Navigation – Plan du site
Migrations latino-américaines

Présentation

Migrations latino-américaines : perspectives transnationales et questions de genre
Laurent Faret et Emmanuelle Le Texier
p. 5-10

Texte intégral

1En Amérique latine comme ailleurs, les migrations internationales occupent aujourd’hui une place centrale dans l’évolution des sociétés et dans les rapports qu’elles entretiennent entre elles. Dans les Amériques, on sait combien les mouvements de population ont été tout au long de l’Histoire au cœur des processus d’occupation des territoires et de construction des sociétés nationales. Les perspectives de temps long nous rappellent, si besoin était, que nul pays d’Amérique latine n’est resté en dehors de dynamiques d’émigration ou d’immigration, à différentes échelles et selon des modalités variables. Flux durables ou mouvements temporaires, migrations « de voisinage » ou intercontinentales, migrants économiques ou réfugiés politiques, politiques d’accueil ou de restriction, les figures et problématiques qui fondent et accompagnent ces déplacements sont nombreuses et constituent, dans bon nombre de cas, un élément fort du processus de construction des identités sociales et nationales.

2On est loin pourtant aujourd’hui des vastes mouvements de peuplement qui, tout au long de la période coloniale et après les indépendances, ont affecté les espaces latino-américains, avec leurs objectifs d’occupation et de contrôle territorial visant à peupler et organiser des « pays neufs ». Si des dynamiques de redistribution du peuplement et de rééquilibrage des territoires les ont prolongées aux échelles nationales, la mobilité au-delà des frontières a pris une place de plus en plus significative au cours des cinquante dernières années. La recherche d’opportunités économiques à distance des lieux de vie en a bien sûr été le moteur essentiel, malgré les difficultés de tous ordres que ce franchissement de frontières, parfois multiples, induit, et dans certains cas elle a prolongé les mises en mouvement issues des heurts politiques. Au début des années 2000, plus de 22 millions de Latino-américains vivaient en dehors de leur pays d’origine. Et ce chiffre ne rend que très partiellement compte d’une partie des mouvements, par exemple, ceux qui, saisonniers, concernent de façon significative les populations rurales du continent.

3La portée de ces migrations et leurs effets sur les sociétés locales et nationales sont au centre d’enjeux importants. La lecture des débats autour d’un seul de ces enjeux, celui de l’impact des transferts monétaires que les migrants entretiennent avec leur région d’origine, permet de prendre la mesure à la fois de l’importance et de la complexité du thème migratoire aujourd’hui. Nouvelle ressource pour un développement socio-économique dont il serait le « levier » pour certains, maintien et renforcement de la dépendance vis-à-vis de l’extérieur avec sujétion des populations latino-américaines à une nouvelle division internationale du travail pour d’autres, les questions de ce type sont loin d’être tranchées. Mais l’intérêt accordé à la question des transferts est aussi symptomatique de la focalisation, notamment au sein des institutions internationales et dans les cercles des pouvoirs politiques nationaux, sur la perspective macro-économique alors même que d’autres enjeux, qui l’incluent mais la débordent largement, sont également significatifs.

4Ce numéro de L’Ordinaire Latino-américain s’intéresse aux enjeux des migrations latino-américaines à partir de deux dimensions : celle des pratiques transnationales qui mettent en relation les espaces de départ et d’arrivée des migrations ; celle de la place que les femmes occupent dans et autour des dynamiques migratoires. Ces choix ont été faits en essayant de varier les situations migratoires observées. La question des flux latino-américains vers l’Europe nous a semblé importante, notamment du point de vue des formes d’organisation d’une dynamique encore très évolutive, et trois articles de ce dossier y sont consacrés. On trouvera en outre cinq textes prenant pour cadre les migrations depuis différents pays de la région vers l’Amérique du Nord et un article consacré à la comparaison de deux formes de mobilité internes au continent.

