Navigation – Plan du site
Explorations transdisciplinaires de la jeune recherche américaniste à Toulouse

Secret et politique : la dictature militaire à l’épreuve des archives franco-brésiliennes (1964-1985)

Rodrigo Nabuco de Araujo

Résumés

A l’instar d’un carnet de voyages, cet article retrace un parcours de recherche dans différentes archives, en focalisant sur les difficultés méthodologiques rencontrées et les réponses apportées. Nous présentons des pistes de recherche sans prétendre à des conclusions définitives car l’accès aux archives contemporaines dans l’écriture d’une histoire récente oblige à croiser les données et à enquêter sur les différentes méthodes. Malgré la prédominance de la méthode historique, d’autres sciences sociales nous orientent dans l’élucidation des questions posées au passé. Ainsi, l’objet de ces recherches, La diplomatie militaire française au Brésil (1958-1974) : conquête des esprits et commerce des armes, s’ouvre à différentes disciplines : l’archivistique, la sociologie de l’autorité et la science politique.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article a pour objet les conditions d’accès aux archives classées secrètes, et retrace aussi un parcours de recherche dans les archives. Notre démarche est d’abord comparative et essaie d’illustrer une pratique interdisciplinaire. La méthode utilisée réunit un ensemble de techniques, permettant d’observer l’image radiographiée de l’objet d’études et de déterminer la nature de certaines des difficultés rencontrées. Aussi nous empruntons des méthodes à d’autres disciplines des sciences sociales. D’abord à l’archivistique, qui nous donne les clés pour analyser la nature des secrets. Ensuite, la sociologie de l’autorité traite des usages du secret dans les institutions dépositaires d’archives. Par ailleurs, la science politique apporte les outils pour comprendre le contexte de création des secrets. Enfin, la méthode historique dans ce cas est analogue à l’instruction d’un procès par le juge. Elle consiste à (re)construire les faits à l’aide des preuves, des évidences et des questions qui déterminent la distance entre le sujet et l’historien.

  • 1 Périès Gabriel, « Un modèle d’échange doctrinal franco-argentin : le Plan Conintes 1951-1966 », dan (...)
  • 2 Lessa Antonio Carlos, « Os vértices marginais de vocações universais: as relações entre a França e (...)

2A la suite d’une première enquête réalisée dans les archives militaires françaises émergèrent des interrogations méthodologiques et conceptuelles. L’étude sur archives révéla que l’armée brésilienne s’était fortement inspirée de la doctrine militaire française pour concevoir sa stratégie de défense intérieure du territoire. A l’instar du sociologue Gabriel Périès, je puisais dans les relations internationales des pistes pour comprendre le développement de la doctrine militaire française. Une recherche préliminaire montra que le Brésil n’était pas le pionnier dans l’étude de la DGR mais réunissait des éléments doctrinaires de différents pays, notamment français, britanniques et états-uniens, qui en faisait un modèle à part1. Une des premières conclusions de l’enquête fut que l’influence militaire française s’étendait sur plusieurs années et n’était pas exclusive : l’armée brésilienne était riche de ses multiples expériences à l’étranger et entretenait des relations suivies avec les Etats-Unis. Cependant, sur différents aspects la France surgissait comme un partenaire stratégique, certes dépassé par la concurrence des missions diplomatiques et militaires des Etats-Unis, néanmoins représentative d’une nouvelle orientation diplomatique du Brésil. Les relations bilatérales se déroulaient en fonction des allers-retours dans les négociations, et se caractérisaient par une grande instabilité des moyens et des objectifs à atteindre. Dans une étude récente, l’historien Antonio Carlos Lessa concluait que les canaux institutionnels de dialogue et les engagements multilatéraux des deux pays gênaient la coopération bilatérale2. Des entraves institutionnelles empêchaient une relation suivie.

3Mes recherches me conduisaient donc vers d’autres terrains : ceux des contacts entre polices politiques, de la vente d’armes et du rôle que la France et le Brésil auraient joué dans la poursuite à l’étranger des opposants à la dictature militaire. Des sujets qui m’éloignaient des relations diplomatiques officielles et me plongeaient dans un passé renié aussi bien par les autorités militaires brésiliennes que françaises. Le déni de réalité s’appuyait sur une procédure de protection des informations. Il m’a semblé nécessaire de problématiser les difficultés rencontrées au cours de cette enquête. Cet article concerne donc une expérience de recherche interdisciplinaire et des difficultés spécifiques relatives à son contexte.

Le débat sur le soutien de la France aux dictatures de guerre froide en Amérique latine

  • 3 Assemblée Nationale, document n° 1060, le 10 septembre 2003.
  • 4 Assemblée Nationale, document n° 1295, le16 décembre 2003.

4Cette recherche se situait peu de temps après la publication aux éditions de la Découverte d’une enquête journalistique réalisée par Marie Monique ROBIN, Les escadrons de la mort : l’école française. Parue en 2003, l’enquête de M.M. Robin abordait l’influence militaire française sur l’armée argentine et en particulier l’éventuelle responsabilité de la France dans la répression menée par la dictature argentine (1976-1983) à l’égard de ses opposants3. Elle insistait alors sur l’importance des expériences militaires françaises en Indochine et en Algérie pour la formation doctrinale des officiers argentins. Les résultats de son enquête ouvrirent un débat public sur le rôle de la France dans la formation des officiers d’élite responsables de la planification de la répression. Sensibilisée par les révélations de la journaliste, une commission de députés de l’Assemblée Nationale publiait le 24 décembre 2003 un rapport au nom de la commission des Affaires étrangères, sur un projet d’enquête visant à évaluer le rôle qu’aurait joué la France dans le soutien aux régimes militaires d’Amérique latine, entre 1973 et 19844.

