Navigation – Plan du site
Explorations transdisciplinaires de la jeune recherche américaniste à Toulouse

Un bricolage méthodologique à la croisée des disciplines

Les sociétés minières dans le Centre Nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle
Soizic Croguennec

Résumés

Etudier les sociétés minières du centre-nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle est l’occasion de combiner plusieurs approches pour parvenir à saisir des plèbes urbaines métissées bien discrètes voire invisibles dans la documentation. Pour accomplir cela, le recours au « bricolage méthodologique » est à la fois une obligation traditionnelle dans la mesure où l’histoire du métissage s’est placée très tôt dans une perspective transdisciplinaire et un procédé empirique progressivement élaboré et adapté au contact des sources et des problèmes qu’elles soulèvent. De ce point de vue, la transdisciplinarité est un outil au service d’un sujet bien souvent déroutant mais éclairé par des emprunts maîtrisés aux disciplines voisines (géographie, sociologie...).

Haut de page

Texte intégral

Parcourir aujourd'hui la ville de Zacatecas est une expérience du métissage de tous les instants. Chaque pas, chaque rencontre, chaque coup d’œil permet d’apprécier à quel point le qualificatif de «ville métisse» n’est point usurpé par ce joyau du centre colonial du Mexique. Passé colonial et présent yanquí se télescopent en douceur dans le centre historique. Une promenade sur le cerro de la Bufa permet d’apprécier les conséquences écologiques de l’exploitation minière à l’œuvre depuis le XVIe siècle et les réponses récemment apportées qui ont mené à un métissage végétal pour le moins déconcertant entre cactus locaux et eucalyptus importés. La visite d’un musée ou la vue d’un spectacle révèlent enfin des hommes et des femmes fiers de leur patrimoine «mélangé», de leurs vieilles pierres, de leurs mines, en dépit des douloureux souvenirs au point d’en faire un haut lieu de la vie nocturne ou encore de la collection improbable réunie tout au long de sa vie par l’artiste local Rafael Coronel parcourant l’histoire humaine de l’Egypte antique jusqu’aux productions des surréalistes et autres cubistes du XXe siècle. A Zacatecas, tout est mélange, un mélange assumé, entendant relier tradition et modernité – ce n’est pas un hasard si cette ville organise chaque année un festival des folklores du monde - pour mieux se projeter dans l’avenir.

S. G.

  • 1 Peter Gerhard, The north frontier of New Spain, Princeton, University Press, 1979, 224 p.

1Le choix d’une telle ville est des plus naturels pour l’historien du métissage. Dès les premiers temps, ce real de minas a suivi l’itinéraire particulier des gisements découverts dans le vaste espace du centre-nord de la Nouvelle-Espagne encore peu parcouru à la fin du XVIe siècle. Dépourvue de populations indiennes sédentaires et organisées comme sur le plateau central de Mexico, la région était au contraire occupée par des tribus nomades et longtemps insoumises désignées sous le nom de Chichimèques. C’est pourquoi l’administration espagnole a été contrainte d’imaginer des modes de colonisation différents. L’appel à des mineurs libres et salariés a ainsi stimulé l’afflux de populations aux origines multiples et a donné naissance à un intense métissage biologique entre Espagnols, Indiens et Africains. En outre, en échange de droits et privilèges, l’administration a fait venir depuis la région de Mexico des villages entiers dans le but de constituer des noyaux de peuplement et des modèles pour les « Indios bárbaros », lançant un processus d’acculturation au sein même des populations indiennes1. De fait, le métissage est inscrit dans les veines de Zacatecas depuis sa création, ce qui en fait un observatoire idéal pour comprendre les mécanismes d’une société complexe devenue une véritable mosaïque au XVIIIe siècle. Toutefois, l’expérience du métissage ne s’arrête pas une fois les portes des archives franchies, bien au contraire. Rat de bibliothèque par essence, l’historien devient sociologue, géographe, voire botaniste, lorsqu’il parcourt les rues escarpées de la ville. C’est cette double expérience «dans les murs» et «hors les murs» qui permet de créer une dialectique féconde sur le plan scientifique : le passé permet d’éclairer autant que possible le présent qui à son tour fournit des pistes pour repartir fouiller le passé. L’analyse des « sociétés minières du centre-nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle » en tant que « monde métis » mouvant devient ainsi un travail reliant intimement passé et présent.

2Dans un tel sujet, la transdisciplinarité est pour ainsi dire inhérente. Les historiens du métissage sont des « vagabonds disciplinaires » par essence et il est difficile d’aborder la question sans effectuer des détours par l’anthropologie, la psychologie sociale, la philosophie ou la littérature. Le recours aux concepts venant d’autres disciplines est également un moyen de donner du sens à un corpus archivistique inégal et dispersé, une contrainte réelle et productive à la fois dans la mesure où elle oblige à faire montre d’inventivité pour dépasser les écueils méthodologiques qui surgissent au détour des archives. Plus concrètement, l’objectif est de développer une démarche alternant approche quantitative et approche qualitative pour tirer le meilleur parti des sources. Si la première repose sur la constitution d’une base de données chère aux historiens des sociétés, la seconde demande de rassembler des outils conceptuels venus de tous horizons pour éclairer des phénomènes perçus empiriquement. C’est le cas notamment des questions de l’identification, des stéréotypes et des préjugés : la psychologie sociale permet d’avoir une vision plus claire de ces problèmes grâce à l’analyse des rapports entre endogroupe et exogroupe. Un deuxième exemple peut être le recours aux instruments de l’analyse des réseaux, emprunt classique des historiens aux sociologues. Une approche centrée sur la reconstitution ponctuelle de réseaux personnels permet de replacer les populations métissées au centre, en s’intéressant aux liens qu’ils nouent avec la société qui les entoure. Enfin, le jeu d’échelles emprunté à la géographie et à la sociologie est d’une grande aide pour articuler différents niveaux, mesurer des écarts et donc donner du sens à des archives bien disjointes. Ce dernier exemple est particulièrement important en ce qui me concerne, dans la mesure où la démarche transdiciplinaire fournit non seulement un outil conceptuel supplémentaire mais contribue aussi à améliorer la problématique en faisant émerger de nouveaux thèmes de réflexion. Pour résumer, la transdisciplinarité n’est pas un but en soi mais plutôt l’opportunité d’obtenir des nouveaux outils plus efficaces : le dialogue entre les disciplines devient alors fécond et conduit à de nouvelles perspectives stimulantes sans noyer la particularité de l’approche historique.

