Navigation – Plan du site
Les innovations sociales et leurs acteurs

Lo nuevo está en lo antiguo : L’Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana et la reconstruction des modèles (La Havane, 1982‑2016)

Lo nuevo está en lo antiguo: la Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana y la reconstrucción de modelos (La Habana, 1982‑2016)
Lo nuevo está en lo antiguo: The Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana and the reconstruction of models (Havana, 1982‑2016)
O novo está no antigo: a Oficina do Historiador da Cidade de Havana e a reconstrução de modelos (A Havana, 1982‑2016)
Sylvie Mégevand

Résumés

En dépit de moyens limités et de situations de crise, l’Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana a sauvegardé une partie du patrimoine urbain colonial promis à la destruction. Couronné par le classement de la Vieille Havane au Patrimoine Mondial de l’Humanité (UNESCO, 1982), son travail de restauration se caractérise par une volonté d’innovation fondée sur des stratégies alternatives dans le contexte socialiste cubain, notamment l’autogestion et des modes de financement mixtes. Revendiquant une vision patrimoniale, sociale et culturelle globale, cette démarche qui se définit comme « utopiste » prétend faire coexister vie de quartier, expériences de terrain originales et promotion du tourisme. Du fait de son succès, elle fait aujourd’hui figure de modèle alternatif pour les pays en développement ‑ américains en particulier ‑ qui restaurent et valorisent leurs centres historiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 “El Centro Histórico de la Ciudad de La Habana, conocido también como La Habana Vieja, tiene una ex (...)
  • 2 Voir Mégevand 2016, 61-79

1L’histoire nous montre que les capitales territoriales ont été le théâtre d’enjeux symboliques et politiques majeurs, mais parfois dissonants ou contradictoires. La Havane n’échappe pas à cette loi : fondée à la Conquête, puis remodelée et embellie grâce à l’énorme prospérité sucrière que l’île a connue dans les années 1830, elle a failli perdre son vieux centre colonial, promis à la disparition au cours de la période républicaine, puis voué à la ruine après la révolution de 1959. C’est le patient travail de restauration entrepris par l’Oficina del Historiador de La Habana, d’abord dirigée par Emilio Roig de Leuchsenring et, depuis 1967, par Eusebio Leal Spengler, qui a conduit à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine architectural de la Vieille Havane, une zone souvent désignée aujourd’hui comme le « Centre Historique » de la capitale, même si ses limites initiales en ont été étendues.1 Menée dans un contexte de pénurie générale, cette tâche se solde aujourd’hui par un bilan positif en matière de développement du tourisme culturel urbain et d’entrée de devises, obtenu grâce à une stratégie alternative d’innovation qui n’est pas sans provoquer critiques et polémiques de la part des détracteurs de l’Oficina.2

  • 3 Pour une approche diachronique plus complète de l’histoire et de la politique de l’Oficina, voir Sy (...)

2Après avoir brièvement rappelé ce qu’est le concept de patrimoine selon l’UNESCO, nous évoquerons les principales étapes de la politique de l’Oficina, créée en 1938, dans une Havane qui a été profondément remodelée au cours du XXe siècle. Ne pouvant prétendre ici à l’exhaustivité, cette brève étude s’attachera ensuite à développer quelques exemples de la politique novatrice menée par Eusebio Leal depuis quelque cinquante ans dans le Centre Historique – lui qui se revendique comme l’héritier direct de son illustre prédécesseur.3 Il sera question ensuite des « classes musées », l’expérience socioculturelle dont l’institution affirme qu’elle est la plus emblématique de sa démarche, même si elle connaît aujourd’hui quelques infléchissements. Enfin, centré sur l’appropriation de la mémoire et de l’histoire culturelle urbaine par ses habitants, le Programme culturel Rutas y andares, qui existe encore sous sa forme initiale, sera évoqué. Pour finir, ces éléments d’analyse seront replacés dans une perspective toute récente ; en effet, l’étude de terrain que nous avions menée en 2011, qui nous avait notamment permis de rencontrer les responsables des programmes socioculturels de l’Oficina, vient d’être réactualisée par un nouveau travail in situ, ce qui permet de suivre l’évolution des projets à quelque cinq ans de distance : certains d’entre eux ont été remodelés, tels les « classes musées », aujourd’hui devenues des « ateliers ». D’autres, comme Rutas y Andares, n’ont pas fondamentalement évolué.

  • 4 Voir le film de Borchmeier et Henschle, La Habana, Arte nuevo de hacer ruinas.

3Des documents d’ordre informatif et théorique, tel le « Plan Directeur » (Plan Maestro), publié en 2009, nous avaient permis de recouper et de confronter ces témoignages avec des données chiffrées, des définitions et autres approches conceptuelles. Si nous avons pu recueillir, à l’occasion de nos divers séjours à La Havane, des opinions plus ou moins critiques et généralement informelles émanant d’habitants du Centre Historique sur la politique de l’Oficina, il est toujours difficile à l’heure actuelle de trouver des études systématiques sur les thèmes socioculturels que nous allons évoquer ici. En effet, si l’on peut accéder à des articles sur la politique architecturale pratiquée par les divers régimes au cours du XXe siècle – tels ceux, assez incisifs, de Roberto Segre –, l’essentiel de la bibliographie accessible est produit par l’Oficina del Historiador via Boloña, sa maison d’édition. Seule la « polémique sur les ruines », qui s’est amplifiée avec la construction successive de deux églises orthodoxes, a connu un retentissement tout particulier sur la toile et grâce à la production d’un film4 et d’articles contradictoires sur le sujet. Elle a opposé notamment l’écrivain Antonio José Ponte à l’Éditeur Général de la revue Opus Habana, Argel Calcines. L’essentiel des critiques de Ponte portait sur la construction ex nihilo de deux bâtiments religieux coûteux et, selon lui, inutiles dans une vieille ville où les besoins sociaux non satisfaits, notamment en matière d’habitat, restaient criants. C’est surtout la grande cathédrale russe de Notre-Dame de Kazan, située sur le port – et consacrée en 2008 –, qui était considérée comme une aberration par son coût, son esthétique douteuse et le message clair d’inféodation politique à l’empire russe qu’elle transmettait sur une île où très peu de Cubains sont d’obédience orthodoxe mais dont les liens organiques avec l’ancienne URSS ne sont plus à prouver depuis l’ère de la « soviétisation ».

