Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Depuis près de 40 ans, L’Ordinaire Latino-Américain (sous diverses appellations, nous le verrons), revue de l'Institut Pluridisciplinaire pour les Etudes sur les Amériques à Toulouse (IPEAT), est une référence dans le domaine des études latino-américaines. Il a changé de périmètre à plusieurs reprises, se concentrant sur le Mexique, tout d’abord, de 1974 à 1988, le Mexique et l’Amérique Centrale, de 1988 à 1994, puis l’Amérique Latine, jusqu’en 2010. En 2010, dans la foulée de la transformation de l’Institut Pluridisciplinaire pour les Etudes Latino-Américaines à Toulouse (IPEALT) en Institut Pluridisciplinaire pour les Etudes sur les Amériques à Toulouse (IPEAT), le comité de rédaction a souhaité étendre encore son périmètre, aux Amériques, cette fois. Ce dossier, le numéro 215 de la revue, est le premier de la nouvelle formule, mais il s’inscrit dans la continuité du travail scientifique qui s’est poursuivi pendant ces presque quatre décennies.

2Il est difficile d’être les premiers à relever un nouveau défi mais la conceptrice et les auteurs de ce dossier sont heureux de s’être lancés dans l’aventure. La question des représentations des esclavages nous a semblé tout à fait pertinente dans le cadre de ce nouveau périmètre, tant il est vrai que, même si l’Amérique est loin d’avoir été la seule à connaitre cette institution, celle-ci a joué un rôle fondamental dans sa formation identitaire. La question des représentations de cette institution fondatrice des sociétés des Amériques n’a cessé, depuis l’époque coloniale, de jouer un rôle tout aussi fondamental dans les discours et les identités américains. C’est aussi un sujet qui se prête particulièrement aux regards croisés et aux comparaisons. Nous espérons que le résultat ne décevra pas les lecteurs habitués. Nous avons voulu être fidèles à l’esprit de L’Ordinaire Latino-Américain, en conservant certaines des rubriques qui ont fait son identité, mais nous avons aussi voulu profiter de son nouveau support pour en inaugurer de nouvelles.

3A l’origine du présent numéro, il y a eu des rencontres fertiles qui nous ont permis de conduire un dialogue fructueux sur ces questions des représentations des esclavages. Il est né, en partie, d’une série de journées d’étude organisées autour de collaborations entre plusieurs laboratoires s’intéressant aux Amériques : FRAMESPA (UMR 5136 de l’Université de Toulouse le Mirail), Suds d’Amériques, Espaces Atlantiques (EA 2450 de l’Université de Versailles-Saint-Quentin, désormais intégré au Centre d’Histoire Culturelle et des Sociétés Contemporaines, EA 2448), Cultures Anglo-Saxonnes (EA 801 de l’Université de Toulouse-Le Mirail) et le LARCA, Laboratoire de Recherches sur les Cultures Anglophones (EA 4214 de l’Université Paris Diderot). Deux d’entre elles ont fourni une partie du matériau de ce numéro : l’une, organisée le 5 mars 2010 à l’Université de Toulouse-Le Mirail (par Richard Marin et Nathalie Dessens) sur l’historiographie des esclavages dans les Amériques, et l’autre, le 10 octobre 2010 à l’Université de Versailles-Saint-Quentin (par Jacques Pothier et Nathalie Dessens) sur les représentations artistiques des esclavages. Certaines des communications qui ont été faites alors sont à l’origine d’articles de ce présent volume mais nous y avons ajouté un article, dans le but de maintenir un meilleur équilibre à la fois scientifique et géographique.

