Navigation – Plan du site
Migrations latino-américaines

La nation dans la diaspora : les multiples répercussions de l’émigration portoricaine aux États‑Unis

La nación en la diáspora: laas múltiples repercusiones de la emigración portorriqueña en Estados Unidos
Jorge Duany
p. 63-92

Résumés

Pour l’année 2006, le Bureau du Recensement des États-Unis a estimé que plus de la moitié de l’ensemble des personnes d’origine portoricaine habitaient en dehors de l’île. Nul pays de la Caraïbe ou de l’Amérique latine n’a une proportion aussi élevée de sa population résidant ailleurs. Partant du constat que les implications sociales, culturelles, économiques et politiques de ce fait n’ont pas encore été examinées de façon systématique à Porto Rico, cet essai évalue la circulation des personnes, argent et pratiques culturelles entre l’île et les États-Unis. L’auteur avance que les déplacements massifs de la population portoricaine pendant les dernières six décennies ont miné les prémisses idéologiques des discours traditionnels sur la nation, fondés sur l’équation entre territoire, citoyenneté, langage et identité. L’article essaie de démontrer que Porto Rico s’est transformé en une nation transnationale, c’est-à-dire une communauté organisée entre deux territoires, deux langues et deux cultures, au-delà des frontières géographiques et symboliques de la souveraineté politique.

Haut de page

Texte intégral

Je voudrais remercier mes collègues Ana Yolanda Ramos-Zayas et Elizabeth Aranda pour leurs excellentes suggestions sur cet article. Je voudrais aussi reconnaître la méticuleuse révision éditoriale du texte original en espagnol par Ana Victoria García. Pour ses commentaires sur la traduction en français, merci beaucoup à mon ancienne amie et collègue d’études Marian Z. Sugano. Cet article est une version révisée et actualisée d’un essai publié sous le titre « La nación en la diáspora : las múltiples repercusiones de la emigración puertorriqueña a los Estados Unidos », Revista de Ciencias Sociales (Nouvelle Époque), nº 17 (2007).

  • 2 J’ai pris l’épigraphe des commentaires de l’auteur sur son poème (Fernández, 2007). Toutes les trad (...)

« La fierté d’être Portoricain n’a rien à voir avec la géographie… Nous sommes aussi Portoricains que le Portoricain né dans l’île. Être Portoricain est un état de l’esprit, un état du cœur et un état de l’âme. Et en ce qui me concerne, c’est le seul état qui compte. »
María Teresa « Mariposa » Fernández, auteur du poème « Ode to the Diasporican »2

  • 3 Dans cet article, j’emploierai le terme « diaspora » dans son sens large de dispersion et d’établis (...)
  • 4 En raison de la Grande Famine (1845-1848), plus de 2,5 millions d’Irlandais émigrèrent de leur pays (...)

1Pour l’année 2006, le Bureau du Recensement des États-Unis a estimé qu’une proportion plus grande des Portoricains habitait sur le continent nord-américain (50,4 %) que sur l’île (49,6 %). Nul pays de la Caraïbe – et même de l’Amérique latine – n’a une proportion aussi élevée de sa population résidant à l’étranger. En comparaison avec les principaux territoires de la région, Porto Rico dépasse de loin les chiffres d’immigrants et de leurs descendants aux États-Unis, en termes absolus comme relatifs. L’une des causes primordiales de l’existence de cette diaspora3 massive est la liberté de mouvement entre l’île et les États-Unis, résultat de l’extension de la citoyenneté américaine (même si de « seconde zone ») aux Portoricains en 1917. Il est donc instructif de comparer les Portoricains avec d’autres « sujets coloniaux », comme les ressortissants d’autres îles caribéennes vers leurs anciennes ou présentes métropoles. Par exemple, les similitudes entre l’expérience des Portoricains aux États-Unis et les Antillais en France sont surprenantes, telle que leur incorporation subordonnée à la société d’accueil, surtout en conséquence du racisme colonial, même dans des conditions d’égalité juridique (voir Daniel, 2000 ; Giraud, 2002 ; Grosfoguel, 2003, 2004 ; Milia-Marie-Luce, 2002). Néanmoins, l’importance et la persistance de la diaspora portoricaine ont peu de parallèles contemporains et de précédents historiques, exception faite de l’Irlande pendant la seconde moitié du XIXe siècle4.

  • 5 En suivant les anthropologues Nina Glick Schiller et ses collègues (1992), je considère le transnat (...)

2Quelles sont les implications de longue durée de la relocalisation massive des Portoricains en dehors de leur territoire original ? Ce fait démographique n’a pas encore été examiné de façon systématique à Porto Rico. Peu de chercheurs en sciences sociales et humaines ont analysé en détail les différentes répercussions de la circulation de personnes, d’argent, de biens matériels et de pratiques culturelles entre l’île et les États-Unis. Jusqu’à maintenant, la plupart des ouvrages sur ce sujet ont été publiés en anglais et en dehors de l’île. Dans les débats récents sur la question nationale à Porto Rico, l’accent n’est pas suffisamment mis sur la diaspora (voir, parmi d’autres, Bernabe, 2003 ; Carrión, 1996 ; Coss, 1996 ; Daniel, 1999 ; Pabón, 2002). Dans cet article, je défends l’idée que les déplacements massifs de la population portoricaine pendant les dernières six décennies ont miné les prémisses idéologiques des discours traditionnels sur la nation, fondés sur l’adéquation entre territoire, lieu de naissance, résidence, citoyenneté, langage et identité. En m’appuyant sur des données statistiques et des recherches récentes, je démontrerai que Porto Rico s’est transformé en une nation transnationale5, c’est-à-dire une communauté scindée entre deux territoires, deux langues et deux cultures, au-delà des frontières géographiques et symboliques de la souveraineté politique. Cette expansion interroge la définition de la nation comme une communauté imaginée par ses membres comme un espace fixe, lié à un seul territoire ou à une seule langue, caractérisé par une « profonde solidarité mutuelle » et sans fissures internes (Anderson, 1991).

La dispersion géographique

3Un problème fondamental pour aborder la migration portoricaine est l’absence de registres fiables sur le nombre de personnes qui partent de l’île ou y arrivent. Cette situation est due au statut particulier de Porto Rico comme « territoire non-incorporé » des États-Unis après la Guerre Hispano-cubaine-américaine de 1898 : depuis 1904, les autorités américaines d’immigration ne considèrent plus les Portoricains comme « étrangers ». Les statistiques officielles sur le mouvement de personnes offrent, cependant, une estimation brute de la migration nette entre Porto Rico et les États-Unis depuis le début du XXe siècle. Ces chiffres, compilés par le Conseil de Planification de Porto Rico et la Banque de Développement du Gouvernement, montrent que l’émigration en masse commença dans les années 1940, se prolongea durant la décennie suivante, se réduisit considérablement pendant les années 1960 et 1970 et resurgit a partir des années 1980 (figure 1). Selon ces informations, la diaspora contemporaine a égalé et même excédé la « Grande Migration » entre 1945 et 1965. Presque 8 % des habitants de l’île se sont installés aux États-Unis pendant les années 1990. Dans la première décennie du XXIe siècle, plus de Portoricains ont émigré (autour de 331 000) que dans la décennie précédente. Environ deux millions de personnes se sont installées sur le continent nord-américain depuis la moitié du siècle dernier. Les dimensions de cet exode sont plus frappantes encore lorsqu’on considère que la population de Porto Rico atteindra à peine les quatre millions au début du XXIe siècle.

Figure 1. Migration nette de Porto Rico aux États-Unis, par décennie, 1900‑2006 (milliers de personnes)

Figure 1. Migration nette de Porto Rico aux États-Unis, par décennie, 1900‑2006 (milliers de personnes)

Sources : pour 1900‑1919, Vázquez Calzada (1979) ; pour 1920‑1949, U.S. Commission on Civil Rights (1976) ; pour 1950‑1989, Junta de Planificación de Puerto Rico (1972‑1989) ; pour 1990‑1999, Junta de Planificación de Puerto Rico (2001) ; pour 2000‑2006, Government Development Bank for Puerto Rico (2007)

  • 6 Pour plus de détails sur la question démographique, voir Acosta-Belén et Santiago, 2006 ; Meléndez, (...)

4Les données du recensement confirment la croissance spectaculaire de la diaspora après la Seconde Guerre mondiale (figure 2). Le nombre de Portoricains aux États-Unis était relativement faible jusqu’en 1950, avant de croître de façon très rapide. Après 1960, la population d’ascendance portoricaine aux États-Unis a augmenté à un rythme moins vertigineux, mais plus vite que sur l’île. Vers 2006, selon les estimations du recensement, le nombre de Portoricains aux États-Unis avait déjà dépassé le nombre d’habitants sur l’île6.

Figure 2. Population de Porto Rico et Portoricains aux États-Unis, 1899‑2006 (milliers de personnes)

Figure 2. Population de Porto Rico et Portoricains aux États-Unis, 1899‑2006 (milliers de personnes)

Sources : pour 1899, Departamento de la Guerra (1900) ; pour 1900, Gibson et Lennon (1999) ; pour 1910‑1950, U.S. Census Bureau (1953, 1973) ; pour 1960‑1980, U.S. Census Bureau (1963, 1982, 1983) ; pour 1990‑2000, U.S. Census Bureau (2001a, 2001b, 2001c) ; pour 2006, U.S. Census Bureau (2007)

  • 7 Pour plus de détails sur la redistribution géographique des Portoricains, voir Vargas-Ramos, 2006 ; (...)