  • 5 Voir Mégevand 2016.

4La polémique a également porté sur l’aménagement de divers jardins (de Lady Di, de Mère Térésa) et sur la laideur du Colegio de San Gerónimo, édifié par l’Oficina sur les fondations d’un parking héliport que Fulgencio Batista avait fait construire en lieu et place du couvent de San Antonio. La critique de Ponte paraît d’autant mieux ciblée a posteriori que le Colegio a encore gagné en importance, pour devenir aujourd’hui un centre culturel et institutionnel de premier plan : il regroupe notamment divers ateliers de restauration du patrimoine havanais ainsi que des laboratoires, des salles de cours et une solennelle Aula Magna ; les bureaux de la revue Opus Habana, ceux de l’ensemble de musique ancienne Ars Longa ; des bibliothèques et centres d’archives divers ainsi que l’Académie d’Histoire de Cuba et, depuis peu, celle de la Langue. Nous ne développerons pas davantage ici ces controverses, les ayant étudiées par ailleurs.5

I/ Patrimoine culturel et jalons historiques

1/Le concept de patrimoine et son application à La Havane

5Cette démarche de restauration, menée in extremis, a été couronnée en 1982 par le classement de la Vieille Havane au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO (n° 27). Hormis la sauvegarde matérielle de bâtiments et autres sites remarquables, cette institution internationale promeut aujourd’hui un modèle humaniste large, qui définit la culture comme un modèle alternatif à la « globalisation ».

6Connues sous le nom de « Rapport Pérez de Cuéllar », les conclusions de la Commission Mondiale pour la Culture et le Développement ‑ “Nuestra diversidad creativa” (1994) ‑ et de la Conférence Intergouvernementale sur les Politiques culturelles pour le Développement à Stockholm (1998), réaffirment la nécessité d’ancrer les processus de développement dans la diversité des sociétés en conciliant patrimoine, identité et créativité. Le concept patrimonial initial n’a donc pas cessé de s’élargir et comprend aujourd’hui le patrimoine naturel et culturel, tangible et intangible, qui intègre des éléments de plus en plus variés tels que les langues, les traditions orales, les cultures populaires et traditionnelles et leurs expressions, les savoirs et les savoir-faire, l’artisanat, le patrimoine industriel et naturel ‑ sites, paysages, diversité biologique ‑, la gastronomie, etc. Sa protection est nécessaire puisqu’il est également défini comme étant périssable et non renouvelable. La Direction du Patrimoine Culturel de l’Oficina del Historiador affiche actuellement des objectifs qui s’inscrivent dans l’exacte perspective définie par l’UNESCO :

OBJETIVOS
- Contribuir al conocimiento de la historia y la cultura de la nación cubana. Preservar los símbolos, expresiones materiales y espirituales de la nacionalidad, contenidos en el patrimonio a su cuidado y hacerlos útiles al propiciar su conocimiento y comprensión.
- Recuperar y preservar la memoria histórico-cultural de la ciudad y, sobre todo, de su Centro Histórico.
- Elaborar materiales y métodos para el conocimiento y promoción del patrimonio tangible e intangible sobre el que realiza su ejercicio, especialmente de la obra institucional, cuidando su validez conceptual y formal.
- Planear y ejecutar actividades que propicien el mejoramiento de la vida emocional de la comunidad, fundamentalmente de los grupos más frágiles de la población, a través de la gestión cultural.
- Brindar asesoría en su especialidad al resto de las dependencias de la Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana, velando por la legitimidad y coherencia de la vida artística y cultural
.6

7L’institution cubaine compte à son actif une politique de rénovation de l’habitat insalubre sans déplacement définitif des riverains, dans un Centre Historique toujours très délabré ; la resocialisation des personnes âgées de la Vieille Havane, souvent isolées ; la création inédite des aulas museos (classes musées) qui a, pendant un temps, permis l’installation durable d’écoles primaires dans des musées de la capitale ; la définition de parcours culturels à l’intention des seuls habitants et à l’exclusion des touristes ; le mécénat artistique ainsi que la multiplication d’événements culturels et cérémoniels liés à l’histoire coloniale – tels que la commémoration de la fondation de la ville, la célébration du Jour des Rois (Día de Reyes), etc. 

  • 7 L’organigramme des années 2000 est consultable dans Una experiencia singular (SNA 2006-1, 81. Mais (...)

