Navigation – Plan du site

Introduction

Françoise Coste, Nathalie Dessens, Martine Guibert et Sonia Rose

Texte intégral

1Dans la longue tradition de la recherche américaniste toulousaine, l’Université Toulouse – Jean Jaurès a accueilli, en octobre 2015, le treizième colloque international de l’Institut des Amériques (IDA). Consacré au thème « Ressources et Innovations dans les Amériques », il a réuni des chercheurs européens et américains spécialistes de l’ensemble des sociétés et des territoires du continent américain. Ceux-ci ont pu souligner la place des Amériques dans la dynamique des innovations qui, si elles concernent les domaines scientifiques et techniques, sont par ailleurs sources et ressources en ce qui concerne les évolutions sociales, les domaines des arts et de la création en général, ainsi que les outils politiques et juridiques. Si cela va de soi en Amérique du Nord, en Amérique latine, au-delà des difficultés rencontrées, l’amélioration, dans les années 2000, des situations économiques, sociales et politiques a accompagné des contextes complexes et stimulants d’expérimentation et d’innovation. Le but du colloque était donc de montrer ce que le continent américain peut proposer dans ce qu’il a de positif, de novateur, de créatif, ce qui pousse à l’inventivité et à l’adaptation, ce qui tend à la transgression et au dépassement de certains problèmes.

2C’est ce colloque interdisciplinaire, ses débats et ses échanges, qui inspire ce numéro 220 de l’ORDA et celui qui paraîtra en décembre 2016. Les huit articles proposés ici illustrent le lien entre innovations, identités et recompositions sociales ; ceux du prochain numéro seront polarisés sur l’articulation entre ressources, innovations productives et développement des territoires.

3La première partie de ce numéro, composée de quatre articles, se penche sur les nouvelles formes de création et de diffusion dans le monde des arts et des médias. L’article de Lynne Conner (« Taking Back the Arts : 21st Century Audiences, Participatory Culture and the End of Passive Spectatorship ») montre les ambitieuses réflexions qui se développent aujourd’hui aux Etats-Unis autour du « processus interprétatif », c’est-à-dire la manière dont le public des arts contemporains parvient à produire lui-même le sens des productions artistiques auxquelles il assiste, approche participative qui vient briser le monopole des « experts », si caractéristique du monde des arts au 20ème siècle. En désacralisant les arts, elle permet leur démocratisation et ouvre la voie à de nouveaux processus spectatoriels innovants. Ce phénomène s’accélère bien sûr avec l’avènement des arts numériques. Le lien entre leur univers et de nouveaux modes de construction du sens est également au cœur du deuxième article, celui de Daniel Moreno, intitulé « Dispositifs graphiques de la presse web : enjeux médiatiques entre tradition et innovation ». Alors que les innovations liées aux technologies numériques ont profondément transformé la presse écrite, cet article présente la richesse de la recherche consacrée à l’impact du numérique sur nos pratiques de lecture, en s’appuyant sur deux cas concrets, issus de la presse en ligne colombienne. La littérature est elle aussi concernée par l’émergence des outils de communication numériques de communication, comme l’explique Elodie Carrera dans son article, « La influencia de las nuevas tecnologías en la literatura de hoy. La vida en las ventanas y Microrréplicas de Andrés Neuman ». Le romancier argentin Andrés Neuman a, en effet, accordé une place centrale à Internet dans son œuvre, en réinventant le roman épistolaire : il remplace les lettres par des emails et il publie régulièrement de très courts textes sur son blog personnel. L’innovation littéraire est aussi ce qui frappe dans les œuvres du romancier équatorien, Javier Vásconez, analysées dans l’article d’Anne-Claudine Morel, « Connecter l’Equateur au monde entier : les innovations littéraires d’un romancier contemporain ». S’il ne s’agit pas, dans ce cas, d’innovations technologiques, l’auteur étudié a fait le choix d’une rupture avec les traditions littéraires équatoriennes dans le but d’engager un dialogue entre son pays, isolé littérairement, et les grands noms de la littérature mondiale, afin de parvenir à tutoyer l’universalité. L’article démontre comment les processus littéraires innovants choisis par Vásconez ont permis une redéfinition de l’identité nationale par le biais de l’identité culturelle, sorte de géocritique avant l’heure.

4Les quatre articles réunis dans la seconde partie de ce dossier sont consacrés aux innovations sociales et à leurs acteurs. Le premier article, celui de Mariana Gonzalez Guyer, intitulé « Nueva agenda de derechos en el Uruguay : los procesos de reconocimiento y sus actores », revient sur la longue tradition d’innovations politique en Uruguay, en analysant les luttes qui ont permis, ces dernières années, de surmonter l’opposition des forces conservatrices et d’amener à de grandes avancées dans les droits des femmes, des personnes LGBT et des jeunes, et en ce qui concerne le contrôle par l’Etat du marché de la marijuana. Dans « “Lo nuevo está en lo antiguo”. L’Oficina del Historiador de la Ciudad et la reconstruction des modèles (La Havane, 1982-2014) », Sylvie Mégevand détaille les innovations lancées, dans un contexte de graves difficultés budgétaires, par « l’Oficina de Historiador de la Ciudad » pour préserver le centre historique de la capitale cubaine : ces mesures ont beaucoup amené à Cuba, surtout sur le plan économique, mais elles ont aussi essuyé de nombreuses critiques, notamment à cause de leur portée (géo)politique parfois problématique. La réhabilitation culturelle et patrimoniale entreprise par l’Oficina finit par devenir une réhabilitation mémorielle qui acquiert une claire dimension sociale. L’article suivant, « L’agro-écologie au Brésil, un instrument genré de luttes sociales » par Héloïse Prévost et Hélène Guétat-Bernard, revient sur l’essor de l’agro-écologie, revient sur l’essor de l’agro-écologie comme moyen de lutte sociale permettant aux femmes brésiliennes qui évolue en milieu rural de sortir de l’invisibilité à laquelle elles sont reléguées. Pour les auteures, cette lutte féministe a permis de donner naissance à un nouveau paradigme de développement rural, en rupture avec les modèles productivistes qui prévalent. Enfin, l’article intitulé « Analyse comparative des réseaux de coopération au sein des communautés Latinos de Miami et Los Angeles » propose une vision nouvelle des dynamiques internes aux communautés immigrées latinos de Los Angeles et Miami. Loin des clichés sur la solidarité intra-ethnique, Marie Mallet s’appuie sur une vaste étude de terrain pour illustrer les tensions, voire les rancoeurs, qui existent au sein des communautés latinos aux Etats-Unis, communautés bien plus hétérogènes qu’on ne le croit.

5Finalement, ce premier numéro de l’Ordinaire des Amériques sur les innovations permet de dévoiler des aspects assez inattendus du renouvellement des ressources et des expressions littéraires et artistiques, qui engendre des innovations sociales et des relations inédites entre créateur et public. De même, les expériences et les efforts de rupture menés par des groupes sociaux, par rapport à l’ordre établi, débouchent sur des évolutions socio-productives et socio-culturelles profondes issues de démarches innovantes. La perspective transaméricaine permet de montrer comment le continent américain dans son ensemble, et non sa seule partie nord, comme il a trop longtemps été proclamé, est porteur d’innovation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Coste, Nathalie Dessens, Martine Guibert et Sonia Rose, « Introduction », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 220 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://orda.revues.org/2849

Haut de page

Auteurs

Françoise Coste

Articles du même auteur

Nathalie Dessens

Articles du même auteur

Martine Guibert

Articles du même auteur

Sonia Rose

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org