5Jusqu’aux années 50 du siècle dernier, l’exode portoricain aux États-Unis était dirigé principalement vers New York et d’autres grandes villes du Nord-est et du Middle-west, notamment Chicago et Philadelphie. Depuis la décennie 1960, les ressortissants portoricains se sont nettement dispersés. En 2006, un peu plus d’un quart des Portoricains aux États-Unis habitaient dans l’état de New York, lorsque près des trois quarts y habitaient en 1960. Durant les années 1990, New York fut le seul Etat à connaître une diminution de la population d’origine portoricaine (environ 3,3 %). Durant le même temps, la Floride est devenu le second Etat en termes de concentration portoricaine, à la place du New Jersey. La population « Florirican » a augmenté drastiquement, passant d’environ 2 % des Portoricains aux États-Unis en 1960 à plus de 17 % en 2006. D’autres Etats du Nord-est présentent des concentrations de population portoricaine, comme le New Jersey, la Pennsylvanie, le Massachusetts et le Connecticut. En 2006, plus de 600 000 Portoricains habitaient dans des Etats qui ne constituaient pas les premières concentrations d’immigrants de l’île. En somme, ces données témoignent de la dispersion croissante des Portoricains durant les quatre dernières décennies, au-delà du noyau original à New York7. Pendant la seconde moitié de la décennie 1990, les comtés d’Orange et d’Osceola en Floride sont devenus les premières destinations des Portoricains, se substituant au Bronx et à d’autres comtés de New York, de Pennsylvanie et de l’Illinois. De plus, on trouve en Floride cinq des dix premières localités où les migrants récents se sont installés (parmi eux Hillsborough, Miami-Dade et Broward). Les données du recensement indiquent également la circulation continue de personnes – le « vaivén », ou va-et-vient – entre Porto Rico et les États-Unis, question que j’ai déjà analysée de façon approfondie ailleurs (Duany, 2002). De nombreux Portoricains ont déménagé du Bronx et d’autres destinations traditionnelles (comme les comtés de New York et Kings, dans la ville de New York, ou le comté Cook dans l’Illinois. Cependant, beaucoup plus de Portoricains sont allés habiter en Floride plutôt qu’ils ne sont retournés sur l’île.

  • 8 Les chercheurs ne sont pas encore d’accord sur la terminologie à adopter pour se référer aux Portor (...)
  • 9 Pour quelques études pertinentes, publiées aux États-Unis, voir Aranda, 2006 ; Lorenzo-Hernández, 1 (...)
  • 10 En outre, le Bureau du Recensement a estimé que 114 487 habitants de Porto Rico sont nés en dehors (...)

6Le dernier aspect démographique que l’on soulignera ici est la croissance de la population « Nuyorican », comme on appelle couramment à Porto Rico tous les migrants de retour et leurs descendants nés aux États-Unis8. Comme le montre la figure 3, l’immigration de personnes d’ascendance portoricaine sur l’île était insignifiante du point de vue statistique jusqu’en 1950. Depuis cette date, le nombre de résidents provenant des États-Unis – surtout les fils et petits-fils de Portoricains qui avaient émigré antérieurement – a augmenté substantiellement9. La présence de plus de 200 000 Portoricains nés en dehors de l’île – avec toutes ses conséquences politiques, culturelles, linguistiques et même pédagogiques – est passée pratiquement inaperçue à Porto Rico10.

Figure 3. Population née aux États-Unis et résidant à Porto Rico, 1950‑2006 (milliers de personnes)

Figure 3. Population née aux États-Unis et résidant à Porto Rico, 1950‑2006 (milliers de personnes)

Source : U.S. Census Bureau (1953, 1963, 1973, 1983, 2001b, 2007)

Les effets économiques de l’émigration

  • 11 Que l’on peut traduire par « mains à la pâte ».
  • 12 Que l’on peut traduire par « mains qui sont de trop ».

7La principale conséquence économique de la migration a été de freiner temporairement l’accroissement de la force de travail à Porto Rico après la Seconde Guerre mondiale. Pendant les années 1940 et 1950, le gouvernement local a utilisé l’émigration comme une « soupape de sûreté » pour atténuer les pressions démographiques et économiques dans l’île. L’amélioration des salaires, de l’emploi et des niveaux de vie était étroitement liée à l’un des piliers du gouvernement portoricain sous la tutelle des États-Unis, à savoir la citoyenneté américaine, et à l’un de ses résultats fondamentaux, le libre mouvement de personnes entre l’île et les États-Unis. Selon l’économiste Stanley Friedlander (1965, p. 93), l’émigration d’environ 325 000 travailleurs pendant les années 1950 aurait réduit le taux de chômage de 22,4 % à 13,2 % à Porto Rico en 1960. L’exportation de l’excédent de travailleurs a donc été essentielle pour la politique de développement économique connue comme « Manos a la Obra11 » (Operation Bootstrap, en anglais). Ironiquement, le sociologue Frank Bonilla (1994) a suggéré que le programme officiel appuyant l’industrialisation aurait pu s’appeler « Manos que Sobran12 », en vertu de la dislocation massive des contingents d’ouvriers agricoles. Comme l’avaient prédit les planificateurs du gouvernement pendant les années 1940, l’émigration est devenue une stratégie de survie pour des milliers de familles portoricaines pauvres.

8L’importance économique continue de la diaspora peut se mesurer partiellement à travers les transferts monétaires des migrants à leurs familles sur l’île. Signalons qu’une bonne partie de ces envois se réalisant en liquide, la magnitude des transferts est probablement plus grande que celle indiquée par les statistiques officielles. Quoi qu’il en soit, la balance des paiements de Porto Rico montre une constante expansion des envois privés pendant les dernières quatre décennies, surtout durant les années 1990. Même s’ils sont beaucoup moins volumineux que dans les pays voisins, notamment la République Dominicaine, les transferts d’argent vers Porto Rico ont été presque multipliés par neuf entre 1970 et 2006, passant de 57 millions de dollars américains à 490 millions (figure 4).

Figure 4. Transferts privés envoyés vers la République Dominicaine et Porto Rico, 1970‑2006 (millions de dollars américains)

Figure 4. Transferts privés envoyés vers la République Dominicaine et Porto Rico, 1970‑2006 (millions de dollars américains)

Sources : Inter-American Development Bank (2007) ; Junta de Planificación de Puerto Rico (1980‑1998, 2007) ; Migration News (2006)

  • 13 Pour des détails sur les transferts économiques, voir Duany, 2007 ; pour un traitement plus large d (...)

9À côté des transferts unilatéraux du gouvernement des États-Unis, les envois de fonds privés constituent une source économique considérable pour les familles pauvres de l’île. Cependant, l’impact de cet argent sur l’économie insulaire n’a pas été bien jaugé à ce jour. Par exemple, les transferts représentèrent environ la moitié des revenus nets générés par l’industrie touristique en 1997 (Junta de Planificación de Puerto Rico, 1998). Mais les calculs des transferts monétaires varient grandement selon la source. Le politologue Angelo Falcón (2004a) a estimé en se basant sur une enquête inédite des immigrants aux États-Unis que les Portoricains à l’extérieur envoient un milliard de dollars américains chaque année. Les estimations du Conseil de Planification sont plus modérées et les chiffres apparaissent plus restreints en comparaison avec les transferts fédéraux, estimés à environ 8,82 milliards de dollars en 2006 (Junta de Planificación de Puerto Rico, 2007). Les déboursements gouvernementaux, particulièrement pour l’assistance nutritionnelle, les subventions du logement et les bourses d’études, apparaissent jouer à Porto Rico le rôle de soutien social que jouent les transferts familiaux ailleurs. En outre, la plupart des Portoricains sont couverts par des programmes fédéraux comme Medicare (le plan national d’assurance-maladie pour les personnes âgées), l’assurance de chômage et d’incapacité et certains ont droit à des bénéfices acquis comme les pensions de l’Assurance Sociale et des Vétérans. Ces derniers bénéfices ont remplacé les premiers comme subvention gouvernementale principale pour la population de faibles ressources sur l’île (Duany et Pantojas-García, 2005). L’existence de fonds fédéraux massifs contribue à expliquer pourquoi la somme des transferts migratoires est basse à Porto Rico, en comparaison avec d’autres pays caribéens et latino-américains13.

10Deux aspects peu remarqués de l’effet économique de l’émigration sont la création d’entreprises à l’extérieur et la participation des migrants dans le tourisme. D’un coté, la prolifération récente d’entreprises montées par les Portoricains attire l’attention en Floride, surtout à Miami, Orlando, Ft. Lauderdale et Tampa (Duany, 2006). En même temps, cette expansion économique a attiré de nombreuses compagnies établies sur l’île, particulièrement dans les secteurs des finances, de l’assurance, des communications, de l’éducation, du commerce et d’autres services, comme la préparation et vente de nourritures. Beaucoup de ces activités économiques maintiennent des rapports importants avec des entreprises à Porto Rico, y compris du point de vue des sources de capital, marché et même main d’œuvre. D’un autre coté, on dispose de peu d’informations sur la contribution des Portoricains résidant aux États-Unis au marché touristique sur l’île. Mais cette population représente probablement une clientèle importante pour les entreprises de transport, de communication, de logement et de restauration à Porto Rico.

La politique diasporique

11La formule de l’État Libre Associé, inaugurée en 1952, n’a pas éliminé la subordination coloniale de Porto Rico vis-à-vis des États-Unis, même si elle a signifié plus d’autonomie pour le gouvernement local. Par exemple, l’immigration étrangère sur l’île est contrôlée aujourd’hui par le Département de Sécurité Intérieure (Homeland Security) des États-Unis, comme dans les autres Etats de l’Union fédérale. À la différence d’un Etat, les habitants de l’île n’ont aucun représentant élu avec le droit de vote au Congrès américain, ni peuvent participer aux élections présidentielles aux États-Unis. Dans ce sens, les Portoricains ressemblent aux migrants coloniaux dans leurs pays métropolitains (Grosfoguel, 2003). Comme des sujets coloniaux, les Portoricains sur l’île partagent la citoyenneté de la métropole, mais n’ont pas d’accès au pouvoir dans les sphères décisives du gouvernement fédéral. Cependant, lorsqu’ils habitent sur le continent nord-américain, les Portoricains acquièrent tous les droits et responsabilités légaux des citoyens américains. Par conséquent, la diaspora portoricaine, à travers ses représentants législatifs et d’autres fonctionnaires élus, pourrait influencer substantiellement les relations entre Porto Rico et les États‑Unis.