8Par ailleurs, le « Centre Historique » de La Havane est un pôle reconnu du tourisme international, dynamisant une économie cubaine en pleine restructuration depuis la difficile « période spéciale en temps de paix » des années 1990, consécutive à la chute bloc socialiste et au renforcement de l’embargo états-unien. Dans le cadre d’une économie étatique centralisée, l’Oficina del Historiador a fait figure d’exception, en ayant développé un organigramme et des structures qui lui sont propres :7 très large entre 1993 et 2011, son rayon d’action s’est recentré sur des secteurs culturels et éducatifs. Outre les enseignements de spécialité dispensés au Colegio de San Gerónimo, elle contrôle aujourd’hui la revue culturelle internationale Opus Habana (créée en 1996 et toujours dirigée par Argel Calcines), la station Habana Radio, qui diffuse dans les sept villes cubaines fondées par Diego Velázquez, ainsi que les éditions Boloña. Habaguanex, chaîne hôtelière à l’origine, qui s’est ensuite étendue à d’autres activités – restaurants, boutiques, épiceries ‑ et l’agence touristique San Cristóbal sont aujourd’hui regroupées avec d’autres sociétés ‑ d’assurances, de construction, etc. ‑ dans un « pôle d’entreprises » (Sistema empresarial) qui ne dépend plus de l’Oficina, mais de l’OSDE (Organización Superior de Dirección Empresarial).

2/ L’Oficina del Historiador, liée au destin de la ville

9Créée en 1938 par la municipalité de La Havane, l’Oficina del Historiador a été dirigée par Emilio Roig de Leuchsenring, le premier Historien de la Ville (Historiador de la Ciudad de La Habana) jusqu’en 1964. La vocation première de cette institution fut de conserver les actes capitulaires de l’ancienne capitale coloniale, puis de mener à bien – avec des moyens limités – certains travaux de restauration dans la zone de la cathédrale et la Place d’Armes, où s’élève le Palais des Capitaines Généraux qui accueillit alors les fonds urbains coloniaux. Bien que prestigieux, le plus ancien noyau urbain de La Havane avait été négligé : la destruction du rempart initial en 1863, puis la création d’un « Ring » structuré par des bâtiments publics et imaginé sur les modèles de Vienne (1858) et de Barcelone (1859-60), avaient marginalisé le vieux centre où étaient venues s’entasser des populations pauvres, chassées des provinces par l’exode rural.

10Pendant la dictature de Fulgencio Batista, l’architecte espagnol José Luis Sert conçut un plan général pour le développement de la capitale, dans le cadre de la Junta Nacional de Planificación (1955). Directement inspiré par Le Corbusier et les schémas hollywoodiens, ce très grand projet prévoyait non seulement la construction d’une île accueillant casinos et hôtels près du Malecón, l’emblématique jetée de La Havane, mais aussi la disparition de l’essentiel de l’habitat de la zone coloniale, au profit de passerelles piétonnières desservant le front de mer. Les bouleversements politiques de 1959 sauvèrent in extremis une vieille ville déjà périphérique, le développement urbain s’étant structuré d’est en ouest le long du littoral – hormis l’ambitieux projet immobilier de La Havane de l’Est, reliée à l’existant par un tunnel creusé sous la baie.

11Mais ce sauvetage par la révolution se fit à son corps défendant, le régime castriste préconisant vite l’ascèse rurale et valorisant le guajiro et l’Homme nouveau comme figures mythiques de son dispositif idéologique. Avilie par l’esclavage, puis par la prostitution et l’argent sale, La Havane semblait incompatible avec les vertus révolutionnaires ; la productivité évinça à tel point la sensualité tropicale que lors de la « Campagne des 10 millions » (Zafra de los diez millones) de 1970, Fidel Castro suggéra de transférer la capitale à Guáimaro, petite localité du centre de l’île qui avait été le siège de l’Assemblée constituante de la République en Armes, un siècle auparavant (1869). Ces choix politiques, qui se matérialisèrent par des projets périphériques à la ville ‑ telles les cinq Écoles Nationales d’Art de Cubanacán (à Playa) conçues par Porro et Gottardi ‑ eurent leur revers, notamment pour le centre colonial qui continua de se dégrader en l’absence de réformes structurelles majeures, offrant à l’observateur un paysage heurté et dissonant où le meilleur a fini par côtoyer le pire :

[…] Las arquitecturas nobles habaneras, los códigos controlados del neoclasicismo colonial o del eclecticismo republicano, cuya coherencia otorga a la ciudad su empaque singular, tienen que convivir con edificaciones precarias, marginales, o, sencillamente, ilegales. Los espacios residuales de los edificios existentes son atraídos a la capital, esta vez, por las promesas de igualdad social de la revolución. Se adaptan como viviendas los bajos de los edificios del centro, ocupados originalmente por locales comerciales, y los garajes de las antiguas residencias de la burguesía, abandonadas por el éxodo masivo de sus propietarios. Se construyen rudimentarias casetas en las azoteas de los edificios o entresuelos de madera en cada piso, las célebres “barbacoas”, que multiplican los generosos puntales y el espacio habitable, con grandes riesgos estructurales (…)

A la vista de los resultados, resulta ingenuo decir que la revolución de enero de 1959 “salvó” a La Habana (…). (Álvarez Tabío Albo 377‑378)

  • 8 Certains restaurants de cette zone, tel La Mina, ne sont payables qu’en CUC – pesos convertibles do (...)