5Pourtant, bien que documentée sur l’Argentine, l’enquête n’abordait que très superficiellement l’influence française sur l’armée brésilienne, en évoquant l’emblématique attaché militaire français au Brésil, le colonel Paul Aussaresses (1973-1975), et sa mission au Centre d’Opérations dans la Jongle et d’Actions Commando (COSAC – créé à Manaus, en Amazonie, en 1964, par décret du président Castello Branco). Ce thème fut défini comme objet d’un doctorat d’histoire, dont l’objectif était de comprendre les stratégies françaises d’implantation dans le marché militaire brésilien et les différentes étapes de transfert du modèle doctrinal de la guerre révolutionnaire. Une série d’observations préliminaires ont révélé que la diffusion de ce modèle s’insérait dans un cadre plus vaste de propagande française près des forces armées brésiliennes. Il s’agissait d’un projet entièrement intégré à la logique de la guerre froide. Le transfert de la DGR avait un double intérêt pour la France. D’abord il permettait à l’armée française de maintenir son influence auprès des forces armées brésiliennes, pour attirer l’attention d’une élite militaire sur les savoir-faire et les technologies françaises. Ensuite, il répondait à une exigence politique de la période gaulliste : récupérer le « rang » parmi les puissances occidentales.

6Au fil des recherches surgissaient des nouveaux cartons d’archives, dossiers et documents déclassifiés sur l’armée brésilienne. Toutefois, au fur et à mesure que l’objet se complexifiait, et qu’on approchait des secrets, les sources se raréfiaient. Les principales difficultés rencontrées alors furent l’utilisation des documents provenant du ministère de la Défense français et l’accès à ceux du ministère des Affaires étrangères brésilien. Ce qui me conduisit à interroger la relation entre secret d’archives et secret politique pour comprendre les raisons qui me tenaient éloigné de la documentation militaire.

La protection de l’information politique

7Le problème de l’accès à la documentation produite par les gouvernements militaires au Brésil (1964-1985) est contemporain au processus d’ouverture du régime (1979-1985). Il est donc important de comprendre le compromis politique trouvé entre la société civile et l’Etat militaire lors de la transition de la dictature à la démocratie, pour élucider la relation entre secret d’archives et secret politique.

8Le 31 mars 1964, un coup d’Etat civil–militaire évinça du pouvoir le gouvernement constitutionnel de João Goulart (1961-1954). Les militaires installés au pouvoir s’appuyèrent sur 17 Actes Institutionnels, édités entre 1964 et 1969, qui se substituèrent à la Constitution. Ces normes juridiques avaient force de loi et formaient la source même du pouvoir militaire : elles légitimaient et légalisaient le gouvernement putschiste. La nature autoritaire du régime, son projet de transformation du Brésil et ses connexions avec l’étranger stimulèrent la production d’une série de documents contenant des sujets classés « secrets », ayant trait au respect de la sécurité nationale mais aussi à la sécurité du régime lui-même. Celui-ci s’étendit sur 21 années durant lesquelles l’intensité de la répression menée à l’encontre de ses opposants varia considérablement.

9En 1977 s’ouvrirent les négociations pour l’ouverture du régime. Une commission fut alors nommée responsable d’assurer la transition politique et en particulier de déterminer les conditions de la nouvelle démocratie. La commission s’arrêta sur le besoin de protéger aussi bien les anciens responsables politiques que les membres de l’opposition. Une protection à caractère fondamentalement juridique qui visait à empêcher des poursuites pénales. L’accès à la documentation produite par le régime fut au centre du débat et certaines archives furent jugées « sensibles » par la commission, au motif qu’elles mettaient en cause la vie privée des personnes et les intérêts de l’Etat dans la conduite de la politique. Après d’âpres discussions, un compromis fut trouvé qui contraria l’intérêt des différents acteurs politiques, fussent-ils civils ou militaires. Un des résultats des négociations fut la Loi d’Amnistie, publiée dans le Journal Officiel en 1979. Comme l’a affirmé le journaliste John Dinges :

  • 5 Dinges John, Les années Condor. Comment Pinochet et ses alliés ont propagé le terrorisme sur trois (...)

A mesure que les gouvernements militaires cédaient la place à un pouvoir constitutionnel, les nouveaux dirigeants politiques choisissaient, malgré leurs volontés démocratiques, de ne pas poursuivre les crimes du passé. La paix fut négociée au prix de la protection des auteurs des crimes innommables, alors que l’armée restait puissante. L’impunité, sanctionné par les gouvernements démocratiques, prit force de loi5.

10Les observateurs contemporains s’accordaient alors sur la disposition peu favorable du gouvernement de transition, en l’occurrence celui du civil José Sarney (1985-1990), à l’égard de l’ouverture des archives. Attitude suivie par ses successeurs : un ancien exilé politique, le professeur Fernando Henrique Cardoso (1994-2002), et un des principaux adversaires du régime autoritaire, le syndicaliste Luís Inácio Lula da Silva (2002-2010). Dans ces conditions, comment comprendre cette incapacité de la démocratie brésilienne à rendre publiques les informations nécessaires au débat citoyen ?

11En effet, la Commission d’Amnistie avait conditionné la transition démocratique à l’immunité pénale des militaires. La question des procès à l’encontre des agents de l’Etat dans l’exercice de leurs fonctions était ouverte et l’accès aux informations publiques concernant la période dictatoriale au centre du débat. Il n’était pas question de procès, à l’image de ce qui se passait alors en Argentine.

