Navigation – Plan du site
Les nouvelles formes de création et de diffusion

Dispositifs graphiques de la presse web : enjeux sémiotiques et médiatiques entre tradition et innovation

Graphic Devices of Online Media: Semiotic and Media stakes between Tradition and Innovation
Dispositivos gráficos en la prensa en la web: desafíos semióticos y mediáticos entre tradición e innovación
Dispositivos gráficos do jornal digital: desafios semióticos e midiáticos entre tradição e inovação
Daniel Moreno

Résumés

Les études sur les dispositifs de communication graphique, telle que la maquette d’un document donné, ont mis en évidence les modèles visuels qui encadrent l’écrit et lui donnent forme selon les diverses fonctions discursives du texte. Ces travaux de recherche ont permis de rendre compte de l’influence que ces structures exercent sur le plan cognitif lors de la lecture. Le média web, par son caractère complexe et « dématérialisé », renouvelle les modèles de disposition graphique qui lui ont précédé comme ceux de la Une imprimée, mais il impose aussi des nouvelles conditions de visibilité et d’organisation textuelle qui proviennent en partie des propriétés techniques du média. Dans cet article, nous souhaitons observer d’un point de vue global la disposition graphique du journal sur le web à partir des enjeux qui interviennent dans sa production. Etant donné que « la page » sur le média web a vécu sa propre histoire « à l’intérieur » du média, il convient de questionner la généricité de cette image afin de reconnaître les modalités énonciatives qu’elle opère, ainsi que les fonctions des écritures selon le nouveau partage de l’espace d’inscription.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

1Les technologies numériques constituent à l’heure actuelle un pivot essentiel à partir duquel on examine les transformations sociales contemporaines en ce qui concerne tantôt les modes de production, tantôt les formes d’appropriation et de consommation des produits culturels, de leurs usages et de leurs pratiques. Comme l’observe Bruno Bachimont, « le numérique ne transforme pas seulement notre manière de nous rapporter aux contenus mais également notre manière de les élaborer et de les exploiter » (Bachimont 23). Pour ce qui est de notre intérêt ici, il faut noter que l’arrivée du numérique et son évolution ont suscité des changements dans les formes de lire, ceci produisant une transformation à la fois technologique et culturelle. Des nouveaux objets médiatiques dédiés amplement à la lecture de divers types, formes et genres ont vu le jour et ont modifié profondément sa pratique, qui a dès lors acquis une dimension « équipée », avec des contraintes et des avantages propres de l’outil : connectivité, portabilité, visibilité, interactivité, etc. Cela ne va d’ailleurs sans conséquence pour la construction du sens via l’action médiatrice de l’objet. Cependant, ce sont les formes médiatiques projetées par le langage informatique, sous la forme d’interfaces de « sites web » dans le cas présent, qui préfigurent l’expérience de l’utilisateur et dont il faudra rendre compte afin de voir comment elles évoluent et définissent les traits génériques d’une image textuelle.

2Il faut signaler que ces formes énonciatives sont le produit à la fois des avancées technologiques du média mais aussi des traditions de lecture inspirées des supports d’écriture analogiques. En réalité, comme nous le verrons par la suite, la presse sur le web a eu sa propre histoire, elle a fini par se rapprocher de la page imprimée, mais cette dernière ne s’est pas imposée depuis son origine comme un modèle à suivre. Les sites web dont il sera question ici sont des réalisations latino-américaines, plus précisément colombiennes, et appartiennent à l’univers thématique et discursif du journal web. Un regard sur ces objets numériques peut conduire à ressortir les enjeux expressifs et énonciatifs homogènes qui les circonscrivent à un genre précis. Cela nous amène à comprendre la manière dont ces réalisations se situent et se distinguent parmi d’autres à l’intérieur du média web selon une tendance globale, mais aussi comment elles se spécialisent et construisent ainsi leur identité générique, tout en introduisant des innovations.

