Navigation – Plan du site
Sociétés

Démocratie participative et médias : jeux d’influence au Venezuela

Democratia participativa y medios de comunicación: juegos de influencia en Venezuela
Adeline Joffres
p. 193-215

Résumés

Depuis l’adoption d’une nouvelle Constitution en 1999 suite à l’élection de Hugo Chávez Frías à la présidence de la République, le Venezuela est entré dans une phase « révolutionnaire » en devenant la République bolivarienne du Venezuela. Le nouveau Président affiche la volonté de créer une « société démocratique, participative et active » qui favorise l’inclusion sociale et la participation de toute une frange de la population jusqu’à présent laissée en dehors des canaux traditionnels de représentation propre à toute démocratie. Les médias de communication, en particulier la télévision, sont alors des vecteurs clés de cet idéal. En promouvant une autre manière d’informer et de communiquer, le Président Chávez assigne en réalité un rôle fondamental aux médias, entre autres celui d’éduquer le peuple, afin que chacun puisse jouir pleinement de son statut de citoyen quelle que soit sa classe sociale. Ce travail se propose non seulement d’analyser les changements intervenus depuis 1998 dans le paysage médiatique vénézuélien, mais également de mesurer leur impact sur la construction et le fonctionnement au jour le jour de la démocratie participative au Venezuela.

Haut de page

Texte intégral

« Pouvoir des médias », démocratie et espace public : préalable à une réflexion sur le cas vénézuélien

  • 1 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ? Pratiques, identités, influences, Paris, Gallimard, 2005, p. 1 (...)

1Derrière le rapprochement médias / démocratie, se cachent plusieurs questions fondamentales pour la compréhension de la configuration de l’espace public. Tenter d’analyser l’influence des médias sur la démocratie en général et la démocratie participative en particulier, n’est pas chose aisée et cela en dépit de précédents relativement abondants quoique souvent contradictoires. Ainsi, lorsque la démocratie représentative est remise en cause dans son fonctionnement, c’est généralement la démocratie participative que l’on évoque comme palliatif. Lorsqu’il est question des « médias » (liberté de la presse, manipulation de l’information, « pouvoir des médias », propagande), le truchement des médiations conduit à s’interroger sur la qualité de la démocratie parce que les médias font partie de l’espace public en tant qu’espace de discussion, d’échange et d’exercice de la citoyenneté. D’où le constat limpide de Rémy Rieffel : « Les discours tenus à propos de l’influence des médias tournent en effet toujours autour de la relation triangulaire entre pouvoir/démocratie/totalitarisme »1.

2Au Venezuela, depuis l’instauration de la démocratie en 1958, les médias jouent un rôle très actif dans la vie politique du pays. Mais dès le XIXe siècle, la presse est très active et subira d’ailleurs la censure dans les périodes d’instabilité, d’autoritarisme ou de dictature. Aujourd’hui, il semble que la reconfiguration rapide et radicale du paysage médiatique vénézuélien impulsée par Hugo Chávez soit également une reconfiguration de l’espace public. La question qui se pose est donc celle du rôle de moteur ou bien d’obstacle que jouent les médias au sein de la démocratie vénézuélienne actuelle.

  • 2 García Samaniego, Francisco R., « Medios y política en Venezuela bajo la Revolución bolivariana », (...)
  • 3 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, op. cit., p. 21. La « configuration médiatique » regroupe, se (...)

3Traditionnellement, le rapport entre médias et démocratie représentative, – l’essentiel des travaux se concentrant sur ce type de régime- est envisagé sous la forme d’une tension permanente inhérente au bon fonctionnement de la démocratie. La réflexion porte alors tantôt sur l’influence des mass medias sur la politique ou, au contraire, insiste sur le contrôle par des dirigeants politiques des médias via la censure ou bien le monopole qu’ils exercent parfois sur l’information. Néanmoins, ni le rôle des médias ni leur implication dans le jeu démocratique ne se limitent à ce type de relation verticale. Dans une démocratie représentative, les médias ont pour mission principale de diffuser l’information du « haut vers le bas » en informant le citoyen des décisions politiques, économiques et sociales prises par le gouvernement en son nom. Ils fournissent alors un espace de réflexion en suscitant et en posant les termes du débat. Ils sont également considérés comme un recours possible contre des institutions défaillantes et possèdent un pouvoir dénonciateur qui pèse sur la politique et sur les dirigeants. Mais parce qu’ils peuvent être le porte-parole du citoyen, par le biais de sondages, de pétitions ou de colonnes, les médias de communication permettent aussi à ce dernier d’exercer son « droit de réponse » – lequel fait partie intégrante des rouages de la démocratie (accountability2) – et même de créer du lien social. En cela, les médias participent du maillage de l’espace public. Ce qui est donc en jeu dans le cadre d’une « configuration médiatique »3, c’est un réseau complexe d’interdé-pendances entre divers acteurs (journalistes, hommes politiques, industriels, citoyens) qui rend caduque la vision des médias comme acteurs homogènes ayant des effets globaux eux-mêmes homogènes.

  • 4 Ibid, p. 16-17.
  • 5 Cet aspect a par exemple été le point de départ de la problématique débattue lors du colloque intit (...)

4Ce constat nous engage à relativiser la validité empirique et analytique du pouvoir des médias née de la labellisation de ces derniers comme « quatrième pouvoir » indépendant et censé favoriser une démocratie plus équilibrée4. En effet, selon les contextes, la fonction et les effets des médias peuvent varier. Les rôles de relais neutres entre gouvernants et gouvernés et de détenteurs d’une information véridique attribués aux médias ont ainsi souvent été questionnés et parfois même contredits5. L’influence bénéfique, comme la nuisance, des médias sur la pratique démocratique est donc sans cesse soumise à questionnement.

  • 6 Voir notamment Rieffel, Rémy, Que sont les médias ? Pratiques, identités, influences, op. cit., p.  (...)
  • 7 Le Conseil supérieur de l’audiovisuel est créé en France en janvier 1989 et il a pour principal rôl (...)

5On ne peut pourtant pas omettre d’intégrer dans notre réflexion l’importance du développement de la communication de masse ainsi que les avancées technologiques (réseaux mobiles, Internet, satellite…) dont elle a bénéficié. Depuis la fin du XXe siècle, celles-ci sont sans précédent. Elles marquent l’évolution rapide des médias et accentuent le degré d’influence de ces derniers sur la scène politique6, et cela bien qu’ils soient encadrés par les textes de lois ou certains organismes compétents7.

  • 8 Voir notamment Manin, Bernard, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1997.
  • 9 Huntington, Samuel P., The Third Wave : Democratization in the Late Twentieth Century, University o (...)
  • 10 Voir notamment Ducatenzeiler Graciela, « Nouvelles approches à l’étude de la consolidation démocrat (...)
  • 11 « Calidad de la democracia », América Latina Hoy. Revista de Ciencias Sociales, n° 45, Salamanca, E (...)

6Enfin, la démocratie, en tant que concept et dans ses pratiques, a également connu des évolutions certaines à partir du XXe siècle8, notamment en Amérique latine. En effet, alors que certains la pensent consolidée dans le « sous-continent »9, d’autres avancent plutôt la prégnance d’une alternance permanente de la démocratie latino-américaine avec des périodes d’autoritarisme10. Les critères formels caractérisant la démocratie ne semblent donc pas suffisants pour qualifier un Etat ou une société de « démocratique ». C’est pourquoi les études qui adoptent une optique « qualitative » prenant en compte le caractère évolutif et multidimensionnel du concept de démocratie sont de plus en plus privilégiées. Elles considèrent qu’un gouvernement démocratique impliquant des modalités définies de participation ne prend corps qu’à travers l’articulation du comportement, des attentes et de la capacité de mobilisation des citoyens. Ceux-ci doivent de plus avoir l’opportunité d’exercer effectivement leurs droits, en toute liberté (respect de l’Etat de droit)11. Il est donc nécessaire, selon nous, d’aborder la relation entre médias et démocratie dans ses aspects pratiques.