12L’exemple argentin est un excellent modèle de comparaison car il est à l’opposé de son homologue brésilien. La comparaison des chiffres des morts et des disparus pèse lourdement contre la dictature argentine, accusée de génocide et de crimes contre l’Humanité. Dans les deux pays la répression menée par le gouvernement à l’encontre de ses opposants a concerné un nombre très élevé de citoyens. Toutefois, dans le cas argentin très peu de victimes de la terreur d’Etat furent enquêtées et jugées par un tribunal militaire : elles ont disparues ou bien furent exécutées sur le champ sans disposer du droit au jugement. Au Brésil, à l’opposé, le nombre d’enquêtes policières et militaires menées à l’encontre des présumés coupables des crimes contre la sécurité nationale fut très grand. Par conséquent, les opposants à la dictature brésilienne furent traduits et condamnés par la justice, ayant en grande partie survécus à la torture et à l’emprisonnement. Le groupe Tortura Nunca Mais estime le nombre des personnes incarcérées et torturées entre 1964 et 1985 à plus de 30 000. C’est pourquoi une des principales différences entre les deux dictatures réside d’une part sur l’importance des forces politiques en opposition, et d’autre part sur le projet de transition démocratique. Lorsqu’en Argentine on évoquait les 30 000 morts et disparus c’était pour parler des revendications de leurs familles et de leurs proches. En revanche, au Brésil lors de la transition démocratique, les victimes de la répression étaient soit en exil soit en prison, susceptibles de revenir sur la scène publique, de réclamer des réparations voire de reprendre le pouvoir. D’après la commission d’amnistie, il fallait insérer dans le processus d’ouverture démocratique une série de mesures afin d’éviter un séisme au sein de l’élite politique.

13En Argentine, l’ouverture ne s’accompagnait à l’origine d’aucun projet de transition, c’est pourquoi les procès à l’encontre des militaires de rangs inférieurs débutaient moins d’un an après la chute du régime. Une des conséquences de leurs condamnations fut le soulèvement des colonels commandants des troupes de choc responsables de la répression, les Carapintadas, en 1984. Solidaires à leurs coreligionnaires condamnés par les tribunaux civils, ils prirent d’assaut le palais présidentiel afin d’obliger le gouvernement civil de Raul Alfonsin (1983-1989) de faire machine arrière. Ce fut la loi de Punto Final, qui mit un terme à ces procès. Mais au Brésil l’amnistie s’accompagna d’une amnésie programmée, soit d’une volonté délibérée de cacher l’information sur la répression et au-delà, toute information provenant d’un organisme public pouvant avoir à faire avec la répression. L’amnistie, au Brésil, devint synonyme d’amnésie.

14Après avoir observé les raisons politiques que du côté brésilien suscitent les plus grandes réticences quant à l’ouverture des archives, il convient de regarder les principaux textes de loi réglementant l’accès et la communication des archives contemporaines utilisées dans cette recherche.

Le droit à l’information

15La nouvelle loi française sur les archives approuvée par le Sénat en juin 2008 stipule que :

  • 6 SENAT. Rapport fait au nom de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrag (...)

La transparence est le signe d’une démocratie achevée, honorant le contrat social entre les pouvoirs publics et les citoyens. A l’inverse, les régimes qui cultivent un goût prononcé du secret et de l’opacité dans leur mode de fonctionnements sont rangés parmi les pays peu ou pas démocratiques6.

16La différence entre les régimes démocratiques et les régimes autoritaires réside d’après le texte de loi dans le statut et les usages du secret. Si les premiers le considèrent comme un moyen de gouvernement, les seconds en font, à l’opposé, un principe de gouvernement. Cette définition proposée par la Direction des archives de France ne s’applique toutefois pas à tous les cas de figure. Elle laisse, par ailleurs, une grande marge d’interprétation aux institutions dépositaires d’archives. Le texte de loi reconnaît la responsabilité de certains ministères quant à la conservation des archives :

  • 7 SENAT. Op. Cit., « Réaffirmer le principe d’autonomie des assemblées parlementaires garant d’une me (...)

La loi fait le choix de respecter l’autonomie de certains services d’archives relevant de l’exécutif.
En particulier est maintenu le régime d’autonomie des ministères des Affaires étrangères et de la Défense. Cette autonomie […] se traduit par la conservation des archives dans des services dédiés appartenant aux ministères ainsi que par l’absence de contrôle scientifique et technique exercé par la direction des archives de France7.

17Cette autonomie préserve l’armée et les Affaires étrangères de tout contrôle sur l’information qu’ils livreraient au public. Contrôle que souhaiterait exercer certains parlementaires et associations d’informations. Le droit à l’information est indiqué dans l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ratifié par les Nations Unies en 1948. Selon ses termes : « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression ; ce droit inclut la liberté d’affirmer des opinions sans interférence et de rechercher, recevoir et transmettre des informations et des idées par tous les moyens et sans tenir compte des frontières8 ».

  • 9 Colombara López Ciro, Olmedo Bustos Juan Pablor, « El control de la administración y el derecho de (...)

18Le droit à l’information comprend la faculté d’accès aux archives, registres et documents publics. Il consiste à accéder à l’information et rendre accessible, publique, transparent et visible ce qui jadis fut opaque et secret. D’un autre côté, le droit à informer inclut les libertés d’expression et d’interprétation ainsi que la constitution des sociétés et d’entreprises d’informations. Enfin, le droit d’être informé comprend les capacités de recevoir des informations objectives, sûres et fiables. Le droit à l’information et la liberté d’expression sont des garanties fondamentales de la démocratie constitutionnelle. Celle-ci doit assurer, par conséquent, la transparence des autorités publiques9.

  • 10 Rodrigues Georgette Medleg, « Arquivos, anistia política e justiça de transição no Brasil: onde os (...)