Histoire du métissage ou histoire métisse ?

  • 2 Angel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, tomo 2: El mestizaje y las castas (...)
  • 3 Richard Konetzke et Angel Rosenblat sont les deux grands précurseurs de l’histoire du métissage en (...)
  • 4 Magnus Mörner, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971, 209 p., Coll (...)

3L’histoire du métissage a d’abord été avant tout une histoire juridique, sociale et démographique. Richard Konetzke ou encore Ángel Rosenblat figurent ainsi parmi les premiers à s’intéresser à la question dans les années 1940 et 1950, et à développer une historiographie du métissage que l’on pourrait qualifier de « classique » en s’appuyant sur les sources administratives pour traiter le volet législatif et les sources paroissiales pour estimer le poids démographique des populations analysées dans la société coloniale2. Toute une tradition a alors dominé la scène historique du métissage, tradition sûre d’elle-même et de son objet grâce à l’appui apparemment inébranlable que lui fournissait la surabondante documentation issue de l’administration coloniale. C’est dans ce cadre que le Suédois Magnus Mörner3 a élaboré le concept de la « société de castes » et de son échec pour décrire la réalité d’une Amérique espagnole voulue cloisonnée et organisée selon les différentes « races » qui constituaient sa population4. S’il est difficile de remettre en cause le grand intérêt de ces travaux encore aujourd’hui, il faut concéder que le manque de réflexion conceptuelle sur la notion même de métissage a été rapidement critiqué. Il est vrai que cette notion centrale n’était alors guère discutée et a longtemps été réduite à sa dimension purement biologique. De même, les termes employés par l’administration et les élites coloniales n’étaient pas plus remis en cause et repris quasiment tels quels. L’histoire du métissage était donc une discipline s’appuyant sur des certitudes et le précieux appui de la perspective quantitative, une histoire « historique » qui avait fait l’économie d’une prise de distance par rapport aux documents qu’elle analysait depuis les années 1940-1950.

  • 5 Chantal Caillavet et Martín Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies so (...)
  • 6 Solange Alberro, Les Espagnols dans le Mexique Colonial. Histoire d’une acculturation, Paris, 1992, (...)
  • 7 Jacques Poloni-Simard, Indianité et métissages : la dynamique de la société indienne du corregimien (...)
  • 8 Enrique Florescano et Virginia García Acosta (coord.), Mestizajes tecnólogicos y cambios culturales (...)

4C’est en fait l’apport transdisciplinaire qui a permis la remise en cause de cette position considérée trop claire et figée à partir des années 1970 et plus fortement encore dans les années 1970 et 1980. D’approche classique et sûre, l’histoire du métissage est devenue plurielle et incertaine, travaillant et retravaillant sans cesse son objet jusqu’à risquer l’éclatement : au temps des froides certitudes a alors succédé celui de l’enthousiasme mais aussi des hésitations. L’intérêt pour les outils méthodologiques venus « d’ailleurs » a en effet fourni de nouvelles armes pour s’attaquer à la question trop longtemps évitée du métissage en tant qu’idée. L’introduction des concepts d’identité et d’auto-perception est ainsi à l’origine de toute une redéfinition du statut de métis en Amérique espagnole. Des nuances sont en effet introduites pour différencier identité assignée (par autrui), identité renvoyée (pour répondre aux attentes d’autrui, ou pour les perturber), identité officielle (que l’on trouve dans les documents administratifs) et identité perçue (auto-perception de sa propre identité). Si l’on prend en compte ces nuances, celui qui est désigné en tant que métis l’est-il vraiment ? Plus important encore, se sent-il métis ? Des travaux associant histoire et anthropologie montrent que la question est bien plus complexe que les documents coloniaux ne le laissent entendre de prime abord5. Le métissage n’est désormais plus limité à sa dimension biologique, jugée insuffisante et inopérante, mais se voit enrichi d’une dimension culturelle forte qui permet de multiplier les angles d’attaque et même de renverser la perspective en abordant l’acculturation des Espagnols6. Etudier le métissage ne se réduit donc plus à l’analyse d’une législation coloniale considérée comme le fidèle miroir de la société mais il doit également s’intéresser aux multiples facettes d’un phénomène qui devient toujours plus complexe et difficile à appréhender. Pour être en mesure de saisir son fuyant objet, l’histoire du métissage est devenue elle-même plurielle, puisant volontiers dans les autres disciplines pour parvenir à ses fins. Un des exemples les plus récents est l’utilisation par Jacques Poloni-Simard de l’analyse des réseaux sociaux appliquée à l’étude de la « mosaïque indienne7 » dans le corregimiento de Cuenca : en s’appuyant sur l’étude des registres notariés (contrats, testaments...), l’historien s’est attaché à reconstituer les liens tissés par les individus au sein de la communauté mais aussi en dehors pour mettre en lumière ce qu’il appelle un véritable métissage social. Anthropologie, psychologie, littérature, philosophie, histoire de l’art sont autant de domaines qui ont alimenté la démarche historique, fournissant de nouveaux outils (analyse étymologique venant de la littérature, relations inter-groupes venant de la psychologie sociale...) mais ouvrant sans cesse de nouvelles voies à explorer dans un bricolage méthodologique permanent. Un exemple de ces démarches peut être l’examen du métissage sur le plan médical ou technologique8. L’histoire du métissage est ainsi devenue une « histoire métissée ».

  • 9 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje » dans Guillaume Boccara et Sylvia Galindo (éd.), Lógica (...)
  • 10 Serge Gruzinski, La pensée métisse, Paris, Ed. Fayard, 1999, 345 p.