4Ce qui nous a conduits à ce projet global est évidemment une idée large de la question des représentations, à la fois historiographiques, littéraires et artistiques. Ce numéro ne vise bien sûr pas à une exhaustivité impossible à atteindre dans le format de la revue. Mais le but initial était bien de croiser les regards sur les Amériques, dans le cadre des perspectives qui ont été à l’origine de la fondation de Suds d’Amériques et dont la pertinence a été soulignée par la fondation, en 2007, du Groupement d’Intérêt Scientifique Institut des Amériques. Croiser les regards sur les Amériques, sur le Sud des Etats-Unis mais aussi sur les suds de ce Sud, qu’ils soient dans la Caraïbe ou en Amérique Latine est important. Le présent numéro reflète bien les perspectives plus résolument historiques de FRAMESPA et celles généralement plus littéraires et artistiques de Suds d’Amériques. Le dossier est bien le reflet de ces préoccupations qui se superposent souvent. Il présente sept articles, dont trois sur l’Amérique du Nord anglophone (l’une regardant, malgré tout, vers le sud du continent), deux sur l’Amérique Latine (portant sur les aires lusophone et hispanophone), et deux sur la Caraïbe francophone puisqu’ils portent sur Saint-Domingue à la fin de la période coloniale. Les quatre aires linguistiques des Amériques sont donc représentées, ce qui est parfaitement dans l’esprit de L’Ordinaire des Amériques nouvelle formule qui a fait des quatre langues principales des Amériques ses langues de communication scientifique.

5Ce dossier donne un aperçu des discours et représentations des esclavages et permet surtout de croiser les regards dans des domaines bien précis, mettant ainsi en avant la richesse de la perspective transaméricaine sur ces sujets. Les articles du présent numéro se répartissent en quatre axes, respectivement intitulés « Paroles d’historiens », « Retour aux sources : les esclaves se racontent », « Arrêt sur image », et un épilogue intitulé « Histoire et mémoire ». Cette organisation permet de se concentrer successivement sur plusieurs types de discours et représentations, croisant, à chaque fois, les regards sur des aires géographiques et/ou des périodes différentes.

6« Paroles d’historiens » ouvre le volume sur des réflexions historiographiques, perspective essentielle lorsqu’il s’agit de représentations. Les deux articles qui composent cette section ont l’avantage de présenter des visions synthétiques des historiographies de l’esclavage, témoignant de la grande vigueur du champ et de la diversité des interprétations proposées. Si les articles n’ont aucune volonté d’exhaustivité, ils se concentrent sur des tournants interprétatifs, comme l’histoire atlantique, pour n’en citer qu’un parmi tant d’autres. Ils présentent aussi l’intérêt d’offrir des perspectives depuis le Nord et depuis le Sud des Amériques. L’article de Rahma Jerad est un retour sur un des grands tournants interprétatifs, vu depuis le Nord, les Etats-Unis, dans le cas présent. Il s’arrête sur la révolution qu’a produite la perspective comparative initiée par Franck Tannenbaum au milieu du XXe siècle et sur son apport incontesté à la vision ultérieurement développée par les historiens de l’esclavage. Il démontre comment ce tournant a initié une tradition longue et vigoureuse qui n’a cessé, depuis, de se renouveler, permettant des renouveaux historiographiques permanents (comme celui de l’histoire atlantique). La contribution d’Emanuele Carvalheira de Maupeou est, quant à elle, un exemple de relecture de l’histoire de l’esclavage. Au travers d’une étude monographique, portant sur le Brésil (et plus particulièrement sur la région, souvent oubliée par les historiens de l’esclavage, du Pernambouc), cette recherche démontre à la fois la façon dont l’histoire se renouvelle sans cesse et la nécessité de varier les regards portés sur les esclavages et de prendre en compte les différences régionales pour ajuster au plus près la représentation historique.

