Navigation – Plan du site
Explorations transdisciplinaires de la jeune recherche américaniste à Toulouse

Présentation

Alfonsina Faya Robles, Zélie Navarro-Andraud et Modesta Suárez
p. 9-15

Texte intégral

1La recherche américaniste constitue aujourd’hui une source abondante d’informations permettant de mieux comprendre ce vaste continent dont l’exploration s’accomplit à l’aune de problématiques multiples, en perpétuelle transformation. Dans cette élaboration exponentielle de savoirs, les travaux menés par de jeunes chercheurs (masters, doctorants, post-doctorants) ont une place très importante. La valorisation de ces apports est l’un des buts principaux de l’Association Toulousaine pour la Recherche Interdisciplinaire sur les Amériques. Des travaux individuels, originaux et ambitieux, sont produits par les jeunes chercheurs, membres de l’association. Ce dossier est donc l’occasion d’en présenter quelques uns afin de rendre compte de leur originalité méthodologique et théorique. Un axe majeur, reflet d’ATRIA, met en valeur leurs réflexions : la transdisciplinarité.

  • 1 Voir, entre autres ouvrages d’Edgar Morin, La Méthode-Tome 3. La connaissance de la connaissance, P (...)

2Diverses disciplines scientifiques participent à l’enrichissement du champ des connaissances sur le continent américain. Or, bien souvent, ces études demeurent tributaires des problématiques de leur discipline, cloisonnant ainsi la recherche. La richesse des connaissances sur les Amériques, qu’elles viennent de l’histoire, de la géographie, de la littérature ou de l’ethnologie et de la sociologie, se réalise toujours par le découpage disciplinaire. Depuis l’ère moderne, la division des disciplines scientifiques a été un véritable moteur de la connaissance. Néanmoins, selon Edgard Morin1, nous sommes en train de vivre une deuxième révolution du point de vue de la connaissance : la création de ponts entre les disciplines visant à réduire les discontinuités entre celles-ci.

3Depuis quelques années le dépassement de la « disciplinarité » se pose en prenant différentes figures. La « pluridisciplinarité » (ou trans ou multi-disciplinarité), est la première tentative de mise en exergue de la « complexité » du monde par la multiplication des regards interrogeant un même objet. Ainsi, les inégalités sociales sur le « nouveau continent » font-elles partie de plusieurs champs d’étude, comme l’économie, l’histoire ou la sociologie, créant des données accumulatives.

  • 2 Bassarab Nicolescu, La Transdisciplinarité. Manifeste, Paris, Ed. Broché, 1996.
  • 3 Eduardo Viveiros de Castro, « Antropologia e Imaginaçao da Indisciplinaridade », conférence inaugur (...)

4Les approches « interdisciplinaires » constituent une autre tentative pour saisir la complexité des objets de connaissance eux-mêmes. Il ne s’agit plus ici d’accumuler divers savoirs sur un même objet, mais d’entrecroiser ces savoirs, de les mettre en relation, de les articuler en formant un tissu qui enveloppe l’objet en même temps qu’il le révèle. La tentative est alors celle du croisement des connaissances et de la mise en transversalité d’un même objet. L’objet de connaissance, par sa complexification, devient mobile et traverse les différentes disciplines. Il est ainsi éclairé depuis divers regards disciplinaires. Dans ce cheminement d’une discipline à l’autre, les frontières disciplinaires demeurent encore, néanmoins, palpables. À la simple lecture d’un article ou d’un ouvrage nous saurions, par exemple, identifier la démarche disciplinaire usitée dans la « découverte », ou le « dé-couvrement », de l’objet. Cependant, l’interdisciplinarité annonce déjà la nécessité d’une autre démarche heuristique, celle imposée par des objets « hors » discipline, ceux qui se constituent justement aux frontières disciplinaires. Tel que le dit Bassarab Nicolescu2, la transdisciplinarité est le savoir qui n’a pas peur des frontières, qui s’occupe tant des objets appartenant aux disciplines particulières, comme à ceux qui se situent entre les disciplines et ceux qui sont hors discipline. Dans ces conditions, la transdisciplinarité requiert une certaine « indiscipline3 » avec pour objectif de porter un regard pluriel sur des questions complexes.

