Navigation – Plan du site
Migrations latino-américaines

Migrations, genre et recompositions sociales : le départ des hommes aux Etats-Unis vu par des femmes indiennes à Mexico

Migraciones, género y recomposiciones sociales: el viaje de los hombres hacia Estados Unidos visto por las mujeres indígenas en México
Anna Perraudin
p. 183-206

Résumés

L’impact des migrations sur la socialisation et la construction identitaire des épouses des migrants restées au Mexique a surtout été analysé dans le contexte rural. Or, les villes mexicaines deviennent des pôles de départ pour les Etats-Unis, après avoir longtemps été les pôles de réception des migrations internes, en particulier pour les populations indiennes. Il convient donc de s’interroger sur les conséquences du projet migratoire d’hommes indiens sur le processus d’insertion urbaine que vivent leurs compagnes, arrivées dans la ville de Mexico il y a une vingtaine d’années. L’absence des époux est-elle compensée par un recours aux réseaux sociaux issus de la communauté d’origine ? Le départ des hommes ouvre-t-il aux femmes l’accès à de nouveaux espaces de socialisation ? A partir d’entretiens approfondis conduits avec ces femmes, l’article s’interroge sur la façon dont les migrations successives et le contexte urbain entraînent une recomposition des rôles de genre et une renégociation des relations familiales et communautaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Abren Casa de la Ciudad de México en Los Angeles, California », La Jornada, 12/12/2007.
  • 2 « Emprende el GDF acciones en apoyo a capitalinos migrantes », La Jornada, 3/09/2007. Ces chiffres, (...)
  • 3 Programa General de Desarrollo 2007‑2012, consultable sur le site du Gouvernement de la ville de Me (...)

1En décembre 2007, le nouveau maire de Mexico, Marcelo Ebrard, a inauguré à Los Angeles la première Maison de la Ville de Mexico (Casa de la Ciudad de México), destinée à fournir un appui administratif aux migrants issus de la capitale mexicaine1. Cette initiative précède l’ouverture d’établissements semblables dans d’autres villes des Etats-Unis, et fait suite à la création à Mexico, en février 2007, d’un Secrétariat pour le Développement Rural et l’Equité pour les Communautés (Secretaría de Desarrollo Rural y Equidad para las Comunidades ou Sederec) qui, comme son nom ne l’indique pas, met en place, pour la première fois dans la capitale, des mesures à destination des migrants et de leurs familles. Selon cette institution, ils seraient entre 450 et 600 000 à avoir quitté le District Fédéral (D. F.) pour entrer illégalement aux Etats-Unis au cours des dernières années et auraient envoyé en 2006 jusqu’à 1 500 millions de dollars à leurs familles2, propulsant le D. F. au cinquième rang national pour la réception de devises3. On peut considérer que la reconnaissance de ce phénomène marque une double rupture : d’une part quant à l’histoire d’une mégalopole qui s’est construite grâce à l’afflux de populations d’origine rurale dans les années 1940‑70 et qui doit à présent se concevoir comme lieu d’expulsion de populations ; d’autre part quant à l’imaginaire d’une migration internationale fortement marquée par ses composantes rurales.

  • 4 Ses traits avaient déjà beaucoup changé dans les années 1980 suite à l’incorporation de femmes, d’e (...)

2L’origine urbaine de ces nouveaux migrants représente une évolution importante par rapport à la traditionnelle migration masculine issue des zones rurales de la région centre-ouest du Mexique (Durand, 1996 : 187)4. La diversité des situations entre les métropoles mexicaines (taille, histoire, contexte économique, etc.) mais aussi au sein des populations de villes dont la composante multiculturelle est aujourd’hui reconnue, la porosité des frontières entre monde rural et monde urbain à l’heure de la globalisation (Kearney, 1996) posent des défis tant théoriques que méthodologiques. Comment délimiter les contours d’un phénomène qui tend à se diluer dans des espaces aussi complexes et engage des populations extrêmement diverses ? Comment rendre compte des spécificités d’une réalité aussi composite ? La migration internationale urbaine a jusqu’à présent été principalement abordée sous ses aspects démographiques et économiques (Bean, 1996 ; Papail, 2004 ; Hernández León, 2004), au détriment d’une approche plus qualitative. La question est également posée de la pertinence, pour analyser ce nouveau champ, des outils conceptuels élaborés à partir de la migration rurale (Fussell, 2004).

  • 5 Selon les sources, on estime à entre 335 000 (CDI, 2002) et 2 millions (Archevêché de la Ville de M (...)

3J’appréhenderai la migration internationale depuis le contexte urbain en m’intéressant à un cas spécifique : celui d’Indiens originaires du village de Santiago Mexquititlán, dans l’Etat de Querétaro, appartenant à l’ethnie otomi et résidents à Mexico depuis une vingtaine d’années. Ce groupe, caractérisé par sa grande précarité économique, a été choisi en raison de son importante expérience de mobilité interne, sur laquelle s’est greffée depuis une dizaine d’années une migration vers les Etats-Unis. De par leur double parcours de migration, mais aussi de par leur origine ethnique, on peut considérer que les migrants otomis éclairent certaines dimensions de l’expérience des « jeunes habitants des quartiers populaires des villes grandes et moyennes », ces « nouveaux personnages » du courant migratoire évoqués par Jorge Durand (1996 : 187)5. Je m’intéresserai plus particulièrement aux conséquences de leur départ aux Etats-Unis sur le processus d’insertion urbaine que vivent leurs compagnes. L’absence masculine dans le contexte de la migration transnationale met, en effet, en lumière les tensions qui émergent dans l’interprétation des rôles, des droits et des obligations socialement attribués aux hommes et aux femmes (Barrera, 2000 : 18). Une importante littérature constituée principalement à partir du monde rural analyse l’impact de cette absence sur la renégociation des rôles de genre et sur la socialisation des femmes. Les études récentes soulignent que, dans un champ marqué par des relations de pouvoir, les transformations sont rarement linéaires et définitives, mais plutôt contradictoires et ambivalentes. Loin de proposer une lecture normative, les auteurs insistent sur l’importance des contingences et des conditions particulières pour comprendre ces changements (Hondagneu-Sotelo, 1992 ; Malkin, 2004 ; D’Aubeterre, 2002).

  • 6 Ma recherche porte initialement sur les personnes issues d’un village particulier, qui parlent la l (...)

4Les femmes dont il sera question ici sont arrivées très jeunes à Mexico, entre 12 et 15 ans. Elles ont quitté leur localité d’origine dans l’Etat de Querétaro, de Puebla ou du Veracruz6 pour chercher du travail dans la capitale, souvent en tant que domestiques, et se sont mariées avec des hommes parfois originaires des mêmes villages, toujours indiens et appartenant au milieu populaire. Dans ce contexte, trois éléments spécifiques à l’expérience de ces femmes doivent être soulignés. Tout d’abord, l’expérience de migration à l’origine de leur installation en ville a impliqué pour elles une première série de négociations afin de redéfinir leur identité de femmes indiennes par rapport aux modèles considérés comme traditionnels dans leurs communautés d’origine et défendus en particulier par la génération de leurs parents (Oehmichen, 2005 ; Martinez Casas, 2004). Les transformations induites par la migration masculine iront-elles dans le sens ou à l’encontre de ce premier processus de réélaboration des identités de genre ?

5Par ailleurs, dans le cas des populations indiennes à Mexico, la migration interne a parfois donné lieu au maintien et à la reconstitution de réseaux communautaires et ethniques forts, à partir de la localité d’origine. C’est le cas pour les migrants dont il sera question ici et pour leurs familles. En l’absence des hommes, comment se reconfigure la position respective des migrants et de leurs femmes dans ces réseaux familiaux et communautaires ? Quels rôles jouent leur famille et leur groupe d’origine dans le processus de construction subjective que les femmes traversent ?

