Navigation – Plan du site
Violence dans les villes américaines

Los Angeles ou la violence indissociable d’un territoire nouveau

Los Angeles or violence intricately linked with a new territory
Los Angeles o la violencia indisociable de un territorio nuevo
Los Angeles ou a violência indissociável de um território novo
Charles Joseph

Résumés

Au cours de son histoire et de sa construction, la ville de Los Angeles fut un paradoxe extraordinaire entre le paradis terrestre que les promoteurs immobiliers mettaient en avant et la face cachée que cet Eden renfermait. La violence est cet autre visage de Janus qui remonte bien avant les affrontements meurtriers des émeutes de 1965 et 1992. Que cette violence soit naturelle, sociale, politique, criminelle, Los Angeles en est une mégalopole qui ne peut se défaire de cette image. Cet article propose une approche différente sur le phénomène de la violence en milieu urbain en considérant des facteurs souvent ignorés qui pourtant entrent en jeu et qui sous-tendent une violence qui alors se subdivise. L’objectif est d’analyser dans un premier temps comment la ville de Los Angeles a su se construire en intégrant différentes violences latentes et endémiques qui sont parfois venues à l’encontre de ses projets. Dans un second temps, il s’agit de considérer les périodes marquantes d’une violence explosive chronique dont les angelenos eux-mêmes se sont fait le vecteur. Enfin j’envisagerai la vision singulière d’une angelena, Wanda Coleman, qui, tout au long de sa carrière littéraire et de sa vie personnelle n’a eu de cesse d’appréhender la ville dans sa globalité et qui s’en est fait l’un des témoins privilégiés.

Haut de page

Texte intégral

1La relation entre l’aspect manifeste et celui, plus subtil et sous-jacent, des évènements qui composent l’histoire d’une population ou d’un lieu, procède d’un échange permanent entre deux axes d’analyse tous deux nécessaires afin de considérer l’état de violence, voire de siège, dans lequel la ville de Los Angeles est plongée depuis sa création. Avant même la guerre américano-mexicaine et l’annexion de la Californie en 1850, qui vit la ville passer sous gouvernance américaine, Los Angeles était un carrefour stratégique où de nombreuses batailles ont fait rage, notamment lorsque le Mexique s’émancipa du protectorat espagnol. Le territoire de basse Californie est un territoire de l’entre, dont l’identité et même l’appartenance, n’ont cessé d’être mises à rude épreuve face à une immigration de masse contrôlée par une politique violente du cloisonnement. La frontière militarisée américano-mexicaine, matérialisation d’une tension latente, est là pour le rappeler.

2Ces évènements passés ont projeté d’emblée le territoire angeleno dans un état de siège qui lui est devenu presque inhérent et la ville est devenue le lieu d’évènements humains et naturels qui l’assaillent de toutes parts. Les évènements violents d’une mégalopole comme Los Angeles, même s’ils se cristallisent autour de manifestations largement médiatisées comme les émeutes, vont bien au-delà de cet étalage temporaire. Il s’agit d’une société entière qui s’accommode d’une réalité urbaine explosive et qui doit affronter une violence qui se projette sur plusieurs plans. L’histoire de la ville, sa construction, sa conception même ont engendré une situation qu’aucune autre ville américaine n’a vécu jusqu’à ce jour, celle d’une tension endémique, d’une pression socio-politico-culturelle qui ne peut s’exprimer qu’au travers de manifestations de violence.

3Mais il ne s’agit pas d’une violence monolithique qui brutalise uniquement le corps et enfreint les limites de l’intégrité corporelle ; c’est une violence plurielle qui se décline sur différents plans. Elle fait autant référence aux démonstrations de force naturelle auxquelles la population angelena est régulièrement soumise, qu’à la nature même du territoire urbain car Los Angeles est un territoire qui met ses habitants à l’épreuve. Si le caractère explosif est aisément identifiable, le caractère latent est quant à lui plus fractionné, voire insidieux, et implique un spectre d’analyse plus large afin d’en analyser les causes et les implications. Ainsi, qu’il s’agisse d’une menace, d’une tension ou d’une agression, abstraite ou réelle, journalière ou exceptionnelle, latente ou explosive, cette violence se rattache à tout ce qui vient perturber, parfois même interrompre, le bon déroulement du quotidien et le développement de tout Angeleno.

4La localisation de Los Angeles sur la faille de San Andreas est une caractéristique naturelle de la ville pouvant presque représenter de façon schématique ce balancement entre violence latente et explosive. Le dernier tremblement de terre en date, mais qui est resté de faible magnitude, est celui de Pico Rivera survenu le 16 Mars 2010. Celui de Northridge en 1994 fut une catastrophe naturelle majeure de l’histoire des Etats-Unis avec 33 morts et des dommages estimés à plus de 20 milliards de dollars. Ces secousses ont eu plusieurs conséquences sur la ville. Des conséquences physiques, avec entre autres des lois de construction et de développement urbain, qui ont été renforcées en 1972 suite au tremblement de terre de Sylmar ; mais aussi des conséquences psychologiques. Vivre à Los Angeles signifie vivre dans l’attente d’une nouvelle catastrophe naturelle et le territoire exerce une pression qui sous-tend le quotidien de tout Angeleno. Carey Mc Williams dans sa description de Los Angeles en 1946 expliquait déjà :

How deeply the experience of living in an earthquake country has impressed the residents of the region is clearly shown in the novels that have been written about California. In many of these novels, one will find that the climax of the tale invariably is reached at precisely the moment when the dishes begin to rattle, the stove to bounce, and the chair to dance. According to the novelist Lawrence Rising, there is a stillness and expectancy in California “found only in earthquake countries”. (McWILLIAMS, 204)

  • 1 James Lawrence a tenté de contredire cet état de fait avec son ouvrage Wild L.A. : A Celebration of (...)