  • 12 Voir entre autres MENDEL, Gérard, Pourquoi la démocratie est-elle en panne ? : construire la démocr (...)
  • 13 A. De Benoist dénonce par exemple une « démocratie participative illusoire », car souvent prétexte (...)
  • 14 Rappelons la rhétorique anti-élitiste et “anti-partis” qui valut en son temps au candidat Chávez le (...)

7La notion même de « démocratie participative » qui connaît de nos jours un succès transcontinental invite à adopter une vision « par le bas » de la politique et à la confronter aux traditionnelles approches systémiques (en termes de système de parti, d’organisation de l’Etat…). En opposition aux principes du système représentatif dominant, la démocratie participative déplace l’action et la participation politique de l’échelon national à l’échelon local. En d’autres termes, il s’agirait d’une démocratie « de proximité » selon l’expression à la mode. De fait, elle met en jeu des modes d’organisation et de participation cimentées par les relations interpersonnelles des citoyens. Elle apparaît tantôt comme une extension de l’exigence démocratique12 – avec néanmoins des réserves13 –, tantôt comme une alternative – comme c’est le cas au Venezuela selon la vision de son actuel mandataire14.

8En nous plaçant dans l’optique du projet politique « bolivarien » du Président Chávez, il s’agit donc dans ce travail d’analyser les effets des dynamiques médiatiques créées et développées par le gouvernement actuel sur les groupes sociaux les plus marginalisés de la société que ce dernier entend favoriser en les incluant pleinement dans la « société participative » mise en place dès 1999. Dans ce but, nous nous focaliserons d’abord sur l’étude de la « démocratie participative » vénézuélienne ainsi que sur les problèmes que pose l’analyse de son rapport aux médias. Cela nous permettra d’expliquer ensuite le rôle et le poids des médias dans la vie politique vénézuélienne via l’examen de l’impact de la reconfiguration du paysage médiatique opérée par Hugo Chávez.

9Nous choisissons par conséquent d’adopter nous-même une perspective analytique « par le bas » afin d’apporter un début de réponse aux interrogations liées au rôle des médias comme promoteurs et piliers de la démocratie « participative » prônée par la République bolivarienne du Venezuela (RBV) dans son fonctionnement quotidien « par le peuple et pour le peuple ».

Démocratie participative et médias : un éclairage sur le contexte vénézuélien

10Interrogeons-nous tout d’abord sur la particularité du contexte vénézuélien et son incidence sur le traitement scientifique du rapport entre médias et démocratie participative qui en résulte.

  • 15 Notons que nous retrouvons la même vision chez Dominique Wolton, dans Internet et après ?, Paris, F (...)
  • 16 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, op. cit., p 169.
  • 17 Nous reprenons ici la terminologie construite par Régis Debray. Voir notamment Debray, Régis, Intro (...)

11Comme le souligne avec justesse Rémy Rieffel15, « le medium, faut-il le rappeler, s’inscrit toujours dans un tissu de médiations sociales particulières et dans le terreau de relations humaines qui obligent d’abord à penser la médiatisation de la vie politique en termes d’interdépendance entre de multiples facteurs d’ordre politique et économique et, ensuite, à analyser la concurrence entre les différents supports, la diversité des mises en forme des messages ainsi que les interactions complexes entre les acteurs concernés »16. Cette optique médiologique17 nous invite premièrement, à nuancer l’expression consacrée du « pouvoir des médias », c’est-à-dire à remettre en cause la conception classique des acteurs médiatiques comme détenteurs d’un pouvoir « tout puissant » sur la société, la politique et les choix individuels. Deuxièmement, cela nous conduit à nous interroger sur la situation vénézuélienne dans sa spécificité : de quels supports médiatiques traitons-nous ? A quelle configuration médiatique a-t-on affaire à l’arrivée de Hugo Chávez au pouvoir en 1998 ? De quelle nature sont les changements, pourquoi et comment influencent-ils certains principes fondamentaux de la démocratie sous couvert de promouvoir la démocratie participative ? Enfin, que signifie « démocratie participative » au Venezuela ?

12Nous avons évoqué ci-dessus la diversité des définitions du concept de démocratie selon les époques et les contextes. Bien que la démocratie représentative soit érigée au rang de modèle quasi planétaire, l’apparition dans le vocabulaire politique et courant de l’expression « démocratie participative » peut prêter à confusion. En France, par exemple, la majorité des travaux de politologues ou bien de politiques eux-mêmes traitant de la « démocratie participative » renvoient à l’étude d’actions de politique locale, insistant souvent sur la diversité des formes de participation et de mobilisation des citoyens dans la résolution de problèmes d’ordre public. Mais les développements récents sur l’évolution, les défis ou même les échecs de la démocratie représentative parlent également de démocratie « délibérante », « délibérative » aux côtés de la démocratie « participative ».

13Au Venezuela, l’expression « démocratie participative » résulterait même d’un abus de langage puisque, dans la Constitution de 1999, c’est la « société » qui est participative et non pas le système politique. Ce glissement sémantique et langagier s’explique toutefois par le changement incarné par le nouveau Président Hugo Chávez : un changement qu’il souhaite profond, touchant aussi bien les institutions que le système politique ou les structures sociales. L’utilisation récurrente de cette expression renvoie au projet « chaviste » d’inclusion de toute une catégorie de personnes auparavant éloignées voire marginalisées du jeu démocratique : une inclusion sociale, mais surtout politique avec pour étendard la « reconquête » d’une citoyenneté perdue et presque intériorisée en tant que telle. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’améliorer le système représentatif – ce que tendrait pourtant à attester la Constitution – mais de lui substituer un système participatif donnant une illusion de proximité gouvernants-gouvernés qui séduit une population longtemps laissée en marge du pouvoir et méfiante à l’égard d’un système représentatif qui, par le passé, faisait office de modèle régional mais qui s’est errodé à leurs dépends.

  • 18 La loi des conseils communaux, publiée au Journal Officiel le 10 avril 2006 est l’objet d’ailleurs (...)
  • 19 Article 2 de la Loi sur les Conseils Communaux : « Les conseils communaux, dans le cadre constituti (...)

14Jouissant d’un fort soutien populaire, ce projet de démocratie participative se concrétise en partie. A ce titre, les exemples les plus significatifs sont la constitution de « conseils communaux » à partir de 2005-200618, la promotion de toutes initiatives à caractère communautaire, ainsi que la pratique courante du « parlementarisme de rue » (parlamentarismo de calle). Les premiers donnent finalement une structure juridique et imposent un mode d’organisation à des centaines de travailleurs sociaux qui oeuvraient déjà pour les communautés. Désormais, dans le cadre de l’application des politiques publiques, les représentants de celles-ci (les « voceros ») seront élus par leurs membres : le principe de la représentation demeure donc à l’échelle « communale ». Pourtant, les conseils communaux sont présentés comme des instances créées dans « le cadre constitutionnel de la démocratie participative et protagónica »19. L’initiative du « parlementarisme de rue », en revanche, relève moins de l’organisation institutionnelle, mais contribue à favoriser la mobilisation des citoyens autour de thèmes politiques aussi bien nationaux que locaux. En tant qu’avatar des modes de délibération des grandes instances politiques nationales, le parlementarisme de rue offre la possibilité au citoyen ordinaire de se sentir acteur du débat politique démocratique. Dans un cas comme dans l’autre, les médias publics relaient largement une information qui contribue à donner une réalité, par le biais des images, au « pouvoir communal » créé symboliquement en 2007 par le gouvernement d’Hugo Chávez. Dans une certaine mesure, le fait de déplacer le débat politique du Parlement –considéré comme obsolète depuis la défection de l’opposition aux élections de 2005, laissant la totalité de la représentation à la majorité gouvernementale- aux chaînes de télévisions nationales et communautaires et, finalement, dans la rue, contribue à favoriser une stratégie de communication « directe » qui confère aux médias un rôle clé dans la construction de la démocratie participative vénézuélienne. En cela, la configuration médiatique vénézuélienne, avec tous les éléments politiques, économiques et sociaux qu’elle implique est donc plus complexe qu’il n’y paraît.