19Au Brésil, la campagne pour la transparence menée par le groupe Brasil Nunca Mais a rendu public les archives du Tribunal Suprême Militaire et de la Cour Suprême – les deux institutions responsables de juger les crimes contre la sécurité nationale. Cependant, d’après l’historienne Georgette Rodrigues la dictature brésilienne avait déterminé dès 1977 le traitement réservé à une partie de ses archives : destruction des « archives secrètes », « ultrasecrètes » et « réservées sous contrôle10 ». Sans appel, l’ouverture démocratique remit à l’ordre du jour des débats relatifs à l’accès aux informations des services de répression, et au-delà, à toute documentation concernant la période.

20La Constitution brésilienne de 1988, dans son article 5, paragraphe XXXIII établit que toute personne a le droit de recevoir des organismes publics les informations de son intérêt ou d’intérêts collectifs, rendues dans les délais fixés par la loi, sous peine de responsabilité, exceptées celles dont le secret soit incontournable à la sécurité de la société et à la sûreté de l’Etat.

21Dès lors, le débat s’orienta vers le contrôle que certaines institutions pourraient maintenir sur ses archives, en déclassifiant certaines mais en en préservant d’autres jugées « sensibles » par une commission interne. En janvier 1997, le décret n° 2134 réglementa l’accès aux archives diplomatiques lorsqu’il détermina que quelque soit le degré de protection de la documentation, si elle avait déjà fait l’objet d’une consultation antérieure elle ne pouvait rester protégée par la loi du secret. Il stipula aussi que le délai de consultation pourrait se proroger de façon indéterminée en fonction de l’intérêt pour la défense nationale.

22La sûreté, la sécurité et la défense sont des concepts subjectifs car soumis à la relativité de celui qui fait l’annonce, en l’occurrence le gouvernement de transition : il s’agit donc de la sécurité des hauts fonctionnaires et des membres du nouveau gouvernement. Nous approchons alors une autre perspective de cet objet, empruntée à la sociologie de l’autorité.

La raison d’Etat

  • 11 Giraud Claude, Du secret. Contribution à une sociologie de l’autorité et de l’engagement, Paris, L’ (...)

23L’Etat doit assurer la confidentialité de certaines informations afin de protéger ses agents et sa propre intégrité. Le paradoxe des régimes démocratiques est précisément celui d’œuvrer pour une plus grande transparence tout en préservant sa propre sécurité et celle de ses agents dans l’exécution de leurs fonctions. D’un autre côté, on exige en échange la neutralité des fonctionnaires publics. Elle comprend notamment la capacité professionnelle à ne pas dévoiler les attendus de décisions ou de mesures prises à l’égard ou à l’encontre de telle ou telle catégorie de citoyens11.

24La sociologie des institutions propose d’analyser le secret comme une marque de la hiérarchie en même temps qu’une mesure de protection de l’information. Il agirait comme une ligne de défense matérialisée par une série de règlements établis pour couper toute communication entre les décideurs et la société civile. Il se traduit tant par une difficulté d’accès aux documents que par une pratique de dissimulation voire de destruction des archives. Toutefois, une observation superficielle ne révèle aucun lien de causalité entre secret d’archives et secret politique. Les secrets qui arpentent les politiques secrètes sont distincts de ceux conservés dans les archives : le secret d’archives ressemble davantage à une routine institutionnelle, quand bien même le secret politique se concentre dans les cercles de pouvoir où se réunissent les décideurs. Les archives secrètes conservent donc une information dissimulée, résultat de la double procédure visant à protéger l’information et à décourager toute demande de consultation.

  • 12 Duclert Vincent, « Le secret en politique au risque des archives ? Les archives au risque du secret (...)

25La politique d’Etat en matière d’archives intègre une part plus ou moins grande de secret ayant pour conséquence d’éloigner la demande d’information et de délibération, en vertu d’un souci d’organisation et de rendement12. C’est pour respecter ces principes généraux que la loi fixe le nombre d’années séparant la date de remise du document aux archives de celle autorisant sa consultation publique.

  • 13 SENAT. Rapport fait au nom de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrag (...)

Alors qu’ils relèvent actuellement d’un délai de soixante ans, relèveraient d’un délai de cinquante ans les documents dont la communication porte atteinte au secret de la défense nationale, aux intérêts fondamentaux de l’Etat dans la conduite de la politique extérieure, à la sûreté de l’Etat, à la sécurité publique et au secret en matière de statistiques. Ce délai de cinquante ans s’appliquerait également aux archives juridictionnelles et aux minutes notariales, aujourd’hui soumises à un délai de cent ans13.

  • 14 Idem. « Exposé général ».

26Bien que des procédures dérogatoires soient mises en place pour permettre la consultation de certains documents, ces dérogations ne permettent ni la reproduction des documents ni la communication des informations contenues et se limitent donc à autoriser leur consultation. Enfin, la libéralisation des archives publiques en France, prévue par la loi ratifiée par l’Assemblée Nationale en juin 2008 attribue « à la seule autorité politique dont elles [les archives] émanent le droit de délivrer des autorisations de consultation anticipée, à l’exclusion de tout mandataire14 ». Les Archives de France mettent à la disposition du public un accès facilité aux documents, tout en dissimulant ses secrets.

27Une fois franchie la barrière de protection des archives par l’obtention d’une dérogation ou la demande auprès d’un archiviste bienveillant à l’égard des libertés démocratiques, le lecteur se trouve face à un autre monde : celui des rouages internes de l’Administration. Le classement de certains fonds respecte une logique interne de protection des agents et d’accessibilité aux fonctionnaires. De sorte que l’observateur extérieur se perd dans les codes, les index et les registres de l’information. En outre, l’obtention d’une dérogation n’a aucun lien de causalité avec l’obtention de l’information, si les documents sont accessibles leurs contenus sont parfois peu probants. D’une part, la simple lecture d’un document traduit une rétention de l’information de la part du producteur du document. D’autre part, l’information est le reflet d’une tendance politique, révélateur des filtres idéologiques du producteur du document. Les informations sont donc fréquemment manipulées et déformées pour mieux servir les besoins des dirigeants militaires ou civils. En passant par divers filtres institutionnels, politiques et individuels, elles s’imprègnent de l’idéologie dominante.