7« Retour aux sources : les esclaves se racontent » quitte la perspective de l’historien pour revenir à la voix des esclaves. Totalement négligés par les premiers historiens de l’esclavage, les récits d’anciens esclaves ont, depuis les années 1950, profondément renouvelé le regard porté sur l’esclavage. Pendant très longtemps, les historiens ont donné de l’esclavage une vision officielle, celle des autorités ou celle des maîtres. Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, les historiens tentent d’entendre aussi la voix des esclaves. Dans de nombreuses anciennes sociétés de plantations, ils ne peuvent que recourir à des sources indirectes pour comprendre le quotidien des esclaves, comme l’a démontré l’article d’Emanuele Carvalheira de Maupeou. Il s’agit de sources d’archives religieuses ou notariales, mais aussi des récits de blancs, planteurs ou voyageurs, entre autres. Mais il ne s’agit pas de sources directes provenant des esclaves. Dans ce domaine, règne une particularité anglo-saxonne évidente, même s’il existe une exception notable, celle du Cubain Manzano. Dans les colonies ou anciennes colonies anglo-saxonnes, et surtout aux Etats-Unis (même si l’on rencontre quelques exemples dans la Caraïbe anglophone), des anciens esclaves ont laissé une production abondante de récits autobiographiques. Il existe deux grands types de récits. Les premiers, produits au XIXe siècle par d’anciens esclaves, furent publiés au plus fort du débat concernant l’institution de l’esclavage en Grande Bretagne et aux Etats-Unis. Parfois écrits par les anciens esclaves eux-mêmes, parfois édités par des abolitionnistes, et parfois produits oralement par des esclaves et écrits par des abolitionnistes, ces récits sont tout à la fois des sources d’une extraordinaire richesse pour entendre la voix des esclaves, mais aussi, souvent, sujets à cautions en raison des conditions et du contexte de leur production, ce qui a conduit les historiens à de nombreux débats quant à leur validité en tant que sources et aux méthodologies appropriées à leur utilisation. Les seconds, produits au XXe siècle, sont des entretiens réalisés dans le cadre du New Deal au sein du Federal Writers’ Project de la Works Project Administration. D’un tout autre type, ils présentent, eux aussi, des avantages incontestés, en particulier celui d’affiner la connaissance des cultures des esclaves aux Etats-Unis, et des inconvénients, peut-être encore plus évidents que les récits publiés, en termes de fiabilité pour des raisons, là encore, de contexte et de conditions de production. Les deux articles inclus dans cette section rendent compte des nombreux débats entourant l’utilisation de ces récits en tant que sources historiques et présentent l’avantage de proposer de nouvelles perspectives sur ces questions. L’article de Lawrence Aje se concentre sur deux des grands canons du récit d’esclaves fugitifs. Même si beaucoup a été écrit sur ces deux récits, il offre une lecture novatrice de ces deux sources en repérant les interventions éditoriales par une méthode originale de comparaison avec des sources ultérieures. La contribution d’Helen Hampton porte, quant à elle, sur les entretiens produits dans les années 1930. Si l’on a beaucoup parlé aussi des interventions éditoriales des employés du Federal Writers’ Project ayant mené ces entretiens, on en ignore souvent l’ampleur. Cet article fournit un exemple très précis et révélateur. Demeure que ces récits et ces entretiens sont la seule possibilité pour nous d’entendre la voix des esclaves, même si elle est déformée, minimisée ou amplifiée par les interventions éditoriales.

8La section intitulée « Arrêt sur image » démontre que les esclaves et les historiens ne sont pas les seuls à avoir représenté l’esclavage, loin s’en faut. Leur discours s’est développé parallèlement à d’innombrables représentations artistiques, de la littérature aux arts picturaux. Depuis le XXe siècle, les images, fixes ou mouvantes, sont souvent un moyen de représentation privilégiée. Deux exemples de ces multiples représentations nous sont offerts ici. Ils traitent de périodes différentes et d’aires coloniales différentes mais, par leur association, ils démontrent une fois encore la fertilité des regards croisés. Emmanuel Vincenot s’intéresse à la représentation de l’esclavage dans le cinéma prérévolutionnaire cubain, souvent considéré comme ayant négligé ces questions. L’auteur démontre qu’il n’en est rien, même si la Révolution cubaine est, dans le domaine, une césure importante. L’article d’Alejandro Gómez se concentre, quant à lui, sur les estampes publiées en Europe et aux Etats-Unis pour représenter la Révolution haïtienne. Si la chronologie aurait voulu qu’il soit placé avant celui d’Emmanuel Vincenot, c’est parce qu’il offrait une transition parfaite vers la dernière section du numéro qu’il figure à cette place, du fait des échos qu’il présente avec le dernier article qui porte, lui aussi sur la Révolution haïtienne.