5Outre les secousses sismiques, le climat désertique de la région en fait une terre propice aux incendies de grande envergure qui surgissent chaque été aux portes de la ville. Bien que l’homme ait su dompter les éléments en irriguant les terres sèches de Los Angeles, les résidences frontalières de la ville faisant office de rempart à un climat désertique hostile sont menacées chaque année. Les terres alentours n’ayant plus de végétation pour absorber l’eau lors des périodes de précipitations abondantes, les eaux de pluie ruissellent jusqu’à la Los Angeles River qui transforme alors la zone de Long Beach en un véritable marécage. Suite à d’importantes crues en 1938, le maire de Los Angeles entreprit de dévier légèrement le cours des deux bras de la rivière, mais surtout de bétonner leurs lits afin de faciliter l’évacuation vers l’océan Pacifique, transformant ce repère naturel essentiel en une construction humaine. La violence des éléments est renvoyée à son berceau d’origine : Le Pacifique. La flore est étouffée, la faune exécutée. Plus rien ne subsiste de la rivière qui est aujourd’hui assimilée par la plupart des habitants de Los Angeles à un égout à ciel ouvert comme le décrit Patt Morrison en ouverture du premier chapitre de son ouvrage Rio L.A..1

6Un dernier élément a pris d’assaut la ville lors de la seconde partie du XXème siècle avec l’apparition d’une pollution aérienne visible qui vient désormais définir l’atmosphère angelena : le « smog ». Suite à l’apparition de cette dégradation aérienne, résidu d’une industrie pétrochimique en plein essor à Los Angeles, la ville créa en 1948 un bureau de contrôle de la pollution aérienne (Air Pollution Control District). Dès lors, cette manifestation, perceptible lorsque les vents côtiers ou les Santa Ana désertiques ne soufflent pas, fut très largement associée à la ville. Cette accumulation de catastrophes naturelles juxtaposée à l’urbanité très soudaine du territoire, ont conduit bon nombre d’Angelenos à craindre leur environnement. Cet état de peur latente entraîne un éréthisme de la population qui vit dans l’expectative du prochain désastre, et c’est la ville toute entière qui se trouve ainsi mise sous tension. Mike Davis argumente sur ce point dans son ouvrage Ecology of Fear : Los Angeles and the Imagination of Disaster, lorsqu’il explique :

Millions of Angelenos have become genuinely terrified of their environment. Paranoia about nature, of course, distracts attention from the obvious fact that Los Angeles has deliberately put itself in harm’s way. For generations, market-driven urbanization has transgressed environmental common sense. (DAVIS, 8-9)

7Mais la mégalopole est également autodestructrice dans sa matérialité urbaine. Dana Cuff dans son ouvrage, au titre déjà révélateur, The Provisional City, explique dans le chapitre intitulé What Ought Not Survive que la politique urbaine s’est établie dans une logique de reconstruction perpétuelle et que ce qui a été détruit manque à la mémoire de la ville. De par une politique territoriale empêchant la construction d’édifices importants à cause des séismes, il est facile, car peu coûteux, de raser des quartiers entiers associés à une strate sociale défavorisée pour y reconstruire mais aussi y réinventer l’espace et délocaliser la population pauvre ailleurs (CUFF, 49-51). Los Angeles est une ville modulable qui se reconstruit selon des politiques urbaines adoptées, une ville provisoire qui peut, à tout moment, muter.

8L’étendue gigantesque de la mégalopole force les habitants à des trajets parfois interminables pour relier leur domicile à leurs différents lieux de vie et la voiture devient une extension du corps de tout Angeleno. Reyner Banham le suggérait déjà en 1971 dans son ouvrage Los Angeles : The Architecture of Four Ecologies lorsqu’il dédia un chapitre entier à ce qu’il appelle l’« Autopia » angelena (BANHAM, 185-95). Paul Haggis, réalisateur et scénariste du film Crash (2004) met en scène la ville de Los Angeles de façon très brute. La scène d’ouverture du film se concentre sur le flot continu de la circulation sur les autoroutes de la ville et les premiers mots que l’on entend sont les suivants :

It’s the sense of touch. In a real city, you walk, you know. You brush past people, people bump into you. In L.A., nobody touches you. We’re always behind this metal and glass. I think we miss that touch so much, that we crash into each other so that we can feel something.

9La dimension humaine se perd et l’individu n’est plus pris en compte. La collision, l’impact violent est tout ce qu’il reste pour à la fois retenir l’attention d’autrui et manifester sa propre existence. Les hommes ne se rencontrent plus naturellement et dans ce réseau déshumanisant, ce sont les collectivités ou les communautés qui deviennent les points de repères dans la ville qui, plutôt que de les unifier autour d’une identité urbaine et culturelle commune, les oppose et les marginalise. Il s’agirait donc ici d’une violence à la fois urbaine et sociale infligée par la structuration même de l’entité urbaine qu’est Los Angeles, dynamique que Camille Z. Charles, sociologue à l’université de Pennsylvanie, qualifie dans son ouvrage Won't You be My Neighbor : Race, Class, and Residence in Los Angeles de « ségrégation raciale résidentielle » (Charles, 39-63). Edward Soja, géographe spécialiste de l’espace urbain de Los Angeles, reste lui plus mesuré quant aux manifestations modernes d’un système à proprement parlé ségrégué. La diversité ethnique de la ville de Los Angeles rend cette définition complexe à son sens, mais il n’écarte pas les déséquilibres de l’espace angeleno, bien au contraire. Dans Seeking Spatial Justice, son dernier ouvrage au titre très évocateur publié en 2010, Soja met en lumière des « géographies injustes » et autres répartitions urbaines inégales qui se répercutent socialement et sociologiquement sur la population pluriethnique de Los Angeles.

  • 2 Tom Zimmerman dans son ouvrage Paradise Promoted : The Booster Campaign that created Los Angeles 18 (...)

10Une autre forme de violence, plus abstraite, fut introduite sur le territoire par les promoteurs immobiliers qui ont, dès le départ, réifié la terre en lui attribuant une valeur marchande, en en faisant un produit qu’il faut vendre à tout prix. Ils ont acheté des hectares entiers de parcelles, voyant dans cette région la poule aux œufs d’or qu’ils attendaient depuis longtemps et ce sont eux qui ont créé le mythe de la « garden city » encore associé à la ville aujourd’hui2. Ces agents immobiliers ont su user de tout l’arsenal marketing à leur disposition pour vendre leurs parcelles, mais aussi pour vendre une image de la ville, celle d’un idéal utopique. Comme nous le rappelle Norman Klein, ils imposent leur trace factice sur le territoire qui, une fois imprégné de cette image, ne pourra s’en défaire.

