Navigation – Plan du site
Explorations transdisciplinaires de la jeune recherche américaniste à Toulouse

L’aménagement participatif. Un nouvel objet d’étude

Claudia Ximena López Rieux

Résumés

L’aménagement de l’espace, en tant que politique publique, est directement concerné par l’impératif de la participation et de la délibération. C’est cette conjonction que nous dénommerons aménagement participatif et qui est devenu l’objet de notre recherche. Dans le but de le définir, de réfléchir aux conditions nécessaires à sa mise en place et à une façon possible de l’évaluer, par la nature même de l’objet, le chercheur se place en contexte de pluridisciplinarité éprouvant plusieurs difficultés, mais aussi des avantages dont cet article témoigne.

Haut de page

Texte intégral

Une problématique complexe qui comporte deux axes d’étude

1Cet article fait partie du travail de recherche d’un doctorat en géographie et aménagement, dont le titre est « L’aménagement participatif, entre injonction et co-construction. L’expérience de la création du Parc Entre Nubes à Bogotá (Colombie) » soutenue en 2009. Une analyse d’un cas colombien est mise en perspective avec d’autres cas, en particulier français. Nous nous concentrerons ici, notamment sur la façon dont l’objet d’étude a été construit.

2L’intérêt porté à cette thématique est né lors de la pratique professionnelle de l’urbanisme et de l’aménagement dans plusieurs collectivités territoriales en Colombie. Dans la pratique, je me suis confrontée aux difficultés existantes durant l’élaboration des règles et leur application aussi bien dans le milieu urbain que rural. L’étude surgit dans un moment où la question, au sein des administrations et de l’aménagement des territoires, est de savoir comment mieux prendre les décisions et fixer des règles ? Tout en étant un sujet de discussion permanente, tant pour les scientifiques que pour les administrations publiques, la participation se présente de manière particulière comme une possible réponse dans la deuxième moitie du XXe siècle.

3Nous observons que dans la logique de la démocratie représentative, modèle de gouvernement dominant, dans l’actualité la règle s’abrite sous la notion d’intérêt général. C’est en principe ce dernier qui légitime l’action publique et vers lequel convergent des concepts comme le bien, l’intérêt commun ou encore le bien public. C’est en effet sous ces termes que plusieurs actions d’aménagement et d’urbanisme trouvent leur légitimité. Néanmoins, dans la pratique, l’application des règles ou la mise en place des projets va fréquemment contre l’intérêt d’un bon nombre des personnes et parfois de ceux qui sont les plus démunies.

4Les plans, les projets, les règles, élaborés parfois loin des territoires par des techniciens compétents, mais qui mésestiment les diverses réalités vécues et complexes de ceux qui habitent les territoires, engendrent des décalages évidents. Cette réalité interroge bon nombre de praticiens, d’habitants, des citoyens et aussi de chercheurs, dont j’ai fait partie. La question posée est : peut-on intégrer les savoirs, les inquiétudes, les intérêts de ceux concernés par la règle, le plan ou le projet, avant même l’élaboration et la mise en œuvre de ces derniers ?

5La problématique conduit à retenir deux axes de recherche : l’un est celui de l’aménagement directement lié à l’urbanisme et à la planification, et l’autre est celui de la participation. Ces axes donnent lieu tant à des pratiques sociales qu’à des politiques publiques et je les aborde en tant que processus. Chacun de ces termes est à lui seul un objet de recherche, ce qui fait de l’aménagement participatif un objet d’étude très vaste. Les premières observations et analyses incitent à prendre le parti d’intégrer à leur analyse le rôle des représentations sociales de « l’Autre » qui participe, et du « Lieu » à aménager. Tous ces choix nous placent face à une imbrication d’enjeux, en contexte de pluridisciplinarité et obligent en conséquence à mener des analyses simultanées.

Un objet pluridisciplinaire

  • 1 Basarab Nicolescu, La transdisciplinarité, manifeste, Monaco, Le Rocher, collection « Transdiscipli (...)

6Cette recherche s’inscrit davantage dans une ambition transdisciplinaire, car elle aspire à la compréhension du monde1. Toutefois, l’exercice particulier de la thèse permet d’inscrire ce travail de recherche seulement dans la pluridisciplinarité, dans la mesure où chacun des axes de recherche qui articulent l’objet d’étude sont largement étudiés par différentes disciplines.

7Durant les années 1960 et 1970, participation et aménagement ont été étudiés de façon séparée particulièrement en sciences humaines et sociales, alors que la participation est une notion qui se développe à travers divers débats théoriques connexes. L’aménagement est l’objet d’étude privilégié des géographes en France, des architectes, des urbanistes et des planificateurs dans d’autres pays. Depuis les années 1980, les pratiques, qui s’y sont associées, se multiplient et, au seuil de XXIe siècle, la relation entre aménagement et participation est évidente, surtout après l’institutionnalisation de la participation dans ce domaine, par exemple, en France avec la loi SRU de l’an 2000, et en Colombie avec la loi 388 de 1997. Ces deux axes font ainsi l’objet de réflexions et de pratiques en dehors du milieu intellectuel, et notamment depuis la fin des années 1980, d’où l’existence d’une vaste bibliographie.

