Navigation – Plan du site
Explorations transdisciplinaires de la jeune recherche américaniste à Toulouse

Etude des processus de marginalisation dans la ville de San José (Costa Rica) à la fin du XIXe siècle

La diversification méthodologique comme outil de compréhension du social
Marion Giraldou

Résumés

Dans le cadre de ma thèse, j’étudie les interactions entre les prostituées et la société dans son ensemble et les diverses représentations collectives de la prostitution qui en découlent. Dans cette perspective, j’ai regroupé toute une série de données, à la fois individuelles et collectives, que j’ai analysées en utilisant diverses techniques d’approche allant de l’analyse littéraire au questionnaire sociologique. Il s’agissait alors de comprendre l’ensemble social dans toute sa complexité. Ce travail cherche à présenter les méthodes issues de diverses disciplines qui m’ont permis d’envisager cette étude des représentations collectives de la prostitution qui dominent au sein de la société costaricienne à la fin du XIXe.

Haut de page

Texte intégral

1Au Costa Rica, la fin du XIXe siècle est marquée par l’arrivée au pouvoir d’une certaine élite libérale qui cherche à étendre sa domination à l’ensemble de la société tout en préservant l’équilibre social nécessaire à la modernisation et au développement économique du pays. Il ne s’agit pas alors de s’imposer de façon autoritaire mais au contraire, de diffuser et de faire assimiler certaines valeurs à l’ensemble de la population afin de mettre en place une culture commune ou tout au moins un socle culturel commun. Bien évidemment, ces nouveaux codes ne doivent pas être pensés en contradiction avec les codes préexistants, mais leur institutionnalisation leur donne un aspect plus rigide.

  • 1 Théorie selon laquelle la marginalité est déterminée directement par son contexte socioculturel. En (...)

2Dans ce contexte, il faut chercher à comprendre la signification sociale des processus de marginalisation à travers l’étude de la prostitution. Si on considère ce phénomène non comme un fait en soi mais comme une construction sociale qui dépend de son contexte1, alors cette période de bouleversement engendre des modifications significatives dans la nature de la conception des marginaux et de la marginalité. Dans le cadre de ma thèse, j’étudie les interactions entre les prostituées et la société dans son ensemble et les diverses représentations collectives de la prostitution qui en découlent. L’objectif est de s’appuyer sur ces compréhensions multiples d’un même phénomène, pour donner une nouvelle définition de la prostitution peut-être moins générale et plus adaptée au Costa Rica de la fin du XIXe siècle. Dans cette perspective, j’ai regroupé toute une série de données, à la fois individuelles et collectives, que j’ai analysées en utilisant diverses techniques d’approche qui vont de l’analyse littéraire au questionnaire sociologique. Il s’agissait alors de comprendre l’ensemble social dans toute sa complexité. Ce travail cherche à présenter la méthode qui a permis d’envisager cette étude des représentations collectives de la prostitution qui dominent au sein de la société costaricienne à la fin du XIXe.

3Dans cette logique, l’étude de la nature des sources montre en quoi elles ont permis l’analyse de la prostitution à partir de différents points de vue. Plus précisément, la présentation du cas particulier de Gabriela Alvarado Chacón, femme accusée de prostitution à la fin du XIXe siècle, met en évidence la richesse permise par cette approche transdisciplinaire.

Des sources permettant diverses approches

Démarche méthodologique de la recherche

  • 2 Paul André Rosental, « Construire le « macro » par le « micro »: Fredrik Barth et la microstoria », (...)
  • 3 Mauricio Gribaudi, « Echelle, pertinence, configuration », dans Jacques Revel, Jeux d’échelles. La (...)

4De nombreux travaux traitant de la marginalité se sont essentiellement fondés sur un corpus de sources dont l’objectif premier était de rendre compte de la vision officielle du phénomène. En ce sens, pas plus qu’un autre objet de recherche, aucun impératif n’oblige à étudier la marginalité d’un point de vue microhistorique ; c’est là un choix révélateur des objectifs de recherche fixés. L’observation du passé est alors axée sur la compréhension des comportements sociaux, l’action des individus n’étant pas uniquement perçue comme relevant de l’« obéissance mécanique à un système de normes »2 imposées par l’Etat. L’objectif est de reconstruire une image de la société à partir de la vision qu’en avaient quelques individus. La diversité qui en découle est significative de la complexité du réel, contrairement à ce que pourrait laisser penser une catégorisation trop systématique. C’est que les catégories juridiques ont été créées dans le but de fournir un moule à l’élaboration de lois afin de permettre le contrôle d’un type de population aux caractéristiques extérieures similaires, et non de rendre compte d’une quelconque diversité. En fondant l’appréhension du réel sur l’individu, celui-ci devient alors le pivot du processus de compréhension de la société dans son ensemble. Ainsi, l’analyse des dynamiques qui lient les marginaux et l’Etat permet d’éclairer des catégories abstraites à travers l’analyse de leur réalité sociale ressentie, et de faire ressortir certains mécanismes du fonctionnement global de la société. Il ne s’agit donc pas d’essayer de faire resurgir le passé mais de le reconstruire partiellement à partir de problèmes, de questions. Ainsi, en partant de la parole même des marginaux, « en respectant les logiques et les liaisons internes »3, en reconstruisant l’image de la représentation qu’ils se faisaient d’eux-mêmes et que les autres se faisaient d’eux, on peut parvenir à restituer le reflet d’un certain passé.

5Dans cette perspective, ma recherche s’est principalement fondée sur quatre types de sources qui, dans un souci de clarté, seront présentées successivement même si elles ont été utilisées simultanément lors du processus de réflexion et au cours de la rédaction.

A la recherche de l’individu : les archives de la police et de la justice à l’ANCR (Archivo Nacional de Costa Rica)

  • 4 « El grado de desarrollo y el modo en que están organizadas la producción y la distribución, el est (...)

