Navigation – Plan du site

Introduction générale

Modesta Suárez

Texte intégral

1Avec un numéro 214 intitulé Explorations américanistes trans-disciplinaires, L’Ordinaire Latino-américain s’annonce sous le signe du passage et de la transition. Passage fécond d’un groupe de jeunes chercheurs américanistes, au sein des laboratoires de recherche de l’Université de Toulouse-Le Mirail, dont les travaux constituent la totalité du dossier inclus dans le volume. Transition pour une revue toulousaine dont il ne me revient pas ici de rappeler l’historique1, mais dont il convient de souligner l’ardeur à défendre des problématiques scientifiques pluridisciplinaires, dans les sciences sociales, depuis l’un des pôles forts du latino-américanisme français.

  • 2 Le VI Congrès du CEISAL qui s’est tenu à l’Université de Toulouse-Le Mirail, du 30 juin au 3 juille (...)
  • 3 Caravelle, n° 96, p. 217-234.

2Par ailleurs, l’Institut Pluridisciplinaire pour les Etudes sur l’Amérique Latine à Toulouse et notre université tout entière se sont enorgueillis, en 2010, d’accueillir les chercheurs du VI Congrès du CEISAL (Consejo Europeo de Investigaciones en Ciencias Sociales sobre América Latina)2. Parmi ces chercheurs venus du monde entier figuraient quatre Mexicains, invités de la Chaire Mexique toulousaine. Nous rendons hommage à leur présence parmi nous en publiant leurs travaux : d’une part, dans Caravelle qui inscrit l’article de Margarita Calleja Pinedo (Universidad de Guadalajara), « La interdependencia económica y cultural de Texas y México : el caso del chili con carne », au sommaire de son dernier volume3 ; d’autre part, dans ce numéro, qui nous permet d’inclure les articles de Verónica Vázquez García, Rogelio Hernández Rodríguez et Jaime Preciado Coronado.

  • 4 Cf. site d’ATRIA : http://www.atria-amdoc.org/
  • 5 Orejas al sur : diffusion sonore des débats, conférences plénières, concerts et autres entretiens d (...)

3Mais revenons au dossier qui constitue l’essentiel des pages qui suivent. Tous les jeunes chercheurs impliqués ici ainsi que les deux coordinatrices du dossier appartiennent à l’Association Toulousaine pour la Recherche Interdisciplinaire sur les Amériques (ATRIA). Ils ont contribué, au long de ces dernières années, au renforcement de la présence américaniste, accompagnant les profondes modifications du paysage scientifique français, depuis la création du GIS Institut des Amériques, en 2007. Issus de tous les secteurs des sciences sociales et des sciences humaines, ils apportent régulièrement des perspectives originales, se posant comme de véritables interlocuteurs dans l’élaboration de la recherche américaniste et dans sa diffusion4. Par des activités, qui vont de l’élaboration de journées d’études (Inégalités et informalités dans les Amériques, 2009), de colloques (Les Amériques créatives, 2010), de séminaires (Circulation de modèles dans l’espace atlantique, 2011) ou d’ateliers (L’éducation populaire comme voix/voie libératrice, 2011), à des publications collectives, ou encore à l’expérience originale de Orejas al sur5, à l’intérieur du congrès du CEISAL, ces chercheurs non titulaires, qu’ils soient jeunes docteurs, doctorants ou étudiants en master, contribuent à une dynamique essentielle pour l’américanisme hexagonal.

4Les huit contributions réunies se signalent par l’hétérogénéité des problématiques abordées, en même temps qu’elles se veulent une réflexion convergente sur des approches méthodologiques qui décentrent leur perspective disciplinaire. Chacun de ces chercheurs, tout en signalant et en explorant son sujet de recherche personnel et lié à l’Amérique latine, évoque une praxis qui le mène à se confronter à des questionnements venant d’autres disciplines. Si l’on perçoit combien cette expérience transdisciplinaire peut être déstabilisante, il ressort cependant que l’enrichissement méthodologique est au prix de cet écart et de choix imposés parfois depuis d’autres champs. Dossier qui nous ramène, donc, au cœur de la pratique de la recherche et sur laquelle revient longuement la présentation qui suit.

5De leur côté, les trois chercheurs mexicains invités s’inscrivent dans le champ des sciences politiques et nous offrent trois visions de la gouvernance en Amérique latine, le Mexique étant l’un des points centraux des recherches présentées. Ainsi, Verónica Vázquez García (Colegio de Postgraduados en Ciencias Agrícolas México-Texcoco), dans « Género y desarrollo en México. El legado de mujeres indígenas en puestos de poder », se concentre-t-elle sur le moment fragile où des femmes indigènes accèdent pour la première fois, dans certains Etats mexicains, à des postes de responsabilités politiques municipales. Fruit d’un travail ample, et à la fois minutieux, l’article montre les succès, les doutes, les interrogations de dix-huit femmes élues au poste de « presidenta municipal ». Plus généralement, cette enquête de terrain met en perspective ces expériences individuelles et pointe, à travers elles, le problème de l’accessibilité des femmes (indigènes ou non) à la politique, dans une société marquée par le machisme.