Los Angeles is a city that was imagined long before it was built. It was imagined to avoid city-wide bankruptcy in the 1890s, and has stayed on a knife edge ever since, camouflaged by promotional rhetoric. In 1899, the secretary of the Los Angeles Chamber of Commerce wrote : “The prosperity of Los Angeles is founded on the immutable forces of nature, combined with the inevitable needs of mankind ; and it will remain, as the sea and the clouds and the mountains remain, and will increase as the nation and the race increases”. (KLEIN, 27)

11Ces « besoins inévitables de l’humanité » auxquels il est ici fait référence sont à associer aux besoins capitalistes du moment. A sa création, le territoire était au bord de la faillite et il était nécessaire de créer une image marketing de la ville afin de ne pas perdre les investissements déjà réalisés. Comme le détaille Norman Klein, le premier mythe marketing créé fut celui (en accord avec le mythe de la conquête et de l’Ouest américain) du climat et de l’Eden retrouvé. Ensuite, ce fut celui de la ville moderne avec la célébration de l’automobile et de la métropole-autoroute juxtaposé aux mythes associés au renouveau du centre-ville. Enfin, depuis 1980, ce fut le mythe de la Byzance du Pacifique qui fut largement mis en avant avec l’internationalisation massive du territoire (KLEIN, 29). Ce sont ces mythes de la ville, tous corroborés par l’industrie hollywoodienne, qui ont subsisté dans l’imaginaire collectif, pas la réalité urbaine qui, elle, reste au second plan, car cette réalité se vend mal. Ce qui fait violence alors, c’est le contraste qui existe entre ces représentations de la ville et sa réalité quotidienne.

  • 3 La brutalité fait ici référence à la précarité et à l’instabilité de l’environnement physique et hu (...)

12Mais cet écart est également visible grâce à plusieurs évènements qui sont venus ponctuer l’histoire de Los Angeles. Ce sont d’ailleurs ces épisodes de violences explosives qui permettent de déceler et mettre en lumière la violence latente naturelle, urbaine et sociale camouflée par ces mythes derrière lesquels la ville s’est réfugiée. Les hommes venus s’installer à Los Angeles ont dû faire avec cette brutalité3 endémique et faire face à cette violence latente que la ville impose à ses habitants ; ces derniers ont été confrontés, tout au long de l’histoire de Los Angeles, à une violence bien plus spontanée générée par les hommes eux-mêmes. Il existe une tradition criminelle inhérente à la ville dont la cruauté s’est exprimée à plusieurs reprises. La plus notoire reste le crime du Dahlia Noir, meurtre atroce d’Elizabeth Short en Janvier 1947. Avec les journalistes à l’affût de la moindre information, le meurtre de la jeune femme prit une allure de sensationnel malgré l’horreur du crime.

13De cette période émergea le genre du roman noir, avec ces sombres affaires criminelles se déroulant dans les méandres de la ville qui, dans ce type de roman, prend le parti du criminel et lui sert d’abri. Elle protège et menace les innombrables victimes potentielles dont elle regorge. Ce type de faits divers est désormais courant et l’on ne s’attarde plus sur ces percées de violence soudaine. Bien que Los Angeles ne soit pas parmi les villes à fort taux de criminalité, sa taille ainsi que les gangs qui y sévissent sont suffisants pour que les crimes de sang y soient courants. Ces violences quotidiennes ont mené à une certaine banalisation de leur cruauté car elles ne concernent que les deux ou trois protagonistes du fait divers. De nombreuses séries télévisées policières, qui connaissent de forts succès d’audience, participent également de cette banalisation de l’horreur.

14L’instrumentalisation au travers des images télévisuelles est particulièrement pertinente lorsque l’on aborde une ville comme Los Angeles où le média est roi et le divertissement cinématographique et télévisuel constitue une part cruciale de l’économie locale. Résurgence dramatique du phénomène d’hyperréalité de Baudrillard, la violence humano-socio-urbaine latente de Los Angeles se voit reléguée à un plan presque fictif qui la standardise. La violence quotidienne retranscrite dans les médias angelenos est traitée sous l’angle éditorial du sensationnel, qui commente un meurtre ou une course poursuite comme s’il s’agissait d’un extrait de film hollywoodien. La narration journalistique se confond avec la narration cinématographique très prégnante à Los Angeles. C’est cette fictionnalisation de la violence urbaine dans son interprétation médiatique qui la rend banale, habituelle et qui la normalise.

15Paul Virilio parle dans son ouvrage Ville Panique : Ailleurs Commence Ici de « psychose obsidionale », et on ne peut considérer la ville de Los Angeles sans les états de siège répétés causés par les nombreuses émeutes qui l’ont ébranlée. Si la violence explosive individuelle en revient à une violence latente de par sa récurrence évènementielle, la violence explosive collective occupe, quant à elle, une place distincte. La première émeute angelena se déroula le 24 Octobre 1871. Après la résolution de la guerre de sécession, l’activité économique retomba et le taux de chômage augmenta de manière significative. Les Chinois étaient alors considérés comme des rivaux prenant les emplois des Américains. Le 24 Octobre, environ 500 hommes firent irruption dans le Chinatown du Los Angeles d’alors et saccagèrent les maisons se trouvant sur leur passage. Officiellement, 19 Chinois furent déclarés morts durant l’émeute, mais certaines sources revoient ce chiffre à la hausse. L’affaire, largement couverte par les médias de la côte est du pays, entacha largement l’image idyllique de la ville qui fut, dès lors, surnommée : « The blood-stained Eden ». Dans leur ouvrage retraçant l’histoire de la ville, Jim Heimann et Kevin Starr commentent :

Cette émeute peut-être offre-t-elle un avant-goût des incidents violents qui émailleront l’histoire de la ville au XXe siècle, suggérant, dès 1871, que la création d’une ville mêlant des populations disparates a des aspects positifs, mais qu’elle recèle aussi des dangers propres, quand les tensions économiques débouchent sur des haines raciales et provoquent des confrontations violentes. (HEIMANN & STARR, 20)

