Navigation – Plan du site
Ressources, innovations productives et développement des territoires

Introduction

Sylvie Mégevand

Texte intégral

1Dans l’histoire des avant-gardes culturelles, on affirme volontiers que le muralisme mexicain et ses épigones ont marqué une étape clé dans une quête esthétique qui prétendait affranchir l’art latino-américain des diktats européens. On connaît et reconnaît moins la contribution majeure du sous-continent au succès de l’art optique et cinétique, dès la fin des années 1950 : les travaux de l’Uruguayen Carmelo Arden Quin, de l’Argentin Julio le Parc, des Vénézuéliens Jesús Rafael Soto et Carlos Cruz-Diez… ont pourtant connu un retentissement considérable de part et d’autre de l’Atlantique. De récentes rétrospectives consacrées au cinétisme, telles celles du Centre Pompidou (2013) ou du Musée Soulages (2015-2016), prouvent que leur création est toujours vivante et actuelle.

2Dans le contexte globalisé de l’après-guerre, les recherches esthétiques de ces artistes répondaient au développement des technologies dans les nouveaux mondes urbains des Amériques, questionnant leur impact sur les modes de vie et les univers culturels de leurs habitants. Centrées sur le mouvement, l’espace, la recomposition de la lumière et des couleurs, leurs œuvres ont privilégié les rapports entre création visuelle, plastique et architecturale. L’abolition des frontières artistiques traditionnelles qu’elles supposaient a conféré un rôle participatif au spectateur, le menant de la passivité contemplative à l’action : l’appropriation de l’espace même de l’œuvre – avec les « pénétrables » de Soto, les installations éphémères de Cruz-Diez – ou la sollicitation multi sensorielle – de l’ouïe, voire du toucher – ont favorisé ces bouleversements.

3C’est donc logiquement que, dans la perspective du Colloque International Recherches et innovations dans les Amériques auquel l’ORDA consacre un deuxième volet, nous avons ouvert ce « Coin des curiosités » au travail mené de longue date par Carlos Cruz-Diez sur la couleur, l’espace et le temps. Nous le remercions chaleureusement, ainsi que sa fondation, d’avoir participé à ce numéro de notre revue et accepté de poursuivre sa collaboration avec notre Université ; on se souvient que c’était sa Couleur additive diagonale (2008) qui figurait sur la plaquette du programme du Colloque, en octobre 2015.

Haut de page

Bibliographie

Pour plus d’informations sur l’artiste :

http://www.cruz-diez.com/fr/

Facebook :

https://www.facebook.com/Cruz-Diez-Foundation-134333933285231/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Mégevand, « Introduction », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], Coin des curiosités, Ressources, innovations productives et développement des territoires, mis en ligne le 18 novembre 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://orda.revues.org/3175

Haut de page

Auteur

Sylvie Mégevand

Professeure en civilisation hispano-américaine contemporaine, Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org