6Enfin, au risque de surestimer les différences entre monde rural et monde urbain, on peut avancer qu’en ville les femmes ont plus facilement accès que dans le monde rural à certaines opportunités (Brydon, 1989 : 4) : travail rémunéré, accès à l’éducation, présence d’associations sensibilisant à la question des droits des femmes ou apportant un soutien en cas de violence domestique. La ville représente la proximité d’une multitude d’espaces de socialisation et la confrontation quotidienne avec une pluralité de modèles féminins. L’absence de leur conjoint facilite-t-elle aux femmes l’accès à ces espaces ?

  • 7 Je m'appuie ici sur des entretiens approfondis réalisés auprès de six femmes, complétés par une obs (...)

7Je m’appuie ici sur des entretiens approfondis conduits dans le cadre d’un travail ethnographique, réalisé dans la ville de Mexico au cours de plusieurs séjours sur la période 2004 et 2007. Les femmes que j’ai rencontrées ont une trentaine d’années7. Toutes sont mères d’enfants jeunes ou en bas âge (entre un et douze ans). Il est important de préciser que, dans tous les cas, les migrants, absents depuis six ans pour le départ le plus ancien et quelques mois à peine pour le plus récent, ont maintenu un contact régulier avec leurs épouses, en les appelant au téléphone et en leur envoyant de l’argent chaque mois. C’est donc par le biais du discours et du regard de ces femmes que sera analysée l’absence masculine. A travers ce filtre, et puisque les identités de genre se construisent en étroite relation l’une avec l’autre, les transformations de la masculinité seront également abordées.

D’une migration à l’autre : histoire collective de migration et insertion à Mexico

  • 8 Cette non-reconnaissance de la présence indienne en milieu urbain s’est longtemps traduite par l’ab (...)

8Les populations indiennes qui se sont installées dans la ville de Mexico à partir des années 1940, au moment de la crise du monde rural et de l’apogée du modèle d’industrialisation par substitution des importations, ont été confrontées à un monde urbain construit sur un imaginaire de la modernité et du métissage qui refuse de reconnaître la présence indienne ou la rejette (Gruzinski, 1996 ; Bonfil, 1987)8. Au-delà de cette expérience commune, il existe une très grande diversité de parcours, d’histoires de migrations et de formes d’insertion urbaine, collectives ou individuelles. Il convient donc de dégager les caractéristiques de la migration issue de Santiago Mexquititlán.

9Ce bourg, situé dans l’Etat de Querétaro, a fortement contribué au phénomène de migration interne dans les années 1940‑1990. La crise agraire, une pression démographique et foncière importante, un problème de sécheresse et une épidémie de fièvre aphteuse bovine (Arizpe, 1979) ont poussé de nombreux habitants à partir vers plusieurs villes mexicaines : Mexico, mais aussi Guadalajara, Monterrey, León ou Querétaro. Certains ont choisi de s’y installer de manière permanente. Cette sédentarisation coexiste avec des formes de mobilité qui assurent une circulation constante de personnes et d’informations entre le village et les lieux d’installation.

10La mobilisation des réseaux communautaires a entraîné l’installation dans les mêmes quartiers de nombreuses familles originaires du village, à Monterrey (Durin, 2006), Guadalajara (Martínez, 2004) ou Mexico – même si ce phénomène n’exclut pas la dispersion d’autres familles dans la ville. Dans ce texte, l’analyse porte sur cinq habitats collectifs situés à Mexico dans le quartier central de La Roma. Quatre terrains vagues et un immeuble à l’abandon y ont été occupés, sans permis, par 200 familles environ, qui se sont, chacune, délimité un espace d’une dizaine de mètres carrés, clos par des parois en tôle ondulée. L’occupation va de pair avec la mise en place d’une démarche collective visant à obtenir la régularisation de cette situation.

11A chaque terrain correspond ainsi une association qui regroupe entre 20 et 50 familles et qui collabore avec d’autres acteurs sociaux urbains pour négocier avec les institutions locales la prise en compte de leurs conditions précaires et insalubres de logement. Le gouvernement fédéral et le gouvernement de la ville de Mexico ont joué un rôle fondamental dans la constitution de ces organisations, à travers la mise en œuvre de programmes sociaux destinés aux Indiens (Igreja, 2005). En 2001, fruit d’une dizaine d’années de lutte, un programme de logement a été créé spécifiquement pour les populations indiennes résidentes dans le D.F. Il permet aux familles de devenir propriétaires d’un appartement dans des immeubles neufs attribués aux organisations indiennes. Un des groupes otomis a obtenu un de ces immeubles en 2003. Les quatre autres associations continuent à œuvrer pour gagner leur place dans le projet. C’est pourtant au moment où le problème du logement était en passe d’être résolu qu’ont commencé à partir, dans ces groupes, les premiers migrants vers les Etats-Unis.

  • 9 Il est difficile d’en estimer précisément la portée : les départs vers les Etats-Unis font l’objet (...)

12Depuis Santiago Mexquititlán, hommes et femmes partent pour les Etats-Unis depuis maintenant une dizaine d’années. La migration des Otomis depuis la ville de Mexico, en revanche, est un phénomène récent, et essentiellement masculin. Encore minoritaire, le phénomène va cependant en s’amplifiant, incluant hommes mariés et jeunes hommes célibataires9.

Le départ vers les Etats-Unis : la reconstruction de la masculinité ?

13D’après Victoria Malkin, le discours sur la migration, lorsqu’il s’articule autour du travail, participe à une stratégie de construction de la masculinité : travailler pour maintenir sa famille fait partie des attributs masculins, conformément aux représentations dominantes à Mexico. La migration aux Etats-Unis permettrait ainsi aux hommes de renforcer leur rôle de genre (Malkin, 2004).

  • 10 La forme d’insertion urbaine des Mazahuas et des Otomis est généralement considérée comme similaire (...)
  • 11 Ma traduction, comme pour toutes les citations d’œuvres en anglais ou en espagnol.

14Cette réflexion s’applique particulièrement au contexte urbain lorsque l’on considère la position sur le marché du travail des populations otomis. En effet, les hommes, à l’égal d’un pan important des classes populaires à Mexico, sont limités à des emplois précaires, en général dans le secteur informel : ils sont maçons sur des chantiers, sans postes fixes, nettoient les pare-brises des voitures aux feux rouges ou sont vendeurs ambulants. Peu valorisé socialement, leur travail ne leur permet pas par ailleurs de subvenir seuls aux besoins de leur famille. Cristina Oehmichen, dans son étude sur les Indiens mazahua en contexte urbain10, suggère qu’« avec la migration vers la ville ce sont les hommes qui ont été les plus affectés : le manque de revenus, de terre et d’emploi fait obstacle à la construction de masculinités légitimes. Sans terre et sans capacité de se présenter comme protecteurs de la famille et comme garants économiques, sans accès au pouvoir politique et au prestige, les hommes ne peuvent plus remplir le rôle qui leur était dévolu »11 (Oehmichen, 2005 : 381).

15Souvent les femmes doivent travailler pour apporter un revenu complémentaire. Le type d’activité qu’elles pratiquent évolue selon leur cycle de vie. La plupart ont été employées domestiques avant de rencontrer leur époux. Après avoir fondé leur ménage, certaines sont devenues commerçantes ambulantes tandis que d’autres ont eu accès à des activités salariées (travail d’entretien dans les hôpitaux ou dans des restaurants, par exemple). La naissance de leurs enfants marque une nouvelle inflexion dans leur vie professionnelle, qui s’adapte alors aux horaires scolaires. Elles ne travaillent souvent plus que quelques heures par jour, faisant des travaux de couture, de ménage, ou vendant dans la rue des poupées en chiffon ou des bonbons.

  • 12 Dans un souci d’anonymat, les prénoms ont été changés.

