Navigation – Plan du site

Présentation

Banlieues et périphéries des métropoles latino-américaines
Guénola Capron et Martha de Alba
p. 5-12

Texte intégral

1Plusieurs dossiers de L’Ordinaire latino-américain ont été consacrés à la ville. Le présent numéro aborde la question de la diffusion des modèles suburbains dans les métropoles latino-américaines.

  • 1 Une partie des articles est issue de communications préparées pour le colloque LASA de Montréal du (...)

2Après Chicago dans les années 1920‑40, Los Angeles a joué un rôle important dans la circulation des modèles d’interprétation de la ville depuis une quinzaine d’années. Entre autres, l’ouvrage déjà ancien de Richard Fogelson (The Fragmented Metropolis, 1967), ceux plus récents de Mike Davis (City of Quartz, 1991), d’Edward Soja (Postmetropolis, 2000), ou de Michael Dear (From Chicago to LA, 2002), ont eu un grand écho dans le monde académique et aussi dans la presse, qu’ils soient en faveur de la thèse de la « losangelisation » de la ville ou critiques vis-à-vis de l’idée. En bref, Los Angeles est présentée comme l’archétype de la ville fragmentée, socialement polarisée, victime de la restructuration industrielle, d’une urbanisation étale, acentrée et illimitée, dotée d’une « architecture forteresse », déchirée par la sécession des groupes sociaux aisés qui s’isolent dans des résidences barricadées « pour riches », quand les plus démunis, nombre d’entre eux étant latinos, n’ont même pas accès aux soins de santé. Terreau de la banlieue de classe moyenne, la suburbia, la ville de Los Angeles incarne, notamment aux yeux des Européens, tous les maux de la croissance mégapolitaine sous le joug du néolibéralisme. Claire Bénit-Gbaffou, Elisabeth Dorier-Apprill, Sophie Didier et Philippe Gervais-Lambony (2006) interrogent la pertinence de deux idées très en vogue dans les études urbaines latino-américaines : assiste-t-on véritablement à une « losangelisation » de la ville ? En quoi la fragmentation urbaine peut-elle être un concept opératoire pour comprendre les transformations récentes des grandes villes, par rapport à d’autres, plus classiques, comme la ségrégation ? Quelles en sont les limites ?1

3En Amérique latine, le terme de fragmentation s’est rapidement diffusé. Comme on le sait, il a été popularisé aux débuts des années 1990 par le géographe brésilien Milton Santos (1990 ; cf. Vidal, 1994). Celui-ci voyait naître à São Paulo une « nouvelle » forme de la ségrégation urbaine, conséquence des recompositions économiques à l’intérieur du système « fordiste périphérique » dont les banlieues avaient été l’un des supports : en effet, c’est là que dans les années 1940 à 1960, sous les effets du modèle de substitution des importations, s’était développé le gros des industries nationales, générant de nouvelles formes d’urbanisation fordiste. La banlieue est composée principalement de lotissements s’étalant à l’infini, modestes pour les ouvriers, de standing pour les classes moyennes émergentes de l’époque. Au même moment, sous l’influence des théories de la dépendance, s’imposait dans la pensée économique, sociale puis urbaine, une autre expression très connotée, celle de périphérie. De manière simplifiée, elle renvoyait à un modèle de structuration de l’espace opposant le centre, lieu de concentration du capital et des groupes sociaux aisés, à la périphérie, pauvre, marginale. C’est ce concept qui est interrogé par Milton Santos et par d’autres chercheurs tenants de sa pensée ou plus proches de l’Ecole dite de « Los Angeles » (Caldeira, 2000) : la grande ville ne serait plus qu’une addition d’enclaves résidentielles, commerciales, tertiaires, et d’interstices pauvres, ravagés par la violence et la peur du crime, sans référent commun, instrument de valorisation d’un capital corporatiste. Au passage, la périphérie a subi un certain nombre de transformations : en particulier, les programmes immobiliers sécurisés destinés aux ménages aisés ont signifié l’irruption des classes moyennes supérieures et supérieures dans un paysage qui était dominé par l’autoconstruction ou par la tradition. Les anciennes clés de lecture de la ville sont-elles pour autant périmées ?