5Toutefois, si la perspective transdisciplinaire a ouvert de nouveaux chemins de réflexion alimentés par des concepts empruntés à d’autres disciplines, le prix à payer en retour a été la disparition de fondements considérés jusque-là sûrs. La redéfinition du statut de métis a ainsi abouti au final à sa remise en cause. A quoi bon étudier les populations désignées comme métisses si leur statut est impossible à définir avec certitude9 ? De fait, après une période d’euphorie conceptuelle et intellectuelle, l’histoire du métissage paraît désormais être touchée par le doute comme l’historien Serge Gruzinski l’exprime, dès 1999, dans la Pensée métisse, ouvrage de réflexion dans lequel l’auteur regrette l’émiettement de la notion sous la poussée des démarches transdisciplinaires outrées10.

6Ce balayage historiographique permet, en dépit de sa brièveté, de mettre le doigt sur la complexe dialectique entre histoire du métissage et approche transdiciplinaire. Plus largement, la situation propre à cette discipline est un bon indicateur des richesses que peut procurer une perspective pluridisciplinaire mais aussi des nouveaux écueils créés par une telle démarche « incontrôlée ». De nos jours en effet, on ne peut pas ignorer les apports des autres sciences humaines sous peine de ne pas pouvoir saisir toutes les subtilités de sens qui se dissimulent dans les documents. De fait, les temps d’une conception claire et simple du métissage sont bel et bien révolus. Il s’agit donc de se transformer en « bricoleur » conceptuel pour parvenir à apporter notre propre pierre à l’édifice. Toutefois, il faut reconnaître que les possibilités de recherche ont une propriété bien enivrante : la tentation est grande de se perdre dans les méandres de l’anthropologie ou de la psychologie en quête de concepts plus précis ou de nouvelles idées. Les historiens qui cherchaient à s’éloigner des modèles considérés comme « simplistes » ont puisé dans les autres disciplines les moyens de le faire mais, dans le même temps, ont vidé le terme de sa substance au point d’en faire un concept vague et presque effrayant que toutes les disciplines s’approprient sans établir de véritables distinctions. La notion est ainsi utilisée dans tous les domaines si bien que l’historien américaniste a bien du mal à trouver une place qui lui serait spécifique. Est-il condamné à appartenir au magma disciplinaire qui a selon Gruzinski englouti le terme, ou peut-il creuser son propre chemin mettant en valeur ses qualités d’historien sans pour autant oublier les apports des autres disciplines ? Les lignes qui suivent ont pour but de montrer qu’un équilibre est possible si l’on garde à l’esprit que l’approche transdisciplinaire doit être utilisée dans le but d’approfondir le sujet étudié : aussi riche et fascinante soit-elle, la transdiscipinarité ne peut pas et ne doit pas devenir une fin en soi au risque de perdre le chercheur et son objet. Avec ce garde-fou solidement en place, l’historien peut poursuivre sa route sans oublier d’où il vient.

Des contraintes « créatives »

  • 11 Sous le terme générique de castas sont regroupés l’ensemble des populations métissées en Amérique c (...)
  • 12 Peter Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, Cambridge, Cambridge U (...)

7Comme j’ai pu l’évoquer dès les premières lignes, ce travail porte sur les plèbes urbaines de la région de Zacatecas au XVIIIe siècle, un monde dans lequel les caractéristiques du petit peuple urbain formé d’Espagnols déclassés, de castas11 et d’Indiens amestizados se doublent des particularismes attachés au monde de la mine et à ces régions isolées12. La difficulté principale d’un tel sujet est qu’il amène à travailler sur des populations « quasi-invisibles », qui ne laissent guère de trace dans les documents et parlent encore moins d’elles-mêmes. Certes, la question du métissage est très présente dans la documentation administrative et législative, mais cette abondance ne permet pas d’étudier pour elles-mêmes les populations métissées, les castas, dans la mesure où ce type de sources exprime avant tout un point de vue externe, celui des élites coloniales. En d’autres termes, ce que l’on perçoit est le regard, souvent péjoratif voire fantasmagorique, porté par les élites sur les castas, et non pas le point de vue et le vécu de ces populations.

  • 13 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », op. cit., p. 126.
  • 14 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 1, 1716.
  • 15 AGN, INQUISICION, 975, EXP. 09.

8Pour sortir de cette impasse et parvenir à « écouter » tout un pan bien silencieux de la société, il est nécessaire de trouver des sources dans lesquelles les castas s’expriment directement, parlent d’elles-mêmes et, finalement, apparaissent en tant qu’acteurs, et non pas objets du regard et du discours d’autrui. Dans cette perspective, les sources judiciaires sont un observatoire intéressant, qu’elles soient issues de la justice inquisitoriale ou coloniale, civile et pénale. L’administration judiciaire demande en effet aux déclarants de s’identifier précisément : l’âge, le statut marital ainsi que le métier sont presque toujours mentionnés, et le statut racial apparaît très fréquemment. Ces procès peuvent alors servir de point de départ à une analyse de type prosopographique à partir des individus repérés pour tenter de reconstituer l’évolution du statut et des comportements des populations concernées. Exploités en nombre important, ils fournissent également des renseignements sur les comportements sociaux comme la fréquence à laquelle on retrouve des castas en position d’accusé ou de victime, la nature des délits voire des crimes commis, les peines infligées, etc. Enfin, lorsqu’un groupe suffisamment cohérent apparaît dans les comptes rendus, il devient stimulant de se pencher sur la nature des liens qui les relient entre eux et au reste de la société en utilisant les méthodes de l’étude des réseaux. Un tel emprunt doit permettre de mettre en lumière la complexité de la société coloniale et de comprendre la structure sociale à un moment donné, en mettant les individus étudiés au centre de l’attention. Ces différentes démarches possibles montrent ce que Jacques Poloni-Simard appelle la dimension anthropologique et sociale des sources judiciaires13. Le second intérêt de ces sources est leur aspect narratif : je pense notamment à ce que la documentation permet de trouver sur un Indien ladino qui parvient à acheter une mine14 au début de la période en dépit de l’opposition de la famille de la Campa Cos ou encore sur ce père métis menant de lui-même son fils devant l’alguacil de Zacatecas pour tapage nocturne15. Ces exemples à la fois ponctuels et fréquents révèlent un visage bien éloigné des différents stéréotypes traditionnellement attachés aux castas (soumission, mauvaise vie, pauvreté). L’ajout d’une approche qualitative permet ainsi, d’une part, de combler certains manques d’une documentation, parfois trop fragmentée pour autoriser une démarche quantitative classique développée notamment dans les grandes études démographiques, et, d’autre part, de faire apparaître des phénomènes généralement masqués par la masse des documents.