6Le principe de base de cette recherche est que l’étude de la marginalité sociale, à partir de ses interactions avec le pouvoir et la population, peut être un moyen d’approcher la société dans son ensemble. Agnès Heller4 a expliqué la complexité de l’appréhension d’une société qui ne doit pas, pour pouvoir être saisie dans sa globalité, s’appuyer sur des études purement sociales. Diversifier les sources est indispensable pour mieux comprendre la complexité du réel. Toutefois, s’agissant d’un travail sur la marginalité, la base informative est essentiellement issue de documents officiels. Il est, en effet, difficile de pouvoir trouver des traces des marginaux non filtrées par une quelconque administration, phénomène qui crée une dichotomie entre sujet d’étude et provenance des sources, comme le précise Pierre Guillaume :

  • 5 Pierre Guillaume, Initiation à l’histoire sociale contemporaine, Paris, Ed. Nathan, Col. Histoire 1 (...)

L’histoire sociale est, bien évidemment, l'histoire de tous, mais parmi les hommes, il y a ceux qui ont eu la possibilité culturelle de dire leur propre histoire, et ceux dont on a dit l'histoire. Toute approche des sources doit prendre en compte cette distinction fondamentale.5

  • 6 Notamment ceux de Juan José Marín Hernández.
  • 7 Les femmes dites « encubiertas » possèdent un travail rémunéré parfaitement accepté par la communau (...)
  • 8 Jorge Chaves Camacho, dans un article de la Revista de la UCR intitulé « Notas sobre la prostitució (...)

7Néanmoins, cette démarche vise moins à étudier un groupe en soi qu’à observer et à analyser les relations entre les marginaux et la société à laquelle ils appartiennent. De sorte que les sources policières et judiciaires représentent une excellente approche : l’information fournie sur les individus marginalisés étant directement générée par certains éléments de la communauté : les policiers, les voisins, les médecins, etc. Le principal problème ne réside donc pas dans la subjectivité interne de la source, mais plutôt dans sa nature. Il semble évident que ce type de documents ne permet de trouver que les prostituées ayant eu, volontairement ou non, un rapport avec la justice. Or, une grande quantité d’ouvrages6 se sont attachés à montrer que beaucoup – il est impossible (pour l’instant ?) de définir dans quelle proportion – de prostituées dites « encubiertas »7, n’étaient jamais inscrites, ou peu de temps, dans les registres8. Elles restaient alors la plus grande partie de leur vie, parfois la totalité, hors des circuits administratifs, exclues du champ d’analyse.

8Malgré ces restrictions, la consultation et l’analyse de quelques 840 dossiers provenant en majorité des fonds policiers et judiciaires a permis une étude, sinon totale du moins globale, du phénomène de la prostitution. Chacun d’entre eux a fait l’objet d’un traitement similaire répondant aux critères de la méthode sociologique du questionnaire ouvert. Il s’agissait de poser une série de questions dont l’ordre et la formulation étaient fixés à l’avance mais dont les réponses n’étaient pas codifiées. Cette démarche d’analyse a permis de créer deux fichiers sur lesquels s’est construit l’essentiel de la réflexion : le premier qui regroupe 8330 fiches, est une transcription ordonnée de tous les documents d’archives. Il permet de suivre le déroulement d’une instruction, de lire les pages d’un rapport ou de retrouver un texte législatif afin de faciliter la recherche des éléments collectifs entrant en jeu dans la stigmatisation d’un individu. L’extrait de cette base de données, représenté ci-dessous, montre la fonctionnalité de ce classement. Chaque dossier consulté se décompose en quelques fiches similaires qui, si elles sont parcourues successivement, permettent d’avoir une vision d’ensemble du document. En outre, l’utilisation de mots-clefs et de liens multiples permet d’effectuer divers classements à l’intérieur de la table mais aussi d’accéder aux données et aux rubriques d’une autre table.

Photo - Extrait de la base de données « sources générales »

9Le deuxième fichier regroupe 1812 femmes inscrites dans les registres de prophylaxie vénériennes entre 1894 et 1930. Il fournit des informations sur leurs caractéristiques personnelles (âge, lieu d’origine, de résidence, etc.) permettant ainsi d’effectuer des analyses sur les facteurs individuels participant à la mise en place des processus de marginalisation. Là encore, liens et mots-clefs permettent un déplacement rapide d’une table à l’autre et surtout favorisent les croisements d’information.

Image 20000009000028E80000260F226EC216.wmf

Photo - Extrait de la base de données «biographie de prostituées»

10Concrètement, cette base de données englobe l’ensemble des éléments correspondant à la biographie d’un individu – le même type de fichier existe pour 1287 témoins – tout en permettant d’accéder rapidement aux documents relatifs à leur incarcération, à leur mise en accusation, à leurs témoignages, etc. De sorte que ces extraits mettent en évidence l’importance de la source policière dans l’étude des groupes, de l’opinion publique, en bref, de tout ce qui me permettait de saisir l’individu dans son interaction avec la société. Comme le souligne Jacques Revel :

  • 9 Jacques Revel (dir.), op. cit., p. 30.

L’expérience la plus élémentaire, celle du groupe restreint, voire de l’individu, est la plus éclairante parce qu’elle est la plus complexe et parce qu’elle s’inscrit dans le plus grand nombre de contextes différents.9

  • 10 Virginie Baby Collin, Marginaux et citadins. Construire une urbanité métisse en Amérique latine. Et (...)

11Toutefois, ce type d’analyse soulève d’autres problèmes et, notamment, sa valeur représentative. Le risque est alors de se laisser enfermer dans le groupe, de prendre la partie pour le tout et de donner à l’étude une valeur explicative qu’elle n’a pas. Il convenait alors de replacer le groupe dans son contexte, d’analyser ses rapports avec l’opinion publique en examinant les représentations collectives « communes à un grand nombre d’habitants »10, afin de permettre à la fois d’approfondir la connaissance de l’objet d’étude et d’éviter le piège d’une généralisation abusive.

Comprendre la société costaricienne

Ouvrages littéraires

  • 11 Luisa González, A ras del suelo, San José, Ed. Costa Rica, 2005 (1970), 228 p.
  • 12 Ricardo Fernández Guardia, Magdalena, San José, Ed. UCR, Col. Retorno, 1995 (1902), 98 p.
  • 13 Jenaro Cardona, El primo, San José, EUCR, Col. Retorno, San José, 2001 (1905), 260 p.

