Navigation – Plan du site
Migrations latino-américaines

Entre ici et là-bas : quelle citoyenneté des migrant-e-s latino-américain-e-s en Europe ?

Isabel Yepez et Amandine Bach
p. 45-61

Résumés

Depuis les années 90, l’Europe est devenue un lieu d’émigration pour des flux de plus en plus importants de migrant-e-s latinoaméricain-e-s. Dans le contexte d’une Europe élargie renforçant ses frontières externes, cet article s’interroge sur la citoyenneté politique octroyée à ces migrant-e-s par l’UE et les différents États européens ainsi que par les États des pays d’origine des migrants. Comment se construit un processus de différenciation entre les différents pays d’accueil selon le pays d’origine, le genre et l’ethnie des migrant-e-s ? Quelles nouvelles pistes de recherches apparaissent ?

Haut de page

Notes de l’auteur

Une version préliminaire en espagnol de cet article a été publié dans : Noack, Karoline et Kron, Stefanie, ¿Qué género tiene el derecho? Ciudadanía, Historia y Globalización en América Latina, Berlin, éditions Tranvía, 2008.

Texte intégral

1Si l’Amérique latine a accueilli durant des siècles des millions de migrants européens, les flux migratoires se sont inversés entre les deux régions en un peu moins de cent ans. En 2005, on estimait à deux millions et demi le nombre de Latino-américain-e-s résidant en Europe, c’est-à-dire 10 % des 25 millions résidant à l’extérieur selon le CELADE (2006). Différentes recherches mettent en avant la diversité des facteurs qui expliquent ce renversement des flux migratoires entre l’Europe et l’Amérique latine : entres autres, l’entrée de plus en plus difficile aux États-Unis et la militarisation de sa frontière avec le Mexique ; la situation de pauvreté, d’exclusion et d’absence d’avenir qui touche une grande partie de la population latino-américaine et fait de la migration une option de survie parmi d’autres ; les transformations démographiques ; la demande en Europe pour une main d’œuvre étrangère dans certains secteurs productifs (agriculture, restauration, construction et quelques secteurs hautement qualifiés) et reproductifs (économie des soins) sans compter les dynamiques générées par les réseaux sociaux qui assurent la continuité des flux, même quand les facteurs les ayant initiés disparaissent. Dans ce cadre, il nous paraît crucial de rappeler que lorsque nous parlons de migration, nous nous référons à un processus social au sein duquel la capacité d’agir (agency) des migrant-e-s joue un rôle central dans les interactions entre les multiples facteurs mentionnés précédemment, interactions qui se réalisent de manière particulière dans chaque pays et période historique.

2Nous nous interrogerons dans cet article sur la citoyenneté développée par ces migrant-e-s dans leur pays d’origine et leur pays d’accueil. Après avoir rappelé, dans un premier temps, le cadre européen au sein de laquelle cette citoyenneté se construit (ou se déconstruit), nous centrerons notre propos sur la citoyenneté « par le haut » – plus particulièrement l’accès formel aux droits politiques des Latino-américain-e-s dans les différents cadres nationaux européens. Nous verrons également comment les pays latino-américains ont développé ces dernières années des programmes vis-à-vis de leurs ressortissants résidant à l’extérieur, leur permettant d’exercer leur citoyenneté à l’extérieur. Enfin, nous terminerons par quelques réflexions sur des pistes de recherche futures.

Un mode de gestion et une citoyenneté européenne excluante pour les ressortissants des pays tiers

  • 1 Actuellement seuls trois pays latino-américains ont besoin d’un visa pour entrer sur l’espace Schen (...)

3La création d’une Europe sans frontières internes, qui s’est mise en place progressivement après l’Accord de Schengen en 1985 et élargie à quasiment tous les États membres à l’exception du Royaume-Uni, de l’Irlande et du Danemark, et d’autres États en vertu d’accords, a impliqué un renforcement des frontières extérieures européennes et la construction progressive d’une forteresse autour du territoire européen. La politique commune de visas permet aux ressortissants de pays tiers (hors UE) de voyager pour un séjour touristique d’un maximum de 3 mois sur tout le territoire européen et non plus seulement sur le territoire qui a délivré le visa. L’Espagne, du fait de ses liens historiques avec l’Amérique latine, a réussi à convaincre d’autres pays européens, qui demandaient avant la signature de l’accord de Schengen un visa aux ressortissants d’un pays latino-américain, de ne pas les inclure dans la “liste noire” de ceux qui avaient besoin d’un visa d’entrée1 (Carlier, 2007).

4A partir de l’entrée en vigueur du Traité d’Amsterdam, la politique d’immigration et d’asile est devenue compétence communautaire. Quatre thèmes sont l’objet de directives européennes : le regroupement familial, la migration de travailleurs, l’admission d’étudiants et les personnes réalisant des séjours courts dans un cadre professionnel ou bénévole, ainsi que le statut de résident en long séjour. La difficulté d’arriver à un consensus entre tous les États membres de l’UE fait craindre une harmonisation par le bas, qui prendrait comme référence les politiques les moins avancées. La construction européenne a complexifié les catégories juridiques, la distinction classique entre les ressortissants nationaux et étrangers a cédé la place à une différenciation entre les ressortissants nationaux, communautaires et de pays tiers. Alors que les relations entre la première et la deuxième catégorie se rapprochent, dans la mesure où ils partagent une citoyenneté européenne, la distance entre ces deux premières et la troisième se renforce. La citoyenneté européenne, instituée par le Traité de Maastricht, en octroyant le droit de vote et d’éligibilité aux citoyens ressortissants des pays membres de l’UE aux élections locales, a relancé par le haut le débat sur le vote des étrangers (Rea, 2007). Les étrangers non communautaires (en particulier les travailleurs migrants ou ceux demandant l’asile) deviennent des citoyens de « seconde zone » dont le séjour, les entrées et sorties du territoire, et activités doivent être contrôlées de près sans compter les discriminations ethniques (Balibar, 2001).