I/ La complexité du média web

3Une révision rapide de la littérature spécialisée autour du numérique nous permet de mieux comprendre les relations entre les instances techniques et symboliques qui sont à l’œuvre dans le média web. Les travaux de Bruno Bachimont (2007) en particulier nous éclairent sur le rôle que joue l’informatique dans le traitement et l’exploitation de données vides de sens. En effet, selon l’auteur, le numérique se caractérise par deux opérations essentielles qui sont la discrétisation et la manipulation (Bachimont 32). Par la première, il faut comprendre que lorsque les unités de contenu sont traversées par le numérique, elles deviennent discrètes, c’est-à-dire des symboles fragmentés et distincts, définis indifféremment les uns des autres. Par la deuxième, il s’agit d’observer que la discrétisation rend ces unités manipulables et font dès lors l’objet d’opérations de type arbitraire par la machine. Cela met en évidence une coupure à la fois sémantique : le numérique, ou le code binaire, n’a pas d’interprétation ou de signification propre ; et matérielle : le numérique est neutre, il est indépendant de tout ancrage matériel et ne rend pas compte des outils qui ont servi à sa formalisation (Bouchardon 12).

4Or, « les manipulations devenues possibles par la discrétisation peuvent s’effectuer de manière parfaitement arbitraire par rapport à la signification du contenu », (Bachimont 33). Ce trait distinctif caractérise les objets numériques dont la propriété essentielle est celle d’avoir dépassé les contraintes mécaniques qui relient la fonction à la forme (Zinna et Fontanille). Les interfaces graphiques sont alors la partie de l’objet visible par laquelle passe toute forme de communication et de manipulation, elles ont pour fonction de surmonter l’arbitraire de la mécanique par l’intégration du sens (Zinna et Fontanille). Les environnements métaphoriques, dont la page qui nous intéresse ici, agissent ainsi comme une forme de médiation capable de rendre perceptible des unités discrètes afin de permettre leur exploitation (Bachimont 78).

5Par ailleurs, la complexité du média web relève aussi des couches énonciatives qui se superposent et qui lui rendent son épaisseur, tout en encadrant cette image dans le dispositif technique. Pignier note ainsi que :

ce qui fait sens pour l’usager qui communique sur le web, ce n’est pas l’information en elle-même présente sur le site web mais c’est l’orchestration de :

  • l’information avec son interface graphique (webdesign) ;

  • l’interface graphique du site web avec l’interface des applications que sont les navigateurs (par exemple Firefox, Netscape Navigator) ;

  • l’interface des applications informatiques avec l’interface matérielle de la machine (design d’interface) (Pignier 2009, 109).

  • 1 Nous pouvons néanmoins nous rapporter à la définition de Nicole Pignier. Pour l’auteur, « Une inter (...)

6Nous ne nous intéresserons pas ici à la notion d’interface en elle-même ni à ses fonctions,1 mais nous souhaitons nous focaliser sur les formes expressives qui constituent son image, car nous avons vu qu’elles sont arbitraires par rapport au support qui les produit. En d’autres termes, l’instauration et le développement de ces expressions sensibles sont le produit d’une adaptation culturelle des fonctions de l’écriture. La « page-écran » restitue ainsi certaines propriétés des supports analogiques par la simulation d’espaces qui organisent la matière écrite à l’écran. Cette organisation répond à des besoins ergonomiques et cognitifs mais aussi discursifs, car elle est en accord avec les contraintes d’un genre de discours donné. Le média web est ainsi le lieu d’accueil d’autres médias mais aussi d’autres sous-genres, d’où son caractère « polymédiatique » et « polydiscursif » (Badir 10). Dominique Maingueneau distingue à son tour parmi les « “cybergenres” ceux qui reprennent des genres qui existent déjà dans d’autres médias (manuscrit, imprimé ou vidéo) et ceux qui ont émergé sur le web (comme les forums ou les blogs) » (Maingueneau 74). L’auteur ajoute cependant que :

cette différence ne doit pas masquer une discontinuité profonde : même quand il semble qu’on reprenne un genre déjà existant, on peut douter qu’on ait affaire au “même” genre sur du papier et sur le web (Maingueneau 74).

7Enfin, ces interférences médiatiques ne doivent pas occulter la visée de tout site web (Stockinger), c’est-à-dire le fait que celui-ci accomplit une fonction pour laquelle il a été conçu et, ce faisant, communique cette fonction par les formes sous lesquelles il se présente et par la gestuelle à laquelle il fait appel lors de son usage.

8Ces niveaux s’intègrent dans l’unité de la page web ou « page-écran » qui se donne à voir comme un ensemble signifiant.

II/ Le rôle de la pratique : entre tradition et innovation

9D’un point de vue général, nous pouvons décrire la notion de « tradition » à partir d’au moins deux perspectives théoriques différentes, en lien toutes les deux avec une autre notion essentielle pour nous : la notion de « pratique ».

