ de la cubanité. Alors que l’inscription du castrisme dans la filiation des indépendantistes du XIXe siècle est l’une des constantes du régime, l’Église tente, sans guère y réussir, de rappeler le catholicisme des pères fondateurs, des soldats mambis et de la plupart des grands intellectuels. Ces enjeux de mémoire sont essentiels. Si, pour le pouvoir, « c’est un imaginaire politique, fortement enraciné dans la culture coloniale et républicaine, qui facilite l’engrenage de la Révolution en 1959 et l’établissement du régime communiste en 1961 »24, pour le monde catholique la participation aux luttes du passé est une condition d’intégration aux débats du présent et plus encore de l’avenir. La revendication de la figure du père Varela par de nombreux responsables, par le MCL et par le pape lui-même – qui lui a rendu hommage à l’université de La Havane – est emblématique de cette volonté catholique de réintégrer la cubanité, hors de laquelle l’Église ne pourra pas faire entendre ses propositions.

31La question de la réconciliation nationale est, dans ces conditions, particulièrement sensible. Elle doit, de plus, tenir compte de la radicalité des positions des Cubains de l’intérieur comme de l’extérieur, accentuée par la longueur de l’exil, la confiscation des biens privés, la séparation des familles et la constance d’un discours hyperbolique d’un côté comme de l’autre. Les schémas de la « transitologie » ne sont pas ici d’une utilisation aisée. Il est difficile d’imaginer un passage linéaire de l’autoritarisme castriste à la démocratie pluraliste : c’est à une transformation en profondeur du pacte social que doit conduire la transition politique. Pour l’Église, au-delà du changement institutionnel, c’est dans la redéfinition de valeurs communes et dans l’établissement de relations inter-personnelles pacifiques que se trouvera la voie d’un post-castrisme démocratique et durable, c’est-à-dire d’une réconciliation. Elle s’appuie, dans cette perspective, sur les laïcs pour promouvoir la « vérité » et la transformation personnelle mais également pour préparer la réconciliation de façon plus opérationnelle.

La mise en place d’une méthodologie pratique

  • 25 Dagoberto Valdés, « Animo : el miedo no tendrá la última palabra », Vitral, n° 50, juillet-août 200 (...)

32La revue Vitral a proposé à ses lecteurs une méthode inspirée du règlement pacifique des conflits au niveau international dont les étapes sont les suivantes : créer un climat favorable en évitant les attaques mutuelles ; favoriser la communication ; exprimer sa disponibilité au dialogue et à la négociation ; analyser les différents moments du processus conflictuel ; établir des règles de procédure ; proposer des solutions ; passer des accords et assurer leur suivi ; enfin, évaluer le processus. Au-delà des conflits existant dans la société socialiste cubaine, cette méthode n’est pas autre chose qu’un modus operandi pour la réconciliation nationale dans ses applications quotidiennes et locales25. Mais, au sein même de l’Église, une formalisation de la capacité réconciliatrice est à l’œuvre. Lors de la IVe semaine sociale (Pinar del Río, 1999), l’idée d’un « authentique mouvement ecclésial de dialogue et de réconciliation » a conduit à proposer la création de sous-commissions chargées de la réconciliation au sein des commissions Justice et Paix des différents diocèses. Le processus devait suivre quatre temps : mise en place de commission de dialogue, de réconciliation nationale et de mesures d’amnistie ; engagement d’un dialogue réunissant les acteurs internes de la transition et la diaspora ; création d’espaces de participation pluraliste ; modifications législatives progressives conduisant à la réforme constitutionnelle.

  • 26 Dagoberto Valdés, Participación ciudadana y reconciliación nacional, 1999 (www.vitral.org).