12Quelque quinze ans plus tard, le délabrement de la Vieille Havane était devenu si critique que des restaurations furent commanditées à l’Oficina del Historiador par les autorités. Rappelons quelques dates clés de ce parcours : en 1978, le Centre Historique était déclaré Monument National ; en 1981, l’État concédait au territoire des ressources financières centralisées, calculées dans le budget national ; il établissait aussi la coordination par l’Oficina des plans quinquennaux de restauration, dont le premier débuta le 5 mai à partir de la Place d’Armes (Plaza de Armas), avec les premiers tronçons des rues Obispo, Mercaderes, Oficios et Tacón – en lien avec la Place de la cathédrale. Cette volonté de recentrage spatial par rapport aux quartiers « modernes », tels que Vedado ou Miramar, se doubla d’une réhabilitation culturelle et touristique génératrice de devises : dans les anciens palais, on vit s’ouvrir des musées accessibles aux Cubains comme aux étrangers, mais également des hôtels et des restaurants de luxe fréquentés par les touristes et, plus marginalement, par les élites économiques locales : « (…) [Los] importantes palacios (…) fueron dedicados principalmente a funciones culturales y gastronómicas como un primer paso para devolver prestigio y centralidad a tan degradada zona” (Una experiencia singular 57).8

13Les années suivantes ont été consacrées à la restauration de quelques bâtiments de Plaza Vieja. Quant à celle des imposantes fortifications coloniales du Morro et de La Cabaña qui défendent l’entrée du port, elle est qualifiée par l’Oficina « d’œuvre titanesque ».

14La « période spéciale en temps de paix » ayant, entre autres, signifié l’arrêt des crédits d’État, le décret-loi 143 d’octobre 1993 a conduit l’Oficina à pratiquer l’autogestion et l’économie mixte (1993), lui lançant un double défi : celui de sa crédibilité, puisqu’elle était conduite à innover dans un paysage économique en ruine ; celui de sa survie, qu’elle ne devait désormais plus qu’à elle-même :

Las prerrogativas que se le reconocen a la Oficina del Historiador a partir de la proclamación del Decreto Ley 143 de octubre de 1993 serán: subordinación directa al Consejo de Estado; personalidad jurídica; capacidad de aplicación de política fiscal especial para la contribución a la rehabilitación; creación de un sistema empresarial propio para la explotación del turismo, y el sector terciario en general; creación de un equipo interdisciplinario; Plan Maestro, para la planificación y gestión integral del desarrollo, y la ampliación de su estructura para garantizar la secuencia total del proceso. (Una experiencia singular 57)

  • 9 Avec les remesas, l’argent envoyé sur l’île par les Cubains exilés.

15Cette institution réinjecte aujourd’hui ses bénéfices dans l’économie nationale, une des principales sources de revenus pour Cuba étant le tourisme,9 loin devant le sucre. Se réclamant de l’utopie, son idéologie plus pragmatique qu’orthodoxe est désormais reconnue à l’aune de sa réussite ; au fil des ouvrages et des entrevues, son discours officiel revendique l’audace – voire la folie – de son entreprise et son caractère novateur, convoquant volontiers Don Quichotte et ses chimères. Quant à son principal représentant, Eusebio Leal, qui ne fait pas mystère de ses orientations chrétiennes ni de son parcours professionnel semé d’embûches, il siège aujourd’hui comme député à l’Assemblée Nationale Populaire, non sans évoquer la révolution copernicienne qu’a été pour le régime cette politique décentralisatrice et autogestionnaire, bâtie par l’Oficina autour du patrimoine culturel :

  • 10 Leal Spengler, Eusebio, “La cultura, única certeza para un proyecto sostenible”, in Manejo y gestió (...)

Nosotros luchamos por tener una autonomía de gestión y la logramos en 1993. […] En medio de la confusión reinante en aquel momento en Cuba, esta particularidad no tardaría en ser notada por todos los organismos de la estructura general del Estado, no como una novedad creadora, sino como una especie de fractura de lo que hasta ese momento estaba establecido. Pues bien, era eso exactamente […]. Algunos amigos que llegaban de sistemas bancarios latinoamericanos e internacionales veían con tristeza no poder apoyar de verdad algo tan importante como lo que estábamos haciendo […], porque veían en el nuestro una expresión de originalidad, de descentralización, de capacidad de gestión que les interesaba sobremanera. Y para mí era algo enteramente diferente lo que queríamos hacer, lo calificamos y le dimos un nombre: defensa de la utopía, defensa a ultranza de lo utópico como único camino ante el realismo dramático del mundo contemporáneo. Y esto en el momento en que se decía que las utopías habían muerto, que la historia había concluido y nosotros aquí minúsculamente tratando desde una nueva ínsula de Barataria, que era nuestro proyecto de crear una nueva utopía social y comunitaria, sobre la base del patrimonio cultural.10

16Voici donc quelques-unes des innovations qui ont donné à cette « expérience singulière » sa valeur de modèle national aussi bien qu’international.

II/ Le Centre Historique, une zone d’action expérimentale 

1/ Les « classes musées »

  • 11 Voir Katia Cardenas Jimenez, « Proyecto aulas en los museos », in Manejo y gestión 242‑254.

17L’expérience des « classes musées » est incontestablement la marque de fabrique de l’Oficina, dans la mesure où elle a été une réponse pragmatique à des contraintes matérielles ; elle a en outre été pérennisée du fait de son succès et se veut reproductible presque partout, à peu de frais. Pragmatisme, souplesse, invention de micro-expériences modélisables, écoute des riverains… Tels sont les ingrédients de la réussite dans ces quartiers que l’Oficina ne veut pas « aseptiser » au profit d’une restauration de prestige, et qui souhaitent associer l’habitat traditionnel et le patrimoine prestigieux (palais coloniaux, théâtres, etc.), exploitable à des fins touristiques. Rappelons les faits : la Plaza Vieja coloniale, très dégradée, comportait depuis les années 1950 un parking souterrain qu’il fallait détruire pour redonner aux lieux leur aspect originel. On envisagea pour cela de recourir à des explosifs, mais les riverains s’y opposèrent, par crainte d’être définitivement ensevelis sous les décombres des bâtis fragiles : on se résigna donc à détruire mécaniquement les couches de béton du parking, malgré l’extrême lenteur du procédé. L’école primaire Ángela Landa de la rue Teniente Rey ne pouvant plus fonctionner en raison du bruit insupportable de ce chantier, il fut décidé de déplacer ses activités pédagogiques dans des monuments et des musées voisins : les enfants y suivirent les cours et y pratiquèrent des activités culturelles en lien avec les lieux d’accueil ; l’expérience fut jugée si positive que le principe a été étendu à la Vieille Havane. Ainsi naquirent fortuitement, en octobre 1995, ces aulas museos emblématiques de l’action culturelle de l’Oficina del Historiador.11 Quant à la Plaza Vieja, aujourd’hui entièrement restaurée, c’est un des principaux centres d’attraction touristique de la vieille ville coloniale ; on y trouve musées, restaurants, hôtels et animations diverses, voire quelques boutiques de luxe à proximité.