12En approchant la société costaricienne par le biais de quelques ouvrages littéraires, l’objectif était de s’imprégner d’une certaine culture en observant les individus dans leur vie quotidienne. En ce sens, la valeur de la littérature réside dans sa capacité à faire revivre des personnages et des événements, permettant d’ouvrir une fenêtre sur un passé révolu. Ainsi, l’autobiographie de Luisa González, A ras del suelo11, écrite au début du siècle, nous offre un voyage dans La Puebla – l’un des quartiers les plus pauvres de San José, zone de résidence principale des prostituées – du début du siècle, à travers le récit de la vie quotidienne de ses habitants. Parallèlement, des pièces de théâtre comme celle de Ricardo Fernández Guardia, Magdalena12, ou celle de Jenaro Cardona, El primo13, sont révélatrices de la vision que l’oligarchie joséphine porte sur les femmes, leurs droits et leurs devoirs. Ces deux pièces s’attachent à démontrer l’importance du respect de la virginité, symbole de l’honneur, dans la recherche du bonheur.

  • 14 Ricardo Fernández Guardia, op. cit., p. 23.

13D’autres ouvrages sont venus compléter cette approche de la littérature costaricienne du début du XXe siècle et ont permis d’observer à travers ces multiples histoires, « …un cuadro de costumbres costarricenses exacto y verdadero »14. Pour autant, du fait de leur faible valeur scientifique, ces documents ont été traités comme des témoignages, servant à illustrer ou à renforcer les hypothèses mises en avant dans la recherche. En ce sens, il ne leur a pas été accordé la même place qu’aux documents d’archives, qui certes ne permettent pas une observation générale des modes de vie, mais rendent compte de faits ayant eu une existence réelle. Cette recherche qualitative sur la nature et la signification des mœurs et coutumes costariciennes a été complétée par une approche de la presse de cette époque.

La presse à la BNCR (Biblioteca Nacional de Costa Rica)

14En tant que média et principal témoin des interactions entre les idéologies dominantes et les expériences concrètes des individus, la presse représente une source fondamentale. La réussite de la normalisation culturelle engagée par l’élite libérale dépend, en effet, essentiellement de l’acceptation et de l’assimilation par l’opinion publique des valeurs diffusées. Il est alors indispensable que celle-ci intègre les normes fixées afin de pouvoir se faire le relais de la loi au sein de la société. Une approche de la prostitution, axée sur l’étude des processus de marginalisation, passe donc essentiellement par l’analyse de ses rapports avec la société, et donc par une certaine connaissance de cette opinion publique. Jean-Jacques Becker montre comment :

  • 15 Jean-Jacques Becker, « L’opinion », dans Rémond, René (dir.), Pour une histoire politique, Paris, E (...)

Dans un pays où la presse est libre, tous les aspects de l’opinion ont chance d’être reflétés dans les journaux : une analyse bien faite, c’est-à-dire opérant un choix judicieux, utilisant une presse aussi variée que possible, constitue une approche qualitative de l’opinion publique non négligeable.15

  • 16 Id., p. 173.
  • 17 Ibid., p. 173.

15La presse étant le principal moyen de communication entre l’Etat et la population, elle est un vecteur idéologique essentiel. Parallèlement, elle cristallise aussi dans ses colonnes les opinions contestataires, mettant ainsi à jour certaines oppositions sociales. En ce sens, l’analyse des journaux apparaît comme essentielle à la compréhension de l’opinion publique. Il faut tout de même rester conscient que la validité de ces documents dépend autant des « choix judicieux » de l’historien que de la perspective dans laquelle les informations fournies sont utilisées. En effet, la presse est un moyen d’approche qualitatif – « tout ce qu’on « ramasse » illustre l’opinion publique »16–, mais non quantitatif puisque « la presse est incapable de dire quel poids pèse chaque opinion émise »17. Cette double restriction, quant à l’utilisation de telles sources, implique à la fois de ne pas conclure à la connaissance intégrale de l’opinion publique par ce seul biais et de définir le corpus utilisé sur des critères pertinents.

  • 18 Je remercie particulièrement la professeur Ana Paulina Malavassi dont les conseils ont été détermin (...)
  • 19 Cependanr, j’ai parfois pu dépouiller entièrement tous les exemplaires disponibles.

16Dans cette logique et devant la quantité considérable de journaux et de revues de l’époque, plusieurs étapes ont été nécessaires afin d’établir une sélection préliminaire. La consultation préalable de la Tabla de especificaciones de los periódicos Nacionales existentes en la Biblioteca Nacional Miguel Obregón Lizano, a permis de définir le contenu de la Bibliothèque. Elle permet d’amasser des informations sur les périodes d’existence des journaux, sur le volume papier qu’ils représentent et sur leur accessibilité. Toutefois, le classement réalisé dans cet index est très approximatif. Certains journaux rapportés dans cet inventaire comme consultables restent introuvables, le nombre de volumes par titre est souvent incorrect, etc. Par la suite, de nombreuses discussions avec certains professeurs costariciens18 ont permis, grâce aux informations fournies sur le contenu idéologique des journaux, de préciser le corpus des périodiques. Il en a été fait de même pour définir les revues utilisées. L’objectif n’était pas de les dépouiller de façon exhaustive mais de définir le contenu et la tendance des journaux choisis en procédant à des relevés ponctuels, sur la base de critères spécifiques pour la majorité19 d’entre eux. Ainsi, lorsque la période de parution du journal correspondait avec une date clef de la législation sur les prostituées, l’observation se portait sur les quelques mois qui la précédaient et la suivaient. Il s’agissait alors de voir si la mise en place de ces lois suscitait des réactions et, dans l’affirmative, de les analyser. Dans la perspective de prendre la mesure du contenu des journaux sélectionnés et, étant donné leur caractère résolument politique (exception faite des revues), il semblait pertinent de focaliser le regard sur ces dates clefs.

  • 20 Il aurait fallu que je puisse réaliser le même travail avec le troisième journal essentiel à ma pér (...)

17Une attention particulière a été réservée à deux journaux essentiels pour la période : La Prensa Libre et La República20. Tous deux sont des journaux engagés politiquement, aux points de vue souvent opposés, du moins toujours divergents. Ils sont donc le reflet de différentes sensibilités qui se retrouvent au sein de la population. De plus, ils ont des périodes de parution très étendues dans le temps, un certain impact social (important tirage) et ils sont conservés presque dans leur intégralité à la Bibliothèque. De sorte qu’ils ont été entièrement dépouillés afin d’essayer de dégager toutes les informations permettant d’enrichir la perception de l’opinion publique costaricienne autour de notions clefs pour cette étude : la place de la femme dans la société, la vision du contrôle social, des prostituées, des maladies vénériennes, des autorités, des « vices » et des « vicieux » en général.

