Navigation – Plan du site
Paroles d'historiens

Captivité et quotidien dans un milieu rural brésilien : le Sertão du São Francisco – Pernambouc (1840-1888)

Captivity and Daily Life in a Rural Region of Brasil: The Sertão of São Francisco – Pernambuco (1840-1888)
Cautiverio y cotidianeidad en una zona rural brasileña: el Sertão de São Francisco – Pernambuco (1840-1888)
Cativeiro e cotidiano num ambiente rural brasileiro : o Sertão do São Francisco – Pernambuco (1840-1888)
Emanuele Carvalheira de Maupeou

Résumés

Le Brésil a été un des plus grand pays esclavagistes de toutes les Amériques. Après l’abolition, le regard sur l’esclavage, phénomène qui a marqué profondément la société brésilienne, s’est construit et s’est transformé, tout en accompagnant l’évolution historique du pays lui-même. À partir des années 1980, un contexte de renouvellement théorique et méthodologique a permis l’ouverture de différentes voies de recherche. Aujourd’hui, grâce à la multiplication de recherches ponctuelles et régionalement localisées, les historiens ne considèrent plus la prédominance d’un modèle unique d’esclavage au Brésil, mais plutôt une variété de pratiques qui se sont adaptées aux réalités concrètes des différentes régions et secteurs du pays. Une de ces voies s’intéresse à la présence d’esclaves dans des secteurs et régions non directement liés à la grande exploitation agricole exportatrice. Le Sertão étant une de ces régions par excellence, l’objectif ici est de présenter les résultats d’une étude ponctuelle sur l’esclavage dans le Sertão du Pernambouc au Brésil au XIXe siècle. En effet, maîtres et esclaves de cette région pauvre et reculée ont su adapter l’institution esclavagiste à leur réalité dans une période de crise et, de cette façon, ont donné un visage spécifique à l’esclavage du Sertão.

Haut de page

Texte intégral

I/ Introduction

  • 1 Voir par exemple Alencastro, 85. Voir également la notice Número de Escravos dans Moura, 290.

1Les estimations sur le total d’esclaves arrivés dans les ports brésiliens entre le XVIe et le XIXe siècle sont très variables. La difficulté à déterminer un nombre plus au moins exact provient principalement d’une pratique largement répandue, celle du trafic illégal, qui a perduré jusqu’en 1850, date définitive de la fin de la traite atlantique au Brésil. Cependant, même si la précision reste problématique, plusieurs historiens avancent le chiffre de quatre millions d’esclaves débarqués au Brésil tout au long des trois siècles d’existence de la traite,1 ce qui fait de la traite brésilienne la plus importante de la période moderne. De surcroît, dans un pays où la pratique esclavagiste s’était infiltrée dans toutes les régions et dans tous les domaines de la société, une traite interne au pays a repoussé l’abolition de l’esclavage à la fin du XIXe siècle.

2En effet, l’abolition de l’esclavage au Brésil a été un long processus. Entre la pression internationale pour l’émancipation des esclaves et l’attachement des élites nationales à l’utilisation de cette main-d’œuvre, le pays a choisi une abolition graduelle à partir d’une série de lois promulguées pendant la deuxième moitié du XIXe siècle. Parmi les principales, il est possible de citer la loi Eusébio de Queirós qui a interdit la traite Atlantique en 1850 ; la loi dite du « Ventre Libre » de 1871, qui a déclaré libres tous les enfants de parents esclaves nés à partir de la date de promulgation ; la loi du « Sexagénaire » de 1885 qui a affranchi tous les esclaves de plus de soixante ans ; et finalement la « Lei Áurea » qui a libéré tous les captifs du pays en 1888. Par cette stratégie, le Brésil a pu retarder l’abolition définitive jusqu’en 1888, ce qui lui a valu le titre navrant de dernier pays indépendant de toute l’Amérique à interdire l’esclavage.

3C’est précisément après l’abolition que l’étude de l’esclavage au Brésil a débuté. Tout au long du XXe siècle, le sujet a été traité selon différentes approches. Le regard des chercheurs a varié et a été marqué par le contexte politique et social du pays, mais aussi par les grandes écoles théoriques d’interprétation en sciences sociales présentes dans les milieux intellectuels du pays. C’est ainsi que, tout au long du XXe siècle, des modèles d’interprétation de l’esclavage se sont successivement imposés dans les universités du pays.

  • 2 Les divergences théoriques et méthodologiques sont parfois importantes et il existe une énorme vari (...)

4Dans les années 1980, dans le contexte de la célébration du centenaire de l’abolition de l’esclavage, le dernier grand tournant méthodologique a eu lieu dans l’historiographie brésilienne de l’esclavage.2 Ce courant historiographique ne se présente pas comme un courant homogène, mais se définit plutôt par sa diversité et par le fait qu’il a remplacé de grands modèles d’analyse par l’affirmation de la nécessité d’introduire des nuances dans l’étude de l’esclavage. Si, auparavant, une question était toujours placée au centre des préoccupations historiographiques, les historiens fuient désormais les grands modèles d’analyse. La nécessité de privilégier un lieu précis pour les recherches devient donc une contrainte inévitable, notamment dans le contexte d’une histoire sociale qui a contribué à l’émergence du sujet et dans laquelle la valorisation du récit de la vie quotidienne de l’esclave occupe désormais une place importante.

5Par conséquent, ces nouvelles démarches ont offert à l’historiographie plusieurs voies. En effet, l’esclavage est longtemps resté attaché à des représentations stéréotypées de l’esclave. Ainsi, il existait trois modèles d’esclavage : celui des mines, celui des plantations caféières et celui des moulins à sucre. Les trois se situaient dans un milieu qui correspond à l’ensemble du Sudeste et du littoral du Nordeste. Or, le Brésil esclavagiste recouvre un espace géographique et socioculturel beaucoup plus étendu que ces deux régions.

6Durant les dernières décennies, les historiens ont mis en lumière le fait que plus de trois siècles d’esclavage avaient permis une adaptation du système aux sociétés les plus diverses du territoire. Ainsi, les recherches ont montré que les esclaves étaient présents partout : dans les villes comme dans les campagnes, dans les grandes exploitations agricoles comme dans les mines, mais aussi au service du travail domestique, de l’élevage ou de la production vivrière. À tout moment, un esclave pouvait être loué, vendu, prêté ou acheté pour exercer les activités les plus variées. Il était présent là où la force physique était nécessaire, dans l’exploitation agricole, mais aussi dans la sphère domestique, comme c’était le cas, par exemple, de la nourrice du fils du maître. L’esclave pouvait aussi exercer des activités spécialisées (artisan, infirmier, etc.) ou quotidiennes, plus banales, comme porter l’eau ou préparer les repas. On le voit donc, le rôle de l’esclave dans la société brésilienne débordait largement la simple relation économique.

7Ainsi, dans les deux dernières décennies, on a assisté à une transformation de la représentation-même de l’esclave, celle-ci mettant désormais en avant la pluralité des situations rencontrées par les individus soumis à cette condition, sans pour autant nier la cruauté de l’esclavage en tant qu’institution. Jusqu’au XIXe siècle, la société brésilienne était fondamentalement organisée autour de l’institution esclavagiste, et il n’existait pas de modèle uniforme sur l’ensemble du territoire de ce pays aux dimensions continentales, mais plutôt une variété de pratiques adaptées aux réalités concrètes des différentes régions et des différents secteurs du pays. Bien qu’elle fût unique, la condition d’esclave empruntait donc plusieurs formes et était soumise aux exigences de chaque secteur où elle était mise en œuvre. En effet, l’esclavage s’est modifié, diversifiant les modèles de travail, induisant des différences dans les conditions de vie des esclaves et produisant des distinctions dans les relations entre maîtres et esclaves. Dans cette pluralité, l’esclave est désormais perçu comme un individu qui, tout en étant « adapté » à son temps, reste unique. Ainsi, il n’est plus considéré uniquement comme une victime passive d’un système, mais aussi comme un sujet qui cherche à mieux vivre malgré sa condition servile.