15Par conséquent, il s’agit moins de fournir une étude de l’influence globale des médias sur la démocratie que de montrer que le contexte, les liens entre les différents acteurs impliqués dans une situation de communication, jouent un rôle crucial pour aborder cette question. Nous insisterons donc maintenant sur le contexte politico-social dans lequel interviennent les changements de la configuration médiatique qui sont intimement liés, nous allons le voir, à ceux de l’espace public.

Révolution bolivarienne dans les médias

  • 20 Langue, Frédérique, Histoire du Venezuela de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1999, p.  (...)
  • 21 Ellner, Steve, « The Contrasting Variants of the Populism of Hugo Chavez and Alberto Fujimori », La (...)

16Il est important de préciser que l’arrivée au pouvoir du Colonel Chávez résulte d’un contexte historique spécifique de crise des partis politiques et de la représentation et de crise économique20 qui favorise l’émergence d’un « outsider » s’opposant fermement aux élites et partis traditionnels21 et arborant l’étendard révolutionnaire. Afin de comprendre comment le futur Président s’est peu à peu imposé comme une figure dominante du paysage politique et médiatique du pays, et au-delà des frontières, il faut insister sur le rapport d’Hugo Chávez aux médias. Celui-ci témoigne d’une conception propre de la politique qui place l’émotionnel au centre du discours et de l’action politique à travers l’usage de certaines images et symboles clés, mais aussi par le biais d’une reconfiguration de l’espace médiatique.

Chávez : la construction progressive d’une image médiatique forte

  • 22 Depuis 1958 et le pacte de « Punto Fijo », le système politique vénézuélien est un système bipartis (...)
  • 23 Le MBR-200 est créé en 1983, date du 200ème anniversaire de la naissance du Libertador Simón Bolíva (...)

17Il faut remonter à 1992 pour mesurer la place cruciale qu’occupent désormais les médias dans la vie politique vénézuélienne et la relation spéciale qu’entretient l’actuel chef de l’Etat avec les « acteurs médiatiques ». Cette date marque en effet la première apparition du lieutenant-colonel Chávez Frías à la télévision, moyen de communication de masse le plus populaire dans « l’ère de l’information » et de la communication. Cette intervention télévisuelle fait suite à l’échec de sa tentative de coup d’Etat contre le Président adeco22 d’alors, Carlos Andrés Pérez. Malgré cette « déconvenue » pour le Mouvement Bolivarien Révolutionnaire dirigé par le Comandante23, la liberté dont jouissent les médias lui donne l’opportunité de faire connaître la « cause » qu’il défend. Le groupe Cisneros, plus grand groupe audiovisuel privé vénézuélien d’influence régionale et internationale, possédant entre autres Venevisión, diffuse largement les images en question. Le lieutenant-colonel Chávez Frías y assume pleinement, en direct, l’échec « pour le moment » (« por ahora ») du coup d’Etat qu’il vient de fomenter et affirme vouloir le transformer postérieurement en projet politique. En prenant cette responsabilité, Chávez va non seulement sortir de l’ombre, c’est-à-dire se faire connaître des Vénézuéliens, mais également avoir un impact durable sur la société vénézuélienne. Ces courts moments feront en effet office de « passé politique » pour Chávez, dont la figure devient alors une véritable figure médiatique associée à celle d’un héros de la nation promettant un changement rapide à venir.

  • 24 Tous les enregistrements de cette émission sont accessibles sur Internet : http://www.alopresidente (...)
  • 25 Voir Petkoff, Teodoro, « Chávez y los medios », in Francés, Antonio et Machado Allison Carlos, Vene (...)

18Cette image d’homme providentiel se concrétise avec son élection à la tête du pays en 1998, avec plus de 56 % des voix. Il bénéficie alors d’un engouement médiatique à la démesure des attentes des citoyens et incarne le pouvoir en même temps qu’un projet politique intégrateur. L’image médiatique que le nouveau Président va peu à peu parfaire est donc intimement liée à la nature de son projet politique : Hugo Chávez vient du peuple et se veut proche du peuple. Les médias lui fournissent ainsi en grande partie les moyens d’instaurer ce rapport affectif direct, d’emblée quasiment fusionnel, avec le peuple vénézuélien, et en particulier avec les couches populaires marginalisées. En apparaissant tous les jours dans la presse, et, surtout, à la télévision, il se propose ainsi de mettre le pouvoir à disposition du peuple et de « tout démocratiser ». L’incarnation en est l’émission qu’il anime tous les dimanches, « Aló Presidente ». En effet, dans sa désormais célèbre émission, le Président s’adresse et répond directement aux questions et doléances des citoyens24. Les médias prennent donc très vite une place primordiale dans sa manière de faire de la politique et lui sont, au début de sa présidence, largement favorables25.

  • 26 Suite au vote du Parlement début mars 2006, certains ajouts, dont un kayac, un arc et une flèche re (...)
  • 27 Préambule de la Constitution de 1999.

19Comme le nouveau Président veut incarner un changement radical, il fonde en grande partie sa stratégie communicationnelle sur la mobilisation de symboles nationaux forts, le « Libertador » Simón Bolívar en tête, ce qui renforce son image positive auprès d’une majorité de Vénézuéliens. Mais il ne s’en tient pas là et multiplie les initiatives symboliques à tous les niveaux de l’Etat. Ainsi, l’adoption d’une nouvelle Constitution, approuvée par voie référendaire en 1999, crée la « République bolivarienne du Venezuela », une « société démocratique, participative et protagónica ». Les symboles inscrits sur le drapeau national évoquent désormais le petit peuple et le « virage pris par le pays »26. Celui-ci est désormais un Etat « révolutionnaire » dont les principaux instruments sont « l’éducation et le travail »27. Les médias, en plus de créer et renforcer, le lien entre le Président et les citoyens, ont également vocation à « éduquer le peuple », selon le nouveau chef de l’Etat. Les médias publics deviennent ainsi un vecteur important du projet politique du Président.

  • 28 Ellner, Steve, op. cit, p 153 : “the medias, rather than parties of opposition, played the major ro (...)

20Néanmoins, dès 2001 et les premières critiques faites au gouvernement, l’opinion se polarise et les médias, non seulement reflètent cette polarisation, mais en deviennent rapidement les acteurs. Dans un pays « à la démocratie exemplaire », la liberté d’expression fait loi. Face à un gouvernement déterminé au changement et peu enclin au compromis puisque révolutionnaire, les médias privés, notamment les grands groupes audiovisuels et de télécommunications, entendent maintenir leur monopole. La situation est telle que l’information est, d’un côté comme de l’autre, toujours « orientée », et que les médias dans leur ensemble deviennent des acteurs du débat politique. Steve Ellner affirme d’ailleurs que « […] les médias, plus que les partis de l’opposition, ont joué un rôle majeur dans l’organisation et la canalisation du mécontentement lorsque la popularité de Chávez chuta en 2001 »28.

21D’un côté, les médias privés affichent leur haine du Président qu’ils qualifient de « putschiste » en référence à 1992. Au niveau audiovisuel, on compte les chaînes de télévision les plus importantes du pays : RCTV, Venevisión (groupe Cisneros), Globovisión, une des chaînes de télévision qui demeure dans l’opposition dure au Président et qui possède une équipe d’investigation ayant dénoncé quelques scandales venus récemment entacher l’image du chavisme, et Televén. Pour la presse écrite, on peut citer les grands quotidiens nationaux El Universal et El Nacional ainsi que l’emblématique Tal Cual de Teodoro Petkoff fondé en 2001. D’un autre côté, les médias contrôlés ou sous l’influence du gouvernement crient aux campagnes médiatiques diffamatoires à l’encontre du Président et s’appliquent à montrer les avancées de la Révolution bolivarienne en marche : essentiellement, l’historique Canal 8 ou VTV et Catia TV pour ce la télévision et Ultimas Noticias pour la presse écrite.

