Navigation – Plan du site

Introduction

Ingrid Faria Gianordoli-Nascimento, Maria de Fátima de Souza Santos et Flaviane da Costa Oliveira

Texte intégral

1Au cours des années 1960 et 1970 plusieurs pays de l’Amérique Latine ont été soumis à des regimes politiques autoritaires qui se sont caracterisés par des violations successives des droits de l’homme. Les principes démocratiques des États nationaux ont été secoués par des coups militaires, comme au Brésil (1964), Uruguay (1973) et Argentine (1966 et 1976). Différentes caractéristiques peuvent être observées par rapport aux contextes socio-historiques et politiques qui ont mené aux coups d’État, aux actions des forces répressives, à la durée de ces périodes et au processus de redémocratisation expérimenté. Cependant, la disparition des libertés démocratiques et des droits individuels, l’intensité des discours anticommuniste, ancré sur l’idéologie de la sécurité nationale les rapprochent et nous permet de faire une lecture sur l’ensemble des pays.

2La compréhension de l’impact de ces scénarios politiques sur le niveau microssocial semble réserver des points sombres, qui feront l’objet d’un regard multidisciplinaire dans ce dossier. Cette proposition vise à comprendre les nuances de l’activisme politique des femmes face aux régimes autoritaires dans les pays d’Amérique latine, une action politique qui provoque une rupture avec les normes de féminité de l’époque. L’impact de la combativité dans la vie de ces femmes et de leurs familles, qui ont souffert des impacts directement ou indirectement de la répression, constituent, sans doute, un champ de négociation entre le passé et le présent, ce qui affecte la mémoire des générations actuelles.

3Le dossier se compose de trois parties. La première partie est nommée « Mémoires du militantisme : révolutions collectives et indivudelles ». Notre itinéraire sur le militantisme des femmes en Amérique latine est démarré par l’important contexte de l’après-guerre (la Deuxième Guerre mondiale) qui serait décisif dans la profusion des rivalités entre l’univers capitaliste et socialiste, qui alimentait la guerre froide. Si la perpétuation des coups d’État était fondée sur la crainte d’un ennemi communiste, subversifs face aux idéaux démocratiques, cet idéal était dû, en grande partie, à l’impact de la révolution cubaine en 1959.

4Le premier article, de l’historien Manuel Ramírez Chicharro, favorise une cartographie de la participation des femmes dans le club de soutien à l’insurrection entre les années 1955 et 1958, à partir d’exil et / ou d’actions illégales. Ainsi, il révèle des nuances d’action des femmes, soit par des motivations personnelles ou en raison de la combativité de leurs compagnons dans les actions essentielles pour la révolution de 1959, elles rendent visible la répression à Cuba et se manifestent contre le régime. Mémoires des femmes exilées sont devenues fondamentales pour l’insurrection cubaine et le destin du continent. Ensuite de ce contact avec la réalité cubaine, après le coup d’État de1952, nous passons à la réalité brésilienne, où la combativité des femmes (dans les décennies de 1960 à 1980) a eu lieu dans un contexte de fortes valeurs traditionnelles, ce qui serait plus tard remis en question à partir des idées féministes avec lesquelles les femmes ont eu contact pendant l’exil. Dans le deuxième article, l’historienne paraibana Dayane Nascimento Sobreira, présente la trajectoire de deux militantes brésiliennes contre le régime militaire, présentant leurs histoires de vie de la prison à l’exil. L’expérience de l’exil a permis le contact avec les idées féministes, ce qui a ensuite eu une incidence significative sur leurs trajectoires.

5Du côté du régime d’exception uruguayen, l’historienne Mariza Ruiz nous montre l’univers des prisons pour les femmes qui ont trouvé dans les lettres les formes de contact avec le monde extérieur et leurs familles, en évitant de succomber aux expériences de torture, de viol et d’emprisonnement. Ainsi, l’auteur donne une riche contribution à l’univers mémorialiste uruguayen, rappelant les aspects de l’expérience des femmes qui ont été historiquement négligées par le récit historique.

6Pour fermer cette partie du dossier nous présentons l’article de deux doctorants en Histoire, Juliana Ventura et Carolina Dellamore qui ont montré leur habileté à discuter le rapport entre l’histoire et le cinéma. En démontrant la relation entre le documentaire et leurs moyens de production – dans le tissu d’une mémoire familiale sur le militantisme d’un être cher – l’article se consacre à la question du genre, révélant le renforcement des stéréotypes qui entravent la construction d’une version différenciée pour la mémoire sociale de cette période.