5Historiquement, les États Européens ont considéré le contrôle de la migration comme lié à l’exercice de la souveraineté et de l’identité nationale. Afin de comparer différentes initiatives nationales et trans-nationales, différent-e-s chercheur-e-s ont essayé d’identifier des modèles ou typologies des différents modes d’intégration des migrant-e-s dans les sociétés d’accueil. Castles et Miller (2003) identifient ainsi trois manières de gérer la diversité ethnique : la première, l’exclusion différentielle mise en place par l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse ; la seconde, l’assimilation en France, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, et enfin le multicultu-ralisme propre aux États-Unis, au Canada, à l’Australie et à la Suède. Ces auteurs considèrent qu’il y a une relation étroite, bien qu’imparfaite, entre l’expérience historique du pays en tant que pays d’émigrants et la nature de ses politiques envers les immigrés. C’est ainsi que les pays traditionnels d’immigration (États-Unis, Canada, Autralie) ont développé des quotas annuels, encouragent la réunification familiale, l’établissement sur le long terme et facilitent l’acquisition de la citoyenneté alors que ceux recevant l’immigration de travail (Allemagne, Suisse, Autriche) tentent d’empêcher le regroupement familial, ont adopté des règles très strictes de naturalisation et d’octroi du statut de résident.

6D’autres experts comme Freeman (2006) considèrent plus pertinents, plutôt que d’identifier des modèles nationaux d’intégration, d’identifier les institutions sociales ayant le plus d’impact sur le processus d’intégration des migrants, qui sont pour lui : l’État, le marché et les secteurs du bien-être et de la culture. L’analyse des différentes formes d’interaction entre les pratiques et les politiques à ces quatre niveaux apporte, selon Freeman (2006), un outil comparatif beaucoup plus riche que l’établissement de typologies par pays, qui rend compte de manière imparfaite des réalités nationales complexes. Cinar décompte sept dimensions d’intégration légale des non citoyens dans huit pays européens : sécurité de résidence, accès au marché du travail, regroupement familial, droits à la sécurité sociale et aux bénéfices sociaux, droits civils, droits politiques et les conditions pour l’acquisition et la perte de la citoyenneté (cité par Freeman, 2006).

7L’énorme fossé existant entre les objectifs annoncés et ceux atteints par les politiques migratoires permet de formuler l’hypothèse selon laquelle ces derniers traversent une crise importante. Basées généralement sur une vision de court terme et centrées sur la sécurité interne et non la résolution des causes provoquant les flux migratoires, les politiques migratoires sont incapables de faire face à la présence croissante des populations du Sud des « villes globales » du Nord, pour reprendre le terme de Sassen (2001). Elles ne remettent pas en question le fossé grandissant Nord-Sud – en termes de prospérité économique, de conditions sociales, de sécurité et de droits humains – qui génère la migration. Il existe également une dimension temporelle que les politiques de gestion de la migration ne prennent pas en compte. Etant donné que nous sommes en face de processus sociaux de long terme, ces processus commencent avec la décision de migrer, continuent avec l’installation, avec la formation d’une communauté et la naissance de nouvelles générations dans le pays d’accueil. Si les politiques ne prennent pas en compte cet ensemble de facteurs, elles risquent de se retrouver face à des résultats imprévisibles et non désirés, comme le note Castles (2005) par rapport aux politiques migratoires de l’Allemagne, de la France, des Pays-Bas et de la Grande Bretagne.

8A la diversité de modes de gestion de la migration en Europe correspond une diversité d’octroi de droits politiques et sociaux de la citoyenneté aussi bien dans les pays d’origine des migrants que dans les pays d’accueil. Nous partageons avec Yuval-Davis (1991 : 61) l’affirmation que le droit de citoyenneté formel dépend autant des normes et des régulations des pays d’origine que d’accueil, ainsi que des relations entre les deux. Chaque État ne doit pas être analysé comme une institution neutre et universelle, étant donné que chacun possède sa propre histoire, ses propres intérêts matériels et orientations idéologiques. La complexité inhérente à l’analyse nous oblige à adopter un regard critique pour rappeler que les personnes ne sont pas positionnées de manière identique à l’intérieur des collectivités et des États (appartenance à différentes classes sociales, groupes ethniques et de genre) ; que les collectivités n’ont pas toutes les mêmes positions à l’intérieur de l’État et que les États n’ont pas la même position au niveau international.

Une citoyenneté formelle différenciée selon le pays d’accueil et le pays d’origine

9Analyser la citoyenneté « par le haut », en tant qu’espace institutionnel et légal d’opportunités et de droits octroyés formellement par les États européens aux migrant-e-s, demande une comparaison de la reconnaissance des droits politiques et sociaux au niveau de chaque pays, étant donné que la politique migratoire commune vient en supplément des politiques spécifiques nationales. Nous notons à cet égard un traitement préférentiel fréquent des pays d’accueil envers les ressortissants originaires d’anciennes colonies. Comme le notent Queirolo et Ambrosini (2007 : 96) par rapport à la migration latino-américaine :

c’est une chose de s’installer dans des pays comme l’Espagne ou le Portugal dans lesquels [les migrants] ne rencontrent pas de barrières linguistiques et ont pu bénéficier de traitements relativement plus favorables du fait des relations politiques et culturelles historiques liant les pays d’origine et d’accueil, et c’est une autre de s’installer dans des pays ne disposant pas de liens préférentiels avec l’Amérique latine.