16Dans ce contexte de grande précarité, le départ pour les Etats-Unis est certes justifié par un discours économique : les hommes évoquent notamment leur difficulté à faire face aux frais qu’implique l’achat de leur nouveau logement. Toutefois, lorsque le mari de Luisa tente de convaincre sa femme, cuisinière dans une association de quartier, du bien-fondé de son projet migratoire en lui expliquant : « Tu vas voir, grâce à moi, tu vas pouvoir cesser de travailler », il affirme clairement son aspiration à rétablir les rôles traditionnels12. Car de toutes les femmes rencontrées, Luisa est la seule à avoir obtenu un emploi salarié, et elle n’exprime aucune intention de le quitter. Plusieurs éléments permettent ainsi de lire le départ des hommes aux Etats-Unis comme le moyen de poser un rapport de pouvoir à leur avantage. Les circonstances du départ, la répartition du travail et du budget l’illustrent.

17La décision du départ, tout d’abord, n’est pas perçue comme concertée, mais comme imposée. D’après leurs épouses, les hommes évoquent leur rêve de partir pendant plusieurs mois, puis le taisent, et lorsque les femmes pensent qu’ils ont oublié cette idée, ils annoncent leur départ du jour au lendemain. « Il ne nous disait pas qu’il allait partir, explique Luisa. Je croyais donc qu’il avait oublié. Il m’en a parlé deux jours avant. Je lui ai demandé de ne pas nous laisser, mais il est resté avec son idée et moi je lui disais ‘tu es fou’« . Clara, elle, raconte que lorsqu’elle a accompagné son époux au village, où l’attendait le passeur qui le conduirait aux Etats-Unis, elle a prié pendant les quatre heures de trajet pour que leur bus arrive trop tard, une fois que le convoi du passeur serait parti. Lorsqu’elle a fait part de son espoir à son mari, celui-ci l’a sermonnée : pourquoi s’opposait-elle à toute chance pour leur famille de s’en sortir ?

18Une telle réaction traduit une conception divergente du bien-être familial entre hommes et femmes, comme l’illustre également le commentaire amer de Juana :

On était bien. Mais mon beau-frère a dit à mon époux, « allez, on y va ». Moi, je trouve qu’on était très bien. On n’avait rien en trop, rien qui ne manquait vraiment non plus. Par rapport à d’autres familles, on était bien. Je lui disais : « qu’est-ce que tu cherches ? ». Il m’a laissé avec deux filles, la grande, une autre de un an, et j’étais enceinte. (Juana)

  • 13 Les observations de Douglas Massey et d’Elizabeth Fussell vont également dans ce sens. D’après eux, (...)

19La situation du marché du travail en contexte urbain vient probablement exacerber les tensions entre une vision féminine qui privilégie la cohésion familiale et une vision masculine qui poursuit d’autres objectifs. En effet, si, dans le monde rural, la crise de l’agriculture et le manque d’alternatives peuvent légitimer le recours à la migration internationale comme seule option économique, l’argument rencontre beaucoup de résistances en milieu urbain. La question de savoir si l’on s’en sortira mieux en restant à Mexico ou en tentant sa chance aux Etats-Unis alimente des débats passionnés entre amis et voisins. Même au sein de ces populations pauvres, la position qui l’emporte finalement est que, si les emplois sont précaires et mal payés, il y a toujours, dans une ville comme Mexico, du travail pour qui veut en trouver et de quoi subvenir aux besoins essentiels.13 La migration vers les Etats-Unis rencontre donc de fortes objections, du moins dans le discours collectif. Cela explique peut-être le silence des hommes sur leur projet migratoire et la violence avec laquelle leurs compagnes le reçoivent.

20Après le départ de leur époux, à l’exception d’un cas, toutes ont cessé de travailler. Ce constat contraste avec la littérature sur le monde rural, qui souligne au contraire que la migration masculine est souvent l’occasion pour les femmes de s’engager dans des activités rémunérées auxquelles elles n’avaient pas accès jusque là : elles acquièrent ainsi de nouvelles compétences et des rôles multiples (Hondagneu-Sotelo, 1992 : 401 ; Marconi, 2002). A Mexico, en revanche, la décision des hommes de partir aux Etats-Unis et d’assumer seuls le rôle économique confine soudain les femmes dans leur rôle de mère. Comment expliquer ce phénomène dans une ville où les opportunités d’emplois ne manquent pas et ont déjà été saisies par ces femmes antérieurement ?

21Si toutes mes interlocutrices affirment souhaiter travailler à nouveau, elles ne parviennent pas à combiner un emploi salarié avec l’obligation d’accompagner leurs enfants à l’école, jusqu’à quatre fois par jour. Mexico est une ville dangereuse : il est pour elles inconcevable de laisser les enfants faire le trajet seuls. Trouver une solution alternative pour faire garder les enfants est coûteux en termes d’organisation et génère un sentiment de culpabilité. Sachant d’avance qu’elles n’auront accès qu’à des emplois pénibles et mal payés, elles estiment que l’effort n’en vaut pas la peine. On peut également considérer que les femmes compensent par ce surinvestissement affectif le sentiment de solitude et d’abandon qu’elles ressentent en l’absence de leur conjoint.

« Moi, j’ai mes enfants, explique Cecilia. Je ne veux pas qu’il leur arrive quoi que ce soit. Mes enfants, c’est tout ce qu’il me reste. Et je sais que personne ne s’en occupera aussi bien que moi ».

22Renoncer à la possibilité de travailler qu’elles avaient auparavant acquise est source de frustrations. Le retour de leur époux est vu par ces femmes comme la condition pour pouvoir accomplir à nouveau leurs propres projets, comme l’explique Clara :

Moi aussi j’ai mes projets : j’envisage d’avoir mon stand de commerce ambulant. Pour l’instant, je n’ai pas pu le faire parce que je n’ai pas eu le temps de travailler : pour pouvoir aller accompagner ma fille à l’école, il faudrait que je laisse le stand à quelqu’un de confiance, et ce n’est pas facile. Si mon époux était là ce serait différent, il pourrait s’occuper du stand pendant que je vais à l’école chercher les enfants.

  • 14 Peut-être idéalisent-elles quelque peu le soutien masculin a posteriori : leurs voisines à Mexico s (...)

23C’est d’autant plus vrai que la plupart de ces femmes estiment que leurs époux les assistaient pour certaines tâches domestiques, signe d’une première redéfinition des rôles élaborée à la suite de la migration vers la ville. Juana, dépassée par ses quatre filles turbulentes dans une maison envahie par des piles de linge, s’exclame : « s’il était là, je suis sûre que mon mari m’aiderait. Mais en attendant, c’est l’enfer ! »14.

24Un autre point sur lequel les femmes se voient limitées par le rôle de mère auquel les renvoie l’absence de leur époux est leur propre désir de concevoir un projet migratoire. Toutes émettent le souhait de partir elles-aussi aux Etats-Unis, pour découvrir une autre vie autant que pour rejoindre leur époux. Mais, au-delà de la peur qu’ont certaines de traverser la frontière, ou du refus que d’autres savent que leur époux opposerait à ce projet, toutes concluent très vite l’évocation d’une possible vie « là-bas » en rappelant qu’elles n’ont personne à qui confier leurs enfants en leur absence.

25Enfin, les circonstances dans lesquelles a lieu cette migration vers les Etats-Unis créent une situation dans laquelle les hommes s’arrogent à la fois le droit de travailler et le droit de consommer. Clara rapporte le point de vue de son mari :

Mon mari me dit : « pourquoi je me tuerais à la tâche ? Je t’envoie le nécessaire pour tes frais, pour payer ton loyer, et moi j’ai de quoi payer mon loyer ici, pourquoi j’en ferais plus [en prenant un deuxième emploi, comme son beau-frère] ? Et, oui, si quelque chose me plaît ici, je me l’achète tant que je suis ici. Parce que quand je rentrerai, il faudra que je travaille pour payer le loyer, pour payer les études des enfants… tant que je suis ici, si je veux quelque chose, je me l’achète ». Je lui dis, « c’est bien ».