5Les dimensions transnationales des migrations latino-américaines ont été l’objet de nombreuses attentions depuis le début des années 1990. Le « transnationalisme » migratoire s’est rapidement institué, à partir des travaux anglo-saxons, comme un champ d’étude et de conceptualisation des formes contemporaines de la mobilité internationale. A partir d’un regard sur les pratiques sociales, économiques et politiques de migrants évoluant dans un espace élargi n’instituant pas de rupture entre lieu d’origine et lieu d’installation, la perspective transnationale a alimenté des réflexions au moment où les pratiques dites transnationales se structuraient elles-mêmes. En cela, des perspectives croisées conduisaient à un étonnant cheminement en parallèle entre les sphères de l’action sociale et le monde académique, entre mobilisation et production d’analyse. Faisant écho à des démarches plus anciennes d’analyse des relations entre pays de départ et d’installation, développés notamment dans les années 1970 et 1980 en France, la perspective transnationale aborde aujourd’hui un ensemble de situations et de pratiques qui permettent, entre autres, de positionner des trajectoires individuelles et sociales vis-à-vis des environnements dans lesquelles elles s’inscrivent. Au-delà de la seule question migratoire, les dispositifs mis en place par les groupes en migration impriment de nouvelles configurations aux questions de citoyenneté, de participation sociale et de reformulation des identités. Ils contribuent, en outre, à des formes peu reconnues jusqu’alors d’intégration territoriale et sociale sur la longue distance, structurés par de multiples dynamiques en réseau, réseaux d’interconnaissance mais aussi de communication, de transport et d’échange matériel et immatériel.

6En se structurant, ces pratiques sont le support de discours et d’attentes qui relèvent tout autant de l’accès à la citoyenneté effective et politique, tels que l’obtention et l’exercice du droit de vote dans les pays d’origine, la reconnaissance institutionnelle des organisations de migrants et la mise en place de mécanismes de coopération, que de la pratique d’une citoyenneté « sociale » de fait, fondée sur l’importance des migrants en tant que « nouveaux acteurs sociaux » dans les environnements locaux, régionaux et nationaux, dont les champs d’intervention se diversifient (mise en place de projets communautaires, accès à des responsabilités politiques, négociation avec les niveaux de pouvoir locaux et régionaux, capacitation sociale et leadership, etc.). L’ensemble de ces interventions, loin d’être toutes comparables selon les contextes migratoires, contribuent à produire un renouvellement des formes et des modalités de visibilisation et d’action au sein des sociétés latino-américaines. Dans nombre de cas, le fait que les acteurs de ces dynamiques soient issus pour une grande partie d’entre eux de secteurs sociaux traditionnellement peu représentés sur les scènes nationales mais bien ancrés localement dans les communautés dont ils sont originaires contribue à construire des légitimités nouvelles.

7Dans leur réponse à la sollicitation des coordinateurs de ce dossier, les auteurs de ce numéro ont privilégié plusieurs dimensions. Autour de la question de l’évolution de la notion de citoyenneté, Emmanuelle le Texier à propos des migrants mexicains, dominicains et salvadoriens résidant aux États-Unis, Olga Gonzalez pour les migrants colombiens aux Etats-Unis et Isabel Yepez et Amandine Bach pour les migrants latino-américains en Europe mesurent, à partir du repérage des formes d’établissement d’une citoyenneté formelle, les distances relatives entre la reconnaissance de celle-ci et les modalités effectives de son exercice. Ouvrant de nombreuses pistes, notamment sur les formes récentes d’apparition des groupes migrants dans le domaine des relations internationales, les auteurs soulignent le décalage entre les discours et les pratiques. Au sujet des pratiques transnationales (économiques, culturelles et politiques) des Portoricains aux Etats-Unis, Jorge Duany élargit le champ à la question de la construction d’un nationalisme de la diaspora et montre en quoi celui-ci peut être en décalage avec les prémisses idéologiques des discours traditionnels sur la nation. En partant de la perspective de l’étude des organisations de migrants, les deux articles suivant mettent en lumière l’impact de ces associations sur les dynamiques du développement local, dans le contexte des espaces de départ comme dans ceux d’installation. Rodolfo García Zamora et Oscar Pérez Veyna à propos des migrants salvadoriens et mexicains aux Etats-Unis et Julie Le Gall et Brenda Matossian pour les migrants boliviens et chiliens en Argentine dressent un tableau des formes d’organisation et d’implication locale, en insistant à la fois sur les dimensions intégratrices de ces dynamiques, au sens économique mais aussi social du terme, et sur les nouvelles formes de rapport aux territoires et aux perspectives d’action concertée que ces dynamiques génèrent.