  • 2 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)

8Quatre sources d’information peuvent nourrir l’analyse. La première est la production de textes en sciences sociales, la philosophie politique centrée sur la démocratie, s’avère la plus abondante pour ce qui concerne la participation. C’est d’ailleurs dans ce champ de réflexion que la participation se définit en tant que sphère publique2 politique, notion largement répandue au cours des dernières décennies.

9La deuxième source provient des textes élaborés par les institutions d’État et des administrations publiques qui ont un grand nombre de documents de travail explicitant l’aménagement et exigeant la participation. L’aménagement est un sujet traité et intégré aux études depuis un certain temps en Europe, notamment en France depuis les années 1960. En revanche, en Amérique latine, le mot ordenamiento territorial est relativement récent, mais lié à la pratique et à la théorie de l’urbanisme et de la planification ancrés depuis longtemps. C’est également là que l’on trouve les textes de lois et les diverses politiques sectorielles qui exigent la participation ou déterminent la façon de conduire l’aménagement.

  • 3 Orlando Fals Borda, «La participación comunitaria: observaciones críticas sobre una política gubern (...)

10La troisième source est fournie par les documents émanant des réunions, conférences et sommets internationaux, en particulier ceux de l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Organisation des Etats Américains (OEA) et la Commission Economique Pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPAL). Au sein de ces institutions existent des documents de travail, rapports, études et traités dans lesquels la planification, l’aménagement du territoire et la participation ont une place importante et sont présentés sous l’angle du développement. Dans ces textes, la participation est directement liée à la recherche d’un développement pour un territoire donné. O. Fals Borda observe qu’au sein de ces organisations, la participation est toujours implicite dans le « développement intégré », le « développement soutenable ou durable » et le « développement participatif »3.

11La quatrième source est composée des initiatives formelles et informelles de divers acteurs, comme les Organisations non gouvernementales (ONG), les églises, les organisations et associations d’habitants ou les partis politiques. Dans toutes ces sources, les différentes appellations – « démocratie participative » (Amérique latine), « démocratie de proximité » (France), « démocratie délibérative » (pays anglo-saxons, Allemagne) – sont présentes, du moins dans les textes, à l’intérieur des différentes aires géographiques précitées.

12Toutes les données issues du milieu professionnel (acteurs du terrain et experts) et de celui de la recherche représentent un corpus extensif, en continuelle évolution et avec des applications variées. La polysémie est fréquente et le sens des termes largement utilisés devient flou. Confrontée à cette conjoncture, l’étude se focalise d’abord sur la définition de l’aménagement participatif, mot jusqu’à lors inexistant, en menant une importante réflexion sur la démocratie, la participation, la citoyenneté, les sphères publiques et leur relation avec le territoire.

Les choix méthodologiques

  • 4 Claudia Ximena López, « La participation locale à l’aménagement d’un parc métropolitain à Bogotá », (...)

13Pour avancer dans la définition de l’aménagement participatif, la réflexion sur les conditions nécessaires à sa mise en place, et une possible évaluation, plusieurs choix ont été nécessaires4.

14De toute évidence, l’explication de la participation et de l’aménagement en tant que processus et objet pluridisciplinaire requiert que plusieurs disciplines soient mobilisées. De ce fait, durant tout le travail de recherche, une analyse sociologique a permis de prendre en considération leurs logiques sociales. Le point de vue du travailleur social a été également nécessaire pour aborder les interactions sociales dans leur volonté de transformation, et pour appréhender la façon dont les logiques sociales se transforment. La philosophie politique a permis de rendre perceptible l’évolution des idées politiques. L’aménagement et l’urbanisme sont des disciplines fondamentales pour s’interroger sur le volontarisme en relation à l’espace. Et c’est l’ensemble de ces analyses qui ont été unies à travers la chronologie historique.

15Parmi tous les aspects de l’aménagement, l’espace public est retenu afin d’aborder à la fois une plus grande quantité d’acteurs et d’autres aspects dont l’environnement ou le logement. Pour les choix méthodologique, l’étude de cas a été la meilleure option pour aborder ces axes en donnant une place relevante aux acteurs et à leurs représentations. L’étude a abordé le cas du Parc Entre Nubes, en Colombie dans le département de Cundinamarca, localisé dans la zone urbaine du District capital de Bogota. Cette ville est connue au niveau national pour ses expériences participatives, ses opérations d’aménagement, en particulier la requalification de l’espace public et la mise en valeur et la préservation de l’environnement. Lors du choix du projet d’aménagement émis dans cette ville, quatre paramètres ont été retenus :

  1. un projet d’aménagement d’espace public qui comporte des processus participatifs ; il s’agissait d’observer clairement l’interrelation entre les deux objets d’étude ;

  2. l’impact du projet sur plusieurs échelles territoriales, afin d’observer l’articulation ou non d’échelles territoriales et l’interaction des acteurs dans le processus ;

  3. l’existence officielle du projet dans le « Plan d’Aménagement du Territoire de Bogotá » Plan de Ordenamiento Territorial (POT), afin d’observer et d’interroger les acteurs légitimés de l’aménagement.

    • 5 Ce paramètre répond plus aux intérêts du projet de recherche « Habiter quelle ville ? Situations d’ (...)

    une zone correspondant à un certain degré d’homogénéité résidentielle5.