33Sur le plan méthodologique, le catholicisme cubain se préparait déjà à accompagner la transition dans une optique de réconciliation. Il a d’ailleurs mis en place ces sous-commissions et poursuit des discussions, chaque année, avec l’Église de Floride, au cours desquelles la question de « l’après » n’est pas éludée, comme on va le voir. Pour autant, il lui faudra affronter les débats liés aux processus de réconciliation. Comme ce fut le cas ailleurs, un travail de mémoire complexe se mettra en place dans l’île et de profondes divergences d’interprétation historique sont prévisibles. Plus concrètement, la question de l’application des décisions de justice se posera et une opposition entre tenants d’une politique du pardon et tenants de l’application du droit apparaîtra sans doute. Ces difficultés ne sont pas ignorées par la COCC mais elles ne sont pas évoquées publiquement. En revanche, l’ancien directeur du CFCR a abordé le problème directement et demandé « la mise en place d’un chemin de justice ». En affirmant « qu’au-delà de la justice, il y a le pardon », Dagoberto Valdés a privilégié une voie chrétienne pour la réconciliation26. Ce choix reflète parfaitement les difficultés du positionnement catholique, comme les difficultés – à venir – d’un post-autoritarisme conjuguant le droit et la morale.

Proposer une intermediation dans la relation Cuba/ États-Unis en s’appuyant sur l’Église de Floride ?

La fonction diplomatique, ou « para-diplomatique », de l’Église : un recours face à des scénarios potentiellement conflictuels ?

  • 27 L’arrivée au pouvoir du président Obama, en janvier 2009, peut contribuer à faire évoluer cette sit (...)

34Comment Washington prépare-t-il le post-castrisme ? En dépit de la difficulté d’application des modèles, une sorte de « feuille de route » existe depuis longtemps. On sait que la politique extérieure américaine poursuit, notamment en Amérique latine, trois objectifs fondamentaux : la défense de la démocratie ; le soutien et l’expansion de l’économie libérale et la préservation de la sécurité nationale – américaine – face aux menaces externes. Or, le régime cubain contrevient à chacun de ces principes : l’autoritarisme d’État y dirige étroitement les secteurs productifs tandis que la désillusion sociale risque à tout moment de provoquer de nouvelles vagues d’émigration vers la Floride, après la crise de Mariel (1980) et celle des balseros (1994). Pour cette raison, mais aussi pour se débarrasser d’un régime communiste qui les nargue depuis près de cinquante ans, les États-Unis ont progressivement renforcé l’embargo commercial de 1960. Les lois Torricelli et Helms-Burton, de 1992 et 1996, y ont contribué. La loi Helms-Burton a, de plus, prévu de préparer le post-castrisme. Elle mentionne explicitement que la levée de l’embargo est liée au départ des deux frères Castro et non du seul Fidel. Elle instruit, en outre, le gouvernement américain de présenter à intervalles réguliers un rapport sur la transition à Cuba. La première feuille de route, en 1997, annonçait sans scrupules excessifs l’octroi de 4 à 8 milliards de dollars pour la reconstruction de l’île et offrait aux forces armées cubaines de préserver leurs « intérêts professionnels » après le départ des Castro. Une manière peu habile de les associer à la transition, voire à sa préparation… Bien que détaillée, la dernière version du rapport (2004) ne prend toujours pas en compte le fait qu’un soutien interne au régime, pour quelque raison que ce soit, puisse exister27.

  • 28 Janette Habel, « Cuba dix ans après la chute du mur de Berlin », Cahiers des Amériques latines, n°  (...)

35En dépit de l’image que donne le régime finissant, l’expérience cubaine ne saurait pourtant se réduire à une dictature policière. Les techniques des États autoritaires sont certes en place depuis longtemps. Les organisations de masse, en particulier les comités de défense de la Révolution (CDR), assurent un contrôle social multiforme. Mais il existe également des facteurs d’homogénéité. Les dix premières années du castrisme ont été le moment d’une très forte adhésion au projet politique et social du régime – dont persistent encore quelques traces – et celui d’une opposition résolue vis-à-vis des États-Unis, fondée sur une défiance historique. Le passage de ce communisme à une démocratie libérale de type occidental n’est pas si évident. À la différence des anciens pays de l’Est, Cuba n’a pas le désir de se défaire d’un système imposé par un envahisseur étranger. C’est, au contraire, au nom de la lutte contre une potentielle menace étrangère que ce système s’est mis en place. Il existe, comme le mentionne Janette Habel, des éléments « oubliés » par les observateurs : la spécificité cubaine, l’enracinement national du régime et sa légitimité, au moins pour une partie de la population28.