16Autre émeute rarement abordée, celle des « zoot-suit riots » du 3 au 7 juin 1943, souvent traduites en français par les émeutes zazous. Ici, le contexte, autant que les protagonistes, mais aussi l’issue de l’émeute, en font un évènement singulier dans l’histoire de la ville. Comme l’indique Mauricio Mazon, les Mexicains angelenos vêtus de zoot suits (pachucos) souffrent alors d’une réputation très négative et ces évènements ne feront que la renforcer :

The vision that Anglo America and many of America’s Mexicans came to have of the Pachucos was that provided by the press and the police: Namely that they were biologically inferior, culturally degenerate, criminally inclined, sexually promiscuous, bloodthirsty, drug-addicted, etc. (MAZON, 83)

17Parallèlement à ces évènements de juin 1943, il faut noter la parution d’un décret de la Cour Suprême qui prévoit de confiner les Japonais dans des camps au sud de Los Angeles. Une partie de la population est devenue une menace en ce temps de guerre, et tous les étrangers sont alors considérés comme des espions, des traitres, des assaillants potentiels. De nombreuses troupes sont mobilisées dans la ville et des incidents répétés se produisent entre les militaires et les jeunes Mexicains habillés de ce fameux costume reconnaissable. Deux incidents en particulier furent déclencheurs des émeutes. Le premier le 30 mai, le second le 3 Juin. Ces deux incidents opposèrent des groupes de jeunes soldats et des groupes de Mexicains. A l’issue de la seconde altercation, les membres des forces de police de Los Angeles qui n’étaient pas en service se réunirent et formèrent l’escadron de la vengeance (Vengeance Squad) décidés à nettoyer la Main Street de Los Angeles de tout Zoot-suit. Le lendemain ce furent plus de 200 soldats qui se mirent en route en taxi vers les quartiers mexicains (barrios) de l’est de la ville avec le même objectif. Les militaires déshabillaient systématiquement leurs victimes, leur rasaient le crâne, et les frappaient. Toutefois, en dehors de quelques bleus, aucune victime ne fut déclarée. Il y eut au final quelques 150 blessés, 500 arrestations de Mexicains et les militaires furent assignés à caserne.

18Dans l’antagonisme qui caractérise militaires et « zoot-suiters », le groupe agresseur vient uniformiser à son image le groupe considéré comme déviant et comme une menace pour la société. Mais, de la même façon, les militaires ne reconnaissaient pas l’autorité de leurs supérieurs lors des émeutes puisqu’ils se sont émancipés des ordres qui leur avaient été donnés, reprenant à leur tour une attitude marginale propre aux « zoot-suiters ». Ces inversions des rôles et ces changements de catégories sociales étaient, selon Mauricio Mazon, l’objectif de ces évènements qui se sont ensuite propagés dans d’autres villes américaines.

The general absence of violence and destruction of private and public property and the “festive” atmosphere that typified the riots at their height suggest there was no conscious intention to change the establishment or social order. The “achievement” of the rioting servicemen and civilians was a renewed sense of camaraderie, solidarity and national purpose. (MAZON, 93)

19Si l’armée et la police de Los Angeles se défendirent en arguant qu’il ne s’agissait pas là d’émeutes raciales en l’absence de morts, un groupe ethnique fut pris pour cible et marginalisée. De plus les militaires se déplacèrent dans les quartiers hispaniques afin d’aller chercher les « zoot-suiters ». Si la violence n’a jamais été jusqu’au crime de sang, l’individu frappé, dénudé et rasé est humilié publiquement. Ces émeutes de 1943, bien qu’elles ne déplorent aucune victime, restent d’une grande violence vis-à-vis des individus.

20Les émeutes de Watts qui se déroulèrent au mois d’août 1965 furent, quant à elles, d’une magnitude bien plus importante. Avec un bilan de 34 morts et plus de 1000 blessés, cette révolte urbaine peut être considérée comme la première véritable émeute de la ville moderne qu’est devenue Los Angeles, où l’excès de zèle récurrent des forces de l’ordre au sein des quartiers noirs fut le catalyseur et le déclencheur de ces émeutes. Après les arrestations injustifiées le 11 août 1965 de Marquette Frye, de son frère et de sa mère par l’officier Lee Minikus, plusieurs groupes se formèrent et commencèrent à menacer les forces de l’ordre. La colère monta les jours suivants et plusieurs incendies furent déclarés, notamment dans les commerces tenus par des Blancs. Guy Debord, auteur de la Société du Spectacle analyse la situation des émeutes de 1965 à Los Angeles comme suit :

Les Noirs de Los Angeles sont mieux payés que partout ailleurs aux Etats-Unis, mais ils sont là encore plus séparés qu’ailleurs de la richesse maximum qui s’étale précisément en Californie. Hollywood, le pôle du spectacle mondial, est dans leur voisinage immédiat. […] De même que la richesse humaine des Noirs américains est haïssable et considérée comme criminelle, la richesse en argent ne peut pas les rendre complètement acceptables dans l’aliénation américaine : la richesse individuelle ne fera qu’un riche nègre parce que les Noirs dans leur ensemble doivent représenter la pauvreté d’une société de richesse hiérarchisée. (DEBORD, 22-3)

21Si des promesses furent faites par les officiels de la ville pour une meilleure reconnaissance politique des quartiers les plus défavorisés, la situation ne s’améliora que quelque peu. De l’argent public fut dépensé pour la reconstruction de quelques maisons du quartier mais la plupart des terrains vagues d’alors le sont encore aujourd’hui. Avec un chômage très fort dans les années 1980, avec plus de 400 000 emplois industriels perdus, dont 70 000 pour le seul quartier de South Central alors que les quartiers des cols blancs (voir juste des Blancs) prospèrent tout autour, un antagonisme se crée et le fossé se creuse de nouveau entre le ghetto noir américain et tous les autres. Par ailleurs, la violence urbaine s’est accrue au cours des années 70 et 80 avec la recrudescence des gangs mais surtout par leur investissement sur le marché de la drogue qui radicalisa leurs actions avec une lutte armée sur les territoires de chaque faction. De plus, la population des quartiers noirs s’est sentie dans les années 80 et début 90 encore plus marginalisée, car elle a vu les populations d’autres minorités s’enrichir alors que rien n’évoluait pour elle. Cette nouvelle rivalité se cristallisa autour la population coréenne après le meurtre de l’adolescente Latasha Harlins par Soon Ja Du le 16 mars 1991. Cet incident explique pourquoi les émeutes de mai 1992 prendront notamment pour cible les établissements coréens.