Une instrumentalisation des médias à des fins politiques et idéologiques

  • 29 A ce propos, et pour revenir sur l’importance de la mobilisation de symboles dans la politique chav (...)

22Le lien indéniable entre les médias et l’action politique, l’usage que fait le Président Chávez des divers acteurs médiatiques à sa disposition pour construire la démocratie participative voulue par son projet politique « révolutionnaire », ainsi que la polarisation extrême à laquelle prenne part les médias, conduit à une reconfiguration profonde de l’espace médiatique et, par ricochet, à celle de l’espace public. En effet, ce dernier est modifié par l’imposition d’un consensus hégémonique fondé sur les demandes sociales (plus de démocratie, plus de social, etc.) privilégiées par le gouvernement et non plus sur les bienfaits de la représentation démocratique, car les premières sont dorénavant perçues comme les incarnations ultimes du pouvoir et de la souveraineté29. Afin de comprendre cet enchevêtrement, il est nécessaire de rappeler les moments phares de ces modifications progressives car depuis 2001, le gouvernement a mis en œuvre un certain nombre de changements et de réformes dont les conséquences sur l’organisation, les stratégies et les cadres juridiques des médias sont manifestes.

  • 30 Pedro Carmona Estanga est l’un des plus grands entrepreneurs du Venezuela. Il a notamment été prési (...)
  • 31 Expression consacrée depuis lors pour désigner, d’une part, la mise hors service successive de plus (...)
  • 32 Site Internet : http://www.vive.gob.ve/ . Pour une interview de Thierry Deronne sur la naissance et (...)

23La première étape du changement progressif mais radical du paysage médiatique est celle du coup d’Etat d’avril 2002 mené à l’encontre du Président Chávez et durant lequel Pedro Carmona30 est déclaré chef d’un « gouvernement provisoire ». Durant cet évènement, un double black out31 médiatique a lieu. Le 11 avril, le canal étatique (Canal 8) « évite » de montrer les manifestations qui agitent Caracas. Puis, le 13 avril, le Canal 8 est mis hors service et la plupart des médias privés diffusent en boucle des dessins animés. Seule Globovisión diffuse simultanément les images du coup d’Etat en cours à Miraflores ainsi que celles des manifestations populaires réclamant le retour de Chávez. De cet « incident » considéré comme une violation du droit du citoyen à l’information naît la volonté de Chávez lui-même, selon le vice-président d’origine belge de la production de Vive TV, Thierry Deronne, de créer une nouvelle chaîne de télévision publique. Son but est d’une part, d’éviter qu’une telle situation ne se reproduise, et d’autre part, d’entamer une lutte sans relâche contre le monopole du secteur privé sur les télécommunications. Vive TV, la « télévision éducative, culturelle et informative »32 voit ainsi le jour en novembre 2002.

  • 33 Romero, Carlos, Jugando con el globo. La política exterior de Hugo Chávez, Caracas, Ediciones B., 2 (...)

24Un second cycle débute avec les mécontentements provoqués par le paro petrolero (la grève du secteur pétrolier) qui paralyse la principale activité du pays de décembre 2002 à février 2003 et que prend fin en août 2004 avec le référendum révocatoire de mandat organisé contre le Président sous l’égide de l’opposition. Même si le Président vénézuélien met fin à la grève et sort victorieux de la consultation en question, sa popularité est entamée. S’ouvrent alors deux années représentatives de l’activisme politique, tant national qu’international33, dont sait faire preuve le Président vénézuélien dans les moments de fragilité : propositions, restructurations, projets et voyages officiels tentent de relancer la dynamique. Cet activisme se fait nettement ressentir dans le secteur des médias. Les exemples suivants sont significatifs.

  • 34 En atteste l’interview d’une rédactrice de l’actuelle ABN en novembre 2007 à Caracas réalisée par l (...)

25Créée en 1977, l’Agence d’information nationale porte le nom de VENPRES et appartient au ministère de l’Information et du Tourisme. En 2004, elle est accusée de diffuser directement de l’information, c’est-à-dire d’être un média de communication et non plus un pourvoyeur d’information. Une profonde restructuration du secteur donne alors naissance à l’Agence bolivarienne d’informations (Agencia Bolivariana de Noticias ou ABN), c’est-à-dire l’agence de presse officielle du gouvernement. Elle passe sous le contrôle du ministère du Pouvoir populaire pour la Communication et l’Information (MinCI). Face aux défaillances antérieures, l’ABN vise à influencer de manière positive la diffusion de l’information aux autres médias aux plans national et international. Son axe éditorial est, de plus, favorable au gouvernement34.

26Ensuite, le 24 juillet 2005, jour de la naissance du Libertador Simón Bolívar, une nouvelle chaîne de télévision publique à portée latino-américaine voit le jour. Telesur vise à promouvoir l’intégration du sous-continent, à construire un « nouvel ordre communicationnel » ainsi qu’une identité latino-américaine35. Elle affirme vouloir concurrencer l’hégémonie de médias « impérialistes » comme CNN et émet tout d’abord dans 4 pays (Venezuela, Uruguay, Argentine, Cuba). Aujourd’hui, elle est présente dans 31, Amérique latine et Europe confondues.

27Enfin, le 8 août de la même année, Hugo Chávez crée un centre de recherches dont le rôle est de promouvoir l’image du Venezuela à l’étranger et d’informer sur les avancées de la Révolution bolivarienne ainsi que sur les divers contenus du concept de « socialisme du XXIe siècle » : le Centre International Miranda (CIM). Celui-ci produit des analyses sur la base des « cinq moteurs de la Révolution » énoncés par le Président en janvier 200736 ; il implique notamment Martha Harnecker et Eva Golinger37.

28En toile de fond, il est également important de noter qu’entre 2000 et 2004, la législation concernant les médias évolue. En 2000, une Commission nationale des télécommunications rattachée au ministère du Pouvoir populaire pour les Télécommunications et l’Informatique voit le jour via la promulgation d’une Loi organique sur les télécommunications. Un organisme de régulation de l’information est créé l’année suivante, le Conseil national de la radio et de la télévision. En 2003, la Ley Resorte38, dite Ley Mordaza (« Loi du bâillon »), permet au MinCI de contrôler le contenu des programmes, leur diffusion et de sanctionner les médias dérogeant au contenu de cette dernière (voir notamment les procès faits à Venevisión et à Televén, qui ont retiré leurs programmes d’opinion et sont désormais beaucoup moins critiques à l’égard du gouvernement).

29A travers ces divers exemples, on constate que non seulement les canaux médiatiques ont évolués, parallèlement à l’usage qu’en a fait le gouvernement, mais aussi que ces modifications ont eu des conséquences concrètes au plan politique et social. Ainsi, ce qui, de prime abord, paraît refléter des évolutions politiques se traduit finalement par la mise en œuvre d’une véritable « révolution médiatique » à des fins politiques et idéologiques, dans le but, toujours réaffirmé, d’accélérer le processus révolutionnaire. Or, on peut se demander dans quelle mesure ces changements modifient concrètement les modalités de participation des citoyens au jeu démocratique. La démocratie participative s’en trouve-t-elle renforcée et, par extension, la démocratie dans son ensemble en sort-elle grandie ?

La promotion de médias participatifs comme piliers de la démocratie ?

30Au fur et à mesure que la rhétorique et les mesures révolutionnaires s’installent dans le pays via divers moyens de télécommunication, en particulier la télévision, le paysage médiatique, très marqué par la polarisation politique, évolue. Le gouvernement entend en effet promouvoir une manière plus « humaine » de communiquer qui permette également aux citoyens de participer à la dynamique démocratique. Quels changements et quels bénéfices les citoyens qu’Hugo Chávez entend entraîner dans le cercle vertueux de l’inclusion sociale, économique et politique, tirent-ils de ces changements ?

  • 39 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, op. cit., p. 30-31.