18La richesse de cette documentation ne doit toutefois pas cacher son incapacité à poser, seule, un cadre social à la fois ample et précis pour les différentes études de cas. Il fallait donc compléter ces enquêtes d’opinion par l’analyse des diverses données statistiques.

Les recensements de l’INEC (Instituto Nacional de Estadística y Censo)

  • 21 Paul-André Rosental, « Construire le "macro" par le "micro": Frederik Barth et la microstoria », da (...)

19A condition de construire des indicateurs adaptés aux faits recueillis par l’observation microscopique, la statistique peut garder sa fonction de validation des approches processuelles. Cette dimension est essentielle en ce qu’elle permet de passer d’une observation « qualitative » sur un nombre restreint de cas, à la possibilité d’une généralisation - laquelle constitue bel et bien le but final de l’analyse.21

  • 22 Pierre Guillaume, op. cit., p. 68-69.

20Mise à part l’idée selon laquelle la généralisation serait l’objectif final de toute analyse – préférant laisser à chaque historien le droit de choisir lui-même ses objectifs – cette citation de Paul-André Rosental illustre parfaitement ce projet. L’objectif est de redonner une place aux informations mises en lumière par l’approche microhistorique, au sein de l’ensemble social, afin de ne pas séparer ces deux sphères. Pierre Guillaume écrit dans sa synthèse sur l’histoire contemporaine que l’histoire « sérielle » sert à mettre un frein « aux tentations du pointillisme et de l’impressionnisme, sources de généralisations abusives »22. En ce sens, l’objectif de cette recherche est de ne pas oublier que les individus qui forment ce corpus, appartiennent à part entière à la société costaricienne du XIXe siècle.

21Suivant ce raisonnement, les données statistiques présentent un double avantage : d’une part, elles révèlent les centres d’intérêts des dirigeants, à travers les questions posées ; d’autre part, elles donnent une image de la société. On peut saisir, à travers elles, une certaine globalité comme une vue aérienne permet d’embrasser d’un seul regard des centaines de kilomètres de territoire. Néanmoins, revenir à l’échelle humaine c’est aussi retrouver des sensations humaines que la technique et le progrès ont tendance à noyer dans l’ensemble. Ce qui importe ici, c’est donc d’être capable d’utiliser ces documents uniquement pour ce qu’ils sont et en étant conscient de leurs limites.

22L’INEC regroupe dans un même centre d’étude tous les recensements et les annuaires statistiques effectués au Costa Rica. Il s’agit de sources imprimées, datant d’une trentaine d’années, en bon état et qui peuvent donc être consultées sans difficulté. La période d’étude (1870-1930) a connu cinq recensements : quatre généraux (1864, 1883, 1892, 1927) et un spécifique à la province de San José (1904). Les informations qu’ils fournissent nous renseignent sur la vie sociale des individus en général et sur la place de San José dans le pays. De plus, la continuité des questionnements d’un recensement à l’autre permet d’observer des évolutions souvent plus révélatrices que les nombres dans l’absolu.

  • 23 Les questionnements sont presque semblables aux autres recensements, comme le montre le tableau, ma (...)
  • 24 Le projet a débuté en 1992 sous la direction conjointe d’Iván Molina Jiménez et de Víctor Hugo Acuñ (...)

23Une place à part a été faite au recensement de 1904 pour diverses raisons. Tout d’abord, son cadre spatial est plus restreint que les autres puisqu’il ne touche que la province de San José. Ce rétrécissement géographique permet d’agrandir certains détails et d’amplifier les informations fournies23. De plus, la date de sa réalisation le place, temporellement parlant, au centre de cette étude et lui donne une importance particulière dans l’observation de la population de la capitale. Enfin, le CIHAC24 en a réalisé une base de données regroupant les 24 246 habitants de la province qui facilite la recherche et permet de faire des recoupements d’informations. L’utilité d’un tel projet a été parfaitement démontrée dans la thèse de Juan José Marín « La vida cotidiana de las prostitutas femeninas 1864-1949 ». Il s’est, en effet, appuyé sur cette base pour analyser la répartition géographique des prostituées et de leur famille dans la ville.

24Enfin, l’INEC possède des annuaires statistiques pour chaque année à partir de 1883 jusqu’en 1930, avec un vide de dix ans pour la période 1897-1907. Ces annuaires reprennent les questionnements des recensements – répartition et mouvement de population, division territoriale, statistique démographique, répartition géographique de la criminalité et des maladies, etc. – mais ils sont moins complets. Toutefois, étant très rapprochés dans le temps (publication annuelle), ils présentent l’avantage de permettre un suivi plus précis des évolutions sociales.

  • 25 Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes. Marché du travail et trajectoires professionnelles au 20e s (...)

25C’est à travers l’étude parallèle de ces quatre axes de travail qu’il a été possible, pour reprendre l’expression de Catherine Omnès, « d’opérer un va-et-vient permanent du collectif à l’individuel, du quantitatif au qualitatif, du transversal au longitudinal et de l’économique au social »25 et donc d’approcher au mieux les sujets d’étude : les prostituées joséphines de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Observées à la lumière d’informations structurelles générales, les études de cas sortent du simple « faits divers ». Parallèlement, les données sans relief qui présentent une réalité uniforme et sans nuance dans laquelle les individus sont enfermés dans des cases préconstruites, deviennent le canevas nécessaire à la compréhension des informations fournies par les sources individuelles. Ainsi, l’adéquation entre les perspectives d’étude et les possibilités réelles offertes par les sources a permis d’ancrer la compréhension de la notion de marginalité dans la multiplicité des interactions entre l’individuel et le collectif. De sorte que, face à la complexité qui en ressort, cette logique conduit à remettre en cause la validité des définitions univoques calquées sur les catégories juridiques.

Etude du cas de Gabriela Alvarado Chacón

26En étudiant, dans cette perspective globale, les éléments entrant en jeu dans la mise en place des processus de marginalisation, on relève une certaine ambiguïté entre la définition légale de ce qui doit être considéré comme « prostitution » et des individus regroupés sous la dénomination de « prostituées », et la compréhension réelle de ces notions par la communauté.