18On mesure avec le temps le caractère expérimental de la formule des classes musées, qui n’existent plus aujourd’hui en tant que telles, ayant été remplacées par des « ateliers » réguliers. Les écoliers ont réintégré leurs établissements d’origine, mais ils assistent aujourd’hui à des ateliers thématiques organisés à leur intention par les musées ou les casas museos (« maisons musées »), ces nombreux palais privés reconvertis en musées monographiques – telles la Casa de África, la Casa de los Árabes, la Casa del chocolate, la Casa Museo Guayasamín, etc. Les activités que les enfants et les adolescents y mènent ont été pensées dans une perspective de réhabilitation mémorielle et d’ouverture culturelle. Quant à l’école Ángela Landa, elle est devenue un établissement scolaire très couru, sans doute du fait et de la notoriété que lui a conférée l’expérience « pionnière » menée par l’Oficina.

2/ Programa cultural. “Rutas y Andares”

19Publication gratuite mensuelle destinée aux habitants de la Vieille Havane, le Programa cultural est dirigé par Katia Cárdenas, Directrice de la Gestion Culturelle à la Direction du Patrimoine de l’Oficina del Historiador. Ses dix pages grand format – avec une couverture en quadrichromie dont le thème change à chaque numéro – font état de toutes les manifestations culturelles qui se déroulent dans le Centre Historique : expositions, conférences, ateliers, projections, etc. Certaines sont ciblées sur les enfants, d’autres sur les adolescents ou les personnes âgées, d’autres encore sur les personnes souffrant de handicaps. En 2011, ses responsables espéraient ainsi fidéliser les publics, insistant sur la nécessité de poursuivre une action pédagogique auprès de populations défavorisées, dont la plupart pensaient originellement « Tout cela, ce n’est pas pour nous… ».

20La dimension sociale est en effet consubstantielle du projet culturel et patrimonial de réhabilitation du Centre Historique. Dans les pires années de la « période spéciale » où même les produits alimentaires de première nécessité vinrent à manquer, provoquant de tragiques situations de pénurie, les seniors constituaient avec les enfants le secteur le plus vulnérable. Les services sociaux de l’institution organisèrent donc un desayuno cubano, un petit-déjeuner cubain, pour que les personnes âgées les plus démunies puissent au moins prendre chaque jour en commun du café, du lait et du pain, ce qui les resocialisait également ; le principe fut ensuite étendu et pérennisé. Aujourd’hui, des membres de communautés religieuses (comme Saint Vincent de Paul) le pratiquent également dans la Vieille Havane.12

  • 13 Entretiens de l’auteure avec Mesdames Ailec Vega Montero, Responsable du Département de Recherche S (...)

21Dans la perspective de la valorisation mémorielle, l’action sociale autour du grand âge s’est ensuite enrichie de projets ciblés tel que “Memoria del barrio”, « Mémoire du quartier », qui collecte les souvenirs des anciens. La plupart de ces activités sont aujourd’hui abritées par les musées et ont un lien thématique avec les lieux d’accueil : on fait par exemple du travail manuel au Musée de l’Orfèvrerie, on écoute des rancheras à la Maison du Mexique, etc. Afin de briser les barrières inter-générationnelles, des projets communs avec les adolescents du Centre Historique étaient envisagés quand nous avions rencontré ses responsables.13

22Les numéros d’été de Programa Cultural comportent aussi le détail des “Rutas y Andares”, ces circuits thématiques d’été organisés depuis 2001 à l’intention des familles du quartier et axés sur les musées du Centre Historique.14 Ainsi en 2008, les rutas ont-elles eu pour objet des thèmes aussi divers que l’Indépendance, la science, l’ethnographie ou Alejo Carpentier et son œuvre. Pour 5 pesos (monnaie nationale), une famille comprenant jusqu’à trois adultes et trois enfants peut suivre ces visites, guidées par des spécialistes. Les tickets donnent lieu à des tirages au sort et à l’octroi de prix culturels (entrées gratuites à des musées ou à des concerts, disques d’Ars Longa, etc.) et permettent de cumuler des points pour des visites ultérieures, l’objectif de telles pratiques étant de fidéliser les publics. Les statistiques précises sur la fréquentation de ces parcours n’étaient pas accessibles, mais on nous avait parlé en 2011 de 7 % d’habitants de la Vieille Havane proprement dite – chiffre en baisse depuis le lancement de “Rutas y Andares”, mais compensé par l’arrivée de populations d’autres quartiers de La Havane, voire d’autres provinces du pays, les étrangers n’ayant pas accès à ces activités culturelles. En juin 2016, plusieurs responsables de l’Oficina, dont la musicologue Miriam Escudero nous en ont réaffirmé le succès, s’étonnant que les « prix » attribués aux familles, à valeur culturelle et non lucrative, motivent autant les habitués des rutas et des andares.