Dans le pays d’accueil

10Une partie de la migration latino-américaine en Espagne et en Italie s’est réalisée grâce à la mise en place d’outils permettant à certain-e-s ressortissant-e-s de récupérer la citoyenneté d’origine de leurs ancêtres ayant émigré en Amérique latine. On estime en Espagne à environ un tiers la proportion de migrant-e-s latino-américain-e-s ayant obtenu la citoyenneté espagnole, les ressortissant-e-s de cette région ont ainsi plus bénéficié que les autres nationalités des programmes de régularisation et de nationalisation (CELADE, 2006). Sur les 38000 citoyen-ne-s nationalisé-e-s espagnol-e-s en 2004, les Latino-américain-e-s représentaient ainsi 63 % contre 26 % pour les Africains et 5,3 % pour les Asiatiques (Casa de América, 2006 : 26). Le Portugal a, de son côté, essayé de combiner les « valeurs européennes » avec ses « liens privilégiés avec les territoires lusophones » (Machado, 2005). La Constitution portugaise de 1976 conférait déjà un statut spécial aux citoyen-ne-s de pays lusophones, qui a été confirmé par la révision de la Constitution de 2001 selon laquelle les étrangers lusophones résidant au Portugal sont « moins étrangers que les autres ». Ce statut leur permet d’introduire une procédure de naturalisation seulement après six années de résidence alors que les autres étrangers doivent attendre dix ans (Marques, Dias et Mapril, 2005). Cependant, dans la nouvelle Loi organique approuvée en avril 2006 et en attente de décret d’application – la préférence pour les pays lusophones disparaît établissant la règle unique des cinq ans pour l’accès à la citoyenneté portugaise (Padilla, 2006).

11Différents facteurs vont jouer un rôle dans l’intégration des migrant-e-s dans les sociétés d’accueil : les accords bilatéraux entre pays, le lien d’origine des migrant-e-s, le genre et les stéréotypes qui y sont associés, le rôle des réseaux sociaux, etc. Certains facteurs qui facilitent l’intégration sur le marché du travail sont particulièrement importants, étant donné qu’un accès à un travail constitue un élément déterminant dans les processus de régularisation et dans l’accès à un ensemble de droits sociaux. Dans le cas latino-américain, la signature d’accords bilatéraux visant à réguler les flux migratoires entre États a constitué une source importante de migration de travail. Ces accords ont été développés par exemple entre l’Espagne, le Portugal et certains pays latino-américains. L’Espagne a ainsi signé des accords avec l’Equateur, la Colombie et la République dominicaine, pays qui ont par conséquent priorité pour les postes vacants décidés par l’administration espagnole. Ces accords « régulent pratiquement tous les aspects de la relation de travail, y compris les conditions de travail et la rémunération, le logement » et sont applicables aussi bien aux contrats de courte durée que de longue durée (Arango, 2006). De nombreux travailleurs équatoriens sont arrivés dans ce cadre pour travailler dans le secteur agricole, dans la restauration, le transport, la construction et des secteurs hautement qualifiés.

12Les stéréotypes ethniques jouent également un rôle au niveau de l’insertion sur le marché du travail et par conséquent au niveau des accords bilatéraux. Interrogé sur les raisons de la préférence des entreprises espagnoles pour les ressortissants de ce pays andin, le Directeur de la Division Emploi du Consulat général d’Espagne à Quito a ainsi affirmé que : « L’immigrant équatorien travaille bien, il n’est pas conflictuel et est soumis. C’est pour cela que les entrepreneurs font venir plus de personnes d’ici que d’autres endroits. Pour les entrepreneurs espagnoles, les travailleurs colombiens sont conflictuels et les argentins sont très exigeants » (La vergüenza, n° 1, 2006). Les stéréotypes de genre ont aussi un impact sur la préférence pour des femmes pour les emplois liés aux soins des enfants, des personnes âgées et des malades, ainsi que pour le travail domestique, étant donné que les femmes latino-américaines sont vues comme « douces et travailleuses » contrairement aux hommes fréquemment qualifiés d’ « ivrognes, de voleurs, de violents et de profiteurs » (Carbajal ; Oso Casas et Martinez Bujan, ce numéro). En Italie, « le système de régulation – incapable de réguler a priori les entrées sur le territoire en fonction des besoins – s’est basé sur une insertion dans les faits sur le marché du travail et de la volonté des parties d’officialiser ces relations » (Queirolo et Ambrosini, 2007 : 100). Les migrant-e-s latino-américain-e-s ont ainsi été les principaux bénéficiaires de la dernière régularisation, principalement les femmes et la catégorie domestique – aide familiale à travers la fixation d’un nombre déterminé de travailleuses domestiques extra-communautaires dans le système de quotas. En Espagne, suite notamment à la régularisation, les Latino-américains sont devenues le plus grand nombre d’étrangers actifs : 741 214 contre 384 391 Africains, 289 578 du reste de l’Europe et 123 097 Asiatiques en 2007 (Pajares, 2007 : 34).