36Face à ces postures radicales, face aussi aux enjeux financiers considérables intervenant dans la (non) relation cubano-américaine : actifs gelés depuis la Révolution, parts du marché cubain, l’Église ne dispose pas d’une marge de manœuvre importante. Elle peut néanmoins miser sur les aspects humains du conflit : séparation des familles, importance numérique des diasporas, risque d’émigration non contrôlée, pour proposer son expertise. En ce sens, c’est le savoir-faire du réseau catholique mondial, fondé sur l’expérience acquise lors de transitions passées, qui pourrait être sollicité. Le travail de réconciliation et de mémoire effectué, par exemple, au Guatemala ou en Afrique du Sud, pourrait aider à favoriser la reprise du dialogue entre Washington et La Havane. Autre possibilité : des organisations moins visibles, telle la communauté Sant Egidio qui est déjà intervenue à Cuba, pourraient être sollicitées. Par ailleurs, des entités caritatives transnationales pourraient intervenir ou renforcer leur présence (notamment Caritas qui travaille dans l’île depuis 1991).

La réconciliation nationale peut-elle s’appuyer sur l’évolution de la communauté cubano-américaine ?

37Du côté de la communauté cubaine des États-Unis, les positions sont plus nuancées tant en ce qui concerne l’évolution politique de l’île que le rôle des institutions religieuses dans cette évolution.

  • 29 Marifeli Pérez-Stable, « Cuba : el día después del velorio », in Grace Giselle Piney Roche (dir.), (...)
  • 30 Par exemple, le groupe de travail Memoria, Verdad y Justicia organisé autour de Marifeli Pérez Stab (...)

38Comme le note Marifeli Pérez-Stable, « la communauté cubano-américaine est déjà en transition »29. Reprenant un sondage du Cuba Study Group, cet auteur remarque que pour 62 % des Cubano-américains, la politique d’affrontement a échoué, tandis que 77 % d’entre eux pensent que la démocratisation de l’île est de la responsabilité des Cubains et non du gouvernement américain et que 74 % se prononcent pour une transition « pacifique et graduelle ». Pour autant, 65 % des Cubains de la diaspora américaine approuvent l’embargo et 60 % d’entre eux sont même prêts à soutenir une invasion de l’île par les États-Unis… Pour l’Église cubaine, ces évolutions sont importantes. Elles signifient que des espaces s’ouvrent peu à peu en faveur du dialogue et, à terme, de la réconciliation nationale. Elles signifient également que d’autres acteurs entendent participer à la détermination de nouvelles normes sociales, politiques ou civiques. Une réflexion est menée à Miami où de nombreux groupes préparent le post-castrisme30. On doit également relever le travail effectué dans l’île, depuis 1987, par la Commission cubaine pour les Droits de l’homme et la Réconciliation nationale d’Elizardo Sánchez Santa Cruz.

  • 31 Selon un sondage de Benxiden y asociados (16/05/2002), 54 % des Cubains de Floride soutiendraient l (...)

39L’Église cubaine pourra, en outre, compter sur le renforcement de ses liens avec les catholiques de Floride. Alors que ces derniers ont longtemps rejeté les choix du clergé cubain et dénoncé un rapprochement indû avec les autorités de l’île, leurs positions se sont nettement nuancées depuis quelques années. Des journaux comme La Voz católica se montrent plus ouverts aux options de la hiérarchie catholique cubaine. Sur le plan pratique, plusieurs organisations religieuses s’occupent de faire parvenir des secours et des médicaments dans l’île. Surtout, une évolution similaire à celle de l’ENEC a eu lieu en Floride : les Communautés de réflexion ecclésiale cubaine dans la diaspora (CRECED), créées en 1990, travaillent au dialogue avec les Cubains de Cuba et à la restauration d’une cubanité catholique depuis l’extérieur. Enfin, certains mouvements se sont engagés résolument, en relation avec les catholiques de l’île, sur la voie de la réconciliation. On peut citer à cet égard les comités de soutien à l’action d’Oswaldo Payá31. On peut également mentionner le projet En Comunión qui œuvre, avec le soutien de l’archevêché de Miami, à la reconstruction de la société cubaine post-castriste. La partie floridienne du réseau transnational catholique évolue donc et pourrait, le moment venu, contribuer au travail de réconciliation nationale souhaité par l’Église cubaine.