  • 15 Projets “Cultura entre las manos”, mis en place en 2008 et “Ruta de los hallazgos”.
  • 16 Entretien inédit du 16 mars 2011.

23Les andares sont des parcours hebdomadaires gratuits à travers le Centre Historique, suivant un thème directeur : “Andar la arquitectura”, “Andar las artes visuales”, voire “Andar con los andantes” ; certains d’entre eux ont été aménagés pour les déficients auditifs.15Andar la cultura” permet d’assister à des concerts didactiques hebdomadaires et gratuits au Musée de la Ville, ou de rencontrer des artistes – musiciens, plasticiens, etc. Ces activités se font en lien avec les spécialistes de San Gerónimo, les journalistes d’Opus Habana et de Habana Radio, prétendant ainsi lier dans un système interactif patrimoine, culture et mémoire collective. En 2011, nos interlocutrices avaient défini en ces termes la démarche socioculturelle de l’Oficina : “Es un proyecto que no para… Una utopía que vamos alcanzando.”16

24Lors du 10e anniversaire de Programa cultural, Katia Cárdenas rappelait que son principe remontait à Emilio Roig de Leuchsenring, mais que sa modernisation visait à faire connaître le rôle culturel de l’Oficina, que les habitants croyaient destinée aux seuls touristes. Le programme sous sa forme actuelle est né en 2000 ; c’est désormais un objet de consultation et de collection dont sa responsable rappelle qu’Eusebio Leal se trouve – une fois encore – au cœur du dispositif : « […] Leal es parte del consejo editorial, nos sugiere temas e informaciones, además de valorar junto a nosotros las portadas. Leal también es un enamorado del proyecto » (Zamora 4).

25Le rythme mensuel de parution exige pour la Direction du Patrimoine d’anticiper sur les événements et de coordonner la publication avec l’ensemble des activités et des services de l’Oficina qui comprend plus de 60 institutions, conférant au Programa une fonction de contrat qui se doit d’être respecté. Le défi est d’autant plus important à relever que la zone de sauvegarde s’est élargie :

Hay que destacar que el Programa Cultural es considerado como uno de los más importantes referentes informativos de la dinámica cultural de la Oficina del Historiador, del cual se nutren un considerable número de medios informativos, dentro y fuera del centro Histórico. Habana Radio y la revista Opus Habana, por ejemplo, se apoyan en él para conformar sus noticieros y semanarios digitales con lo más importante de lo que ocurre en La Habana Vieja. […] Hablamos de una tirada de 1500 ejemplares que deben repartirse en varios lugares. Debemos tener en cuenta que la Oficina ha ido creciendo, ya ha trascendido los límites de La Habana Vieja y llegado a Centro Habana, el Vedado, Miramar… y esto también se refleja en el Programa Cultural. Tenemos la pretensión de aumentar la cantidad de páginas del tabloide para darle cobertura al creciente número de proyectos; algo que implica un reto editorial. (Zamora 4)

26Quant aux perspectives d’avenir, on insiste sur de nouvelles versions électroniques et sur le développement du programme pour enfants “Con vara y sombrero”, suspendu quelque temps faute de moyens mais qui a repris. “Vitrales”, une émission hebdomadaire sur Habana Radio, complète le dispositif médiatique.

3/ Modélisation de l’expérience de l’Oficina del Historiador

27Forte de son rayonnement et de sa reconnaissance internationale, l’Oficina organise depuis quelques années des rencontres qui permettent à des spécialistes de tous horizons d’échanger autour de la restauration des centres historiques. Lors des 3e Rencontres Internationales de La Vieille Havane, en 2003, le Chilien Eduardo Rojas citait trois grands principes applicables au patrimoine urbain latino-américain et caribéen ‑ dans le droit fil de ce qui se pratiquait déjà dans le Centre Historique de la capitale cubaine :

  • 17 Eduardo Rojas, “La preservación del patrimonio histórico urbano en América latina y el Caribe: una (...)

Con base en el análisis de algunas experiencias internacionales exitosas se puede aseverar que la preservación del patrimonio urbano es más sostenible cuando se dan tres condiciones. Primero, si simultáneamente se involucran en el proceso todos los actores sociales garantizándose así un amplio apoyo social para las acciones de preservación. Segundo, cuando los bienes patrimoniales se destinan a usos rentables o con probada demanda social, lo que aumenta la probabilidad de que se preserven en el largo plazo. Tercero, cuando se adopta un enfoque integral de preservación que incluye tanto a los monumentos como a sus entornos.17

  • 18 Leal Spengler 2006, 14.
  • 19 Voir Mégevand 2015, 35-51.

28Dans sa conférence inaugurale, Eusebio Leal rappelait les grands principes de fonctionnement qui régissent l’institution qu’il dirige depuis quelque cinquante ans : élargissement du concept de sauvegarde (secteur et type de constructions), création d’un « discours urbanistique cohérent » et affirmation de la modernité architecturale dans la zone de protection.18 On l’a dit, les critiques n’ont pas manqué sur les partis pris architecturaux et idéologiques d’une institution toute puissante ; la réouverture et l’inauguration récente (février 2014) du prestigieux Théâtre Martí en présence de Raúl Castro, d’Eusebio Leal et des principaux responsables politiques cubains, peuvent apporter un démenti aux détracteurs de l’Oficina, tout en montrant clairement les relations organiques qu’elle entretient avec le pouvoir d’État.19

29Quoi qu’il en soit, la mémoire de la ville coloniale n’est plus stigmatisée comme un vestige suranné et négligeable, mais est au contraire réhabilitée et surtout transmise comme un fragile trésor, constitutif de la culture et de l’identité insulaires ; la Vieille Havane devient un cadre idéal où peuvent se perpétuer voire se renouveler les traditions, dans une démarche cohérente. On rejoint ici le concept même de Patrimoine matériel et immatériel défini par l’UNESCO.