  • 15 Giraud Claude, op. cit., p. 112.

28La production des documents diplomatiques répond par ailleurs à une hiérarchie d’accès aux informations : le classement des documents respecte une échelle de valeurs de l’information et correspond à une hiérarchisation des personnels pouvant avoir à connaître de ces secrets15. En principe, l’information soumise au secret est produite dans les cercles fréquentés par l’élite du pouvoir et ne dépasse pas le cadre des agents exécutants. Enfin, la protection de l’information a plusieurs finalités. Celle des plus notoires est de garder l’anonymat.

29Ainsi toute recherche basée uniquement sur la documentation ouverte de l’Itamaraty, du ministère de la Défense ou du Quai d’Orsay est incomplète et parfois ne produit aucun résultat satisfaisant. Pour que ces archives deviennent des preuves, l’enquêteur doit prendre un certain nombre de précautions liées systématiquement à l’analyse externe du document : des informations sur le producteur, sur le destinataire, sur le contexte, sur les lieux de production, etc.

30Pour sortir de ce labyrinthe d’illusions politiques et de paranoïa sécuritaire, il est nécessaire de suivre le cheminement d’un document d’un ministère à l’autre, voire d’un pays à l’autre. Ainsi, le paradoxe de la démocratie, entre transparence et secret, révèle une défaillance bien plus profonde du système libéral et républicain. Face à ces difficultés conceptuelles et matérielles, nous recourons à différentes méthodologies pour déloger le secret.

Secrets d’archives, secrets politiques ?

31Théoriquement il est possible de suivre la trajectoire d’un sujet particulier : de son élaboration par le Secrétaire et l’envoie à son supérieur jusqu’à la décision finale du ministre d’Etat. En principe la plupart des documents administratifs y compris ceux du service de renseignement sont souvent archivés en plus d’une copie. Ils sont reproduits et expédiés à plusieurs institutions, laissant ainsi des traces dans les archives des différents secrétariats d’administration. Les registres élucident l’itinéraire du secret au sein des différentes institutions et s’il nous est impossible de connaître ce que cache la barrière du secret, il est permis de déceler la procédure de dissimulation.

32D’ailleurs, la consonance des législations françaises et brésiliennes à propos des archives crée une réalité semblable entre les deux pays. Pourtant, l’organisation des archives diffère : la documentation diplomatique brésilienne est dispersée dans les dépendances de l’Archive à Brasilia, contrairement au Quai d’Orsay qui réunit tous les documents diplomatiques. Mais d’autre part, il se trouve qu’au Brésil deux institutions conservent des documents diplomatiques : le Arquivo Nacional et les archives de l’Itamaraty. Cette inflexion institutionnelle n’est pas due au hasard et symbolise les conflits d’intérêts entre la société civile et le ministère des Affaires étrangères. Le silence du ministère face aux demandes réitérées de la société civile pour accéder aux documents de la répression provoqua une réaction singulière : la direction de l’Arquivo Nacional reçut devant sa porte une série de cartons classés « secret défense », émanant des différents organismes de l’Itamaraty chargés du renseignement extérieur et de la surveillance à l’étranger des ressortissants brésiliens. Par conséquent, cette documentation classée « secrète » provient à la fois des services secrets extérieurs brésiliens (le Centro de Informações do Exterior) et de la Division de Sécurité et d’informations de l’Itamaraty (DSI/MRE). Librement consultable, le fonds de l’Arquivo Nacional constitue une base de données fondamentale pour connaître l’activité d’espionnage international au sein des ambassades.

33Les archives de l’Itamaraty à Brasilia dénotent un fort aspect administratif, dont le classement répond à des critères internes de fonctionnement du ministère. Elles traduisent la version officielle de la diplomatie brésilienne quant à ses stratégies. Ici plus qu’ailleurs le secret arpente la structure administrative car les archives sont classées en fonction du degré d’accessibilité des lecteurs et des fonctionnaires publics : « secret défense », « secret », « confidentiel » et « ouvert ». A l’intérieur de ce classement on décèle les structures d’origine productrices du document. Le plus souvent les requêtes auprès de la session de « Documents spéciaux » (Sessão de Correspondência Especial) sont peu probantes, malgré la bonne volonté des archivistes. Des trésors se cachent, néanmoins, au fond de ce labyrinthe. D’après l’historien Antonio Carlos Lessa, la plupart des documents ultra secrets, essentiels pour la reconstitution des procédures diplomatiques, se trouve toujours dans les bureaux des diplomates, des ministres, des hauts fonctionnaires, voire dans les ambassades. Ce dernier cas de figure correspond à l’ambassade du Brésil en France, qui conserve une grande partie des archives de l’attaché militaire après 1945. Il s’agit d’une procédure visant à favoriser la transmission d’informations entre fonctionnaires se succédant dans le poste. Toutefois, un de ses résultats est l’éloignement des lecteurs.

34Or, la documentation que nous avons consultée au Quai d’Orsay et au ministère de la Défense français provient des attachés militaires français au Brésil. Même si il est difficile de connaître le détail des activités de son homologue brésilien, on peut les déduire par une étude à la fois politique et des réseaux. On peut par ailleurs connaître les activités des services d’information de l’ambassade, dont les archives sont déposées au Arquivo Nacional.