En guise de conclusion

40Au terme de cette tentative de regard prospectif, le bilan est contrasté. Dans tous les cas, l’action de l’Église dans les premiers temps du post-castrisme et sa capacité à être la médiatrice de la réconciliation nationale seront essentielles pour son positionnement futur. Les catholiques en sont conscients, tout comme ils savent que la préservation de leur institution devra s’accompagner de la poursuite de leur travail pastoral et de la promotion de leurs valeurs s’ils souhaitent retrouver un rôle dans la définition des normes individuelles et collectives, rôle en grande partie perdu depuis 1959. Reste que des arbitrages devront être faits rapidement entre les différentes tendances de l’Église cubaine pour déterminer le degré d’implication catholique dans les processus de changement à venir. La ligne essentiellement pastorale du cardinal Ortega devra composer avec une demande plus nettement politique issue du monde laïc et de certains secteurs du clergé. La capacité des organisations laïques à devenir de véritables relais sociaux et politiques sera déterminante, de même que le choix ou non d’utiliser la dynamique créée par le MCL.

  • 32 En termes religieux, mais aussi politiques : voir à ce sujet Jean-Pierre Bastian, « Du catholicisme (...)

41Enfin, un risque, encore largement contenu, pourrait intervenir. En ouvrant le champ religieux, le post-castrisme obligera le catholicisme à renoncer à un oligopole statique pour affronter une concurrence dynamique. Sociologiquement et ethniquement proche du Brésil, influencée par les États-Unis, Cuba pourrait voir se développer rapidement non seulement les cultes afro-cubains déjà présents mais également l’activité des églises évangéliques32. Dans un contexte de démocratisation, de liberté de parole et d’association, les critiques généralement faites à l’Église catholique en Europe ou dans les Amériques ressurgiraient aisément tandis que l’interventionnisme social et politique des dénominations évangéliques pourrait lui enlever des fidèles. Devant cette nouvelle concurrence des santeros et des évangélistes, comment l’Église cubaine réagirait-elle ? Un calcul favorable à la préservation du religieux au détriment du politique est possible, notamment autour de la figure mariale. Mais alors, c’est à une nouvelle marginalisation que s’exposerait le monde catholique.

Haut de page

Notes

2 Philippe Létrilliart, « Cuba. Le “raulisme” entre ordre et changements », in Ramses 2009, Paris, IFRI-Dunod, septembre 2008, p. 132.

3 Proclamation du Commandant en chef au peuple de Cuba, 31/07/2006.

4 « Nous invitons chacun au calme, au bon sens et à intensifier la prière pour le bien de Cuba afin que ce peuple souffrant puisse vivre dans une société où les droits de tous les citoyens soient respectés », annonce de l’archevêché de Miami, 01/08/2006. Parallèlement, des journées de prière pour la paix à Cuba ont été organisées à l’ermitage de la Vierge de la Charité de Coconut Grove.

5 Déclaration de la Conférence des évêques cubains, 04/08/2006.

6 Philippe C. Schmitter, « La démocratisation au Portugal en perspective », in Javier Santiso (dir.), À la recherche de la démocratie, Karthala-CERI, coll. « Recherches internationales », 2002, p. 292-295.

7 A l’exception des fonctions de 1er secrétaire du PCC, situation qui pourrait évoluer fin 2009, à l’occasion de la tenue du congrés du PCC.

8 L’industrie sucrière, une partie de l’agriculture, le secteur touristique, plus récemment les télécommunications, sont gérés par des responsables militaires.

9 L’Église cubaine, comme de nombreuses Églises du continent américain, a manqué de prêtres dès le temps de la colonie, notamment dans les zones rurales. La Révolution a ensuite aggravé une situation qu’elle n’avait pas créée. En 2004, l’Église disposait de 349 prêtres et 602 religieuses pour une population de 11 millions d’habitants et les lieux de culte étaient insuffisants.

10 Le clergé cubain revendique 60 à 70 % de catholiques dans l’île. De son côté, le Centre de recherches psychologiques et sociales de l’Université de La Havane estime les fidèles à 1 % de la population. Selon le Rapport annuel du Département d’État, ce pourcentage se situe entre 30 et 40 % des Cubains.