16Le parc métropolitain écologique de Montaña Entre Nubes, d’environ 629 hectares, est le projet qui a rempli ces paramètres. Il est à la limite entre la zone urbaine et rurale, au milieu de trois localités et de 104 quartiers parmi les plus démunies. Cette expérience d’aménagement est le fruit d’une construction sociale qui révèle la richesse et la force des capacités des acteurs à aménager leurs territoires.

  • 6 Juan Gutiérrez, Juan Manuel Delgado (dir.), « Teoría de la Observación » dans : Métodos y Técnicas (...)
  • 7 Raymond Quivy, Luc Van Campenhoudt, Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod, 1995.

17Ensuite, j’ai procédé par observation qualitative externe6 directe, indirecte et séquentielle7, en intégrant des grilles d’observation utilisées en urbanisme et en architecture lors des parcours. Ces grilles permettent de faire un état de lieu assez précis des aspects physiques d’un endroit, afin d’avancer dans les diagnostics socio-territoriaux. J’ai eu aussi recours à l’entretien non directif, et à l’analyse de contenu, lequel s’inscrit dans une approche ethnographique qualitative. L’échantillon a été élaboré à partir de groupes d’acteurs représentatifs, définis à partir des questions de la recherche et des logiques des acteurs eux-mêmes : administration centrale et locale, associations, habitants, techniciens. Un intérêt particulier est porté aux entretiens avec les groupes plus spécifiquement impliqués dans le projet.

  • 8 Laurance Bardin, L’analyse de contenu, Paris, Presses Universitaires de France, 1989.
    Miguel Angel G (...)

18Dans le but de recueillir des discours distincts et afin de bénéficier de la plus grande pluralité possible de points de vue, le terrain d’étude a été approché en utilisant comme points d’entrée différentes personnes-ressources, tant pour visiter le parc que pour choisir les personnes à interviewer. Ces personnes ont été trouvées de façon séparés et chacune représentait un groupe d’acteurs différents. Les entretiens ont été pour la plupart enregistrés, classés, transcrits et soumis à une analyse de contenu qualitatif par lecture flottante8. C’est le chercheur qui écoute et fait la transcription des entretiens, l’analyse de discours se fait sans l’utilisation de logiciel et à l’aide des grilles d’analyse support dans les questions et hypothèses de départ.

19Le souci de ne pas se limiter à raconter l’histoire forte intéressante du Parc m’a conduit à prendre le parti d’aller du particulier au général au moyen de la mise en perspective. Dans ces conditions, les données du terrain obtenues en Colombie ont été analysées et confrontées avec mes observations et celles d’autres auteurs en France. Ces choix m’ont permis, d’une part, d’avoir un autre regard sur un terrain, que j’ai assez bien connu, ainsi que sur le sujet de la participation dans l’aménagement territorial, et, d’autre part, d’obtenir une série des résultats intéressants.

Vers une définition de l’aménagement participatif

20En effet, ma thèse propose l’utilisation d’« aménagement participatif », en tant que mot composé, même si la pratique participative autour de la planification était déjà fréquente dans divers contextes territoriaux. Concentrons-nous sur deux des questions posées dans la thèse : Qu’est-ce qu’un aménagement participatif ? Que veut dire participation dans l’aménagement de l’espace ?

21La théorie, les discours, les pratiques de la participation, la planification et l’aménagement des espaces évoluent parallèlement, contribuant chacun à l’émergence et à l’institutionnalisation de ce que l’on peut appeler l’aménagement participatif. D’ailleurs, c’est la conjonction entre les politiques d’aménagement de l’espace et l’impératif de la participation ou de la délibération que nous dénommons aménagement participatif. Sa définition est directement liée à celle de démocratie participative, d’aménagement ou encore à celle de planification participative. C’est bien le mot participation qui est commun et à partir duquel nous commençons à avancer dans cette définition.

Participation

  • 9 Président du Centre de Développement de l’OCDE en 1995.
  • 10 Fals Borda, scientifique colombien spécialiste des sciences sociales, très connu en Amérique latine (...)
  • 11 Boris Lima, Exploración teórica de la participación, Buenos Aires, Humanitas, 1988.

22Nous nous concentrons sur le sens donné à la participation en Amérique latine, en prenant également quelques repères hors de cette aire géographique. Selon Jean Bovin9 et Fals Borda10, les premières expériences de participation et de perspectives théoriques apparaissent dès les années 1950 sous la forme du développement communautaire. Dans l’ouvrage Exploración teórica de la participación, B. Lima note qu’il existe au moins quatre perspectives disciplinaires interdépendantes de la participation : psychologique, sociologique, socio-économique et politique11. Nombreuses sont les références à la participation et le sens de cette notion est amalgamée avec des expressions telles que : solidarité, mobilisation sociale, autogestion, coopération et bien d’autres encore.

23Dans tous les apports théoriques sur la participation, il est question de s’impliquer, de prendre part et d’avoir un rôle à jouer en tant qu’acteur.

  • 12 Idem.

On fait référence à la participation quand on évoque l’association d’individus dans une activité commune destinée à obtenir des bénéfices [...] dans un sens social, donc cela signifie prendre part à un vécu collectif12.

24E. Zuleta met en évidence le sens de la participation.