  • 14 En conséquence de son succès pendant les années 1940 et 50, la Division de Migration de Porto Rico (...)

12Malgré son manque de souveraineté, le gouvernement portoricain a agi comme un intermédiaire « transnational » pendant la plupart du XXe siècle (Meléndez, 1997). Ainsi, les autorités insulaires établirent plusieurs organismes aux États-Unis avec de noms différents : le Bureau d’Identification et Emploi (1930‑1948), le Bureau d’Information du Gouvernement de Porto Rico (1945‑1949), la Division de Migration du Département du Travail (1948‑1989) et le Département des Affaires de la Communauté Portoricaine aux États-Unis (1989‑1993) (Duany, 2002)14. Parmi d’autres initiatives, ces organismes ont supervisé un programme à grande échelle d’ouvriers agricoles engagés par contrat ; ils ont promu les opportunités d’emploi pour les Portoricains aux États-Unis ; ils ont fait pression pour défendre les droits des travailleurs migrants ; ils ont négocié des tarifs réduits pour les voyages par avion entre l’île et le continent nord-américain ; ils ont monté des campagnes d’inscription d’électeurs et, enfin, ils ont aidé dans l’organisation de la communauté portoricaine à New York, Chicago, Philadelphie et d’autres villes (Lapp, 1990 ; Stinson-Fernández, 1996). En somme, l’État Libre Associé a institutionnalisé toute une politique migratoire transnationale après la Seconde Guerre mondiale.

13En dépit (ou peut-être à cause) de leur condition coloniale, les ressortissants portoricains ont conservé divers types de liens politiques avec leur pays d’origine. Pendant des décennies, les partis politiques de l’île ont développé une présence officielle aux États-Unis. Le Parti Populaire Démocratique, qui contrôla le gouvernement insulaire entre 1940 et 1968, utilisa la Division de Migration comme une espèce de consulat informel dans plusieurs villes avec de grandes enclaves d’ascendance portoricaine (Duany, 2002 ; Lapp, 1990). Quand le Parti Nouveau Progressiste accéda au pouvoir en 1969 et à nouveau en 1977 et 1985, il essaya de restructurer l’organisme pour promouvoir l’intégration de Porto Rico à l’Union fédérale comme le cinquante et unième Etat. En 1993, le Bureau Portoricain des Affaires Fédérales remplaça le Département des Affaires de la Communauté Portoricaine aux États-Unis. Aujourd’hui, cet organisme a beaucoup réduit son budget et son influence sur la diaspora. À leur tour, quelques groupes portoricains de gauche ont été actifs aux États-Unis, tels que les Young Lords, le Parti Socialiste Portoricain et l’Armée Populaire Boricua, mieux connue comme « Los Macheteros », c’est-à-dire les « coupeurs de canne à sucre » (Torres et Velásquez, 1998).

  • 15 Pour des éléments complémentaires sur la politique portoricaine aux États-Unis, voir CENTRO, 2003.

14Les Portoricains aux États-Unis ont obtenu un degré relativement élevé de représentation politique, bien qu’ils soient encore sous-représentés proportionnellement au nombre d’électeurs (Cruz, 1998, 2000). En 1999, il y avait 95 fonctionnaires élus d’ascendance portoricaine au niveau municipal, d’Etat ou fédéral du gouvernement des États-Unis (National Puerto Rican Coalition, 1999). En 2004, le chiffre augmenta à 150 (Puerto Rico Herald, 2004). Actuellement, la Chambre de Représentants a trois membres portoricains (Luis Gutiérrez, José Serrano et Nydia Velázquez), ainsi que le Commissionné Résidant sur l’île (Luis Fortuño), qui n’a pas le droit au vote. À son tour, la ville de New York a 23 fonctionnaires élus d’origine portoricaine, parmi eux le Président du Comté du Bronx, quelques conseilleurs municipaux, sénateurs et membres de l’Assemblée de l’Etat (Falcón, 2004b)15.

15Beaucoup d’activités des délégués portoricains au Congrès des États-Unis suggèrent que leur électorat se localise autant dans la Caraïbe qu’en Amérique du Nord. La condition politique ambiguë de Porto Rico est toujours une préoccupation primordiale des hommes politiques « transnationaux » comme Gutiérrez, Serrano et Velázquez, à côté d’autres enjeux qui affectent les Latinos aux États-Unis, comme l’éducation bilingue ou la réforme migratoire. Récemment, plusieurs dirigeants communautaires de New York, Chicago et d’autres villes nord-américaines ont appuyé le mouvement populaire « Paix pour Vieques », une île-municipalité longtemps contrôlée par l’Armée américaine. Parmi d’autres, les trois délégués d’origine portoricaine au Congrès américain furent arrêtés pendant des manifestations pacifiques contre la présence militaire continue à Vieques. En raison de la pression publique sur l’île et à l’extérieur, la Marine a finalement abandonné ses exercices militaires dans cette île le 1er mai 2003. De diverses façons, la diaspora a eu une incidence sur la politique des États-Unis vers Porto Rico.

16L’enjeu le plus controversé est peut-être comment la diaspora pourrait contribuer à la solution du statut politique de Porto Rico, c’est-à-dire ses relations avec les États-Unis. Jusqu’à maintenant, toutes les élections et tous les référendums et plébiscites locaux ont été restreints aux habitants de l’île. Néanmoins, les Portoricains aux États-Unis ont réitéré leur volonté de participer dans la définition du destin politique de leur pays d’origine (Delgado, 2006 ; Falcón, 1993). L’information disponible suggère clairement que les préférences idéologiques des Portoricains à l’extérieur ressemblent à celles des résidents sur l’île. Par exemple, une enquête conduite par le journal El Nuevo Día (2004) a trouvé que 48 % des Portoricains de la Floride centrale favorisaient l’État Libre Associé, tandis que 42 % préféraient l’intégration complète de l’île aux États-Unis et seulement 5 % l’indépendance. Au moment de l’écriture de ce texte, quelques délégués au Congrès américain proposent d’organiser un nouveau plébiscite sur le statut de Porto Rico. Le projet 900 de la Chambre de Représentants, introduit par Serrano et Fortuño, étendrait le droit de vote à Porto Rico aux résidents des États-Unis nés dans l’île. La question est de savoir si la participation de la diaspora altérerait radicalement les résultats électoraux à Porto Rico.

Un nationalisme transnational

17Pourquoi les Portoricains installés à Chicago ont-ils la réputation d’être plus nationalistes que leurs compatriotes sur l’île et ailleurs aux États-Unis ? Pourquoi plusieurs militants communautaires se sont-ils alignés avec des mouvements de gauche comme les Macheteros et les Young Lords ? L’excellent livre de l’anthropologue Ana Yolanda Ramos-Zayas (2003) essaie de répondre à de telles questions. À travers une minutieuse recherche sur la communauté portoricaine à Chicago, Ramos-Zayas démontre que ses dirigeants font fréquemment appel au discours nationaliste pour faire avancer divers projets idéologiques et matériels, y compris les intérêts de classe, race et sexe des immigrants. Le nationalisme a agglutiné beaucoup d’activistes et résidents communs du quartier portoricain autour de Humboldt Park, où se concentrent les ressortissants de l’île depuis les années 1950. Actuellement, ce quartier contient le « Paseo Boricua » (Promenade Portoricaine), une œuvre de revitalisation urbaine longue d’un mile le long de la rue Division, marquée par deux énormes drapeaux portoricains en acier. On trouve là des boulangeries, épiceries, restaurants, cafés, magasins de disques, centres culturels, coopératives de logement, églises et une petite maison (« casita »), dédiée au dirigeant nationaliste Pedro Albizu Campos. Chaque année, on célèbre d’importants événements publics comme le jour des Trois Rois Mages, le Défilé du Peuple et la Fiesta Boricua (« Fête Portoricaine »). Sans aucun doute, Paseo Boricua est l’un des efforts communautaires de majeur succès des Portoricains aux États-Unis (voir CENTRO, 2001 ; Flores-González, 2001 ; Pérez, 2004 ; Rinaldi, 2002).

  • 16 Discuter ici de l’impact des relations entre les Portoricains et d’autres groupes ethniques, partic (...)

18Selon la thèse bien documentée de Ramos-Zayas, les immigrants portoricains et leurs descendants à Chicago ont réélaboré les principaux symboles nationalistes (tel que la figure mythique d’Albizu Campos) comme preuves d’authenticité culturelle16. Ces symboles se sont diffusés grâce à des institutions communautaires comme les écoles Roberto Clemente et Pedro Albizu Campos, les centres culturels Juan Antonio Corretjer et Segundo Ruiz Belvis, l’Institut des Arts et de la Culture Portoricains et l’Alliance des Arts Portoricains. À la différence de l’île, le nationalisme portoricain à Chicago combine une idéologie anticolonialiste avec des pratiques culturelles qui ne dépendent pas exclusivement de la langue espagnole ni des traditions hispaniques. Plutôt, ce nationalisme est une stratégie pour combattre la représentation publique d’une communauté criminalisée et marginalisée, à travers la réaffirmation de son identité hybride, y compris la musique rap et le « spanglish » (mélange d’espagnol et d’anglais).