  • 2 Par exemple, la lecture monastique continue et à haute voix et la lecture scholastique discontinue (...)

10D’une part, Roger Chartier s’interroge sur la possibilité d’une histoire des « pratiques de lecture » et met en évidence qu’il existe des « protocoles » typiques de chaque forme textuelle.2 L’auteur distingue la « mise en texte » et « la mise en livre ». Alors que la première se focalise sur le dispositif de lecture et les « manières de lire » que ce dernier évoque et qui relèvent de l’écriture et du travail de l’auteur, la seconde relève de l’éditeur et concerne plus précisément les techniques de l’imprimerie, la typographie, etc. Ici, la tradition concerne les « formes de lire » qui se sont stabilisées dans le temps et qui sont en accord avec la forme du texte, de sa composante matérielle mais aussi de sa fonction sémiotique. L’une des voies de recherche actuelle se focalise sur « l’énonciation éditoriale » qui est à l’origine d’une image du texte (Souchier). Cette perspective théorique nous montre que le lecteur fait toujours face à deux textes : la production de l’auteur, mais aussi l’énonciation éditoriale complexe qui relève de toutes les instances liées à la production éditoriale.

11Dans une approche sémiotique, d’autre part, l’analyse de la pratique trouve son origine dans la « scène communicative » (Fontanille) qui intègre l’usager et le texte, dans sa dimension matérielle (support) et aussi dans sa dimension symbolique, sans chercher pour le moment à identifier ou à reconnaître des effets de causalité entre l’un et l’autre. En ce qui nous concerne ici, il faut noter que « le fonctionnement sémiotique du texte est inséparable du niveau de la pratique » (Fontanille 23). Ce niveau supérieur correspond à celui de l’expérience, de l’énonciation et de la signification « en acte ». Il est important de nous situer dans le niveau de la pratique car c’est ici qu’ont lieu l’appropriation, l’interprétation et l’usage du site web. La tendance s’inscrit d’une part dans l’objet textuel, dans sa forme matérielle et fonctionnelle, mais elle s’exprime aussi dans la pratique d’usage qui évolue également selon les transformations du texte. En d’autres termes, l’évolution et la transformation du texte amènent en soi une transformation dans la pratique d’interaction entre l’usager/lecteur et l’objet textuel.

12Dans cette perspective, nous pouvons penser la tendance comme une projection à partir de la tradition, elle est prospective et ouverte aux innovations, mais ces dernières font l’objet de contraintes. Nous soulignons la valeur de la tradition car c’est elle qui permet de comprendre la fonction de l’innovation :

L’innovation, par conséquent, n’impose pas l’oubli, car elle ne vaut que par contraste avec le fond traditionnel dont elle se détache. Elle implique elle aussi une croyance et une efficience, mais c’est une efficience provisoire et à court terme qui prévaut, une efficience locale, et qui produit une ouverture limitée. Par conséquent, l’innovation préfère les segments temporels délimités, isolés, qui se succèdent et favorisent un renouvellement sans mémoire et sans origine… (Fontanille 299).

13Si la tradition dessine une forme de continuité, l’innovation prend donc la forme de la discontinuité. Patrice Flichy, dans le cadre théorique de la socio-technique, parvient au même constat : « La difficulté de l’étude de l’innovation vient du fait que cette dernière repose toujours sur une tension entre continuité et discontinuité » (Flichy 233).

III/ L’organisation de la page et les époques du journal web : entre tradition et structure cognitive

14Rappelons brièvement que la maquette d’une page ou d’un site web est une structure destinée à l’organisation des écritures et d’autres objets textuels : elle « constitue l’infrastructure du dispositif de lecture » (Beguin-Verbrugge 94). Pour ce faire, la maquette se sert des signes-vecteurs (cadres, blancs, dénivellations, etc.) qui interviennent dans le mode de perception en délimitant les objets d’attention ; ils accomplissent donc une fonction métatextuelle ou « méta-organisationnelle » (Beguin-Verbrugge 95). Le rôle que jouent ces signes est donc complexe :

Au plan social se constituent des genres, au plan individuel, les lecteurs mémorisent par accoutumance ces formes socialisées, descriptibles et transmissibles par apprentissage […] L’appropriation de ces formes peu à peu ritualisées et codifiées, dont la scénographie est inhérente au support qui leur a donné naissance, permet des conduites de lecture mieux dirigées, plus efficaces et plus économiques au plan cognitif (Beguin-Verbrugge 96).