Approche structurelle et aspects juridiques de la prostitution

27Le règlement de prophylaxie vénérienne promulgué en 1894 cherche à poser les bases légales du contrôle de la prostitution dans l’objectif de protéger la société de la propagation des maladies vénériennes.

Las prostitutas se dividen en públicas y encubiertas. Constituyen las primeras aquellas mujeres que ejercen la prostitución como un oficio, sin disimular su modo de ser y que reciben libremente a los que las solicitan. Encubiertas son las que según información que ha de levantar la autoridad de policía, además de ocuparse en los varios quehaceres de su sexo, comercian con sus cuerpos, sin estar especialmente establecida con ese objeto.

  • 26 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 89.

No estarán sujetas a las disposiciones de este Reglamento las mujeres que vivan como concubinas de un solo hombre, sin escandalizar con su conducta.26

28Cet article du règlement établit une différence entre les femmes exerçant régulièrement et publiquement la prostitution, sans avoir d’autres sources de revenus, et celles qui la pratiquent de façon occasionnelle, sous couvert d’un mode de vie socialement acceptable. La compréhension de la prostitution se rapproche alors des définitions communément admises, faisant directement référence à la notion de travail, « métier », et de commerce, « commercent avec leurs corps ». Il n’en reste pas moins qu’aucune définition claire de ce qui conduit à désigner une femme comme une prostituée, n’est donnée. Ces éclaircissements théoriques, issus de l’analyse historique de textes juridiques, semblent donc laisser subsister certaines ambiguïtés. Notamment, l’assimilation entre la pratique du concubinage – légalement tolérée – et celle de la prostitution – mise sous surveillance –, se perpétue dans la réalité.

29La parution, dès le mois d’octobre 1894, d’une circulaire qui vient spécifier les conditions requises pour obtenir une désinscription démontre les défaillances de la première version du texte législatif. En effet, il s’agit de juguler les assimilations abusives entre prostitution et concubinage que permettait, par manque de clarté, le règlement de juillet 1894, tout en évitant de favoriser les relations de concubinage. De sorte que cet ajout législatif vient préciser, de façon moins équivoque, les facteurs permettant le retrait d’une inscription des registres de prophylaxie vénérienne, en définissant plus précisément les critères différenciant les femmes devant être considérées comme des prostituées, de celles entrant dans le cadre du concubinage :

[…] deben UU. eximir de las obligaciones del Reglamento de Profilaxis Venérea a aquellas mujeres que sin haber sido conocidas anteriormente como prostitutas públicas vivan con un solo hombre, y también a las que aunque hubieran sido consideradas con anterioridad como rameras, tengan hijos con el hombre con quien vivan en concubinato, después de haber abandonado la vida licenciosa que antes seguían.

  • 27 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 184.

Podrán también exceptuarse aquellas mujeres que aunque hayan sido prostitutas públicas se han retirado de la prostitución por el espacio de un año por lo menos, y siempre que continúen en estado de retraimiento.27

30L’approche juridique du phénomène prostitutionnel permet donc de circonscrire la notion de prostituée à certains facteurs bien déterminés : la multiplicité des partenaires, le comportement social, etc. Néanmoins, l’utilisation des outils sociologiques permettant l’observation de cas particuliers et, notamment, des arguments mis en avant lors d’accusation de prostitution démontre l’existence d’une grande quantité d’autres éléments entrant en jeu dans la stigmatisation d’une femme comme prostituée.

Une approche sociologique et quelques aspects particuliers de la prostitution

31Alors même que la loi permet le retrait des registres de prophylaxie après un an de concubinage avéré, seulement 15 des 60 femmes vivant ou prétendant vivre en concubinage entre 1894 et 1897 et inscrites sur les registres de prophylaxie, tentent une démarche judiciaire pour s’en faire retirer. En analysant les dossiers de ces quinze femmes qui déposent une demande de désinscription, on remarque que seules neuf d’entre elles obtiennent un verdict favorable dont deux après avoir fait appel d’une première sentence qui leur était défavorable. De plus, l’une d’elles est réinscrite au bout d’un an. L’analyse des demandes met donc en évidence la complexité du processus de désinscription. Il faut préciser que, dans tous les cas où un jugement négatif a été rendu – en première instance et en appel – un concubinage supérieur à deux ans avait été prouvé. Théoriquement, selon la circulaire n° 24 de 1894, cela aurait dû permettre à ces femmes d’être supprimées des registres. Dans bien des cas, les critères requis par les autorités pour qu’une femme puisse voir son nom effacé des registres, s’éloignent donc de façon significative du texte législatif.

32Le cas de Gabriela Alvarado Chacón est particulièrement révélateur de cette situation Le 18 septembre 1894, soit à peine quelques semaines après la promulgation du règlement de prophylaxie vénérienne, elle est inscrite en tant que prostituée dans les registres de prophylaxie vénérienne. Elle fait partie de ce groupe de femmes condamnées lors de la grande vague d’arrestation qui suivit l’entrée en vigueur de la loi sur la prostitution. Elle est alors la 145ème à être inscrite en si peu de temps, ce qui tend à démontrer la volonté des autorités de frapper un grand coup dans le milieu de la prostitution joséphine.

33L’intérêt de son cas réside d’ailleurs dans la contradiction entre cette arrestation précoce qui témoigne de la conviction des autorités de l’appartenance de Gabriela au groupe des prostituées, et sa dénégation soutenue par nombre de ses proches. Cependant, ses arguments et le soutien de son entourage ne lui permettent pas d’éviter d’être contrainte de se plier aux mesures de contrôle exigées par le registre de prophylaxie en 1894. Ce n’est que deux ans plus tard, le 17 décembre 1896, qu’elle dépose une demande de désinscription, en s’appuyant sur la circulaire n° 24 du 23 octobre 1894 qui distingue le concubinage de la prostitution, de façon moins confuse que le règlement de juillet 1894 :

2° Digan si es cierto como lo es que hace un año vivo en concubinato con Don Matheus, mayor de edad, soltero, comerciante y de este domicilio, sin parentezco alguno con este y quien me suministro todos los gastos para mi subsistencia, lo mismo que el pago de la casa que habito.