7À la suite des récits sur l’activisme des femmes en Amérique latine, la deuxième partie du dossier, « Militantisme et violence de genre » apporte les expériences dans lesquelles la violence de genre et sexuelle émergent comme un élément de correction des corps féminins pour se conformer à l’idéal traditionnel de la féminité, ces corps qui devraient êtres puni et rajustés.

8Dans le cinquième article, les auteurs Fernanda Araujo Pereira et Luisa Santos Paulo du domaine du Droit, viennent enrichir la discussion sur le militantisme des femmes à partir du contexte de la justice de transition. De même, les opposantes aux régimes dictatoriaux au Brésil et en Argentine ont souffert largement des violations et des violences qui visaei « remettre en place » les rôles traditionnels des deux sexes dans la société. Cet aspect est encore d’actualité en Amérique latine, où les inégalités entre les genres demeurent, ce qui est aussi le cas au Brésil.  Dans ce pays, lorsque la justice de transition n’agit pas de façon incisive sur les cas de violence sexuelle et de genre pendant la dictature, révèlent la difficulté à casser la misogynie encore présente.

9L’article de Paola Martínez présent un regard politique sur la construction de la subjectivité féminine. Elle prend les théories du féminisme et de genre pour comprendre comment les corps et les subjectivités ont été forgés lors de l’expérience d’arrestation des militantes politique contre la dictature en Argentine. Expériences de douleur et de violence extrêmes, qui ont été réduites au silence pendant de longues périodes et qui seront progressivement narrées.

10Dans la troisième et dernière partie du dossier - « Les femmes entre les rôles traditionnels et les trajectoires de militantisme » - chacun des articles présente sa contribution à l’étude d’un scénario encore inexploré dans les registres historiographiques et de la mémoire de la dictature militaire brésilienne : la mémoire des femmes qui ont été poussées à quitter l’univers privé et s’engager dans l’espace public à la recherche de leurs proches. Un scénario de micro-social spécifique, concernant l’expérience féminine qui s’est diversifié face aux impacts de la dynamique politique et sociale dans la vie quotidienne.

11Dans le septième article, le groupe de recherche de Minas Gerais, Brésil, coordonné par Ingrid Faria Gianordoli-Nascimento et composée par Flaviane da Costa Oliveira, Jaíza Pollyanna Dias da Rocha Cruz et Janaina Freitas Campos de Freitas Breugelmans, avec la contribution de la chercheuse de Pernambuco Fatima Maria Leite Cruz, présente les résultats d’une recherche sur la dynamique de la socialisation et le soutien maternel aux activités du militantisme, à partir des souvenirs des militantes et de leurs familles. Dans ce sens, les analyses indiquent que la sortie des femmes de l’univers privé vers l’univers public à la recherche de leurs enfants, a créé des tensions sur le rôle des femmes dans la société de l’époque.

12Ensuite les chercheuses Fatima Maria Leite Cruz et Maria de Fátima de Souza Santos, reflètent à partir du champ de la psychologie social sur quelques les aspects des théories du genre et des études de la mémoire sociale pour l’interprétation de la réalité visitée, remettant en question des aspects cruciaux sur le militantisme des femmes dans l’État de Pernambuco, au Brésil.

13Le dernier article présenté, issu dans le domaine de l’histoire, met en lumière un élément émotionnel comme base de mobilisation qui a propulsé la montée des chemins de militantisme des femmes à partir des relations affectives, en particulier en ce qui concerne les stratégies pour soutenir et rechercher leurs familles, adversaires du régime dictatorial. Martha Gouveia de Oliveira Rovai articule, de façon très riche, des changements dans l’espace privé et la sortie des femmes vers l’espace public, l’utilisation des attributs féminins traditionnels tels que la fragilité, en lui donnant un nouveau sens, comme les ponts qui ont facilité leur performance publique. La recherche révèle un mouvement individuel et collectif de résistance et dénonce les positions arbitraires du régime dictatorial, elle souligne un aspect du militantisme qui a été largement ignoré par l’histoire.

14De façon générale, la combativité des femmes semble reposer sur un affrontement fondamental entre les rôles traditionnels et les activités politiques de l’univers du public, une grande grille de lecture qui nous aide à comprendre les trajectoires militantes de ces femmes qui ont provoqué des ruptures significatives dans les pratiques sociales, favorisant l’insertion publique des générations futures et des changements dans les rôles féminins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ingrid Faria Gianordoli-Nascimento, Maria de Fátima de Souza Santos et Flaviane da Costa Oliveira, « Introduction », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 222 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://orda.revues.org/3418

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org