31Suivant la dichotomie opérée par Rémy Rieffiel, deux perspectives s’offrent alors : les changements ayant affectés les médias en tant qu’« ensemble de techniques de production et de transmission de messages à l’aide d’un canal, d’un support […] vers un terminal […] ainsi que comme le produit proprement dit de cette technique », puis, les transformations des médias comme « organisation économique, sociale et symbolique »39.

La révolution communicationnelle, 2000-2007

  • 40 Brandler, Natalia, « Les élections au Venezuela, de l’abstention comme forme de protestation à une (...)

32Tout d’abord, on constate la création d’une dynamique qui a pour résultat de rapprocher les citoyens de la vie politique et même de les re-politiser40. Ce bouillonnement médiatique permet au citoyen, d’une part, d’être plus informé, et, d’autre part, de découvrir de nouveaux médias de communication que l’on présente comme étant plus « à sa portée ». Il est donc juste d’affirmer que les avancées techniques contribuent à ce que l’information parvienne mieux aux Vénézuéliens, notamment à ceux qui ne résident pas à proximité de la capitale ou dans les grandes villes du pays. La circulation de l’information de la capitale vers la province est améliorée. En parallèle, le réseau hertzien s’est relativement bien développé et couvre une surface plus grande du territoire. Si l’on considère l’aspect strictement technique des médias, aussi bien leur portée que leurs supports se sont donc développés. En effet, les citoyens ont accès à des moyens d’expression et d’information plus nombreux et variés. La presse est plus diversifiée, les canaux de télévisions se multiplient, les productions cinématographiques nationales sont encouragées.

33Néanmoins, les citoyens doivent également s’adapter à la modification de l’organisation et des contenus des médias existants. La fonction sociale des médias prend ici tout son sens. Au niveau des médias audiovisuels tout d’abord, interviennent la nationalisation de chaînes privées ou la signature de contrats, parfois tacites, avec les chaînes publiques, l’explosion des médias communautaires (Catia TV, Avila TV), la création de nouvelles chaînes de télévision montrant les avancées de la Révolution (Vive TV, TVes) , l’apparition d’une chaîne de télévision à visée régionale et internationale (Telesur) , ou encore le non renouvellement de la concession de l’une des plus anciennes et populaires chaînes de télévision vénézuélienne RCTV41. Tous ces changements bouleversent les repères des citoyens et en créent de nouveaux, parfois uniquement sur le court terme, si l’on en juge par exemple par les mauvais résultats d’audience de Tves (« remplaçante » de RCTV)42. En ce qui concerne la presse écrite, la distribution de gratuits, nationaux et communautaires par le gouvernement ou encore la naissance de nouveaux journaux comme le Diario Vea en faveur du gouvernement, ou l’emblématique Tal Cual en 2001 (opposition), participent à cette dynamique. Enfin, un immense réseau (contrôlé ou non par le gouvernement) de diffusion de l’information, très diversifié et à portée nationale comme internationale, se met progressivement en place : associations (Cercles Bolivariens), mouvements (Manos fuera de Venezuela), organismes (CIM), Internet (sites officiels, blogs, agences de presse en ligne comme l’ABN). Internet a connu un essor sans précédent, notamment illustré par l’apparition de médias dits « alternatifs » comme Aporrea43, Agencia por los Pueblos en Pie44. Le gouvernement s’emploie d’ailleurs à la démocratisation de l’usage d’Internet via le lancement de campagnes d’ « info-alphabétisation » et la création d’ « infocentres » où tout un chacun peut accéder à des postes Internet gratuitement45. Du côté de l’opposition, Internet s’est aussi révélé d’une importance capitale : sites informatifs (noticierodigital.com ; noticias24.com46), blogs et radios (Radionexx émettant depuis Miami47, ou radio RCTV online48), ont effectivement permis de contourner les restrictions imposées par la Ley Resorte.

34Par ailleurs, les médias communautaires (Catia TV et Avila TV pour la télévision), également qualifiés d’« alternatifs », ont connu un essor sans précédent. Le gouvernement privilégie en effet ce type de médias qui correspondent, selon lui, à une manière plus « éthique » de communiquer, plus en phase avec les attentes des citoyens et avec les valeurs socialistes. Le développement de Catia TV, du nom d’un des quartiers historiques les plus anciens et étendus de Caracas, est un exemple significatif. Créée au milieu des années 1990, elle a reçu un appui considérable du gouvernement du Président Chávez qui lui a permis d’obtenir un statut légal, des locaux fixes et du matériel. Afin de favoriser la démocratie participative et l’égalité sociale, le gouvernement a donc développé ce type de médias qui agit en particulier dans et pour les communautés. Ils sont également les vecteurs de l’idéal socialiste du gouvernement et aspirent à développer plus encore la participation des citoyens, à leur fournir un espace d’échanges et d’expression qui leur correspond mieux car étant plus à leur portée – les membres actifs des médias communautaires ont d’ailleurs pour coutume d’affirmer que leurs locaux, « c’est la rue ». Dans leur fonctionnement, ils tentent effectivement d’appliquer le principe de participation des citoyens. Chaque média possède plusieurs équipes mobiles destinées à aller sur le terrain, au contact des gens, pour filmer leur vie quotidienne ou bien réaliser des enquêtes sur des sujets précis. Chaque membre de chaque équipe reçoit pour se faire une formation polyvalente au sein de la chaîne afin qu’aucune personne ne soit irremplaçable et que celle-ci puisse fonctionner en permanence.

35Néanmoins, les moyens sont limités et l’optique choisie est celle d’une lutte sans relâche contre les médias privés jusqu’à élimination de ces derniers. Les médias « alternatifs » censés renforcer l’inclusion des citoyens défavorisés dans l’espace public ne le font visiblement pas indépendamment de toute considération idéologique liée au pouvoir.

Médias alternatifs, médias socialistes ?

36Comme le veut la Constitution, l’éducation et le travail sont au centre de la participation de la société civile à la démocratie. L’information est un vecteur du savoir nécessaire à l’éducation du citoyen et l’on assiste à une superposition de l’espace médiatique et de l’espace public.

  • 49 Sur ce thème, voir les travaux de Domingo Irwin et Frédérique Langue, in Militares y sociedad en Ve (...)

37Les programmes diffusés par les chaînes nouvellement créées ainsi que les messages de certaines associations citoyennes ont une portée didactique importante, malgré un ton parfois belliqueux. En guise d’exemple, nous évoquerons la programmation de la chaîne publique Vive TV. Cette dernière a en effet pour objectif d’expliquer en détail comment se concrétise la Révolution dans l’ensemble du pays. Elle possède douze programmes éducatifs de tous niveaux centrés sur la compréhension du monde actuel et en particulier des problématiques sociales, mais aussi sur le sens du socialisme aujourd’hui y compris dans les médias de communication. Les quinze programmes informatifs, diffusés sous forme de bulletins ou bien de reportages insistent plus, quant à eux, sur la Révolution en elle-même, sur ses réalisations, ses valeurs, ses projets. Un des programmes les plus significatifs est « Peuple soldat », qui aborde la fusion civil-militaire prônée par le régime49. Les cinq programmes culturels sont consacrés aux cultures locales, à l’histoire immédiate et au rôle des médias dans sa construction, mais aussi à la cuisine et la musique nationales. Il convient de souligner la place laissée à l’apprentissage de l’outil médiatique. Ces derniers expliquent en effet les différents rôles des médias socialistes en opposition aux médias capitalistes, comment recevoir et bien interpréter une information, comment favoriser la diffusion et la compréhension des principes socialistes par le biais de la communication, etc. : une sorte de mise en abîme guidée par les valeurs socialistes.