35Les archives du Quai d’Orsay sont partiellement inaccessibles et il en va de même pour le Service Historique de la Défense, où on accède à des plus amples informations malgré les restrictions imposées quant à leur utilisation. Pour toute communication il est nécessaire de demander l’autorisation au responsable du service. En l’état actuel de mes recherches, la documentation de l’Itamaraty est peu probante, tandis que celle provenant du SHD est extrêmement riche. L’absence de secrets dans les archives n’a aucun lien de causalité avec l’existence même de ceux-ci ; ce constat nous oblige à réfléchir sur les raisons de la dissimulation des documents dont les chercheurs connaissent pertinemment l’existence.

36Si nous pouvons étudier la production du secret et l’analyser comme une des étapes de construction de l’édifice hiérarchique de l’Etat, en employant les outils d’analyse de la sociologie de l’autorité, il est nécessaire, cependant, de souligner l’importance du contenu de l’information.

Surveillance internationale, réseaux d’extrême droite et dialogue avec les conspirateurs

37Afin de contourner les difficultés d’accès aux informations et des trouver des indices, des évidences, voire des preuves, nous confrontons les différentes sources d’informations disponibles. Les hypothèses ont alors été divisées en différents aspects : les modalités d’action des vétérans français des guerres de décolonisation en poste à l’ambassade de France à Rio de Janeiro ; l’exploitation par la France de la doctrine de la guerre révolutionnaire (DGR) comme un objet du marché militaire ; l’adaptation de cette doctrine à la situation brésilienne, dans l’intention de planifier la répression intérieure.

38La documentation consultée au ministère des Affaires étrangères brésilien pour la période postérieure à 1964 attestait d’un sérieux intérêt pour la menace internationale que représentait le communiste. Des nombreuses ambassades et consulats furent orientés pour suivre l’activité des Brésiliens exilés et pour empêcher la diffamation du régime. En assumant pleinement sa fonction d’observatoire international de l’évolution du communisme, l’Itamaraty a recueilli d’importantes informations constituant une riche base de données. En effet, entre 1966 et 1975, les rapports confidentiels du Centre d’Informations de l’Extérieur indiquaient que les agents du SNI (services secrets brésilien) à l’ambassade du Brésil en France concentraient leur attention sur la menace non-violente des personnalités politiques en Europe qui organisaient des groupes de pression pour dénoncer les gouvernements militaires, au nom de la démocratie et des droits de l’Homme. Cette documentation attestait en outre de la coopération entre les services de police deux pays dans le recueil des renseignements sur les militants de l’opposition à l’étranger.

39Ces archives révélaient d’importantes informations sur les relations entre l’extrême droite brésilienne et le réseau des militaires nourris par les apports de la doctrine française. Cette constellation de groupes politiques formait le réseau social de l’attaché militaire français au Brésil. L’enquête interrogerait donc certaines personnes engagées dans les relations franco-brésiliennes. Nous avons retenu certains profils type, parmi les plus représentatifs se trouvaient les représentants diplomatiques et les exilés politiques. Attiraient en particulier l’attention les ambassadeurs du Brésil en France, qui à l’image d’Olavo Bilac Pinto, (1966-1970), partageaient une même « vision de monde » conservatrice et réactionnaire. Alors qu’il était député du Minas Gerais et président de l’Union Démocratique Nationale, Bilac Pinto mena à l’Assemblée nationale une vive campagne de propagande contre le gouvernement de João Goulart (1961-1964). En février 1964, il prononça un discours sur la Guerre Révolutionnaire au Brésil, retranscrit dans tous les journaux à grand tirage, déclenchant des vives réactions dans les milieux militaires. Nommé ambassadeur du Brésil en France par le premier président du nouveau régime, le général Castello Branco (1964-1967), Bilac Pinto était un personnage représentatif des relations que le Brésil entendait développer avec la France. Cet influent homme politique disposait d’innombrables réseaux internationaux, avait suivi les formations spécialisées de l’Ecole Supérieure de Guerre et circulaient fréquemment entre Paris et Rio de Janeiro.

40D’autres archives indiquaient des pistes pour reconstruire les réseaux de la droite française au Brésil. Le 30 mars 1963, le chargé d’Affaires brésilien à Lisbonne envoya au Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères deux télégrammes secrets sur les négociations autour de l’accueil au Minas Gerais de l’ancien ministre des Affaires étrangères français, Georges Bidault. Celui-ci quittait Lisbonne en fuyant la justice française. Bidault était un des principaux chefs du Comité de Libération Nationale, organe politique de l’Organisation Armée Secrète. A l’aide des militaires séditieux de la Guerre d’Algérie, il avait préparé des attentats contre le général de Gaulle, alors président de la République. Bidault fut évoqué plus d’une fois par le Secrétaire des Affaires étrangères brésilien pour débattre à propos de ses activités en exil. L’attitude de l’Itamaraty à cet égard nous interpella : la nature de celles-ci lui ont valu une mise en garde, en 1963, tandis que son hôte, le gouverneur de Minas Gerais, Magalhães Pinto, se hissa comme un des chefs politiques du coup d’Etat d’avril 1964. Ce rapprochement n’avait donc rien d’anodin : il élucidait les réseaux de la contre-révolution internationale. A maintes reprises l’attaché militaire avait signalé le souhait du gouverneur en orienter la gendarmerie mineira selon les méthodes de l’armée française, notamment dans l’entraînement à la guerre contre-révolutionnaire.

  • 16 Le coup d’Etat civil militaire au Brésil eut lieu dans la nuit du 31 mars 1964, et renversa le gouv (...)