22Mais ce furent les forces de l’ordre, avec la vidéo du passage à tabac de Rodney King, qui déclenchèrent là encore de nouvelles émeutes. Preuve vidéo à l’appui, un procès eut lieu et les 4 officiers comparurent devant un tribunal qui les déclara non coupables. Le verdict invraisemblable enflamma les esprits et les émeutes de South Central commencèrent. Avec 58 morts, plus de 2000 blessés et presque un milliard de dollars de dommages, les émeutes de 1992 furent les plus meurtrières de l’histoire de Los Angeles, comme le rappelle Sophie Body-Gendrot qui qualifie les émeutes de Los Angeles d’« exemple atypique d’explosion sociale » :

La violence de la ville – l’extrême fragmentation sociale de la cité des Anges, constitue un élément majeur dans la compréhension de l’émeute. […] Los Angeles, ville amorphe, privée de centre, post-moderne, constituée d’ethnies balkanisées, de quartiers riches et de ghettos pauvres est porteuse à l’extrême d’éléments pathogènes. […] A Los Angeles, les excès d’un multiculturalisme parcellisé où chacun excipe de ses droits avec la plus grande intolérance sans se soucier de l’intérêt général, l’auto-enfermement des individus dans leur groupe de référence sont plus accusés qu’ailleurs. (BODY-GENDROT, 159-60)

23La violence devient alors un moyen de communication, ce que Lucienne Bui Trong qualifie de « violences d’expression » (Bui Trong 19-29), et permet à la communauté concernée de se faire entendre dans une société qui les ignore. Ces violences explosives s’inscrivent ainsi dans une logique du crescendo, sous-tendue par une iniquité sociale, et qu’une injustice juridique vient déclencher. Par ailleurs, dans les dynamiques des émeutes de 1965 et 1992, c’est cette même injustice qui vient légitimer la violence à laquelle les habitants des quartiers défavorisés finissent par avoir recours.

24Le tribunal de Los Angeles, en déclarant les 4 officiers non-coupables de la mort de Rodney King alors que la vidéo les condamnait, a ainsi légitimé l’usage de cette violence explosive et injuste (4 contre 1). C’est comme si, tout à coup, l’institution répressive cautionnait un comportement qui jusqu’alors était condamnable. Subissant déjà une violence latente quotidienne, les populations des quartiers de South Central n’ont pas hésité à s’engouffrer dans cette brèche que le système judiciaire venait d’ouvrir. Dans leur quartier, véritable enclave de misère entourée de toutes parts par d’autres quartiers plus riches, la fuite est impossible. Etre à South Central, c’est se sentir prisonnier de Los Angeles qui exerce une pression sociale toujours plus grande entre ceux qui ont, ceux qui ont un peu et ceux qui n’ont rien. Le développement et la densification urbaine des années 70 à 90, a renforcé ce sentiment d’enfermement au cœur de la ville, alors que simultanément, ailleurs dans la ville, se créaient les fameuses « gated communities ».

  • 4 Le cycle d’exposition Pacific Standard Time organisé entre 2011 et 2012 afin de célébrer la culture (...)

25Il est assez difficile cependant de quantifier et même de qualifier cette violence latente ressentie par les populations défavorisées de Los Angeles. Les chiffres du chômage, les conditions de vie, le pouvoir d’achat sont des facteurs socio-économiques qui permettent de comprendre la situation, mais la violence latente de ces quartiers est une violence qui se raconte. Infiltration ultime, la violence angelena a imprégné la scène culturelle de la ville qui compose avec, et parfois même s’articule autour d’elle. Il ne s’agit pas là de la culture cinématographique hollywoodienne à gros budget qui montre la destruction de la ville à grands coups d’effets spéciaux avec des tremblements de terres, des tornades ou des volcans. Il s’agit de cette culture artistique et littéraire contemporaine violentée par l’omnipotence hollywoodienne, et encore souvent ignorée, de la ville de Los Angeles, mais qui bénéficie peu à peu d’une meilleure visibilité4.

  • 5 Née en 1946 dans le quartier des Watts, Wanda Coleman a vécu plus de la moitié de sa vie dans les q (...)
  • 6 Sonya Winton en donne un exemple frappant lorsqu’elle évoque les résultats du Cerell Report de 1984 (...)
  • 7 Greg Hise, lorsqu’il évoque la notion de « ville-frontière » en parlant de Los Angeles qualifie la (...)

26Guy Bennett dans son article « The Los Angeles Literary Landscape : A Core Sample » argumente que Los Angeles est une ville hostile pour les écrivains car la visibilité dont ces derniers disposent est très faible face à l’industrie cinématographique (BENNETT, 135). La scène littéraire angelena est cependant bien présente et l’une de ses représentantes les plus notoires est Wanda Coleman5, auteure noire-américaine reconnue mondialement et qui s’exprime surtout par la poésie, forme littéraire qu’elle affectionne et qu’elle maîtrise. À la limite du sous genre de la poésie confessionnelle, Coleman exprime sans retenue les agressions et transgressions vécues tout au long de sa vie. Elle explique d’ailleurs, au cours d’un entretien, que de toutes les influences qui inspirent et motivent son écriture, le dénominateur commun reste le sentiment de colère. Les affronts à répétition6 d’une société hostile à sa seule présence, les matérialisations du racisme ambiant, ajoutés à une structure urbaine où le cloisonnement est de mise7, font que cette colère latente explose, parfois avec violence, sous la plume de l’auteure.