30Le travail cubain est devenu exemplaire pour les pays en développement, notamment hispano-américains, à l’heure de la restauration de leurs centres historiques ; son message est audible et reproductible dans nombre de pays, la doxa socialiste insulaire tendant à s’estomper au profit de valeurs universelles. Les Rencontres Internationales de la Vieille Havane sur la gestion des centres historiques tendent à le démontrer ; toutefois, on nous confiait en juin 2016 que les principes de sauvegarde de l’Oficina avaient le plus grand mal à être suivis d’effet au Venezuela, comme si son modèle n’était pas toujours exportable en l’état, même dans des pays politiquement proches.

31En revanche, il s’est étendu ‑ de manière satisfaisante nous dit-on ‑ aux autres villes originelles de Cuba et notamment à Camagüey. Quant à la coopération internationale, elle prend ou a pris diverses formes. Nous laisserons de côté les nombreux investissements étrangers dans le secteur hôtelier, favorisés par la mixité des capitaux, ou les mises de fonds de divers États dans des « maisons musées » (tel la France dans la Casa de Víctor Hugo ou le Qatar dans la Casa de los Árabes), pour évoquer quelques expériences de coopération culturelle : par exemple, l’aide logistique et humaine de la France, qui avait permis de créer l’atelier de restauration de tableaux Juan Bautista Vermay et de former ses personnels. On était dans les années 1995 et la présence française semble aujourd’hui marquer le pas, mais l’Europe reste présente : courant juin 2016, un conseiller florentin participait à la restauration des reliures d’ouvrages anciens à l’atelier de San Gerónimo ; des spécialistes allemands visitaient les fonds de sa photothèque lors d’un voyage d’étude.

32Politique au sens large sans se vouloir dogmatique, le bilan d’Eusebio Leal Spengler peut ainsi se prévaloir d’une nouvelle « posture de cubanité » à visée identitaire. Étayé par un credo humaniste et œcuménique, son propos s’élargit, le plaçant hors des étroites limites du Centre Historique :

[En La Habana Vieja] están alzados con loable sacrificio los signos de identidad de una nación que se vive desde adentro. Hemos devuelto la vida a cada recinto en todas sus manifestaciones, como digno hábitat en que proliferan escuelas, instituciones culturales y de salud. […] Nuestros menesteres proyectan otras formas de la esperanza: aquellas que nacen de la recuperación de la memoria, del sueño compartido por muchos de crear un nuevo orden… Al validar el significado que tiene la ciudad histórica en la urbe moderna, la restauración de La Habana Vieja se evoca como modelo en un cada vez mayor número de foros y eventos internacionales sobre arquitectura, urbanismo, restauración y nuevas formas de vida. Y es que aquí se propone un espacio de concordia, encuentro intercultural, ámbito ecuménico y de paz. (Leal Spengler 2004, n.p.)

33L’Oficina trace ainsi de nouvelles voies de réflexion qui lui ont été dictées par les mutations historiques qu’a connues l’île depuis la « période spéciale », mais aussi par la personnalité hors normes d’Eusebio Leal qui reste, contre vents et marées, une figure admirée et respectée. Les changements structurels que nous avons pu observer à quelque cinq ans de distance, dont les causes sont multifactorielles, révèlent un processus évolutif encore inachevé. Quant au récent rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis et à la passation des pouvoirs générationnelle qui s’opèrera inévitablement ‑ aussi bien au niveau de l’institution que de l’État cubain ‑, ils auront sans aucun doute un impact sur son proche avenir.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Álvarez Tabío Albo, Emma. Invención de La Habana. Barcelona: Editorial Casiopea, Colección Ceiba, 2000.

ARJONA PÉREZ, Marta. Patrimonio cultural e identidad. La Habana: Publicaciones de la Oficina del Historiador, Ediciones Boloña, 2003 (1984).

Manejo y gestión de Centros históricos. Conferencias de los Encuentros Internacionales I y II, La Habana Vieja, 2003 y 2004. La Habana: Ediciones Boloña, Colección ARCOS, 2006.

Regulaciones urbanísticas Ciudad de La Habana. La Habana Vieja, Centro Histórico. Plan Maestro-Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana. La Habana : Ediciones Boloña, Colecciones Arcos y Arquitectura y Ciudad, Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana, 2009.

Una experiencia singular. Valoraciones sobre el modelo de gestión integral de La Habana Vieja, Patrimonio de la Humanidad. A singular experience. Appraisals of the integral Management Model of Old Havana, World Heritage Site. La Habana: UNESCO, Oficina del Historiador de la Ciudad, 2006.

Articles

LEAL SPENGLER, Eusebio. « Postura de cubanía ». In Opus Habana, Volumen VIII, Número 1, 2004, n.p.

MÉGEVAND Sylvie. « La Havane, polémiques autour d’une utopie tropicale ». In Pérennité ou changement : identités et représentations dans les aires culturelles caraïbes. Dialogues de Vienne. Brest : Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Université de Bretagne Occidentale, 2016, p. 61-79.

MÉGEVAND Sylvie. « Opus Habana, organe du discours urbanistique de l’Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana ». In « Cuba : cultures contemporaines », Caravelle, n° 105, PUM, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès, décembre 2015, p. 35-51. http://caravelle.revues.org/1702

ZAMORA, Rodolfo. “Programa cultural : 10mo aniversario”, “Breviario” p. 4. In Opus Habana, vol. XIII/N° 2 agosto 2010/enero 2011.