  • 16 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », op. cit., p. 118 et p. 126.

9Toutefois, en dépit de leur grande richesse, les sources judiciaires fournissent une information fort parcellaire. C’est vrai en ce qui concerne la récurrence des individus identifiés dans les procès : ceux-ci ne font généralement qu’une seule apparition dans les sources, souvent limitée à une seule déposition lors d’une procédure judiciaire. Cette caractéristique rend particulièrement illusoire toute étude sur un temps long ou l’étude de l’évolution d’une famille. Les castas sont des populations quasi invisibles et ceci vient le confirmer, rendant leur étude problématique. Un autre problème est celui de la validité des déclarations sur le statut socio-racial, question soulevée par Jacques Poloni-Simard, notamment. En apparence, les différents déclarants se décrivent à l’aide de la nomenclature coloniale en tant que métis, mulâtre, coyote, zambo... Cependant, les déclarations correspondent-elles à leur vécu, à la perception qu’ils ont d’eux-mêmes ? L’historien doit-il les considérer tels qu’ils se décrivent dans des sources impersonnelles, reflétant les attentes et préoccupations de l’administration coloniale16 ? Mais, ne peut-on pas se demander si l’identité ainsi projetée doit être aussi facilement balayée du revers de la main ? Il est en effet possible de la considérer comme partie intégrante de l’identité de chacun en tant que construction émanant de l’individu lui-même : elle possèderait donc une certaine validité comme objet de recherche.

10Ces quelques lignes montrent à quel point l’étude des populations métissées induit la manipulation de sources à la fois diverses, riches et délicates, apportant par moment autant de réponses que de nouveaux questionnements : le corpus ainsi défini se présente comme un véritable défi qui contraint le chercheur à « bricoler » sans cesse pour en tirer le meilleur parti, sans pour autant se perdre. C’est ici qu’intervient une démarche transdisciplinaire maîtrisée, au service du sujet et de ses sources. Le choix d’une telle approche a été réalisé en deux temps, toujours de la même manière, le sujet commandant l’orientation conceptuelle de ma recherche. Dans un premier temps, le fait même de travailler sur l’histoire du métissage m’a obligée très tôt à voir comment les anthropologues, notamment, traitaient le thème : ici, rien de bien original puisque je n’ai fait que suivre le chemin tracé par mes prédécesseurs, tout en essayant de comprendre et d’éviter les écueils dénoncés par Serge Gruzinski. Dans un second temps, ce sont les difficultés rencontrées au cours du dépouillement qui m’ont poussée à prendre du recul pour tenter de donner du sens à un corpus qui paraissait se défaire petit à petit, tant les informations trouvées étaient multiples et dispersées. A ce moment, l’élaboration d’un appareil méthodologique précis et souple à la fois s’est avérée indispensable pour pouvoir continuer non seulement le dépouillement mais aussi la recherche elle-même et ainsi sortir de l’impasse qui commençait à se dessiner. C’est ce que j’évoque lorsque je parle de « contrainte créative » dans la mesure où l’obstacle m’a obligée à chercher dans les sciences voisines un ensemble d’outils conceptuels, démarche qui, à son tour, a ouvert de nouvelles pistes de recherche particulièrement riches auxquelles je n’avais pas pensé auparavant. Le phénomène décrit précédemment se retrouve plus particulièrement dans deux domaines précis que sont l’articulation entre l’individu et le groupe, d’une part, et les questions identitaires, d’autre part, deux domaines qui doivent mener à la description et l’analyse des parcours et des vécus individuels. Dans ces deux cas, le dialogue avec des disciplines externes s’est avéré plus qu’enrichissant et permet d’affiner toujours davantage le tableau de la société coloniale et de ses mécanismes profonds que j’entends dessiner.

11La nature même du sujet et des populations considérées soulève en effet deux difficultés principales, à savoir la grande inégalité des sources (informations très abondantes sur certains individus, quasi-inexistantes sur d’autres) et la multiplicité des points de vue (cas particuliers qui vont à l’encontre des modèles généraux mais qui restent trop rares pour permettre une théorisation cohérente). Pour résoudre ce problème, il est possible tout d’abord d’avoir recours au jeu d’échelles cher aux géographes. De la même manière que ces derniers tentent d’examiner les mêmes phénomènes dans des espaces distincts (continent, état, région), il s’agit d’établir une distinction entre échelle du groupe et échelle de l’individu, ce qui autorise la prise en compte des cas isolés et leur analyse plus poussée. Insuffisants pour rentrer dans le cadre d’une analyse quantitative, ces cas isolés ainsi considérés ne sont plus négligeables mais revêtent au contraire une nouvelle importance. De cette manière, il apparaît que la situation et les possibilités de l’individu ne se réduisent pas à celles du groupe auquel il appartient : si les castas, considérés en tant que groupe paraissent bloqués dans une position subalterne, voire marginale, les opportunités individuelles sont bien plus larges depuis la marginalisation jusqu’à la réelle intégration et ascension sociale. Cette distinction révèle un nouvel écart, ici entre les opportunités et l’espace de manœuvre du groupe, d’une part, et de l’individu, d’autre part. De même, l’introduction de cette distinction peut aider à mieux saisir les articulations entre les phénomènes de « généralisation » et d’« exception » dans les représentations coloniales et les attitudes qui en découlent pour comprendre comment un individu, Espagnol en général, peut rejeter les castas en bloc à travers son discours et les images employées mais accepter des contacts et des relations quotidiennes avec certains d’entre eux.