19Malgré son renom comme bastion radical, la population « Chicagorican » est composée essentiellement de travailleurs migrants qui probablement ne sont pas solidaires avec l’indépendance de Porto Rico ni avec la gauche. Néanmoins, comparée avec d’autres communautés de la diaspora, celle de Chicago est mieux organisée pour résister au préjugé ethnique, la discrimination raciale et le déplacement résidentiel. Ramos-Zayas constate la mobilisation communautaire autour du discours nationaliste de ses dirigeants les plus connus. Il semble que ce discours a obtenu plus d’appui populaire à Chicago que dans d’autres concentrations portoricaines aux États-Unis. A Philadelphie, par exemple, les principales organisations portoricaines s’insérèrent presque entièrement dans le mouvement des droits civiques mené par les Afro-Américains depuis les années 1950 (Whalen, 2001). Dans presque toutes les communautés de la diaspora, la grande majorité des électeurs portoricains s’identifient avec le programme libéral du Parti Démocrate des États‑Unis.

Les liens familiaux transnationaux

20En raison d’une circulation massive durant plus d’un siècle, des milliers de Portoricains ont développé plusieurs foyers, aux États-Unis ainsi qu’à Porto Rico, une pratique qui leur permet de maintenir des rapports sociaux très forts avec l’île, même s’ils résident à l’extérieur pendant de longues périodes. Comme l’a remarqué la sociologue Marixsa Alicea (1990), les mouvements à l’intérieur de communautés et familles étendues, souvent très éloignées physiquement, sont courants chez les Portoricains. Beaucoup circulent entre leurs multiples domiciles localisés sur l’île ou aux États-Unis pour étendre leurs stratégies de survie et renforcer leurs réseaux de parenté. Ce phénomène exige de repenser la migration portoricaine comme l’extension spatiale de relations familiales à travers un transit incessant de personnes dans les deux directions.

  • 17 Pour d’excellentes analyses du rôle des femmes dans la diaspora portoricaine, voir Toro-Morn, 1999  (...)

21Dans un autre ouvrage, Alicea (1997) souligne le rôle des femmes, qui voyagent fréquemment entre Porto Rico et les États-Unis pour s’occuper des enfants et des personnes âgées, organiser les réunions familiales et accomplir d’autres obligations rituelles. Plus souvent que les hommes, les femmes portoricaines soutiennent les foyers transnationaux par leurs activités domestiques et émotionnelles. En même temps, des migrantes transgressent les conceptions patriarcales de la famille basées sur l’oppression féminine17. L’existence de denses réseaux transnationaux fait que la plupart des Portoricains vivent directement la migration, que ce soit personnellement ou à travers un proche parent. Il est donc de plus en plus difficile de tracer une ligne de démarcation entre l’île et sa diaspora, compte tenu qu’une proportion substantielle des Portoricains passe une partie de sa vie dans l’un ou l’autre pôle du circuit migratoire.

22Dans une étude ethnographique révélatrice de la circulation de Portoricains entre Chicago et San Sebastián, l’anthropologue Gina Pérez (2004) a documenté les liens sociaux, culturels et économiques persistants entre l’île et la diaspora. Selon la perspective transnationale, le flux constant de personnes, idées, relations et biens connecte plusieurs générations dans les deux endroits. En particulier, Pérez examine le retour des migrants et leur précaire réincorporation dans la vie quotidienne à Porto Rico. L’auteur fait remarquer comment les migrants de retour – toujours catalogués comme « Nuyoricans », même s’ils viennent de Chicago – sont souvent représentés comme étrangers par l’imaginaire national portoricain. Dans un ouvrage plus récent, la sociologue Elizabeth Aranda (2006) a analysé les liens affectifs durables entre les Portoricains résidant dans l’île et aux États-Unis, de même que l’impact de ces liens sur leurs identités nationales, ethniques, raciales et sexuelles. Aranda analyse comment la citoyenneté américaine promeut le mouvement constant de Portoricains en leur fournissant l’accès immédiat aux services publics, les opportunités éducatives et l’exposition à la culture américaine et la langue anglaise, même dans l’île.

La question de la langue

23Depuis plus d’un siècle de domination nord-américaine, l’espagnol reste toujours la principale forme de communication quotidienne à Porto Rico. Les efforts du gouvernement colonial pour imposer la langue anglaise pendant la première moitié du XXe siècle ont notamment échoué. Aujourd’hui, le bilinguisme est limité à une petite minorité de la population insulaire, composée surtout des classes moyennes et hautes et des migrants de retour et leurs descendants (Barreto, 2001). Aux États-Unis, de plus en plus des Portoricains – spécialement ceux qui sont nés et ont grandi en dehors de l’île – ont adopté l’anglais comme langue dominante (Zentella, 1997, 2000). Comme chez d’autres groupes d’immigrants, l’espagnol a cédé rapidement le pas à l’anglais comme langue vernaculaire parmi la seconde et la troisième génération. Néanmoins, beaucoup de Portoricains aux États-Unis préfèrent encore parler espagnol et d’autres combinent les deux langues.

  • 18 Pour une analyse très suggestive du « spanglish » comme phénomène linguistique, culturel et même po (...)

24Le mélange entre l’espagnol et l’anglais, connu péjorativement comme « spanglish », est très commun aux États-Unis18. Initialement dévaluée, la pratique a été revalorisée par un nombre croissant de recherches montrant comment, quand et pourquoi les Portoricains et d’autres Latinos oscillent entre l’espagnol et l’anglais dans leurs conversations (Urciuoli, 1996, 2003). Beaucoup d’écrivains reconnus emploient l’alternation de codes linguistiques (code switching) pour recréer l’atmosphère culturelle des quartiers hispaniques aux États-Unis. Faire rimer les mots en anglais et en espagnol, une caractéristique distinctive du rap et du reggaetón (la musique la plus populaire parmi la jeunesse portoricaine contemporaine), requiert une grande aptitude verbale (Rivera, 2003). Plutôt que refléter un déficit intellectuel ou linguistique, le « spanglish » peut se considérer comme une ressource culturelle de grande valeur, spécialement pour les immigrants de la seconde génération, qui doivent communiquer en espagnol ainsi bien qu’en anglais. Comme l’a signalé l’anthropologue linguistique Ana Celia Zentella (2002, p. 328), « c’est précisément l’habilité d’utiliser l’anglais et l’espagnol dans la même phrase et situation qui identifie les [personnes] bilingues les plus effectives ».

  • 19 Le recensement révèle que la population anglophone à Porto Rico a augmenté fortement dès le début d (...)

25La population portoricaine semble donc s’approcher d’une situation de bilinguisme – ou peut-être « diglossique », c’est-à-dire la coexistence de deux langues avec des statuts sociaux inégaux. Même si les données du recensement ne sont pas totalement fiables, elles signalent un nombre croissant de personnes sur l’île qui n’ont pas l’espagnol comme première langue. Si l’on ajoute que la plupart des habitants des États-Unis emploient l’anglais tous les jours, on comprend aisément les implications que ces questions entraînent pour repenser si être Portoricain est (seulement) une question de langue, comme l’a proposé traditionnellement le discours nationaliste sur l’île. Selon la critique littéraire Carmen Centeno (2007), l’exigence d’une langue commune doit se mesurer à la lumière de la diaspora portoricaine vers les États-Unis et la migration de retour vers Porto Rico19.

26Malgré plus de cent ans d’influence directe sur l’île, la langue anglaise est toujours considérée comme « difficile » par des milliers de Portoricains et conserve un statut de langue étrangère pour la majorité des résidents de l’île. Ce fait suggère que l’espagnol continuera d’être le principal moyen de communication sur l’île dans un avenir proche, avec ou sans approbation officielle, et que son articulation avec l’anglais doit être pensée, notamment pour les nouvelles générations de Portoricains élevés aux États‑Unis.

La littérature de la diaspora

  • 20 Acosta-Belén, 1992 ; Acosta-Belén et Santiago, 2006 ; Aparicio, 2006 ; Barradas, 1998 ; Centeno, 20 (...)

27Le développement vigoureux d’une littérature portoricaine aux États-Unis pose des questions centrales sur les canons littéraires en vigueur dans l’île, tels que la langue dans laquelle on écrit les textes, les thèmes récurrents et le contexte historique plus large. Les premiers ouvrages académiques sur la littérature « nuyorican » avaient tendance à rejeter ses connexions avec la littérature insulaire, pour des raisons essentiellement linguistiques et parfois politiques (voir, par exemple, Seda Bonilla, 1972). Ce refus a provoqué des controverses très aigres entre écrivains résidant dans l’île et aux États-Unis (voir Flores, 1993 ; Mohr, 1987). Néanmoins, depuis les années 1990, plusieurs chercheurs se sont intéressés à la production intellectuelle de la diaspora pour identifier ses convergences et divergences avec l’île20. Selon la critique littéraire Carmen Haydée Rivera (2005‑2006, p. 7), « la littérature de la diaspora portoricaine, en dernière instance, entraîne une compréhension de comment le processus de migration et les relations sociopolitiques et économiques entre Porto Rico et les États-Unis compliquent l’interprétation des notions hégémoniques de l’identité culturelle et nationale, dans la mesure où les écrivains confrontent leurs réalités bilingues, biculturelles et transnationales ». Récemment, on a développé une nouvelle appréciation des contributions culturelles de la diaspora portoricaine – même si cette appréciation n’est pas encore institutionnalisée à travers la révision des programmes académiques sur l’île. Actuellement, les écoles et universités du pays ne requièrent la lecture d’aucun texte d’un écrivain d’ascendance portoricaine résidant aux États-Unis et édité originalement en anglais.

28L’ouvrage pionnier du critique littéraire Efraín Barradas mérite d’être signalé ici. Dans sa compilation d’essais et comptes rendus publiés dès les années 1980, Barradas (1998) argumente que la production littéraire des Portoricains aux États-Unis fait partie intégrante de la culture portoricaine et que la distinction catégorique entre l’île et la diaspora n’est plus valide. Il remet en question la définition conventionnelle de la littérature portoricaine comme celle qui est écrite exclusivement en espagnol par des auteurs nés et résidant dans l’île. Plutôt, Barradas considère les écrivains « nuyoricans » comme Portoricains, au fur et à mesure qu’ils assument pleinement leur origine nationale, peu importe la langue d’expression, sans pour autant que cela signifie que la poésie ou le roman de la diaspora soient identiques à ceux qui sont publiés dans l’île.