  • 3 Sur la notion de “monde rural,” voir Del Priore et Venâncio. Plus particulièrement sur le Pernambou (...)
  • 4 Dans les zones de monoculture destinées à l’exportation de café ou de sucre, les propriétaires avai (...)

8Dans cette perspective, une des voies de recherche développées par les historiens s’intéresse à la présence d’esclaves dans des régions ou des secteurs de la société non directement liés à la grande exploitation agricole exportatrice. Les chercheurs se sont rendus compte que la pratique esclavagiste s’était développée même dans des régions plus pauvres et reculées du pays, le Sertão du Nordeste étant l’une de ses régions par excellence. Il faut donc inscrire les recherches actuelles sur l’esclavage dans le Sertão parmi celles qui s’intéressent au vaste « monde rural brésilien ».3 Ces espaces de grandes étendues sont souvent décrits comme des zones d’arrière-garde, d’approvisionnement ou de passage, qui ont toujours existé à l’ombre d’un centre d’exportation. Néanmoins, l’historiographie la plus récente attribue à ces régions une plus grande autonomie. On s’est aperçu que les populations de ces régions, caractérisées par la possession d’un nombre réduit d’esclaves, avaient des comportements démographiques et sociaux qui ne se limitaient pas à une simple extension des sociétés de cultures exportatrices. Dans ces régions, on constate un meilleur équilibre homme/femme parmi les asservis, ainsi qu’une prédominance de propriétaires ayant un nombre réduit d’esclaves.4

  • 5 Les résultats présentés dans cet article sont issus notamment d’une partie de l’étude que j’ai réal (...)
  • 6 La documentation utilisée provient d’une région du Sertão du São Francisco, actuellement identifiée (...)

9À partir de ces considérations, il est intéressant de démontrer, à travers un cas concret, comment cette accommodation de l’institution esclavagiste se manifestait au quotidien. Cet article5 entend ainsi présenter la manière dont un grand système de domination – l’esclavage moderne – s’est adapté à une réalité particulière du territoire brésilien – celle du Sertão, plus précisément d’une partie du Sertão du São Francisco, en Pernambouc, entre 1840 et 1888.6 En effet, l’intérêt est de montrer comment, lors de la crise finale du système esclavagiste brésilien, une société pauvre, elle-même plongée dans une crise économique profonde, a su s’adapter pour maintenir l’esclavage au quotidien.

10Toutefois, une telle approche n’oppose pas l'espace particulier à l'espace global mais, au contraire, considère qu’une réalité sociale peut être perçue à diverses échelles. L’analyse du micro n’exclut pas celle du macro mais, bien au contraire, ces deux analyses s’articulent (Revel, 1996). Ce que la réduction d'échelle offre à l'analyse historiographique n'est pas une version atténuée ou partielle des réalités macro-sociales, mais une version différente. Elle invite à une autre lecture du social qui privilégie l’approche de la réalité historique dans toute sa variété.

II/ Le Sertão du São Francisco au XIXe siècle

11L’économie de la région du Sertão du São Francisco se fondait, au XIXe siècle, sur l’élevage et la production de coton. Le bétail, élevé en liberté dans les fazendas où les terres étaient abondantes mais peu fertiles, était destiné à fournir les moulins à sucre de la côte. La production locale dépendait donc de la région de culture de la canne à sucre et subissait les crises de celle-ci – ce qui fut le cas pendant la deuxième moitié du XIXe siècle. Le coton, deuxième produit d’importance pour la région, était aussi très dépendant du marché international et avait, pour cette raison, une production très irrégulière. En grand essor au moment de la guerre d’Indépendance des États-Unis, il était cultivé, au Brésil, pour l’exportation et la fabrication des vêtements d’esclaves. Cependant, il a rapidement décliné, la distance des ports et le monopole étasunien empêchant un plus grand développement de sa culture au Brésil.

  • 7 Sur les pratiques d’appropriation de terre dans la région voir Burlamaqui.
  • 8 Aujourd’hui encore, il existe au moins sept groupes de descendants des populations indiennes dans l (...)

12La population, en grande majorité rurale, vivait dans des fermes éloignées les unes des autres. Dans ce monde rustique, le village incarnait bien plus un lieu de marché et d’échanges, ou encore de rassemblement religieux, qu’un lieu d’habitation à proprement parler. Le monde rural impliquait une population dispersée et un faible niveau d’urbanisation. D’ailleurs, souvent, les différents héritiers des anciennes fazendas de bétail vivaient les uns à côté des autres dans la grande propriété, cette stratégie permettant d’éviter la fragmentation de la grande propriété dans une société appauvrie.7 Ainsi, plusieurs propriétaires vivaient dans la même fazenda, avec leurs familles et leurs esclaves. Ces fazendas étaient en grande partie autonomes, possédant leurs propres moulins pour préparer la farine de manioc, leurs corrals et leurs machines à tisser. Outre le coton, des denrées alimentaires y étaient également cultivées. Il est important de souligner, dans cette présentation, la forte présence d’Indiens dans la région.8

  • 1

13La deuxième moitié du XIXe siècle a été marquée par la crise finale du système esclavagiste au Brésil. Ce contexte offre un cadre d’intérêt tout à fait particulier, notamment quand on s’intéresse au maintien de l’esclavage dans une société plongée elle-même dans une crise interne. Dans les années qui ont suivi la fin de la traite atlantique (1850), le prix de l’esclave a beaucoup augmenté, d’autant plus que l’esclavage brésilien ne procédait quasiment que de la traite africaine et très peu de la reproduction naturelle. Ainsi, les esclaves déjà présents au Brésil avant 1850 ont-ils fait l’objet d’une traite interne. Le Sudeste du Brésil, où la monoculture du café était alors en plein essor, drainait les esclaves des régions les plus pauvres ou en crise, à commencer par le Sertão. La pression internationale et une forte campagne pour l’abolition ont contribué au développement d’un climat d’opposition à l’esclavage dans tout le pays. Toutefois, face à ce contexte défavorable, il est possible d’observer dans les différentes régions du pays9 un fort attachement au maintien de l’esclavage au quotidien jusqu’à l’abolition définitive.

14Dans les périodes de crise, le climat semi-aride du Sertão et les sécheresses régulières devenaient plus difficiles à supporter. C’est d’ailleurs dans la deuxième moitié du XIXe siècle que, pour la première fois, une grande sécheresse (1877-1879) a été remarquée à l’échelon national. Elle ne serait demeurée qu’une des innombrables sécheresses qui touchaient la région si elle n’avait pas eu lieu en pleine crise économique. La sécheresse de 1877-1879 a été la première à provoquer la faillite de grands et moyens propriétaires terriens. Ce fait, ajouté au développement de la presse et de la photographie, a occasionné, pour la première fois, la diffusion d’images de la misère provoquée par la sècheresse et de ses effets tragiques.

  • 10 Il s’agit du premier recensement national. Les donnés des deux principales communes de la région, F (...)
  • 11 Tous les résultats présentés dans cet article ont été obtenus à partir de l’analyse de la documenta (...)
  • 12 Le Sertão était traditionnellement connu par l’historiographie comme économiquement inadapté au tra (...)