12Toutefois, se concentrer seulement sur la distinction entre groupe et individu risque de conduire à des résultats et des interprétations trop schématiques. C’est pout cela que, pour bien percevoir les multiples nuances en matière d’intégration et de marginalisation, d’acceptation et de rejet, il est nécessaire d’avoir recours à un jeu d’échelle, plus détaillé. Pour accomplir cela, on peut proposer les niveaux d’analyse suivants :

  1. Société coloniale (pour la législation)

  2. Centre-nord de la Nouvelle-Espagne : sociétés minières, éloignées des centres de pouvoir

  3. Echelle urbaine (Zacatecas, Sombrerete, Fresnillo, Mazapil…)

  4. Echelle du quartier ou de l’hacienda

  5. Groupe familial élargi (famille et proches)

  6. Individu

13En confrontant imaginaire colonial et réalité du terrain pour ces différents degrés, il devient possible de mettre le doigt sur la multiplicité des possibles individuels et de présenter une société zacatecana complexe et dynamique.

  • 17 Margarita Sanchez-Mazas et Laurent Licata, L’Autre : regards psycho-sociaux, Grenoble, PUG, 2005, 4 (...)
  • 18 Jacques Poloni-Simard, Indianité et métissages : la dynamique de la société indienne du corregimien (...)
  • 19 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 2, Exp. 63, 92 f.
  • 20 Magnus Mörner, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, op. cit., p. 86-87.

14Si le jeu d’échelles permet de mieux comprendre les articulations sociales, c’est un autre apport transdisciplinaire qui autorise un réexamen du second grand point de la problématique : l’identité métisse. Ici, ce sont les outils de la psychologie sociale non seulement sur l’identité mais aussi sur les stéréotypes et les relations entre groupes qui s’avèrent particulièrement utiles17. Le premier axe tourne autour du rapport entre les notions de perception et de désignation. C’est le cas le plus étudié par l’historiographie qui a insisté sur le décalage entre la désignation, l’assignation (la vision coloniale), d’une part, et l’auto-perception d’autre part18. Le deuxième axe prolonge le précédent dans la mesure où il conjugue le regard porté sur autrui et l’auto-perception d’autre part. Mais, dans ce cas précis, il s’agit de ne pas s’arrêter à la simple description du statut socio-racial et de considérer la construction d’une image complète de l’individu ou du groupe. C’est en fait l’image globale issue des différents témoignages qui devient l’objet de l’étude. La même personne peut en effet être décrite de manière très différente selon les personnes interrogées tandis qu’elle-même offre encore une autre version. Le but est donc d’analyser la construction de ces images voire de ces mythologies personnelles, de mesurer le poids des préjugés dans cette élaboration en confrontant les « actes », les « faits » (réalité qu’il n’est pas toujours possible de retrouver tant elle est parfois ensevelies sous les différents discours tenus) aux « paroles », aux « descriptions »19 : le procès d’un certain Chilito, en 1698, pour l’homicide d’un ami montre bien les versions opposées que les témoins donnent de la même personne, présentée tantôt comme la pire des canailles tantôt comme un homme de bien. Enfin, l’analyse des documents de l’Inquisition, notamment, confirme cette tendance de certains membres des plèbes urbaines à changer de statut socio-racial au cours de leur vie, tendance déjà étudiée par Magnus Mörner qui en fait une des causes de l’écroulement de la société de castes20. Ce phénomène a conduit à affirmer que les castas ne se reconnaissaient guère dans des identités artificielles, imposées par autrui.

  • 21 AHN, INQUISICION, 1731, EXP.11, Procès de Francisca Bonilla.
  • 22 Jacques-Philippe Leyens et Vincent Yzerbyt, Psychologie sociale, Bruxelles, Mardaga, 1997, p. 178.
  • 23 Margarita Sanchez-Mazas et Laurent Licata, op. cit.

15Toutefois, les détails trouvés dans les procès pour bigamie apportent des éléments de réflexion supplémentaire en produisant des individus qui changent littéralement de vie, d’identité. Pour accomplir cela, ils subissent des transformations en changeant de nom et bien souvent même de prénom, de métier et de statut socio-racial. Il semble donc que, pour ces individus, le statut soit une composante de leur identité, si ce n’est à leurs yeux, en tout cas, aux yeux d’autrui21. Ces cas précis semblent ainsi indiquer un relatif degré d’intériorisation de catégories décrites comme arbitraires. Le statut racial serait un costume endossé pour répondre aux contraintes du « théâtre social », partie intégrante du rôle que les castas entendent jouer pour se faire oublier ou pour emporter un procès. En tant que costume, c’est un élément externe certes, mais un élément choisi par l’individu en fonction de la facette qu’il entend dévoiler. En d’autres termes, il faudrait introduire une nouvelle distinction, entre les notions d’« être » et de « paraître » cette fois-ci : même si les castas ne se reconnaissent pas totalement dans les catégories définies par les Espagnols, certains considèrent que ces statuts font partie de leur identité, du moins, de l’identité qu’ils présentent à autrui22. Le thème permet d’élargir sur l’importance du paraître dans la société coloniale. Bien souvent, dans les déclarations, c’est l’expression « al parecer » qui apparaît lorsque l’on demande à un témoin de caractériser un individu, expression qui révèle non seulement l’incertitude de mise pour décrire et classer précisément les castas mais aussi l’importance accordée aux détails physiques qui rapprochent l’individu de telle ou telle catégorie aux yeux des observateurs, ce qui vient montrer que « la représentation de l’Autre nous en apprend davantage sur le groupe qui a forgé sa représentation que sur son objet23 ».