15La mémorisation et la conséquente reconnaissance de telle ou telle forme, par l’image du texte à laquelle il renvoie, avertissent le lecteur sur le type de texte auquel il a affaire lui permettant ainsi de réaliser une meilleure gestion des tâches cognitives associées à la lecture.

16Nous n’allons pas cependant prendre en détail la disposition graphique de nos sites web, mais nous retiendrons les grands traits de cette disposition. En effet, la fonction de la tradition que nous souhaitons mettre en lumière tient au fait que les formes de la maquette de nos journaux se trouvent dans un mouvement entre la tradition des formes de la Une imprimée et les innovations apportés par le web. Nous souhaitons observer ce mouvement à partir de deux journaux colombiens, les deux plus importants du pays (El Tiempo et El Espectador). Plutôt que de vouloir une approche comparative au niveau de l’aire latino-américaine, ce travail se veut descriptif et représentatif afin de prendre la mesure de cette problématique à partir d’un corpus peu étudié, en accord avec l’approche sémiotique à partir de laquelle nous nous situons.

  • 3 La version actuelle ou contemporaine de nos journaux web est celle que nous retrouvons en 2016, à l (...)

17L’organisation topologique des régions et des zones composant l’interface du journal web actuel suit donc la tradition culturelle et de lecture qui est caractéristique du journal imprimé.3 C’est cette forme globale qui motive dans le journal web l’organisation que nous allons décrire, et qui nous permet d’assimiler par exemple la forme d’une zone à une autre préexistante sur un autre support (par exemple la « manchette »). Un bref retour en arrière nous permettra de mettre en évidence les changements les plus importants qui ont conduit le journal web jusqu’à sa présentation actuelle.

18Nous souhaitons mettre en perspective le mode d’organisation actuel de nos sites web en l'intégrant dans une analyse plus large, celle proposée par Dominique Cotte, qui tient compte des versions plus anciennes. Le chercheur a comparé dans une perspective diachronique la page d’accueil des sites web des journaux Le Monde et Libération, s'intéressant notamment à la période comprise entre les années 1996 et 2005. Ces observations ont conduit le chercheur à identifier cinq « époques » qui ont marqué des points de rupture dans l’évolution des formes des sites web. L’auteur montre bien que les changements suivent les avancées technologiques mais également que la présence / absence des zones ainsi que leur mode de disposition participent de la définition de chacune de ces périodes ; en d’autres termes, elles définissent les différents modes d’énonciation de l’espace d’inscription.

  • 4 L’organisation fonctionnelle du site met en évidence la relation entre la disposition graphique et (...)

19L’organisation fonctionnelle des zones dans nos journaux actuels ne correspond pas à celle des modèles décrits à travers ces époques : l’évolution des formes de la presse a donc suivi son cours.4 Nous pouvons donc penser que ce modèle que nous décrivons représente une nouvelle « époque », contemporaine, dans l’évolution du journal web. Cette époque se caractériserait par une proximité visuelle entre le média web et le média imprimé. Peu à peu, le site web s'éloigne de sa forme typique pour calquer, imiter ou mimer la Une imprimée, à laquelle, comme nous le voyons dans l’actualité, il finit par ressembler, en même temps qu’il permet au lecteur d’être informé, dès son ouverture, sur le type de site web auquel il a affaire.

20Cette histoire du journal web racontée en cinq temps montre une première époque se caractérisant par la présence d’une liste sans texte, « sans hiérarchisation particulière » (Cotte 129). Si, pour Bachimont, la liste est un exercice de hiérarchisation et de rassemblement d’un nombre déterminé d’éléments dans une catégorie, ce qu’il faut retenir ici c’est le fait qu’il n’y a pas de relief énonciatif entre les unités qui composent la liste de cette époque. Nous pouvons affirmer que sa disposition graphique répond à l’intérêt de base de représenter les contenus dans une suite numérique, indexés selon les opérations de calcul réalisées par la machine. La deuxième époque faisait apparaître l’image au sein de la page, notamment sous la forme de boutons qui remplaçaient les lignes composant les listes. Cette période voit de même apparaître une disposition par cadres (ou frames) qui divisaient la page notamment en deux parties, à gauche une zone de navigation hypertextuelle et à droite des pavés de contenu. La troisième époque est celle du « portail » et marque une rupture importante avec les époques précédentes. Il s’agit d’une période intéressante car le portail était un modèle prototypique qui caractérisait le web en général à la fin des années 1990. D’ailleurs, le site « portail » se voulait un point d’entrée du web et sa particularité était de proposer une somme variée de prestations et de services, autre que journalistiques, à partir d’une même structure. Par ce fait,