3° Como es verdad que en mi citada casa no se ven hombres extraños pues solo se ve a Matheus con quien llevo una vida ejemplar y le guardo las consideraciones que a un esposo.

4° Digan como es cierto y les consta que yo no escandalizo con mi conducta ni se ven desórdenes en mi casa y si siempre estoy dedicada en mis ocupaciones domésticas de modo que mis vecinos que han sido y son personas respetables jamás hayan tenido queja alguno de mi conducta.

  • 28 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 1-1v.

5° Digan como es verdad que mi conducta anterior al concubinato aludido siempre fue buena toda vez que he sido y soy una mujer pacífica, de procederes arreglados a las buenas costumbres sociales así en lo público como en lo privado.28

34Ces affirmations, confirmées unanimement par l’ensemble des témoins qui viennent déposer en sa faveur, mettent en avant les critères qui participent à la « normalisation » d’un individu. Les caractéristiques socialement correctes de sa relation avec Matheus, notamment la longévité de la relation et l’unicité de partenaire, donnent à son concubinage les aspects d’un mariage aux yeux de la population, même s’il n’en possède pas la légitimité. Il est d’ailleurs intéressant de signaler que Gabriela attribue à Matheus le rôle de l’époux : elle le présente comme financièrement responsable d’elle et se place dans une position de soumission par rapport à lui. Dans un premier temps, elle insiste donc sur la « normalité » de sa relation de couple afin d’éviter de voir son concubinage assimilé à un acte de prostitution. Remarquons alors que la dépendance économique de Gabriela envers son concubin apparaît comme une marque de bonne conduite alors même que cet échange d’argent est le symbole par excellence de la prostitution, selon sa définition légale. Le seul rapport économique entre les partenaires ne permet donc pas de déterminer le caractère prostitutionnel d’une relation. Il faut prendre en compte l’ensemble du comportement social d’un individu pour comprendre la nature des éléments qui entrent en jeu dans cette stigmatisation.

35Gabriela poursuit d’ailleurs sa défense en généralisant à l’ensemble de sa conduite cette conformité face aux attentes sociales. La notion de « scandale » vient là encore englober toute une série de réalités comportementales, confirmant ainsi la polyphonie de cette notion. Dès lors, elle insiste sur la « normalité » de sa conduite qu’aucun « scandale » ne vient entacher, autant dans le domaine privé que dans le public, en soulignant notamment son respect des « bonnes mœurs » pour faire valoir sa parfaite intégration sociale.

36Il est alors intéressant de souligner que ce sont les mêmes arguments qui sont récupérés par l’accusation, en négatif, pour tenter de démontrer la culpabilité de Gabriela. Cette double utilisation des mêmes arguments témoigne clairement de l’importance que ces éléments revêtent dans la mise en place des processus de marginalisation. D’ailleurs, pour son voisin Antonio Madriz Calderón, le simple fait qu’elle reçoive des hommes chez elle, pendant la nuit, est le signe qu’elle multiplie les partenaires sexuels. Logiquement, cette interprétation le conduit à classer Gabriela parmi les prostituées :

  • 29 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 12v.

[…] hace mucho tiempo conozco a Gabriela Alvarado como prostituta pública; hace menos de un año he visto en casa de la Alvarado distintos hombres durante la noche; no conozco rentas de que pueda vivir la Alvarado.29

37Pour ce témoin, le seul fait de transgresser la norme qui oblige les femmes à éviter le contact avec d’autres hommes que ceux appartenant à leur famille légitime (père, frères et mari) est suffisant pour inclure Gabriela dans le groupe des prostituées.

38Notons qu’outre son comportement « anormal », l’aspect économique joue aussi un rôle dans cette stigmatisation. La pauvreté de l’accusée vient alors s’ajouter comme un élément à charge. Plus généralement, les déclarations de l’ensemble des témoins de l’accusation confirment la place importante occupée par la notion de travail dans la construction de l’image de la prostituée. En effet, ne pas travailler implique dans la quasi-totalité des cas, une pauvreté qui est alors interprétée comme le terreau privilégié de la prostitution. Toutefois, le facteur économique n’est pas le seul en cause. Travailler « honnêtement » selon les critères établis par la société, ne signifie pas seulement gagner sa vie mais aussi participer à la vie collective, accepter les normes imposées par la communauté. Le travail s’oppose à la paresse et, en ce sens, il apparaît comme un symbole de vertu. Ainsi, le témoignage de José Mora Campos met clairement en opposition la Gabriela travailleuse et la Gabriela prostituée :

  • 30 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 13.

He conocido antes de año y medio a Gabriela Alvarado como prostituta pública, pero de ese tiempo a esta parte he visto trabajando a la Alvarado e ignoro si vive con algún hombre.30

39Si l’on en croit Gabriela ainsi que de la majorité des témoins – cinq déposent en sa faveur et deux contre elle – son comportement social répond aux exigences de la société en se pliant aux divers codes qui régissent la conduite de la femme : la réclusion volontaire au sein de son foyer, le travail honnête, l’unicité de partenaire et la longévité de sa relation sont notamment les critères qui déterminent son assimilation au groupe des femmes honnêtes. Notons toutefois que les autorités fondent leurs accusations sur d’autres critères :

CONSIDERANDO

  • 31 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 21.

[…] Que el objeto de la ley a este respecto no es solamente evitar a la sociedad el daño que pudiera recibir con los escándalos que la Alvarado ha justificado no cometer, se trata de estacar la propagación de enfermedades venéreas que tanto cuerpo van tomando; se trata también de evitar el contacto de las prostitutas con la parte sana de la sociedad que en el caso contrario se vería gravemente amenazado en el sentido moral; y todo esto solo se puede conseguir manteniendo a esta clase de mujeres dentro de los límites de la ley de Profilaxis venérea [...] POR TANTO administrando justicia a nombre de la República de Costa Rica fallo: No ha lugar a la cancelación solicitada en escrito de 17 de diciembre último que encabeza este auto...31

40Ce texte de condamnation démontre l’importance accordée par les autorités au contrôle de la propagation des maladies vénériennes. De sorte que Gabriela, bien que n’entrant pas dans les cadres de la prostitution telle qu’elle est définie par la législation, est pourtant inscrite dans les registres de prophylaxie vénérienne du fait de son comportement hors normes : la multiplication successive de partenaires sexuels. Consciente de l’illégalité de cette décision de justice, Gabriela prend un avocat et fait appel de la sentence devant le gouverneur. Rien n’y fait. Malgré la preuve apportée par la majorité des témoins de la stabilité de sa relation avec Matheus et de « l’honnêteté » de sa conduite, les autorités focalisent leur attention sur son comportement atypique qui se cristallise dans sa capacité à changer de partenaire.