26En revanche, lorsque les femmes souhaitent faire des achats au-delà du budget minimum qui leur est alloué, elles doivent convaincre leur conjoint de leur envoyer la somme nécessaire. Ne se voyant pas opposer de refus, en général, elles s’accommodent sans trop de peine de la situation et se consolent en rêvant à la « cuisine américaine » que leur mari leur construira à son retour. Cette situation de déséquilibre dans le contrôle du budget est renforcée par l’inégal accès à l’information dans le couple : ne sachant pas précisément combien gagne leur époux, ni à combien s’élèvent les frais de la vie quotidienne aux Etats-Unis, les femmes ont difficilement leur mot à dire sur la répartition du revenu. Ainsi, lorsqu’ils se sont acquittés de leur responsabilité financière vis-à-vis de leur famille, les hommes jouissent d’une liberté de consommer à laquelle leurs épouses n’ont accès que dans une moindre mesure : par l’intermédiaire de leur mari et en justifiant scrupuleusement leur demande par les besoins de leurs enfants.

27La façon dont est géré le projet migratoire par les hommes traduit donc bien leur tentative de rétablir les rôles de genre traditionnels qui avaient été transformés par la première migration vers la ville. Les femmes sont renvoyées à leur rôle de mère, tandis qu’ils cherchent à reprendre les rênes comme soutiens économiques de la famille. Ce déséquilibre dans la relation de pouvoir instaurée par la migration internationale est loin d’être spécifique au contexte urbain, et apparaît amplement dans la littérature sur les transformations des rapports de genre induits par la migration (Hondagneu-Sotelo, 1992 ; D’Aubeterre, 2002 ; Woo, 2006). Cependant, il est ici d’autant plus marqué qu’en ville, les femmes doivent renoncer à des espaces de négociation et d’autonomie qu’elles avaient acquis à l’occasion de la migration interne. Les migrants gagnent-ils effectivement, aux Etats-Unis, un prestige et un pouvoir qui leur permettent de défendre, aux yeux de leurs épouses et de leur groupe d’origine, les « masculinités légitimes » (Oehmichen, 2005 : 18) ?

Le rêve américain en butte avec la réalité urbaine : appauvrissement et invisibilité des migrants

28Selon Dalia Barrera Bassols, dans le monde rural, « parce qu’elle permet aux hommes de continuer à remplir leur rôle de pourvoyeur économique, la migration de travail est une pratique qui renforce la reconnaissance des hommes comme figures de l’autorité légitime dans le foyer et dans la communauté » (Barrera, 2000 : 20). Les migrants qui partent depuis la ville parviennent-ils également à revaloriser leur position économique et sociale ?

  • 15 Entre 2000 et 3000 pesos, selon mes interlocutrices, soit entre 200 et 300 dollars.

29La vie quotidienne à Mexico implique de nombreux frais, dont certains n’existent pas dans le monde rural : « Ici, en ville, il faut payer le loyer, l’électricité et le gaz. L’argent file entre les doigts, si ce n’est pas pour une chose c’est pour l’autre, explique Clara. Même l’eau qu’on boit, il faut la payer ». Les 300 dollars mensuels qu’envoient en moyenne les migrants à leurs épouses ne représentent finalement pas beaucoup plus que ce qu’ils gagnaient à Mexico avant leur départ15, et suffisent à peine, d’après ces femmes, à assumer les frais du quotidien. Elles estiment que leur niveau de vie a baissé depuis le départ de leur époux et qu’elles ont été trompées par les promesses d’un enrichissement qu’elles ne perçoivent pas. « Il disait qu’il partait pour améliorer les choses, constate douloureusement Luisa. Lui, il rêvait d’avoir de l’argent. Le rêve de tous les Mexicains de réussir. Il disait que pour améliorer les choses, il fallait faire un sacrifice. Mais la réalité, la triste réalité, c’est que ça n’est pas vrai. »

30Par ailleurs, leur sentiment de dépendance à l’égard de leur époux est total. Dans le monde rural, sans nier les difficultés qui se présentent pour cultiver la terre en l’absence de la main d’œuvre masculine migrante, les parcelles procurent une alimentation de subsistance aux femmes et aux enfants qui restent à leur côté (D’Aubeterre, 2002 : 52). En ville, la nourriture s’achète, l’emprunt pour le logement doit être remboursé, et l’angoisse de ces femmes qui ne savent pas comment concilier un emploi et la garde de leurs enfants est palpable devant la possibilité que leur époux cesse de leur envoyer leur budget mensuel.

31En l’absence d’une réelle amélioration économique, d’autres mécanismes permettent-ils aux migrants de compenser leur absence par la construction d’une relation de prestige qui bénéficierait indirectement à leur épouse ? D’après l’étude de Victoria Malkin en milieu rural, c’est par l’envoi de présents à leurs familles que les hommes migrants construisent leur statut social. Les objets choisis (appareils électroménagers, télévisions, chaîne hi-fi) participent à un discours de la modernité qui permet aux migrants de valoriser leur expérience « de l’autre côté » de la frontière. Les femmes servent d’intermédiaire entre leurs époux et le reste de la communauté, et on attend d’elles qu’elles se vantent auprès des autres femmes des cadeaux qui symbolisent le succès de leur mari, son pouvoir d’achat et son entrée dans le monde moderne (Malkin, 2004).

32A Mexico, cette stratégie s’avère totalement inefficace. Les migrants ont beau envoyer des télévisions et des lecteurs de DVD, la modernité est déjà parvenue au Mexique et plus encore dans sa capitale. En dépit de leurs faibles revenus, toutes les familles dont j’ai visité les logements étaient parfaitement équipées, possédant jusqu’à des ordinateurs dans certains cas. Avec l’existence de crédits à l’achat accessibles même aux ménages les plus modestes, il n’est pas nécessaire d’aller aux Etats-Unis pour accéder à cette forme de consommation. Entre voisins, c’est sur la taille de l’écran de télévision ou la puissance des enceintes que l’on fera jouer à plein volume le dimanche que s’établit la compétition. Qui plus est, les objets envoyés par les migrants depuis les Etats-Unis à leur famille ne sont souvent pas adaptés à la réalité mexicaine, comme le prouve la liste que m’a faite Luisa des objets que lui a envoyés son époux : un téléphone sans fil dont elle ne se sert pas parce qu’elle ne sait pas utiliser le répondeur, en anglais ; un lecteur de DVD qui ne lit pas les « disques pirates » (à Mexico, rares sont ceux qui ont les moyens d’acheter des DVD originaux) ; et une console PlayStation que ses enfants n’utilisent quasiment pas parce qu’elle ne lit que les jeux originaux, trop onéreux.

33Si, dans le milieu rural, ces dysfonctionnements se produisent également, ils sont compensés par le prestige qu’acquiert le migrant par le simple fait de pouvoir acheter ces présents (Malkin, 2004). A Mexico, la situation est bien différente : non seulement le voisin a les mêmes objets, mais en outre les siens fonctionnent. Même lorsque l’époux de Juana est retourné dans la capitale après six ans aux Etats-Unis au volant d’un rutilant 4x4 – véhicule qu’il était le seul de son immeuble, et peut-être même de son quartier, à avoir pu acquérir – il s’est vu rattrapé par la réalité. Dans ce quartier central de Mexico, les places de parking sont rares, et en extérieur : dès le lendemain de son arrivée, la voiture était rayée sur toute sa longueur.

34Bien entendu, les cadeaux qu’envoient les migrants à leur famille remplissent une autre fonction : en représentant un lien physique entre l’espace du migrant et celui de sa famille, ils permettent au migrant de se faire présent dans le quotidien de ses êtres chers. Ils ont donc une forte valeur affective (Boruchoff, 1997). C’est ce que souligne Luisa avec un mélange de tendresse et d’amertume quand elle reprend, après avoir énuméré la liste des objets inutiles envoyés par son mari : « depuis que mon mari est parti et qu’il n’est plus avec nous, il nous envoie beaucoup de petits cadeaux. J’ai l’impression qu’il essaie de compenser, non ? à travers ce type d’envois ». Son commentaire exprime à la fois sa gratitude envers l’effort que fait son mari, et un reproche implicite : aucun cadeau ne peut compenser l’absence.