16Ces trois axes de réflexion montrent ainsi que, si le métissage biologique est une certitude, l’identité métisse est loin d’être aisément définissable, ce qui amène à s’interroger sur la validité même du vocable « castas ». Une expression anglaise dit que « beauty is in the eye of the beholder ». Dans le même ordre d’idée, on pourrait aller jusqu’à suggérer que le métissage se situe dans l’œil de celui qui observe ou perçoit. Pourtant, si l’identité métisse dépend avant tout de celui qui observe et désigne, doit-on pour autant évacuer le « vécu » de ce dernier comme un fantasme, une simple représentation sans fondement concret ou bien lui accorder une part de réalité, certes individuelle, personnelle mais très prégnante et sensible pour la personne concernée au point de devenir sa propre réalité ? En outre, doit-on évacuer les représentations du groupe dominant alors que sa position même lui permet de lui donner une certaine réalité concrète grâce à la mise en place de diverses barrières réelles et symboliques, même si ces dernières ne sont pas toujours aussi hermétiques que le souhaiteraient les Espagnols ? Une telle position permettrait de considérer sous un angle supplémentaire les changements d’identité de certains castas au gré de leur déplacements ou encore la crispation identitaire des Espagnols au cours du XVIIIe siècle, des « petits blancs » en particulier, et les comportements qui en découlent. On pourrait ainsi imaginer une identité métisse « en négatif » : une identité qu’on ne proclame guère, mais à laquelle on cherche à échapper pour continuer à progresser dans la société (sinon, l’achat des gracias al sacar, à partir de 1795, n’a pas de sens) ou contre laquelle on se défend à tout prix pour conserver sa place dans cette même société (c’est le but qui sous-tend les crispations créoles de la fin du siècle en matière matrimoniale notamment). L’identité métisse serait alors un véritable serpent de mer, la plupart du temps invisible, mais qui frappe les esprits au point qu’on cherche sans cesse à fuir. Or, personne ne fuit bien longtemps un danger qui n’a pas de véritable existence, ne serait-ce que mentale : c’est cette fuite, ce refus qui donnerait à l’identité métisse son existence et sa consistance.

17Le dialogue transdiciplinaire permet ainsi d’avancer sur deux points particulièrement importants de ma recherche, sur le plan théorique pour l’instant. En revanche, en ce qui concerne la question de l’intégration des populations métissées dans la société coloniale, le recours à certains outils de l’analyse des réseaux sociaux m’a permis d’obtenir des résultats concrets.

Une illustration des apports d’une approche trans-disciplinaire : Hernando Briceño père, un cacique local bien installé

  • 24 Alain Degenne et Michel Forsé, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 2004, Armand Colin, 294 p.

18La question de l’intégration des populations métissées et, plus largement, des plèbes urbaines constitue un volet important de leur étude. Comment se situent-elles dans la société coloniale ? Quelle place cette dernière accepte-t-elle de leur accorder? Ce sont là les interrogations qui permettent d’apprécier la qualité de l’intégration d’un groupe ou d’un individu. Plus que la législation, expression de la volonté théorique des autorités et des élites qui ne répond qu’à la seconde question, c’est la place concrète que parviennent à occuper les castas sur le plan économique, social, culturel et politique qui est intéressante pour analyser ce double processus dans sa plénitude. L’intégration peut se concevoir, en effet, comme un phénomène « à double sens » et, dans cette perspective, un recentrage sur l’individu concerné doit permettre d’apprécier non seulement la place consentie par la société mais aussi celle qu’il cherche à atteindre ou à assurer. Pour accomplir cela, le recours aux outils des réseaux personnels utilisés ordinairement par les sociologues24 paraît un moyen efficace, non seulement pour identifier les liens tissés par l’individu autour de lui, leur nombre et leur qualité mais aussi pour compenser l’inégalité de la documentation. C’est ce que j’ai cherché à faire avec le cas particulier d’Hernando Briceño père.

  • 25 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacateca (...)

19Le personnage fait son apparition dans la documentation à la suite du meurtre de l’Espagnol Marcos Pérez par des bandits de grand chemin en janvier 1709. Son frère Bartolomé Briceño, témoin des événements, le prévient le matin suivant. Hernando, en tant que comisario del campo, décide de convoquer un groupe d’hommes pour se lancer à la poursuite des bandits en fuite25. Le fait divers revêt ainsi un intérêt considérable pour l’étude de l’intégration socio-économique de quelques métis et constitue un véritable laboratoire pour analyser les liens que ces derniers peuvent tisser autour d’eux, tout en combinant deux approches méthodologiques, le jeu d’échelles et l’analyse des réseaux personnels. Une telle combinaison permet de sortir de la simple description factuelle pour donner une vision nuancée de l’intégration des castas.

  • 26 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacateca (...)

20Après la capture de trois bandits, les hommes rassemblés à cet effet par le comisario del campo donnent chacun leur propre version des événements aux autorités. La lecture de ces témoignages révèle certains castas parfaitement intégrés à la société coloniale, tant sur le plan économique que social, tableau qui contredit quelque peu l’image du métis vagabond ou exploité. A titre d’exemple, Hernando Briceño père, un métis, possède la charge officielle de comisario del campo et semble devoir assurer un travail de police dans les environs de Zacatecas. Or, la législation coloniale a manifesté très tôt la volonté d’interdire l’accès des charges et offices aux populations métissées en raison de leur illégitimité et d’un caractère perçu comme « vicieux ». De même, la Couronne réitère régulièrement l’interdiction faite aux castas de porter des armes. Malgré cela, cet homme est titulaire d’une charge qui suppose, par essence, le port d’armes et se trouve chargé de maintenir l’ordre26. Pour cela, Hernando Briceño représente un exemple du processus d’intégration sociale opéré par certains métis au XVIIIe siècle. Sur le plan méthodologique enfin, il constitue un cas révélateur de l’écart considérable qui apparaît entre les échelles du groupe et de l’individu, de l’empire colonial et d’une région précise. Ce qui est vrai pour un ensemble ne l’est pas forcément pour le particulier : un écart apparaît dans lequel se situent des espaces de mobilité dont savent profiter certains castas comme Hernando Briceño. L’articulation des deux échelles permet ainsi de sortir du carcan de la simple étude de cas pour approfondir l’analyse de l’intégration des populations métissées dans la société coloniale.

  • 27 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacateca (...)
  • 28 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacateca (...)