41Plus généralement, on s’aperçoit alors que de nombreuses femmes sont incluses légalement et cela de façon abusive, dans le groupe des prostituées afin que les autorités puissent surveiller leur conduite potentiellement dangereuse pour la santé physique de la population. Ainsi, certaines de ces femmes qui respectent les codes de bonne conduite, s’intégrant parfaitement dans leur environnement – en témoigne la quantité de voisins, amis et autres proches qui viennent déposer en leur faveur –, se trouvent pourtant amalgamées au groupe des prostituées du fait qu’elles représentent un danger sanitaire aux yeux des autorités. Il est alors intéressant de remarquer que le processus qui conduit une femme à être accusée de prostitution tient compte autant de la nature de son comportement social que des dangers potentiels que représentent ses choix de vie. Ce phénomène démontre que si la répression de la prostitution répond à une volonté de protéger la population du danger moral que représente la propagation d’une attitude désinvolte, il s’agit avant tout d’éviter la propagation des maladies vénériennes qui conduisent à la dégénérescence de la « race ». Concrètement, l’ensemble des femmes ne répondant pas aux critères de la « bonne femme » – les célibataires, pauvres, sans travail, surtout si elles déambulent dans les rues ou reçoivent des hommes chez elles –, sont alors rapidement jugées dangereuses, stigmatisées comme des prostituées et inscrites dans les registres.

42L’analyse du cas de Gabriela met donc en évidence l’existence d’un clivage réducteur au sein des possibilités comportementales de la femme : en respectant les codes imposés par la société afin de conserver sa « pureté naturelle » et notamment la virginité qui est considérée comme un élément fondamental de la féminité, la femme entre dans le cadre de la femme idéale qui pourra jouer son rôle d’épouse fidèle et de mère vigilante. A l’opposé se trouve la « mauvaise femme », celle qui en violant volontairement ou non, un ou plusieurs de ces codes, a été salie et a perdu le droit au respect. Rapidement, celle-ci est incorporée par l’ensemble de la communauté au groupe des prostituées, symboles du vice et de la corruption.

43Cette assimilation abusive des femmes ne répondant pas aux critères de la « bonne femme » tels qu’ils ont été déterminés par les représentations collectives conduit à restreindre l’identité féminine à la seule dichotomie de vierge ou de putain. La notion de prostitution en vient alors à regrouper la majorité des femmes ne répondant pas aux critères de la femme idéale, soit de nombreuses réalités allant de la femme pratiquant le commerce sexuel à la libertine, en passant par la femme infidèle. De sorte qu’il est difficile de proposer une définition précise du terme prostituée tant les nombreuses réalités qu’elle regroupe ne se reflètent que très partiellement dans les coutumes populaires et la législation. Ainsi, la multiplicité des sens subsumés par cette notion nuit à la mise en place d’une définition précise de ce qui est entendu par « prostitution » au Costa Rica à la fin du XIXe siècle. Corrélativement, cette polyphonie permet d’appréhender la nature de l’utilisation juridique de ce concept qui sert moins à définir les contours d’un groupe qu’à surveiller et à réprimer l’ensemble des individus de sexe féminin dont le comportement ne s’adapte pas aux critères établis par la société. Ainsi, ce flou autorise les autorités et l’ensemble de la communauté joséphine à utiliser la catégorie « prostituée » pour arrêter et condamner les femmes adoptant des conduites hors normes jugées dangereuses. La condamnation de la prostitution apparaît alors comme un outil de contrôle social visant à dénigrer et donc à éviter la propagation de conduites non conformes à la norme établie.

44L’analyse de ce cas particulier à la lumière de plusieurs méthodes (micro, macro, questionnaire sociologique) et à partir de plusieurs types de sources (textes littéraires, archives policières, statistiques) a permis de mettre en évidence l’existence d’ambiguïtés dans la conception de la prostitution. L’approche structurelle permet de replacer le groupe des femmes accusées de prostitution dans l’ensemble social. Toutefois, elle ne laisse entrevoir qu’une attitude univoque de la société face à la prostitution. Il faut alors compléter ces observations par une approche plus individuelle, fondée sur la reconstruction sociologique à partir de documents d’archives, afin de se rendre compte de la complexité du phénomène.

45Ainsi, ces diverses approches sont-elles nécessaires à la compréhension « globale » du sujet, l’une éclairant l’autre. Le travail d’analyse sociologique n’est alors plus pensé comme une simple illustration ou une confirmation mais comme un élément d’analyse et de compréhension en soi. La diversité qui découle de cette démarche est significative de la complexité du réel contrairement à ce que pourrait laisser penser une catégorisation trop systématique ou une acceptation prématurée de définitions préfixées. Dans ce cas précis, cette façon d’aborder le sujet laisse clairement apparaître que la prostitution n’est pas le fait de définitions absolues mais qu’elle relève d’une construction complexe basée sur un rapport culturel défavorable et faisant intervenir des facteurs variés.

46En quelque sorte cette présentation pose certaines des bases méthodologiques qui déterminent la façon dont j’ai abordé ce travail de thèse. Parallèlement, elle touche aussi à un point essentiel de mes interrogations, à savoir le rapport existant entre la stigmatisation d’un individu en tant que prostituée et son comportement général hors normes.

Haut de page

Bibliographie

Baby Collin, Virginie, Marginaux et citadins. Construire une urbanité métisse en Amérique latine. Etude comparée des barrios de Caracas (Venezuela) et des villas d’El Alto de La Paz (Bolivie), Toulouse 2, Thèse de Doctorat de géographie, 2000, 620 p.

Becker, Jean-Jacques, « L’opinion », dans Remond, René (Dir.), Pour une histoire politique, Paris, Ed. du Seuil, Col. L’Univers Historique, 1988, 400 p.