  • 4 Roberto Follari, « Estudios culturales, transdisciplinaridad e interdisciplinaridad (hegemonismo en (...)
  • 5 Pierre Bourdieu, Jean Claude Passeron,  Le métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Berli (...)

5Depuis sa fondation comme association de jeunes chercheurs travaillant sur les Amériques, ATRIA a pour ambition épistémologique de convertir des faits et des problèmes américains en questions transdisciplinaires. Les manifestations scientifiques que nous proposons depuis trois ans sont, en effet, conçues dans cette perspective. Ainsi, nous avons organisé des rencontres scientifiques autour de thèmes tels que les « inégalités et les informalités », « la stabilité et l’instabilité », le(s) « Paysage(s) » ou encore celle des « Amériques créatives », des liens entre la recherche et le langage audio-visuel (SCRIPT) et des « Transferts dans l’espace atlantique ». Néanmoins, si ces rencontres ont constitué de riches moments de réflexion et d’apprentissage collectifs, le surgissement de questionnements pleinement transdisciplinaires a semblé parfois ardu. Il est devenu évident que la « transdisciplinarité » et même l’« interdisciplinarité » n’avaient rien de naturel et semblaient souvent précaires et problématiques4. Nous avons été témoins du fait que la « vigilance épistémologique5 » n’a pas d’outils qui soient extra-disciplinaires et qu’ils restent à développer. Face à ce constat, nous nous sommes accordés, d’une part, sur le fait que le dépassement des disciplines ne pouvait être une fin en soi et, d’autre part, sur le fait que nous ne devions pas tomber dans des écueils délégitimant les savoirs disciplinaires et risquer de produire, dans la foulée, des approximations théoriques en les pensant comme des conceptualisations globalisantes. En paraphrasant E. Morin, il s’agit peut-être d’« écologiser » les disciplines : dépasser les frontières disciplinaires tout en les conservant.

6Au regard des expériences d’ATRIA, la transdisciplinarité se révèle donc être plus un processus qu’un état, une perpétuelle recherche heuristique plus qu’une fin en soi. C’est en ce sens que nous parlons d’« explorations transdisciplinaires » de la jeune recherche sur les Amériques, mettant l’accent sur le caractère novateur, tâtonnant et incertain mais fécond de celles-ci. Les travaux individuels des auteurs contiennent, en effet, de façons différentes, des bribes de cette « pensée indisciplinée », fruit d’expériences vécues au sein de disciplines autres que celles dans lesquelles nous nous inscrivons.

7L’enjeu de ce dossier est donc de rendre compte des usages que nous faisons, entre autres, des savoirs, des méthodes et des approches de disciplines différentes de celle de notre rattachement universitaire. De quelles façons, à partir de quelles réflexions ou en vertu de quelles contraintes nos objets d’étude nous ont-ils conduits à adopter un regard interdisciplinaire, à appréhender, si ce n’est incorporer ou adapter, des problématiques et des concepts différents ? Quels ont été les difficultés et les obstacles rencontrés lors de l'articulation des notions et des approches de disciplines distinctes ? Comment justifie-t-on les choix méthodologiques et/ou théoriques opérés ? De quelle façon, ou dans quelle mesure, l’usage d’une méthode spécifique à une discipline permet de mieux appréhender des questionnements propres à une autre discipline ? Est-ce de la pluridisciplinarité, de l’interdisciplinarité ou de la transdisciplinarité que nous révèlent les démarches méthodologiques, les processus théoriques et les enjeux soulevés ?

  • 6 Ce terme fait référence au village mythique de Macondo dans Cent Ans de Solitude de Gabriel García (...)