38Au niveau de l’Internet, que le gouvernement désigne comme étant le nouveau fer de lance de la démocratie participative, ce caractère didactique est également remarquable. Mais il s’y ajoute souvent un aspect ludique se rapprochant parfois d’une infantilisation du citoyen qui serait, visiblement, sous éduqué politiquement. Un exemple récent est la campagne d’explication lancée en janvier 2007 par le Président vénézuélien des « cinq moteurs de la Révolution » annoncés comme étant le corpus doctrinaire du « socialisme du XXIème siècle ». Ces cinq moteurs50, dont faisait partie la réforme constitutionnelle (deuxième moteur) rejetée par le référendum du 2 décembre 2007, sont expliqués par un personnage qui se veut à la portée de tous et que l’on peut voir partout au Venezuela. Il en est de même pour l’organisme de recollection des impôts : le SENIAT (Service national intégré de l’Administration douanière et fiscale)51 médiatiquement transformé en un organisme au service total des citoyens et qui leur permet même de gagner des lots (slogan : « El Seniat Cumple »)52. Pour ceux qui n’auraient pas Internet, et en l’absence d’infocentros à proximité, les mêmes figurines et les explications correspondantes sont reproduites sous forme de peintures murales de la capitale à la province.

39D’un côté, les médias ont donc rempli leur rôle de relais d’une information destinée à éduquer les citoyens, à leur fournir un espace de compréhension de la vie politique et de choix, et à les impliquer dans cette vie politique. Mais d’un autre, le lien entre les médias publics qui sont devenus majoritaires et le pouvoir actuel est sujet à questionnement. La démocratie, si elle implique le droit pour tout citoyen d’avoir accès à l’information, exige également une indépendance de fait du pouvoir politique. Cela afin que le citoyen puisse se forger une opinion librement et l’exprimer via les partis politiques, les associations, le vote ou tout autre forme d’expression « démocratique ». Or, dans la pratique démocratique quotidienne de la RBV, les médias, que l’on a vu très actifs dans divers rôles, alimentent en réalité une guerre médiatique politisée.

Conclusions : guerre médiatique53 et citoyen prisonnier

  • 53 Notons que dans un article fort intéressant intitulé « La guerra mediática » de Andrés Cañizalez pa (...)
  • 54 Rémy Rieffel, dans son ouvrage Que sont les médias ? Pratiques, identités, influences, effectue une (...)

40À travers l’exemple vénézuélien et de sa démocratie participative, nous avons montré qu’il était nécessaire d’aborder avec précaution l’articulation médias /démocratie54. En effet, la diversité des supports médiatiques, le contexte politique, social et économique, de même que les « cibles » de récepteurs doivent être pris en compte comme participant d’une même « configuration médiatique », à la fois unique et complexe, faite d’interdépendances.

41Afin d’évaluer l’impact des médias sur la démocratie participative, nous avons donc souligné l’importance d’étudier la manière dont les citoyens étaient sollicités par le biais des médias -essentiellement ici, la télévision, la presse et Internet- ainsi que les moyens qu’ils possédaient pour investir librement l’espace public et jouer pleinement leur rôle de citoyen.

42Dans le cas du Venezuela, un premier constat s’impose à nous. La construction de clivages au sein de la société véhiculés par les médias vénézuéliens (riche/pauvre, socialisme/capitalisme…) semble rendre difficile les rouages de la démocratie participative en favorisant l’idéologisation de la participation populaire et en mettant en danger la paix sociale. Blanca Eekhout, l’une des fondatrices de la première et plus importante chaîne de télévision communautaire, Catia TV, et désormais directrice de Vive TV, affirmait ainsi en octobre 2007 que les médias vénézuéliens étaient désormais des médias « socialistes » et qu’ils « devaient lutter contre les médias capitalistes » promus par « les démocraties représentatives bourgeoises toutes tenues par l’Empire »55. On retrouve également cette orientation radicale, suivie par l’ensemble des médias publics et communautaires, dans le « Manifeste de la communication » publié par le ministère du Pouvoir populaire pour la Communication et l’Information56.

  • 57 Journal informatif de Vive TV, 4 janvier 2008, vu en direct sur le site de Vive Tv : http://www.viv (...)

43La polarisation, qui finit par brouiller les pistes entre information neutre et orientée, devient alors le mode d’appropriation de l’espace public au Venezuela. Au lieu de favoriser le dialogue et le débat constructif, les lieux d’échanges deviennent des champs de bataille entre chavistes et anti-chavistes. Le citoyen, s’il veut prendre part au jeu démocratique, est contraint de limiter son expression à cette seule dimension du débat politique. Peu de médias fournissent ainsi une information neutre et la plupart incite à une « lutte » permanente. Celle-ci est tantôt alimentée par les accusations lancées en direct par le mandataire vénézuélien affirmant être menacé par les Etats-Unis, la CIA, par l’opposition ou par les traîtres à la Révolution, tantôt par les diatribes de l’opposition à l’encontre du gouvernement. Un exemple récent est la dénonciation de la couverture médiatique, qualifiée de « terrorisme médiatique », de la gestion controversée de la médiation du Président Chávez dans l’affaire des otages retenus par les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC)57.

44Face à une opinion publique ainsi tiraillée, le danger est la privation d’espace et à terme la disparition de toute forme de participation ou expression qui ne correspondrait pas au modèle « socialiste » encore en gestation et voulu par la Révolution Bolivarienne officiellement à l’œuvre au Venezuela.

45Un autre point est également essentiel. Parallèlement aux transformations du paysage médiatique vénézuélien dont nous avons rappelé les aspects positifs, le Président et/ou son image sont omniprésents, y compris dans les provinces les plus retirées du Pays, ce qui crée un déséquilibre informatif et communicationnel en sa faveur. Ainsi, la moindre décision ou action politique (de même celle des maires et gouverneurs de son camp politique puisque ces derniers se présentent en son nom) sont capitalisées en information pour le peuple ; de l’information, via la télévision ou la presse, les banderoles ou autres pancartes et affiches au format démesuré posées à l’endroit de l’évènement ou de l’action politique en question. La teneur de l’action politique ainsi que le rôle des représentants des gouvernés sont donc eux-mêmes rendus confus par cette abondance d’information.

46En définitive, les médias peuvent favoriser la participation des citoyens au jeu démocratique, mais dans une certaine mesure seulement et à l’échelle de groupes sociaux déterminés. Ils participent donc moins à une inclusion globale des citoyens qu’ils ne sont les relais, dans le cas du Venezuela, d’une certaine vision de la société vénézuélienne appuyant le projet politique du chef de l’Etat. Ainsi, à nos yeux, il convient de tenir compte des limites du « couple médias/démocratie participative » dans l’actuelle RBV. En effet, la nouvelle « configuration médiatique » vénézuélienne nous engage à envisager deux risques principaux suceptibles de mettre à mal la démocratie vénézuélienne dans son ensemble.

  • 58 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, op cit, p 97.
  • 59 Au Venezuela par exemple, certaines affiches politiques ou peintures murales datent de plusieurs an (...)
  • 60 Parti Socialiste Unifié du Venezuela dont la création fut proposée par Chávez dans le Théâtre Teres (...)
  • 61 Voir notamment Lugo-Galicia, Hernán, « Acciones contra Globovisión fueron planteadas en el Congreso (...)

47Le premier serait celui de tomber dans une sorte de surenchère où un trop plein d’informations aurait pour but de cacher des informations importantes ou déplaisantes au régime en place (mauvais résultats économiques, promesses non tenues, liens politiques avec des organisations marquées du sceau infamant du terrorisme…), avec un résultat peut-être inattendu celui de lasser la population, car « trop d’information tue l’information »58. Il faut ajouter à cela que cette surenchère contribue à donner une image souvent tronquée de la réalité59. Le second danger serait ensuite celui d’un conflit poussé trop loin et qui aboutirait à l’élimination progressive des médias d’opposition. A cet égard, les diverses tentatives de déstabilisation récentes (février-mars) émanant de différents groupes (souvent issus des communautés ou organisées par le PSUV60) progouvernementaux à l’encontre de la chaîne nationale d’opposition Globovisión sont significatives61. S’il est bon de rappeler toutes les vertus d’un débat politique riche et conflictuel, le débat d’idées même virulent faisant partie intégrante du jeu démocratique, le déséquilibre actuel des forces en lice, qui se reflète dans les médias en général et à la télévision en particulier, pourrait s’avérer préoccupant.