6Pour sa part, Rogelio Hernández Rodríguez (Colegio de México) nous propose un article intitulé « Gobernabilidad e instituciones políticas. Democracia sin colaboración en México ». Il s’agit d’une réflexion sur l’état actuel de la division des pouvoirs entre exécutif et législatif mexicain, soulignant, par une analyse qui remonte à la Constitution de 1917, le danger de la fragmentation et de l’obstruction dans les relations entre pouvoir central, fédéral, et pouvoir des Etats. Si, jusqu’à ces dernières années, l’hégémonie du Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI) avait réussi à masquer ces tensions en couvrant d’une même couleur l’ensemble de l’échiquier politique, la fin de cette période autoritaire et l’apparition de partis comme le Parti de la Révolution Démocratique (PRD) ou le Parti d’Action Nationale (PAN) mènent à une reconfiguration des équilibres. Où les citoyens ne sont pas toujours les grands gagnants de ces nouveaux rapports de force.

7Enfin, Jaime Preciado Coronado (Universidad de Guadalajara) et Pablo Uc (Consejo Latinoamericano de Ciencias Sociales-CLACSO), dans une perspective plus continentale, examinent la volonté autonomiste qui anime certains groupes associatifs et/ou politiques, portés par un même espoir de retrouver un pouvoir considéré comme perdu dans une relation néo-coloniale avec l’Etat central. Cette analyse s’intitule « La(s) autonomía(s) en América Latina. Una expresión socio-espacial del Estado novísimo y sus efectos en el proceso de integración regional ». Partant d’événements qui se sont déroulés en Bolivie (où l’Assemblée Constituante donne des droits nouveaux, entre autres, à des organisations issues des communautés indigènes) ou au Chiapas (où un mouvement politique et social comme l’EZLN favorise la constitution des Caracoles et des Juntas del Buen Gobierno, face au non respect des Accords de San Andrés), J. Preciado et P. Uc mettent en évidence les grandes lignes de construction de ce qui serait un Estado novísimo, comme une manière de générer de nouvelles formes de relations entre Etat central et communautés ou régions (avec en ligne de mire, par exemple, l’exploitation de ressources naturelles), mais aussi dans la perspective plus large du débat sur les intégrations régionales en Amérique latine.

  • 6 « Aprender a caminar sobre la viga podrida » est un vers de la poète péruvienne Blanca Varela (in E (...)

8Nous réunissons enfin une série de poètes, jeunes chercheurs latino-américains, créateurs. Leurs textes constituent peut-être les prémisses d’une anthologie encore brève (à laquelle il convient de réfléchir déjà) d’écritures poétiques écloses en ce début de XXIe siècle. Des écritures originales, venues du Mexique, de Colombie, de Bolivie, avec des thèmes et des formes où affleurent les liens parfois explicites avec la tradition américaine, l’ensemble étant souvent empreint d’un humour certain. Cependant qu’au même instant, les voix poétiques se confrontent à la cruauté du monde et de l’humain, dans ce lent apprentissage de la marche sur la poutre pourrie, pour paraphraser un vers de Blanca Varela6. A leurs côtés, un autre poète « équilibriste », Eduardo Chirinos. Quelques poèmes de son dernier recueil encore inédit, Anuario Mínimo (1960-2010), viennent prolonger, par l’imagination, ces explorations transdisciplinaires.

Haut de page

Notes

1 Cf. site de L’Ordinaire Latino-américain : http://w3.ipealt.univ-tlse2.fr/ordinaire-latinoamericain.htm.

2 Le VI Congrès du CEISAL qui s’est tenu à l’Université de Toulouse-Le Mirail, du 30 juin au 3 juillet, avait pour thème : Indépendances / Dépendances / Interdépendances. Cf. site du Congrès : http://w3.ceisal-congreso2010.univ-tlse2.fr/

3 Caravelle, n° 96, p. 217-234.

4 Cf. site d’ATRIA : http://www.atria-amdoc.org/

5 Orejas al sur : diffusion sonore des débats, conférences plénières, concerts et autres entretiens du CEISAL. A retrouver sur le site d’ATRIA : http://www.atria-amdoc.org/index.php/publi-multimedias/orejas.

6 « Aprender a caminar sobre la viga podrida » est un vers de la poète péruvienne Blanca Varela (in Ejercicios materiales (1978-1993).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Modesta Suárez, « Introduction générale », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 214 | 2010, mis en ligne le 23 février 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://orda.revues.org/797 ; DOI : 10.4000/orda.797

Haut de page

Auteur

Modesta Suárez

Université Toulouse 2-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org