  • 13 Estanislao Zuleta, Colombia, violencia, democracia y derechos humanos, Medellin, Fundación Estanisl (...)

Que les gens puissent donner leur opinion n’est pas suffisant, il est nécessaire de pouvoir agir sur ce qui les intéresse dans leur communauté, leur quartier, leur municipalité. Mais pour pouvoir agir il faut des bases, des instruments culturels et matériels. L’ouverture démocratique implique la création d’un monde d’outils collectifs. Ceci peut s’appeler participation.13

25D’après cette citation et un bon nombre de définitions, la participation est avant tout une action, qui loin d’être passive s’intègre dans un collectif et vise le partage du pouvoir. La participation peut être considérée comme une action, et elle englobe la relation entre l’individu, la collectivité et, pour ce qui est de l’aménagement, leur territoire. Les apports théoriques permettent de déduire que pour parler de participation dans l’aménagement, il faut s’inscrire dans une dimension d’interaction et d’inter-détermination entre l’individu et le collectif et c’est dans la dimension collective que peut s’observer réellement la participation de l’individu. Pour parler de participation, il ne faut pas parler exclusivement de la collectivité, en faisant abstraction absolue de l’individu, comme s’il n’existait plus, ni parler seulement de l’individu, car la participation a pour condition le collectif.

  • 14 Hans Kelsen, La démocratie sa nature – sa valeur, Traduction de Charles Eisenmann, Paris, Economica (...)
  • 15 Il n’existe pas toujours dans la théorie, et encore moins dans la pratique, des processus dits part (...)

26La plupart des analyses présentent la participation au sein du système démocratique, le plus répandu depuis le XXe siècle ; J. Rousseau et H. Kelsen assurent que la démocratie se fonde sur le dêmos, le « peuple », ou « l’ensemble » ou encore « les citoyens » exerçant leur souveraineté sur leur cité14. Dans la définition de la démocratie, la notion de participation s’inscrit dans la volonté ambitieuse de rendre effective la participation des individus–citoyens15 à la prise de décisions pour l’avenir de leur cité. En effet, cette dernière met en évidence le lien imprescriptible avec un territoire pour que la démocratie et donc la participation puissent avoir lieu. Après lecture des divers auteurs traitant de la démocratie, nous constatons que cette notion et les concepts qui l’accompagnent sont très imprécis et changent dans le temps et selon le contexte dans lequel ils se trouvent. La démocratie, et la participation qui y est inscrite, sont des sujets en constante évolution : ils forment une dynamique où les notions partagées sont loin d’être universelles. La participation inscrite dans la démocratie est loin de faire consensus ; au contraire, elle risque de devenir encore plus difficile à appréhender.

Démocratie participative

  • 16 John Rawls, Libéralisme politique, trad. de l’américain par Catherine Audard, Paris, Presses Univer (...)

27Vers la fin des années 1970, s’opère une remise en question des modèles de gouvernement, de pouvoir politique et de gestion publique qui reposent sur une administration hiérarchique et technocratique, où la place du peuple est limitée. Les problèmes soulevés ont conduit inévitablement à des interrogations d’intérêt général et d’utilité publique. La fixation de règles pour la bonne gestion des affaires publiques est alors rendue nécessaire16, et l’idée d’impliquer davantage la population dans cette gestion (ressources naturelles, planification de la ville, politiques sectorielles et autres) prend force. En fait, il s’agit pour le gouvernement d’intégrer, en tant que garant des affaires de l’État (intérêt collectif et général), les autres acteurs.

  • 17 Jacques Chevallier, « La crise de la démocratie mythe ou réalité ? » dans Melanges. Les mutations c (...)

28Différents auteurs vont jusqu’à identifier une crise de la démocratie et de l’État, et remettent en question l’organisation du système sous un modèle représentatif ainsi que la façon de produire et de mener les politiques publiques17. La participation fait partie des propositions pour une nouvelle démocratie, ou pour une autre façon de la faire. Les diverses propositions se centrent sur l’énonciation d’un complément de la démocratie, présentant la participation sur les modes dominants de démocratie participative en Amérique latine, de démocratie de proximité en France, et de démocratie délibérative dans les pays anglo-saxons et germaniques.

29Postérieurement, au cours des années 1980, une nouvelle gouvernance démocratique s’installe sur la scène politique, qui est introduite à travers les notions de modernisation et de démocratisation de l’État, d’où découlent les politiques de décentralisation, ainsi qu’une incitation orientée davantage vers la planification, l’aménagement et la participation.

  • 18 Orlando Fals Borda, « La accidentada marcha hacia la democracia participativa en Colombia » dans An (...)

30L’expression de « démocratie délibérative », plus courante dans les pays du Nord, et celle de « démocratie participative », propre aux pays d’Amérique latine, sont des propositions basées sur le concept d’arènes publiques politiques, fondées sur le pluralisme et complémentaires à la démocratie représentative. Ces deux expressions proposent l’institution de sphères publiques ouvertes à la discussion qui permettront aux citoyens de prendre part aux affaires publiques d’une façon plus directe que par le vote. Tandis que la première laisse le pouvoir de décision aux élus, la seconde propose d’aller plus loin que la seule discussion, permettant un partage du pouvoir dans certaines décisions et actions18.