21Une autre manière d’exploiter au mieux les nombreux procès du corpus est d’essayer de reconstituer les réseaux personnels qui apparaissent au fil des déclarations. De ce point de vue, le cas d’Hernando Briceño et la manière dont il a réuni les quatorze hommes pour mener la traque est riche d’enseignements et montre combien les relations de sa famille sont nombreuses et variées. Tout d’abord, le métis Bartolomé Briceño accompagne Marcos Pérez quand le groupe est attaqué. Sa présence parmi les compagnons de l’Espagnol peut s’expliquer par le fait que les deux hommes sont probablement liés par des relations économiques ou même amicales : tous deux semblent appartenir au même monde socio-économique (Bartolomé possède également une propriété, plus précisément un rancho27). En outre, Bartolomé dit connaître, du moins de vue, certains de ses assaillants : il rapporte avoir reconnu lors de l’attaque le coyote Juan de Reina, originaire de Zacatecas, l’Espagnol Joseph de Olague et un certain Agustín Lango28. Il est certes possible qu’il les connaisse en tant que célèbres bandits. Il peut également les avoir connus auparavant en tant qu’ouvriers agricoles, petits artisans ou même petits propriétaires appauvris et jetés sur les routes. Il résulte de ces quelques éléments que Bartolomé Briceño, par ses connaissances, paraît se situer à la frontière entre le monde des Espagnols, des propriétaires terriens et celui, plus modeste et instable, des populations métissées et des Espagnols démunis.

Figure 1 : Réseau personnel de Bartolomé Briceño

Figure 1 : Réseau personnel de Bartolomé Briceño
  • 29 Idem.
  • 30 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacateca (...)
  • 31 Michel Bertrand, « Les réseaux de sociabilité en Nouvelle-Espagne : fondements d’un modèle familial (...)
  • 32 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacateca (...)

22En ce qui concerne son frère Hernando, l’analyse de ses relations est encore plus intéressante. Celui-ci, pour procéder à la capture des bandits retranchés a en effet mobilisé une véritable clientèle. Il a fait tout d’abord appel à sa famille proche : son frère Bartolomé et un de ses serviteurs, l’Indien Juan de Santiago29, son fils Hernando el Mozo et son cousin Joseph, vecino de Zacatecas. Le cercle familial au sens propre est ainsi convoqué pour faire partie de la troupe. De même, il fait venir en chemin d’autres personnes dont le mulâtre Luis de Ayala30. Si la venue de la famille d’Hernando peut aisément s’expliquer par les « liens du sang ou du nom31 », l’aide apportée par les autres hommes nécessite une étude plus poussée. Le cas le plus facile à analyser est celui de l’Indien Juan de Santiago, serviteur de Bartolomé. Sa fonction en fait un membre de la famille élargie et du réseau familial des Briceño. Enfin, il est convoqué non pas par son maître mais par le comisario del campo32, ce qui pourrait être considéré comme la traduction d’une certaine hiérarchie familiale : grâce à sa charge, Hernando paraît en mesure de convoquer non seulement les membres de la famille proche mais aussi les serviteurs ou employés de son frère, pour tout dire, d’agir en chef de famille. Pour le reste du groupe, il est raisonnable de penser qu’en raison de sa charge, Hernando jouit d’une relative position de notable et d’un certain prestige au sein de la société locale et qu’il lui est, par conséquent, aisé de convoquer des hommes. Ainsi, sa position le porterait occasionnellement à la tête d’un réseau de solidarité qu’il peut mobiliser pour l’aider à accomplir sa tâche.

Figure 2 : Réseau personnel d’Hernando Briceño

Figure 2 : Réseau personnel d’Hernando Briceño

23Cette situation montre combien la famille métisse des Briceño semble intégrée à la vie sociale des environs de Zacatecas et profite même d’une place visiblement reconnue. C’est surtout vrai pour Hernando qui agit en véritable petit notable ou mieux encore en « cacique » local. Enfin, cette famille occupe une position intermédiaire entre le monde des Espagnols, symbolisé par la victime Marcos Pérez, et celui des castas représenté par Luis de Ayala.

Etudier les castas : nécessité d’une approche « métisse »

24Le cas d’Hernando Briceño est riche en enseignements, non seulement sur le plan des résultats obtenus, mais aussi sur la méthode adoptée pour exploiter au mieux ce qui est au départ une simple collection de témoignages. Très vite, l’intérêt de ces deux pièces de procès est apparu évident : les mentions de castas sont rares, les documents évoquant des métis ainsi que leur statut socio-économique précis le sont davantage encore, sans parler de l’apparition d’un métis possesseur d’une charge ! L’étude de cas s’est alors imposée naturellement dans un premier temps, mais le résultat, trop ponctuel, est resté insuffisant et insatisfaisant. Hernando Briceño n’était encore qu’une fascinante exception à la règle, sans aller au-delà. C’est à ce moment que le « bricolage » comme mode d’approche est devenu indispensable, non seulement pour relier ce cas aux exemples similaires ponctuels trouvés depuis dans la documentation, mais aussi pour donner du sens à l’ensemble.

25Ici, la combinaison entre emprunt à l’analyse des réseaux personnels et jeux d’échelles s’est avérée la plus efficace pour mettre en relief la situation du comisario del campo et ce qu’elle révélait sur les possibilités dont sait s’emparer « l’individu métis », mais qui échappent bien souvent au « groupe métis ». Toutefois, ce n’est pas la seule approche utilisée pour l’ensemble du corpus : si ce cas précis a nécessité une telle combinaison, d’autres cas demandent quant à eux des emprunts aux concepts de la psychologie sociale. Pensons notamment aux problèmes posés par la teneur du discours à la fois méprisant, offensif et craintif des créoles dans les procédures judiciaires, ou par l’éternelle question du degré d’intériorisation des catégories coloniales par les plèbes de Nouvelle-Espagne. C’est dans ce sens que le terme de « bricolage » est utilisé : la démarche méthodologique n’est jamais figée et doit s’adapter sans cesse aux contraintes et aux questions posées par les documents rencontrés pour donner du sens et ouvrir de nouvelles voies de réflexion. La transdisciplinarité ainsi maîtrisée devient alors un outil précieux qui autorise l’historien du métissage à traquer les moindres nuances de son sujet sans se perdre pour autant. C’est donc en devenant lui-même un « métis bricoleur », à l’image des individus de ses documents ou des personnes croisées au détour des rues, que le chercheur devient capable de saisir les facettes de cette fuyante question, et lorsqu’il sort des archives de Zacatecas, d’apprécier avec des yeux admiratifs le grand bricolage de la vie zacatecana du XXIe siècle qui permet l’apparition d’un « Moyen-Age mexicain » au détour des rues de Zacatecas ou de Guanajuato.