15Le contexte décrit ci-dessus présente un ensemble de conditions tout à fait défavorables à la présence d’esclaves dans le Sertão. Pourtant, ils y étaient bel et bien présents. En effet, une analyse de sources primaires – comme le recensement de 1872,10 les inventaires après décès, les chartes d’affranchissement, les registres de vente d’esclaves, les registres de baptêmes, matrimoniaux et de sépultures d’esclaves11 – montre la présence d’hommes, de femmes et d’enfants qui y ont vécu en captivité jusqu’à l’abolition définitive de l’esclavage. Le Sertão est une société qui, au XIXe siècle, vivait dans le système esclavagiste depuis plusieurs siècles. En effet, contrairement à ce que l’on a longtemps cru, les conditions spécifiques de la région n’y ont pas empêché la présence de l’esclavage.12 Il s’y est développé tout en s’adaptant aux particularités locales, modifiant, de fait, les conditions de vie des esclaves et provoquant des distinctions dans les relations qu’ils entretenaient avec leurs maîtres.

16Pour comprendre les relations esclavagistes dans ce Sertão, les résultats présentés ici ont été divisés en deux parties. Tout d’abord l’esclavage est présenté du point de vue des maîtres. Ainsi, sont dévoilées les stratégies utilisées par ceux-ci pour le maintien de l’esclavage au quotidien dans une période peu favorable. En deuxième lieu, les esclaves eux-mêmes sont étudiés, l’intérêt étant de savoir qui étaient ces hommes et femmes et comment ils ont vécu en captivité dans le Sertão jusqu’à la veille de l’abolition.

III/ Stratégies adoptées pour le maintien de l’esclavage dans une société en crise

17Dans une société appauvrie, la possession d’esclaves représentait un effort, un luxe même, dans le contexte de la deuxième moitié du XIXe siècle. Outre leur prix d’achat, il fallait les nourrir, les loger, sans compter que forte était la tentation de la vente, stimulée par la traite interprovinciale. De plus, le nombre de paysans sans terre, disponibles pour travailler, augmentait avec l’appauvrissement de la région et la multiplication des affranchissements dans les trois décennies précédant l’abolition définitive de l’esclavage. Malgré cela, les propriétaires ne choisissaient pas toujours de se défaire de leurs esclaves. La deuxième moitié du XIXe siècle est donc une période particulièrement intéressante pour analyser le degré d’enracinement de l’esclavage dans une société. A ce moment-là, face au prix élevé de l’esclave et aux difficultés internes et externes d’accès à la main-d’œuvre servile, plusieurs sociétés ont adopté des pratiques alternatives qui ont permis le maintien local de l’esclavage.

18Ces stratégies donnent une couleur particulière à l'esclavage dans les différentes régions et confirment la multiplicité des pratiques et l'adaptation du système aux besoins locaux. Ainsi, il est intéressant d’examiner la façon dont les maîtres ont réagi, dans le Sertão, à la réduction de l'offre de main-d’œuvre servile, à l’augmentation du prix des esclaves et aux avantages offerts par le transfert d’esclaves vers d'autres régions du pays. En effet, la fin de la traite atlantique et l'augmentation du prix des esclaves qu’elle a induite, a empêché l’arrivée de nouveaux esclaves dans le Sertão. Par conséquent, les maîtres, incapables d'acheter de nouveaux esclaves, ont adopté d'autres moyens permettant d'assurer le maintien de l'esclavage dans leur quotidien. L’adoption de ces stratégies est ici analysée à partir de cinq aspects qui marquent la pratique esclavagiste dans le Sertão : le prix, la copropriété, la reproduction naturelle, la traite interne et la soumission d’Indiens à l’esclavage.

1. La valeur économique

  • 13 Dans ce cas, les sources consultées correspondent à des registres de vente de terre et d’esclaves e (...)
  • 14 Des esclaves sont cités dans plus de 70% des 151 inventaires après décès dépouillés, Département d’ (...)

19La valeur d’un esclave dans le Sertão était très élevée par rapport à tout autre bien qui pouvait être déclaré chez le notaire (terres, maisons, bétail, mobilier, bijoux, métaux et équipement de travail).13 En effet, bien que la quantité et le prix des esclaves aient été nettement inférieurs à ceux pratiqués sur le littoral, ils étaient tout sauf négligeables pour la réalité locale du XIXe siècle. En général, la possession d’esclaves représentait une grande partie du total des biens déclarés, autant dans le milieu des grandes fortunes que chez les humbles éleveurs. Malgré leur prix élevé, la grande majorité des propriétaires déclarait la possession d’au moins un esclave.14

  • 15 Université Fédérale de Pernambouc, Departamento de História, Inventario de bens de Tenente Coronel (...)

20Ainsi, on constate la présence d’esclaves chez les propriétaires les plus riches comme chez les plus pauvres. Seule la quantité varie. Si rares sont les maîtres qui arrivaient à avoir plus de quinze esclaves, la propriété de deux ou trois était très courante. Pour les riches propriétaires, la possession d’esclaves était systématique. Leurs fortunes se caractérisaient aussi par une quantité importante de terres et de bétail. Cependant, malgré l’extension notable de la terre, les esclaves continuaient à avoir une valeur supérieure à celle-ci. Dans ce petit groupe des catégories supérieures, un total de 33 esclaves est le maximum déclaré par un même propriétaire dans toute la documentation consultée.15 Ce chiffre n’est pas extraordinaire comparé à celui des grandes propriétés de production de sucre ou de café, mais pour la réalité du Sertão, c’est énorme. D’ailleurs, la somme de la valeur des 33 esclaves correspond presque à la moitié du montant total du patrimoine déclaré par le riche propriétaire.

  • 16 Département d’histoire, UFPE, Inventaire après décès de Rufina Gomes de Sá, 1852, sans côte.

21Chez les propriétaires les plus modestes, posséder des esclaves avait des conséquences patrimoniales bien plus importantes. C’est le cas, par exemple, de Rufina Gomes de Sá16 qui, au moment de sa mort, possédait trois esclaves : Benedicto, âgé de 36 ans, Pulquéria, âgée de 24 ans, et Maria, âgée de 4 ans. La valeur des trois esclaves correspondait à 650.000 réis, alors que le patrimoine total déclaré était de 939.160 réis. Les 289.160 réis de différence se composaient de trois « parts de terre », d’une maison, d’un oratoire avec des images, d’un lit, de trois caisses couvertes de cuir, de 18 bœufs, de deux chevaux, de deux bêches et de deux haches. Aucun signe de richesse ou de luxe n’est présent dans l’inventaire. Il s’agit, au contraire, d’un foyer de petits éleveurs qui cultivaient également des denrées alimentaires. Malgré ce patrimoine modeste, trois esclaves ont été recensés dans cette maison, ce qui suggère un attachement particulier à la pratique. C’était également le cas de ceux qui n’avaient plus les moyens d’entretenir des esclaves.

2. La copropriété

22Dans un contexte d’appauvrissement, les partages successifs des biens entre les descendants de quelques anciennes familles de colons avaient provoqué un morcellement du patrimoine familial. Ces personnes étaient dans l’impossibilité de préserver leur richesse familiale en période de crise et utilisaient des stratégies pour le maintien, sinon de leur richesse, du moins d’un statut élevé dans la société.