8« Un vrai voyage de découverte n'est pas de chercher de nouvelles terres, mais d'avoir un œil nouveau » : cette phrase de Marcel Proust nous semble bien illustrer la visée transdisciplinaire que nous poursuivons. Celle-ci constitue de surcroît un pari pour les études sur les Amériques, car si elles ne sont plus perçues comme « le Nouveau Monde », encore nous faut-il désamorcer les vieux regards portés sur elles. Métamorphoser ces regards suppose de désarmer tout « macondisme6 », qu’il soit esthétique, politique, social ou culturel. Cela suppose également de saisir les apports théoriques et méthodologiques issus de ce côté de l’Atlantique, de les croiser avec les approches européennes et, enfin, de tenir compte de la spécificité des divisions disciplinaires outre-Atlantique. Dès lors, nous pouvons penser qu’adopter un « œil nouveau » équivaut à emprunter le regard d’un « Autre ». Cela suppose donc, avant toute « exploration transdisciplinaire », de mettre en place une symétrie des regards (européens et américains) et des disciplines, non pas tant dans l’usage qu’on en fait que dans la légitimation de leur possibilité d’usage. Autrement-dit, avant toute tentative d’articulation transdisciplinaire une « égalisation des conditions disciplinaires » se fait impérative.

9Dès lors que l’on s’aventure dans l’exploration transdisciplinaire de nombreuses pistes de réflexion, conceptuelles et méthodologiques, s’imposent au chercheur. Notre ambition dans ce dossier de L’Ordinaire Latino-américain est de rendre compte de ces cheminements entrepris par des recherches individuelles des membres d’ATRIA, des cheminements singuliers et originaux qui répondent néanmoins au dessein collectif américaniste et transdisciplinaire d’ATRIA. Ainsi, ces travaux individuels révèlent-ils à la fois les difficultés et les bénéfices de l’incursion vers d’autres disciplines que celles d’origine. Ils montrent surtout la richesse de ces explorations « indisciplinées ».

10Dans son article « Un bricolage méthodologique à la croisée des disciplines. Les sociétés minières dans le Centre Nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle », Soizic Croguennec souligne l’injonction du sujet d’étude à recourir à une réflexion transdisciplinaire dans son approche. Le processus de métissage au Mexique colonial devient lui-même un objet scientifique « métis », nécessitant le recours permanent à des concepts d’autres sciences, comme la philosophie ou la psychologie sociale. De même, pour appréhender ce « bricolage culturel », qu’est le métissage, l’historien doit adopter lui-aussi un « bricolage méthodologique ». Ainsi, la démarche fait-elle de l’interdisciplinarité une constante, un outil d’analyse. Plus précisément, l’articulation des méthodes quantitatives et qualitatives, loin de morceler l’objet d’étude, permet de l’appréhender dans sa globalité. « Le bricolage méthodologique » ne supplante pas les méthodes d’analyses spécifiques à la discipline d’origine dans laquelle s’inscrit l’objet mais apparaît comme un complément, « un dialogue interdisciplinaire », palliant les défaillances épistémologiques.

11De leur côté, Alejandra Lazo et Rodrigo Calderón, dans leur article « El barrio: espacio en construcción. Aproximación exploratoria a un barrio pobre de la periferia de Santiago de Chile », situent l’interdisciplinarité au cœur du processus de construction de la notion de  « barrio », qui prend place à l’intersection de diverses disciplines, dont la géographie et l’anthropologie. Les auteurs nous montrent, à partir d’une étude sur un quartier périphérique de la ville de Santiago du Chili, comment la compréhension de processus urbains, de plus en plus complexes, incitent à la transversalité des approches scientifiques. Ainsi, les modes de vie quotidiens et les sociabilités dans le quartier, mis en lumière par l’approche anthropologique, sont-ils articulés aux processus sociétaux de ségrégation urbaine décrits depuis une autre échelle d’analyse, celle de la géographie.