  • 21 Un cas fascinant est celui du poète Víctor Hernández Cruz, qui habite maintenant entre Aguas Buenas (...)

29Un souci identique anime les efforts de Carmen Dolores Hernández (1997, 2006). Dans ses conversations avec des auteurs portoricains anglophones résidant aux États-Unis, la critique littéraire déclare que leur affiliation culturelle ne dépend pas en premier lieu de leur localisation géographique, ni de leurs préférences linguistiques, mais plutôt de leur résistance à l’assimilation avec la culture américaine dominante, particulièrement celle de la population blanche de classe moyenne et d’origine anglo-saxonne. Hernández combat la vision puriste de la langue espagnole et de la culture portoricaine, en reconnaissant comme légitime la littérature de la diaspora. Cette littérature, selon l’auteur, croise les frontières linguistiques et culturelles entre l’île et les États-Unis, de la même façon que circulent les personnes, les idées et les pratiques entre les deux territoires21. Comme le suggère Carmen Dolores Hernández (2006, p. 299), « il faudrait examiner si le mépris avec lequel on a considéré jusqu’à tout récemment la littérature portoricaine aux États-Unis n’a pas à voir avec les circonstances de classe et avec les thèmes qu’elle développe le plus fréquemment ».

  • 22 À cette liste il faudrait ajouter la poète Julia de Burgos, qui a voyagé à New York pour la premièr (...)

30Un troisième modèle pour aborder la littérature diasporique est avancé par Lisa Sánchez González (2001). En s’appropriant le terme boricua (dérivé du nom indigène de l’île) comme signe d’affirmation culturelle, la critique littéraire trace une longue généalogie d’écrivains peu reconnus sur l’île comme faisant partie de la diaspora, tels que Luisa Capetillo, Arturo Schomburg, William Carlos Williams et Pura Belpré22. Selon Sánchez González, ces figures constitutives contribuent à expliquer l’irruption de la littérature « nuyorican » pendant les années 1970. L’intention de l’auteur est de récupérer tout un corps littéraire marginalisé par les canons établis, aussi bien nord-américains que portoricains. Selon elle, on ne doit pas comprendre la littérature diasporique comme un simple appendice de la culture insulaire mais comme un riche héritage avec plus d’un siècle d’histoire.

La musique populaire

31La tendance à sous-estimer la diaspora est beaucoup moins évidente dans la musique populaire que dans la littérature. Pendant la première moitié du XXe siècle, plusieurs musiciens portoricains émigrèrent à New York, parmi d’autres les fameux compositeurs Rafael Hernández et Pedro Flores, les chanteurs Manuel « Canario » Jiménez et Mirtha Silva et le trompettiste et arrangeur musical César Concepción. Ces musiciens ont contribué à articuler et diffuser l’identité culturelle de leurs communautés diasporiques ainsi que de leur pays d’origine. C’est dans l’Harlem hispanique qu’Hernández a composé l’hymne non-officiel de Porto Rico, Lamento borincano, en 1929. C’était aussi à New York que « Canario » avait enregistré les premiers disques de plena – un genre populaire portoricain  pour RCA Victor dans les années 1920. Même si les danses afro-cubaines – depuis la rumba et la conga jusqu’au mambo et au chachacha – ont dominé l’industrie de la musique latine aux États-Unis jusqu’à la fin des années 1950, les Portoricains firent partie des orchestres et groupes latins les plus en vue (Glasser, 1995). Néanmoins, l’apport musical portoricain se maintint pratiquement invisible (ou mieux dit, inaudible) pour le grand public nord-américain jusqu’aux années 1960.

  • 23 Le Cuchifrito est un plat traditionnel portoricain fait de diverses parties frites du porc. Le plat (...)

32Pendant les années 1970, la salsa a émergé comme l’expression musicale la plus prégnante des Portoricains aux États-Unis et sur l’île. Selon quelques experts, la salsa se développa dans le circuit du cuchifrito23 – le réseau de cabarets latins qui prolifèrent dans la ville de New York dès le début du XXe siècle (Leymarie, 1994, 2002). Pour d’autres chercheurs, la salsa ne serait qu’une étiquette opportune pour commercialiser les rythmes afro-cubains après l’embargo des États-Unis contre la Cuba révolutionnaire. La question des origines cubaines, portoricaines ou caribéennes de la salsa est très difficile à résoudre et le débat reste stérile du point de vue de l’ethnomusicologie. Quoi qu’il en soit, les principaux producteurs et auditeurs de cette musique ont été traditionnellement les Portoricains de l’île et de la diaspora, suivis par d’autres Caribéens et Latino-Américains. Aujourd’hui, la salsa s’est transformée en « musique tropicale », une icône d’identité pan-latine étalée par les Amériques, l’Europe, l’Afrique et d’autres continents, constituant un phénomène pleinement globalisé.

33La critique littéraire Frances Aparicio (1998) a fait une contribution substantielle à l’analyse de la salsa en tant que pratique diasporique. A ses débuts, la salsa se popularisa dans les barrios portoricains de New York. Pendant les années 1960 et 70, la salsa était la danse préférée des immigrants urbains de la classe ouvrière, dont plusieurs étaient noirs ou métis. Aparicio souligne que ce genre hybride servait fréquemment comme liaison symbolique entre lieux d’origine dans la Caraïbe et lieux d’établissement aux États-Unis. Elle examine comment on « lit » les paroles des chansons depuis les différentes positions de classe, sexe et race, ainsi que selon les lieux de résidence. Le sociologue Ángel Quintero Rivera (1998) situe également l’origine de la salsa dans les enclaves latines de New York et d’autres grandes villes des États-Unis. Selon lui, la salsa est une musique d’évocation nomadique, formée autour des déplacements massifs des populations de la Caraïbe vers l’Amérique du Nord. Par conséquent, la salsa incorpore un répertoire très ample de formes, instruments, interprètes et compositeurs de diverses origines nationales, particulièrement Portoricains, Vénézuéliens, Colombiens, Panaméens, Cubains et Dominicains. En cela, l’extension transnationale de la salsa défie la conception traditionnelle d’une culture nationale enracinée dans un seul territoire. Dans un ouvrage plus récent, Quintero Rivera (2007) fait allusion à la salsa comme « notre art de la fugue ». Dans ses expressions commerciales les plus globalisées, la salsa n’a plus de frontières, pour citer le titre d’une chanson bien connue de la disparue « Orquesta de La Luz », composée exclusivement de musiciens japonais.

  • 24 Pour des études récentes sur la musique et la danse chez les Portoricains aux États-Unis, voir CENT (...)

34Au début des années 1970, plusieurs jeunes portoricains apportèrent leur contribution au développement de la culture du hip hop, y compris le rap, le graffiti et le breakdancing. Même si le rap a été commercialisé par la suite comme une « musique noir », les Portoricains maintiennent toujours une forte présence dans ce milieu musical (Flores, 2000). Le travail innovant de la sociologue Raquel Rivera (2003) explore l’interaction artistique entre Portoricains, Afro-Américains et autres Latinos aux États-Unis, particulièrement à New York. Son analyse démontre que les rappers portoricains ont élargi et croisé les frontières de l’identité portoricaine, latine et noire. Son étude des principaux compositeurs et chanteurs de rap insiste sur les complexes transactions culturelles entre Afro-Américains et Portoricains, surtout au sud du Bronx et dans l’Harlem hispanique. L’explosion contemporaine du reggaetón illustre l’incessant échange musical entre les Portoricains de l’île et de la diaspora avec les Afro-Américains et d’autres groupes afro-caribéens, tels que les Dominicains, Panaméens et Jamaïquains (voir Rivera, Pacini Hernández et Marshall, inédit)24.

Conclusion

35L’expérience diasporique suggère que les identités nationales peuvent survivre et même prospérer pendant de longues périodes à l’étranger. Dès la fin du XIXe siècle, plusieurs générations de migrants portoricains ont maintenu des liens étroits avec leur pays d’origine. Leurs organisations communautaires se sont appropriées sélectivement des discours et pratiques associés traditionnellement à la culture portoricaine. Beaucoup de ces groupes continuent à se présenter comme partie d’une nation dans la diaspora. Les « Nuyoricans » (et bien d’autres Portoricains aux États-Unis) ont étendu la conception hégémonique de la culture portoricaine au-delà de la langue espagnole et du territoire insulaire pour incorporer des personnes qui parlent anglais, habitent à l’extérieur et maintiennent des rapports familiaux et émotionnels avec l’île. Les communautés diasporiques demeurent liées à l’île en s’appuyant sur une constante circulation de personnes, d’argent, de biens matériels et symboliques et de traditions culturelles. L’émergence d’identités multiples, telles que les recouvrent les termes de Chicagorican, Philirican et Florirican, ainsi que de pratiques hybrides, comme la salsa et le reggaetón, reflète les échanges, intenses et ininterrompus, entre l’île et la diaspora. Très souvent, la diaspora portoricaine a nourri un « nationalisme à longue distance » (voir Anderson, 1992), en réclamant une identité enracinée dans l’île, mais de plus en plus disséminée sur le continent nord-américain. Aujourd’hui, la naissance à Porto Rico, la maîtrise de la langue espagnole et la résidence permanente sur l’île ne sont pas des critères exclusifs de la nationalité portoricaine. Comme l’affirme la poète Mariposa dans l’épigraphe de cet article, « la fierté d’être Portoricain n’a rien à voir avec la géographie ».