23Dans cet état d’esprit, la pratique de la possession d’esclaves en copropriété s’est développée, afin d’éviter la disparition de l’esclavage du quotidien des familles appauvries. L’analyse du partage des biens montre comment on divisait parfois la valeur d’un esclave entre plusieurs héritiers. Dans une société où les transactions commerciales n’étaient pas essentiellement basées sur l’argent, il était souvent désavantageux de vendre un esclave qui pouvait servir à toute une famille. Ainsi, il est devenu courant, au moment de la réalisation d’un inventaire après décès, de léguer des « parts » d’un même esclave aux différents héritiers. Dans ce cas, l’esclave n’était pas vendu, mais « partagé » entre plusieurs personnes dans un système de copropriété. Dans la pratique quotidienne, le partage se traduisait par l’exploitation d’un même esclave par plusieurs maîtres, selon les besoins et la valeur de la part héritée par chacun. Souvent, plusieurs héritiers n’habitaient pas loin les uns des autres, sur les terres des anciennes fazendas. De cette façon, il était possible pour l’esclave de circuler sur la propriété et de servir plusieurs maîtres, ce qui, du point de vue de l’esclave, n’était pas nécessairement un avantage.

24D’autres sources confirment la pratique de la copropriété. Dans les lettres d’affranchissement et les registres d’achat et de vente d’esclaves, la commercialisation et la libération de parts d’esclaves étaient courantes. Ainsi, la copropriété était une stratégie qui bénéficiait aux maîtres, mais qui pouvait allonger, pour l’esclave, le chemin à parcourir dans sa quête de la liberté. Il arrivait ainsi que certains esclaves soient en partie libre et en partie esclave. Juridiquement le statut de semi-libre n’existait pas, toutefois, dans la pratique, il était possible qu’un esclave ayant des parts affranchies ait des jours de liberté. En tout cas, la notion de liberté restait floue et dépendait beaucoup de la volonté des maîtres, d’autant que, de manière générale, la copropriété rendait plus complexes les démarches juridiques pour l’affranchissement.

25La copropriété, en multipliant le nombre de maîtres, augmentait aussi la complexité des relations esclavagistes. Bien entendu, dans la pratique quotidienne, cette obligation légale se traduisait par l’exploitation d’un seul esclave par plusieurs personnes. Cependant, cette complexité a permis à la propriété d'esclaves de continuer à être courante dans le Sertão. Ainsi, confrontés aux difficultés de la seconde moitié du XIXe siècle, les maîtres ont su éviter que la propriété d'esclaves ne devienne le privilège de quelques-uns et ils ont été capables d'adapter la pratique à la réalité de la crise, en exploitant la main-d'œuvre servile selon les possibilités dont ils jouissaient.

3. La reproduction naturelle

  • 17 Voir, par exemple la thèse de Solange Pereira da Rocha sur la Province de la Paraiba (Rocha, 2007).

26L’historiographie a toujours considéré que l’esclavage brésilien était dépendant de la traite, initialement atlantique puis, ensuite, interne. Toutefois, des études plus récentes ont démontré que,17 même si cette source d’approvisionnement était essentielle, il est nécessaire de relativiser son importance dans certaines régions du pays et de prendre en compte la reproduction naturelle dans le maintien de l’esclavage. Dans des régions éloignées des ports et d’un intérêt économique moindre, l’arrivée d’Africains était moins fréquente et leur valeur marchande n’était pas toujours adaptée à la réalité locale. Si ces régions avaient des difficultés à l’époque de la traite atlantique, à partir de 1850, elles ont cessé définitivement d’attirer de la main-d’œuvre et sont devenues des fournisseurs d’esclaves pour les régions les plus prospères.

27La production naturelle n’a pas entièrement remplacé la traite mais elle a fonctionné comme alternative viable à la survie du système esclavagiste dans ces sociétés. Si elle n’est pas parvenue à maintenir l’esclavage au même niveau qu’à l’époque de la traite, elle a évité sa disparition dans ces zones reculées, à une période où l’offre de main-d’œuvre esclave diminuait dans tout le pays.

28Dans cette société, la quasi-inexistence d’un commerce d’esclaves et le taux élevé de femmes et d’enfants parmi eux confirment bien que la population esclave se reproduisait naturellement. D’ailleurs, c’est dans ce contexte que la pratique de la copropriété prend tout son sens. Alliée à la reproduction naturelle, elle a permis à une même famille de rester propriétaire d’une même famille d’esclaves pendant plusieurs générations. Il faut donc inclure la favorisation de la reproduction naturelle dans les stratégies esclavagistes adoptées par les maîtres dans le Sertão, stratégie qui n’était pas nécessairement négative du point de vue de l’esclave, puisqu’elle lui offrait une réelle possibilité de fonder une famille.

29Il est donc possible d’affirmer que, sur ces terres, l’héritage – et la reproduction naturelle des esclaves – est resté la façon la plus courante de posséder des esclaves. Cependant, cela n’a pas empêché les maîtres de vendre certains esclaves à des régions plus riches. En effet, en jouant sur deux intérêts opposés, les propriétaires cherchaient à profiter de la traite interne prospère, sans pour autant se priver des esclaves dans le quotidien.

4. La traite interne

30À la fin de la traite atlantique, un commerce interne d’esclaves s’est mis en place dans tout le Brésil. Des commerçants circulaient dans les différentes régions du pays pour acheter des esclaves des régions les plus pauvres et les vendre dans les régions plus riches. Le Sertão n’était pas exclu de ce commerce lucratif.

  • 18 Livre de registre de notaire de Tacaratu de 1878, où sont registrées 44 procurations entre 1877 et (...)

31Par le biais de procurations18 pour la vente d’esclaves dans d’autres régions du pays, il est possible d’identifier la présence d’au moins un réseau de négociants. Ces procurations suivaient un même modèle et mandataient presque toujours les mêmes personnes pour vendre les esclaves dans d’autres provinces du pays. Elles n’indiquaient pas la valeur de l’esclave, ni le nom de l’acheteur, mais le nom des différents bénéficiaires d’une procuration dans les villes de Tacaratu, Penedo, Maceió, Recife, Salvador de Bahia, Rio de Janeiro et São Paulo. Par la façon dont elles étaient rédigées, ces procurations indiquent qu’il s’agissait bien d’un réseau de commerce d’esclaves présent dans plusieurs régions du pays. En effet, partant de la ville de Tacaratu, ces commerçants transportaient les esclaves dans les villes les plus importantes qui fonctionnaient comme des centres de redistribution. Ce n’étaient donc pas seulement les régions de production de café qui attiraient les esclaves en provenance des lieux les plus pauvres. Le Sertão et le Sudeste représentaient les deux pôles opposés d’une logique fondée sur l’offre et la demande. La traite interne d’esclaves suivait des routes qui parcouraient le pays du Nord au Sud. Ainsi, les esclaves étaient achetés et vendus tout au long du chemin selon les opportunités qui se présentaient. La vente n’était donc pas uniquement interprovinciale, mais aussi régionale, dans un mouvement qui commençait dans le Sertão, passait par la côte productrice de canne à sucre et arrivait finalement dans la région du café. La ville de Penedo apparaît comme le centre de vente d’esclaves dans le Sertão, tandis que sur la côte, Recife, Bahia et Alagoas centralisaient les transactions de l’économie sucrière. Finalement, Rio de Janeiro et São Paulo attiraient les acheteurs dans la région plus riche, consacrée à la production de café.

32Dans tout le pays, les jeunes hommes et les enfants de sexe masculin attiraient prioritairement l’intérêt de ces négociants, ce qui semble se confirmer dans le Sertão. La majorité des esclaves nommés dans les procurations consultées étaient de sexe masculin, et plusieurs d’entre eux étaient très jeunes, généralement âgés de huit à dix-sept ans. Les femmes les plus jeunes intéressaient également les commerçants d’esclaves, bien que dans une moindre mesure. Au-delà de trente ans, en général, elles prenaient de la valeur lorsqu’elles étaient accompagnées de leurs enfants, esclaves ou affranchis par la loi du Ventre-libre. Dans ces conditions, les enfants, qui ne pouvaient plus être séparés de leurs mères, intéressaient les acheteurs d’esclaves.