  • 19 Fabio E. Velasquez, « La democracia participativa: algo más que una ley » dans Revista Foro, nº 19, (...)

31F. Velasquez19 remarque que l’idéal de la démocratie participative ne se limite pas aux mécanismes de participation politique, c’est-à-dire au vote, mais doit considérer les mécanismes de participation sociale. Cette dernière fait spécialement référence à l’association des individus dans diverses organisations de la société civile et avec la participation communautaire ou populaire, privilégiée par les auteurs en Amérique latine.

32Dans cette aire géographique, la mise en place des politiques participatives en général, et particulièrement dans l’aménagement du territoire, répond à un contexte historique, social et politique particulier. Une des caractéristiques les plus importantes est l’interaction de divers acteurs, favorisée par la mobilité géographique voulue ou obligée, ce qui permet la circulation et le partage des idéaux, théories et expériences. Ce qui a favorisée l’évolution théorique et implantation des pratiques participatives.

33Dans l’affermissement des systèmes démocratiques et de la décentralisation s’élaborent des cadres juridiques pour la participation au sein des administrations territoriales. La participation se confond alors avec la décentralisation ou avec le renforcement des pouvoirs locaux ou encore avec le désengagement de l’État. Dans ce contexte émergent les politiques qui favorisent la participation dans l’aménagement du territoire.

  • 20 Loïc Blondiaux, Yves Sintomer, « L’impératif délibératif » dans Revue POLITIX Démocratie et délibér (...)

34C. Pressacco constate qu’en Amérique latine, la démocratie participative est devenue également la devise qui justifie toutes les réformes institutionnelles, et une manipulation politique du concept de participation se produit ouvertement ainsi que de la forme des mécanismes par lesquels elle est mise en place. Dans le même sens, mais dans un autre contexte géographique, L. Blondiaux et Y. Sintomer20 ont remarqué dans leurs analyses que la participation et la délibération semblent être devenues des impératifs au sein des administrations publiques.

35Dans les circonstances actuelles, l’utilisation des mots « local », « démocratie » et « participation », donne une certaine légitimité à la présentation et la mise en place des projets. La banalisation de ces termes constitue donc le prix à payer pour leur incorporation et leur normalisation en dehors du contexte académique, et permettent ainsi la mise en place de différentes pratiques participatives.

Aménagement du territoire

36L’aménagement du territoire est surtout conçu comme une activité propre à l’État et à ses spécialistes, principalement en raison de la prééminence de la notion politico-juridique du territoire, et ce d’autant plus que cette notion émerge durant les années 1960, époque de la montée de la technocratie. A. Lipietz illustre bien cette position :

  • 21 Alain Lipietz, « Aménagement du territoire et développement endogène » dans Aménagement du territoi (...)

La fonction « d’aménageur » est au principe de l’État lui-même [...]. Il y a toujours eu un aménagement du territoire, c’est même [...] la première fonction de l’État21.

  • 22 Angel Massiris Cabeza, « Ordenación del Territorio en América Latina » dans Revista electrónica de (...)
  • 23 Antoine Bailly, La perception de l’espace urbain : les concepts, les méthodes d’étude, leur utilisa (...)

37Le travail d’A. Massiris22 montre effectivement que l’aménagement du territoire, comme affaire d’État et politique publique de caractère très technique, est la notion la plus largement acceptée. Néanmoins, d’autres conceptions émergent, dans lesquelles l’aménagement du territoire se place dans la dimension relationnelle ; il dénote les actions des êtres humains pour donner un ordre à leur milieu, lequel contient des représentations et des interprétations que lui attribuent, au quotidien, les habitants23.

  • 24 Jérôme Monnet, Interpréter et aménager. Eléments d’une géographie de la relation au monde, Habilita (...)

38Pour J. Monnet, les aménagements sont « à chaque niveau des manières d’organiser concrètement » l’être ensemble, de tous les humains qui œuvrent à « la transformation d’un monde commun »24. Cet auteur présente une argumentation intéressante, selon laquelle l’organisation de l’espace résulte des représentations de celui-ci et qui rendent compte des différentes logiques d’organisation socio-spatiale.

39En effet, l’organisation et la construction du projet du territoire prennent leur forme dans les relations constantes entre acteurs collectifs et individuels, stimulés par leurs propres représentations sociales et spatiales. En fait, l’identité et les représentations ont un rôle dans la conduite des acteurs et, si la participation est avant tout une action, donc une conduite, elle sera également influencée par des représentations et des identités sociales et territoriales.

  • 25 Edgar Moncayo Jiménez, « Nuevos enfoques teóricos, evolución de las políticas regionales e impacto (...)
  • 26 Jacques Lévi, Michel Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Be (...)

40Durant les années 1960, alors qu’en France se développe l’aménagement du territoire, l’outil favori en Amérique latine est la planification économique25. C’est au cours de cette époque qu’a lieu l’institutionnalisation des politiques de planification afin d arriver au développement voulu par les gouvernements. En France, se met alors en place la politique d’aménagement du territoire26, qui devient un sujet privilégié des géographes. En Amérique latine, il est impossible de parler d’aménagement spatial sans aborder la planification. A. Massiris précise que, sur ce continent, les divers modèles de planification régionale, urbaine, économique et environnementale ont évolué pour donner lieu aux politiques d’aménagement du territoire, dans les années 1990.