la matière journalistique ne se trouve pas mise en valeur lors du premier contact de l'internaute avec le site de la marque, mais se trouve englobée à l’intérieur d’une des couches du portail. Le journal n’est plus tout le site mais est devenu une partie d’un ensemble plus vaste (Cotte 136).

21La quatrième époque voit s’opérer un rapprochement entre la forme du site web et la Une ; la page dispose d’un menu ou sommaire à gauche comme outil essentiel de navigation qui caractérise la page web. La cinquième époque (2006), celle où s'arrêtent les observations de l’auteur, se caractérise par plusieurs aspects dont le retour du texte en première page et l’effacement du menu de navigation à gauche qui permettait au lecteur de se repérer dans le site.

22Une vision des sites des journaux que nous étudions datant de 2005 (figure 1) nous montre qu’ils se situent plutôt au niveau de la quatrième époque. On pourrait dire qu’ils évoquent la Une imprimée, mais cette évocation reste pourtant assez vague. La répartition des surfaces répond avant tout à un besoin de fonctionnalité classique du web : la zone de menu à gauche comme repère pour la navigation. Dans les deux cas nous notons que cette colonne de gauche contenant les rubriques, la barre supérieure, au-dessous du titre, et celle de droite proposant quelques services ainsi que l’accès à d’autres sections désignent l’essentiel de la zone d’accès et d’exploration des prestations qui regroupe l’ensemble des régions hypertextuelles. La zone centrale est un espace textuel destiné au développement d’un contenu ; celui-ci présente dans les deux cas une liste de titres d’information, suivis d’une courte description ou chapeau ; ils se succèdent l’un après l’autre ayant comme seul critère de hiérarchisation l’heure de publication de l’information mais sans un réel intérêt de mise en espace. Une particularité de l’organisation des éléments textuels dans cette zone est le fait qu’elle repose sur une mise en forme par équivalence et non par hiérarchie. La distribution topologique de l’organisation fonctionnelle nous montre finalement une organisation assez typique et récurrente des sites web de presse de l’époque comme nous le voyons dans la figure 2.

Figure 1. Pages d’accueil des sites web des journaux en ligne « El Tiempo » et « El Espectador » (2005)

Figure 1. Pages d’accueil des sites web des journaux en ligne « El Tiempo » et « El Espectador » (2005)

Figure 2. Organisation fonctionnelle des sites web (2005)

Figure 2. Organisation fonctionnelle des sites web (2005)

IV/ Une nouvelle époque pour le journal web

  • 5 Les sites web que nous décrivons ici correspondent aux dernières versions, celles après 2008 pour l (...)

23La version de 2014 des journaux étudiés est en continuité avec celle de 2008 pour El Espectador et de 2010 pour El Tiempo.5 Ces journaux ont donc suivi le mouvement qu’adoptaient déjà d’autres journaux depuis 2006 comme Le Figaro, Le Monde, El Pais, et qui s’affirme comme une tendance. Ce court retour en arrière nous a permis de montrer la transition entre l’époque représentée dans la figure 2 et l’actuelle, représentée par la figure 3. Comme le note Dominique Cotte, le passage entre les deux se caractérise par la disparition du menu à gauche de l’écran qui permet au visiteur-utilisateur de se repérer dans le site. Ce menu deviendra la barre de navigation à fonction hypertextuelle présentant les rubriques qui composent le journal. Le changement est important car il libère l’espace et impose une nouvelle organisation des contenus ; sans médiateur entre eux et le lecteur, ils se retrouvent de telle sorte au premier plan. Plusieurs journaux montrent qu’à ce moment même ils abandonnent cette colonne de gauche et optent pour cette barre de navigation, ce qui éloigne visuellement les sites de presse d’autres types de sites web se caractérisant précisément par cette modalité de parcours. L’évolution continue, cette fois en plaçant le titre du journal au centre de la « page », en attribuant des marges des deux côtés, en créant des modules, des zones dynamiques, etc. La nouvelle époque du journal web, contemporaine, s’appuie sur une nouvelle organisation fonctionnelle que nous pouvons donc représenter comme suit (figure 4).