35Il semble donc que les codes permettant aux migrants d’établir une stratégie de distinction dans le monde rural soient particulièrement inadaptés au contexte urbain et envoient finalement un message contraire : celui d’une relative impuissance. De manière générale, dans leur univers quotidien, les épouses des migrants apparaissent plus mal loties que leurs voisines : lorsque leurs époux sont partis aux Etats-Unis avant d’avoir reçu l’appartement construit dans le cadre du programme de logement précédemment cité, les femmes n’ont pas pu réaliser les travaux de finition pour terminer de l’aménager. Elles vivent donc dans des pièces en béton, sans carrelage et aux murs nus, tandis que les logements de leurs voisines arborent des couleurs pimpantes.

Silence et rumeurs : les limites des réseaux de solidarité traditionnels

36On peut voir une autre explication à la difficulté qu’éprouvent les migrants à construire une position de prestige en ville. D’après Victoria Malkin, les femmes jouent un rôle essentiel dans la valorisation de l’expérience migratoire auprès du groupe d’appartenance. Or à Mexico, les compagnes des migrants se disent isolées. Comment comprendre ce sentiment, alors qu’elles partagent leur espace quotidien avec des personnes qui ont elles-mêmes fait l’expérience de la migration interne et partagent une histoire commune d’insertion dans la ville de Mexico ?

37Lorsqu’elle cesse d’être un sujet de débat général et renvoie à des cas particuliers, la migration est l’objet d’un silence pesant dans le groupe otomi. Quand un homme part aux Etats-Unis, son départ est tenu secret aussi longtemps que possible. Le contexte de la première migration sert alors d’alibi : les femmes esquivent les questions sur l’absence de leur mari en expliquant qu’il est parti quelque temps au village ou, plus rarement, qu’il a rejoint des parents établis dans une autre ville mexicaine. Ce silence a pour but, d’après elles, de permettre à leur époux de rentrer la tête haute dans le cas où il rencontrerait des difficultés à traverser la frontière : il n’aurait pas alors à justifier son échec auprès du reste du groupe. Bien évidemment, le secret est extrêmement lourd à porter pour des femmes pour qui, au désarroi des premiers mois où elles doivent apprendre à vivre seules et faire face à leur angoisse constante de se voir abandonnées par leur mari, s’ajoute la nécessité d’inventer des histoires pour justifier l’absence. « J’étouffe », confie Clara, en larmes : après plus de deux mois, seule la famille de son époux est au courant des motifs du départ de celui-ci. Cette discrétion empêche aussi les femmes de migrants de s’épauler ou de partager leur expérience, même lorsque la rumeur s’est ébruitée.

38Le silence que gardent les épouses des migrants longtemps après que leur compagnon ait réussi à franchir la frontière a également pour but de retarder le plus longtemps possible le moment où commenceront à circuler des médisances à leur encontre. Celles-ci sont véhiculées par les autres femmes et se déclinent principalement sur deux modes. Le premier est d’ordre économique : les femmes des migrants seraient devenues riches. Ces remarques résonnent de manière douloureuse pour les intéressées qui se sentent au contraire confrontées à un appauvrissement :

L’autre jour, j’ai rencontré une femme, Eva. Elle me dit, « ah, mon époux veut partir parce qu’on a entendu dire que tu as beaucoup d’argent ». Moi, je ne réponds même plus. Ils ne savent rien de ma vie, de ma réalité, de ce que je suis en train de vivre. Ils ne me croient pas. Ils disent, « tu es une menteuse ». A Eva, je lui ai dit, « c’est bien, je souhaite beaucoup de succès à ton époux ». Rien d’autre, parce que j’ai pensé que sinon elle allait croire que c’est moi qui suis jalouse, que je ne veux pas que son mari parte. (Luisa)

39Luisa est ici victime du rêve américain, contre lequel sa parole et le récit de son expérience peuvent difficilement faire le poids. L’anecdote reflète également à demi-mot une ambiance de suspicion, où chacun est accusé d’envier le succès de l’autre. Les épouses des migrants perçoivent parfois des nuances de moquerie dans les remarques dites sur un ton de provocation.

40Une autre dimension de la rumeur est d’ordre moral et accuse les femmes de migrants d’être de mœurs légères. Beatriz, suspectée d’avoir eu une liaison avec le leader de son groupe, est allée jusqu’à se battre physiquement pour se défendre des attaques dont elle faisait l’objet. Luisa a reçu des messages anonymes et trouvé des graffitis sur sa porte. Eviter de s’afficher avec des hommes devient une préoccupation permanente.

41Selon Norbert Elias et John Scotson, qui ont analysé la façon dont les commérages créent ou renforcent des frontières sociales dans un groupe donné, si les « potins » favorisent l’intégration du groupe qui les véhicule, ils sont aussi « un instrument de rejet d’une redoutable efficacité » (Elias, 1965 : 173). Les épouses des migrants se voient en effet acculées au silence et à l’isolement : elles préfèrent rester chez elle et empêcher leurs enfants de jouer avec les autres enfants. Dans le cas de Beatriz qui a fini par rejoindre son époux aux Etats-Unis, les voisins murmurent que la pression des autres femmes est la principale cause de son départ.

42Il est utile de noter que ces rumeurs – qui existent aussi dans le monde rural (Marconi, 2002 : 35) – ne sont portées que par des femmes. Est-ce parce que celles-ci sont, généralement, le vecteur privilégié de ce type de discours ? Les attaques portées aux femmes de migrants reflètent-elles le mécanisme de contrôle de la sexualité et de la moralité des femmes, assumé par la collectivité en l’absence de leurs époux ? Le phénomène est bien établi dans la littérature sur le genre dans la migration (Malkin, 2004 ; D’Aubeterre, 2002). Norbert Elias et John Scotson fournissent une autre piste de lecture. D’après eux, « le degré de distorsion et de rigidité des croyances collectives peut servir d’étalon pour mesurer sinon les dangers réels, du moins les dangers ressentis par un groupe » (Elias, 1965 : 174). Les commérages qui circulent parmi les femmes otomis traduiraient alors leur angoisse devant l’émergence de la migration masculine vers les Etats-Unis. Il devient possible d’y voir une stratégie féminine : exclure les épouses des migrants afin de décrédibiliser les projets de leurs maris et désamorcer de la sorte, chez les autres hommes, la volonté de partir. En acculant les migrants et leur famille à une position de marginalité par rapport au reste du groupe, le réseau féminin soudé autour de la rumeur limite, en effet, la circulation d’informations pratiques qui pourraient aider d’autres candidats à élaborer leur propre projet : il devient plus difficile, pour ces derniers, d’entrer en contact avec leur ancien voisin pour lui demander de les aider à financer leur voyage ou de leur conseiller un passeur.

43Finalement, au sein de la communauté recomposée, on observe un isolement – plus ou moins important selon les cas, et plus ou moins volontaire – des femmes restées seules après le départ de leur mari aux Etats-Unis. Elles tentent d’éviter les rumeurs qui attaquent leur respectabilité et accentuent leur vulnérabilité économique et émotionnelle. Si la communauté d’origine n’est plus une ressource permettant à ces femmes de faire face à leur nouvelle situation, trouvent-elles appui dans d’autres espaces sociaux ? Une ouverture est-elle possible au-delà de l’isolement et du repli apparents ?

L’absence masculine : ouverture à de nouveaux espaces de socialisation ?