Planification participative

  • 27 Henri Lefevre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 2000, (première édition 1974).

41H. Lefèvre27 affirme que la planification a trois dimensions, les deux premières relevant de l’économie politique : la première est matérielle, quantifiable ; la deuxième est financière et implique les coûts ; la troisième est spatiotemporelle et suppose la localisation, la connaissance des réseaux d’échanges, de communication, des flux, l’étude des centres de production et de consommation sur le terrain. C’est plus concrètement dans cette dernière dimension que l’aménagement du territoire et l’urbanisme sont liés à la planification. La planification spatiale peut s’exercer à plusieurs échelles (nationale, régionale, urbaine, quartier, groupe de bâtiments), elle se préoccupe de la répartition dans l’espace de la population et des activités, et vise pour un territoire donné les objectifs de développement, à travers la mise en place d’un planning pour la réalisation et l’implantation des équipements et des infrastructures nécessaires.

  • 28 Dolores Beatriz Chapoy Bonifaz, « Rectoría económica del Estado » dans Planeación, programación y p (...)

42En Amérique latine, la planification est considérée comme un processus et une fonction de l’administration publique : Chapoy Bonifaz28 explique que cette fonction consiste à déterminer les objectifs généraux de chaque institution à court, moyen et long terme, en établissant le cadre normatif à l’intérieur duquel se réalisent les opérations, en élaborant les plans, programmes et projets, et en identifiant les mesures, stratégies et ressources nécessaires à leur réalisation. De cette manière, la planification est destinée à rationaliser les décisions qui influent sur le développement économique et social d’un territoire.

  • 29 Fabio E. Velasquez, «La participación ciudadana en Bogotá: ¿Dónde estamos? ¿Para dónde vamos?», Com (...)

43Selon F. Velasquez29, la planification participative comprend à la fois la planification prospective en tant que processus concernant tous les acteurs, et la participation au sens de « prendre part ». Selon cet auteur, la planification participative essaie, en effet, de mettre en « théâtre public » la lecture propre des divers acteurs et leurs propositions afin d’être approuvées et de construire des accords collectifs dans un processus de pluralité. Après ces quelques références, continuons sur ce qu’est un aménagement participatif.

Ce qui constitue l’aménagement participatif

44La littérature, les différentes observations et leur analyse nous conduisent à affirmer que l’aménagement participatif est avant tout un processus. C’est sans doute la participation qui fait son essence, se pressentant à la fois en tant que ressource, outil et espace de rencontre dans lequel la démarche individuelle intégrée dans le collectif reste déterminante. En raison des mobilités des acteurs, de la circulation d’information et de la nature des projets, il se révèle multi-scalaire, autrement dit, il concerne à la fois différentes échelles territoriales.

45Étant donné que les intérêts, les idéaux et les enjeux des individus et des groupements d’acteurs sont changeants, il est fort dynamique. Grâce à l’accès à des informations d’ailleurs, aux déplacements vers d’autres lieux pour des réunions, et au travail avec ses habitants, l’espace habité est de toute évidence élargi et la compréhension du monde de chacun est plus complexe. Alors, selon la façon dont l’aménagement participatif est conduit, il favorise différents résultats.

46Regardons ensuite quelques caractéristiques d’un aménagement participatif et les résultats les plus remarquables :

47Dans un quotidien où les acteurs font face à des problèmes et à des besoins, l’aménagement participatif ouvre des lieux de coprésence et de rencontre facilitant ainsi l’interaction d’acteurs afin de co-construire la solution. Pour qu’un aménagement soit considéré comme participatif, il faut que la participation soit intégrée dès que le problème est posé et dans toutes les phases :

  • Phase 1 : cristallisation sociale du problème

  • Phase 2 : approche du terrain et collecte d’information

  • Phase 3 : diagnostic

  • Phase 4 : élaboration des propositions

  • Phase 5 : définition du projet

  • Phase 6 : rassemblement des ressources financières et autres

  • Phase 7 : réalisation et suivi

  • Phase 8 : évaluation

48Les espaces prévus de coprésence, où l’anonymat n’a pas sa place, permettent la confrontation des acteurs facilitant de cette façon le conflit. La participation dans l’aménagement sert ainsi à la prise en compte et à la mobilisation des connaissances et des capacités remarquables d’action des acteurs, de façon à favoriser la reconnaissance sociale aussi bien collective qu’individuelle.

49Dans la pratique, cette forme d’aménagement sert d’outil et de moyen d’action aussi bien aux acteurs légitimés que non légitimés par les gouvernements à travers leurs administrations, dans l’aménagement de leurs espaces. L’aménagement participatif, contribue à une meilleure prise des décisions, dans la mesure où il permet de réunir des éléments d’information fournis par tous les acteurs concernés ou intéresses, favorisant également l’appropriation du projet qui est de la sorte une élaboration collective et le fruit des confrontations pendant toutes les phases. En tant qu’outil, cet aménagement accompagne ainsi des changements permanents et ses répercussions sur les territoires.

50Quand les nombreuses compétences des acteurs sont mobilisées pour améliorer leurs territoires, ces derniers et ceux qui les habitent sont mis en valeur. Grâce à cette implication et à l’existence des espaces ouverts à l’interaction, l’aménagement contribue à la territorialité, il facilite le développement des appartenances au lieu et aux groupes qui l’habitent.