12Mais la transdisciplinarité c’est également rompre avec une approche du sujet confinant à la tradition méthodologique (voire universitaire ?) ainsi que l’expose Claire Pic dans son étude « La mission des Dominicains au Brésil : objet transdisciplinaire ». La religion est appréhendée comme un phénomène culturel, d’où le fait que l’incursion dans d’autres disciplines, comme l’anthropologie et la sociologie, constitue pour l’auteure une nécessité épistémologique. De même, les témoignages des Dominicains sur les missions au Brésil permettent de constituer une ethnographie historique qui dialogue avec les questions anthropologiques, toujours actuelles, de l’ethnocentrisme et de l’eurocentrisme. Par la diversification et la multiplication des angles d’analyse, la transdisciplinarité ouvre de nouveaux champs de recherche dans la problématisation de l’objet d’étude lui-même.

13Par ailleurs, si la transdisciplinarité permet d’envisager un sujet sous toutes ses facettes, dans une perspective d’approche globale, elle facilite également une analyse fine de l’objet. L’enjeu est alors de réaliser une étude la plus précise possible afin d’en saisir toute la complexité intrinsèque, et ce dans une vision générale du contexte d’insertion, ainsi qu’en témoigne l’article « Etude des processus de marginalisation dans la ville de San José (Costa Rica) à la fin du XIXe siècle. La diversification méthodologique comme outil de compréhension du social » présenté par Marion Giraldou. L’étude de cas, d’une femme accusée de prostitution, permet de montrer, à l’aide de sources et d'approches diverses, les représentations collectives d’une époque et d'un contexte particuliers ainsi que les processus de marginalisation des individus.

14Toute approche transdisciplinaire semble nécessiter l’élaboration d’une méthodologie « hybride ». En effet, le chercheur ne peut se contenter de juxtaposer des processus disciplinaires différents sans jamais établir d’interconnexion. C’est cette question de l’articulation des disciplines dans la construction même d’un concept que développe Ximena López-Rieux dans « L’aménagement participatif. Un nouvel objet d’étude ». C’est ainsi qu’est retracée l’histoire du concept de « planification participative », une histoire élaborée à travers le passage des frontières disciplinaires et les allers-retours entre, par exemple, la science politique, l’urbanisme, la géographie et la sociologie. Enfin, cet article fait également état des enjeux introduits par la différence des découpages disciplinaires en Colombie et en France, en interrogeant ainsi les différents processus de construction de notions, souvent en dialogue ou en concurrence, selon les pays.

15Autre article, autre exemple de processus méthodologique trans-disciplinaire. Dans son article « Construção de identidade quilombola na Amazônia brasileira : por uma leitura interdisciplinar da diversidade », Marcilene Silva da Costa retrace l’expérience d’une recherche portant sur un sujet nécessitant lui-même un regard « interdisciplinaire » : la question d’une construction identitaire au Brésil, la quilombola, dans un contexte de relations interethniques et de constructions des mémoires. Ce texte met en relief l’élaboration d’un objet de recherche, la mise en pratique de méthodes entrant en interaction avec de multiples disciplines ayant leurs propres spécificités méthodologiques, de même que les enjeux de légitimation et de complémentarité dans des recherches menées par des équipes multidisciplinaires.

16De même, le texte de Clémence Strédel, « Peregrinaciones metodológicas para un estudio sobre la recepción », portant sur l’emprise des telenovelas dans l’espace politique vénézuélien, souligne la nécessaire introduction d’autres perspectives épistémologiques dès lors que sont associées des méthodes diverses. Le fait d’adopter une perspective théorico-épistémologique comme c’est le cas des cultural studies, entraînerait donc, en soi, l’adoption, si ce n’est la création, d’une méthodologie hybride se situant à la croisée des disciplines sollicitées.