13Les migrant-e-s sans papier ont été régularisé-e-s via différents processus de régularisation. Deux millions de personnes ont bénéficié en Espagne en 2005 du processus de « normalisation par le travail ». Selon la Direction Générale de la Migration du Ministère du travail et des affaires sociales d’Espagne, à la Rencontre ibéro-américaine sur Migration et Développement, ce processus ne devrait pas être appelé « régularisation », car il ne vise pas à régulariser toutes les personnes, mais seulement celles qui avaient déjà un travail et qui vivaient en Espagne depuis au moins six mois. En ce sens, « la normalisation a permis la légalisation d’une réalité, et a permis de récupérer des contributions au système (via les impôts et les cotisations sociales) qui ne se réalisaient pas » (Rodríguez Pardo, 2006 : 8). Sur les 500 000 personnes qui ont vu leur situation régularisée à cette occasion, 140 000 avaient la nationalité équatorienne (Herrera, 2007). Les demandes reçues de régularisation ont été au nombre de 700 000, parmi lesquelles les Equatoriens, les Marocains et les Roumains représentaient 50 % des demandeurs.

  • 2 Declarations du Président du Parti Populaire Angel Acebes, 8 février 2005, noticia 47 605, in : htp (...)

14Les différents processus de régularisation sont loin d’avoir fait l’unanimité, aussi bien à l’intérieur de chaque pays qu’à l’extérieur. En Espagne, le principal parti d’opposition a accusé le gouvernement de Zapatero d’ « aller à contre-courant de l’UE »2. De son côté, Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur français, avait vivement critiqué lors d’une réunion inter-ministérielle à Madrid en septembre 2006 les régularisations massives espagnoles et italiennes, car elles provoquaient un appel d’air et avait annoncé qu’elles ne seraient pas reconnues dans le reste de l’UE, qui renforcerait le contrôle de ses frontières internes pour empêcher le déplacement de ces travailleurs régularisés vers les pays voisins. Il est important de rappeler que la législation européenne stipule que les travailleurs régularisés ne peuvent se déplacer librement dans les pays de l’UE qu’au bout de cinq ans, période durant laquelle ils peuvent demander la nationalité du pays où ils ont été régularisés.

15Avoir le droit de résider dans un pays de l’UE n’implique pas automatiquement l’accession aux mêmes droits politiques que les citoyens européens, comme le droit de vote et le droit de se présenter aux élections locales. Beaucoup de ressortissants de pays tiers disposant du statut de résident légal et de droits sociaux ont peu de droits politiques. Cette situation crée une nouvelle catégorie de “non citoyens” ou denizen très courante en Europe, comme le souligne Yuval-Davis (1997 : 5).

16Il existe cependant des différences nationales importantes. Si nous prenons le cas de l’Espagne, de l’Italie et du Portugal, pays du Sud de l’Europe qui ont une concentration importante de migrant-e-s latino-américain-e-s, seul le Portugal donne le droit de vote au niveau local à certaines nationalités comme la brésilienne, la péruvienne, l’uruguayenne, l’argentine, la chilienne et la vénézuélienne, le droit de se présenter aux élections étant restreint aux trois premières (Padilla, 2007). Cette situation contraste avec les pays du Nord de l’Europe comme la Belgique et les Pays-Bas qui donnent après cinq ans de résidence légale le droit de vote et d’éligibilité au niveau local (municipalités).

Les liens avec le pays d’origine

17Les gouvernements latino-américains connaissant des flux migratoires importants vers l’Europe ont essayé de développer et de renforcer leurs liens avec leurs citoyens résidant à l’extérieur. Ceux qui avant étaient considérés comme des non citoyens par leurs pays d’origine, qui ne pouvaient pas voter à l’extérieur ni bénéficier de la double nationalité, sont aujourd’hui reconnus comme des acteurs/actrices important-e-s de la politique et des économies de leur pays. Le discours de Vicente Fox, ex-président du Mexique, sur les « nouveaux héros » parlant des mexicains aux États-Unis s’est propagé dans toute la région, et les initiatives pour renforcer les liens politiques et économiques avec les migrant-e-s à l’extérieur se sont multipliées (Le Texier, ce numéro).

  • 3 Selon la Banque Inter-Américaine de Développement (BID), les flux d’envois de fonds vers l’Amérique (...)

18L’impact grandissant des envois de fonds sur les économies latino-américaines, région concentrant plus d’un tiers du total mondial des ressources générées par cette source, constitue un des principaux facteurs de l’intérêt des gouvernements latino-américains, des organismes internationaux et financiers pour ces flux financiers qui ont atteint en 2004 le chiffre de 40 000 millions de dollars US (CELADE, 2006)3. Le poids macro-économique de ces flux et son impact sur les revenus d’une grande partie de la population constitue sans nul doute une motivation pour le développement de différents programmes d’aide et de défense des migrants à l’extérieur développés par les gouvernements latino-américains, tout comme la mise en place d’outils pour les inciter à augmenter l’usage productif ou communautaire des envois de fonds, aujourd’hui majoritairement destinés au revenu familial.

19Les liens politiques développés par les États latino-américains avec leur diaspora ont pris différentes formes : reconnaissance de la double nationalité (l’Espagne avait en 2005 des accords de double nationalité avec 12 pays latino-américains), l’octroi du droit de vote à l’extérieur, le développement de politiques et de programmes étatiques à leur intention, la réforme des services consulaires et des ministères visant à renforcer l’aide de l’État envers ses citoyens à l’étranger, la mise en place de politiques “symboliques” pour développer le sentiment d’appartenance nationale au pays ou à une communauté (Levitt et De la Dehesa, 2003).