5. Des esclaves indiens

  • 19 Lettre au Gouverneur datée du 27 octobre 1801 : “juntando-se à escravos fugitivos e outras qualidad (...)

33Une dernière stratégie identifiée est la soumission d’Indiens métis à l’esclavage. Il est admis que, dans la période coloniale, les terres semi-arides étaient peuplées de colons aux faibles ressources, incapables d’importer une grande quantité d’esclaves noirs. Ainsi, la pratique de l’esclavage des Indiens était courante, malgré l’opposition de l’Église Catholique et l’interdiction officielle, comme le confirment les sanglantes guerres menées pour les capturer. En outre, plusieurs tribus du Sertão, localisées dans des zones d’accès difficile, abritaient non seulement des indigènes chassés par les colons, mais également des esclaves fugitifs. Lors d’expéditions menées à la poursuite des esclaves en fuite, toutes ces populations étaient capturées, indépendamment de leurs origines ethniques. D’ailleurs, pour justifier une expédition punitive dans la région on accusait les tribus « de regrouper des esclaves fugitifs, d’autres Indiens non moins criminels et d’autres qualités d’hommes ».19

  • 20 Le classement de 1872 distingue, parmi les esclaves, les noirs (pretos) et les métis (pardos). 60,2 (...)

34La documentation notariale a volontairement privilégié un classement vague de la couleur de peau des esclaves, afin de dissimuler l’esclavage indigène. L’interdiction de ce type d’esclavage empêchait l’utilisation de termes comme Indien pour caractériser les esclaves dans les documents officiels comme les inventaires après décès ou le recensement national.20 Mais l’existence d’esclaves indiens est attestée par l’utilisation de la désignation Indien dans des documents où la question juridique n’était pas en jeu, comme les registres de baptême ou de mariage.

  • 21 Muriel Nazzari, dans une étude sur la région de São Paulo au XVIe siècle, a remarqué que les Indien (...)

35Aujourd’hui, l’historiographie reconnait que l’esclavage d’Indiens, même interdit, a toujours existé au Brésil. Les Indiens apparaissent, plus ou moins, selon les périodes, comme esclaves ou comme main-d’œuvre de réserve utilisée dans les périodes de crise.21 Même si leur statut juridique n’a pas varié, dès la période coloniale, une législation contradictoire a ouvert des possibilités à l’esclavage de ces populations.

  • 22 Le terme Pardo, littéralement « gris » en français, sert de manière générale à identifier un indivi (...)
  • 23 “Maioria daqueles que, nesta Província recebem o nome de índios, já são uma raça degenerada, negros (...)

36Ainsi confondues légalement, les populations noires et indiennes étaient aussi liées dans le quotidien. Elles partageaient les mêmes espaces de travail et d’habitation et entretenaient des liens affectifs et familiaux. En effet, elles vivaient souvent dans les mêmes conditions à la fin du XIXe siècle, comme l’indique bien le rapport d’une commission chargée d’examiner, en 1870, la situation des indigènes du Pernambouc : « la plupart des Indiens qui reçoivent dans cette province l’appellation d’Indiens sont une race déjà dégénérée ; les Noirs, les Pardos,22 plus ou moins foncés, vivent comme des Indiens, ils sont également connus sous cette dénomination ».23

37Malgré la crise, donc, une partie de la population du Sertão est restée esclave jusqu’à la disparition de l’institution. Historiquement, la quantité d’esclaves dans le Sertão a toujours été inférieure à celle de la côte, même dans des périodes de prospérité. En général, pour entretenir une grande fazenda de bétail, en moyenne quinze à vingt travailleurs étaient nécessaires (Gorender, 412). Ainsi, même si la deuxième moitié du XIXe siècle est une période de déclin de l’esclavage dans le Sertão, il faut comprendre qu’il s’agissait d’une société plongée dans la pratique de l’esclavage depuis plusieurs siècles. Si la transition vers l’utilisation de la main-d’œuvre libre était déjà en cours, l’héritage esclavagiste continuait à dicter des comportements et des pratiques sociales.

IV/ Qui étaient ces esclaves?

38Comprendre qui étaient ces esclaves permet de mettre en lumière leur mode de vie et la manière dont ils agissaient dans la société de l’époque. Identifier d’où ils venaient, leurs principales activités et leurs lieux d’habitation peut aussi en dire beaucoup sur leur quotidien, la possibilité qu’ils avaient de former une famille et les rapports qu’ils établissaient avec les autres membres de la société.

1. Des hommes, des femmes et des enfants

39Tout d’abord, ces esclaves étaient, pour la plupart, nés dans le Sertão. Même avant la fin de la traite atlantique, la référence aux Africains est rare dans la documentation locale et correspond à des esclaves d’âge avancé. En effet, l’appauvrissement de la société, allié à l’augmentation du prix des esclaves, a compromis le commerce dans la région, occasionnant le développement d’un cadre démographique différent de celui des régions d’économie exportatrice où, grâce à la traite, la présence masculine était prédominante. Dans le Sertão il y avait non seulement une grande majorité d’esclaves nés dans la région, mais aussi un meilleur équilibre homme/femme, ainsi qu’une prédominance de propriétaires ayant un nombre réduit d’esclaves.

40Malgré l’équilibre quantitatif, en ce qui concerne le travail, les espaces réservés à ces hommes et ces femmes étaient clairement démarqués dans cette société patriarcale. Tout d’abord, les hommes circulaient dans les propriétés rurales pour l’entretien du bétail. Dans ce domaine, le métier le plus respecté était celui de responsable du troupeau du propriétaire absent (le vaqueiro). À l’inverse des autres travailleurs ruraux, le vaqueiro bénéficiait d’une plus grande mobilité sociale puisqu’il avait toujours droit à quelques bœufs sous sa responsabilité. Ainsi, grâce à ces conditions moins difficiles, il s’affranchissait plus facilement.

41C’est ce qui explique que la majorité des hommes encore esclaves dans le Sertão à la fin du système esclavagiste étaient des agriculteurs ou des responsables des « services généraux ». Ces activités, qui ne bénéficiaient pas de la reconnaissance sociale du vaqueiro, requéraient pourtant une grande habileté de la part de l’esclave. Ces hommes étaient responsables de l’entretien de la propriété rurale, ce qui impliquait des activités telles que la construction d’enclos et d’étables, l’agriculture et le soin des chèvres. De plus, ils étaient entièrement soumis aux ordres impromptus des propriétaires.

42Si la vie d’un homme esclave était difficile dans le Sertão, celle d’une femme esclave ne l’était pas moins. D’une manière générale, le rôle fondamental d’une femme, indépendamment de sa condition sociale, était d’avoir de nombreux enfants, si possible de sexe masculin, et de les élever. La capacité à se reproduire pour une femme correspondait à une réelle attente sociale. Cette remarquable importance de la natalité s’explique par un fort taux de mortalité, surtout chez les enfants, dans les premières semaines de vie.