Figure 3. Pages d’accueil des sites web des journaux en ligne « El Tiempo » et « El Espectador » (après 2014)

Figure 3. Pages d’accueil des sites web des journaux en ligne « El Tiempo » et « El Espectador » (après 2014)

Figure 4. Organisation fonctionnelle et topologique de la page d’accueil actuelle

Figure 4. Organisation fonctionnelle et topologique de la page d’accueil actuelle

Conclusion

24À partir d’une description de l’espace graphique mis en évidence par la page d’accueil des journaux que nous avons choisi d’étudier, nous avons signalé plusieurs propriétés qui définissent leurs modalités d’énonciation. Si cet espace peut être décrit dans les mêmes termes que toute surface bidimensionnelle, il reste complexe par le fait qu’il se déploie et fait partie de l’interface du journal web. En cela, cette composition doit suivre les repères médiatiques et techniques mais aussi de lecture et culturels qui rendent compte de la tradition dont ces formes sont une extension, une représentation.

25Les notions auxquelles nous avons fait appel ici, comme celles de « signes-vecteurs » et de « fonction métatextuelle », nous aident à mieux comprendre le fonctionnement de l'espace graphique et les « instructions de lecture » qui agissent dans l’acte d’énonciation. La surface de la page en tant qu’espace d’inscription numérique exige ses propres outils d’écriture et projette des relations entre objets graphiques et textuels qui nous semblent proches car elles activent dans notre pensée les mêmes relations de sens et les mêmes stratégies interprétatives que réveillent en nous « la réalité tactile » et, dans notre cas plus concret, notre expérience courante de l’écriture et du texte, au sens large du terme. Nous pouvons donc comprendre que la surface qui réalise la fonction de support est un élément textuel en lui-même, auquel sont attribuées des propriétés texturales, chromatiques, etc.

26D’autre part, s’« il n’existe pas d’objets en totale rupture avec le passé » (Touboul 313), comme l’histoire des médias semble aussi le montrer, il faut retenir que c’est le web dans sa qualité de méta-medium (Pignier 2012, 144) qui régule et autorise toute forme de continuité ou de rupture textuelle à partir d’un modèle préétabli. En conséquence, la tradition exerce une force dans la durée qui persiste et résiste au changement suggéré par l’innovation, qui n’est jamais une discontinuité totale. Il s’en dégage une tension entre les formes propres du web et celles de la page imprimée qui doivent cohabiter dans l’interface dans une forme d’hybridation.

27Enfin, si nous n’avons pas entrepris une démarche comparative des sites web de presse au niveau de l’Amérique latine, nous avons pu constater grâce aux travaux de Dominique Cotte que nos journaux étaient relativement en retard face à un mouvement d’homogénéité dont faisaient preuve certains journaux européens comme El pais, Le Monde, ou le New York Times aux Etats-Unis, au milieu des années 2000. Mais nous avons constaté aussi que, du moins en ce qui concerne les grands traits génériques que nous avons décrits, ces journaux se sont alignés à cette tendance. Si la disposition fonctionnelle que nous avons décrite n’est pas homogène dans l’aire latino-américaine, on peut également affirmer, avec Beguin-Verbrugge, que les formes de ce modèle semblent se stabiliser et se reproduire et, en conséquence, se standardiser. Cela ne fait que renforcer l’image du texte vis-à-vis du genre en question, qu’il est possible de définir comme une image latente : il s’agit de l’organisation profonde qui tend à se faire oublier au profit de la visibilité des écritures et des autres unités textuelles qui se positionneront au premier plan ; elle joue ainsi un rôle essentiel dans la structuration des contenus.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

BACHIMONT, Bruno. Ingénierie des connaissances et des contenus. Paris : Lavoisier, 2007.

BOUCHARDON, Serge. La valeur heuristique de la littérature numérique. Paris : Editions Hermann, 2014.

FLICHY, Patrice. L’innovation technique. Paris : Éditions La Découverte, 1995.

FONTANILLE, Jacques. Pratiques sémiotiques. Paris : P.U.F., 2008.