20Les gouvernements de la zone andine ont développé une politique active de rapprochement avec leurs citoyens à l’extérieur. La protection des migrant-e-s constitue un des axes centraux du Plan National de Politique Extérieur 2006‑2020 de l’Equateur. On calcule aujourd’hui que 400 000 migrant-e-s équatorien-ne-s ont été régularisé-e-s et 50 000 ne le sont pas. Le Président Correa lors de sa première visite à Madrid en juillet 2007 a expliqué « [je suis venu] pour dire à nos frères migrants ce que nous sommes en train de faire et ce que nous ferons en plus pour eux. L’Equateur ne se conçoit plus comme un pays à quatre régions : la côte, la sierra, l’Amazonie et les îles Galapagos. Les régions sont au nombre de cinq : la cinquième étant celle des migrants ; six représentants des migrants seront élus le 30 septembre prochain lors de l’élection de l’Assemblée constituante. Après, j’espère que la Constitution que cette Assemblée devra approuver institutionnalisera la représentation parlementaire des migrants » (El País, 11/07/2007). Cette image d’une nation qui s’étend au-delà de ses frontières a également été utilisé par les gouvernements péruviens précédents, qui parlent du “Quinto suyo”, qui s’ajoute aux quatre anciens Tawantinsuyo (Escrivá, 2005).

  • 4 « APDHB : Migrantes bolivianos contarán con una red de protección », comuniqué, 9 mai 2006, in : ww (...)

21En Bolivie, l’Assemblée permanente de droits humains de ce pays (APDHB) a proposé la création d’un “Réseau de protection de droits humains du migrant bolivien” à l’extérieur et au niveau international pour défendre le droit à la vie, à la dignité et à la citoyenneté des migrants boliviens. Elle a aussi demandé l’intervention du Président Evo Morales face à la menace d’expulsion administrative de boliviens en situation irrégulière en Espagne4. On estime que 70 % des Boliviens résidant en Espagne sont en situation irrégulière.

22Le gouvernement brésilien a mis en place de son côté diverses réformes administratives dans ses consulats pour aider les migrant-e-s à l’extérieur et renforcer leur participation à travers la création de Conseils de Citoyens, même si la question de la représentation politique dans le pays d’origine reste encore en suspens (alors qu’elle a été suggérée lors de la première rencontre ibérique de communautés brésiliennes à l’extérieur) (Padilla, 2007). Le gouvernement colombien a également radicalement changé sa position en effectuant des modifications constitutionnelles, octroyant, entre autres, le droit de vote et l’existence d’un représentant à la Chambre des représentants du Congrès national, ainsi que la mise en place de programmes visant à renforcer la participation des migrants, comme par exemple les programmes « Colombia nos une » et « Conexión Colombia ». (Guarnizo, 2006b ; Gonzalez, ce numéro). Les partis politiques ont aussi commencé à s’intéresser aux communautés de migrant-e-s à l’extérieur. Avec l’augmentation des flux vers l’Europe, un phénomène similaire est en train de se développer. Au Portugal, la Maison du Brésil à Lisbonne, organisation qui défend les droits des travailleurs migrants brésiliens, est ainsi liée au Parti des Travailleurs (PT) (Padilla, 2006). Les Colombiens ont aussi développé en Europe une branche du Polo Democrático Alternativo (PDA) dans différentes villes européennes. Les migrant-e-s souhaitent ainsi jouer un rôle de plus en plus grand à partir de l’extérieur, comme le montre la déclaration des membres du Polo :

Nous nous engageons comme Colombiens à l’extérieur à contribuer dans tous les domaines de lutte politique et sociale, pour que le Polo Democrático Alternativo se consolide comme force politique en Colombie. D’ici aussi nous nous préparons à gouverner ! Les Colombiens et Colombiennes de l’extérieur sommes nombreux. Nous ne représentons pas seulement 10 % de la population nationale et une des sources principales de devises du pays ; nous sommes une partie du peuple colombien qui se préoccupe pour la réalité du pays et s’est engagé dans sa transformation5.

23Cependant, malgré la multiplication des programmes visant à impliquer les migrant-e-s dans la définition des politiques de leur pays d’origine, plusieurs études montrent l’exercice limité de leurs droits politiques, qui se manifeste par une faible participation aux élections présidentielles. En Espagne, aux élections présidentielles péruviennes de 2005, ont voté seulement 65 % des Péruviens résidant dans ce pays, le taux d’abstention étant plus fort chez les résidents de plus long terme (Escrivá, 2006). Bien que le vote soit obligatoire au Brésil, les Brésiliens n’exercent pas non plus leur droit : selon Padilla (2006), seulement 52 % des Brésiliens résidant au Portugal ont voté aux dernières élections et 49 % en Italie. Dans le cas colombien, les pourcentages sont plus bas, mais nous observons une augmentation en termes absolus du nombre de votants en Espagne par rapport aux élections de 2002 : 11 620 des 39 591 Colombiens résidant en Espagne ont voté en 2006. La réponse de la diaspora équatorienne a varié selon les destinations de l’immigration :

alors que le nombre d’inscrits sur les listes en Espagne et en Italie était élevé, aux États-Unis, destination la plus ancienne de la migration, cela restait faible. Mais, en plus, au moment du vote, ce fut le vote blanc qui a dominé, ce qui montre une attitude de rejet de la politique du pays d’origine. (Herrera, 2007 : 209)

Quelles pistes pour des recherches futures ?