43Par ailleurs, l’espace de la femme, qu’elle soit riche ou pauvre, se limitait à l’intérieur des propriétés rurales et, de préférence, à l’intérieur des maisons. Bien que le travail féminin soit très mal vu dans cette société, il faisait partie du quotidien d’une femme pauvre, libre ou esclave. Les femmes esclaves étaient d’ailleurs très utiles et extrêmement rentables pour les propriétaires. Tout d’abord, elles étaient responsables de l’alimentation à tous les niveaux. Pour ce qui est des cultures vivrières, elles pouvaient travailler aux côtés des hommes, tout comme dans la production de la farine de manioc. En revanche, le service domestique leur était réservé. Ensuite, elles devaient aussi s’adapter aux activités les plus variées de ce monde rural : laver le linge au bord des rivières, porter les seaux d’eau sur la tête, aider lors d’un accouchement ou bien s’occuper des personnes malades et des enfants. Finalement, la production textile était un domaine presque exclusivement féminin. Elles s’occupaient des cultures du coton, dénouaient la fibre, produisaient le fil, pour finalement fabriquer le tissu. Les machines à filer exigeaient une agilité manuelle acquise dès l’enfance. En compagnie de leur mère, les filles apprenaient à manier ces équipements de toute sorte.

44En effet, avant même d’apprendre à marcher, les enfants esclaves accompagnaient leurs parents dans leurs activités quotidiennes et ils travaillaient dès leur plus jeune âge, quel que soit leur sexe. À cet âge, ils n’étaient pas répertoriés dans une profession définie, mais considérés comme aptes au travail ou capables d’exercer des travaux légers. Par contre, à partir de six ou sept ans, ils étaient considérés comme des travailleurs à part entière et étaient catégorisés au même titre que les adultes. D’ailleurs, les enfants nés en captivité pouvaient être séparés très tôt de leurs parents. La pratique de donation d’enfants esclaves à des enfants de la famille du propriétaire était assez courante. De même, les enfants plus grands pouvaient être vendus pour travailler dans d’autres provinces de l’Empire. En effet, à partir de douze ou treize ans, leur prix s’élevait puisqu’ils avaient survécu à tous les risques de mortalité infantile et entraient dans la période la plus productive de leur vie.

45En s’écartant du rapport au travail pour s’intéresser au lieu d’habitation, on constate que dans aucune des sources consultées n’est évoquée l’existence des senzalas, les grandes habitations collectives d’esclaves très répandues dans les moulins à sucre et dans les fazendas de café. Les esclaves habitaient certainement dans de petites cabanes construites par eux-mêmes en bois et en pisé rouge, nommées « maison de taipa ». Ces maisons étaient les habitations les plus courantes dans le Sertão, puisque seuls les plus fortunés avaient des maisons en brique. L’austérité des lieux d’habitation est donc un constat plus au moins marqué pour tous les groupes de la société de cette région. Les mêmes habitations servaient, d’ailleurs, aux esclaves et aux populations libres pauvres.

2. La famille esclave

46Le mode de vie décrit ici laisse entrevoir que la formation de familles d’esclaves était une pratique très répandue dans le Sertão. Comme il a été démontré, la reproduction naturelle était essentielle pour le maintien de l’esclavage. De même, l’habitation séparée, même simple, donnait à l’esclave plus d’intimité et donc de liberté pour la formation d’une famille que les habitations collectives.

  • 24 Dans les neuf livres de baptême consultés, 740 enfants d’esclaves ont été identifiés.

47Finalement, en analysant les registres de baptême et de mariage, on note que la famille esclave pouvait être formée aussi bien par des mères célibataires que par des couples vivant en concubinage, ou même mariés à l’Église. Tout d’abord, dans les registres de baptême, les enfants esclaves étaient classés comme légitimes (quand les parents étaient mariés à l’Église) ou enfants naturels (quand les parents vivaient en concubinage ou quand la mère élevait seule son enfant).24 La grande majorité des enfants esclaves entraient dans la catégorie enfant naturel ce qui montre que, dans le Sertão, la famille matrifocale prédominait.

  • 25 Dans les deux livres de registre de mariage consultés, il y avait 42 unions où au moins un des conj (...)

48Même s’il était peu fréquent, le mariage25 esclave était aussi possible. D’ailleurs, les registres existants sont très significatifs des relations qui pouvaient s’établir, car on y retrouve des mariages entre esclaves d’un même maître ou de maîtres différents, mais aussi des mariages entre une personne libre et un esclave et entre un esclave et un affranchi. Cette variété de possibilités existait grâce à l’organisation même de la société. Une telle organisation permettait à l’individu esclave de circuler dans les espaces communs de l’ancienne grande propriété, maintenant occupés par différentes familles de différents groupes de la société. D’ailleurs, le mariage entre personnes libres et esclaves confirme que d’autres travailleurs ruraux libres partageaient les mêmes espaces que la population servile.

3. Des esclaves parmi les pauvres

49Le nombre des habitants sans terre a beaucoup augmenté dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces individus, qui ne constituaient pas un groupe homogène, étaient d’anciens esclaves affranchis, des blancs appauvris et des descendants d’Indiens. Ces personnes pauvres étaient juridiquement libres mais, dans la réalité quotidienne, elles étaient liées au réseau de dépendance d’un propriétaire terrien. Dans ces conditions, la précarité rassemblait et rapprochait esclaves et libres pauvres, de sorte que le travail des uns et des autres, tout comme les habitations, étaient communs.

50Le contact direct entre ces travailleurs libres et esclaves créait des liens qui se traduisaient par deux comportements contradictoires : la solidarité et le rejet. D’un côté, le rejet était fondé sur l’affirmation de la différenciation soit de la condition et de l’ethnie, soit de l’activité exercée et de la concurrence. En revanche, d’autres rapports se sont construits parallèlement à ceux-ci, privilégiant la solidarité et la parenté. Chez les personnes les plus pauvres, il était fréquent de trouver des familles formées par des personnes libres et des esclaves.

51Ainsi, tous les habitants non-propriétaires, esclaves ou libres, étaient liés et soumis aux mêmes difficultés. Une adaptation permanente aux conditions imprévues était nécessaire, chez les uns comme chez les autres. Au sein de cette adaptation, vécue comme une transition vers un monde meilleur, la liberté était l’objectif à atteindre, même si, souvent, elle ne se concrétisait pas. Chaque changement représentait une nouvelle possibilité de liberté, sur un chemin loin de la ligne droite. Ainsi, une personne libre pouvait être attachée, par des liens familiaux, à un propriétaire d’esclaves. Dans ce contexte, il faut comprendre la liberté comme un long processus et le projet collectif d’un groupe ou d’une famille.

52L’esclave loyal avait toujours l’espoir d’un affranchissement gratuit, en récompense de sa fidélité. Toutefois, cette « récompense » n’était pas toujours un cadeau du maître, mais pouvait dissimuler d’autres intérêts. C’est pour cette raison que les personnes âgées bénéficiaient en priorité des affranchissements gratuits.

53Acheter sa liberté restait un autre moyen de s’affranchir. Toutefois, cette solution dépendait toujours de la volonté du maître et, dans le Sertão, souvent de plusieurs maîtres. Pour acheter leur liberté, les captifs faisaient, parallèlement à leurs obligations d’esclaves, de petits travaux qui leur permettaient d’économiser de l’argent pour acheter leur liberté ou celle d’un proche. La liberté pouvait être le but de toute une vie, même si l’obtention de la charte d’affranchissement ne représentait pas toujours la fin d’un projet de liberté. Souvent, des affranchis continuaient à travailler pour acheter la liberté de leurs proches.

54Ceux qui cherchaient à fuir cette logique de dépendance risquaient de perdre la liberté obtenue. Des Noirs affranchis qui vivaient dans des zones isolées risquaient d’être confondus avec des esclaves en fuite et d’être ramenés vers la captivité. Dans une organisation sociale qui se fondait sur des réseaux relationnels construits entre les individus, chercher des alternatives de vie autonome était risqué. Ainsi, même lorsqu’elles étaient libres, la majorité des populations pauvres continuaient à vivre sur les terres des propriétaires et à dépendre d’eux.