41D’un autre côté, nous avons recherché des éléments attestant du contact entre l’attaché militaire et ses homologues brésiliens. En 1964, le colonel Jean Wartel, en poste à Rio de Janeiro (1962-1965), reçut des mains du général Souto Malan l’Ordre de Bataille des Forces Armées brésiliennes, soit l’organigramme définissant la relation de commandement et le fonctionnement hiérarchique de l’armée brésilienne. Ce précieux document renseignait dans le détail sur les besoins en équipements et sur la doctrine à l’origine de la nouvelle organisation militaire au lendemain du coup d’Etat16. Sur cette base s’est construit un long travail d’implantation de la présence française dont les résultats s’apprécièrent dès 1969, lors des premières dissensions avec les Etats-Unis au sujet de la vente d’armements et du non-respect des Droits de l’Homme par le régime brésilien. A cette occasion les résultats de la coopération franco-brésilienne satisfaisaient les responsables des deux pays. Ils se félicitaient alors des récentes avancées dans le dialogue : la signature d’accords militaires pour la vente des avions de chasse Mirage 3 ; la coopération entre services de police en vue de créer un espace de dialogue et d’échange d’informations ; les accords de principe pour le développement de l’énergie nucléaire ; et les contrats pour le développement d’un parc industriel consacré aux industries de guerre. A l’intensification des échanges correspondit une augmentation du degré de protection de l’information échangée. De sorte qu’en 1973 s’ouvrirent à Paris les négociations autour d’un accord cadre pour la protection des informations secrètes, signé en 1975 et amendé en 1979. Ces trois dates représentaient le renouveau de mes problématiques car elles déplaçaient le centre de mes observations de la période antérieure au coup d’Etat (1956-1964), à celle correspondant au raidissement du régime (1968-1974).

42Notre principal interlocuteur dans les archives et le témoin principal dans cette affaire est l’attaché militaire. Il élabore des comptes-rendus pour l’Etat-Major de l’Armée de Terre, pour l’ambassadeur et pour le ministre des Armées. Il fait partie intégrante de l’ambassade mais reçoit directement du ministre des Armées les instructions pour l’exécution de ses travaux. Dépendant à la fois des autorités civiles et militaires, le poste d’attaché militaire constitue un outil de la politique étrangère. Au demeurant, et même si la politique militaire répond initialement aux directives de l’état-major, elle doit respecter les lignes directrices du ministère des Affaires étrangères, afin d’éviter un conflit d’intérêts. Mais d’autre part, l’attaché militaire a une fonction d’information et de liaison, il est donc l’incarnation même des services secrets. Cette donnée fondamentale est au centre du problème : le choix d’un officier au poste d’attaché militaire au détriment d’un autre répond ainsi à une décision commune du ministère des affaires étrangères et de celui des Armées.

43L’attaché militaire représente le type des relations militaires qu’un gouvernement entend entretenir avec un autre. Que signifie donc le choix du colonel Paul Aussaresses, spécialiste du renseignement militaire, instructeur aux écoles militaires nord-américaines et responsables des escadrons de la mort pendant le Guerre d’Algérie, pour le poste d’attaché militaire au Brésil au lendemain du coup d’Etat de Pinochet au Chili ?

Dernières remarques

44Le problème de l’accès aux documents influe directement sur l’écriture de l’histoire : il empêche de jeter une lumière nouvelle sur cette période proche et familière, créant ainsi un déséquilibre entre mémoire et histoire. La courte distance séparant l’objet de l’historien surgit comme un des principaux obstacles de cette étude et se traduit surtout par une difficulté d’obtenir des informations. Ici la présence des témoins au lieu d’atténuer cette difficulté l’accentue, quand il s’agit notamment des périodes de troubles sociaux et de contestation de l’ordre établi.

45Les archives concernant les relations entre la France et le Brésil comprennent des documents confidentiels, des documents secrets et des documents auxquels est associée une dissimulation totale des politiques et des archives elles-mêmes. Par ailleurs, la législation sur les archives est conçue afin de trouver un compromis entre le débat citoyen, essence de la démocratie, et la protection des politiques publiques et des hauts fonctionnaires, besoin vital pour tout Etat libéral. Enfin, le croisement des données d’archives provenant des différentes institutions permet de contourner en partie la barrière qui protège certaines informations publiques.

46Mes recherches sur les relations militaires franco-brésiliennes pendant le régime militaire (1964-1985) ont fait émerger un aspect intéressant à explorer : l’ouverture des négociations pour la signature d’un accord d’échange d’informations secrètes en 1973. Les représentants des différentes institutions intéressées se réunissent à Paris pour discuter à propos de la sécurité des informations échangées entre les gouvernements français et brésilien. Par conséquent, le secret est l’objet d’une série de réglementations qui le définit par des textes et dépasse le seul cadre des documents classés « secret ».

Haut de page

Bibliographie

Assemblée Nationale, document n° 1060, le 10 septembre 2003.

Assemblée Nationale, document n° 1295, le 16 décembre 2003.

Colombara López Ciro, Olmedo Bustos Juan Pablo, « El control de la administración y el derecho de acceso a la información. La experiencia chilena », dans Derecho comparado de la información, Mexique, v. 2, juillet-décembre 2003, p. 37-61.

Leite Costa Célia Maria, « Acesso à informação nos arquivos brasileiros : retomando a questão », dans Estudos Históricos, Rio de Janeiro, n° 32, 2003, p. 178-188.

Dinges John, Les années Condor. Comment Pinochet et ses alliés ont propagé le terrorisme sur trois continents, Paris, La Découverte, 2005.

Duclert Vincent, « Le secret en politique au risque des archives ? Les archives au risque du secret politique. Une histoire archivistique française », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, n° 58, avril-juin 2000.