4Les « anciennes » banlieues et les « nouvelles » périphéries urbaines sont l’un des principaux terrains de bataille des tenants et des opposants de la fragmentation : les premières ont souvent été le théâtre de la paupérisation accélérée de groupes sociaux fragiles, victimes de la désindustrialisation (Prévôt-Schapira, 2002) ; les secondes affichent un panorama qui paraît inédit, formidablement contrasté, avec ses luxueuses (et moins luxueuses) opérations urbaines commerciales, résidentielles et tertiaires, dont l’accès est totalement ou partiellement interdit aux « indésirables » et qui jouxtent des taudis ou d’anciens noyaux villageois. Tous ces artefacts participent d’ailleurs de l’élaboration d’un modèle de ville à copier ou à imiter, qui contribue d’une part à la diffusion de l’imaginaire « américain » de la ville (provenant des Etats-Unis), et d’autre part à sa « losangelisation », à sa fragmentation croissante. Ce changement est souvent interprété comme une rupture fondamentale dans les modes de production de la ville. D’autres s’interrogent au contraire sur une certaine continuité qui creuserait, à l’ère néolibérale, une brèche ouverte par la planification et l’industrialisation fordiste.

5Ce numéro de l’Ordinaire latino-américain explore donc ces questions. Dans un premier temps, nous nous interrogerons sur le sens des mots « banlieue » et « périphérie » au regard des transformations de ces espaces et de l’interprétation de ces modifications : les mots et leur traduction faussent-ils la compréhension des changements qui travaillent les grandes métropoles ? Leur utilisation est-elle inscrite dans des comportements de classe discriminants, propres des sociétés latino-américaines marquées par une longue histoire de la domination ? Nous nous pencherons ensuite plus particulièrement sur la diffusion des artefacts (lotissement pavillonnaire, gated community, centre de loisir…), des modèles urbains (la suburbia) et sur ce qu’elle signifie du point de vue des tensions entre le local et le global : modèles et artefacts sont-ils les moteurs de l’homogénéisation, à l’échelle mondiale, des modes de consommation et des pratiques résidentielles d’une classe moyenne supérieure de plus en plus individualiste, consumériste, discriminante ? Ou montrent-ils comment des objets de type plutôt générique liés à la globalisation des économies et des échanges peuvent être appropriés localement par les populations ?

6Dans la ligne des recherches entreprises en France par Jean-Charles Depaule et Christian Topalov sur le sens des mots de la ville, Claudia Zamorano montre que les termes de suburbio et periferia (dont la traduction en français, « banlieue », est très inexacte) sont profondément ancrés dans une histoire locale, celle des représentations et des idées sociales, ici de la ville de Mexico. Alors que les deux termes, parfaits « faux amis », sont souvent confondus, ils renvoient pourtant historiquement dans leurs usages à deux réalités socio-spatiales différentes : d’un côté la banlieue de classe moyenne « à l’américaine » issue de l’industrialisation et de la modernisation de la ville dans les années 1950‑1960, et de l’autre, la marginalisation des groupes sociaux les plus défavorisés.

7Pourtant, si le terme de périphérie a longtemps été utilisé au singulier par référence aux processus de marginalisation sociale et spatiale à l’intérieur d’un système caractérisé par une domination aux modalités diverses, les formes récentes de l’urbanisation en périphérie tendent vers un usage pluriel du terme. De nos jours, du nord au sud, de l’est à l’ouest des grandes villes, les périphéries spatiales, c’est-à-dire les territoires situés en bordure de celles-ci, sont socialement et économiquement très différenciées. Elles sont en revanche marquées par certaines dynamiques communes, en particulier la domination de l’urbain sur le rural.