V/ Conclusion

55Il ressort de cette étude monographique sur une région spécifique du Brésil que la complexité des relations de pouvoir dans une société esclavagiste dépasse de beaucoup la simple dimension économique. Les enjeux sociaux, le pouvoir symbolique et la culture de la servitude ont également des rôles importants dans l’explication de l’attachement porté à l’esclavage, au Brésil, au XIXe siècle.

56Les résultats présentés ci-dessus montrent que la population esclave ne formait pas une communauté isolée, mais qu’elle était, bien au contraire, intégrée à la dynamique de la société et construisait des liens avec les autres habitants de la région. Les esclaves ne formaient pas un groupe à part, ils partageaient les mêmes espaces d’habitation et de travail que la grande majorité de la population libre. Cependant, le fait d’être intégré à la dynamique sociale dominante ne représentait pas nécessairement un bénéfice pour l’esclave.

57En effet, les propriétaires du Sertão ont su utiliser des stratégies qui garantissaient le maintien des principes de base de l’esclavage. Une telle organisation sociale passait par l’existence de deux catégories d’êtres humains dans la sensibilité collective. D’un côté, les descendants des anciens colons qui, même appauvris et métissés, préservaient les symboles du pouvoir, tels le nom de famille, la propriété de parts de terre, de bétail et de quelques esclaves. Ces caractéristiques permettaient à ces personnes d’appartenir à la catégorie des « possédants », soit d’une grande propriété foncière, soit d’un petit lopin de terre. À l’opposé de ce groupe, il existait une masse d’individus qui ne formaient pas une classe sociale, ni même un groupe homogène, composé de libres, d’affranchis et d’esclaves.

58La crise et la pauvreté ont conduit à un plus grand rapprochement entre les individus appartenant à différentes catégories sociales et juridiques. Toutefois, du point de vue des esclaves, la proximité vécue ne représentait pas nécessairement une amélioration des conditions de vie et de travail. Cette proximité quotidienne incitait les descendants des anciens colons à chercher des alternatives qui les identifiaient en tant qu’élite et qui les différenciaient de la masse des esclaves et des travailleurs libres pauvres. Ainsi, dans un contexte peu favorable, les maîtres du Sertão ont utilisé des stratégies qui permettaient, en même temps, le transfert de la main-d’œuvre servile à d’autres régions du pays et le maintien de l’esclavage dans le quotidien local.

59Rapprochée au quotidien, l’ensemble de la population, déjà fortement métissée, finissait par être liée. Il ne faut donc pas envisager les deux groupes comme deux mondes à part, les maîtres d’un côté et les esclaves de l’autre, mais comme un ensemble d’individus liés par de grands réseaux de dépendance. Ainsi, la dynamique sociale identifiait tous les individus au sein de ce réseau qui unissait les habitants par des rapports de parenté, de parrainage et de solidarité, mais aussi de pouvoir et de dépendance. Dans ce système, les esclaves n’apparaissaient pas comme un groupe présentant une identité particulière, ils faisaient, au contraire, partie de cette population fortement rurale. Toutefois, dans un contexte précaire, les classes libres sentaient la nécessité de s’identifier en tant que groupe aisé et d’affirmer leur distinction. Les conséquences de l’appauvrissement étaient donc accentuées chez les plus faibles. Ainsi, par leur condition, les esclaves sont-ils restés, malgré tout, une population particulièrement exposée à la pauvreté au sein d’une société elle-même bien fragile.

60Cette étude monographique est un exemple concret de la façon dont, dans les dernières décennies, l’image de l’esclave au Brésil s’est transformée, s’est élargie et est devenue plus complexe. En effet, la multiplication de ce genre de recherches plus ponctuelles met en avant l’existence d’une pluralité de pratiques au sein même de l’institution esclavagiste. Mettre en avant la pluralité de ces relations permet aux historiens une analyse plus complexe du phénomène qui prend en compte les différentes dimensions – économiques, sociales et culturelles – de l’institution esclavagiste dans un pays où la pratique s’était profondément enracinée tout en s’adaptant aux différents contextes.

Haut de page

Bibliographie

1. Fonds d’archives du Département d’Histoire de l’Université Fédérale de Pernambouc (UFPE)

- 151 Inventaires après décès (1840-1888)

- Livre de registres de sépulture, Paroisse de Santa Maria da Boa Vista (1876-1902)

- Livre de registre de mariage, Tacaratu (1845-1853)

- Livre de registre de mariage, Tacaratu (1868-1889)

- Livre de registre de baptême, Floresta (1866-1881)

- Livre de registre de baptême, Floresta (1868-1881)

- Livre de registre de baptême, Floresta (1871-1876)

- Livre de registre de baptême, Floresta (1876-1881)

- Livre de registre de baptême, Santa Maria da Boa Vista (1872-1883)

- Livre de registre de baptême, Tacaratu (1845-1851)

- Livre de registre de baptême, Tacaratu (1860-1873)

- Livre de registre de baptême, Tacaratu (1872-1888)

- Livre de registre de baptême, Tacaratu (1880-1884)

- 7 Lettres d’affranchissement (1865-1869)

- 1 procès criminels d’esclave, Floresta 1870

- 28 registres de vente et d’achat d’esclaves (1868 à 1878)

- 14 lettres d’affranchissement, Tacaratu (1878-1884)

- 44 procurations pour vente d’esclave (1877-1880)

2. Sources en ligne 

- Recensement General du Brésil 1872, communes de Floresta (Paróquia do Senhor do Bom Jesus dos Aflitos da Fazenda Grande) et de Tacaratu (Paróquia Nossa Senhora da Saúde de Tacaratu). Institut Brésilien de Géographie et Statistique (IBGE) - http://biblioteca.ibge.gov.br/

3. Ouvrages publiés

ALENCASTRO, Luiz Felipe de. O trato dos viventes. A formação do Brasil no Atlântico Sul, séculos XVI e VII. São Paulo: Cia das Letras, 2000.

BURLAMAQUI, Maria Ferreira. Trajetórias e práticas de sociabilidade na apropriação de terras: Floresta e Tacaratu entre as décadas de 1840-1880. Recife: Université Fédérale du Pernambouc – Pograma de Pós-Graduação em História (Dissertação de mestrado em História), 2005.

DEL PRIORE, Mary et VENÂNCIO, Renato. Uma história da vida rural no Brasil. Rio de Janeiro: Ediouro, 2006.

GORENDER, Jacob. O Escravismo Colonial. São Paulo: Ática, 1978.

MATTOSO, Kátia. Être esclave au Brésil. XVIe-XIXe siècle. Paris, l’Harmattan, 1994. 2a ed.

MAUPEOU, Emanuele Carvalheira. Cativeiro e cotidiano num ambiente rural: o Sertão do Médio São Francisco – Pernambuco (1840-1888). Recife, Universidade Federal de Pernambuco (UFPE). Dissertação de Mestrado em história sous la direction de Socorro Ferraz, 2008.

__________. L’esclavage dans le Sertão du Pernambouc. Université de Toulouse le Mirail (Mémoire de Master 1 sous la direction de Richard Marin), 2007.

MOURA, Clovis. Dicionário da Escravidão Negra no Brasil. São Paulo: EDUSP, 2005.

NAZZARI, Muriel. « Da escravidão à liberdade: a transição de índio administrado para vassalo independente em São Paulo colonial ». In SILVA, Maria Beatriz Nizza. Brasil: colonização e escravidão. Rio de Janeiro: Nova Fronteira, 2000.