27Au cours de sa carrière, Coleman a publié 11 recueils de poésie et de nouvelles, 1 roman, sorti 3 albums de ses textes mis en musique, et elle a également écrit deux ouvrages atypiques où s’enchaînent des articles et autres essais reflétant ses expériences dans la ville, des bouts de vie et de mémoire (« scattered fragments of my living memory » (COLEMAN, 1996, 15)). Ses mots reflètent une réalité factuelle de la ville et elle y ajoute une tonalité, un sentiment, et rappelle malgré tout que l’objectivité n’existe pas dans la jungle qu’est Los Angeles (« There is no such beast as objectivity in this jungle » (COLEMAN, 2005, xvi)). Ainsi elle explique dans un essai intitulé « Violence, Art & Hustle » :

My life is so entwined with this city that I can’t talk about it without talking about myself – I can’t talk about myself without talking about it. This is my art. I know no other terrain – so intimately. Its violence is my violence. (COLEMAN, 1996, 171)

  • 8 L’ouvrage publié par Darnell Hunt et Ana-Christina Ramon en 2010, Black Los Angeles : American Drea (...)

28Dans ce premier livre d’articles et d’essais paru en 1996, le but de Wanda Coleman n’est pas de retracer le parcours de la violence. Ce n’est pas la genèse de l’attaque qui la préoccupe, mais son immanence à un territoire qu’elle connait depuis toujours. Les manifestations récurrentes de cette violence se trouvent ainsi archivées dans les pages de Coleman : que ce soit au travers d’un système scolaire qui prône le cloisonnement et du système éducatif du mérite qui rejette de façon non dissimulée toute une jeunesse que l’on prive ainsi de toute égalité des chances, ou du système de protection sociale inexistant dans lequel dignité et altruisme ne peuvent trouver de place, ou bien encore à travers une phénoménologie de la rue avec des gangs de plus en plus actifs ou d’un racisme toujours d’actualité8. Que ce soit dans un restaurant où les clients sont majoritairement Blancs et que l’on se trouve placé dans un coin, loin des fenêtres, cachés pour ne pas déranger, cachés pour ne pas rebuter. Ou bien lorsque l’on est systématiquement fouillé à une sortie de magasin, du supermarché au magasin d’électroménager, constamment sous les feux de la suspicion (COLEMAN, 2005, 127-30). Dans un de ses textes, Coleman va jusqu’à parler d’ « Apartheid Local » (COLEMAN, 1996, 189-91). Elle fait état d’une pratique de la violence en dehors des frontières des quartiers pauvres de la ville, une violence banalisée car elle reste cachée, dissimulée.

You barely maintain sanity when your survival behind the Orange Curtain is dictated by the cruelties of denial and oppression camouflaged by the sunny sumptuous palm-lined veneer of swimming pools, private stables, tennis courts and smiling tawny-skinned maids. You’re weary of the cumulative negatives of day-to-day insults and slights generated by your blackness. The disbelievers are the first to accuse you of whining, bitterness, or paranoia. The Freud you can live without. (COLEMAN, 1996, 189)

29Lors d’une interview donnée en 1991, Coleman indiquait qu’il existe une histoire de la ville cachée, une histoire qui ne viendra pas à nous si on ne la recherche pas. Rétablir l’ordre des choses passe par cette histoire oubliée de Los Angeles (Coleman, 2005, 78). Les lieux de vie deviennent également associés à des évènements violents. Dans son texte intitulé « Gatherings » (COLEMAN, 1996, 162-4), elle dresse la liste d’endroits propices au rassemblement, à la rencontre d’autrui, et ces lieux sont presque toujours associés à un meurtre, un combat, une altercation dont elle a été le témoin. La violence manifeste s’insinue dans un quotidien perméable qui se réapproprie l’évènementialité vers un état de veille permanent où la violence dormante entraine une fébrilité palpable. Ce sentiment s’est vu généralisé à tout un quartier après les émeutes de 1965 et de 1992. Déambuler dans le quartier de South Central, c’est se retrouver confronté aux stigmates toujours présents d’un quartier meurtri, qui presque 20 ans après en porte toujours les traces. En dehors de ces marques physiques, de ces maisons à l’abandon jamais reconstruites, Coleman explique qu’après les émeutes de 1992, la violence n’a jamais pris fin.

But the violence following the verdict in the Rodney King beating trial, has not gone away. It has been subsumed. I see the evidence everywhere. In the urgent ways people move on the streets. In the increased car chases and accidents. The way local news broadcasts ceaselessly exploit a segment of the city they always ignored. I see it in the ferocity of others, in their eagerness to define and encompass the psyche of Los Angeles – for profit. And I see it in myself. (COLEMAN, 1996, 171)

30La violence explosive, si elle peut procurer une forme de soulagement ou faire descendre une pression grandissante, peut également galvaniser, enrager. C’est ce qu’explique Coleman lorsqu’elle indique qu’elle perçoit cette violence en elle. Loin de s’être évanouie à l’issue d’un conflit urbain dont la résolution se fait toujours attendre, la violence s’est redistribuée, s’est infiltrée sur tous les plans d’une véritable écologie du désastre. En 2005, lorsqu’elle écrit « The Riot Inside Me », Coleman axe son analyse sur une ligne directrice qu’elle garde de l’ouverture jusqu’à la fin de son ouvrage. Suite à la violence de Los Angeles, plusieurs études ont vu le jour afin d’en expliquer les causes, études qui considèrent les faits selon une optique scientifique et ayant ainsi un discours considéré réducteur. Le sentiment de se sentir associé à un tableau de statistique est un phénomène qui l’épouvante. Ce n’est plus une critique centrée sur les évènements particuliers de Los Angeles, car elle remet ici en question un système global où l’homme est associé à un numéro, et ce besoin de catégoriser, de segmenter, de fractionner la population de la sorte. Elle se pose la question dans son essai « Primal Orb Density » où elle déclare :

Here I am. I prize myself greatly. I want the world to enjoy me and my art, but something’s undeniably wrong. I’ve come to regard myself as a living, breathing statistic governed not by my individual will but by forces outside myself. Where do I end and the stats begin? (COLEMAN, 2005, 55)