51En outre, parce que les intérêts et les idéaux sont mis en commun dans ce processus, l’esprit de la règle peut être revisité, trouvant des accords entre les réalités vécues et la viabilité technique, permettant d’élaborer ou d’adapter convenablement la règle au vécu.

52Cependant, l’aménagement participatif peut aussi servir à l’exclusion, lorsque sont définis et limités à l’avance ceux qui peuvent participer. Quand les espaces de rencontre favorisent plutôt le clientélisme, le populisme ou encore l’assistanat, l’aménagement participatif peut ainsi générer de la dépendance. Quand les réunions ne permettent de traiter des aspects que d’un seul projet qui a été défini à l’avance, il ne sert qu’a réduire et à enclaver à une seule échelle les processus. Quand les réunions sont totalement maîtrisées par un petit groupe et fermées afin d’éviter les confrontations, ce n’est qu’un outil pour nier le conflit.

  • 30 Charles Rojzman, La peur, la haine et la démocratie, Paris, Desclée de Brouwer, 1992.

53La participation est donc un champ propice aux affrontements, tant productifs que destructifs, car la relation avec l’Autre implique le conflit. À ce sujet, l’expérience de Rojzman30 (1992) démontre que la négation du conflit génère la violence, les tensions qui se dégradent révélant en effet qu’elles n’ont pas permis l’affrontement et la discussion, car l’Autre n’est alors pas considéré comme partenaire. Les espaces de l’aménagement participatif sont des espaces de rencontre de l’altérité, permettant par là-même l’affrontement. En effet, il n’existe pas de participation sans conflit : éviter le conflit reviendrait à éviter la participation.

54Bien entendu ce n’est pas un résultat positif ou négatif qui va produire l’aménagement participatif, car des passages constants entre l’un et l’autre et même la co-existence lors d’un même projet se constatent au quotidien dans tous les contextes géographiques.

55Pour finir, nous soulignons que la participation dans l’aménagement du territoire est un sujet d’actualité et d’importance qui intéresse de plus en plus tant le champ théorique que pratique de divers métiers et disciplines. C’est un domaine dans lequel la rencontre entre théorie et pratique devient particulièrement nécessaire. Ces caractéristiques permettent d’avancer que ce n’est que dans le croisement des données des diverses disciplines que de nouvelles perspectives verront le jour. C’est d’ailleurs dans cette intention que le travail de recherche a été réalisé, faisant appel a des données et des méthodes de plusieurs disciplines aussi bien utilisées dans les recherches dites fondamentales que celles utilisées par les praticiens (urbanistes et aménageurs).

56Toutefois, ce croisement fait que le chercheur se confronte a des incompréhensions tant dans le champ de la recherche que dans le champ de la pratique. Cet exercice requiert, particulièrement du chercheur, d’être a un certain degré polyvalent et prêt à revisiter ses propres concepts et représentations pour s’ouvrir à ceux d’autres disciplines, différentes de la sienne, et à celles des acteurs du terrain.

Haut de page

Notes

1 Basarab Nicolescu, La transdisciplinarité, manifeste, Monaco, Le Rocher, collection « Transdisciplinarité », 1996.

2 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, (trad. de l’allemand par Marc B. de Launay), Paris, Payot, 1993.

3 Orlando Fals Borda, «La participación comunitaria: observaciones críticas sobre una política gubernamental» dans : Análisis político, nº 2, IEPRI Universidad Nacional de Colombia, 1987, p. 109-118.

4 Claudia Ximena López, « La participation locale à l’aménagement d’un parc métropolitain à Bogotá », Etudes & travaux de l’école doctorale TESC, nº 3, L’espace public en question : usages, ambiances et participation citoyenneté, (Guenola Capron, Haschar-Noé dir.), 2003, p. 85-89.

5 Ce paramètre répond plus aux intérêts du projet de recherche « Habiter quelle ville ? Situations d’homogénéisation résidentielle et (re)définition de l’urbain et de l’urbanité dans les Amériques » dirigé par Guenola Capron. C’est d’ailleurs ce programme de recherche qui a permis le financement du travail sur le terrain de cette étude.

6 Juan Gutiérrez, Juan Manuel Delgado (dir.), « Teoría de la Observación » dans : Métodos y Técnicas Cualitativas de Investigación en Ciencias Sociales, España, Editorial Síntesis, S.A., 1999, p. 141-171.

7 Raymond Quivy, Luc Van Campenhoudt, Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod, 1995.

8 Laurance Bardin, L’analyse de contenu, Paris, Presses Universitaires de France, 1989.
Miguel Angel Gómez Mendoza, « Análisis de contenido cualitativo y cuantitativo: Definición, clasificación y metodología » dans : Revista de ciencias humanas y sociales, Pereira Colombia, Universidad Tecnológica de Pereira, 2000. Consulté le 4 abril 2008 sur : http://www.utp.edu.co/~chumanas/revistas/revistas/rev20/gomez.htm.

9 Président du Centre de Développement de l’OCDE en 1995.

10 Fals Borda, scientifique colombien spécialiste des sciences sociales, très connu en Amérique latine pour la méthode de l’IAP (recherche, action participative) et pour sa production autour des observations des mouvements sociaux. En Colombie, il a travaillé pour la prise en compte de la participation dans la Constitution.