36En somme, la diaspora a élargi les frontières territoriales et linguistiques de la nation. Porto Rico est devenu une nation transnationale, un pays traversé par des nombreux sujets nomades qui sortent de l’île vers les États-Unis ou reviennent de l’extérieur, en même temps que l’île reçoit des citoyens d’autres territoires caribéens, surtout de la République Dominicaine. Dans ce contexte, il faudrait revoir la définition bien connue de la nation que donne l’anthropologue Benedict Anderson (1991, p. 6) comme « une communauté politique imaginée par ses membres comme intrinsèquement limitée et souveraine ». La diaspora portoricaine aux États-Unis montre de façon éloquente que les imaginaires nationaux ne sont pas toujours ancrés dans un espace circonscrit ni équivalents aux états indépendants. La connaissance d’une langue vernaculaire n’est pas essentielle non plus comme preuve d’authenticité. Il n’est même pas nécessaire que la citoyenneté au sens juridique soit identique à la nationalité au sens culturel. Plutôt, les nations peuvent se penser comme communautés translocales entrelacées par des rapports affectifs, familiaux et culturels, ainsi que par un sens tenace d’affiliation personnelle et d’appartenance collective qui déborde le pays d’origine. Cette redéfinition de la nation dans une sphère plus émotionnelle et intime a d’énormes conséquences sociales et politiques, qui méritent une analyse plus profonde. A ce stade, il est clair que le défi crucial posé par la croissante dispersion de la diaspora portoricaine consiste à imaginer une nation dont les frontières physiques et symboliques sont transgressées et redessinées constamment par la migration.

Haut de page

Bibliographie

Acosta-Belén, E., 1992. « Beyond Island Boundaries: Ethnicity, Gender, and Cultural Revitalization in Nuyorican Literature », Callaloo, vol. 15, nº 4, p. 979‑98.

Acosta-Belén, E. et Santiago, C., 2006. Puerto Ricans in the United States. A Contemporary Portrait, Boulder, Co., Lynne Rienner.

Alicea, M., 1990. « Dual Home Bases: A Reconceptualization of Puerto Rican Migration », Latino Studies Journal, vol. 1, nº 3, p. 78‑98.

Alicea, M., 1997. « ‘A Chambered Nautilus’: The Contradictory Nature of Puerto Rican Women’s Role in the Social Construction of a Transnational Community », Gender & Society, vol. 11, p. 597‑626.

Anderson, B., 1991. Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, 2e éd., Londres, Verso.

Anderson, B., 1992. Long-Distance Nationalism. World Capitalism and the Rise of Identity Politics, Amsterdam, Center for Asian Studies.

Aparicio, F., 1998. Listening to Salsa. Gender, Latin Popular Music, and Puerto Rican Cultures, Hanover, N.H., University Press of New England.

Aparicio, F., 2006. « Writing Migrations: Transnational Readings of Rosario Ferré and Víctor Hernández Cruz », Latino Studies, vol. 4, nº 1‑2, p. 79‑95.

Aranda, E. M., 2006. Emotional Bridges to Puerto Rico. Migration, Return Migration, and the Struggles of Incorporation, Lanham, Md., Rowman & Littlefield.

Barradas, E., 1998. Partes de un todo. Ensayos y notas sobre literatura puertorriqueña en Estados Unidos, Río Piedras, Editorial de la Universidad de Puerto Rico.

Barreto, A. A., 2001. The Politics of Language in Puerto Rico, Gainesville, University Press of Florida.

Bernabe, R., 2003. Manual para organizar velorios (notas sobre la muerte de la nación), San Juan, Huracán.

Bonilla, F., 1994. « Manos que Sobran: Work, Migration, and the Puerto Rican in the 1990s », dans The Commuter Nation. Perspectives on Puerto Rican Migration, C. A. Torre, H. Rodríguez Vecchini et W. Burgos (éds.), Río Piedras, Editorial de la Universidad de Puerto Rico, p. 115‑49.

Carrión, J. M., 1996. Voluntad de nación. Ensayos sobre el nacionalismo en Puerto Rico, San Juan, Nueva Aurora.

Centeno, C., 2007. Lengua, identidad nacional y posmodernidad, San Juan, Huracán.

Central Intelligence Agency. 2007. The World Factbook, <https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook>.

CENTRO, 2001. « Numéro spécial sur les Portoricains à Chicago », CENTRO: Journal of the Center for Puerto Rican Studies, vol. 13, nº 2.

CENTRO, 2003. « Numéro spécial sur la politique portoricaine aux États-Unis », CENTRO: Journal of the Center for Puerto Rican Studies, vol. 15, nº 1.

CENTRO, 2004. « Numéro spécial double sur la musique et la danse portoricaines », CENTRO : Journal of the Center for Puerto Rican Studies, vol. 16, nº 1‑2.

Clifford, J., 1994. « Diasporas », Cultural Anthropology, vol. 9, nº 3, p. 302‑38.

Cohen, J., 2005. Spanglish America. Les enjeux de la latinisation des États-Unis, Paris, Éditions du Félin.

Coss, L. F., 1996. La nación en la orilla (respuesta a los posmodernos pesimistas), San Juan, Punto de Encuentro.

Cruz, J. E., 1998. Identity and Power. Puerto Rican Politics and the Challenge of Ethnicity, Philadelphie, Temple University Press.

Cruz, J. E., 2000. « Nosotros, puertorriqueños : contribuciones a la política, los movimientos sociales y las fuerzas armadas », dans « Adiós, Borinquen querida ». La diáspora puertorriqueña, su historia y sus aportaciones, E. Acosta-Belén et al. (éds.), Albany, N.Y., CELAC, p. 39‑50.

Daniel, J., 1999. « Identidad cultural e identidad política en Martinica y en Puerto Rico : mitos y realidades », Revista de Ciencias Sociales (Nouvelle Époque), nº 7, p. 33‑65.

Daniel, J., 2000. « Migration and the Reconstruction of Identity: The Puerto Rican Example », dans Politics and Identity. Migrants and Minorities in Multicultural States, R. Hudson et F. Réno (éds.), Londres, Macmillan Press/St. Martin’s Press, p. 3‑23.

De Genova, N. et Ramos-Zayas, A. Y., 2003. Latino Crossings. Mexicans, Puerto Ricans, and the Politics of Race and Citizenship, New York, Routledge.

Delgado, J. A., 2006. « Endoso a incluir en la consulta ‘nuevo’ ELA », El Nuevo Día, 8 avril, p. 30.

Departamento de la Guerra [États-Unis], Dirección del Censo. 1900. Informe sobre el censo de Puerto Rico, 1899, Washington, D.C., Imprenta del Gobierno.

Díaz Quiñones, A., 1993. La memoria rota, Río Piedras, Huracán.

Duany, J., 2002. The Puerto Rican Nation on the Move. Identities on the Island and in the United States, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Duany, J., 2003. « La migración caribeña hacia Puerto Rico: su impacto demográfico, socioeconómico y cultural », Revista del Instituto de Cultura Puertorriqueña (Deuxième Époque), vol. 7, nº 4, p. 3‑13.

Duany, J., 2006. « Más allá de El Barrio: la diáspora boricua hacia la Florida », Nueva Sociedad, vol. 201, p. 73‑89.

Duany, J., 2007. A Transnational Migration Crossroads. The Circulation of People and Money in Puerto Rico, San Juan, Centro para la Nueva Economía.

Duany, J. et Pantojas-García, E., 2005. « Fifty Years of Commonwealth: The Contradictions of Free Associated Statehood in Puerto Rico », dans Extended Statehood in the Caribbean. Paradoxes of Quasi Colonialism, Local Autonomy, and Extended Statehood in the USA, French, Dutch, and British Caribbean, L. de Jong et D. Kruijt (éds.), Amsterdam, Rozenberg Publishers, p. 21‑58.

Falcón, A., 1993. « A Divided Nation: The Puerto Rican Diaspora in the United States and the Proposed Referendum », dans Colonial Dilemma. Critical Perspectives on Contemporary Puerto Rico, E. Meléndez et E. Meléndez (éds.), Boston, South End, p. 173‑80.

Falcón, A., 2004a. Atlas of Stateside Puerto Ricans, Washington, D.C., Puerto Rico Federal Affairs Administration.

Falcón, A., 2004b. « Detrás Pa’ Lante: Explorations on the Future History of Puerto Ricans in New York City », dans Boricuas in Gotham. Puerto Ricans in the Making of Modern New York City, G. Haslip-Viera, A. Falcón et F. Matos-Rodríguez (éds.), Princeton, N.J., Marcus Wiener, p. 147‑92.

Fernández, M. T. (« Mariposa »), 2007. « Mariposa Reads Diasporican in El Barrio », <http://vids.myspace.com/index.cfm?fuseaction=vids.individual&videoid=2021276418>.

Flores, J., 1993. Divided Borders. Essays on Puerto Rican Identity, Houston, Arte Público Press.

Flores, J., 2000. From Bomba to Hip Hop. Puerto Rican Culture and Latino Identity, New York, Columbia University Press.

Flores, J., inédit. The Diaspora Strikes Back. Cultural Challenges of Circular Migration and Transnational Communities, Londres, Routledge.

Flores-González, N., 2001. « Paseo Boricua: Claiming a Puerto Rican Space in Chicago », CENTRO: Journal of the Center for Puerto Rican Studies, vol. 13, nº 2, p. 6‑23.

Friedlander, S. L., 1965. Labor Migration and Economic Growth. A Case Study of Puerto Rico, Cambridge, Mass., MIT Press.

Gibson, C. J. et Lennon, E., 1999. Historical Census Statistics on the Foreign-born Population of the United States: 1850‑1990, <http://www.census.gov/population/www/documentation/twps0029/twps0029.html>.

Giraud, M., 2002. « Racisme colonial, réaction identitaire et égalité citoyenne : les leçons des expériences migratoires antillaises et guyannaises », Hommes et Migrations, nº 237 (mai-juin), p. 40‑53.