24Ce bref aperçu des droits politiques des migrant-e-s latinoaméricain-e-s en Europe, confirme la complexité et la diversité des situations existantes dans les pays européens et le fait que dans tous ces pays, les migrant-e-s sont victimes de multiples formes de discrimination quel que soit leur statut légal. L’analyse des recherches réalisées sur cette thématique nous montre qu’il manque encore un travail de recherche théorique et analytique sur l’exercice de la citoyenneté dans les pays d’Europe du Sud, le champ privilégié de ces études continuant d’être les pays d’ancienne migration comme la Grande-Bretagne ou la France (Anthias, 2000). L’analyse de la migration latino-américaine, concentrée principalement en Espagne, Portugal et Italie bénéficierait d’études comparatives sous-régionales à l’intérieur du territoire européen.

25Nous nous sommes également retrouvées confrontées à une absence d’études sur la citoyenneté des migrant-e-s latinoaméricain-e-s en Europe dans une perspective transnationale, qui permettrait pourtant d’aller plus loin dans l’analyse de ce phénomène. En tant que perspective analytique, le transnationalisme permet, en effet, d’identifier, pour y réfléchir, les processus sociaux au sein desquels les migrants opèrent dans des espaces dépassant les frontières géographiques, politiques et culturelles articulant les sociétés d’origine et d’accueil. Dans leurs interactions quotidiennes, nous rappelle Guarnizo (2006a), les migrant-e-s ne se limitent pas à des échanges bilatéraux entre deux sociétés, ils sont liés à des lieux multiples et établissent différents types de relations. Cela montre que le processus migratoire doit être analysé de manière globale et demande le développement de nouvelles méthodes de recherche sociale qui nous permettent de l’analyser et de reformuler le concept même de société (Levitt et De la Dehesa, 2006), de la famille, de la citoyenneté et de l’État‑Nation.

26Deux autres aspects d’ordre plus général nous paraissent essentiels dans tout travail d’analyse de la citoyenneté. Le premier se réfère à l’apport féministe aux études sur la citoyenneté. Nous ne reviendrons pas sur cette littérature très étendue et variée (par exemple Lister, 1997 ; Stasiulis et Bakan, 1997 ; Yuval-Davis, 1991 et 2004), mais nous aimerions souligner la pertinence de cette critique de la tradition libérale qui « construit tous les citoyens comme égaux et considère les différences de classe, d’ethnie et de genre, comme non pertinentes pour le statut de citoyen-ne-s » (Yuval-Davis 2004 : 112). L’analyse du secteur domestique, activité occupée par excellence par les migrantes latino-américaines en Europe, montre un exemple d’articulation de ces différents systèmes de domination au sein de ce que Saskia Sassen (2007) appelle “les classes de service” qui réalisent les tâches des “foyers professionnels sans épouse” caractéristiques des “villes globales”.

27Les différents dispositifs nationaux visant à réguler le service domestique souligne le traitement discriminatoire envers les personnes qui exercent cette profession. Le gouvernement espagnol a, par exemple, encouragé la venue de travailleuses domestiques à travers l’institution de quotas. Or, l’analyse du régime spécial des travailleuses domestiques en Espagne montre de nombreuses limitations en terme de droits, notamment la non reconnaissance des maladies professionnelles et d’accidents du travail, la flexibilité des horaires de travail, l’absence de chômage, la possibilité de travailler sans contrat écrit pour celles travaillant moins de 80 heures par mois (Peterson, 2007).

28Un second apport analytique important est en relation avec la citoyenneté « par le bas », c’est-à-dire l’obtention de droits grâce à la capacité d’action des migrant-e-s supposé-e-s sans pouvoir. Les apports de Sassen (2003 et 2007) sur les femmes migrantes dans les villes globales et les travaux de Levitt et Glick Schiller (2006) sur la notion de citoyenneté substantive construite dans les espaces locaux par des sujets sans droits formels nous paraissent particulièrement intéressants. Ces auteurs nous invitent à élargir les frontières du concept de citoyenneté qui est associé à l’exercice des droits à l’intérieur de l’État Nation. La notion de citoyenneté substantive met l’accent sur les pratiques locales dans la construction d’espaces de pouvoir et de démocratisation, insistant sur la nécessité de ne pas se limiter dans la définition de la citoyenneté aux droits formels. Certaines personnes ne disposant pas de leurs droits formels peuvent dans des circonstances déterminées les demander et y accéder : c’est le cas de migrant-e-s sans papier engagé-e-s dans l’armée du pays d’accueil, de ceux/celles qui manifestent dans la rue, de ceux/celles qui bénéficient de services sociaux et d’aide sociale sans avoir accès aux droits formels (Levitt et Glick Schiller, 2006). Parler de citoyenneté substantive signifie aussi parler de pratiques citoyennes au niveau de la communauté locale, du quartier, au sein desquels s’articulent les sphères privées et publiques et de nouvelles formes de faire de la politique au quotidien (Lister, 1997 ; Le Texier, 2006). Ces pratiques nous permettent de mettre en avant le rôle de citoyennes que jouent les femmes migrantes luttant ensemble pour une amélioration de leur qualité de vie et des conditions des autres dans l’espace local, dépassant ainsi la division classique entre privé et publique de la citoyenneté qui exclut les femmes comme protagonistes, en analysant seulement la participation des migrant-e-s aux espaces publiques traditionnels des associations de migrants et de la diaspora.