44Dans le monde rural, la famille étendue joue un rôle important d’accompagnement des femmes restées seules. De nombreux travaux insistent sur les recompositions familiales qui peuvent émerger à la suite de la migration. Ils mettent en évidence le poids de la relation souvent conflictuelle qui s’établit entre l’épouse du migrant et sa belle-famille, en particulier sa belle-mère. La norme en milieu rural veut que l’épouse du migrant s’installe dans la famille de son époux en l’absence de son mari, même si la pratique est de plus en plus contestée (D’Aubeterre, 2002). La famille fournit un soutien économique et affectif à la femme, mais est également source de contrôle. Pour les femmes en milieu urbain, la situation est là encore différente. Leurs familles et celles de leurs époux sont souvent très dispersées géographiquement, entre le village d’origine, divers quartiers de Mexico, d’autres villes mexicaines et les Etats-Unis. Ce n’est toutefois pas cette distance physique qu’évoquent les femmes lorsqu’elles déplorent le manque d’appui qu’elles trouvent dans leur famille. Elles expliquent surtout leur isolement par des différences de vision du monde. « Ma famille, ils sont très ignorants, très fermés. Je leur parle et ils ne me comprennent pas », commente Juana. Les femmes peuvent tout de même trouver appui auprès de certains proches vivant également à Mexico : une sœur aidera à garder les enfants, un frère servira d’accompagnateur lors du voyage de retour au village. La distance physique accorde ainsi aux femmes une marge de décision dans le choix des membres de la famille qui les entourera au quotidien. Quant à la relation entre belle-fille et belle-mère, elle se restreint généralement aux visites limitées dans le temps des uns et des autres, et ne pèse pas sur le quotidien des jeunes femmes. La famille étendue n’apparaît donc pas comme un élément central de la socialisation de ces femmes.

45En revanche, alors que l’immense investissement affectif que déploient ces femmes pour leurs enfants pourrait apparaître à première vue comme le signe d’un repli autour de la famille nucléaire, il favorise en réalité un lien avec le monde urbain. Les réunions avec les instituteurs, les connaissances que ramènent les enfants à la maison, la musique qu’ils écoutent, sont autant d’éléments d’ouverture à la culture urbaine – par opposition à la culture rurale traditionnelle. Cela se manifeste notamment à travers l’importance accordée par ces femmes à l’éducation. Si la plupart d’entre elles renoncent à un travail rémunéré, acceptant de ce fait de dépendre économiquement de l’argent envoyé par leurs époux, c’est afin d’accompagner les enfants à l’école. La réussite scolaire est fortement valorisée. Or il faut rappeler que dans ces groupes sociaux, le travail infantile est encore une pratique courante. Le simple fait de faire un pari sur l’éducation de leurs enfants est donc significatif d’un changement très important dans la vision du monde des femmes de migrants qui savent en général à peine lire et écrire. Le commentaire de Luisa, à propos du travail des enfants, de son parcours personnel et des critiques qu’elle reçoit d’autres femmes du village traduit cette évolution :

Moi, je ne veux pas ça pour mes enfants, qu’ils vendent dans la rue. Je veux qu’ils soient différents. Moi, je pense différemment des autres femmes. Je veux améliorer un peu les choses, je ne vis pas comme avant, je ne veux plus vivre comme avant. C’est peut-être pour ça qu’on me critique aussi… Et même si j’essaie de faire comme si je m’en fichais, ça m’affecte. 

46Luisa évoque sa douloureuse opposition avec les autres femmes otomis, qu’elle présente comme les gardiennes de la tradition à Mexico. Dans cette tentative de défendre une autre vision du monde, elle trouve appui auprès d’une association de quartier qui organise des ateliers avec les femmes indiennes autour de thématiques comme la contraception, la violence domestique et la discrimination. Cette institution sert de médiation entre le monde urbain et les familles otomis. Les femmes dont les époux sont absents m’ont semblé particulièrement engagées dans le travail avec cette organisation, assistant systématiquement aux ateliers, se portant volontaires pour faire quelques heures de ménage. Elles sont, il est vrai, plus libres de leur temps que les autres femmes, organisant leur journée sans avoir de comptes à rendre à leur conjoint. L’association joue alors un rôle de soutien affectif et d’accompagnement dans l’acquisition de nouvelles idées :

C’est comme une autre famille. Parce que chaque fois qu’il m’arrive quelque chose, ils me posent des questions. Ils sont attentifs. J’ai bien ma famille ici à Mexico, mais ils pensent différemment. Ils ne pensent pas comme moi. Alors le simple fait d’entendre « qu’est-ce qui t’arrive, comment tu vas ? », pour moi, c’est très important. (Cecilia)

  • 16 L’empowerment, terme anglais traduit par « autonomisation » ou « capacitation », désigne la prise e (...)

47Mais leur relatif isolement et les difficultés auxquelles sont confrontées ces femmes leur permettent aussi de prendre conscience de ce qu’elles arrivent à accomplir sans soutien extérieur et de valoriser leur propre expérience. « J’étais habituée à tout faire avec mon mari, et tout d’un coup tout bascule, et je dois apprendre à prendre le contrôle. Maintenant ça ne me semble plus si difficile », commente Luisa. Elle évoque un processus d’apprentissage douloureux, partiel, en constante construction, que l’on qualifierait, dans le vocabulaire des sciences sociales, d’empowerment.16 A cet égard, le retour de l’époux est source de sentiments contradictoires. Les femmes le voient comme la promesse d’une libération d’une partie des charges domestiques, condition nécessaire pour qu’elles puissent reprendre un travail rémunéré. Mais elles savent aussi qu’il impliquera des réaménagements, comme l’exprime très clairement Clara :

Tu vois au début il nous manquait beaucoup, on ne s’habituait pas à son absence. Maintenant il me semble que quand mon époux va rentrer, il va falloir que je m’habitue dans l’autre sens. Je me suis habituée à avoir ma vie, mes petites habitudes. Mais quand il sera là, il faudra d’abord s’occuper du mari. Lui préparer son petit déjeuner, laver son linge… Moi je veux faire des choses pour moi. Donc voilà, passés les premiers mois on s’est habitués à vivre sans lui. A son retour, qui sait comment ça va se passer… ? (Clara)

48Les termes qu’emploie Clara traduisent son sentiment de s’être approprié sa vie, à travers le contrôle qu’elle a gagné de son espace et de son temps. Cette affirmation de son individualité est présentée en opposition avec les rôles traditionnels, où le rythme de la femme s’efface derrière celui de son époux et de sa famille. Clara redoute visiblement de perdre après le retour de son conjoint l’espace qu’elle a acquis.

  • 17 Le terme employé par ces femmes en espagnol est « superarse », littéralement « se surpasser ».
  • 18 Il ne s’agit pas pour autant de nier les transformations qu’ont connu ces dernières années les camp (...)

49Sans sous-estimer, donc, les conflits et les contradictions qui vont de pair avec les notions de « développement personnel »17, d’« apprentissage », et d’« indépendance » – termes qui sont revenus souvent dans les entretiens – il convient de rappeler que la simple présence de ces femmes en ville est une forme d’affirmation de soi. En effet, toutes auraient pu rentrer dans leur village d’origine après le départ aux Etats-Unis de leurs conjoints. Elles y vivraient dans un contexte culturel dont les codes leur sont probablement plus familiers18, entourées par leur famille, et sans se soucier autant des questions financières, les transferts monétaires s’avérant plus rentables à la campagne où les frais du quotidien sont moindres. Aucune de ces femmes n’ayant coupé les liens avec sa communauté d’origine, cette option n’est pas si improbable. D’après mes interlocutrices, d’ailleurs, d’autres femmes ont quitté la ville ou envisagé de le faire dans la même situation. En restant à Mexico, les femmes prouvent alors très clairement qu’elles se sentent engagées dans un processus sur lequel elles ne veulent pas revenir :

Non, je n’ai pas pensé rentrer au village. Parce qu’ici j’ai ma petite maison. Et ça m’a beaucoup coûté de l’obtenir, ce chez-moi. Non, ce que j’ai toujours pensé, c’est qu’il fallait y mettre du sien, et avancer parce que c’est comme ça, la vie elle va de l’avant. Il n’y a pas longtemps, une femme d’ici [dont le mari envisageait de partir aux Etats-Unis] m’a posé la même question, si je ne voulais pas rentrer vivre au village. Je lui ai dit : « non, je ne rentrerai plus au village ». « Pourquoi ? », elle me demande. « Parce que de quoi je vivrais ? ici je fais le papa, la maman, je vais laisser mes enfants à l’école, je pars travailler, je les baigne, je les nourris. Parfois, c’est sûr, je voudrais rentrer, m’allonger sur le lit et dormir tout de suite ». Elle me dit : « jamais je n’y arriverai ». « Si, je lui ai répondu, si moi je peux, toi aussi tu peux ». (Luisa)

50Plus que d’un simple enjeu de mobilité géographique, c’est donc d’une question d’identité qu’il s’agit ici.