Glasser, R., 1995. My Music is My Flag. Puerto Rican Musicians and their New York Communities, 1917‑1940, Berkeley, University of California Press.

Glick Schiller, N., Basch, L. et Blanc-Szanton, C., 1992. « Transnationalism: A New Analytic Framework for Understanding Migration », dans Towards a Transnational Perspective on Migration. Race, Class, Ethnicity, and Nationalism Reconsidered, N. Glick Schiller, L. Basch et C. Blanc-Szanton (éds.), New York, New York Academy of Sciences, p. 1‑24.

Government Development Bank for Puerto Rico, 2007. The Pulse of Tourism, <http://www.gdb-pur.com/economy/pulse/pulse.htm>.

Grosfoguel, R., 2003. Colonial Subjects. Puerto Ricans in a Global Perspective, Berkeley, University of California Press.

Grosfoguel, R. (éd.), 2004. « Caribbean Migration to Metropolitan Centers: Identity, Citizenship, and Models of Integration », numéro spécial de Caribbean Studies, vol. 32, nº 1.

Hernández, C. D., 1997. Puerto Rican Voices in English. Interviews with Writers, Westport, Conn., Praeger.

Hernández, C. D., 2006. « Ausencia no quiere decir olvido », dans Literatura puertorriqueña. Visiones alternas, C. D. Hernández (éd.), San Juan, Centro de Estudios Avanzados de Puerto Rico y el Caribe, p. 291‑318.

Inter-American Development Bank. 2007. Remittances to Latin America and the Caribbean 2006 US$ Millions, <http://www.iadb.org/mif/remesas_map.cfm?language=English&parid=5>.

Junta de Planificación de Puerto Rico. 1972‑1989. Estadísticas socioeconómicas, San Juan, Junta de Planificación de Puerto Rico.

Junta de Planificación de Puerto Rico. 1980‑1998. Informe económico al Gobernador, San Juan, Junta de Planificación de Puerto Rico.

Junta de Planificación de Puerto Rico. 2001. « Movimiento de pasajeros entre Puerto Rico y el exterior. Años fiscales », document inédit, San Juan, Junta de Planificación, Programa de Planificación Económica y Social, Subprograma de Análisis Económico.

Junta de Planificación de Puerto Rico. 2007. Balanza de pagos, <http://www.jp.gobierno.pr>.

Lapp, M., 1990. Managing Migration. The Migration Division of Puerto Rico and Puerto Ricans in New York City, 1948‑1968, thèse de doctorat, Université Johns Hopkins.

Leymarie, I., 1994. « Salsa and Migration », dans The Commuter Nation. Perspectives on Puerto Rican Migration, C. A. Torre, H. Rodríguez Vecchini et W. Burgos (éds.), Río Piedras, Editorial de la Universidad de Puerto Rico, p. 343‑64.

Leymarie, I., 2002. Cuban Fire. The Story of Salsa and Latin Jazz, New York, Continuum.

Lorenzo-Hernández, J., 1999. « The Nuyorican’s Dilemma: Categorization of Returning Migrants in Puerto Rico », International Migration Review, vol. 33, nº 4, p. 988‑1013.

Martínez-San Miguel, Y., 2003. Caribe Two Ways. Cultura de la migración en el Caribe insular hispánico, San Juan, Callejón.

Meléndez, Edgardo, 1997. « La política transnacional puertorriqueña : asuntos pendientes y problemas de investigación », communication presentée dans le séminaire sur La diaspora caribéenne : courantes actuelles et tendances futures, Université de Puerto Rico, Río Piedras, 2 mai.

Meléndez, Edwin, 2007. « Changes in the Characteristics of Puerto Rican Migrants to the United States », dans Latinos in a Changing Society, M. Montero-Sieburth et E. Meléndez (éds.), Westport, Conn., Praeger, p. 112‑32.

Migration News, 2006. Data. Remittances. Dominican Republic, <http://migration.ucdavis.edu/mn/data/remittances/remittances.htm>.

Milia-Marie-Luce, M., 2002. De l’Outre-mer au continent. Étude comparée de l’émigration puertoricaine et antillo-guyanaise de l’après Guerre aux années 1960, thèse de doctorat, Institut d’Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

Milia-Marie-Luce, M., 2007. « La grande migration des Antillais en France ou les années BUMIDOM », dans Dynamiques migratoires de la Caraïbe, GÉODE Caraïbe (éd.), Paris, Karthala, pp. 93‑103.

Miller, K. et Wagner, P., 1994. Out of Ireland. The Story of Irish Emigration to America, Londres, Aurum.

Mohr, N., 1987. « Puerto Rican Writers in the United States, Puerto Rican Writers in Puerto Rico: A Separation Beyond Language », Américas, vol. 15, nº 2, p. 87‑92.

Morales, A., 2005. « Convivencia de español e inglés en Puerto Rico : mitos y realidad », dans Contactos y contextos lingüísticos. El español en los Estados Unidos y en contacto con otras lenguas, L. A. Ortiz López et M. Lacorte (éds.), Madrid, Iberoamericana, p. 85‑104.

National Puerto Rican Coalition, 1999. Directory of Puerto Rican Elected Officials – 1999, Washington, D.C., National Puerto Rican Coalition.

El Nuevo Día, 2004. « Sobre el estatus de Puerto Rico », 18 octobre, p. 80.

Pabón, C., 2002. Nación postmortem. Ensayos sobre los tiempos de insoportable ambigüedad, San Juan, Callejón.

Pérez, G. M., 2004. The Near Northwest Side Story. Migration, Displacement, and Puerto Rican Families, Berkeley, University of California Press.

Prosper-Sánchez, G. D., 2007. « Transing the Standard: The Case of Puerto Rican Spanish », dans None of the Above. Puerto Ricans in the Global Era, F. Negrón-Muntaner (éd.), New York, Palgrave Macmillan, p. 183‑94.

Puerto Rico Herald, 2004. « Inscripción de boricuas aumenta funcionarios electos », 6 janvier, <http://www.puertorico-herald.org/issues/2004/ vol8n50/LiveEd/Media3es.html>.

Quintero Rivera, Á. G., 1998. Salsa, sabor y control. Sociología de la música tropical, Mexique, D.F., Siglo XXI.

Quintero Rivera, Á. G., 2007. « Enormes sonidos… ¿de pequeños países? Migración y globalización en la música salsa », dans Ir y venir. Procesos transnacionales entre América Latina y el norte, S. Báez Hernández, A. Bencomo et M. Zimmerman (éds.), Santiago, Chili, Bravo y Allende, p. 235‑57.

Ramos-Zayas, A. Y., 2003. National Performances. The Politics of Class, Race, and Space in Puerto Rican Chicago, Chicago, University of Chicago Press.

Reyes, X. A., 2000. « Return Migrant Students: Yankee Go Home? », dans Puerto Rican Students in U.S. Schools, Sonia Nieto (éd.), Mahwah, N.J., Lawrence Erlbaum Associates, p. 39‑68.

Rinaldi, R., 2002. « Space of Resistance: The Puerto Rican Cultural Center and Humboldt Park », Cultural Critique, vol. 50, p. 135‑74.

Rivera, C. H., 2005‑2006. « Literature of the Puerto Rican Diaspora: An Overview », Sargasso, vol. 2, p. 1‑10.

Rivera, R. Z., 2003. New York Ricans from the Hip Hop Zone, New York, Palgrave Macmillan.

Rivera, R. Z., Pacini Hernández, D. et Marshall, W. (éds.), inédit. Reading Reggaetón. Historical, Aesthetic, and Critical Perspectives, Durham, N.C., Duke University Press.

Rivera-Batiz, F. et Santiago, C. E., 1994. Puerto Ricans in the United States. A Changing Reality, Washington, D.C., National Puerto Rican Coalition.

Rivera-Batiz, F. et Santiago, C. E., 1996. Island Paradox. Puerto Rico in the 1990s, New York, Russell Sage Foundation.

Sánchez-González, L., 2001. Boricua Literature. A Literary History of the Puerto Rican Diaspora, New York, New York University Press.

Seda Bonilla, E., 1972. « El problema de identidad de los niuyorricans », Revista de Ciencias Sociales, vol. 16, nº 4, p. 453‑62.

Stinson-Fernández, J., 1996. « Hacia una antropología de la emigración planificada: el Negociado de Empleo y Migración y el caso de Filadelfia », Revista de Ciencias Sociales (Nouvelle Époque), vol. 1, p. 112‑54.

Tololian, K., 1991. « The Nation State and Its Others: In Lieu of a Preface », Diaspora, vol. 1, nº 1, p. 3‑7.

Toro-Morn, M., 1999. « Género, trabajo y migración: las empleadas domésticas puertorriqueñas en Chicago », Revista de Ciencias Sociales (Nouvelle Époque), nº 7, p. 102‑25.

Toro-Morn, M., et Alicea, M., 2003. « Gendered Geographies of Home: Mapping Second- and Third-Generation Puerto Ricans’ Sense of Home », dans Gender and U.S. Immigration. Contemporary Trends, P. Hondagneu-Sotelo (éd.), Berkeley, University of California Press, p. 194‑214.

Torres, A. et Velásquez, J. (éds.), 1998. The Puerto Rican Movement. Voices from the Diaspora, Philadelphie, Temple University Press.

Torres González, R., 2002. Idioma, bilingüismo y nacionalidad. La presencia del inglés en Puerto Rico, San Juan, Editorial de la Universidad de Puerto Rico.

Torres-Padilla, J. et Rivera, C. H. (éds.), inédit. Writing Of(f) the Hyphen. Critical Perspectives on the Literature of the Puerto Rican Diaspora, Seattle, University of Washington Press.

Urciuoli, B., 1996. Exposing Prejudice. Puerto Rican Experiences of Language, Race, and Class, Boulder, Co., Westview.