31L’essai qui s’ensuit est régulièrement émaillé de gros titres des journaux de Los Angeles mais aussi des journaux nationaux avec, par exemple: « Black America is under siege », « Subpoverty jobs replace middle-wage jobs while number of high-wage jobs fall » ou « unemployment of blacks more than twice that of whites » ou encore « The AIDS death rate for Blacks is three times greater than for Whites ». L’individu s’efface au profit du groupe racial auquel on l’associe, et l’homme se perd au détriment du chiffre scientifique. Le nombre de morts dans les émeutes reste un chiffre froid, désincarné, loin des réalités dévastatrices qu’ils impliquent. L’horreur banalisée ne touche plus et les chiffres qui l’expliquent sont devenus normaux, habituels, quotidiens. L’humain est devenu une mesure qui n’a plus de valeur car le territoire angeleno est, pour l’auteure, un territoire de la déshumanisation. C’est là le but principal de Coleman, l’objectif qu’elle s’est fixée et qu’elle tente de mettre en œuvre à travers ses écrits : « to rehumanize the dehumanized ».

  • 9 Nous pouvons rappeler ici que les émeutes raciales de South Central de 1992, une fois l’évènement p (...)
  • 10 Le rempart à cette illusion qui se lit en filigrane tout au long de l’œuvre de Coleman c’est la réh (...)

32Dans son ultime essai « The Riot Inside me : A Statistic Speaks », Coleman se fait l’écho d’une ère nouvelle où sa voix n’importe plus. Réduite à une infime particule de ces statistiques, elle cherche à faire voler en éclat le carcan qui la maintient à un niveau qui l’étouffe et lui nie toute parole singulière. En plus de l’effet généralisant de ces statistiques sur lesquelles s’appuient nombreux commentaires et analyses, c’est surtout l’illusion à laquelle ces chiffres participent qui est peut-être pour elle la violence latente la plus brutale, en ce qu’elles retirent le statut d’homme à ceux qui les composent. Au final, c’est bien là un combat des plus titanesque auquel s’est attaché Coleman toute sa carrière, celui contre la grande illusion qui règne à Los Angeles. L’industrie hollywoodienne a fait basculer le territoire tout entier dans une bulle spéculative où l’image lisse des écrans de télévision se doit d’être répercutée dans la ville et, si ce n’est pas envisageable, de vendre l’actualité violente singulière dans son acception la plus sensationnelle possible. Comme évoqué plus avant, l’information reste alors très partielle mais aussi très partiale car il y aura toujours autre chose de plus récent à traiter9. Les voix des acteurs de ces évènements sont éteintes au détriment de celles des journalistes qui usent de raccourcis nécessaires afin d’économiser au maximum le temps précieux qui leur est donné. L’illusion ainsi générée d’un Los Angeles unique, identique pour tous, où les chances sont les mêmes pour tous et où les tensions raciales n’existent plus est probablement, pour Coleman, la plus grande des violences latentes du territoire10.

33« Is historical meaning to be found in the manifest or latent content of human events ? » (MAZON, 4) se demande Mauricio Mazon. Comme partout ailleurs, les évènements socio-politiques de l’ère moderne trouvent une résonance toute particulière dans les villes qui les voient se dérouler et ces cités nourrissent quotidiennement la colère qui finira par les ébranler. Géante autophage, l’agglomération post-moderne angelena, comme aime à la définir Edward Soja, ne déroge pas à la règle ; bien au contraire. Los Angeles est une ville où l’instabilité est de rigueur. En plus des tremblements de terre qui la rende toujours plus chancelante, la ville ne trouve pas non plus de point d’attache dans une histoire commune et fédératrice. La centralité inexistante d’un urbanisme d’un genre nouveau vient appuyer le socle bancal sur lequel Los Angeles s’est érigée. C’est en considérant et en combinant les différents niveaux d’analyses d’une violence devenue ordinaire que l’on s’aperçoit de l’aspect presque inconscient qui la caractérise désormais. Presque comme allant de soi, comme état naturel de l’espace urbain, cette violence latente se cache derrière tous les mouvements de masse ou les fulgurances individuelles que l’on a tendance à considérer dans leur évènementialité. Ainsi, ce « sens historique » que questionne Mazon ne sera jamais vraiment exhaustif, mais il peut s’en approcher en intégrant des mécanismes d’analyses complémentaires issus de disciplines parfois considérées comme annexes, se positionnant comme point de convergence pluridisciplinaire.

Haut de page

Bibliographie

BANHAM, Reyner. Los Angeles : The Architecture of Four Ecologies. Berkeley : University of California Press, 2009 [1971].

BAUDRILLARD, Jean. Simulacres et Simulation. Galilée, Paris, 1981.

BENNETT, Guy et MOUSLI, Béatrice. Seeing Los Angeles: A Different Look at A Different City. Los Angeles : Otis Books, 2007.

BODY-GENDROT, Sophie. Ville et Violence : L’Irruption de Nouveaux Acteurs. Paris : Presses Universitaires de France, 1993.

BUI TRONG, Lucienne. Les Racines de la Violence : De l’Emeute au Communautarisme. Paris: L’Audibert, 2003.

CHARLES, Camille Z. Won’t you Be my Neighbor ? Race, Class, and Residence in Los Angeles. New York : Russell Sage Foundation, 2006.

COLEMAN, Wanda. Native in a Strange Land : Trials & Tremors. Santa Rosa : Black Sparrow Press, 1996.

COLEMAN, Wanda. The Riot Inside Me : More Trials and Tremors. New Hampshire : Black Sparrow Book, 2005.

COLEMAN, Wanda. « Poetic Dynamics & the Meta-Lingo of the Manuscript ». In GRIMM, S. Ordering the Storm : How to Put Together a Book of Poems. Cleveland : Cleveland State University Poetry Center, 2006.

CUFF, Dana. The Provisional City : Los Angeles Stories of Architecture and Urbanism. Cambridge : MIT Press, 2000.

DAVIS, Mike. Ecology of Fear : Los Angeles and the Imagination of Disaster. New York : Vintage Books, 1998.

DEBORD, Guy, Le Déclin et la Chute de l’Economie Spectaculaire-Marchande. Abbeville: Les Belles Lettres, 1993.