11 Pour rester dans ces raisonnements en miroir, il est intéressant de noter que certains intellectuels du régime non seulement réaffirment le paradigme d’une transition déjà effectuée vers le socialisme – et donc irrévocable –, mais reprochent en outre à l’Église son « fondamentalisme catholique » et l’impossibilité où elle est de « trouver une vision de sortie post-capitaliste, capable de donner une réponse effective aux préoccupations prioritaires de son agenda global ». Voir Aurelio Alonso Tejada, Iglesia y política en Cuba, Editorial Caminos, La Havane, 2002, p. 105-112.

12 Jean-Claude Famulicki, « La société et l’Église catholique en Pologne », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 61, 2001, p. 80-87.

13 Guy Hermet, « Le charme trompeur des théories : un état des travaux », in Christophe Jaffrelot (dir.), Démocraties d’ailleurs, Paris, Karthala-CERI, coll. « Recherches internationales », 2000, p. 330.

14 Guy Hermet, « Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme limité », Revue française de science politique, vol. 23, n° 3, 1973, p. 439-472.

15 El amor todo lo espera, message de la Conférence des évêques de Cuba, 08/09/1993.

16 La presencia social de la Iglesia. Instruccion teologico-pastoral, COCC, 08/09/2003.

17 Olivier Compagnon, « L’Église catholique et la démocratie chrétienne face à la dictature chilienne. Du consentement à l’opposition », L’Ordinaire latino-américain, n° 193, sept. 2003, p. 55-61

18 Guy Hermet, « Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme limité », op. cit., p. 452-453.

19 Voir le site du CFCR, www.vitral.org. Même source pour les citations suivantes.

20 Entretien avec Dagoberto Valdés, 16/04/2004.

21 Vincent Bloch, « Réflexions sur la dissidence cubaine », Problèmes d’Amérique latine, n° 57-58, été-automne 2005, p. 219.

22 Mgr Pedro Meurice Estiu, Bendito el que viene en nombre del Señor, Santiago de Cuba, 24/01/1998.

23 Velia Cecilia Bobes, « Democracia e imaginario ciudadano », Encuentro de la cultura cubana, n° 32, printemps 2004, p. 163.

24 Vincent Bloch, op. cit., p. 221.

25 Dagoberto Valdés, « Animo : el miedo no tendrá la última palabra », Vitral, n° 50, juillet-août 2002.

26 Dagoberto Valdés, Participación ciudadana y reconciliación nacional, 1999 (www.vitral.org).

27 L’arrivée au pouvoir du président Obama, en janvier 2009, peut contribuer à faire évoluer cette situation. En levant les restrictions sur les voyages dans l’île et les transferts financiers, Barack Obama a donné un signal positif en ce sens. Il reste cependant lié, comme ses prédécesseurs, par les décisions du Congrès des États-Unis.

28 Janette Habel, « Cuba dix ans après la chute du mur de Berlin », Cahiers des Amériques latines, n° 31-32, 1999, p. 36.

29 Marifeli Pérez-Stable, « Cuba : el día después del velorio », in Grace Giselle Piney Roche (dir.), Bienvenidos a la transición, Aduana vieja, Cadix, 2005, p. 151-162.

30 Par exemple, le groupe de travail Memoria, Verdad y Justicia organisé autour de Marifeli Pérez Stable.

31 Selon un sondage de Benxiden y asociados (16/05/2002), 54 % des Cubains de Floride soutiendraient le MCL.

32 En termes religieux, mais aussi politiques : voir à ce sujet Jean-Pierre Bastian, « Du catholicisme tout-puissant à la diversification des mouvements religieux », Questions internationales, n° 18, mars-avril 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Létrilliart, « Du post-fidélisme au post-castrisme », L'Ordinaire des Amériques, 210 | 2008, 139-161.

Référence électronique

Philippe Létrilliart, « Du post-fidélisme au post-castrisme », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 210 | 2008, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://orda.revues.org/2648 ; DOI : 10.4000/orda.2648

Haut de page

Auteur

Philippe Létrilliart

Centre d’Études et de Recherches Internationales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org