Giraud Claude, Du secret. Contribution à une sociologie de l’autorité et de l’engagement, Paris, L’Harmattant, 2005, p. 107.

Forcade Olivier, Frémeaux Jacques, Soutou Georges-Henri (dir.), L’exploitation du renseignement, Paris, Economica, 1999.

Lessa Antonio Carlos, « Os vértices marginais de vocações universais : as relações entre a França e o Brasil de 1945 a nossos dias », dans Revista Brasileira de Política Internacional, Brasília, n° 43, 2000, p. 28-58.

Périès Gabriel, « Un modèle d’échange doctrinal franco-argentin : le Plan Conintes 1951-1966 », dans Fregosi Renée (dir.), Armées et pouvoirs en Amérique latine, Paris, IHEAL éditions, 2004, p. 19-41.

Périès Gabriel, « Construire l’ennemi intérieur », dans Cultures & Conflits, n° 43, 2001, p. 100-112.

Robin Marie-Monique, Escadrons de la mort, l’école française, Paris, éd. La Découverte, 2004.

Medleg Rodrigues Georgette, « Arquivos, anistia política e justiça de transição no Brasil : onde os nexos ? », dans Revista Anistia política e justiça de transição, Brasília, Ministério da Justiça, n° 1, 2009, p. 136-152.

Francescutti Martins Hott Daniela, Medleg Rodrigues Georgette, « Acesso aos documentos sigilisos no Brasil : instrumentos normativos formais e informais nos arquivos públicos brasileiros », dans VII Congreso de Archivologia del Mercosur, Viña Del Mar, Associación de Archivologia de Chile/ Archivo Historico e Patrimonial, 2007.

SENAT, Rapport fait au nom de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale sur le projet de loi relatif aux archives, document n° 146, séance ordinaire, 2007-2008. http://www.un.org/fr/documents/udhr/#a19. Site consulté pour la dernière fois le 9 janvier 2010.

Villanueva Ernesto, « Participación social y acceso a la información pública en América Latina », dans Derecho comparado de la información, Mexique, v. 2, p. 145-158.

Haut de page

Notes

1 Périès Gabriel, « Un modèle d’échange doctrinal franco-argentin : le Plan Conintes 1951-1966 », dans Fregosi Renée (dir.), Armées et pouvoirs en Amérique latine, Paris, IHEAL éditions, 2004, p. 19-41. En plus de la difficulté de déterminer avec exactitude l’origine du mouvement d’expansion de la DGR dans les Amériques, le rôle de pionnier semblerait revenir aux forces armées argentines, dès le milieu des années 1950.

2 Lessa Antonio Carlos, « Os vértices marginais de vocações universais: as relações entre a França e o Brasil de 1945 a nossos dias », dans Revista Brasileira de Política Internacional, Brasília, n° 43, 2000, p. 28-58.

3 Assemblée Nationale, document n° 1060, le 10 septembre 2003.

4 Assemblée Nationale, document n° 1295, le16 décembre 2003.

5 Dinges John, Les années Condor. Comment Pinochet et ses alliés ont propagé le terrorisme sur trois continents, Paris, La Découverte, 2005, p. 36.

6 SENAT. Rapport fait au nom de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale sur le projet de loi relatif aux archives, document n° 146, séance ordinaire, 2007-2008, « Exposé général ».

7 SENAT. Op. Cit., « Réaffirmer le principe d’autonomie des assemblées parlementaires garant d’une meilleure accessibilité de leurs archives », http://www.senat.fr/rap/l07-146/l07-1462.html#toc102, adresse Internet consultée la dernière fois le 9 janvier 2010.

8 http://www.un.org/fr/documents/udhr/#a19. Site consulté le 10 octobre 2009.

9 Colombara López Ciro, Olmedo Bustos Juan Pablor, « El control de la administración y el derecho de acceso a la información. La experiencia chilena », dans Derecho comparado de la información, Mexique, v. 2, Juillet-décembre 2003, p. 37-61.

10 Rodrigues Georgette Medleg, « Arquivos, anistia política e justiça de transição no Brasil: onde os nexos?», dans Revista Anistia política e justiça de transição, Brasília, Ministério da Justiça, n° 1, 2009, p. 136-152.

11 Giraud Claude, Du secret. Contribution à une sociologie de l’autorité et de l’engagement, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 107.

12 Duclert Vincent, « Le secret en politique au risque des archives ? Les archives au risque du secret politique. Une histoire archivistique française », dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, n° 58, avril-juin 2000, p. 10.

13 SENAT. Rapport fait au nom de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale sur le projet de loi relatif aux archives, document n° 146, séance ordinaire, 2007-2008, « Exposé général ».

14 Idem. « Exposé général ».

15 Giraud Claude, op. cit., p. 112.

16 Le coup d’Etat civil militaire au Brésil eut lieu dans la nuit du 31 mars 1964, et renversa le gouvernement constitutionnel du président João Goulart (1961-1964). Monté et orchestré par une élite militaire et industrielle, de droite et d’extrême droite, ce mouvement politique révéla une vaste opération d’infiltration des partis et du propre gouvernement. De plus, à la suite du coup d’Etat, le nouveau gouvernement créa une série d’institutions responsables de la répression et du contrôle social, appuyées en grande partie sur des méthodes militaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodrigo Nabuco de Araujo, « Secret et politique : la dictature militaire à l’épreuve des archives franco-brésiliennes (1964-1985) », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 214 | 2010, mis en ligne le 23 février 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://orda.revues.org/618 ; DOI : 10.4000/orda.618

Haut de page

Auteur

Rodrigo Nabuco de Araujo

Université Toulouse 2-Le Mirail, laboratoire FRA.M.ESPA (France Méridionale et Espagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org