17Enfin, dans « Secret et politique : la dictature militaire à l’épreuve des archives franco-brésiliennes (1964-1985) », Rodrigo Nabuco de Araujo présente, a contrario, l’ouverture transdisciplinaire imposée non pas directement par le sujet d’étude mais par le matériau analysé. La spécificité des archives utilisées contraint ici le chercheur à une première approche pluridisciplinaire avant d’élaborer une méthodologie transdisciplinaire permettant d’interroger de façon pertinente une documentation où le discours usité est aussi important que le défaut d’information.

18Tous les chemins mèneraient-ils à la transdisciplinarité ?

19Si elle n’est pas une voie imposée en sciences humaines, ce rapide tour d’horizon d'une partie de la jeune recherche américaniste à Toulouse souligne, sans détour, l’utilité de son usage. Que ce soit dans l’appréhension du sujet de recherche, dans l’élaboration même de l’objet d’étude, dans l’interrogation et l’analyse du terrain ou des sources, la transdisciplinarité apparaît actuellement comme incontournable. En effet, le décloisonnement disciplinaire permet d’appréhender un objet à la fois de façon globale et précise. Ce changement d’échelle d’analyse associé à une réorientation du regard, à un élargissement de la focale, renouvelle, incontestablement, à la fois les champs disciplinaires, les sujets d’étude, la réflexion épistémologique et donc les méthodologies créant, de fait, de nouveaux savoirs. L’in-disciplinairité, l’extra-disciplinarité, l’inter-disciplinarité ou la pluridisciplinarité sont quelques uns des chemins pris par ces jeunes « explorateurs » dans leurs recherches. Si ces chemins n’amènent pas nécessairement à des approches transdisciplinaires, nous savons, avec Antonio Machado, que andando se hace el camino.

Haut de page

Notes

1 Voir, entre autres ouvrages d’Edgar Morin, La Méthode-Tome 3. La connaissance de la connaissance, Paris, Ed. Seuil, 1986. Et également, Introduction à la pensée complexe, Paris, Ed. Seuil, 2005.

2 Bassarab Nicolescu, La Transdisciplinarité. Manifeste, Paris, Ed. Broché, 1996.

3 Eduardo Viveiros de Castro, « Antropologia e Imaginaçao da Indisciplinaridade », conférence inaugurale de haire d’humanités de l’Instituto de Estudos Avançados Transdisciplinares à l’Universidade Federal de Minas Gerais, Brésil, le 18 mai 2005.

4 Roberto Follari, « Estudios culturales, transdisciplinaridad e interdisciplinaridad (hegemonismo en las ciencias sociales latinoamericanas ?) », Utopia y praxis latinoamericana, año 6, n°14, sept. 2001, p. 40-47, p. 42.

5 Pierre Bourdieu, Jean Claude Passeron,  Le métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Berlin, Ed. Walter de Gruyter, 2005.

6 Ce terme fait référence au village mythique de Macondo dans Cent Ans de Solitude de Gabriel García Márquez (1967). Il désigne les discours coloniaux et postcoloniaux sur l’Amérique latine, montrant tout un continent de façon homogène en même temps qu’essentiellement différente. Autrement dit, « macondismo » est le fait de véhiculer l’image d’une Amérique latine essentiellement tellurique, folklorique et en dehors de l’Histoire. Le premier auteur à avoir utilisé ce terme est José Joaquín Brunner en Cartografías de la Modernidad, Santiago de Chile, Dolmen Ediciones, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alfonsina Faya Robles, Zélie Navarro-Andraud et Modesta Suárez, « Présentation », L'Ordinaire des Amériques, 214 | 2010, 9-15.

Référence électronique

Alfonsina Faya Robles, Zélie Navarro-Andraud et Modesta Suárez, « Présentation », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 214 | 2010, mis en ligne le 17 juillet 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://orda.revues.org/778 ; DOI : 10.4000/orda.778

Haut de page

Auteurs

Alfonsina Faya Robles

Zélie Navarro-Andraud

Modesta Suárez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org