Haut de page

Notes

1 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ? Pratiques, identités, influences, Paris, Gallimard, 2005, p. 18.

2 García Samaniego, Francisco R., « Medios y política en Venezuela bajo la Revolución bolivariana », Revista Venezolana de Ciencia Politica, n° 26, juillet-décembre, 2004, p. 75-100.

3 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, op. cit., p. 21. La « configuration médiatique » regroupe, selon Rémy Rieffel, « les techniques, les institutions, les acteurs, les messages, les récepteurs ».

4 Ibid, p. 16-17.

5 Cet aspect a par exemple été le point de départ de la problématique débattue lors du colloque intitulé « Des médias contre la démocratie ? », organisé par l’école doctorale de Sciences Po Paris au CERI, le 18 janvier 2007.

6 Voir notamment Rieffel, Rémy, Que sont les médias ? Pratiques, identités, influences, op. cit., p. 107-311.

7 Le Conseil supérieur de l’audiovisuel est créé en France en janvier 1989 et il a pour principal rôle de gérer l’application des normes audiovisuelles en vigueur. Au Venezuela, la liberté d’expression et d’information via n’importe quel média de communication, avec pour condition que les propos ou informations ne portent pas atteinte aux principes fondamentaux de la Constitution, est originellement garantie par les articles 57 et 58 du chapitre 3 (« Des Droits civiques ») du Titre III (« Des Devoirs et Droits de l’Homme et des Garanties ») de la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela de 1999. Nous reviendrons par la suite sur la création, en 2001, du Conseil National de Radio et de Télévision.

8 Voir notamment Manin, Bernard, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1997.

9 Huntington, Samuel P., The Third Wave : Democratization in the Late Twentieth Century, University of Oklahoma Press, 1991.

10 Voir notamment Ducatenzeiler Graciela, « Nouvelles approches à l’étude de la consolidation démocratique », Revue Internationale de politique comparée, vol. 8, 2001/2.

11 « Calidad de la democracia », América Latina Hoy. Revista de Ciencias Sociales, n° 45, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, avril 2007.

12 Voir entre autres MENDEL, Gérard, Pourquoi la démocratie est-elle en panne ? : construire la démocratie participative, Paris, La Découverte, 2003. L’auteur voit en effet dans la démocratie participative une étape supplémentaire dans la construction de la démocratie, son aboutissement en quelque sorte.

13 A. De Benoist dénonce par exemple une « démocratie participative illusoire », car souvent prétexte à dissimuler les changements induits par l’application des principes de la gouvernance dans l’administration publique ; changements dont il démontre les effets néfastes sur la démocratie. Benoist, A. de. 2007. « La gouvernance : histoire et doctrines d’une idée liberticide » et « La gouvernance : l’OPA des oligarchies sur la démocratie », Eléments pour la civilisation européenne, printemps 2007, p. 32-44.

14 Rappelons la rhétorique anti-élitiste et “anti-partis” qui valut en son temps au candidat Chávez le qualificatif d’outsider. Le système représentatif, bien qu’étant toujours implicitement présent dans la Constitution de 1999, est sans cesse critiqué avec véhémence par le Président. Il prend notamment pour exemple des effets pervers de la représentation, le pacte de Punto Fijo de 1958 qu’il considère comme l’une des principales, sinon la principale cause de la crise généralisée du système politique vénézuélien dans les années 1990.

15 Notons que nous retrouvons la même vision chez Dominique Wolton, dans Internet et après ?, Paris, Flammarion, 1999, p. 104.

16 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, op. cit., p 169.

17 Nous reprenons ici la terminologie construite par Régis Debray. Voir notamment Debray, Régis, Introduction à la médiologie, Paris, PUF, 2000.

18 La loi des conseils communaux, publiée au Journal Officiel le 10 avril 2006 est l’objet d’ailleurs actuellement une proposition de réforme visant à fondre ces structures participatives dans celles de l’Etat central. Voir notamment sur cette question : http://www.aporrea.org/poderpopular/n110545.html.

19 Article 2 de la Loi sur les Conseils Communaux : « Les conseils communaux, dans le cadre constitutionnel de la démocratie participative et ‘protagonique’, sont des instances de participation, d’articulation et d’intégration entre les diverses organisations communautaires, groupes sociaux et citoyens et citoyennes, qui permettent au peuple organisé d’exercer directement la gestion des politiques publiques et de projets destinés à répondre aux besoins et aspirations des communautés dans la construction d’une société d’égalité et de justice sociale ». Le texte est accessible dans son intégralité sur plusieurs sites Internet. Voir entre autres : http://archivos.minci.gob.ve/doc/ley_de_los_consejos_comunales.doc.

20 Langue, Frédérique, Histoire du Venezuela de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 336-350.

21 Ellner, Steve, « The Contrasting Variants of the Populism of Hugo Chavez and Alberto Fujimori », Latin American Studies, n° 35, p. 139-162, 2003.

22 Depuis 1958 et le pacte de « Punto Fijo », le système politique vénézuélien est un système bipartiste garatissant l’alternance entre les deux partis nationaux les plus importants : « Action Démocratique » (AD) et le « Comité d’Organisation Politique Electoral Indépendant » (COPEI). Les partisans et/ou militants de AD sont familièrement nommés « adecos » et ceux de COPEI, « copeyanos ».

23 Le MBR-200 est créé en 1983, date du 200ème anniversaire de la naissance du Libertador Simón Bolívar, par Chávez lui-même et par un groupe de compagnons d’armes, dont Raúl Isaías Baduel, ancien Ministre de la Défense démis de ses fonctions le 18 juillet 2007 et désormais considéré comme étant dans l’opposition au gouvernement.

24 Tous les enregistrements de cette émission sont accessibles sur Internet : http://www.alopresidente.gob.ve/. A noter que le format de l’émission est désormais légèrement différent par rapport à ce qu’il était à ses débuts puisque les invités sont triés sur le volet et l’accès n’est plus libre.

25 Voir Petkoff, Teodoro, « Chávez y los medios », in Francés, Antonio et Machado Allison Carlos, Venezuela : la crisis de abril, Caracas, Ed. de l’IESA, juin 2002, 231 p. 89

26 Suite au vote du Parlement début mars 2006, certains ajouts, dont un kayac, un arc et une flèche représentant les armes des indigènes ou une machette de paysan, ont été effectués en hommage aux racines des descendants d’origine africaine. Une étoile supplémentaire a également été ajoutée pour signifier la direction « socialiste » du pays, de même que le cheval qui tournait préalablement la tête vers droite galope désormais en direction de la gauche.

27 Préambule de la Constitution de 1999.

28 Ellner, Steve, op. cit, p 153 : “the medias, rather than parties of opposition, played the major role of articulating and channelling discontent when Chávez’s popularity plummeted in 2001”.

29 A ce propos, et pour revenir sur l’importance de la mobilisation de symboles dans la politique chaviste, l’illustration clé de cette vision du peuple comme unique détenteur du pouvoir est le groupe nominal « Pouvoir populaire » systématiquement accolé à la dénomination des portefeuilles d’Etat : ministère du Pouvoir populaire pour la Défense, ministère du Pouvoir populaire pour les Affaires étrangères, ministère du Pouvoir populaire pour l’Information et la Communication… etc.

30 Pedro Carmona Estanga est l’un des plus grands entrepreneurs du Venezuela. Il a notamment été président entre 2001 et 2003 de Fedecámaras (Fédération de Chambres et associations de commerce et de production), la plus grande organisation patronale vénézuélienne.

31 Expression consacrée depuis lors pour désigner, d’une part, la mise hors service successive de plusieurs chaîne de télévision alors incapables de poursuivre leurs programmes, et, d’autre part, le passage sous silence d’informations et d’images relatives au coup d’Etat du 11 avril 2002 de la part de médias pourtant en mesure de diffuser leurs programmes.