Urciuoli, B., 2003. « Boundaries, Language, and the Self: Issues Faced by Puerto Ricans and Other Latina/o College Students », Journal of Latin American Anthropology, vol. 8, nº 2, pp. 152‑72.

U.S. Commission on Civil Rights, 1976. Puerto Ricans in the Continental United States. An Uncertain Future, Washington, D.C., U.S. Commission on Civil Rights.

Vargas-Ramos, C., 2000. The Effects of Return Migration on Political Participation in Puerto Rico, thèse de doctorat, Université de Columbia.

Vargas-Ramos, C., 2006. Settlement Patterns and Residential Segregation of Puerto Ricans in the United States, Policy Report, vol. 1, nº 2, New York, Centro de Estudios Puertorriqueños, Hunter College.

Vázquez Calzada, J. L., 1979. « Demographic Aspects of Migration », dans Labor Migration Under Capitalism. The Puerto Rican Experience, History Task Force, Centro de Estudios Puertorriqueños (éd.), New York, Monthly Review Press, p. 223‑38.

Whalen, C. T., 2001. From Puerto Rico to Philadelphia. Puerto Rican Workers and Postwar Economies, Philadelphie, Temple University Press.

Whalen, C. T. et Vázquez-Hernández, V. (éds.), 2005. The Puerto Rican Diaspora. Historical Perspectives, Philadelphie, Temple University Press.

Zentella, A. C., 1997. Growing Up Bilingual. Puerto Rican Children in New York, Malden, Mass., Blackwell.

Zentella, A. C., 2000. « Puerto Ricans in the United States: Confronting the Linguistic Repercussions of Colonialism », dans New Immigrants in the United States. Readings for Second Language Educators, S. L. McKay et S. C. Wong (éds.), Cambridge: Cambridge University Press, p. 137‑64.

Zentella, A. C., 2002. « Latin@ Languages and Identities », dans Latinos. Remaking America, M. Suárez-Orozco et M. M. Páez (éds.), Berkeley, University of California Press, p. 321‑38.

Haut de page

Notes

2 J’ai pris l’épigraphe des commentaires de l’auteur sur son poème (Fernández, 2007). Toutes les traductions de l’anglais sont les miennes.

3 Dans cet article, j’emploierai le terme « diaspora » dans son sens large de dispersion et d’établissement d’une population en dehors de son lieu d’origine. Pour des discussions du concept, voir Clifford (1994) et Tololian (1991).

4 En raison de la Grande Famine (1845-1848), plus de 2,5 millions d’Irlandais émigrèrent de leur pays, en majorité vers les États-Unis. Ce chiffre représentait autour de 38 % de la population de l’Irlande à l’époque (Miller et Wagner, 1994, p. 29).

5 En suivant les anthropologues Nina Glick Schiller et ses collègues (1992), je considère le transnationalisme comme le processus à travers lequel les migrants établissent et maintiennent des réseaux socioculturels au-delà des frontières géopolitiques. Dans ce cas, les frontières ne coïncident pas avec les limites juridiques de l’État-nation, puisque les Portoricains circulent entre la colonie et sa métropole.

6 Pour plus de détails sur la question démographique, voir Acosta-Belén et Santiago, 2006 ; Meléndez, 2007 ; Rivera-Batiz et Santiago, 1994, 1996.

7 Pour plus de détails sur la redistribution géographique des Portoricains, voir Vargas-Ramos, 2006 ; pour d’excellentes études de diverses communautés portoricaines, voir Whalen et Vázquez-Hernández, 2005 ; pour le cas de la Floride, voir Duany, 2006.

8 Les chercheurs ne sont pas encore d’accord sur la terminologie à adopter pour se référer aux Portoricains à New York et aux États-Unis. Parmi les néologismes suggérés on trouve souvent neorriqueño, neoyorican, Neo-Rican, niuyorrican, Ame-Rícan (proposé par le poète Tato Laviera) et Diasporican (proposé par la poète María Teresa « Mariposa » Fernández). Ce dernier terme souligne la croissante dispersion de la diaspora portoricaine.

9 Pour quelques études pertinentes, publiées aux États-Unis, voir Aranda, 2006 ; Lorenzo-Hernández, 1999 ; Pérez, 2004 ; Reyes, 2000 ; Vargas-Ramos, 2000.

10 En outre, le Bureau du Recensement a estimé que 114 487 habitants de Porto Rico sont nés en dehors de l’île et des États-Unis en 2006 (U.S. Census Bureau, 2007). Pour informations additionnelles sur les immigrants dominicains et cubains à Porto Rico, voir Duany (2003).

11 Que l’on peut traduire par « mains à la pâte ».

12 Que l’on peut traduire par « mains qui sont de trop ».

13 Pour des détails sur les transferts économiques, voir Duany, 2007 ; pour un traitement plus large des transferts socioculturels – idées, valeurs, styles, pratiques et identités qui circulent entre les États-Unis et Porto Rico –, voir Flores, inédit.

14 En conséquence de son succès pendant les années 1940 et 50, la Division de Migration de Porto Rico a servi comme modèle d’organisation du BUMIDOM – le Bureau pour le développement des Migrations Intéressant les Départements d’Outre-Mer – en France (voir Milia-Marie-Luce, 2002, 2007).

15 Pour des éléments complémentaires sur la politique portoricaine aux États-Unis, voir CENTRO, 2003.

16 Discuter ici de l’impact des relations entre les Portoricains et d’autres groupes ethniques, particulièrement les Mexicains, sur l’imaginaire nationaliste portoricain à Chicago nous emmènerait trop loin de l’objectif poursuivi dans cet article. Pour une discussion perspicace de cette question, voir De Genova et Ramos-Zayas (2003).

17 Pour d’excellentes analyses du rôle des femmes dans la diaspora portoricaine, voir Toro-Morn, 1999 ; Toro-Morn et Alicea, 2003.

18 Pour une analyse très suggestive du « spanglish » comme phénomène linguistique, culturel et même politique, voir Cohen (2005).

19 Le recensement révèle que la population anglophone à Porto Rico a augmenté fortement dès le début du XXe siècle. En 1910, seulement 3,6 % des Portoricains parlaient anglais ; en 1950, la proportion a crû à 26,1 % ; en 2000, 61,4 % des recensés ont déclaré qu’ils parlaient anglais (voir Morales, 2005 ; Torres González, 2002). Bien que ce dernier chiffre apparaisse exagéré, il confirme que la plupart des Portoricains sont entrés en contact avec la langue anglaise, spécialement à travers les médias. Cependant, selon les estimations du recensement, en 2006, à peine 171 575 personnes – 4,7 % de la population insulaire – parlaient seulement anglais au sein de leur foyer, tandis que 95,2 % parlaient espagnol (U.S. Census Bureau, 2007).

20 Acosta-Belén, 1992 ; Acosta-Belén et Santiago, 2006 ; Aparicio, 2006 ; Barradas, 1998 ; Centeno, 2007 ; Díaz Quiñones, 1993 ; Flores, 2000 et inédit ; Hernández, 1997 ; Martínez-San Miguel, 2003 ; Sánchez González, 2001 ; Torres-Padilla et Rivera, inédit.

21 Un cas fascinant est celui du poète Víctor Hernández Cruz, qui habite maintenant entre Aguas Buenas, New York et le Maroc (Aparicio, 2006).

22 À cette liste il faudrait ajouter la poète Julia de Burgos, qui a voyagé à New York pour la première fois en 1940 et y mourut en 1953.

23 Le Cuchifrito est un plat traditionnel portoricain fait de diverses parties frites du porc. Le plat est encore très populaire parmi les communautés portoricaines aux États-Unis et à Porto Rico.

24 Pour des études récentes sur la musique et la danse chez les Portoricains aux États-Unis, voir CENTRO, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Migration nette de Porto Rico aux États-Unis, par décennie, 1900‑2006 (milliers de personnes)
Crédits Sources : pour 1900‑1919, Vázquez Calzada (1979) ; pour 1920‑1949, U.S. Commission on Civil Rights (1976) ; pour 1950‑1989, Junta de Planificación de Puerto Rico (1972‑1989) ; pour 1990‑1999, Junta de Planificación de Puerto Rico (2001) ; pour 2000‑2006, Government Development Bank for Puerto Rico (2007)
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/3271/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 2. Population de Porto Rico et Portoricains aux États-Unis, 1899‑2006 (milliers de personnes)
Crédits Sources : pour 1899, Departamento de la Guerra (1900) ; pour 1900, Gibson et Lennon (1999) ; pour 1910‑1950, U.S. Census Bureau (1953, 1973) ; pour 1960‑1980, U.S. Census Bureau (1963, 1982, 1983) ; pour 1990‑2000, U.S. Census Bureau (2001a, 2001b, 2001c) ; pour 2006, U.S. Census Bureau (2007)
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/3271/img-2.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 3. Population née aux États-Unis et résidant à Porto Rico, 1950‑2006 (milliers de personnes)
Crédits Source : U.S. Census Bureau (1953, 1963, 1973, 1983, 2001b, 2007)
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/3271/img-3.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 4. Transferts privés envoyés vers la République Dominicaine et Porto Rico, 1970‑2006 (millions de dollars américains)
Crédits Sources : Inter-American Development Bank (2007) ; Junta de Planificación de Puerto Rico (1980‑1998, 2007) ; Migration News (2006)
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/3271/img-4.png
Fichier image/png, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jorge Duany, « La nation dans la diaspora : les multiples répercussions de l’émigration portoricaine aux États‑Unis », L'Ordinaire des Amériques, 208-209 | 2008, 63-92.

Référence électronique

Jorge Duany, « La nation dans la diaspora : les multiples répercussions de l’émigration portoricaine aux États‑Unis », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 208-209 | 2008, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://orda.revues.org/3271 ; DOI : 10.4000/orda.3271

Haut de page

Auteur

Jorge Duany

Université de Porto Rico, Río Piedras

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org