9Il était impensable, en effet, de ne pas évoquer les questions de mémorialisation et c’est ce que fait, partiellement hélas, l’épilogue intitulé « Histoire et mémoire ». Tous les débats entourant, au XXe siècle, les questions mémorielles, méritent de figurer en bonne place dans ces interrogations sur les représentations des esclavages dans les Amériques. Si cet aspect n’est ici qu’ébauché et mériterait d’être développé dans un autre numéro de la revue, l’article d’Anja Bandau permet de réfléchir à certaines des questions centrales du débat. Elle examine, en effet, des sources littéraires inédites et propose des méthodologies de traitement de ces sources, mais elle permet aussi de voir comment une commémoration (ici la célébration du bicentenaire de l’indépendance haïtienne) a permis un renouvellement des perspectives. Cet épilogue a des prolongements manifestes dans les rubriques qui suivent les articles.

10Avant de conclure, il reste, en effet, à dire deux mots sur les deux rubriques qui ferment ce dossier. Si elles sont amenées à être présentes dans tous les numéros de L’Ordinaire des Amériques, elles ont été conçues en synergie avec le sujet du dossier. La Webographie, tout d’abord, conçue par Françoise Gouzi, Ingénieur de recherche IST à l’Université de Toulouse-Le Mirail, est un complément utile aux articles qui figurent dans ce numéro. Elle fournit des références à des sites Internet venant s’ajouter aux bibliographies confectionnées par les auteurs. Les sites ont d’ailleurs parfois été suggérés par les auteurs eux-mêmes. Cette Webographie permet d’élargir encore la perspective sur cette question des représentations des esclavages en offrant aux lecteurs et aux chercheurs d’autres pistes de réflexion. Elle invite le lecteur à découvrir des sites généralistes, des sites de sources primaires permettant la lecture des récits des protagonistes des sociétés de plantations, en particulier les esclaves, mais aussi des bases de données essentielles à l’étude des esclavages et des sites sur les questions contemporaines de mémorialisation. Nous avons, à dessein, éviter de séparer les sites par origines nationales, à l’exception de la dernière rubrique, celle sur les questions mémorielles, invitant par cette exception à faire un premier pas dans l’examen des stratégies mémorielles particulières adoptées par les différents protagonistes, et invitant, par là-même, à poursuivre la réflexion. Enfin, la rubrique « Rincón » est une des spécificités anciennes de L’Ordinaire Latino-Américain que nous avons tenu à maintenir dans la nouvelle formule de la revue. Elle est dédiée à la présentation de productions artistiques originales. Le dossier du présent numéro a été confié à Stéphanie Mulot, professeur d’anthropologie à l’Université de Toulouse-Le Mirail. Il présente une sélection de photographies portant, justement, sur les questions mémorielles et constitue une étape supplémentaire dans la réflexion sur ces représentations contemporaines des esclavages aux Amériques. Ces questions mémorielles, cruciales aujourd’hui, sont une perspective originale pour étudier les sociétés américaines et peuvent fournir des clés d’entrée inédites dans la lecture des sociétés contemporaines.

11Il reste, évidemment, beaucoup reste à dire sur ce sujet. Mais l’objet de ce numéro, modeste dans son format, était de montrer combien la perspective transdisciplinaire et transaméricaine peut être fertile et peut dynamiser les lectures et les relectures de sujets pourtant maintes fois évoqués. Nous espérons que ce premier dossier de L’Ordinaire nouvelle formule encouragera les lecteurs à nous rester fidèles et attirera une nouvelle audience grâce à son périmètre élargi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Dessens, « Introduction », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 215 | 2013, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://orda.revues.org/798

Haut de page

Auteur

Nathalie Dessens

Université Toulouse-Jean Jaurès, dessens@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org