Haut de page

Notes

1 Peter Gerhard, The north frontier of New Spain, Princeton, University Press, 1979, 224 p.

2 Angel Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, tomo 2: El mestizaje y las castas coloniales, Buenos Aires, Editorial Nova, 1954, 188 p.

Richard Konetzke, « El mestizaje y su importancia en el desarollo de la población hispanoamericana durante la época colonial » dans Revista de Indias, 23, 1946, p. 7-44; 24, 1946, p. 215-237.

3 Richard Konetzke et Angel Rosenblat sont les deux grands précurseurs de l’histoire du métissage en Amérique latine. Suivis par Magnus Mörner dans les années soixante, ils ont adopté une définition biologique et légale du métissage et se sont surtout appuyés sur l’abondante législation coloniale et l’étude des registres paroissiaux pour étudier le phénomène.

4 Magnus Mörner, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971, 209 p., Collection L’Histoire sans frontières.

Magnus Mörner, Estado, razas y cambio social en la Hispanoamérica colonial, Mexico, SepSetentas, 1974, 158 p.

5 Chantal Caillavet et Martín Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-raciales en Amérique Latine (XVIème-XXème siècle) » dans L’Homme, 122-124, 1984, p. 115-132.

6 Solange Alberro, Les Espagnols dans le Mexique Colonial. Histoire d’une acculturation, Paris, 1992, 131 p.

7 Jacques Poloni-Simard, Indianité et métissages : la dynamique de la société indienne du corregimiento de Cuenca (Equateur), XVIème-XVIIIème, thèse de doctorat, Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1995, 1085 p.

8 Enrique Florescano et Virginia García Acosta (coord.), Mestizajes tecnólogicos y cambios culturales en México, México, Miguel Ángel Porrúa, 2004, 346 p.

Juan Comas, Enrique González, Alfredo López Austin, Germán Somolinos et Carlos Viesca, El mestizaje cultural y la medecina novohispana del siglo XVI, Valence, Instituto de estudios documentales e históricos sobre la ciencia, Universidad de Valencia, 1995, 296 p.

9 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje » dans Guillaume Boccara et Sylvia Galindo (éd.), Lógica mestiza en América, Temuco (Chili), Instituto de Estudios Indígenas, 1999, p. 113-138.

10 Serge Gruzinski, La pensée métisse, Paris, Ed. Fayard, 1999, 345 p.

11 Sous le terme générique de castas sont regroupés l’ensemble des populations métissées en Amérique coloniale.

12 Peter Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 1971, p. 259.

Frédérique Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, p. 58.

Solange Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII » dans Estudios de Historia Novohispana, vol. VIII, UNAM, Instituto de Investigaciones Históricas, 1985, p. 139-174.

Peter Gerhard, op. cit., p. 200.

13 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », op. cit., p. 126.

14 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 1, 1716.

15 AGN, INQUISICION, 975, EXP. 09.

16 Jacques Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », op. cit., p. 118 et p. 126.

17 Margarita Sanchez-Mazas et Laurent Licata, L’Autre : regards psycho-sociaux, Grenoble, PUG, 2005, 415 p.

18 Jacques Poloni-Simard, Indianité et métissages : la dynamique de la société indienne du corregimiento de Cuenca (Equateur), XVI°-XVIII°, op. cit.

Chantal Caillavet et Martin Minchom, op. cit.

19 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 2, Exp. 63, 92 f.

20 Magnus Mörner, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, op. cit., p. 86-87.

21 AHN, INQUISICION, 1731, EXP.11, Procès de Francisca Bonilla.

AHN, INQUISICION, 1731, EXP.43, Procès de María Josepha Pineda Morales.

22 Jacques-Philippe Leyens et Vincent Yzerbyt, Psychologie sociale, Bruxelles, Mardaga, 1997, p. 178.

23 Margarita Sanchez-Mazas et Laurent Licata, op. cit.

24 Alain Degenne et Michel Forsé, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 2004, Armand Colin, 294 p.

25 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa criminal [...] que se retuvieron »

AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Testimonio [...] lo demás … »

26 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa criminal [...] que se retuvieron »

AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Testimonio [...] lo demás … » f. 32.

27 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa criminal [...] que se retuvieron », f. 44 r.

28 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa criminal [...] que se retuvieron », f. 25 r.

29 Idem.

30 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa criminal [...] que se retuvieron », f. 25 v.

31 Michel Bertrand, « Les réseaux de sociabilité en Nouvelle-Espagne : fondements d’un modèle familial dans le Mexique colonial (XVIe-XVIIIe siècles) » dans Pouvoir et déviances en Méso-Amérique (XVIe-XVIIIe), Toulouse, 1998, p. 96.

32 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa criminal [...] que se retuvieron », f. 25 r.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Réseau personnel de Bartolomé Briceño
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/780/img-1.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 2 : Réseau personnel d’Hernando Briceño
URL http://orda.revues.org/docannexe/image/780/img-2.png
Fichier image/png, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soizic Croguennec, « Un bricolage méthodologique à la croisée des disciplines », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 214 | 2010, mis en ligne le 23 février 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://orda.revues.org/780 ; DOI : 10.4000/orda.780

Haut de page

Auteur

Soizic Croguennec

Université Toulouse 2-Le Mirail, laboratoire FRA.M.ESPA (France Méridionale et Espagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org