8Pour Jorge Luis González qui s’appuie sur l’étude de cas de la ville de Medellín en Colombie, les ensembles résidentiels sécurisés des pourtours des aires métropolitaines correspondent à une nouvelle utopie résidentielle qui se traduit par la quête de « tranquillité » par les classes sociales dominantes, en réaction au désordre urbain et à l’insécurité qu’elles perçoivent dans les centres urbains. La ville policée avait été un instrument de l’imposition de l’ordre socio-spatial colonial. La présence de ces élites dans des espaces ruraux dont elles avaient été physiquement absentes et qu’elles occupent sur un mode insulaire a des conséquences notables sur les changements d’usage des sols et s’opère aux dépens du monde rural.

9C’est le même constat, d’une domination de l’urbain sur le rural et d’une disparition « virtuelle » du monde rural, que font Marisol Cruz et Alejandra Moreno dans l’ouest de la zone métropolitaine de Mexico. Aux portes de la ville, autour de l’opération urbaine de grande envergure de création du nouveau centre d’affaires de Santa Fe, menée par la municipalité de Mexico dans les années 1990, s’est développé un grand nombre d’opérations immobilières fermées de logements destinés aux classes moyennes-supérieures et supérieures. Ces nouveaux programmes ne se sont pas faits dans un milieu « vierge ». Les auteurs démontent les mécanismes de l’effacement progressif de noyaux urbains indigènes et d’un monde rural dont la survivance est remarquable.

10Est-on face à des formes d’urbanisation inédites ? Les concepts de périurbanisation, urbanisation diffuse, postsuburbanisation…, forgés pour les villes du nord, sont-ils adéquats pour comprendre les transformations des périphéries des villes du Sud ?

11C’est à ces questions que cherche à répondre Blanca Ramírez. Elle critique la trop longue « tradition » d’importation de modèles venus du Nord, pour comprendre les réalités du Sud. Face à des termes très connotés idéologiquement, comme ceux de centre et de périphérie, et devant la diversité des réalités observées, ne faudrait-il pas repenser les mots utilisés et en inventer de nouveaux, plus propres à saisir les modalités de la spécialisation économique ainsi que les transformations sociales et territoriales dont les périphéries sont l’objet ? Blanca Ramírez propose ainsi celui de « franges » et le teste dans la zone métropolitaine de Mexico.

12L’imaginaire de la gated community, par exemple, ne colle pas bien à la plupart des ensembles résidentiels fermés en Amérique latine. Ces derniers se développent tant dans les franges de la métropole que dans ses interstices. Il peut s’agir de grands lotissements de maisons de luxe avec piscines et golfs, mais ce sont le plus souvent des petites copropriétés d’une dizaine de maisons alignées le long d’une impasse fermée, localisées dans des quartiers péricentraux. Dans la lointaine périphérie de Mexico ou de Santiago, de gigantesques ensembles de logements sociaux, pas nécessairement enclos, proposent aux ménages de la strate inférieure des petites maisons jointives, individuelles ou en duplex, d’une incroyable homogénéité apparente. Ne faut-il donc pas aussi réinterpréter la diffusion mondiale de ces artefacts à la lumière des contextes locaux et sur des temporalités plus longues ?

13Martha de Alba et Guénola Capron montrent ainsi qu’à Mexico, où la présence états-unienne est depuis longtemps envahissante mais sans cesse hybridée, le phénomène de la banlieue à l’américaine est bien antérieur aux années 1990 : plus circonscrit dans l’espace, extrêmement lié à l’idéologie de modernisation nationale, il date de la fin des années 1950. A cette époque, le nord de Mexico a été brutalement envahi par des lotissements pavillonnaires qui louaient les vertus de la vie familiale au grand air, à la fois loin des maux de la ville et, grâce à l’automobile, tout près des ressources qu’elle offrait. Cependant, la compréhension de la circulation de modèles est complexe : il ne paraît pas si simple de qualifier ces lotissements de « banlieue à l’américaine ». C’est ce que semble montrer l’étude de la publicité immobilière des lotissements des années 1960 : les Etats-Unis y sont peu présents directement si ce n’est dans quelques noms de sociétés immobilières.