  • 6 Entretien, 18 mai 2007, Las doce, in : http://www.pagina12.com.ar/imprimir/diario/suplementos/las12 (...)

29Le concept de “présence” développé par Sassen (2003) fait référence à la condition d’acteur politique de sujets dépossédés de pouvoir. A partir de la tension existante entre la citoyenneté comme condition formelle et la citoyenneté comme projet normatif ou aspiration, les secteurs défavorisés et sans pouvoir peuvent gagner une certaine visibilité et reconnaissance à partir des différentes pratiques informelles de la citoyenneté effective. La présence des migrant-e-s sans-papiers, bien qu’elle ne soit pas autorisée, peut ainsi générer des droits et être reconnue. A l’autre opposé, Sassen place des femmes, particulièrement des femmes au foyer, en tant que citoyennes pouvant être autorisées mais pas reconnues comme sujets politiques. De nombreuses femmes sont cependant devenues des actrices politiques à partir de leur rôle de mères ou d’épouses et non de leur intégration au marché du travail. Face à la nécessité de trouver des services et des ressources publiques pour leurs familles, elles développent une capacité d’action (agency) qui permet la survie familiale et communautaire. Si les femmes ne sont pas habituées à être des actrices politiques formelles et ne se voient pas elles-mêmes comme des citoyennes, elles exercent une forme de “capoiera politique, c’est-à-dire, l’art de savoir danser un art martial de combat camouflé en danse inoffensive” (Las doce, 18/05/2007).6

Haut de page

Bibliographie

Arango, Joaquín, « Del diálogo regional al interregional : los foros consultivos iberoamericanos sobre las migraciones, vistos desde el otro lado del Atlántico », comunication présentée à la Rencontre ibéro-américaine Migration et Développement, Madrid, 18‑19 juin 2006, in : http://www.ciberamerica.org/Ciberamerica/Castellano/Conferencia_Iberoamericana/secib/Actividades/EncuentroMigraciones/ponencias-EIM.htm, page visitée le 30 juillet 2007.

Anthias, Floya, « Metaphor of Home: Gendering New Migrations to Southern Europe », dans: Anthias, Floya et Lasaridis, Gabriella (eds), Gender and Migration in Southern Europe. Women on the Move, Oxford-New York, Berg Publishers Ltd, Mediterranean Series, 2000, p. 15‑47.

Balibar, Etienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris, La Découverte, 2001.

Carlier, Jean-Yves, « La evolución de las políticas de migración entre América Latina y Europa », dans : Herrera, Gioconda et Yépez, Isabel (eds.), Nuevas migraciones latinoamericanas a Europa. Balances y desafíos, Quito, FLACSO-OBREAL-UCL-UB, 2007, p. 533‑555.

Casa de América, Las mujeres protagonistas de la inmigración latinoamericana en España. Perspectivas, políticas y experiencias en dos orillas, Madrid, Casa de América, 2006.

Castles, Stephen, « Why migration policies fail », Informe de Valladolid 2005, 2005, p. 21‑40.

Castles, Stephen et Miller, Mark, The Age of Migration: Globalisation and the Politics of Belonging, Londres, Macmillan, 2003.

Escrivá, Angeles, « Peruanos en España: de migrantes a ciudadanos? », dans Berg, U. et Paerregaard, K. (eds.), El Quinto Suyo, transnacionalidad y formaciones dispóricas en la migración peruana, Lima, IEP, 2005, p. 133‑171.

Escrivá, Angeles, « Ciudadanía y multiculturalismo de los peruanos y peruanas en España », communication au colloque international « Les migrations Amérique latine-Europe : Quels défis pour l’analyse et les politiques ? », Bruxelles, 6‑7 novembre 2006.

Freeman, Gary, « La incorporación de inmigrantes en las democracias occidentales », dans : Portes, Alejandro et DeWind, Josh (eds.), Repensando las migraciones. Nuevas perspectivas teóricas y empíricas, México, INM, Universidad Autónoma de Zacatecas, Miguel Ángel Porrúa, 2006, p. 131‑156.

Guarnizo, Luis E., « El desencuentro entre la migración global y los modelos analíticos dicotómicos: implicaciones analíticas y prácticas », comunicación presentada al X Congreso de Inmigración « Globalización y Movimientos Transnacionales », Almería, 20‑22 avril 2006, 2006a.

Guarnizo, Luis E., « El Estado y la migración global colombiana », Migración y Desarrollo, premier semestre, 2006b, p. 79‑101, in : meme.phpwebhosting.com/~migracion/modules/ve6/3.pdf

Herrera, Gioconda, « Ecuatorianos/as en Europa : de la vertiginosa salida a la construcción de espacios transnacionales », in : Herrera, Gioconda et Yépez, Isabel (eds.), Nuevas migraciones latinoamericanas a Europa. Balances y desafíos, Quito, FLACSO-OBREAL- UCL-UB, 2007, p. 189‑215.

Levitt, Peggy et De la Dehesa, Rafael, « Transnational Migration and the Redefinition of the State: Variations and Explanations », Ethnic and Racial Studies, Vol. 26 (4), 2003, p. 587‑611.

Levitt, Peggy et Glick Schiller, Nina, « Perspectivas internacionales sobre migración », dans : Portes, Alejandro et DeWind, Josh (eds.), Repensando las migraciones. Nuevas perspectivas teóricas y empíricas, México, INM, Universidad Autónoma de Zacatecas, Miguel Ángel Porrúa, 2006. 