STOCKINGER, Peter. Les sites web. Paris : Hermès Sciences Publications, 2005.

ZINNA Alessandro et Jacques FONTANILLE. Les objets au quotidien. Limoges : Presses Universitaires de Limoges, 2005.

Chapitres d’ouvrages

MAINGUENEAU, Dominique. « Genres de discours et web : existe-t-il des genres web ? ». In BARATS, Christine (éd.). Manuel d’analyse du web. Paris : Armand Colin, 2013.

Articles

BADIR, Sémir. « La sémiotique aux prises avec les médias ». Semen [en ligne]. 2007, nº 23, 1-18. [Consulté le 17 février 2016]. E-ISSN : 1957-780X. Disponible à l’adresse < http://semen.revues.org/4951>.

BÉGUIN-VERBRUGGE, Annette. « La communication graphique : les signes vecteurs ». Hermès, La Revue. 2004, Vol 2, nº 39, 94-100.

CHARTIER, Roger. « Du livre au lire ». Sociologie de la communication. 1997, Vol 1, nº 1, 271-290.

PIGNIER, Nicole, « Sémiotique du webdesign ». Communication & Langages. 2009, nº 159, 91-110.

SOUCHIER, Emmanuël. « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Les cahiers de médiologie. 1998, nº 6, 137-145.

Thèses et mémoires de HDR

COTTE, Dominique. Des médias au travail. Emprunts, transferts, métamorphoses. Mémoire HDR : Sciences de l’information et de la communication. Avignon : Université d’Avignon et des pays du Vaucluse, 2008.

PIGNIER, Nicole. De la vie des textes aux formes et forces de vie. Textes, sens et communication, entre esthésie et éthique. Mémoire HDR : Sciences de l’Information et de la Communication. Bourgogne : Université de Bourgogne, 2012.

TOUBOUL, Annelise. Le journal quotidien sur le web. Thèse de doctorat : Sciences de l’information et de la communication. Lyon : Université Lumière de Lyon, 2011.

Haut de page

Notes

1 Nous pouvons néanmoins nous rapporter à la définition de Nicole Pignier. Pour l’auteur, « Une interface est un support qui offre à ses usagers l’interaction avec un système, un ordinateur, d’une part, par l’entrée d’instructions qui permettent à l’usager de manipuler le système, et, d’autre part, en sortie, par la représentation des effets des actions de l’usager sur le système » (Pignier 2009, 94).

2 Par exemple, la lecture monastique continue et à haute voix et la lecture scholastique discontinue et silencieuse (Chartier 283).

3 La version actuelle ou contemporaine de nos journaux web est celle que nous retrouvons en 2016, à l’heure de publication de cet article, et en continuité avec la version de 2014. Cependant, il faut signaler que ce corpus a fait l’objet d’une thèse dont les observations ont été menées entre 2011 et 2014.

4 L’organisation fonctionnelle du site met en évidence la relation entre la disposition graphique et la « fonction » qu’exerce l’écriture dans cet espace d’énonciation. Nous intégrons cette approche développée notamment par Peter Stockinger (2005) dans l’étude diachronique réalisée par Dominique Cotte qui ne tient pas compte de telles fonctions sémantiques de l’écriture.

5 Les sites web que nous décrivons ici correspondent aux dernières versions, celles après 2008 pour le journal « El Espectador » et 2010 pour le journal « El Tiempo », dont une dernière version améliorée et ayant des modifications a été présentée en 2014 dans les deux cas.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pages d’accueil des sites web des journaux en ligne « El Tiempo » et « El Espectador » (2005)
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2732/img-1.png
Fichier image/png, 109k
Titre Figure 2. Organisation fonctionnelle des sites web (2005)
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2732/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 3. Pages d’accueil des sites web des journaux en ligne « El Tiempo » et « El Espectador » (après 2014)
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2732/img-3.png
Fichier image/png, 65k
Titre Figure 4. Organisation fonctionnelle et topologique de la page d’accueil actuelle
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/2732/img-4.png
Fichier image/png, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Moreno, « Dispositifs graphiques de la presse web : enjeux sémiotiques et médiatiques entre tradition et innovation », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 220 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://orda.revues.org/2732 ; DOI : 10.4000/orda.2732

Haut de page

Auteur

Daniel Moreno

Université Toulouse – Jean Jaurès, daniel.moreno.reina@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org