14Sans doute comme aux Etats-Unis, le désir d’ascension sociale à travers l’acquisition d’une maison en périphérie, où les coûts fonciers sont moindres, est central, pour les classes moyennes mexicaines des années 1960 comme pour les groupes plus défavorisés qui perpétuent indirectement ce rêve « américain » de la maison individuelle. Alicia Lindón insiste sur la « colonisation de leur subjectivité spatiale » à travers la naturalisation de cet imaginaire dans lequel on a pourtant du mal à retrouver les traces du modèle suburbain originel, tant le discours l’a retravaillé et déformé. Par exemple, dans les ensembles de logements sociaux en maisons individuelles, les familles qui proviennent pour beaucoup de quartiers autoconstruits, achètent le droit de vivre dans une rue privée fermée par des grilles, sans doute pour des raisons de sécurité mais surtout pour devenir enfin propriétaires d’une maison (Duhau & Jacquin, 2008). Leurs modes de vie sont loin de l’american way of life

15Le lotissement ou l’ensemble résidentiel de prestige est sans doute la forme qui se rapproche le plus de l’imaginaire américain de la gated community : belles maisons à l’architecture italianisante, floridienne, néo-coloniale ou très contemporaine ; périmètre extérieur entouré de murs surmontés parfois de barbelés ; accès strictement contrôlé par des gardiens installés dans leur guérite ; réglementation pointilleuse qui vise à protéger l’exclusivité sociale. La station touristique « Asia » qui se développe sur la côte à une centaine de kilomètres au sud de la capitale péruvienne est représentative de cette tendance immobilière qui concerne aussi la résidence secondaire. Si ce type d’habitat alimente, selon Raúl Matta, une « commercialisation de l’expérience » qui dépasse le cas péruvien et caractérise ces nouvelles enclaves urbaines, celle-ci s’inscrit également dans l’histoire des modes de socialisation élitistes et discriminatoires de la haute société liménienne.

16Pour Angela Giglia également, les enclaves résidentielles suburbaines de Mexico entretiennent une sociabilité spécifique, d’un côté ancrée dans le quartier fermé, entre autres grâce au recours aux services à domicile et à la référence incantatoire à un « communautarisme imaginaire », et de l’autre articulée au reste de la métropole à travers un réseau de lieux de consommation exclusifs, accessibles principalement en automobile. Face au chaos et à l’imprévisibilité de la vie métropolitaine tels que se les représentent les habitants, l’intérieur, espace extrêmement contrôlé, incarne l’ordre et vise une autosuffisance utopique. Il est la garantie du maintien d’un entre-soi qui se nourrit moins d’un sentiment de communauté que de la méfiance envers ceux qui ne sont pas de ce micro-monde.

17Ainsi, la diffusion des ensembles résidentiels sécurisés n’est pas le résultat de la seule mondalisation, le paradigme à sens unique mentionné pour interpréter les changements de ce monde. Ces ensembles s’insèrent dans un jeu subtil entre des histoires nationales et métropolitaines de la ségrégation et la diffusion à l’échelle mondiale de modèles résidentiels et urbains.

18Certaines portions du territoire états-unien (la Floride, la Californie, etc.) occupent une place importante dans les référents architecturaux et urbanistiques, mais pas seulement. D’après Mónica Lacarrieu et María Florencia Girola, à Buenos Aires, la ville européenne continue malgré tout à être un référent imaginaire dans le discours sur l’équivalent argentin des gated communities. Les habitants réactualisent les oppositions fondatrices de la société portègne entre civilisation et barbarie, urbain et rural, centre et périphérie. L’homogénéité affichée par la Nation, incarnée dans la capitale, cache mal les fissures d’une société également travaillée par les différences, loin de la « communauté purifiée » qu’elle prétend incarner. Avec l’expansion périurbaine des ensembles résidentiels sécurisés, la civilisation se transporte pour la première fois dans une périphérie qui jusqu’à maintenant n’existait pas au regard des élites et des classes moyennes, inversant partiellement les rapports entre territoires et valeurs sociales et soulevant de multiples contradictions.