11 Boris Lima, Exploración teórica de la participación, Buenos Aires, Humanitas, 1988.

12 Idem.

13 Estanislao Zuleta, Colombia, violencia, democracia y derechos humanos, Medellin, Fundación Estanislao Zuleta, Hombre nuevo Editores, 2003, p. 40.

14 Hans Kelsen, La démocratie sa nature – sa valeur, Traduction de Charles Eisenmann, Paris, Economica, 1988, [1ère édition 1932].

15 Il n’existe pas toujours dans la théorie, et encore moins dans la pratique, des processus dits participatifs, une position très définie dans l’utilisation de ces vocables. Les utiliser à défaut comme des synonymes peut entraîner une facilité dans la communication et une difficulté dans la compréhension sur qui participe et qui a le droit de le faire. Pour une étude empirique de cette ambiguïté en France, voir Catherine Neveu, (CNRS, Conseil régional Nord-Pas-de-Calais, 1999), Espace public et engagement politique : enjeux et logiques de la citoyenneté locale (actes de la table ronde Citoyenneté et territoire, 10-11 décembre 1997, Roubaix). Paris, Montréal, l’Harmattan. Voir aussi Catherine Neveu, Citoyenneté et espace public : habitants, jeunes et citoyens dans une ville du Nord, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2003.

16 John Rawls, Libéralisme politique, trad. de l’américain par Catherine Audard, Paris, Presses Universitaires de France, 2001, [première édition 1995].

17 Jacques Chevallier, « La crise de la démocratie mythe ou réalité ? » dans Melanges. Les mutations contemporaines du droit public, Jeanneau, Dalloz, 2002, p. 361-381.
Gérard Mendel, Pourquoi la démocratie est en panne. Construire la démocratie participative, Paris, La Découverte, 2003.
Patrick Mignard, L’illusion démocratique, Toulouse, l’A.A.E.L, 2003.

18 Orlando Fals Borda, « La accidentada marcha hacia la democracia participativa en Colombia » dans Análisis político, n° 14, IEPRI Universidad Nacional de Colombia, 1991, p. 46-58.

19 Fabio E. Velasquez, « La democracia participativa: algo más que una ley » dans Revista Foro, nº 19, Bogotá, Ediciones Foro Nacional Por Colombia, 1992, p. 77-84.

20 Loïc Blondiaux, Yves Sintomer, « L’impératif délibératif » dans Revue POLITIX Démocratie et délibération, nº 57, 2002, p. 17-36

21 Alain Lipietz, « Aménagement du territoire et développement endogène » dans Aménagement du territoire, Rapport du Conseil d’Analyse Economique, 2001, p. 111 et 116.

22 Angel Massiris Cabeza, « Ordenación del Territorio en América Latina » dans Revista electrónica de geografía y ciencias sociales, Vol. VI, nº 125, Universidad de Barcelona, 2002, consulté le 2 décembre 2005 sur : http://www.ub.es/geocrit/sn/sn-125.htm

23 Antoine Bailly, La perception de l’espace urbain : les concepts, les méthodes d’étude, leur utilisation dans la recherche urbanistique, Paris, Centre de recherche d’urbanisme, 1977.
Hervé Gumuchian, Représentations et aménagement du territoire, Paris, Anthropos, Economica, 1991.

24 Jérôme Monnet, Interpréter et aménager. Eléments d’une géographie de la relation au monde, Habilitation à diriger les recherches, Université de Toulouse-Le Mirail, 1999.

25 Edgar Moncayo Jiménez, « Nuevos enfoques teóricos, evolución de las políticas regionales e impacto territorial de la globalización » dans Serie Gestión pública, nº 27, Santiago de Chile, ILPES dirección regional del desarrollo local y regional, 2002. Consulté sur : http://www.eclac.cl/publicaciones/Ilpes/9/LCL1819P/sgp27.pdf

26 Jacques Lévi, Michel Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003.

27 Henri Lefevre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 2000, (première édition 1974).

28 Dolores Beatriz Chapoy Bonifaz, « Rectoría económica del Estado » dans Planeación, programación y presupuestación, Chapoy Dolores, Mexico, Instituto de Investigaciones Jurídicas, Serie Doctrina Jurídica, n° 145, 2003, p. 1-57.

29 Fabio E. Velasquez, «La participación ciudadana en Bogotá: ¿Dónde estamos? ¿Para dónde vamos?», Communication faite lors du séminaire International : Bogotá. Sistema Político y cultura democrática, organisé par la Mairie de Bogotá et l’Université Javeriana à Bogotá, le 29, 30 et 31 juillet 2003.

30 Charles Rojzman, La peur, la haine et la démocratie, Paris, Desclée de Brouwer, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Ximena López Rieux, « L’aménagement participatif. Un nouvel objet d’étude », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 214 | 2010, mis en ligne le 23 février 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://orda.revues.org/640 ; DOI : 10.4000/orda.640

Haut de page

Auteur

Claudia Ximena López Rieux

Université Toulouse 2-Le Mirail, laboratoire LISST-CIEU (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires-Centre Interdisciplinaire d’Etudes Urbaines)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org