Le Texier, Emmanuelle, Quand les exclus font de la politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2006.

Lister, Ruth, « Citizenship: Towards a Feminist Synthesis », Feminist Review, No 57, Citizenship: Pushing the Boundaries, 1997, p. 28‑48.

Machado, Fernando Luís « Des étrangers moins étrangers que d’autres ? La régulation politico-institutionnelle de l’immigration au Portugal », dans : Ritaine, Evelyne (ed.), L’Europe du Sud face à l’immigration, Paris, Presses Universitaires de France, 2005, p. 109‑146.

Marques, Margarida, Dias, Nuno et Mapril, José, « Le retour des « caravelles » au Portugal : de l’exclusion des immigrés à l’inclusion des lusophones ? », in : Ritaine, Evelyne (ed.), L’Europe du Sud face à l’immigration, Paris, Presses Universitaires de France, 2005, p. 149‑183.

Padilla, Beatriz, « Migración, ciudadanía y multiculturalismo de los brasileños en Portugal », communication au colloque international « Les migrations Amérique latine-Europe : Quels défis pour l’analyse et les politiques ? », Bruxelles, 6‑7 novembre 2006.

Pajares, Miguel, Inmigración y mercado de trabajo. Informe 2007, Documento del Observatorio Permanente de la Inmigración, Madrid, Ministerio de Trbajo y Asuntos Sociales, 2007.

Peterson, Elen, « The Invisible Carers. Framing Domestic Work(ers) in Gender Equality Policies in Spain », European Journal of Women’s Studies, vol. 14 (3), 2007, p. 265‑280.

Queirolo, Luca et Ambrosini, Mauricio, « Lecciones de la inmigración latina a Europa e Italia », in : Herrera, Gioconda et Yépez, Isabel (eds.), Nuevas migraciones latinoamericanas a Europa. Balances y desafíos, Quito, FLACSO-OBREAL- UCL-UB, 2007, p. 95‑112.

Rea, Andrea, « Les ambivalences de l’État social-sécuritaire », Lien social et politique, 57, 2007, p. 15‑34.

Rodríguez Pardo, Estrella, « Políticas de regularización e integración », comunication presentée à la Rencontre ibéro-américaine sur Migration et Développement, Madrid, 18‑19 juin 2006, in : http://www.ciberamerica.org/Ciberamerica/Castellano/Conferencia_Iberoamericana/secib/Actividades/EncuentroMigraciones/ponencias-EIM.htm, page visitée le 30 juillet 2007.

Sassen, Saskia. « Two Stops in Today’s New Global Geographies. Shaping Novel Labor Supplies and Employment Regimes », American Behavioral Scientist. Special Issue on Women and Work, in: http://www.gtm.cnrs-bellevue.fr/site-gtm/colloqueMondialisation.htm, page visitée le 30 juin 2007 (à paraître)

Sassen, Saskia. Contrageografías de la globalización. Género y ciudadanía en los circuitos transfronterizos, Madrid, Traficantes de Sueños, 2003.

Yuval-Davis, Nira, Género y nación, Lima, Centro de la Mujer Peruana Flora Tristán, 2004.

Sassen, Saskia. « Women, Citizenship and Difference », Feminist Review, No 57, Citizenship: Pushing the Boundaries, 1997, p. 4‑27.

Sassen, Saskia. « The Citizenship Debate: Women, Ethnic Processes and the State », Feminist Review, n° 39, Shifting Territories: Feminism & Europe, 1991, p. 58‑68.

Haut de page

Notes

1 Actuellement seuls trois pays latino-américains ont besoin d’un visa pour entrer sur l’espace Schengen : le Pérou, la Colombie et la Bolivie.

2 Declarations du Président du Parti Populaire Angel Acebes, 8 février 2005, noticia 47 605, in : htpp ://www.pp.es, page visitée le 28 juillet 2007.

3 Selon la Banque Inter-Américaine de Développement (BID), les flux d’envois de fonds vers l’Amérique latine et les Caraïbes continueront de croître dans les années à venir et dépasseront les 100 000 millions de dollars US annuels en 2010 (montant supérieur à l’Investissement direct étranger et l’aide au développement reçus par la région) (BID, 2006).

4 « APDHB : Migrantes bolivianos contarán con una red de protección », comuniqué, 9 mai 2006, in : www.apdhb.org/comunicados/com09-05-2006.asp, page visitée le 30 juillet 2007.

5 Déclaration politique au 2e forum consultatif, Barcelone, 26 février 2007, in : http://www.polodemocratico.net, page visitée le 10 juillet 2007.

6 Entretien, 18 mai 2007, Las doce, in : http://www.pagina12.com.ar/imprimir/diario/suplementos/las12/13-3367-2007-05-21.html, page visitée le 29 juillet 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Yepez et Amandine Bach, « Entre ici et là-bas : quelle citoyenneté des migrant-e-s latino-américain-e-s en Europe ? », L'Ordinaire des Amériques, 208-209 | 2008, 45-61.

Référence électronique

Isabel Yepez et Amandine Bach, « Entre ici et là-bas : quelle citoyenneté des migrant-e-s latino-américain-e-s en Europe ? », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 208-209 | 2008, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://orda.revues.org/3263 ; DOI : 10.4000/orda.3263

Haut de page

Auteurs

Isabel Yepez

Université Catholique de Louvain

Amandine Bach

Université Catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org