Sites Internet

Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana : 

http://www.ohch.cu/  
http://www.ohch.cu/programa-sociocultural/programa-para-la-tercera-edad/  
http://www.ohch.cu/programa-sociocultural/rutas-y-andares.

UNESCO patrimoine mondial :
http://whc.unesco.org/fr/list/204  
Ce site comprend un long discours d’Eusebio Leal à l’UNESCO.
http://whc.unesco.org/fr/evenements/562 : conférence d’Eusebio Leal sur le Centre Historique de La Havane (avec vidéo en espagnol), présentée au siège de l’UNESCO le 23 février 2009.

Film

BORCHMEIER, Florian et HENSCHLE, Matthias. La Habana, Arte nuevo de hacer ruinas. Raros Media, Arte difusión, 2006.

Haut de page

Notes

1 “El Centro Histórico de la Ciudad de La Habana, conocido también como La Habana Vieja, tiene una extensión de 2,14 km2 y ocupa el 50% del territorio municipal de igual nombre. Se ha convenido reconocer que el mismo está compuesto por dos zonas claramente diferenciadas desde el punto de vista urbanístico: la antigua ciudad intramuros, y la franja aledaña que fue urbanizada al derribo de las murallas y edificada entre mediados del siglo XIX y las primeras décadas del XX. La primera se extiende desde la margen oeste de la bahía, incluyendo el actual borde marítimo, hasta el eje por donde corría la antigua muralla de tierra, hoy conformado por la avenida de las Misiones y las calles de Monserrate y Egido. La otra zona se extiende desde el Castillo de San Salvador de la Punta hasta el patio de trenes de la Estación Central del Ferrocarril, y está limitada al Oeste por el célebre Paseo del Prado y su natural extensión de la calle Cárdenas, incluyendo el gran conjunto de espacios públicos que forman, entre otros, el Parque Central, el entorno del Capitolio y el Parque de la Fraternidad.” (Una experiencia singular 25).

2 Voir Mégevand 2016, 61-79

3 Pour une approche diachronique plus complète de l’histoire et de la politique de l’Oficina, voir Sylvie Mégevand, « Faire du passé un avenir : utopie et réalités de l’Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana (1938-2012), Étude inédite pour l’Habilitation à Diriger des Recherches, Michèle Guicharnaud-Tollis (dir.), Pau : Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2012.

4 Voir le film de Borchmeier et Henschle, La Habana, Arte nuevo de hacer ruinas.

5 Voir Mégevand 2016.

6 http://www.ohch.cu/direccion-patrimonio (Consulté le 9 août 2015).

7 L’organigramme des années 2000 est consultable dans Una experiencia singular (SNA 2006-1, 81. Mais il a évolué depuis, les institutions ayant été remaniées via le PEDI, Plan Estratégico de Desarrollo Integral del centro histórico. Voir http://www.planmaestro.ohc.cu/index.php/gestion-del-plan/planes. Nous avons eu accès à un organigramme récent d’une dizaine de pages, peu diffusé, dont une version simplifiée est consultable sur : http://www.scriptorium.uh.cu.

8 Certains restaurants de cette zone, tel La Mina, ne sont payables qu’en CUC – pesos convertibles dont le cours est aligné sur celui du dollar. Un CUC équivaut à environ 25 pesos en monnaie nationale. Même si la situation évolue en la matière, nombre de Cubains sont payés en monnaie nationale, tandis que d’autres ‑ essentiellement dans les institutions ‑ voient une partie de leur salaire versée en CUC. Ces disparités ne laissent pas de créer d’intenses frustrations dans la population, dont le pouvoir d’achat reste globalement très bas. On se rappelle aussi un passé récent où l’entrée des Cubains dans les hôtels de luxe était tout simplement interdite.

9 Avec les remesas, l’argent envoyé sur l’île par les Cubains exilés.

10 Leal Spengler, Eusebio, “La cultura, única certeza para un proyecto sostenible”, in Manejo y gestión 18‑19.

11 Voir Katia Cardenas Jimenez, « Proyecto aulas en los museos », in Manejo y gestión 242‑254.

12 Voir http://www.ohch.cu/programa-sociocultural/programa-para-la-tercera-edad/ (Consulté le 16 août 2015).

13 Entretiens de l’auteure avec Mesdames Ailec Vega Montero, Responsable du Département de Recherche Socioculturelle et du Programme Educatif de l’Oficina del Historiador ; Lourdes Olivera Alfonso (Spécialiste du Programme Social pour les Enfants et les Adolescents) ; Beatriz Revuelta Rodríguez, sociologue, (Programme Social de Suivi des Seniors) ; Keren López Díaz, psychologue (16 mars 2011).

14 Voir http://www.ohch.cu/programa-sociocultural/rutas-y-andares (Consulté le 18 août 2015).

15 Projets “Cultura entre las manos”, mis en place en 2008 et “Ruta de los hallazgos”.

16 Entretien inédit du 16 mars 2011.

17 Eduardo Rojas, “La preservación del patrimonio histórico urbano en América latina y el Caribe: una tarea de todos los actores sociales” in Manejo y gestión 281.

18 Leal Spengler 2006, 14.

19 Voir Mégevand 2015, 35-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Mégevand, « Lo nuevo está en lo antiguo : L’Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana et la reconstruction des modèles (La Havane, 1982‑2016) », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 220 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://orda.revues.org/2870 ; DOI : 10.4000/orda.2870

Haut de page

Auteur

Sylvie Mégevand

Université Toulouse – Jean Jaurès, s.megevand@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org