Becker Saul, Howard, Outsiders: études de sociologie de la déviance, Paris, Ed. Métailié, Col. Observation, 1985 (1963), 248 p.

Cardona, Jenaro, El primo, San José, EUCR, Col. Retorno, 2001(1905), 260 p.

Fernández Guardia, Ricardo, Magdalena, San José, Ed. UCR, Col. Retorno, 1995(1902), 98 p.

González, Luisa, A ras del suelo, San José, Ed. Costa Rica, 2005 (1970), 228 p.

Gribaudi, Mauricio, « Echelle, pertinence, configuration », dans Revel, Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes-Gallimard-Seuil, 1996, 243 p.

Guillaume, Pierre, Initiation à l’histoire sociale contemporaine, Paris, Ed. Nathan, Col. Histoire 128, 1992, 128 p.

Heller Agnès, Sociología de la vida cotidiana, Ed. Península, 1987, 418 p.

Omnès, Catherine, Ouvrières parisiennes. Marché du travail et trajectoires professionnelles au 20è siècle, Paris, Ed. de l’EHESS, Col. Recherches d’histoire et de sciences sociales; 74, 1997, 374 p.

Rosental, Paul André, « Construire le « macro » par le « micro »: Fredrik Barth et la microstoria », dans Revel, Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes-Gallimard-Seuil, 1996, 243 p.

Haut de page

Notes

1 Théorie selon laquelle la marginalité est déterminée directement par son contexte socioculturel. En ce sens, elle ne saurait exister, et donc être appréhendée, en dehors de lui : « Le même comportement peut constituer une transgression des normes s’il est commis à un moment précis ou par une personne déterminée, mais non s’il est commis à un autre moment ou par une autre personne ; certaines normes – mais pas toutes – sont transgressées impunément. Bref le caractère déviant, ou non, d’un acte donné dépend en partie de la nature de l’acte (c’est-à-dire de ce qu’il transgresse ou pas une norme) et en partie de ce que les autres en font. » Saul Becker, Howard, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Ed Métailié, 1985 (1963), p. 37.

2 Paul André Rosental, « Construire le « macro » par le « micro »: Fredrik Barth et la microstoria », dans Revel, Jacques, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes-Gallimard-Seuil, 1996, p. 145.

3 Mauricio Gribaudi, « Echelle, pertinence, configuration », dans Jacques Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes-Gallimard-Seuil, 1996, p. 133.

4 « El grado de desarrollo y el modo en que están organizadas la producción y la distribución, el estado del arte y de la ciencia, la estructura de las instalaciones y los tipos de actividad que se desarrollan en ellas: ellos son los factores que en primer lugar nos indican qué tipo de sociedad tenemos ante nosotros », Heller, Agnès, Sociología de la vida cotidiana, Ed. Península, 1987, 418 p.

5 Pierre Guillaume, Initiation à l’histoire sociale contemporaine, Paris, Ed. Nathan, Col. Histoire 128, 1992, p. 9.

6 Notamment ceux de Juan José Marín Hernández.

7 Les femmes dites « encubiertas » possèdent un travail rémunéré parfaitement accepté par la communauté et sont considérées comme pratiquant la prostitution de façon non officielle. Tout au long de ce travail, je traduirai ce terme par clandestine.

8 Jorge Chaves Camacho, dans un article de la Revista de la UCR intitulé « Notas sobre la prostitución en Costa Rica », met en évidence que, dans les registres de police, ne sont même pas inscrites 10% des femmes pratiquant la prostitution. Toutefois, il n’explique pas comment il en est arrivé à ce chiffre.

9 Jacques Revel (dir.), op. cit., p. 30.

10 Virginie Baby Collin, Marginaux et citadins. Construire une urbanité métisse en Amérique latine. Etude comparée des barrios de Caracas (Venezuela) et des villas d’El Alto de La Paz (Bolivie), Thèse de Doctorat de géographie, 2000, Toulouse 2, p. 344.

11 Luisa González, A ras del suelo, San José, Ed. Costa Rica, 2005 (1970), 228 p.

12 Ricardo Fernández Guardia, Magdalena, San José, Ed. UCR, Col. Retorno, 1995 (1902), 98 p.

13 Jenaro Cardona, El primo, San José, EUCR, Col. Retorno, San José, 2001 (1905), 260 p.

14 Ricardo Fernández Guardia, op. cit., p. 23.

15 Jean-Jacques Becker, « L’opinion », dans Rémond, René (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Editions du Seuil, Col. L’Univers Historique, 1988, p. 172.

16 Id., p. 173.

17 Ibid., p. 173.

18 Je remercie particulièrement la professeur Ana Paulina Malavassi dont les conseils ont été déterminants dans le choix des journaux étudiés.

19 Cependanr, j’ai parfois pu dépouiller entièrement tous les exemplaires disponibles.

20 Il aurait fallu que je puisse réaliser le même travail avec le troisième journal essentiel à ma période El Diario de Costa Rica. Mais celui-ci est très incomplet.

21 Paul-André Rosental, « Construire le "macro" par le "micro": Frederik Barth et la microstoria », dans Jacques Revel, op. cit., p. 159.

22 Pierre Guillaume, op. cit., p. 68-69.

23 Les questionnements sont presque semblables aux autres recensements, comme le montre le tableau, mais ils sont plus précis.

24 Le projet a débuté en 1992 sous la direction conjointe d’Iván Molina Jiménez et de Víctor Hugo Acuña Ortega.

25 Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes. Marché du travail et trajectoires professionnelles au 20e siècle, Paris, Ed. de l’EHESS, Col. Recherches d’histoire et de sciences sociales / 74, 1997, p. 16.

26 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 89.

27 ANCR, Leyes y decretos, 1894, p. 184.

28 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 1-1v.

29 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 12v.

30 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 13.

31 ANCR, Policía, n° 1772, 1896-1897, f. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Giraldou, « Etude des processus de marginalisation dans la ville de San José (Costa Rica) à la fin du XIXe siècle », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 214 | 2010, mis en ligne le 23 février 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://orda.revues.org/735 ; DOI : 10.4000/orda.735

Haut de page

Auteur

Marion Giraldou

Université Toulouse 2-Le Mirail, laboratoire FRA.M.ESPA (France Méridionale et Espagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org