8Le second volet de ce dossier s’intéresse à la place des femmes dans les dynamiques migratoires en Amérique latine et aux multiples facettes qu’une lecture à partir de la question du genre permet de mettre en évidence, y compris dans les modalités différenciées de trans-nationalisation repérées précédemment. Les femmes sont désormais aussi nombreuses que les hommes à s’inscrire dans les dynamiques migratoires. Hors du seul mouvement de regroupement familial, dans lequel la migration féminine a trop souvent été absorbée, la migration initiée par les femmes est, depuis au moins deux décennies, une composante à part entière des flux latino-américains. Pour autant, la migration féminine reste un objet d’étude à sonder dans nombre de situations en Amérique latine. On sait qu’historiquement la recherche sur les migrations s’est centrée, aux États-Unis comme en Europe, soit sur des groupes indifférenciés du point de vue du genre, soit, ce qui est souvent revenu au même, sur les hommes en migration. Pourtant, les activités dans lesquelles la main d’œuvre féminine s’insère ne correspondent pas seulement à quelques niches d’emploi mais de plus en plus à des secteurs entiers des économies nationales. La visibilité des flux féminins est aujourd’hui largement le résultat de la réorganisation de la division du travail à l’échelle internationale, marquée par la spécialisation socio-professionnelle et le renforcement de la segmentation des marchés du travail. Du point de vue des populations, l’organisation des pratiques de mobilité met en évidence un ensemble de formes et de stratégies migratoires très éloignées des modèles homogènes des années 1960‑1980.

9S’ouvrent alors des perspectives d’analyse qui vont au-delà de la description des profils migratoires et de la mesure statistique, lorsque l’analyse prend en compte de façon transversale le genre à la fois comme variable du processus migratoire mais aussi comme élément de la reconfiguration des relations de genre, aux échelles familiales comme sociales. Si les sphères masculines et féminines, publiques et privées, sont longtemps restées bien distinctes en fonction d’un rôle social statique attribué aux hommes et aux femmes, les analyses les plus récentes vont au-delà de ce constat et interrogent la reformulation des modèles dans des cellules familiales et socio-productives transformées. Les nouvelles interactions entre hommes et femmes en migration sont analysées, tout autant qu’entre ces groupes et les catégories usuellement appréhendées pour décrire les environnements sociaux dans les espaces de départ comme d’installation.

10Dans ce dossier, Laura Oso Casas et Raquel Martínez analysent les modes d’intégration des femmes latino-américaines sur le marché du travail espagnol. En rappelant comment certains secteurs de l’économie espagnole se sont ouverts à la migration féminine, en particulier dans le domaine des services à la personne, elles mettent en avant la façon avec laquelle des stratégies migratoires et d’insertion différenciées se sont développées, produisant de nouveaux contextes pour la mobilité à l’échelle des familles et donc aussi des hommes. A propos des Latinas résidant en Suisse, Myriam Carbajal analyse une forme spécifique de la transnationalisation des modes de vie, celle de l’expérience de « mère à distance », qui pose des questions essentielles du point de vue de l’évolution des modèles familiaux. Comment se fait le choix de migrer avec ou sans ses enfants ? Comment est tenu le rôle de mère dans des cellules familiales profondément transformées par l’absence et la distance et quelles sont les formes possibles de maintien du lien maternel ? Enfin, dans une perspective en décalage, Anna Perraudin s’intéresse aux épouses de migrants et à leur façon de vivre indirectement mais de façon profonde un fait migratoire qui, dans son cas, procède d’un double mouvement : à propos de femmes indiennes installées à Mexico dont les conjoints ont migré aux Etats-Unis, elle pose une question qui traverse finalement un grand nombre des articles de ce dossier, celle de la renégociation, entre autonomisation et dépendance, des positionnements individuels et des relations familiales et communautaires.

11Au total, les perspectives croisées sont nombreuses dans le dossier, et c’est sans doute l’un des intérêts de la mise en commun de ces textes. Les formes migratoires que les auteurs observent sont variées, à la fois du point de vue des régions de migration, de l’ancienneté des processus, des profils ou des rythmes migratoires, et rien ne permet de parler de ces questions en mobilisant un quelconque modèle latino-américain de migration. On se doit cependant de souligner en quoi les problématiques se font écho : l’adaptabilité des groupes à des contextes changeants, les formes d’organisation à l’étranger, la structuration des liens avec les régions d’origine, le rôle des femmes, l’évolution des discours dans les pays d’origine et les positions d’acteurs sociaux qu’y tiennent les migrants internationaux font partie de ces dynamiques qui méritent aujourd’hui des mises en comparaison.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Faret et Emmanuelle Le Texier, « Présentation », L'Ordinaire des Amériques, 208-209 | 2008, 5-10.

Référence électronique

Laurent Faret et Emmanuelle Le Texier, « Présentation », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 208-209 | 2008, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://orda.revues.org/3249

Haut de page

Auteurs

Laurent Faret

Articles du même auteur

Emmanuelle Le Texier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org