51Il serait probablement erroné d’imputer à l’absence de leurs époux la série de changements, en terme de construction de soi et d’ouverture à des idées extérieures, que l’on observe chez ces femmes. Avant de rester seules, elles faisaient sans doute déjà partie de ces femmes préoccupées par la recherche d’une voie propre, à travers une négociation entre les normes traditionnelles otomis et d’autres modèles. On peut cependant considérer que l’absence de leur conjoint, en les laissant libres de leur temps, mais aussi en accentuant leur isolement et leur vulnérabilité par rapport à leur groupe d’origine, a facilité leur ouverture à d’autres espaces de socialisation, directement accessibles en milieu urbain.

Conclusion

52En ville, la renégociation des identités de genre et de la sociabilité des femmes dont les conjoints sont partis aux Etats-Unis est marquée des mêmes ambigüités qu’en milieu rural. La reconfiguration des rôles dans le couple et des relations communautaires, le poids de la rumeur, s’expriment cependant sous des formes différentes dans les deux contextes et prennent une autre signification.

53En effet si, depuis Mexico, la monopolisation par les hommes du projet migratoire et, en conséquence, du rôle économique reflète leur volonté de rétablir une autorité masculine mise à mal par la première expérience de migration en ville, cette stratégie se heurte à une série d’obstacles liés au contexte urbain. Face aux frais engendrés par la vie à Mexico, la rente migratoire ne permet pas de dégager de réels excédents par rapport au salaire antérieur de ces populations urbaines pauvres. En outre, les codes selon lesquels se construit le prestige en milieu rural semblent peu adaptés à la vie en ville : les objets qui symbolisent la modernité sont accessibles à la majorité sans que le recours à la migration soit nécessaire. Pour des couples qui sont engagés dans l’achat d’un appartement en centre ville, aucune surenchère architecturale ne peut attester dans le bâti du succès au-delà des frontières, comme il est d’usage dans les villages. Les migrants ne participent plus à la vie communautaire, dont leurs épouses sont clairement exclues, et ne peuvent donc espérer trouver de reconnaissance dans cet espace social. La migration, pourtant, fascine, comme en atteste le statut contradictoire des femmes de migrants, à la fois moquées et jalousées.

54En affirmant leur désir d’améliorer seuls le sort de leur famille, les migrants contraignent indirectement leurs femmes à renoncer à l’espace du travail, qu’elles avaient investi à la suite de leur propre migration, pour se cantonner à leur rôle maternel – un phénomène inverse à celui observé en milieu rural où l’absence masculine oblige plutôt les femmes à entreprendre une activité rémunérée. Loin des images d’une famille pressante, voire oppressante, au-delà des apparences d’un repli sur leur foyer, les épouses des migrants à Mexico cherchent leur propre voie entre les normes de leur groupe social d’origine et des aspirations puisées de leur expérience urbaine. Si elles témoignent d’une forme d’affirmation de soi, c’est au terme d’un parcours très différent de celui que peuvent connaître les jeunes femmes en milieu rural.

55Devenues actrices de changements culturels et sociaux, dans la continuité d’un processus de contestation des normes traditionnelles entamé avant le départ de leur époux, on peut se demander si ces femmes finiront par s’engager à leur tour dans la migration internationale. Quant aux hommes, leurs difficultés pour rétablir leur autorité par la migration seront-elles un frein aux départs depuis la ville ? Ou le rêve américain l’emportera-t-il ?

56Quoi qu’il en soit, le cas des migrants otomis à Mexico prouve combien il est essentiel, pour saisir les enjeux de la migration émergente depuis les villes mexicaines, de relire les phénomènes analysés dans le monde rural à la lumière du contexte urbain et de l’histoire de l’insertion urbaine des groupes sociaux concernés.

Haut de page

Bibliographie

Arizpe, Lourdes, Indígenas en la ciudad : el caso de las marías, México, SEP-Setentas, 1979, 157 p.

Barrera Bassols, Dalia, et Oehmichen, Cristina (eds.), Migración y relaciones de género en México, México, Gimtrap A.C., 2000, 414 p.

Bean Frank, Lozano-Ascensio, Fernando et Roberts, Bryan R., « The Interconnectedness of Internal and International Migration: The Case of the United States and Mexico », Social Welt, n° 12, 1997, p. 163‑178.

Bonfil Batalla, Guillermo, México profundo, una civilización negada, México, Random House, 1987, 250 p.

Boruchoff, Judith, « Equipaje cultural : Objetos, Identidad y Transnacionalismo en Guerrero y Chicago », dans Mummert, Gail (ed.), Fronteras Fragmentadas, México : El Colegio de Michoacán, Desarrollo del Estado de Michoacán, 1999, p. 499‑518.

Brydon, Lynne et Chant, Sylvia (eds.), Women in the Thirld World. Gender Issues in Rural and Urban Areas, Aldershot, Great Britain, Rutgers University Press, 1989, 327 p.

Consejo Nacional de Población, La nueva era de las migraciones, Características de la migración internacional a Estados Unidos, México, CONAPO, http://www.conapo.gob.mx/publicaciones/nuevaera/presentacion.pdf, 2004, site consulté le 22/04/2008

D’Aubeterre Buznego, María Eugenia et Marroni, María da Gloria (coords), Con voz propia. Mujeres rurales en los noventa, Puebla, Benemérita Universidad Autónoma de Puebla, 2002, 183 p.

Durand, Jorge, Migrations mexicaines aux Etats-Unis, Paris, CNRS éditions, 1996, 214 p.

Durin, Séverine, « ¿Nuevos rostros ? poblaciones indígenas en Nuevo Léon : redes sociales y reproducción étnica », dans Ortega Ridaura, Isabel (coord.), Noroeste : reflexiones, México, Fondo editorial de Nuevo León, 2006, p. 151‑167.

Elias Norbert et Scotson, John L., Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Fayard, (1965), 1997, 278 p.

Fussell Elizabeth et Massey, Douglas S., « The Limits to Cumulative Causation: International Migration from Mexican Urban Areas », Demography, vol. 41, N° 1, Feb., 2004, p. 151‑171.

Gruzinski, Serge, Histoire de Mexico, Paris, Fayard, 1996, 454 p.

Hernández León, Ruben, « Reestructuración industrial y migración metropolitana de México a Estados Unidos : el caso de Monterrey », Vetas, Revista del Colegio de San Luis, site internet : www.international.ucla.edu/cms/files/rubenhl-sp2.doc, 2004, page consultée le 22.04.2008

Hiernaux, Daniel, Metropolí y etnicidad. Los indígenas en el Valle de Chalco, México, Colegio Mexiquense A.C., Fondo Nacional para la Cultura y las Artes ; ayuntamiento de Valle de Chalco solidaridad, México, 2000, 174 p.

Hondagneu-Sotelo, Pierrette, « Overcoming Patriarchal Constraints: The Reconstruction of Gender Relations among Mexican Immigrant Women and Men », Gender and Society, vol. 6, n° 3, sept. 1992, p. 393‑415.

Igreja, Rebecca, « Políticas públicas e identidades : una reflexión sobre el diseño de políticas públicas para los indígenas migrantes de la ciudad de México », dans Yanes, Pablo, Molina, Virginia, González, Oscar (coord.), Urbi indiano. La larga marcha a la ciudad diversa, D.F., Universidad Autónoma de la Ciudad de México, Dirección General de Equidad y Desarrollo Social, México, 2005, p. 283‑320.

INEGI, XII Censo General de Población y Vivienda, 2000.