32 Site Internet : http://www.vive.gob.ve/ . Pour une interview de Thierry Deronne sur la naissance et les valeurs de la chaîne, voir : http://www.vive.gob.ve/inf_art.php ?id_not =19&id_sec =3&page =.

33 Romero, Carlos, Jugando con el globo. La política exterior de Hugo Chávez, Caracas, Ediciones B., 2006, p. 107. Notons que l’activisme international est une caractéristique historique de la politique étrangère vénézuélienne ; sur ce point voir notamment, Romero, Teresa, Política exterior venezolana. El proyecto democrático 1958-1998, Caracas, libros de El Nacional, 2002.

34 En atteste l’interview d’une rédactrice de l’actuelle ABN en novembre 2007 à Caracas réalisée par l’auteur : « Sa ligne éditoriale est de faire ressortir les aspects positifs du gouvernement du Président Chávez, les avancées de sa gestion, les accords signés avec d’autres pays en faveur de l’intégration, entre autres choses ».

35 http://www.telesurtv.net/

36 Le CIM sur Internet : http://centrointernacionalmiranda.gob.ve/ . Les cinq moteurs sont rappelés en cliquant sur l’icône « rumbo al socialismo » : http://centrointernacionalmiranda.gob.ve/.

37 Marta Harnecker, sociologue chilienne connue pour ces études portant sur le marxisme-léninisme est, entre autres, l’auteur de Les concepts élémentaires du matérialisme historique, Bruxelles, Contradictions, 1974, La izquierda en el umbral del signo XXI, Caracas, siglo XXI Editores, 1999 ou encore Reconstruyendo la izquierda, Caracas, El viejo topo, 2006 ; Pour Eva Golinger, voir notamment El Código Chávez : descifrando la intervención de los Estados Unidos en Venezuela, Caracas, Fondo Editorial Question, 2005.

38 « Ley de Responsabilidad Social en Radio y Televisión ». Voir : http://www.leyresorte.gob.ve/index.asp

39 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, op. cit., p. 30-31.

40 Brandler, Natalia, « Les élections au Venezuela, de l’abstention comme forme de protestation à une participation inhabituelle », Problèmes d’Amérique latine, n° 65, été 2007, p. 33-62.

41 Radio Caracas Télévision, fondée en 1953 et dont l’actuel président est Marcel Granier. Le 27 mai 2007, cette chaîne a cessé d’émettre sur le réseau national et a été remplacée par Télévision Vénézuélienne Sociale (TVes). En juillet 2007, la chaîne revient néanmoins sur le câble sous le nom de ‘RCTV Internacional’. Site Internet officiel : http://www.rctv.net/ et http://www.caracasradiotv.com/CCS/index.php ?option =com_frontpage&Itemid =1. Selon Jesús Hurtado, journaliste au quotidien El Mundo, RCTV aurait d’ailleurs conservé une audience importante et a même de meilleurs résultats qu’en 2006. Voir Hurtado, Jesús, « Rctv es el canal más visto de la televisión por suscripción », El Mundo, 6 février 2008.

42 Le Président vénézuélien a même reconnu, il y a peu, les problèmes d’audimat que connaissait TVes.

43 http://www.aporrea.org/

44 http://www.agenciaenpie.org/

45 Pour une première analyse de l’initiative gouvernementale financée par le ministère du Pouvoir Populaire pour la Science et la Technologie, voir l’article de Morelis Gonzalo Vega, professeur à l’Université de Zulia, publié en juin 2005 : http://www.infoamerica.org/articulos/textospropios/gonzalo_vega1.htm. Pour plus d’informations sur ces « infocentros », voir également http://www.infocentro.net.ve/

46 http://www.noticierodigital.com/ et http://www.noticias24.com/

47 http://www.radionexx.com/

48 http://www.caracasradiotv.com/CCS/index.php ?option =com_content&task =view&id =25&Itemid =44

49 Sur ce thème, voir les travaux de Domingo Irwin et Frédérique Langue, in Militares y sociedad en Venezuela, Caracas, UCAB-UPEL, 2003 ; « Militares y democracia ¿El dilema de la Venezuela de principios del siglo XXI ? », in Revista de India, Madrid, vol. LXIV, No. 231, 2004 ; Militares y poder en Venezuela. Ensayos históricos relacionados con las relaciones civiles y militares venezolanas, Caracas, UCAB-UPEL, 2005 ; et, avec Luis Alberto Buttó, Control civil y pretorianismo en Venezuela, Caracas, UCAB-UPEL, 2006.

50 Loi d’habilitation, réforme de la Constitution, Morale et Lumières [éducation], Nouvelle géométrie du Pouvoir, explosion du Pouvoir communal.

51  http://www.seniat.gov.ve/portal/page ?_pageid =76,1&_dad =portal&_schema = PORTAL

52 Les exemples abondent sur cette manière d’articuler institutions ou organismes publics et politiques, et médias, dans le but de créer une image médiatique positive de ces derniers aux yeux de l’opinion : le Métro, la Société anonyme du pétrole du Venezuela (PDVSA), la Compagnie nationale de téléphonie du Venezuela (CANTV, d’ailleurs récemment nationalisée), etc.

53 Notons que dans un article fort intéressant intitulé « La guerra mediática » de Andrés Cañizalez paru dans TalCual, le 13 février 2008, la notion de « guerre médiatique » est présentée comme étant au centre de tensions régionales potentiellement déstabilisatrices. Selon Cañizalez, ces dernières attestent en effet du poids de la polarisation que les médias contribuent en grande partie à entretenir, notamment au niveau régional.

54 Rémy Rieffel, dans son ouvrage Que sont les médias ? Pratiques, identités, influences, effectue une excellente synthèse théorique et historiographique sur les enjeux et le traitement du supposé « pouvoir des médias » en France depuis la seconde moitié du XXème siècle à nos jours.

55 Conférence du 19 octobre 2007 à l’Institut des Hautes Etudes Diplomatiques de Caracas intitulée : « Le socialisme du XXI° siècle et les médias ».

56 Le Manifeste est téléchargeable à partir du lien suivant : http://www.vive.gob.ve/sc_arch.php ?a =Repensando %20la %20comunicación&id_doc =2384&id_s =7&p =1#

57 Journal informatif de Vive TV, 4 janvier 2008, vu en direct sur le site de Vive Tv : http://www.vive.gob.ve/actualidad.php

58 Rieffel, Rémy, Que sont les médias ?, op cit, p 97.

59 Au Venezuela par exemple, certaines affiches politiques ou peintures murales datent de plusieurs années et ne sont pas retirées malgré l’existence de loi visant à encadrer l’affichage politique, notamment en période de campagne électorale.

60 Parti Socialiste Unifié du Venezuela dont la création fut proposée par Chávez dans le Théâtre Teresa Carreño de Caracas, le 15 décembre 2006. Ce parti est divisé en « bataillons » et reste en cours de construction. Néanmoins, le 9 mars 2008 ont été élus les 15 membres du premier directoire « transitoire » du parti désormais dirigé par Jorge Rodríguez.

61 Voir notamment Lugo-Galicia, Hernán, « Acciones contra Globovisión fueron planteadas en el Congreso del PSUV », El nacional, Domingo 02 de Marzo de 2008 ; Jorge, David Ludovic, « Partidos contra amenazas a Globovisión », TalCual, Martes 12 de Febrero de 2008 ; ou encore Nederr Sofía et Rondón David, « Globovisión se abrirá a críticos pero mantendrá su programación », El Mundo, 08 de Febrero de 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Joffres, « Démocratie participative et médias : jeux d’influence au Venezuela », L'Ordinaire des Amériques, 210 | 2008, 193-215.

Référence électronique

Adeline Joffres, « Démocratie participative et médias : jeux d’influence au Venezuela », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 210 | 2008, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://orda.revues.org/2654 ; DOI : 10.4000/orda.2654

Haut de page

Auteur

Adeline Joffres

EHESS-CERMA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org