PALACIOS, Guillermo. Campesinato e escravidão no Brasil: agricultores livres e pobres na Capitania Geral de Pernambuco (1700-1817). Brasília: Editora UnB, 2004.

QUEIRÓZ, Suely Robles Reis de. « Escravidão Negra em debate ». In FREITAS, Marcos Cezar. Historiografia Brasileira em Perspectiva. São Paulo: Contexto, 2001, 103-117.

REVEL, Jacques. (dir.). Jeux d’échelles, de la micro-analyse à l’expérience. Paris : Seuil, 1996.

ROCHA, Solange Pereira da. Gente Negra na Paraíba oitocentista: População, família e Parentesco espiritual. Recife: Université Fédéral du Pernambouc - Pograma de Pós-Graduação em História (Thèse en histoire), 2007.

SAMPAIO SILVA, Patrícia. Sur les traces de Virgolino, un cangaceiro dit « Lampião »: Fragilité, violence et légalité (Brésil XIXe-XXe siècles). Paris : Université de Paris III – Institut des hautes études de l’Amérique Latine (Thèse en histoire), 2000.

SCHWARTZ, Stuart. Escravos, roceiros e rebeldes. São Paulo: EDUSC, 2001.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Alencastro, 85. Voir également la notice Número de Escravos dans Moura, 290.

2 Les divergences théoriques et méthodologiques sont parfois importantes et il existe une énorme variété de recherches possibles, portant sur le social, l’économique, l’ethnique, et le juridique, entre autres. Et cela, avec des approches qui vont du quantitatif au culturel. L’objectif de cet article n’est pas d’analyser les contributions méthodologiques, ni les nouvelles voies de recherche ouvertes à partir des années 1980. D’ailleurs, plusieurs sont les auteurs qui ont fait un bilan de cette production historiographique. Voir, par exemple, le premier chapitre de Schwartz ; l’article de Queiróz; et la préface de la deuxième édition de Mattoso, 1994.

3 Sur la notion de “monde rural,” voir Del Priore et Venâncio. Plus particulièrement sur le Pernambouc voir également Palacios qui analyse les petits producteurs de manioc, de tabac et de coton, qui ont obtenu une certaine autonomie dans les régions frontalières de celles de la production sucrière, tout au long du XVIII siècle. Dans ce travail, l’auteur montre d’autres possibilités d’organisation sociale, tournées vers la subsistance et l’approvisionnement interne fondé sur la petite production et la petite propriété.

4 Dans les zones de monoculture destinées à l’exportation de café ou de sucre, les propriétaires avaient, en général, une grande quantité d’esclaves et le déséquilibre homme-femme était toujours très prononcé.

5 Les résultats présentés dans cet article sont issus notamment d’une partie de l’étude que j’ai réalisée sur l’esclavage et le quotidien au Sertão du Pernambouc dans le cadre du Mestrado à l’Université Fédérale du Pernambouc au Brésil (Maupeou, 2008). Pour une version en français, voir l’étude préliminaire réalisée dans le cadre du Master 1 (Maupeou, 2007).

6 La documentation utilisée provient d’une région du Sertão du São Francisco, actuellement identifiée comme la Microrégion de Itaparica en Pernambouc. Cet espace correspond à une zone approximative de 9.590 Km2 formée d’un ensemble de sept communes : Belém do São Francisco, Carnaubeira da Penha, Floresta, Itacuruba, Jatobá, Petrolândia et Tacaratu.

7 Sur les pratiques d’appropriation de terre dans la région voir Burlamaqui.

8 Aujourd’hui encore, il existe au moins sept groupes de descendants des populations indiennes dans la région. Ce sont les tribus Tikum, Kambiwá, Pankaiuká, Pankará, Pipipã, Truká et Pankararu.

9

10 Il s’agit du premier recensement national. Les donnés des deux principales communes de la région, Floresta et Tacaratu, ont été consultées. Le recensement est disponible sur le site le l’Institut Brésilien de Géographie et Statistique (IBGE) : http://www.ibge.gov.br.

11 Tous les résultats présentés dans cet article ont été obtenus à partir de l’analyse de la documentation notariale et ecclésiastique du Sertão du São Francisco, localisée dans le fonds d’archives du Département d’Histoire de l’Université Fédérale de Pernambouc (UFPE).

12 Le Sertão était traditionnellement connu par l’historiographie comme économiquement inadapté au travail esclave. Cette vision reposait sur plusieurs arguments : l’isolement, la pauvreté et l’organisation du travail dans la région. Ainsi, disait-on, l’élevage extensif des bovins ne permettait pas la surveillance constante du travailleur esclave, ce qui faisait obstacle à l’essor de l’institution dans cette région.

13 Dans ce cas, les sources consultées correspondent à des registres de vente de terre et d’esclaves et surtout aux inventaires après décès. Département d’histoire, UFPE, sans côte.

14 Des esclaves sont cités dans plus de 70% des 151 inventaires après décès dépouillés, Département d’histoire, UFPE, sans côte.

15 Université Fédérale de Pernambouc, Departamento de História, Inventario de bens de Tenente Coronel José Francisco de Novais, 1850, sans côte. La désignation même de Tenente Coronel qui précède le nom du riche propriétaire indique qu’il est une exception dans cette société appauvrie. Il figure donc comme un notable rural qui se forge sa propre clientèle locale.

16 Département d’histoire, UFPE, Inventaire après décès de Rufina Gomes de Sá, 1852, sans côte.

17 Voir, par exemple la thèse de Solange Pereira da Rocha sur la Province de la Paraiba (Rocha, 2007).

18 Livre de registre de notaire de Tacaratu de 1878, où sont registrées 44 procurations entre 1877 et 1880. Département d’histoire, UFPE, sans côte.

19 Lettre au Gouverneur datée du 27 octobre 1801 : “juntando-se à escravos fugitivos e outras qualidades de índios não menos criminosos e outras qualidades de homens.” (Sampaio Silva, 81).

20 Le classement de 1872 distingue, parmi les esclaves, les noirs (pretos) et les métis (pardos). 60,23% sont définis comme noirs, 39,76% comme pardos. Dans les inventaires après décès les termes employés sont plus variés, mais les deux termes le plus souvent employés sont criolo (noir né au Brésil) et cabra (qui est à l’évidence un métis, mais qui ne correspond pas à un type bien établi de métis).

21 Muriel Nazzari, dans une étude sur la région de São Paulo au XVIe siècle, a remarqué que les Indiens offraient des revenus et permettaient l'accumulation de capital dans les régions dont les ressources étaient insuffisantes pour l'importation d’Africains (Nazzari, 2000).

22 Le terme Pardo, littéralement « gris » en français, sert de manière générale à identifier un individu métis.

23 “Maioria daqueles que, nesta Província recebem o nome de índios, já são uma raça degenerada, negros, pardos, mais ou menos escuros vivem como índios e são todos assim denominados” (Sampaio Silva, 83).

24 Dans les neuf livres de baptême consultés, 740 enfants d’esclaves ont été identifiés.

25 Dans les deux livres de registre de mariage consultés, il y avait 42 unions où au moins un des conjoints était esclave.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emanuele Carvalheira de Maupeou, « Captivité et quotidien dans un milieu rural brésilien : le Sertão du São Francisco – Pernambouc (1840-1888) », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 215 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://orda.revues.org/485 ; DOI : 10.4000/orda.485

Haut de page

Auteur

Emanuele Carvalheira de Maupeou

Université Toulouse 2-Le Mirail, laboratoire FRA.M.ESPA, emanuele_cm@yahoo.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org