19Ces nouvelles enclaves résidentielles génèrent-elles de nouvelles pratiques de la ville ? Les ensembles résidentiels sécurisés sont en tout cas bien reliés à d’autres enclaves, commerciales et de loisir, explorées par Bruno Sabatier à travers une description ethnographique d’un centre récréatif du nord-ouest de l’aire métropolitaine de Mexico. La consommation n’est pas un fait social récent, pas plus en Amérique latine qu’ailleurs, mais elle s’est recomposée depuis le début des années 1990 : elle a tendu à envahir de nombreux lieux urbains (musées, aéroports…), à gangrener de nombreuses pratiques. Les classes moyennes et supérieures mexicaines sont les premières concernées par l’invasion de produits et de centres commerciaux souvent copiés de shopping centers du puissant pays voisin. La périphérie est un terrain d’expansion privilégié des centres commerciaux d’un nouveau genre qui mêlent récréation et achat et tentent de renouer avec une urbanité qu’on dit nostalgiquement perdue. Les pratiques, celles des jeunes en particulier, changent, mais s’homogénéisent-elles pour autant ?

20Los Angeles si près, si loin…

Haut de page

Bibliographie

Bénit-Gbaffou C., Didier S., Dorier-Apprill E., Gervais-Lambony P., 2006. Fragmentation(s), in Gervais-Lambony P. & Dorier-Apprill E., Vies citadines, Paris : Belin, p. 15‑38.

Caldeira T., 2000. Cidade de Muros: crime, segragação e cidadanía em São Paulo. São Paulo : Edsup, 399 p.

Davis M., 1990. City of quartz : Los Angeles, capitale du futur. Paris : La Découverte, 391 p.

Dear M., 2002. From Chicago to LA: making sense of urban theory. Oxford: Blackwell.

Didier S. & Boudreau J.A., 2007. The myth of fragmentation in Los Angeles: Reflections on the circulation of models between North and South Americas. XXVII LASA International Congress, Montreál, 5‑8 de septiembre 2007, 25 p.

Duhau E. & Jacquin C., 2008. Vivre aux confins. Nouveaux ensembles urbains et stratégies quotidiennes dans la périphérie de Mexico, Autrepart, n° 45, Paris : IRD, à paraître en mars 2008.

Fogelson R. M., 1967. The Fragmented Metropolis. Los Angeles, 1850‑1930. Berkeley, Los Angeles : University of California Press, 362 p.

Prévôt-Schapira M.-F., 2002. Buenos Aires, entre fragmentation sociale et fragmentation spatiale, in Navez-Bouchanine F. (dir.), La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale, Paris : L’Harmattan, p. 195‑207 (col. Villes et Entreprises).

Santos M., 1990. Metropole corporativa e fragmentada. O caso de Sao Paulo. Sao Paulo : Nobel, Secretaria de Estado da Cultura, 117 p.

Vidal L., 1994. Les mots de la ville au Brésil. Un exemple, la notion de fragmentation, Cahiers des Amériques latines, n° 18, Paris, IHEAL, p. 161‑181.

Haut de page

Notes

1 Une partie des articles est issue de communications préparées pour le colloque LASA de Montréal du 8 septembre 2007. Julie-Anne Boudreau et Sophie Didier évoquent également ces questions dans leur communication préparée pour ce même colloque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guénola Capron et Martha de Alba, « Présentation », L'Ordinaire des Amériques, 207 | 2007, 5-12.

Référence électronique

Guénola Capron et Martha de Alba, « Présentation », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 207 | 2007, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://orda.revues.org/3330

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org