Kearney, Michael, Reconceptualizing the peasantry. Anthropology in Global Perspective. Boulder, Colorado, Westview Press, 1996, 210 p.

Lozano, Fernando, « Migration Strategies in Urban Contexts: Labor Migration from Mexico City to the United States », Migraciones internacionales, vol. 2, n° 3, janvier-juin 2004, p. 34‑58.

Malkin, Victoria, « ’We go to get ahead’. Gender, status and modernity in a transnational migrant circuit », Latin American Perspectives, n° 31, 2004, p. 75‑99.

Martínez Casas, Regina, et De La Peña, Guillermo, « Migrantes y comunidades morales : resignificación, etnicidad y redes sociales en Guadalajara », dans Yanes, Pablo, Molina, Virginia et González, Oscar (coords.), Ciudad, pueblos indígenas y etnicidad, México, Universidad de la Ciudad de México – Dirección general de Equidad y Desarrollo Social, 2004, p. 89‑150.

Oehmichen, Cristina, Identidad, género y relaciones interétnicas ; Mazahuas en la Ciudad de México, México, Universidad Nacional Autónoma de México, 2005, 437 p.

Papail, Jean et Arroyo Alejandre, Jesús, Les dollars de la migration mexicaine. Réinsertion et investissements des migrants internationaux, Paris, L’Harmattan, 2004, 244 p.

Woo Morales, Ofelia, « Transiciones familiares en la experiencia migratoria hacia Estados Unidos. El Caso de la Zona Metropolitana de Guadalajara », document pour la discussion présenté au Segundo Coloquio Internacional Sobre Migración Y Desarrollo, Cocoyoc, México, Octobre 26, 27 y 28, 2006, http://www.migracionydesarrollo.org/, page consultée le 12.12.2007

Yanes, Pablo, Molina, Virginia et González, Oscar (coords.), Ciudad, pueblos indígenas y etnicidad, México, Universidad de la Ciudad de México – Dirección General de Equidad y Desarrollo Social, 2004, 464 p.

Haut de page

Notes

1 « Abren Casa de la Ciudad de México en Los Angeles, California », La Jornada, 12/12/2007.

2 « Emprende el GDF acciones en apoyo a capitalinos migrantes », La Jornada, 3/09/2007. Ces chiffres, communiqués à la presse par la responsable de la Sederec, diffèrent sensiblement de ceux du recensement de 2000 – qui établissaient pour 1995 à 25 552 le nombre d’habitants du D.F. vivant à l’étranger (INEGI, 2000). Inflation des chiffres afin de légitimer la création de l’institution, sous-estimation du phénomène dans le recensement ou croissance exponentielle de la migration depuis Mexico au cours des 10 dernières années ?

3 Programa General de Desarrollo 2007‑2012, consultable sur le site du Gouvernement de la ville de Mexico : http://www.df.gob.mx/. Ce classement coïncide avec celui établi par le Consejo Nacional de Población, qui place le D.F. au 5ème rang pour l’envoi de devises en 2003 (850 millions de dollars) et au 6ème pour 2004 (954 millions de dollars) (Consejo Nacional de Población, 2004 : 85).

4 Ses traits avaient déjà beaucoup changé dans les années 1980 suite à l’incorporation de femmes, d’enfants et de populations indiennes dans les flux de population vers le Nord.

5 Selon les sources, on estime à entre 335 000 (CDI, 2002) et 2 millions (Archevêché de la Ville de Mexico) le nombre de personnes d’origine indienne à Mexico. L’énorme différence entre les chiffres atteste de leur peu de fiabilité, et dénote la difficulté d’unifier les définitions et les critères quantitatifs relatifs à cette partie de la population. Quoi qu’il en soit, Mexico est l’une des plus grandes concentrations urbaines de populations indiennes d’Amérique latine. Ces dernières ont notamment façonné ses quartiers populaires (Hiernaux, 2000).

6 Ma recherche porte initialement sur les personnes issues d’un village particulier, qui parlent la langue otomi. Cependant, l’existence de mariages exogames au sein de ce groupe diversifie le profil des épouses des hommes partis aux Etats-Unis. J’ai donc choisi de suivre les couples appartenant à une organisation qui se définit publiquement comme otomi à Mexico, quelle que soit l’origine ethnique des individus.

7 Je m'appuie ici sur des entretiens approfondis réalisés auprès de six femmes, complétés par une observation participante de longue durée auprès des autres membres de cette communauté, et, dans certains cas, par des entretiens avec les hommes partis aux Etats-Unis.

8 Cette non-reconnaissance de la présence indienne en milieu urbain s’est longtemps traduite par l’absence de toute politique spécifique, à Mexico : les politiques indigénistes se cantonnaient aux campagnes mexicaines. La création d’une branche de l’Institut National Indigéniste dans la capitale, en 1988, a marqué à cet égard un changement considérable. Dix ans plus tard, le gouvernement municipal s’est à son tour doté d’une section destinée aux populations indiennes, la Dirección de Atención a Poblaciones Indígenas, remplacée en 2006 par la Sederec déjà mentionnée. Certaines delegaciones (une sous-division administrative que l’on pourrait rapprocher des arrondissements parisiens) ont aussi créé des sections spéciales, comme la Delegación Cuauhtémoc en 2004. L’orientation des politiques menées a évolué au cours de la période, passant d’un contenu plutôt social et économique à une approche davantage axée sur la valorisation de la diversité culturelle.

9 Il est difficile d’en estimer précisément la portée : les départs vers les Etats-Unis font l’objet d’un silence qui sera évoqué plus avant dans l’analyse. L’émergence de la migration internationale s’observe toutefois également dans d’autres groupes indiens résidant dans le centre de la capitale.

10 La forme d’insertion urbaine des Mazahuas et des Otomis est généralement considérée comme similaire à Mexico : ils sont caractéristiques des « Indiens du centre historique » (Yanes, Molina, González, 2004).

11 Ma traduction, comme pour toutes les citations d’œuvres en anglais ou en espagnol.

12 Dans un souci d’anonymat, les prénoms ont été changés.

13 Les observations de Douglas Massey et d’Elizabeth Fussell vont également dans ce sens. D’après eux, « dans l’ensemble, les motivations pour migrer ne sont pas aussi importantes dans les zones urbaines que dans les zones rurales parce que les zones urbaines offrent plus d’opportunités d’accéder à de meilleurs salaires, grâce à un marché du travail diversifié ». Il y est aussi plus facile d’emprunter de l’argent ou d’accumuler des capitaux (Fussell, 2004 : 154).

14 Peut-être idéalisent-elles quelque peu le soutien masculin a posteriori : leurs voisines à Mexico sont beaucoup moins enthousiastes sur la participation des hommes aux travaux domestiques.

15 Entre 2000 et 3000 pesos, selon mes interlocutrices, soit entre 200 et 300 dollars.

16 L’empowerment, terme anglais traduit par « autonomisation » ou « capacitation », désigne la prise en charge par l'individu lui-même de sa destinée économique, professionnelle, familiale et sociale. Il est souvent appliqué aux femmes dans les études des relations de genre.

17 Le terme employé par ces femmes en espagnol est « superarse », littéralement « se surpasser ».

18 Il ne s’agit pas pour autant de nier les transformations qu’ont connu ces dernières années les campagnes mexicaines en général et le monde indien en particulier, ni de sous-estimer la capacité de ces femmes à s’approprier les codes urbains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Perraudin, « Migrations, genre et recompositions sociales : le départ des hommes aux Etats-Unis vu par des femmes indiennes à Mexico », L'Ordinaire des Amériques, 208-209 | 2008, 183-206.

Référence électronique

Anna Perraudin, « Migrations, genre et recompositions sociales : le départ des hommes aux Etats-Unis vu par des femmes indiennes à Mexico », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 208-209 | 2008, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://orda.revues.org/3310 ; DOI : 10.4000/orda.3310

Haut de page

Auteur

Anna Perraudin

CADIS-EHESS, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org