HEIMANN, Jim et STARR, Kevin. Los Angeles: Portrait of a City. China : Taschen, 2009.

HISE, Greg. « Border City : Race and Social Distance in Los Angeles ». In HOMERO VILLA, Raul et SANCHEZ, George. Los Angeles and the Future of Urban Cultures. Baltimore et Londres : The Johns Hopkins University Press, 2005.

HUNT, Darnell et RAMON, Ana-Christine. Black Los Angeles : American Dreams and Racial Realities. New York : New York University Press, 2010.

JONES, Kellie. Now Dig This ! : Art & Black Los Angeles 1960-1980. Los Angeles et New York : Hammer Museum and Delmonico Books Prestel, 2011.

KLEIN, Norman. The History of Forgetting : Los Angeles and the Erasure of Memory/ New York : Verso, 1997.

LAWRENCE, James. Wild L.A. : A Celebration of the Natural Areas In and Around the City. San Francisco : Sierra Club Books, 2001.

MAZON, Mauricio. The Zoot-Suit Riots : The Psychology of Symbolic Annihilation. Austin : University of Texas Press, 1984.

McWILLIAMS, Carey. Southern California : An Island on the Land. Layton : Gibbs Smith Publishers, 1946.

MORRISSON, Patt et LAMONICA, Mark. Rio L.A. : Tales from the Los Angeles River. Santa Monica : Angel City Press, 2001.

PEABODY, Rebecca, PERCHUK, Andrew, PHILLIPS, Glenn et SINGH, Rani. Pacific Standard Time : Los Angeles Art 1945-1980. Los Angeles : J. Paul Getty Trust, 2011.

SOJA, Edward W. Seeking Spatial Justice. Minneapolis : University of Minnesota Press, 2010.

VIRILIO, Paul. Ville Panique : Ailleurs Commence Ici. Paris: Galilée, 2004.

WINTON, Sonya. « Concerned Citizens: Environmental (In)Justice in Black Los Angeles ». In HUNT, Darnell et RAMON, Ana-Christina. Black Los Angeles : American Dreams and Racial Realities. New York : New York University Press, 2010.

ZIMMERMAN, Tom. Paradise Promoted : The Booster Campaign that Created Los Angeles 1870-1930. Santa Monica : Angel City Press, 2008.

Haut de page

Notes

1 James Lawrence a tenté de contredire cet état de fait avec son ouvrage Wild L.A. : A Celebration of the Natural Areas In and Around the City publié en 2001, mais ce dernier ne se concentre pas sur la ville de Los Angeles, mais la région de Los Angeles toute entière, regroupant les 5 comtés de Los Angeles, Riverside, Orange, Ventura et San Bernardino, soit un total de près de 85.000 km², bien au delà des limites de la mégalopole.

2 Tom Zimmerman dans son ouvrage Paradise Promoted : The Booster Campaign that created Los Angeles 1870-1930 retrace avec une grande précision ce mécanisme à l’aide de très nombreux documents photographiques particulièrement illustratifs.

3 La brutalité fait ici référence à la précarité et à l’instabilité de l’environnement physique et humain de Los Angeles.

4 Le cycle d’exposition Pacific Standard Time organisé entre 2011 et 2012 afin de célébrer la culture artistique émanant de la ville depuis l’après seconde guerre y a largement contribué. (cf. PEABODY et JONES)

5 Née en 1946 dans le quartier des Watts, Wanda Coleman a vécu plus de la moitié de sa vie dans les quartiers défavorisés de la ville, et a vécu les émeutes de 1965 et de 1992 de l’autre côté de l’écran, de l’intérieur. Contrairement à beaucoup de ses pairs qui ont fui Los Angeles lui préférant New York pour poursuivre leurs carrières, Coleman dut rester vivre à Los Angeles, faute de moyens pour déraciner la famille monoparentale dont elle était à la tête. Depuis sa première publication en 1977, jusqu’à sa plus récente en 2011, Coleman s’inspire d’un quotidien caractérisé par la lutte. Auteure récompensée d’un ‘Grammy awards’ pour son travail de scénariste sur une série populaire américaine, Coleman a exploré la multitude de strates sociales qui composent Los Angeles et a vu la ville évoluer sur près de 70 ans dont elle retrace les évolutions et évènements majeurs dans son œuvre.

6 Sonya Winton en donne un exemple frappant lorsqu’elle évoque les résultats du Cerell Report de 1984. (WINTON, 346-7)

7 Greg Hise, lorsqu’il évoque la notion de « ville-frontière » en parlant de Los Angeles qualifie la territorialisation des populations  de « ségrégation sociale ». (HISE, 51)

8 L’ouvrage publié par Darnell Hunt et Ana-Christina Ramon en 2010, Black Los Angeles : American Dreams and Racial Realities retrace et analyse également l’ensemble de ces phénomènes spatiaux-socio-culturels qui sont entrés en compte dans l’évolution de la communauté noire américaine de Los Angeles devenue sur ces 30 dernières années, une minorité parmi les minorités.

9 Nous pouvons rappeler ici que les émeutes raciales de South Central de 1992, une fois l’évènement passé, n’ont pas été analysées par les médias locaux qui ont ainsi contribué à l’indifférence générale du sort des populations touchées.

10 Le rempart à cette illusion qui se lit en filigrane tout au long de l’œuvre de Coleman c’est la réhumanisation qu’elle explique au travers de l’objectif primal de son art: « I want to have touched them (all readers) across space and time. I want them to taste my youth and enjoy my sassiness. I want them to be excited by my concerns and ideas. I want them to bemoan my losses and my trials. I want them to sample all life as it has defined me. I want them to have moved through my flesh. » (COLEMAN, 2006, 33)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Joseph, « Los Angeles ou la violence indissociable d’un territoire nouveau », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 216 | 2014, mis en ligne le 07 juillet 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://orda.revues.org/987 ; DOI : 10.4000/orda.987

Haut de page

Auteur

Charles Joseph

Américaniste, ATER à l’Université du Maine, Labo 3 L.AMcharlesjoseph@outlook.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • Revues.org